18 Nov.
+ 78 histoires en accès privilège.
11 Nov. : +33 histoires en accès public

A noter.
Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.

VIP?
Accès privilège :
Des histoires en +, juste avec un don

Don anonyme, en paypal ou CB

DESTOCKAGE DVD GAY
PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Épisode précédent

mon apprentissage au camping - 5

Le lendemain de la nuit de folie passée avec ces 5 hommes je ne peux m’empêcher de penser fortement à l'un d'entre eux en particulier: Philippe, l'homme à la queue énorme qui m'ouvrit toute la nuit, une sensation que je voulais de nouveau ressentir, je voulais être à lui.

Toute cette journée j'espérais le croiser et peut-être qu'il m'aborderait me disais-je, mais rien ne se passa, pas de rencontre, mais une soirée plus reposante que la veille qui me fit le plus grand bien à vrai dire.

Le lendemain je me décida à aller voir du côté du bungalow de mes nouveaux amis, en espérant y trouver Philippe. A cet instant je ne voulais que lui, rien d'autre ne me donnais envi, et après 3 passages devant le bungalow à chercher Philippe, Michel qui venait de sortir me fit un sourire et me fit signe d'approcher.

Je m'approcha donc, et voyant que j'arrivais, il rentra dans le bungalow, je me dis alors que le tête à tête serait pour une autre fois, que ce n'était pas grave. Je rentra donc dans le bungalow plus serein que la première fois, Michel debout était seul.

Michel:"Salut petit! Comment va depuis avant hier?"

Moi:"ça va merci!"

Michel:"Pas trop mal au cul?"

Moi en rigolant:"Un peu de mal à m’asseoir"

Il rigole:"Bon tu cherche quelqu'un je me trompe?"

Moi rougissant:"Euh non! Enfin oui je cherche Philippe"

Michel:"Ahh! ce bon vieux Philippe! On était sur que tu passerais pour lui! Il en a du bol le salaud! Il est à la plage avec les autres, je vais les rejoindre, tu veux venir?"

Moi déçu:"Euh non merci, c'est pas grave!"

Michel m'attrapant le visage:"Bah fait pas cette tête! Je vais lui dire que tu es passé! Soit ici à 16h00, ok?"

Moi souriant:"Oui merci!"

Michel:"Allez file avant que je te saute dessus"

Moi ne réfléchissant plus:"La prochaine fois"

Ce n'est qu'en partant et en marchant vers la piscine que je me suis rendu compte que je venais de donner une invitation à Michel sans m'en rendre compte, juste sous le coup de l'excitation et Quel vacance me dis-je.

Je passa donc l'après-midi à la piscine à bronzer et à languir en attendant 16h00, et je me pointa comme convenu où m'attendais Philippe souriant juste habillé d'un short à travers duquel j'imaginais très bien sa queue. Le voir m'émoustilla, et je ne quitta pas ses yeux, je m'amusais à provoquer ce mâle viril, moi le petit minet.

Philippe:"Alors comme ça on me cherche?"

Moi:"Oui"

Philippe:"Et qu'est ce que tu veux?"

Moi:"Euh Toi!"

Philippe me regarde fortement:"Mieux que ça!"

Moi parlant pas trop fort:"Je veux ta queue!"

Philippe:"Tu veux ma queue à tout pris toi! Bien Allez suit moi!"

Moi qui avait pris mes marques dans ce bungalow (bon je n'avais pas pris que mes marques c'est vrai), on s'en éloigna, sans un mot, jusqu'à arriver, après 5 min de marche qui me parurent une éternité, à une caravane devant laquelle était assis un homme d'au moins 70 ans qui se sirotait son petit alcool.

On s’arrêta à quelque mètre.

Philippe:"Comme je ne peux pas monopoliser le bungalow, et que je veux te baiser pendant un moment, il y a la caravane de mon vieil ami qui est là!"

Moi impatient:"Oui oui!"

Philippe:"Seulement il faut que tu accepte qu'il regarde"

Moi trop exciter:"Ok"

Nous nous approchons donc de cet homme. Philippe et lui se salut et je sens son regard pesant se poser sur moi. A ce moment je me demande ce que je fais là, je baisse le regard, vois la bosse de Philippe et m'en rappelle immédiatement. Philippe m'ouvre, me pousse pour me faire rentrer et referme derrière moi. La caravane est bien rangée, propre, mais surtout agencée pour la baise. En effet ce petit cochon avait installé un fauteuil en direction des 3 banquettes qui faisaient offices de lit, et un petit projecteur éclairait tout ça.

Philippe me rejoins dans la foulée:"Tu plais beaucoup à Roger, il m'a demandé si ça te dérangerais pas de lui faire une petite gâterie?"

Moi attendris par cette demande:"Non, bien au contraire!"

Philippe se rapprochant de moi me faisant reculer vers les banquettes:"J'en étais sur!" Et sur cette parole je bascule sur la banquette pour me retrouver assis les yeux bien en face de sa bosse. Il mit sa main dans son short et joua avec sa queue.

Philippe:"Tu sais ce que tu veux toi? Hein?!"

Je ne répondis rien, approcha ma tête de sa bosse et l'embrassa à travers son short, la lécha. Je sentis alors que la pression montait, je décida donc de poser mes mains sur sa taille et fit descendre lentement son short, ce qui fit sortir l'arme de son fourreau. Elle était vraiment magnifique, je ne pus m’empêcher de sourire à la vue de celle-ci, et je l'imaginais déjà au fond de moi, moi tout à lui.

Je relève le regard, et attend son approbation pour m'occuper de lui.

Philippe posant ses mains sur ma tête:"Vas-y, elle est tout à toi mon beau!"

J’attrape sa queue à 2 mains (il fallait bien ça) et avant de l'avaler, je la lécha sur toute sa longueur, jusqu'au couille, chose qu'il apprécia au vu des sons qu'il émettait. Comme la soirée précédente je ne pus avaler plus loin que son gland, ma bouche étant trop petite pour une si grosse queue, mais je m'appliquas tout de même à ce que chaque cm2 soit léché, goûté par ma langue et mes lèvres. Pendant que je suçais Philippe, Roger c'était installé sur son fauteuil et ne loupait rien du spectacle.

Philippe sortit de mon emprise pour enlever son short. Il me fit allongé sur le dos de tel sorte que j'ai le cul sur le bord, il se plaça pour que Roger puisse voir, il releva mes jambes et m'enleva mon short.

Philippe:"Elle est pas magnifique celle-là?"

Roger:"Superbe jambe, superbe cul!"

Je ne sais pas ce qu'il fit à ce moment, mais j'imagine bien ce vieux cochon sortir sa queue pour se branler en me matant. Philippe lui se lécha 2 doigts et me les fourra, et cela sans difficulté car mon cul était toujours bien ouvert des outrages précédents. Chose qu'il remarqua car il s'empressa de rajouter un troisième doigt. Il écarta mes fesses pour en faire profiter au voyeur.

Philippe:"T'es bien ouvert d'avant hier! On va pouvoir attaquer sans trop de préparation!"

Roger:"Vas-y mollo j'ai pas envi qu'il chiale le petit!"

Philippe:"T'inquiète il a déjà goûté! Hein?"

Moi:"Oui prend moi!"

Philippe:"T'as vu?"

Pas de réponse, je jetta un regard vers le fauteuil, Roger se contentait de se branler.

Philippe me fit mettre debout, et me demanda de tourner sur moi même.

Je m’exécuta et me cambra un maximum ce qui le rendit fou, il me jetta sur la banquette, je me retrouva sur le flanc, m'attrap par les hanches, et me fit mettre à 4 pattes. De mon côté je me cambra pour lui montrer que j'étais prêt. Il me tira vers lui pour que j'ai les genoux au bord de la banquette. Je sentis un cracha glisser sur ma raie qu'il s'empressa d’étaler, puis il posa son gland volumineux. Instinctivement je ferma les yeux, et m'accrocha au drap. Je suis prêt à être à lui. Bien accroché, il poussa pour passer mon anneau.

Philippe sentant son gland rentrer:"Oh putain que c'est bon"

Moi je ne pus parler, je n'émis qu'un son, un léger gémissement qui s'échappa. Il me veut à lui tout de suite, et il continu sa lente progression en me tirant vers sa queue, et en poussant avec ses reins. A cet instant je ne respire plus, sentir ce morceau de chaire se frayer un chemin en moi est incroyablement divin, je veux qu'il ne s'arrête jamais.

Philippe une fois tout au fond de moi:"Ouhh! humm!"

De mon côté je pris une grande inspiration, suivi de plus courte et rapide, je recherchais mon souffle qui fut coupé par cette intromission profonde. A peine ma respiration trouvée, je le sens qu'il recule et qu'il commence ses vas et vient en moi. C'est incroyable, je gémis immédiatement à chaque fois qu'il revient an fond de moi et respire quand il recule. Le sentir aller et venir en moi est juste jouissif et je me laisse aller à ce plaisir, en me laissant guider par ses mains fermement accrochées à mes hanches, sans aucune résistance de ma part.

Philippe sortant sa queue:"Écarte pour qu'on apprécie ton trou!"

J'écarte bien mes fesses pour m'ouvrir au maximum, ce qui semble les combler.

Roger se branlant énergiquement:"C'est très beau tout ça!"

Philippe me claqua le cul et me poussa pour que je me mette au milieu de la banquette, lui en profita pour se mettre à genou derrière moi, cracha de nouveau sur mon cul et se réintroduisit en moi, et quel délice. Dans cette position Roger nous voyait de profile, et pouvait voir quand je tournais le visage vers lui, le plaisir inouïe que je prenais.

Roger:"Cette salope adore ça"

Philippe:"Attend que je la baise à fond ! Elle va pas arrêter de gémir ! "

Les écouter parler de moi m’excitais terriblement.

Moi tournant la tête vers Philippe et le suppliant du regard : « Baise moi oui ! "

Philippe : « C'est ce que tu veux ? "

Moi : « Oui, prend moi !"

Ni une ni deux, il attrapa un coussin qui traînait, le placa sous mon ventre, et appuya sur mon dos pour me forcer à m'allonger. Il tira sur mes hanches pour relever un peu mon cul, cracha dessus, posa une main à côté de ma tête, et de l'autre dirigea sa queue dans mon petit trou. Je ferma les yeux, et je sus au fond de moi que la partie commencait. Une fois son pubis contre mes fesses, il posa son autre main de l'autre côté de ma tête, de telle sorte que je pouvais sentir son poids sur moi. Je lui appartient, aucun moins d'y échapper. Il recula lentement, puis me remit tout brutalement. A chacun de ses coups de rein, je ne pus m’empêcher de lâcher un « Ahhh ! " des plus évocateurs. A chaque aller retour, je sentais que la cadence accélèrais, ce qui fit que me petits cri se rapprochèrent, jusqu'à ce qu'il choisisse une vitesse infernale, durant laquelle je ne fis que crier.

Moi : « Ahhh ! Ahh ! Ouiii!!Ohhh !! C'est !!! trop !! bon ! Humm ! "

Il fit aller et venir sa queue de toute sa longueur, je sentis mon cul brûler sous ses assauts a m'en mordre les lèvres.

Après plusieurs minute à me faire pistonner, il s'allongea sur moi, m'embrassa dans le coup, me mordilla l'oreille et ralentit sa cadence pour me baiser avec de lent coup de queue.

Philippe me susurrant à l'oreille : « Tu l'aimes ma queue ?"

Moi reprenant mon souffle:«humm! Oui!"

C'est dans ce moment de repos sensuel que je remarqua que Roger était sorti. Tellement absorbé par cet homme me baisant férocement, que je n'avais pas senti, ou entendu l'hôte prendre l'air.

Philippe se releva pour me libérer, et se prit un verre d'eau. En le regardant je me dis que cet homme est incroyablement viril, et cette queue juste wahoo!

Philippe : «Viens te réhydrater, je voudrais pas que tu tombes dans les pommes, fait chaud ici ! "

Je me leva, et me colla à lui pour me servir un verre. A peine le temps de finir mon verre, qu'il m'écarte les jambes et me pris debout avec le lavabos pour ne pas chavirer. Il s'active m'obligeant à me cambrer et  à me pencher légèrement pour mieux m'offrir.

Roger rentrant et s'installant sur son fauteuil juste à côté de nous : «Je vais sortir Philippe"

Philippe : « D'accord ! "

Il sortit sa queue et me fit mettre à 4 pattes la tête dans l'entre jambe de ce vieil homme. Je compris bien sûr qu'il était l'heure de la petite gâterie de monsieur, mais surtout que le tête à tête approchait. Sachant cela je me jeta comme un affamé sur sa queue relativement dur, et pendant que Philippe me bouffait le cul divinement, je suca avec gourmandise. Je m'y pris s'y bien, qu'il me remplie dans un râle la bouche d'un léger mais épais liquide.

Roger : « Comment tu fais pour pas jouir avec une salope pareil? "

Philippe qui arrête de me bouffer se contente de sourire. Il me balance sur le lit et discute avec Roger.

Roger : « Bon tu sais où sont les draps, alors amusez-vous bien ! "

Philippe me regardant la queue à la main: « Oui t'inquiète pas pour nous ! "

Je répondis à ce sourire malicieux en me mettant sur le dos et en tenant mes jambes vers mon torse.

Ce que je souhaitais arriva enfin. Nous voilà tout les deux ! Il se rapproche tout en se branlant, monte sur la banquette crache sur sa main pour humecter son dard , le pose à l'entrée de mon trou, attrape mes chevilles, et met un grand coup de rein jouissif. Il me besogne si fort et si profondément que je ne me contrôle plus, les yeux révulsées la plus part du temps. Quand ils sont ouvert je lève la tête pour voir son épée m'ouvrir en deux, la bouche grande ouverte pour respirer et gémir, et les mains cherchant de quoi m'agripper. Tantôt il écarte mes jambes, tantôt il les colle, tantôt il appui de tout son poids dessus ce qui relève mon cul. Ses changements de rythme me font tourner la tête. Il est bien resté 10 bonnes minutes sans sortir sa queue, alors quand il la fit, mon cul resta ouvert et j'ai cru mourir car je souffrais d'un manque intérieur.

Moi : «Reprend moi stp ! "

Philippe : «Humm ! accroc à ma queue ? "

Moi sentant l'air emplir mon cul en me mettant à 4 pattes pour sucer cette queue : « Oui ! Elle est trop  bonne ".

Je branla sa queue me réjouissant en voyant son gland apparaître sous un épais prépuce à chaque va et vient. Mais il ne me laissa pas le temps de poser mes lèvres dessus, car il passa au dessus de moi et il me prit lui sur ses pieds moi à 4 pattes. Le buste vers l'avant en appuie sur ses bras, la pénétration fut profonde et puissante. Chaque assaut violent est entre coupé d'instant durant lesquelles il ressort totalement sa queue, m'écarte en grand les fesses, crache dans mon trou béant, et me reprend. Ces moments m'écarquillèrent à chaque fois les yeux.

Philippe : « Je sens que ça vient, je vais bien te remplir, tu veux ? "

Moi : « Oui je veux tout ! "

Il serra fort mes hanches et se mit à me démonter si fort que je hurla de plaisir agrippé au drap la tête dans un coussin pour étouffer mes cris.

Philippe : « ohh Ca vient ! "

Et dans un coup de rein puissant il se colla contre mes fesses et je sentis sa première giclée me remplir, puis il recula, et à chaque fois une nouvelle giclée me remplie quand il vint taper au fond de moi et ceci 4 5 fois.

Moi : « Ohh c'est trop bon !! "

Philippe : « Écarte chérie ! "

Je m’exécute et écarte mes jolies fesses. Il se retire lentement et une fois sortie reste au dessus de moi, et presse sa queue pour faire tomber les dernières gouttes. Une fois celle-ci absorbée, il replongea sa queue puis la ressortit et se mit debout face à la banquette. Je comprend ce qu'il veut et me dandine vers lui, son sperme commençant à dégouliner le long de ma raie, et je m'applique à nettoyer ce pieu divin. Pendant que je le suçais, je ne pouvais m’empêcher de me doigter et sentir tout ce jus sortir me rendais fou.

Philippe : "T'en a pas eu assez ?

Moi : "Encore ! "

Philippe : « Je t'adore. T'inquiète je débande pas. Tu m'excite trop pour ça. "

Il proposa de se désaltérer, sa queue ne débanda pas. Je m'approcha et je bus dans son verre. Il en profita pour voir les dégâts qu'il avait causé en me doigtant.

Philippe : "On est pas pressé j'espère ? "

Moi : "Non j'ai toute la nuit cette fois "

Philippe : « Super ! je vais pas t'achever tout de suite dans ce cas !  Va t'allonger !"

Totalement soumis, je vais m'allonger, et le vois mettre son short. Il peut voir un début de déception dans mon regard.

Philippe : « Je sors juste m'en fumer une !" ce qui me rassura immédiatement.

Et en effet les petites pause furent importante, sans elles je n'aurais pas tenu avec cet animal.

Allongé sur le côté, je me laissa absorbé par ce qui venait de m'arriver, le cul dégoulinant. Voulant être un minimum propre pour la suite, et ne voyant pas de douche, je paniqua un peu.

J’entrouvre la porte : « Euh ! Y a pas de douche ! "

Philippe : « Pas la peine d'aller te doucher tout de suite, tu seras tout aussi transpirant dans 5 min. Tu iras plus tard pour reprendre de forces " et referme la porte.

J'obéis sans broncher et retourna m'allonger. Il me rejoins quelque seconde après, il se met nue, ce qui me montre que monsieur à débander et je me ravie à l'idée de devoir refaire grossir ce molosse. Il vient s'allonger contre moi, et sa présence, son torse contre mon dos, son souffle dans mon cou m'électrise. Il me caresse le ventre, le dos, les fesses, les jambes, tout y passe. Je me laisse aller à ce moment de tendresse et tourne la tête pour l'inviter à m'embrasser. Au contact de sa bouche et de sa langue je me retourne pour être face à lui, et alors qu'il me caresse les fesses, mes mains sont déjà posées sur sa queue et la branle, sans que je m'en sois rendu compte.

Il s'allongea sur le dos, j'en profita pour descendre vers l'objet de tout mes désirs, et me jetta sur sa queue qui commence lentement à reprendre sa forme. A genou entre ses jambes, mes 2 petites mains sur son engin, je tend sa queue bien droite vers le ciel. Je joue avec son gland, je m'applique à lécher toute sa hampe.

Philippe. "Ramène ton petit cul par là "

Je me tourne, et nous entamons un 69 des plus fabuleux, lui fouillant mon trou avec sa langue et ses doigts, moi bouffant sa queue autant que je peux.

Après plusieurs minute de ce traitement, je reçus une claque. Je lâcha sa queue qu'il attrapa pour la garder tendu.

Philippe : "Tu l'aimes ma queue hein ? "

Moi : "Oui "

Philippe : "Empale toi dessus. "

Je me leva au dessus de lui, et m’accroupis pour m’asseoir sur ce pieu. La descente se fit sans problème. En effet sa salive, plus son jus, mais surtout la baise précédente, font que ce ne fut que du plaisir. Accroupi les mains posées sur ses jambes, penché vers l'avant, je bouge de bas en hauts les yeux fermés, me mordillant les lèvres. Lui, avait posé ses mains sur mes fesses et les écartaient pour mieux admirer le spectacle.

Philippe : "Ouai ! Vas-y bouge bien salope ! "

Je le sentis essuyer son sperme qui coule de temps en temps. Il me laissa aller et venir sans intervenir se contentant de commenter le spectacle. Ses paroles m'excitèrent terriblement, et j'accélèra la cadence en m’efforçant de bien aller sur toute la longueur.

Philippe : "Bascule vers moi "

La manœuvre fut difficile, car j'avais peur de basculer, mais j'arriv à placer mes mains autour de lui. Il m'attrapa les hanches et me fit asseoir complètement sur sa queue avant de donner un petit coup de rein pour aller plus loin. Ses mains me firent aller et venir sur sa queue, mais à mes mouvements il associa les siens en venant taper à chacune de mes descentes, me faisant gémir à chaque coup. Plus les secondes passèrent, plus il accélérait, plus ma tête basculait en arrière, jusqu'à ce que je m'allonge sur son torse, les jambes relevées dans ses mains fermes. Je me laissa complètement aller à gémir sous ses coups de boutoir, flottant sur son corps.

Philippe : « Oui vas-y jouis ! Cris petite salope".

Sentir sa queue glisser en moi, ses mains enserrer mes jambes, son souffle  fort, tout cela me rendis fou. Il lâcha une de mes jambes qui tena dans le vide totalement flasque, et me branle. Sa main plus sa queue me firent jouir en moins d'une minute. Il avait raison, la douche fut inutile, car j'avais le torse et le ventre tout gluant. Toujours en moi, nous basculons sur le flanc, il se met bien au fond de moi, et étale mon sperme avec ses doigts, puis me les met en bouche pour que je les nettoie. Il attend toujours en moi que le tension de ma jouissance descende, et m'embrasse, me caresse.

Moi après quelque minute quittant sa bouche: «  Reprend-moi ! "

Il ne se fit pas prier, et il reprit ce qu'il avait si bien commencé. Une jambe dans sa main, corps contre corps, sa queue m’emplis de plaisir. Ses mouvements sont lent et long, je gémis doucement la tête sur son bras.

Philippe tout en me besognant lentement: "Tu veux que je te baise ?"

Moi : « Oui baise moi ! "

Toujours en moi il nous fait basculer pour que je me retrouve sur le ventre lui sur moi. Il se redresse, puis décide finalement de rester contre moi allongé, s'appuyant sur ses avant bras pour ne pas m'écraser. Cette position m'offre totalement à lui. Ses coups de queue rapides, mêler à la sensation de son poids m'écrasant et me dominant ne me firent pas divaguer mais presque. Il se mit sur ses mains et me libéra de son poids, puis commença à vouloir sortir sa queue. Toujours sur le ventre, j'accompagnais son mouvement en relevant les fesses.

Philippe : « Ouai vas-y bouge ton cul ! "

Il se tient ainsi sans bouger, tandis que de mon côté je coulisse de bas en hauts sur sa queue, ce qui l'excite. Au début immobile, il se décide à venir à ma rencontre, jusqu'à reposer tout son poids sur moi, puis recula pour sortir sa queue de mon emprise. Cette sortie brutale me fis gémir.

Philippe : « Petite salope ! Tu voulais pas lâcher ma queue !  A 4 pattes que je vois comment t'es dilaté maintenant !"

Je me mis sur mes genoux, la tête posée sur la banquette, et écarta les fesses. Je ne sais pas ce qu'il a vu, mais ça lui plus.

Philippe  tout en plongeant 2 doigts: « Hmm, c'est bon ça !"

Quelqu'un frappa, Philippe ouvrit la porte et laissa rentrer Michel. De mon côté je ne bougea pas et me contenta d'attendre.

Michel : « Ça se passe bien visiblement !  Je vous dérange pas plus longtemps, je passe juste te dire que le bungalow est libre pour la nuit. "

Philippe : « Ah ok ! Bah on va en profiter alors !  Rhabille toi on déménage !"

Je ramasse mon short vite fait, et en moins de 20 secondes les draps sont changés et nous nous dirigeons vers leur bungalow. Au vu des gens qui finissaient de manger, il devait être entre 20h et 21h. Une fois arrivé, Michel nous souhaita une bonne soirée, et nous rentrâmes.

Philippe : « File dans la chambre, j'arrive ! "

J'entrai, alluma, enleva mon short et me remiis dans la position que je venais de quitter. A peine en position, il me rejoignit avec un tube de gel dans la main.

Moi surpris: « C'est quoi ? "

Philippe : « Du gel chauffant ! Tu vas adorer ! "

Ne connaissant pas, je ne dis rien, a vrai dire je m'en fichais. Je remarqua également que sa queue n'a pas débandée et j'en suis ravie. Il se plaça derrière moi à genou, et je sens qu'il verse son lubrifiant sur mon trou.

Moi : « Je ne sens rien du tout ! "

Philippe : "Ah oui ! " Et sur ces mots, il m'enfourche jusqu'au couille. Je sentis une grande chaleur m'envahir le cul, et je me demanda ce qu'il se passait, c'était incroyable. Il ne s'arrête pas là et me pistonne avec de grand coup puissant. Je cris de plaisir, le cul en feu, je le supplie de ne pas s'arrêter. Après quelque minute l'effet s'estompe et je reprend une respiration normal. Voyant cela il sortit sa queue, et versa le gel ravageur dans mon trou béant. Sur le moment, je me dis que j'allais mourir de plaisir. Il me fit mettre sur le dos, relèva mes jambes sur ses épaules et prit possession de mon cul vigoureusement. La tête posée, la bouche grande ouverte, je gémis, cria, supplia, exulta. Ce gel décuplait la plaisir procuré par sa queue glissant en moi. Je ne me contrôla plus, mon corps était totalement relâché, offert à cet homme. A cet instant je n'étais qu'une poupée qui jouissait du cul.

Philippe ralentissant : « Alors tu sens rien c'est ça ? "

Moi entre des respiration forte : « Ohh ! (respiration) Siii !(respiration) Sii !(respiration) ! C'est trop bon ! "

A peine cette phrase finie, il appuya sur mes jambes pour relever mon cul, et il sortit son membre. Le contact de l'air dans mon cul brûlant me fit du bien.

La vue de son gland à quelque cm de mon entrée me redonna également de l'énergie, mais ce ne fut pas pour autant que je retrouva le contrôle de mon corps. Je ferma les yeux pour essayer de me concentrer, quand je sentis un liquide m'emplir. J'ouvris les yeux, et le vis poser le tube. Je me dis qu'il était fou.

Philippe  ne dis rien, il savait qu'il avait gagné, que j'étais totalement accroc à lui, et qu'à ce moment j'étais tout à lui. Il se mit sur ses pieds, appuya encore plus sur mes jambes pour lever mon cul. La pénétration fut directe, et immédiatement mon cul brûlant me fit révulser. J'aurais pu me dire que cet homme était fou, mais je ne pouvais penser, trop submergé par toute cette chaleur, ce plaisir. Mes gémissements étaient complètement saccadés, et ne suivaient pas le glissement de son pieu.

Moi perdant pied : "Baise moi ! Oui ! "

Philippe  au rythme de ses coups de bite : "Tient ! Tient ! Joui ! Petite!salope ! "

Ah ça je jouis oui, je n'ai fait que ça même.

Philippe accéléra à m'en faire perdre l'esprit, et je sentis son jus de nouveau me remplir. Son jus apaisa mon cul brûlant, comme une pommade. Une fois vidé, il se retira, il respirait fort lui aussi, en effet sa baise infernale m'avait peut-être tué, mais je n'étais pas seul.

Philippe relâcha mes jambes qui tombèrent comme 2 masses sur le lit. Je peina à ouvrir les yeux, mais je le vis se lever.

Philippe : "C'est bien petite salope ! T'as tenu le choc ! Je te laisse reprendre tes esprits ! Prend ton temps chérie ! " sort et referme derrière lui.

Allongé sur le dos, les bras écarté sur le lit, les jambes flottantes, le cul toujours brûlant malgré son jus crémeux, je n'arrivais pas à reprendre mes esprits, et me concentra pour calmer ma respiration. Je due bien rester 20 minutes complètement inerte dans cette chambre, incapable de quoi que ce soit, à sentir son jus couler en moi.

Philippe entrouvre la porte : "Tu émerge ?  Oula non visiblement, t'as pas bougé. Allez vient"

Il me tire doucement par le bras m'obligeant à me lever. J’aimais beaucoup cet homme mais la je me dis que je ne pouvais pas reprendre.

Philippe : "Allez debout, j'ai fait à manger ! "

Ses paroles me rassurèrent, et je me leva difficilement. Le cul trempé, je m'approcha de la banquette du salon.

Philippe : "Hophophop ! 

Moi : "Pardon ? "

Philippe: "Tien. Met ça sous toi, pour pas en mettre partout ! "

Moi : "Ah ! Oui ! " et je m'installe.

Le repas se passa délicieusement bien, et je retrouva lentement des forces.

Philippe : "Bien mangé ? "

Moi : "Oui super ! "

Philippe : "Ça va mieux ? "

Moi : «  ça va pourquoi ? "

Philippe en souriant : "J'ai cru que je t'avais perdu tout à l'heure « 

Moi : "Bah tu m'as tué avec le gel ! "

Il rigola, et posa ses lèvres sur les miennes.

Philippe : "File à la douche "

Je ne me fis pas prier, et y resta bien 10 minutes la tête sous l'eau, ce qui me remit d'aplomb.

La suite de la nuit fut à l'image du début, à part que le temps passé dans mon cul augmentait au fil de la nuit entre chaque jouissance. On s’endormit l'un contre l'autre ( je ne sais à quel heure), quand nous fûmes exténués.

Le matin je fus réveillé sur le ventre, par une sensation plaisante. Philippe me mangeait le cul divinement, et certainement son jus aussi.

Philippe relevant la tête : "Je t'ai pas réveillé j'espère ? "

Moi : "Non, continue ! ".

Il me fouilla pendant un petit moment, me laissant dans un semi rêve des plus exquis. Puis il glissa lentement sa queue en moi. Instinctivement je releva les fesses en me cambrant. Il se coucha sur moi sans m'écraser et me besogna lentement avec de long allé retour, tout en posant des baisés sur mon cou. J'étais aux anges, et ne pouvais rêver plus beau réveil.

Il sortit, s'allongea sur le dos, et dressa sa queue. Je compris et je m'assis sur son pieu face à lui.

Il m'attira vers lui de telle sorte que je dus m'accouder. Ses mains sur mes fesses m'indiquais un rythme lent sur sa queue, je pouvais sentir mon cul brûler de la nuit. On ne disait rien, tout deux profitant de cet instant si sensuel, après une nuit si bestial, quand quelqu'un rentra.

Jean souriant : "Je dérange, pardon "

Philippe tout en continuant la cadence: " Non non. Ça a été la soirée ?  Vous venez de rentrer ?"

Jean : "Ouai super. On est rentré il y a 20 minutes. "

Philippe : "Il est quel heure ? "

Jean : "Là il est presque 8h00. On déjeune, on vous laisse quelque chose ?"

Philippe : "Oui, on va vous rejoindre d'ici peu. Tu prends quoi ? "

Moi les yeux fermés depuis le début : "Euh ! Pardon ? "

Les deux se mirent à rigoler.

Jean : "Trop drôle ce petit. Arrête de le baiser qu'il se concentre. "

Philippe arrête : "Tu prend quoi pour le petit dèj ? "

Moi : "Du chocolat svp "

Jean : "Ok c'est partit " et il nous laissa.

Philippe m'attrapa le visage à 2 mains, et m'embrassa tout en me caressant.

Philippe : "Tu sais que t'es une incroyable petite salope ? "

Je ne dis rien, et me contenta de l'embrasser. Il attrapa de nouveau mes fesses et repris ses va et vient. Il accéléra au fil de ses coups de rein, et je dus lâcher ses lèvres pour gémir. Je me redressa, ce qui fit glisser sa queue en entier en moi. Ses mains sur mes hanches, mes mains sur son torse, je me délectais de ce moment.

Philippe : "Je vais jouir beauté! "

Ses paroles furent suivies de quelques puissant coups de rein où je pus sentir une giclée venir rejoindre celle de la nuit. Nous restâmes quelque seconde ainsi emboîté, puis il me fit lâcher son engin, qui fut suivi de quelque goutte.

Il se leva, me tira vers lui pour me mettre debout, me colla contre lui et m'embrassa. Une fois nos lèvres séparées, il mit un short.

Philippe : "Pas la peine de t'habiller, tu vas salir ton short!Allez hop ! " et me claqua le cul.

Seul Jean et Michel étaient là, grand sourire en nous voyant sortir, les yeux fatigués, mon corps marqué. Je m'installa sur ma serviette à côté de l'un d'eux.

Michel en rigolant : "T'avais raison, ils ont pas beaucoup dormi "

Tout le petit déjeuner se déroula gaiement avec les anecdotes de leur soirée.

Une fois terminé, je me dirigea vers la douche sous leur regard insistant. A peine la porte fermée, les  paroles fusèrent, je n'ai jamais su, mais j'imagine qu'ils questionnèrent Philippe sur le déroulement de la soirée, car une fois sortie les sourires en coin, et les regards en disaient long. Je partis mais pas pour longtemps, car je revins presque tout les jours, et passa des vacances magnifique.

ptitpassif

max64_89@hotmail.com

s

Dernière mise à jour publique

11/11 : 9 Nouvelles

Dans les toilettes Ed.Nygma
Sucé par un mec ... Young hetero
Minet bi travesti Zephyre66
Je suis un vide-couilles Chopassif
Féminisé par mon voisin Pasdeproblem
Bonne séance au ciné Mathias
La nuit dans la cité Noprise2tete
Rencontre avec mon maître H
Voyeur Lucas

La suite...

Jeune, riche et gâté -07 Matt
Ma gorge défoncée -03 MâleLope
Sucé par un mec -02 Young Hetero
Chambres à louer -11 Jeanmarc
Un amour de soumis -04 Elfe
Séjour à Marrakech -02 Pierrot
Colocation -04 Emerick
Colocation -05 Emerick
La prison -02 Licko
Ascenseur -02 YvesChalons51
Le moniteur moto -08 Sketfan
Quand le prof dérape -02 Benoit25
Mon ami l’escort -03 Pititgayy
Mon ami l’escort -04 Pititgayy
Mon ami l’escort -05 Pititgayy
Rencontre avec mon maître -02 H
Soumise à mon concierge -02 Aline
Soumise à mon concierge -03 Aline
Mon amour pour les TTBM -02 Dann
Mon âme au diable -03 Pititgayy
Mon âme au diable -04 Pititgayy
Le prof amoureux de son élève -02 Jerem72
Le fils prodige aime obéir -06 Charles.lope
Le fils prodige aime obéir -07 Charles.lope

01/11 : 7 Nouvelles

Sur une aire d’autoroute Pascal 89
Derrière le vice Etiel
Le gérant de magasin me dépucèle Ada
Fahres Kevinpass77
Je mouille de woof Anon-pup
J’ai filmé mon copain Frank
Consultation privée Seneo

La suite...

Soumission & Domination -510 Jardinier
Soumission & Domination -511 Jardinier
Voyage Initiatique -10 Ninemark
Les amours de Francky -02 Francky
Un amour de soumis -03 Elfe
Ma vie avec mon Maître -02 AdrienSchild
Le fils prodige aime obéir -05 Charles.lope

PUBLIE TON HISTOIRE

RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

DESTOCKAGE DVD GAY

Chercher :

 

 

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter - Tumblr

Expositions

Sommaire des expositions - Verner Degray - Barbizart

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - Histoires 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Liens

Liens vers d'autres sites gay - IDM SAUNA - L'IMPACT BAR - EL HOMBRE

Photos

Modèle - Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Video

Video Gay

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)