11 Nov.
+ 54 histoires en accès privilège.
11 Nov. : +33 histoires en accès public

A noter.
Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.

VIP?
Accès privilège :
Des histoires en +, juste avec un don

Don anonyme, en paypal ou CB

MINET
PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Chapitre 1 - Chapitre 2 - Chapitre 3 - Chapitre 4

JEAN -1

Il a tout juste 18 ans et cela fait maintenant un an qu’il travaille dans mon équipe de vendeurs.
Jean est apprenti en bac professionnel  « Vente » et je l’ai accueilli  dans mon équipe pour les deux années que sa formation en alternance suppose. Dès qu’il est entré dans mon bureau pour son entretien d’embauche, j’ai craqué pour son minois. Il ressemblait tellement à tous ces beaux modèles qui me font tant rêver sur le Net…

C’est un gamin. Il a même encore des traces légères d’acné juvénile sur le front.
 Il a un beau visage ovale. Des cheveux bruns et courts ramenés en crête comme font les jeunes actuellement encadrent son front dégagé, et soulignent légèrement ses oreilles un peu décollées.
En dessous de ses sourcils bruns et fins, deux grands yeux marron brillent de malice et de l’esprit juvénile qui l’anime chaque fois qu’il vient à la boutique. Son nez est un peu large à mon avis, mais sa ligne s’inscrit parfaitement dans l’harmonie générale de son visage.

Deux belles fossettes en forme de parenthèse encadrent ses lèvres fines et rosées, et conduisent sur un menton carré et quasi imberbe.
Il n’est pas très grand, 1m75, mince. Je sais qu’il travaille sa musculation, et depuis un an, j’ai pu voir évoluer son corps, lorsque, le soir, je le croise dans le vestiaire du personnel et que je le vois simplement vêtu de son boxer.

Ses épaules se sont élargies et ses deltoïdes dessinent deux belles bosses, prolongés par des biceps et triceps qui roulent sous sa peau lisse quand il bouge. Ses pectoraux ne sont pas encore trop déformés par la « gonflette » et il affiche un beau torse dessiné, totalement imberbe. Ses deux tétons bruns sont comme gros comme des pièces de 5 centimes et ses pointes dardent en permanence.
Son ventre est plat et je devine des abdos fermes mais qui ne saillissent pas en tablette.
Enfin, ses cuisses galbées et ses mollets fermes et dessinés complètent le tableau de ce corps de jeune mâle.

Ce corps, je le désire secrètement depuis que j’ai recruté Jean. Je me souviens de notre première rencontre lors de son entretien d’embauche. Il était engoncé dans son costume mail taillé, sa cravate semblait l’étouffer et il transpirait à grosses gouttes, maladroit, nerveux, intimidé par le patron que j’étais à ses yeux de gamin.

J’essaye toujours de le croiser le matin ou le soir lorsqu’il se change, pouvoir apercevoir son corps imberbe même furtivement et nourrir ainsi mes fantasmes avec lui. Le voir en boxer ou en caleçon parfois, ou simplement torse nu provoque en moi un émoi profond, et je me surprends à le désirer ardemment, faisant avec lui des choses improbables et impossibles.

Nos journées de travail s’enchainent et en Avril, Jean vient me voir pour me parler de son rapport d’action commerciale. Il me présente son projet, et en tant que maitre d’apprentissage et tuteur, je l’accompagne dans la rédaction et surtout la correction de son travail.
Plusieurs fois dans la semaine, je me retrouve assis juste à côté de lui, et pendant qu’il corrige ses fautes ou modifie un passage, je l’observe et sens monter en moi un désir de plus en plus fort. J’ai une folle envie de le prendre contre moi, de l’embrasser, le caresser, de le…
Je maitrise tant bien que mal mon désir quand soudain nait une idée pour l’avoir enfin à moi, seul à seul, en dehors de l’environnement professionnel.

  • Dis-moi Jean, nous sommes Jeudi et il y a encore beaucoup de travail à faire sur ton document et il va falloir mettre les bouchées doubles. Or, je dois partir la semaine prochaine en réunion à Barcelone avec mes collègues européens, et je crains de ne plus avoir assez de temps à te consacrer avant la date butoir de remise du rapport. C’est bien dans 10 jours que tu dois le rendre ?
  • Ah, fait-il dépité, il va falloir que je continue tout seul alors ?

Je sens comme une pointe d’angoisse dans sa voix. Son regard se voile d’inquiétude.

  • Mais sauf qu’avec vous, j’avance bien, Monsieur.
  • Ecoute, ce que je te propose, c’est de venir dimanche chez moi et on finalisera ton dossier.
  • Oh mais je ne veux pas vous déranger !!!
  • Si je te le propose c’est que je peux le faire. Rappelle-moi où tu habites déjà ?
  • A Mantes la Jolie Monsieur.
  • Ah, ça fait loin de chez moi…
  • Vous êtes où vous ?
  • A Clamart.
  • Je vois pas où c’est…Alors ce n’est pas possible ?
  • Je vois bien une autre solution, c’est que je te ramène chez moi samedi soir après avoir fermé le magasin et on commence à bosser samedi soir, on finit dimanche matin et comme ça tu rentres tranquille dimanche après-midi, qu’en penses-tu ?
  • Non, je vais vraiment vous déranger là…
  • Jean, si je te propose cette solution, c’est que je peux le faire, sinon, je ne te ferais pas perdre ton temps à croire des choses impossibles. J’ai trois chambres à la maison, tu pourras dormir sur place et on pourra bien avancer comme ça
  • Vous êtes sûr que ça ne vous dérange pas ???
  • Tu m’agaces, Jean…
  • Ok, alors d’accord.

Le sourire qui illumine son visage en dit long sur son soulagement, et il quitte mon bureau heureux. Je ressens à ce moment une pointe de culpabilité, et me vois comme un loup qui va attaquer un agneau.
Le vendredi et le samedi s’écoulent avec une lenteur insupportable, et quand arrive enfin la fermeture du magasin, je vais rejoindre Jean dans les vestiaires.
Je trouve ce dernier en train d’enfiler ses chaussures. Il s’est déjà changé…dommage, mais je sais que je vais bientôt l’avoir rien que pour moi…

  • Alors Jean on y va ?
  • Oui Monsieur, je prends mon sac et j’arrive.
  • Tu as pensé à ton dossier au moins ?
  • Ah oui, il est là !!!
  • Alors en route !!!

Nous fermons la boutique, je la mets sous alarme et invite Jean à rejoindre ma voiture.
Pendant le trajet, Jean parle peu, intimidé sans doute à l’idée de se retrouve chez moi. Je sens monter en moi un désir de plus en plus fort, et je sais qu’il va falloir que je me maitrise pour ne pas lui sauter dessus tout de suite. Il est vêtu d’un jeans taille basse qui laisse apparaitre la ceinture de son boxer, et un t-shirt qui souligne les formes de son torse.
Après une demi-heure de route, nous atteignons enfin mon domicile. Jean me suit et entre dans ma maison.

  • Ouah, c’est grand chez vous, mais vous vivez seul ici ?
  • Oui.
  • Ah bon, mais vous n’avez pas de femme ? Il rougit aussitôt après sa question. Désolé, je suis pas très poli…
  • Non Jean, je n’ai pas, enfin je n’ai plus de femme...
  • Ah, ok.
  • Allez, viens, tu vas poser tes affaires dans la chambre.

Il me suit à l’étage et je l’installe dans la chambre que je lui ai préparée. Elle est séparée de la mienne par la salle de bains commune aux deux chambres. Jean laisse échapper un sifflement de surprise en découvrant la douche italienne qui occupe le centre de la salle de bains. Entièrement vitrée, elle expose son occupant à tous les regards et fait face à un grand miroir.

  • La vache, dit-il en entrant dans la pièce, ça c’est de la douche !!! Je n’en n’avais jamais vu des comme ça !!! on se croirait dans un film américain…
  • Si tu veux prendre une douche, Vas-y, lui dis-je.
  • Avec qui ? dit-il en rougissant.
  • Avec personne, réponds-je un peu surpris. Pourquoi, tu as envie de prendre une douche à deux ?
  • Non ! pas du tout !!! dit-il les joues pivoines.
  • Donc, si tu veux te mettre à l’aise et prendre une douche pendant que je prépare le diner, tu as des serviettes dans le meuble sous le lavabo.
  • Ok, je vais faire ça.
  • Très bien, je te laisse.

Je quitte la chambre et rejoins la mienne pour me changer. J’enfile un toile et un polo moins formel que mon habituel costume gris anthracite, et qui mettrait mal à l’aise Jean si je le conservais pendant notre soirée. De ma chambre, j’entends que Jean est passé dans la salle de bains, et deux minutes plus tard, le bruit de la douche m’indique qu’il est dessous.

J’ai une folle envie d’entrer dans la pièce, mais je résiste et patiente quelques minutes. Savoir que le garçon de mes rêves est là, juste à côté de ma chambre, nu me fait immédiatement bander.
 Puis, ne résistant plus à l’envie de le voir nu, j’ouvre discrètement la porte de ma chambre vers la salle de bains, et regarde son reflet dans le miroir.
L’image est quelque peu floue à cause de la vapeur qui se dépose peu à peu sur le miroir. Jean me tourne le dos, et je peux regarder directement vers la douche.

La vision est délicieuse. La lumière tamisée et chaude diffusée par les spots souligne par un subtil jeu d’ombre et de lumière les formes alléchantes de ce corps juvénile. Sa peau humide luit et scintille et chaque mouvement met en valeur une partie de son anatomie.
Je peux admirer son dos et ses fesses. Je devine une fine raie de poils bruns le long de sa raie, à moins que ce ne soit une ombre.

Jean se shampouine les cheveux, chantant un air actuel sous le jet d’eau. Il se tourne pour se rincer la tête. Je recule dans ma chambre de peur qu’il ne me voie en train de le mater, mais il reste les yeux clos sous le jet d’eau et je peux l’admirer de face.
L’eau donne à son corps un relief encore plus excitant, et en le regardant, je ne peux m’empêcher de me caresser le sexe à travers mon pantalon.

Alors que je n’y avais pas encore prêté attention, mon regard glisse vers son bas ventre et sa verge d’ado qui balance au rythme du frottement de ses mains sur ses cheveux.
 Elle est belle, mi dure, calottée par un long prépuce. Elle repose sur deux bourses pendantes et est couronnée me semble-t-il d’une petite touffe de poils pubiens.
Ses bras levés révèlent des aisselles peu poilues et dessinent un corps encore plus beau que ce que j’imaginais.

Les cheveux propres, et toujours en chantant, Jean attaque le savonnage de son corps d’éphèbe. Ses mains courent sensuellement et doucement sur son torse et glissent peu à peu sur son bas ventre pour enserrer sa verge et ses testicules.
Sa main droite se resserre sur son pénis et Jean commence à le savonner avec beaucoup de douceur. La mousse se développe sur son pubis et ses bourses et je devine le sexe qui grossit entre ses doigts.

De la main gauche, Jean se caresse un mamelon et tourne son doigt sur l’aréole qui le cerne.
Son chant a été remplacé par un gémissement plus que suggestif, qui exprime clairement le plaisir qu’il ressent.

Il s’appuie contre une des parois de la douche pour se concentrer sur sa lente masturbation, et pour profiter pleinement de son plaisir.
Il lâche un instant son pénis et je découvre raide !!! Une magnifique bite se dresse maintenant dans son bas ventre et le gland rosé apparait à moitié décalotté.
Jean remet un peu de gel douche sur le bout de son gland et doucement l’étale du creux de la main sur son gland en le décalottant complètement. Connaissant les sensations que cette caresse procure, j’imagine très bien ce que ressent Jean en ce moment.
Sous l’action de ses caresses, il gémit de plus en plus fort, lorsque d’un coup, je l’entends dire :

  • Oh oui, suce moi, vas-y !!! suce-moi bien à fond !!!

Puis :

  • Encule moi, oh oui, à fond !!!

J’ai du mal à en croire mes oreilles !!! Le jeune homme serait donc homosexuel !!! Je ne pouvais pas en espérer tant. Il va donc bien se passer quelque chose ce weekend !!! Et ne t’inquiète pas, mon beau mâle, je vais satisfaire à toutes tes demandes…
Je reprends mon observation de sa branlette. Je n’avais jamais vu un jeune mâle dans son acte d’onanisme et il se lâche totalement. Sa verge raide coulisse entre ses doigts, son prépuce dévoilant et cachant son gland rouge au rythme des va et vient de ses doigts. La main libre enserre ses couilles encore pleine, puis se glisse dans sa raie pour aller se caresser l’anus. Je crois même deviner qu’il se doigte le gourmand !!!

Jean se masturbe maintenant à pleine main, avec force et vigueur et il lui faut peu de temps pour parvenir à l’extase finale. Trois longs jets de semence blanche jaillissent de son sexe et viennent s’écraser sur la paroi de la douche.

Je quitte mon poste d’observation, bouleversé à la fois par le spectacle de ce jeune mâle en pleine jouissance et par la promesse d’un beau moment à venir quand je l’aurai mis dans mon lit…
C’est alors que je réalise que je bande comme un fou et qu’excité par la vue de Jean se masturbant, j’ai mouillé à outrance mon boxer et que mon precum a traversé le tissu de mon pantalon.
Je change alors rapidement boxer et pantalon pour enfiler des vêtements propres et descend rapidement à la cuisine.

Je commande des pizzas par téléphone et m’installe, l’air de rien sur le canapé de ma terrasse, le rapport de Jean à la main, faisant celui qui a travaillé pendant qu’il se douchait.
Jean me rejoint 10 minutes plus tard, ce qui m’a laissé le temps de débander.
Il m’apparait torse nu, vêtu d’un short ample. Il est resté pieds nus. Il s’installe en face de moi, souriant, détendu, et je lui rends son sourire.

Romain

romainjm@hotmail.fr

Suite de l'histoire

Autres histoires de l'auteur : Marc - Tokyo
Cette histoire est celle de mon premier amour - Arnaud - Un soir de grève (l'intégrale) - JEAN -1 - Kamel -

Dernière mise à jour publique

11/11 : 9 Nouvelles

Dans les toilettes Ed.Nygma
Sucé par un mec ... Young hetero
Minet bi travesti Zephyre66
Je suis un vide-couilles Chopassif
Féminisé par mon voisin Pasdeproblem
Bonne séance au ciné Mathias
La nuit dans la cité Noprise2tete
Rencontre avec mon maître H
Voyeur Lucas

La suite...

Jeune, riche et gâté -07 Matt
Ma gorge défoncée -03 MâleLope
Sucé par un mec -02 Young Hetero
Chambres à louer -11 Jeanmarc
Un amour de soumis -04 Elfe
Séjour à Marrakech -02 Pierrot
Colocation -04 Emerick
Colocation -05 Emerick
La prison -02 Licko
Ascenseur -02 YvesChalons51
Le moniteur moto -08 Sketfan
Quand le prof dérape -02 Benoit25
Mon ami l’escort -03 Pititgayy
Mon ami l’escort -04 Pititgayy
Mon ami l’escort -05 Pititgayy
Rencontre avec mon maître -02 H
Soumise à mon concierge -02 Aline
Soumise à mon concierge -03 Aline
Mon amour pour les TTBM -02 Dann
Mon âme au diable -03 Pititgayy
Mon âme au diable -04 Pititgayy
Le prof amoureux de son élève -02 Jerem72
Le fils prodige aime obéir -06 Charles.lope
Le fils prodige aime obéir -07 Charles.lope

01/11 : 7 Nouvelles

Sur une aire d’autoroute Pascal 89
Derrière le vice Etiel
Le gérant de magasin me dépucèle Ada
Fahres Kevinpass77
Je mouille de woof Anon-pup
J’ai filmé mon copain Frank
Consultation privée Seneo

La suite...

Soumission & Domination -510 Jardinier
Soumission & Domination -511 Jardinier
Voyage Initiatique -10 Ninemark
Les amours de Francky -02 Francky
Un amour de soumis -03 Elfe
Ma vie avec mon Maître -02 AdrienSchild
Le fils prodige aime obéir -05 Charles.lope

PUBLIE TON HISTOIRE

RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

MINET

Chercher :

 

 

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter - Tumblr

Expositions

Sommaire des expositions - Verner Degray - Barbizart

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - Histoires 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Liens

Liens vers d'autres sites gay - IDM SAUNA - L'IMPACT BAR - EL HOMBRE

Photos

Modèle - Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Video

Video Gay

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)