1er Juill.
Nouvelles histoires, nouvelle galerie photo "Daddy" & plan de vacances

VIP
"Accès Avant-Première" des histoires juste avec un don, ou en écrivant une histoire

Don anonyme, en paypal ou CB

PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Épisode précédent

Jeux Entre Frères

2eme Partie

Sur le chemin du retour, Gabriel vit une affiche faisant la promotion d’un groupe de musique qui devait se produire en ville ce soir. Il proposa à Thomas et moi d’y aller, mais je n’avais pas vraiment envie de sortir. Je décidais malgré tout de lui dire oui pour lui faire plaisir et aussi parce que je ne le voyais que trop rarement le reste du temps

Je téléphonai à plusieurs de mes amis pour voir s’ils voulaient se joindre à nous, mais aucun d’entre eux n’étaient vraiment enthousiastes à l’idée d’aller à un concert amateur. Thomas nous laissa en plan en fin d’après midi pour rejoindre ses potes, et je me retrouvai finalement seul avec Gabriel au concert

Je me souviens avoir passé la majeure partie de la soirée adossé à un mur, buvant des bières à la chaîne et espérant sincèrement que le groupe finisse par jour un morceau connu. Gabriel, lui, était à fond dans le concert. Il ne dansait pas mais il profitait visiblement du son. Il n’hésita pas non plus à se joindre à un autre groupe de personnes au bar. Il discuta longuement avec eux et il disparut même un moment pour s’éclipser avec une nana aux toilettes

Alors que je restais là à supporter la musique, une fille plutôt fine et grande vint me voir pour discuter. Elle avait un visage angélique et des longs cheveux blonds. On parla pas mal et elle ria à chacune de mes blagues. Elle était un peu niaise et pendant toute la discussion, je fixais sa poitrine. Elle portait un t-shirt noir très serré qui mettait plutôt bien en valeur sa petite poitrine. Je finis par me demander s’il y avait moyen pour qu’elle et moi on se trouve un endroit discret… Il n’y avait de toute façon aucune chance que ma copine l’apprenne. Mais Gabriel me rejoint à ce moment là

Il ne lui adressa même pas la parole et la nana finit par partir de son côté. Gabriel m’expliqua qu’il avait eu sa dose de musique et qu’il préférait rentrer maintenant. Je téléphonai à ma copine pour savoir comment elle allait. Elle paraissait endormie et confuse. Je me sentis coupable de la réveiller. Je lui demandai si elle voulait qu’on aille manger une pizza mais elle mit un long moment à me répondre :

« Tu sais Seb, je pense pas. Je suis vraiment fatiguée. Je pense que j’ai de la fièvre. J’ai juste besoin de dormir. Désolé. »

« Je vais quand même passer. Tu sembles vraiment pas bien et ça m’inquiète » lui répondis-je alors

« Non, non, T’inquiètes pas. J’suis juste extenuée. Ça ira mieux après m’être reposée. Est-ce que tu peux rester chez toi avec Gabriel pour la nuit ? J’ai besoin de passer une bonne nuit de sommeil. »

« Ouais bien sûr, même si je préférerais passer la nuit avec toi. »

« Je sais Seb, mais j’ai juste besoin de rester allongée ici. Je te verrai demain. »

J’étais sur le point de discuter son choix mais elle raccrocha net. Je rentrai alors chez moi avec Gabriel, en oubliant pas d’acheter quelques packs de bières en chemin. Une fois arrivé, on retrouva Thomas devant l’entrée qui revenait lui aussi de sa soirée. Gabriel lui proposa de se joindre à nous pour boire quelques bières et on alla directement se poser dans ma chambre. Je m’assis à côté de Gabriel sur le lit, et Thomas reprit la chaise de bureau

Je pense que Gabriel appréciait beaucoup Thomas maintenant parce qu’il lui parlait assez ouvertement. Ils parlaient de notre famille, des nombreux séjours qu’on passait en Allemagne pour aller rendre visite à nos cousins, ce genre de trucs. Thomas s’y intéressait beaucoup parce qu’il était allé en Allemagne l’été dernier avec sa copine. Il mentionna plusieurs noms de ville et Gabriel semblait content de pouvoir se souvenir de certains d’entre eux

Puis on commença à devenir calme. On ne trouvait plus vraiment de sujets de discussion

Je me penchai pour attraper une nouvelle canette de bière et je m’aperçus que j’en avais déjà bu quelques unes. Après un court instant, Thomas nous lança sans prévenir :

« Alors, c’était quoi ce bordel ce matin ? »

Gabriel lui demanda : « Quel bordel ? »

Thomas sourit et paru perplexe. « Ne me dites pas que vous avez oublié. »

Ni Gabriel ni moi ne répondîmes immédiatement et puis on finit par prendre la parole en même temps. Gabriel s’arrêta avant de finir et je continuai ce que j’étais entrain de dire : « On essayait juste de te faire chier. »

Thomas ignora mon commentaire et reprit : « Alors c’est ce genre de trucs que des frères ont l’habitude de faire ? »

Je pense qu’on le fixa tous les deux sans répondre et il clarifia immédiatement ce qu’il venait de dire

« Je veux dire, vous avez déjà fait ça avant ? C’est un truc habituel ? »

Je souris et je répondis : « T’es un peu fasciné par ça non ? »

« Ouais, peut-être… » Dit-il timidement

« Je pensais pas que ça serait ton truc pourtant. »

« Non je sais. J’suis pas gay, mais… »

Et Gabriel le coupa net : « C’est pas un truc de gay. »

Thomas répondit alors : « Ouais je sais, mais… »

Mais Gabriel l’interrompit de nouveau : « Non, sérieux. Y’a rien de gay entre nous. On est frère. On est presque la même personne. Au moins génétiquement. Donc c’est pas gay. C’est plus comme de la masturbation. Comme si je me baisais moi-même. Enfin en quelque sorte. »

J’avais alors l’impression que Gabriel disait d’avantage ça pour essayer de me convaincre plutôt que Thomas. Je pense qu’il avait pas mal dû penser à ce qui était arrivé et qu’il avait fini par en arriver à cette conclusion

Thomas intégra tout ce que Gabriel venait de dire et il acquiesça lentement : « Ouais, ça a du sens. »

On resta un long moment assit, buvant chacun dans nos canettes. Puis Thomas s’en reprit une nouvelle et relança la discussion

« Je suppose qu’entre frère vous pouvez expérimenter quelques trucs ensemble, sans vous sentir coupable. »

Gabriel ne répondit rien, alors je finis par dire : « J’imagine ouais. »

Thomas se risqua alors à me demander : « Jusqu’où t’irais ? »

Une fois de plus, je pense qu’on resta là à le fixer sans réagir. Il nous regarda droit dans les yeux et nous demanda avec un sourire provocateur : « Est-ce que vous vous embrasseriez ? Je veux dire, un vrai baiser… »

Je regardai mon frère qui affichait un large sourire.  Il but une gorgée de bière et répondit en rigolant : « Je te laisse lui répondre Seb. »

Je me tournai de nouveau vers Thomas qui ne me quittait pas des yeux et je lui répondis :

« Ouais je pense. Enfin ça serait pas un gros problème pour moi. »

Je me tournai vers Gabriel pour voir sa réaction et il enchaîna : « Pour moi non plus. »

Après quoi on se retourna vers Thomas. On aurait dit qu’il essayait de répéter dans sa tête ce qu’il s’apprêtait à nous dire, se demandant certainement comment on allait le prendre. Après quelques secondes, il nous dit calmement : « Alors allez-y ! »

Je me tournai alors vers Gabriel. Il avait déjà le visage un peu penché vers moi de sorte que je me retrouvais très proche de ses yeux. Son regard impénétrable m’intimidait quelque peu, mais il souriait toujours. Il paraissait diabolique. Je lui souris en retour et je ressentis une drôle de sensation. J’étais excité, mais je me sentais un peu mal en même temps

Je me penchai vers Gabriel et il prit aussi les devants en se penchant vers moi. Je sentis son souffle chaud contre mon menton pendant qu’il s’avançait, puis ses lèvres touchèrent les miennes. J’avançai un peu plus, de sorte que nos lèvres appuyèrent davantage les unes contre les autres. Il entrouvrit lentement ses lèvres et je fis la même chose. J’embrassai alors ses lèvres chaudes et humides à plusieurs reprises. Cela me paraissait naturel. Je laissai tomber la canette que je tenais toujours en main, et j’enroulai mon bras autour de son cou. Il plaça alors son bras gauche autour de ma taille et sa main commença doucement à masser mon dos. Il ouvrit un peu plus ses lèvres et je m’aventurai à y glisser ma langue. Je l’y laissai un long moment. Je caressais sa lèvre supérieure du bout de ma langue. Gabriel m’attira vers lui et se mit à refermer ses lèvres plusieurs fois sur ma langue, m’invitant à l’enfoncer un peu plus loin encore. Sa salive avait le goûte de bière et notre baiser ne ressemblait en rien à un baiser de fille. Le fait d’être entrain d’embrasser Gabriel, mon frère aîné, ne quittait plus mes pensées et amplifiait considérablement mon excitation

La main gauche de Gabriel continuait de me masser le dos, des épaules jusqu’à la chute de mes reins. Je tremblais en sentant sa main lourde et grande passer sur moi

Plus j’enfonçais ma langue entre ses lèvres et plus mon cœur s’accélérait. Je commençais à sentir ma queue grossir dans mon jean. J’embrassais mon frère passionnément et il me répondait en utilisant ses lèvres sur ma langue, comme s’il avait été entrain de me sucer. Je l’agrippai un peu plus par les épaules et je le rapprochai encore vers moi. Je pouvais sentir son souffle s’accélérer

Puis Gabriel finit par se reculer. J’ouvris mes yeux. Je n’avais même pas réalisé les avoir fermé. Je me demandai alors si Gabriel les avait fermé aussi. Je me demandai également si sa queue avait prit de l’ampleur après ce baiser

Gabriel se tourna vers Thomas et je remarquai qu’il avait les lèvres humides

Thomas nous regardait fixement, visiblement captivé par ce qu’il venait de voir. Il semblait avoir du mal à sortir de l’espère de transe dans laquelle on l’avait mis. Il finit par sourire et par dire :

« Putain ! »

Je bus une gorgée de bière, et Gabriel en fit autant

« Est-ce que vous… Enfin, je sais pas si vous avez envie de continuer les mecs. Mais comme tu l’as dit Gab, c’est comme de la masturbation. Y’a aucun problème. Alors… est-ce que vous seriez prêt à toucher la queue de l’autre ?»

Gabriel se tourna vers moi et je lui répondis : « A ton tour de répondre. »

Il se mit à rire : « Ouais, bien sûr que je le ferais. »

Thomas et Gabriel me regardèrent alors fixement

« Comme tu l’as dit Thomas. Y’a aucun problème. » répondis-je alors

Gabriel sourit un peu plus encore et baissa le regard vers son entrejambe. Il avait une bosse plutôt marquée sur le devant, mais ça pouvait simplement être une indication de la taille de sa queue plutôt que d’une possible érection naissante. Il écarta assez largement ses jambes et il me lança :

« Fais-toi plaisir ! »

Je me penchai vers l’avant et j’avançai mon bras droit vers son entrejambe. Gabriel continuait de me regarder dans les yeux. Il eut un frisson quand je finis par atteindre le devant de son jean. Je suppose que malgré son calme apparent, c’était un moment très important pour lui

Je posai mes doigts sur le dessus de son jean et l’index sur sa braguette. Puis je fis glisser ma main lentement de haut en bas pour sentir les contours de sa queue et de ses couilles au travers du jean. Sa queue semblait être dirigée vers le bas dans son caleçon, recouvrant ses couilles dans cette position. Je pouvais sentir son épaisse tige céder à la pression légère de mes doigts au travers de la toile de son jean. C’était chaud et doux

Gabriel me regarda droit dans les yeux et me sourit tendrement. Il semblait vraiment apprécier de voir son petit frère tâter son indécent paquet. Il me dit alors : « Rapproche-toi un peu. C’est un truc qui marche à deux. »

Je m’approchai alors de lui pour lui faciliter l’accès à mon entrejambe. Il se pencha vers moi et glissa sa paume sur mon paquet. Ma queue était à moitié dure et Gabriel n’eu pas de difficulté à la trouver, coincée sur le côté gauche de mon caleçon. Il pinça doucement ma queue entre ses doigts et je la sentis se raidir un peu plus en réponse. Gabriel se mit à sourire en la sentant réagir ainsi. Je pouvais voir ses dents blanches et parfaites

Agir ainsi avec Gabriel était vraiment étrange. Nous tenions chacun dans nos mains le paquet de l’autre. L’embrasser paraissait plus naturel mais nous le faisions davantage comme quelque chose de sexuel. Savoir que Thomas nous regardait ajoutait un côté comique et macho qui m’aidait à accepter ce que nous faisions. C’était un peu comme de la provocation

Les doigts de Gabriel continuaient de glisser sur ma queue et atteignaient tout doucement mon gland, juste à côté de la poche gauche de mon jean. Quand il l’atteignit finalement, il coinça mon gland sous son pouce et il le massa doucement en le glissant sur sa largeur. Il me dit alors :

« T’as plus vraiment grand-chose d’un p’tit frère, Seb ! »

Je me mis à rire et je regardai Thomas. Il nous fixait avec une expression assez intense. Il étudiait minutieusement le mouvement de nos mains et il avait maintenant les joues bien rouges

Je sentis la queue de Gabriel se durcir sous son jean. Elle commençait à appuyer contre la toile serrée, en tentant de se faire un chemin vers la ceinture de son caleçon. Je la branlais lentement pour la sentir s’épaissir et devenir plus dure sous la caresse de mes doigts. Il dit alors :

« Je dois la remettre en place, attends. »

Puis il retira sa main de mon entrejambe pour venir la glisser sous la ceinture de son jean. Je retirai ma main pour lui laisser le temps de réajuster sa queue. Après l’avoir placé dans une position un peu moins douloureuse, il me sourit et me dit :
« C’est bon elle a toute la place dont elle a besoin, maintenant. »

Thomas enchaîna : « Euhh… C’est pas vraiment ce que j’avais en tête les mecs. » Sa voix tremblait légèrement, comme s’il craignait de nous dire la suite

Gabriel et moi le regardâmes et Thomas reprit son explication : « Ouais… je pensais que vos queues seraient en dehors de vos pantalons. »

Je me mis à rire et je lui répondis : « Y’a pas moyen que je te montre ma queue. »

« C’est quoi le problème ? Je l’ai déjà vu avant. Des centaines de fois. »

Incrédule, je lui dis alors : « Euhh, quand ça ? »

« Bah, dans la salle de bain… »

« Ouais, mais je bandais pas. »

Je réalisais alors qu’en disant ça j’avouais que mon frère m’avait fait bander, mais Thomas ne releva pas et dit alors :
« C’est pas un problème de bander. Je veux dire, je banderais moi si j’étais à ta place. »

« Ouais mais j’ai pas envie que tu vois ça. »

« Je peux sortir ma queue si tu veux. »

Je le regardais surpris

Il enchaîna sans attendre ma réponse : « Elle est plutôt dure aussi »

Je regardai Gabriel. Il semblait vraiment s’amuser à nous écouter. Il devait profiter de chaque minute qui s’écoulait. Il se tourna vers moi et me dit : « Pourquoi pas… »

Je me retournai vers Thomas et je lui dis : « Okay, mais vas-y d’abord. »

Thomas se leva difficilement de sa chaise et je me rendis compte qu’il était bien bourré. Cela me confortait un peu. Il ne se souviendrait probablement de rien demain matin. Il nous sourit et nous demanda : « Vous êtes prêts ? »

Il ouvrit sa braguette et y engouffra la main. Il batailla un peu avec son caleçon avant de pouvoir positionner sa queue pour la sortir par la braguette. Après l’avoir enfin sortie, je vis qu’elle était bien incurvée vers le haut comme j’avais cru le voir ce matin. Il recula son prépuce et nous révéla un gland rouge vif. Il était luisant et il paraissait bien collant. Il nous lança alors à tous les deux : « Satisfaits ? »

« Je pense que tu devrais fermer la porte » lui répondis-je alors

« Merde ! » Il courra en titubant jusqu’à la porte, la queue se balançant de haut en bas. Puis après avoir verrouillé la porte, il retourna à sa place, en se tenant appuyé contre le mur, sa queue bandée pointant vers nous. « Allez, à vous les mecs. »

Gabriel et moi nous regardâmes, amusés par la situation. « A ton tour d’être le premier je crois. » me lança alors Gabriel

Je me relevai sur les genoux en face de Gabriel et il fit la même chose. Il regarda mon entrejambe et me dit : « Vas-y ! »

Je descendis ma braguette et j’y plongeai la main à la recherche de ma queue. Elle était à moitié dure et à moitié molle, encore pendante mais déjà bien épaisse et bien lourde. Je l’adorais quand elle était comme ça, surtout quand j’étais sous la douche aux vestiaires ou à la piscine. Les mecs avaient l’habitude de la regarder et de bouger pour avoir une meilleure vue. Je suis plutôt bien fait, et quand je suis dans cet état, excité mais pas encore bandé, j’attire pas mal de regards

Je la sortis de mon caleçon et je la laissai pendre par l’ouverture de ma braguette. Elle devait mesure 16 ou 17 centimètre alors qu’elle était encore molle. Mon prépuce était collé au gland et n’en révélait seulement qu’une petite partie déjà bien rouge

Thomas dit alors : « T’es chanceux Seb. »

Je me tournai vers Gabriel et il ouvrit à son tour sa braguette. Il y glissa sa main et comme Thomas et moi, batailla un court instant pour atteindre sa queue coincée sous son caleçon. Je me demandais si elle allait être raide. Mais sa queue était dans le même état que la mienne. Elle était juste un peu plus large que la mienne et son prépuce laissait apparaitre son gland presque en entier

Sans commentaire de la part de Thomas, Gabriel agrippa ma queue. Il la tint dans la paume de sa main pendant quelques secondes en la serrant simplement. Puis il replaça sa main dans une meilleure position et il commença à faire glisser mon prépuce jusqu’à ce que mon gland injecté de sang soit complètement découvert. La forte odeur de ma queue me frappa alors immédiatement. J’espérais que Gabriel et Thomas ne sentaient rien

Gabriel ne quittait plus ma queue des yeux et il commença à faire glisser mon prépuce le long de ma hampe dans un mouvement régulier. C’était bon de le sentir jouer avec ma queue et elle commença à s’épaissir un peu plus en réponse à ses mains expérimentées

Gabriel murmura alors à mon oreille : « Fais-moi la même chose ! »

J’avançai alors le bras et je plaçai mes doigts autour de son membre pendant. Il était vraiment chaud et la peau qui le recouvrait était douce. Je suivis son exemple et je le serrai lentement. Je le sentis immédiatement réagir

Il murmura, sachant pertinemment que Thomas pouvait nous entendre : « Mon p’tit frère sait visiblement comment s’en occuper… »

Je repositionnai ma main pour avoir un meilleur angle pour le branler. Puis j’essayai de faire aller et venir son prépuce sur son gland comme il avait commencé à me le faire. Mes mouvements étaient un peu maladroits au début et j’avais peur de lui faire mal. Mais il ne m’arrêta pas. A mesure que je développais un rythme régulier, j’avais le sentiment de sentir sa queue s’alourdir et se raidir dans la paume de ma main. Ce que je vivais était aussi inattendu qu’incroyable. Même dans mon état alcoolisé, je profitais vraiment de pouvoir sentir la queue de mon frère grossir dans ma main. Elle devenait de plus en plus dure et veinée à mesure qu’elle grossissait

Je ne la quittais maintenant plus des yeux et je la regardais s’épaissir sous le mouvement de branle que je lui infligeais. J’accélérai légèrement le rythme et Gabriel me regarda dans les yeux. On ne se quitta pas des yeux pendant quelques secondes, puis il me sourit de nouveau

Je regardai ma propre queue et je vis la main de mon frère jouer avec mon prépuce et accélérer le rythme. J’étais maintenant complètement raide et ma queue paraissait plus qu’honorable. Mon gland, lui, devenait de plus en plus vif à mesure que mon frère accélérait le mouvement de son poignet. Ma queue commençait à baver et à lubrifier la main de Gabriel

Je regardai de nouveau la queue de mon frère. Elle commençait aussi à devenir complètement raide et parfaitement droite. Elle était clairement plus épaisse et plus longue que la mienne. Ma main allait et venait de plus en plus vite sur son membre, coulissant son prépuce d’avant en arrière à la vitesse que j’appréciais moi-même lorsque je me branlais

Gabriel et moi restâmes dans cette position quelques minutes de plus, à genoux sur le lit, se branlant l’un l’autre. Il me souriait toujours, et je lui souris en retour. Nos mains travaillaient au même rythme. Nos respirations commencèrent lentement à s’accélérer

Puis Gabriel me dit en haletant : « Elle est plutôt grosse. Juste comme la mienne… »

Je lui répondis en respirant rapidement : « Ouais… Mais un peut plus petite. »

Il se mit à rire et me dit : « Elle deviendra plus grande en labourant des nanas… »

Je lui dis étonné : « Vraiment ? »

Il sourit et répondit essoufflé : « Embrasse-moi Seb ! »

Je m’approchai de lui et je l’embrassai de nouveau. Nos mains étaient toujours entrain de branler la queue de l’autre à un rythme soutenu. Nos lèvres étaient plus impatientes que jamais. Ma langue plongea directement dans sa bouche et il la lécha avec sa propre langue

Je me sentais tellement bien de faire ça avec Gabriel. De l’embrasser et de lui faire plaisir alors qu’il me faisait la même chose. Je n’arrêtais pas de penser à la raison pour laquelle il nous avait fallu tant de temps pour faire ça ensemble. J’avais 20 ans et je découvrais seulement maintenant une certaine proximité avec mon frère dont j’aurais pu profiter pendant des années. Je ne remettais pas pour autant en cause ma propre hétérosexualité car je profitais seulement de ce que Gabriel et moi partagions comme frères et je ne voulais pas faire de lui ma copine

Je reculai quelque peu et je regardai sa queue. Elle me paraissait énorme maintenant, épaisse et bien dure, pointant droit en dehors de son jean. Ma main était presque floue tant elle allait et venait rapidement le long de son manche. Son large gland était excité par une succession rapide de passages de ma main. Il se recouvrait rapidement d’un liquide clair et collant qui imprégna mes doigts et qui adoucit leur mouvement sur sa peau sensible

Gabriel plaça son pouce au bout de ma queue et commença à le glisser autour de l’ouverture de mon gland. La sensibilité de mon propre gland me fit trembler. Je laissai échapper un râle de contentement. J’étais alors tellement en extase que ma main relâcha sa queue sans que je m’en rende compte

Il me dit en rigolant : « T’aimes ça ? »

Et je lui répondis, affaibli par la sensation de son pouce glissant autour de mon gland : « Putain, ouais ! »

« Je savais que t’aimerais. C’est un de mes trucs préférés. »

Il empoigna plus fermement encore ma queue dans la paume de sa main et il continua à dessiner des cercles avec son pouce sur mon gland plus sensible que jamais. Je sentis ma queue trembler entre ses doigts, mon plaisir quasi incontenable.
« Putain, je vais éjaculer… » lui dis-je alors

Je regardai Gabriel dans les yeux et je vis qu’il souriait largement. Je baissai les yeux vers sa queue et je la vis pointer droit vers moi, vibrant et atteignant sa taille maximale. Son gland laissait échapper un liquide clair et collant qui venait atterrir sur le drap du lit

Je gémis encore : « Oh putain ! »

Thomas nous arrêta alors : « Hey les mecs, attendez un peu ! »

Gabriel se recula et je tombai légèrement en arrière pour reposer les muscles de mes cuisses. Je tentai de retrouver une respiration normale et je ne pus m’empêcher de m’approcher de la tâche que formait le lubrifiant qui était sorti de la queue de mon frère. Ma queue palpitait nerveusement. Elle n’aurait demandé que quelques mouvements de plus de la part de mon frère pour finir ce qu’il avait commencé

Quand je réussis à calmer l’orgasme qui manquait de me faire exploser, je regardai Thomas. Il ne nous avait pas quitté des yeux et il avait toujours sa queue bien en main. Son gland paraissait brûlé par les mouvements nerveux infligé par sa main. Il était clair qu’il s’était branlé en nous regardant

« Quoi ? » lui demandai-je alors

Il me répondit sans complexe : « Je pensais que… » Il fit une pause puis reprit : « Vous êtes bandants tous les deux. Enfin, j’suis pas gay mais putain vous faites un super couple… » Il ria alors sans savoir s’arrêter

Gabriel et moi devions en effet avoir de la gueule. Tous les deux blonds et bien bâtis. Même si mon frère était plus imposant que moi, je me défendais quand même pas mal

Puis Thomas reprit : « Je pensais que vous seriez prêts à aller plus loin. »

Je lui répondis sans attendre : « Je ne vais pas l’enculer devant toi ! »

Je réalisai alors immédiatement qu’en disant cela, je laissais entendre que j’aurais été prêt à le faire si Gabriel et moi avions été seuls. L’idée ne me déplaisait en tout cas pas

Je me tournai vers mon frère qui me regardait lui aussi. Il paraissait plus sérieux. Puis il finit par me sourire

Personne ne parla pendant quelques secondes. Gabriel et moi étions assis, nous regardant l’un l’autre, tous les deux avec nos queues pointant droit en dehors de nos jeans

Thomas reprit : « Je sais pas… Comment vous vous sentiriez si vous vous suciez la queue? »

Avant que j’ai le temps de répondre, Gabriel répondit : « Pas moyen. Ça va un peu trop loin. »

Thomas me regarda et je pensais toujours à ce qu’il venait de proposer

Je répondis lentement, en prenant le temps de penser à ce que j’allais dire : « Je sais pas… Je dirais pas non si rapidement. »
Je sentis le regard accusateur de mon frère se poser sur moi mais je ne levai pas les yeux vers lui. Je m’étais contenté de dire les choses telles que je les pensais. Je n’avais pas besoin de le regarder pour avoir son accord

« Je me suis toujours demandé quel goût a ma queue. Enfin vous savez, quand les filles la sucent. Donc je pense que ça pourrait être intéressant d’essayer… »

Thomas rebondit en signe d’encouragement : « Ouais, parce que je pense que sa queue doit avoir le même goût que la tienne… »

Gabriel manqua de s’étouffer

Je me retournai vers lui. Il regardait Thomas et lui dit : « Tu veux voir Seb me pomper ? »

Thomas lui répondit : « Bah, je me demande juste si vous seriez okay pour aller plus loin. »

« Ouais, mais tu veux vraiment voir ça ? Ça t’excite ? » demanda Gabriel en tentant visiblement de comprendre ce qui motivait Thomas

« Je sais pas. J’ai jamais rien fait de ce genre. J’ai même jamais pensé à ça. A part, vous savez…

« Quoi ? »

« J’ai déjà imaginé deux sœurs entrain de se faire plaisir, mais jamais des frères… »

« Mais maintenant t’as vu ce que c’est… Alors t’en penses quoi ? » demanda Gabriel

Thomas fixa Gabriel pendant quelques secondes avant de lui répondre : « Je sais pas… Je suppose que j’aime ça… »

Gabriel me regarda et me demanda : « Tu veux vraiment faire ça Seb ? »

« Ça pourrait être intéressant. » lui répondis-je alors

Je baissai les yeux vers sa queue et je vis qu’elle était redevenue un peu plus molle. Elle était toujours en dehors de son jean mais elle pointait vers le bas

Thomas nous lança alors : « Je vous envie… Je kifferais de savoir quel goût a ma queue. »

Je me penchai vers l’avant pour me rapprocher de la queue de mon frère. Toujours sur les genoux, il se redressa légèrement pour rapprocher son entrejambe de mon visage. Il me dit alors : « Si t’aimes pas ça, arrête-toi ! Je comprendrai. »

Je regardai la queue à moitié raide de mon frère, pendant juste sous mes yeux. Elle paraissait lourde et grosse. La peau à sa base était rouge à cause du frottement de sa braguette

J’approchai un peu plus mon visage. Je pouvais maintenant sentir son odeur. Son gland dégageait l’odeur nette du liquide qui s’en était écoulé pendant que je le branlais. Une odeur forte, musquée et très masculine qui ressemblait fortement à l’odeur de ma propre queue quand elle est raide

« Elle sent trop bon… » dis-je alors

Gabriel répondit : « T’es entrain de te foutre de moi ? »

Je levai les yeux vers lui. Il paraissait offensé. Comme si je m’étais moqué de sa queue

« Non ! Elle sent vraiment bon. Un peu comme la mienne. Je suppose que c’est génétique. »

Il ne répondit rien

Je retournai à sa queue et j’approchai ma main pour la relever. Elle était toujours aussi douce. Chaude et lourde… Une sensation très agréable

Je la branlai lentement. Je la sentis se réveiller comme pour me signifier que ce que je faisais était bien. Je me rappelai alors que ça avait été génial de pouvoir la sentir grossir dans ma main et je voulais ressentir la même chose dans ma bouche

J’avançai le visage vers sa queue et je léchai doucement la pointe de son gland. Malgré la forte odeur qui s’en dégageait, je trouvais que son goût était léger. Ça n’était pas du tout aussi prononcé que le goût d’une nana. C’était complètement différent, plus subtile et plaisant. Le goût d’un sexe de mec j’imagine… Mieux que ça. Le goût du sexe de mon frère

Sa queue eut un autre mouvement vers l’avant et je la relevai légèrement pour pouvoir prendre son gland en entier entre mes lèvres. Du coin de l’œil, je savais que Thomas agitait sa main autour de son membre en nous regardant

Je sentis la queue de Gabriel s’alourdir en passant mes lèvres sur son gland. Cela m’excitait de savoir ce que je lui faisais. Je me demandai de nouveau pourquoi je n’avais jamais fait ça avec lui. Cela aurait été un cadeau naturel que j’aurais pu lui faire. Quelque chose qu’on aurait partagé en grandissant

Son gland grossissait toujours dans ma bouche, s’épaississant de plus en plus et poussant plus loin jusqu’à ma gorge

J’essayais de le prendre en bouche de plus en plus loin mais je craignais d’avoir des hauts le cœur et de suffoquer. Je reculai légèrement ma tête pour suivre le mouvement de sa queue grandissante, remarquant à quel point elle commençait à pointer vers le haut

Je me contentais pour le moment de lécher et sucer son gland. Il était maintenant complètement gorgé de sang. Je le sentais battre sur ma langue, remplissant ma bouche d’un lubrifiant salé et doux

Gabriel ne retint plus son plaisir : « Oh ouais… Putain ! »

Je jouai avec ma langue sur son gland gonflé à bloc, bougeant ma tête d’avant en arrière en rythme. Je sentis ses larges mains agripper ma tête. Ses pouces vinrent se caler sous mes oreilles. Puis ses doigts caressèrent mes cheveux

Je pouvais entendre le bruit frénétique que faisaient les mains de Thomas sur sa propre queue. Il devait s’être rapproché de nous pour contempler de plus près le plaisir que nous nous offrions entre frères

Je saisis la queue de Gabriel à sa base et je me mis à la branler en même temps que je continuais à lécher son gland. J’avais l’impression de l’avaler et de pomper avec avidité le liquide qui s’en échappait. Cela me donnait l’impression de m’en nourrir à la source. Mon grand frère me nourrissait de son lubrifiant le plus intime

J’entendais Gabriel haleter et il commença à pousser sa queue plus loin entre mes lèvres. Il allait et venait très rapidement. Il développait un rythme rapide sans pousser trop loin pour éviter de me voir suffoquer. Il tenait ma tête plus fermement et il finit par descendre une de ses mains sur mon cou pour m’empêcher de reculer

Puis sans que je ne m’y attendre, je sentis de lourdes éclaboussures d’un liquide chaud et collant se répandre sur l’une de mes joues. Je réalisai que Thomas venait de se vider sur moi. Il s’étouffait à moitié et commença à lancer : « Merde, merde, merde ! »

Je me reculai et m’écartai de la queue de mon frère

Thomas plaça l’une de ses mains devant lui pour retenir les derniers jets épais qui s’échappaient de sa queue. Il me dit alors :
« Merde. Je suis désolé Seb. J’suis vraiment trop désolé. Je l’ai pas senti venir… J’ai juste… Eh merde ! »

Je ne savais pas quoi lui répondre. J’essuyai du revers de la main le sperme de Thomas que j’avais sur la joue. Je craignais d’en avoir reçu dans les yeux, sans vraiment savoir pourquoi cela aurait été un problème

Il continuait de s’excuser et de jurer

Gabriel se leva et attrapa un t-shirt propre dans son sac à dos. Il essuya ce qu’il restait de sperme sur mon visage et le jeta à la figure de Thomas

Je dis alors : « J’ai des mouchoirs quelque part… »

Thomas continuait de grommeler des trucs que je ne comprenais même plus. Je me sentis un peu obligé de lui dire que ça n’était pas grave

Il me répondit alors : « Mais c’est super gênant mec ! Je me suis vidé sur toi !»

En rangeant sa queue encore raide dans son caleçon, Gabriel lui lança:

« Tu fais chier Thomas ! »

Thomas referma les boutons de son jean et remis sa ceinture avant d’ajuster sa queue dans son caleçon. Il se dirigea vers la porte, trop gêné par ce qui venait de se passer. Mais Gabriel l’invita finalement à rester pour boire une dernière cannette de bière

J’étais toujours entrain de m’essuyer le visage. J’avais pris la majeure partie de l’éjaculation de Thomas en plein visage, et cela me prit quelques minutes pour tout nettoyer. Je remarquai en les voyant ouvrir les deux dernières canettes, que ma queue était toujours raide et en dehors de mon jean. Je la rangeai discrètement par la fermeture éclair

Je retournai sur le lit, assis à côté de Gabriel. Les deux avaient repris une discussion sans rapport avec ce qui venait de se passer

Vers deux heures du matin, Thomas finit par s’endormir par terre, contre le mur. Gabriel et moi nous déshabillâmes en silence pour ne pas le réveiller puis nous nous allongeâmes tous les deux sur le lit sans qu’aucun d’entre nous ne propose de dormir par terre. Après ce que nous venions de faire, cela aurait été étrange de s’en sentir gêné

Nos positions étaient quand même plutôt inconfortables. Le lit était trop petit pour nous deux. De mon côté, je n’arrêtais pas de penser à ce que nous avions fait et comment cela m’avait finalement paru naturel de le faire. Je ne me sentais même pas coupable envers ma copine

Je me remémorai aussi à quel point la queue de mon frère avait bon goût et à quel point j’avais aimé la sentir remplir ma bouche. Je me rappelais la sensation de son membre lubrifiant mes lèvres à chaque passage. Je sentis ma queue redevenir raide. J’avais envie d’aller plus loin avec Gabriel

Mais je l’entendis ensuite commencer à respirer plus profondément. Il venait de s’endormir

Je me tournai alors vers lui et j’avançai une main pour caresser son torse du bout des doigts. Sa peau était douce et je pouvais sentir les poils sur ses pectoraux s’hérisser sous le passage de ma main

Il gémit tendrement et je me retournai. J’attrapai un de ses bras et je l’attirais vers moi pour qu’il me tienne comme il aurait tenu une fille pendant son sommeil. Je sentais son érection appuyer entre mes fesses sur le coton de mon caleçon.
Je le retins dans cette position et je finis par m’endormir

A suivre

Questions et suggestions sur downtown20@hotmail.fr

©Seb Big Man

Sebastien

downtown20@hotmail.fr

Suite de l'histoire

Dernière mise à jour publique

9 Juillet

Queue de black en solde Mathias
Week-end chaud Sylou69
Plan chaud à quatre Chopassif
Le petit short blanc Frank
Le mec de mon enemi kyyrx
Putain de Machine James
Sortie vélo  Master23

Nouvel épisode

Soumission & Domination -496 (L'épisode manquant) Jardinier
La venue du jardinier -02 Eric
Mon bâtard -06 Teub23
La grosse bite de mon beauf -06 Ghost writer
Le chalet -24 Yan

5 Juillet

Première fois avec Alex Marc
Adam Ethan De Rouge
Le moniteur moto -01 -02 Sketfan
Sex shop Lille antoine59
Première expérience avec un mec grâce à Grindr Jimmy
Mon kiné TTBM Kin44
Putain de cours de tennis J-Baptiste

Nouvel épisode

Le vendeur kiffeur -08 Sketfan
Le vendeur kiffeur -09 Sketfan
Le vendeur kiffeur -10 Sketfan
Le mec idéal -24 Pititgayy
Le mec idéal -25 Pititgayy
Franck beau frère routier -05 Helium89
Dans les geoles d'Armid -02 Iwan

1er Juillet

Cuckold Top Frat. Cyrillo
Un après-midi de photo Coco911
Voyage Initiatique -01 Ninemark
Voyage Initiatique -02 Ninemark
Picnique mémorable à la plage James
Liège, ces toilettes et ses histoires Loikksoo
Soumise, offerte à deux hommes Nadegetv
Récréation Frank
Plan odeur avec M Mystérieux Passif & Soumis

Nouvel épisode

Mon fantasme -02 Lord-sauron
Professeur Ligoteur -04 Boundkey
Les frères Mateozzi et moi -02 Bearwan
Ancien pote, nouvelle chienne -04 Bearwan
Julien en famille -05 Marco10e
Julien en famille -06 Marco10e
Soumission & Domination -500 Jardinier
Soumission à Marseille -02 Passif & Soumis
Vendredi soir aux Tuileries Stéphane Juin
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

 

Cyrillo nu a Mykonos
Cyrillo Mykonos

Cyrillo Cuir Leather
Cyrillo Leather

Cyrillo Cuir Leather
Cyrillo Home

&+
Twitter

 
 

Chercher :

CYRILLO CHEZ LES GRECS CYRILLO CHEZ LES GRECS
CYRILLO CHEZ LES GRECS
CYRILLO CHEZ LES GRECS

 

 

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Tout sur Cyrillo - Contact - Twitter - Tumblr - Intagram

Cyrillo Photo

Best of Cyrillo - Cyrillo Cuir - Cyrillo chez les grecs

Dial Chat

Chat & Dial gay (rencontre)

Expositions

Sommaire des expositions - Verner Degray - Barbizart

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - Histoires 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Liens

Liens vers d'autres sites gay - IDM SAUNA - L'IMPACT BAR - EL HOMBRE

Photos

Modèle - Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Vidéo

Vidéo gay

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)