11 Nov.
+ 54 histoires en accès privilège.
11 Nov. : +33 histoires en accès public

A noter.
Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.

VIP?
Accès privilège :
Des histoires en +, juste avec un don

Don anonyme, en paypal ou CB

MINET
PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Épisode précédent

La colonie

3 – La préparation

Nous descendons de l'avion par un escalier et nous nous retrouvons alors dans un petit aérodrome où s'affairent une bonne douzaine de techniciens occupés à diverses tâches autour de l'avion. Je remarque alors que ceux-ci portent également des colliers semblables au mien, mais d'un rouge orangé assez vif.
— La couleur des col-- AAAAH!
Cette fois, la douleur de la décharge a eu raison de mon équilibre, et je me retrouve à genoux, les mains sur ce foutu collier. Les techniciens affairés autour de l'avion jettent un regard furtif sur la scène, mais prennent bien soin de ne pas interrompre leur travail.
— Tais-toi! Debout et suis.
Il donne un coup sec sur la chaine alors que je me remets péniblement debout. Pas assez pour tirer, mais c'est inconfortable et ça me rappelle rapidement ma vulnérabilité.
Nous nous dirigeons vers une espèce de hangar loin des abords de la piste et y entrons. La salle dans laquelle nous nous trouvons est inquiétante; une espèce de chaise de tubes qui ressemble étrangement à une chaise de dentiste est seule au centre, et les murs sont couverts d'établis et de machins en métal, dignes d'une salle de torture d'un mauvais film d'horreur.
Henri me tire près de la chaise et y accroche ma chaine.
— Déshabille-toi.
Il se tourne vers un homme d'une cinquantaine d'années, habillé d'une salopette qui entre par une porte de côté.
— C'est prêt selon les mesures que je vous ai transmises ?
— Ouais. Mais on n'a pas eu assez de préavis pour la cosmétique ; ce sera juste le brut !
— Ça ira pour ce soir; faut encore le préparer et l'entraîner avant de l'amener à son maître de toute façon.
Je les écoute avec appréhension pendant que j'enlève mes jeans et mon t-shirt que je laisse simplement tomber à mes pieds. Je ne sais pas pourquoi mais la situation, tout effrayante soit-elle, avait un quelque chose d'excitant. Je suis devenu un simple jouet. Ma queue se gonfle sans vraiment bander, mais est déjà de dimension très respectable.
Mon instructeur se retourne vers moi alors que l'autre se dirige vers un des établis. Son regard se pose sur moi et il m'observe comme à la loupe.
— Tourne-toi.
Je m'exécute et le devine examinant mon arrière avec la même attention. Il siffle doucement.
— Pas mal du tout! Je comprends pourquoi tu l'as choisi.
Je rougis un peu malgré moi. Je sursaute alors que je sens la main d'Henri se déposer sur mon épaule, mais je résiste à la tentation de me retourner ou de m'éloigner -- deux décharges c'est assez ! Sa main glisse doucement le long de mon dos pour aller reposer sur une de mes fesses.
— Un beau petit cul rond. Max va bien l'aimer.
Mon maître à maintenant un nom. La sensation de la main de mon instructeur qui continue à tripoter ma fesse et le sentiment de n'être qu'un jouet font que je suis maintenant en pleine érection. Mais alors que je ferme les yeux et laisse la sensation plaisante me gagner, il enlève finalement sa main.
— Assieds-toi.
Je m'installe tant bien que mal sur l'espèce de chaise; qui de près est encore plus imposante maintenant que j'ai pu l'examiner en détail. Le siège n'est en fait que deux barres plates rembourrées sur lesquelles mes fesses ne reposent qu'à moitié. Au pied, il y a deux étriers qui me rappellent vaguement le genre utilisé pour les accouchements. Un regard vers mon entraîneur me confirme par un hochement de sa tête que je dois y poser mes pieds.
Le technicien revient vers nous les bras chargés d'un assez gros gadget qui a l'air d'une pile de barres de métal reliées entre elles, comme l'armature d'une tente avant qu'on y installe la toile. Il dépose le tout entre mes pieds et s'agenouille pour s'y affairer. Mon instructeur, quant à lui, est parti quelque part derrière moi, et je n'ose pas me tourner pour voir ce qu'il y fait.
Le technicien installe minutieusement des espèces de bandes de métal autour de mes chevilles, au haut et au bas de chacun de mes genoux, puis finalement une large bande au niveau de mes hanches. À l'aide d'un ruban, il mesure soigneusement la distance entre chaque bande pendant que je l'observe.
Des pas derrière moi me signalent le retour de mon instructeur. Arrivé tout près, je sens sa main épandre un gel entre mes fesses. Le gel n'est pas froid au contact, comme je m'y serais attendu. Mon instructeur commence à stimuler ma rosette avec un doigt lubrifié du gel, et mon attention commence à dériver malgré moi du technicien qui avait commencé à placer les barres de métal entre les bandes déjà installées.
Derrière moi, mon instructeur commence à doucement me pénétrer avec un doigt, puis deux, et me relaxe l'anus avec expertise -- non sans générer en moi des vagues de plaisir diffus. Ses stimulations durent bien une quinzaine de minutes durant lesquelles je me tiens relaxé et les yeux fermés, gémissant doucement de l'excitation grandissante. Ma queue est gonflée à bloc et hurle pour de l'attention, mais je n'ose pas faire le moindre mouvement pour m'en occuper.
Mon instructeur cesse finalement ses investigations et remplace ses doigts par un assez gros objet ferme que je devine une sorte de plug. Un peu déçu et frustré, j'ouvre à nouveau mes yeux pour voir où en est le technicien que je sens s'affairer autour de mes jambes.
Je suis surpris de voir le résultat de son travail. Entre les bandes étaient des barres reliées par ce qui semble être des charnières hydrauliques; ça ressemblait aux appareils que j'ai déjà vus installés à des personnes qui étaient partiellement paralysées pour les aider à marcher.
Mon instructeur fit le tour de ma chaise pour examiner le résultat.
— Parfait. Comme d'habitude, ton travail est excellent.
Le technicien n'a comme seule réponse qu'un sourire en coin. Il tire quelque chose d'une poche de sa salopette et le donne à mon instructeur qui s'approche de moi.
Il s'agenouille devant moi et me passe aux genoux ce qui, maintenant que je les vois, sont des protecteurs du genre que les skateurs portent pour éviter les blessures, sauf qu'ils semblent faits de cuir plutôt que de plastique.
— Bon, suffit maintenant d'essayer le tout. Lève-toi.
En m'aidant de mes mains, je tente de me relever mais les trucs qu'ils m'ont installés m'empêchent de déplier complètement les jambes, ou de redresser mon torse! Surpris par le résultat, je perds complètement l'équilibre et je tombe à quatre pattes (ce qui m'a fait immédiatement comprendre l'utilité des protecteurs à genoux).
— Hehe. Parfait. Avec ce truc, il t'est maintenant impossible de te tenir debout, alors habitue-toi à te tenir et te déplacer à quatre pattes. Maintenant, assis.
Avec un peu d'expérimentation, j'ai vite trouvé que la mobilité réduite ne me permettait de m'assoir confortablement qu'à genoux, le cul sur mes talons, car en plus de m'empêcher de déplier les jambes, le machin m'empêchait également de les croiser.
— Donne tes mains.
Je lui tends les mains, et il leur passe une paire de gants. De mitaines, plutôt, car elles serrent les doigts les uns contre les autres. Il les noue au niveau de mes poignets et fait un pas en arrière pour observer le résultat final.
— Parfait!
Pendant qu'il m'observe, j'examine les mitaines et je comprends rapidement leur utilité: elles tiennent bien mon pouce contre ma main et sont trop rigides pour bien plier – je suis maintenant incapable de prendre ou de manipuler des objets; complètement vulnérable et impotent!
Mon instructeur remercie le technicien et reprend ma chaîne qui était toujours attachée après la chaise, et se dirige vers la porte. Je n'ai eu d'autre alternative que de le suivre, tant bien que mal, à quatre pattes.
Nous sortons du hangar et nous nous dirigeons vers une longue et haute palissade. Je traine un peu de la patte, j'ai des difficultés à bien coordonner les mouvements de mes jambes et mes mains pour marcher de la sorte avec efficacité. Henri se tourne vers moi au moment où nous atteignons une porte dans la palissade.
— Ne t'en fais pas, ça va mieux marcher avec un peu de pratique.

maurleo

maurleo@yahoo.fr

Suite de l'histoire

Dernière mise à jour publique

11/11 : 9 Nouvelles

Dans les toilettes Ed.Nygma
Sucé par un mec ... Young hetero
Minet bi travesti Zephyre66
Je suis un vide-couilles Chopassif
Féminisé par mon voisin Pasdeproblem
Bonne séance au ciné Mathias
La nuit dans la cité Noprise2tete
Rencontre avec mon maître H
Voyeur Lucas

La suite...

Jeune, riche et gâté -07 Matt
Ma gorge défoncée -03 MâleLope
Sucé par un mec -02 Young Hetero
Chambres à louer -11 Jeanmarc
Un amour de soumis -04 Elfe
Séjour à Marrakech -02 Pierrot
Colocation -04 Emerick
Colocation -05 Emerick
La prison -02 Licko
Ascenseur -02 YvesChalons51
Le moniteur moto -08 Sketfan
Quand le prof dérape -02 Benoit25
Mon ami l’escort -03 Pititgayy
Mon ami l’escort -04 Pititgayy
Mon ami l’escort -05 Pititgayy
Rencontre avec mon maître -02 H
Soumise à mon concierge -02 Aline
Soumise à mon concierge -03 Aline
Mon amour pour les TTBM -02 Dann
Mon âme au diable -03 Pititgayy
Mon âme au diable -04 Pititgayy
Le prof amoureux de son élève -02 Jerem72
Le fils prodige aime obéir -06 Charles.lope
Le fils prodige aime obéir -07 Charles.lope

01/11 : 7 Nouvelles

Sur une aire d’autoroute Pascal 89
Derrière le vice Etiel
Le gérant de magasin me dépucèle Ada
Fahres Kevinpass77
Je mouille de woof Anon-pup
J’ai filmé mon copain Frank
Consultation privée Seneo

La suite...

Soumission & Domination -510 Jardinier
Soumission & Domination -511 Jardinier
Voyage Initiatique -10 Ninemark
Les amours de Francky -02 Francky
Un amour de soumis -03 Elfe
Ma vie avec mon Maître -02 AdrienSchild
Le fils prodige aime obéir -05 Charles.lope

PUBLIE TON HISTOIRE

RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

MINET

Chercher :

 

 

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter - Tumblr

Expositions

Sommaire des expositions - Verner Degray - Barbizart

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - Histoires 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Liens

Liens vers d'autres sites gay - IDM SAUNA - L'IMPACT BAR - EL HOMBRE

Photos

Modèle - Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Video

Video Gay

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)