1er Juill.
Nouvelles histoires, nouvelle galerie photo "Daddy" & plan de vacances

VIP
"Accès Avant-Première" des histoires juste avec un don, ou en écrivant une histoire

Don anonyme, en paypal ou CB

PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Rachid et Paul

Samedi j'étais seul chez moi.

Je décidai d'aller chez le voisin, qui était un ami qui travaillait avec moi, emprunter quelques disques.

Comme j'avais la clé je pus entrer alors que l'occupant des lieux était absent.

Au moment où je passais la porte j'entendis comme un gémissement.

Curieux je marchai vers ce bruit feutré et en entrant dans le salon ce que je vis me laissa bouche bée.
mon ami, prénommé paul mais que tout le monde appelait polo, était nu et se branlait lentement en regardant une revue pornographique.

Quand il m'aperçut il arrêta ses mouvements et tenta de se cacher.

Je dois dire que j'étais totalement abasourdi par ce que je voyais,paul avait le pubis rasé et possédait un sexe  d'une taille bien supérieure à la moyenne.

Je fus tout de suite convaincu qu'il me fallait cette bite, rien que la regarder m'excitait, je questionnai "Mais qu'est

ce que tu fais paul ?
- Je t'en supplie ne dis rien a personne.
- Ne t'en fais pas, mais tu ne crois pas que tu pourrais

faire autre chose que te branler, surtout sans fermer la

porte.
- Il y a longtemps que je n'ai pas baisé et j'avais très

envie, comme je n'ai pas de fille ici alors j'ai pris ce

livre dans la chambre .
- Je comprends mais ce n'est pas parce qu’il n'y a pas de

filles qu'il faut se branler.
- Que veux-tu que je fasse, il n'y a même pas un pd.
- Est-ce que tu es sur ?
- Oui je suis sur.
- Vraiment ?
- Oui".

Pendant notre discussion le pénis n'avait pas débandé et j'avoue que je devais me retenir pour ne pas tomber à genoux et le prendre dans ma bouche, me tournant vers la sortie je dis a paul . "Bon et bien je vais aller prendre des disques

et te laisser à ta branlette mais tu ne sais pas ce que tu

as perdu.
- Attends rachid, tu veux dire que tu es bi ?
- Ca te dérange ?
- Non mais je ne le crois pas, je t'ai vu déjà avec des

filles.
- Et alors ?
- Je croyais que tu aimais baiser les filles.
- Bien sur mais j'aime aussi me faire baiser.
- C'est pas vrai ?
- Si et si tu veux je vais te le prouver".

Je me mis à genoux et prenant le priape entre mes mains je portai un coup de langue sur le gland au bout duquel perlait une goutte de sperme translucide que j'avalai avec délice.

Puis j'ouvris tout grand la bouche et j'entrepris une lente fellation.

paul se retira et m'a dit "Non.
- Pourquoi tu n'aimes pas la sucette ?
- Non moi je suis un homme et je baise.
- Mais tu sais que l'un n'empêche l'autre.
- Peut-être mais moi je n'aime pas la bouche, quand je suis

avec un pd c'est son cul qui m'intéresse.
- Mais….
- Ecoute c'est simple ou tu me donnes ton cul ou tu rentres

chez toi.
- Bon si tu veux simplement baiser, alors baisons.
- Bien alors enlève ton pantalon et mets-toi à quatre pattes

sur le tapis".

Un peu surpris mais toujours excité par ce membre énorme je commençai à me déshabiller.

Après avoir enlevé mes chaussures j'entrepris de déboutonner ma chemise.

paul m'arrêta en disant "Non c'est pas la peine de te

mettre nu, ce qui m'intéresse c'est ton cul pas le reste

alors dépêche toi baisse ton pantalon que je te baise".

Je compris qu'avec lui ce ne serait pas dans la douceur.

paul était tres costau 1.88 m 90kg alors que moi tout mince 1.72 et 59kg et je voyais bien que la seule chose qui comptait pour lui en ce moment c'était de m'enfoncer sa pine dans mon petit cul.

A ce moment précis il ne voyait en moi qu'un pédé, c'est à dire une possibilité de se soulager de manière plus agréable qu'avec sa main.

C'est à cet instant, en faisant descendre mon pantalon et mon slip, que je me dis qu'étant donné la taille de la queue de cet homme j'avais peut-être été imprudent car je ne le voyais pas me prendre avec précaution.

Je me mis à quatre pattes et paul se mit à genoux derrière moi, et me dis mmmm j aime les petit culs de beurs il fit glisser son majeur dans ma raie et dit "Voilà

comme ça c'est bien.
- Fais doucement paul, tu as une très grosse bite.
- Bien sur petit rachid".

Positionnant son énorme hampe contre mon œillet paul me pénétra jusqu'à la garde d'un violent coup de reins sans aucune préparation.

Je crus que j'allais mourir, la douleur fut telle que ma respiration se bloqua.

J'avais l'impression qu'on m'ouvrait le cul en deux, quand l'air revint dans mes poumons je poussai un hurlement déchirant et me mis à pleurer à chaudes larmes tant j'avais mal.

Sans aucune considération pour moi paul se mit à me besogner à une vitesse folle m'arrachant à chaque fois des cris de souffrance.

paul me baisait avec une telle violence que j'avais peur qu'il me déchire complètement.

au bout de quelques instants il plaqua son ventre contre mes fesses et éjacula en râlant.

m'avait pris comme une bête cherchant simplement son plaisir.

Toujours fiché entre mes reins paul me dit en me mettant une claque sur les fesses "Alors rachid tu vois que c'était pas la

peine de faire doucement, tu as un bon petit cu mon zob est

rentré comme dans du beurre.
- Mais tu m'as fait mal et d'ailleurs j'ai toujours mal.
- Ca je m'en fous rachid, moi par contre ça m'a fait du bien

au zob, mais tu sais mon zob est toujours dur et il est

toujours dans ton petit cul alors je vais encore te baiser rachid.
- Je t'en prie fais doucement, c….
- Ecoute rachid je fais comme je veux avec ton petit cul, c'est moi

l'homme toi tu es la pute alors je te baise comme je veux

si je veux faire doucement je fais doucement si je veux

faire vite je fais vite. Tu as compris sale pédé ?
- Oui paul.
- Tu dois dire `oui mon homme`.
- Oui mon homme.
- Bien petit pédé et écoute moi je ne t'ai rien demandé,

c'est toi qui est venu me donner ton petit cul alors je vais te

baiser jusqu'à ce que ma bite soit vide, pour moi que c'est

mieux que la sucette. Allez arrête de pleurer comme une

pute tu vas voir ton cul va s'ouvrir à force que je le

baise".

Posant ses mains sur mes hanches paul commença à aller et venir vivement en moi.

Il me possédait de toute la longueur de son fabuleux phallus, le sortant presque entièrement de moi pour le replonger au tréfonds de mon cul la seconde suivante.

Au début chaque poussée me faisait crier de douleur mais peu à peu, sous les coups de boutoir redoublés, mon anneau céda et la bite turgescente put coulisser entre mes fesses sans gène aucune.

Sous les puissants assauts répétés de paul le plaisir commença à s'insinuer en moi et je me mis à gémir.

paul s'en aperçut et me dit "Alors tu vois rachid, tu aimes

bien que ma bite t'encule, t'inquiète pas je vais te donner

tu vas voir".

Me prenant aux épaules paul se mit à me sodomiser encore plus violemment, son ventre musclé claquait contre mes fesses portées au rouge à me faire mal.

Chaque coups de reins était ponctué de "Tiens sale tapette,

prends ça dans ton cul".

Je ne sais combien de temps paul m'encula de la sorte.

J'avais l'anus complètement éclaté et dans la pièce en dehors de mes râles langoureux on entendait les bruits de succion que faisait mon trou du cul lubrifié par la précédente enculade  Sous cette rude possession je me sentis partir.

J'avais de plus en plus de mal à garder les sens des réalités et je me mis à crier de bonheur chaque fois que paul s'enfonçait en moi jusqu'à la garde.

Les coups de bite que je recevais étaient si violents que j'avançais sur le tapis à chaque poussée.

Je planais littéralement sous les rapides va et viens que je recevais,

Les doigts crispés dans la chair de mes épaules paul me pilonnait l'arrière-train

C'est à cet instant que s'enfonçant au plus profond de mon cul paul explosa

Ses jets de sperme dans mon petit cu declancha un orgasme dévastateur.

Mon corps se tendit comme un arc, je me cambrai au maximum tendant mon postérieur vers la bite qui continuait à couler en moi pour accentuer la pénétration.

De ma gorge pulsa un hurlement strident et je m'écroulai au sol entraînant celui qui me montait.

Quand je rouvris les yeux j'étais allongé à plat ventre sur le sol.

paul était toujours planté dans mon petit cu, je sentais palpiter en moi le sexe toujours en érection.
paul me dit "Alors rachid, je vois que tu as aimé

que je te baise, mais ne t'en fais pas queue est toujours

dans ton petit cul bien dur et je vais continuer de te faire le

cul comme une pastèque".

Je tournai la tête pour répondre mais ce que je vis m'a glacé.

paul avait un regard de fou et je compris qu'il valait mieux ne rien dire et le laisser faire.

Il faut dire que bien qu'il ne soit pas très doux c'était quand même un drôle d'étalon.

Maintenant que j'avais le cul complètement éclaté il pouvait me prendre le plus violemment possible je n'aurais aucun mal.

Sans que nos corps ne se désunissent paul me souleva et me porta jusqu'à un fauteuil où il me déposa en travers de l'accoudoir.

Je me retrouvai le torse sur le siège et les jambes pendantes.

Me mettant une claque sur les fesses paul me dit "Voilà

rachid tu es en position, je vais te niquer comme

jamais on t'a niqué, tu vas voir ton cul va être bien

ouvert et tout cassé, ah tu voulais de la bite et bien tu vas

avoir de la bite, jamais tu ne vas oublier la queue de paul dans ton

petit cul tout chaud va toujours se souvenir

d'aujourd'hui".

paul me prit encore 7 fois sans jamais sortir de mon petit cu.

Quand il m'abandonna vers 7 heures du soir j'avais du sperme plein la raie et sur les cuisses.

Mon anus était douloureux et je devais garder les jambes écartées pour pouvoir marcher, paul mec me dit "Alors rachid ton

cul est bien rempli de jute, alors maintenant tu sais ce

que tu vas faire, tu vas ramasser tes affaires et rentrer

chez toi car j'ai du travail et je n'aime pas avoir une

pute autour de moi quand je travaille, écoute voilà ce qu'on va faire tu vas

aller laver ton petit cul  et dans deux heures tu vas revenir

je vais encore bien te baiser.
- Ecoute paul, je suis fatigué et j'ai mal au cul, je ne

crois pas que je vais revenir.
- Tu fermes ta gueule rachid, tu vas revenir dans 2 heures et

c'est tout sinon je vais dire aux que t es un pd .
- Mais paul….
- Il n'y a pas de paul qui tienne, tu vas revenir pour que

je profite encore de ton petit cul cette nuit. Compris ?
- Mais….
- Quoi mais rachid ? C'est moi qui commande ici et si je dis tu

viens et tu me donnes ton cul et bien tu obéis. Compris ?

Moi je m'en fous que tu as mal au cul, ce que je veux c'est

de m'amuser avec ton cul cette nuit. Allez va te laver et

reviens dans deux heures .
- Je…".

Sans me laisser finir ma phrase paul me gifla à toute volée, le coup fut si violent que je tombais à terre.

Me prenant par les cheveux il me dit "J'espère que tu as bien

compris maintenant sinon je continue. hein ?
- Oui.
- Bien tapette je vois que tu deviens raisonnable, tu as

enfin mis dans ta tête que je suis le patron, allez fous le

camp et reviens tout à l'heure. au fait tout à l'heure

viens nu sous un manteau".

Sans dire un mot je me rhabillai et partis.

Une fois arrivé chez moi je remplis la baignoire et me mis dedans, le contact de l'eau sur ma peau me fit énormément de bien.

Je restai à peu près une heure en me disant que j'avais fait une grosse bêtise de provoquer paul.

Au-delà de cette nuit où je me demandai d'ailleurs comment ça allait finir étant donné l'état d'esprit de cet homme et sa puissance sexuelle.

Je ne savais pas comment j'allais pouvoir faire pour être tranquille.

J'étais sur que paul n'en resterait pas là, qu'il allait vouloir profiter de moi quand bon lui semblerait et ça je ne le voulais pas.

Quand je sortis de l'eau je me mis devant la glace et, me penchant en avant, je regardai mon anus.

Il était très enflé mais presque refermé et pratiquement plus douloureux.

Après m'être séché j'enfilai un manteau et allai dans le salon fumer une cigarette.

Je sursautai quand le téléphone sonna, je regardai ma montre et me rendis compte que j'avais laissé passer l'heure.

Je décrochai et dit "Allô ?
- Alors petit rachid qu'est-ce que tu attends pour venir ?

Tu veux que moi je vienne te chercher ?
- Non paul excuse-moi, j'arrive.
- Bien dépêche-toi tapette, ma queue attend et il est tout dur pour ton petit trou du cul
- Alors vite".

Quand j'entrai dans la maison je me rendis compte que je tremblais comme une feuille.

J'arrivai dans le salon et paul était assis dans un fauteuil.

Il était nu comme un ver, il n'avait pas menti au téléphone son impressionnant sexe était en érection, il me dit "Tiens  voilà ma tapette".

Je le regardai inquiet et lui un sourire sarcastique aux lèvres me dit "Tu sais je suis quelqu'un de gentil, j'aime

bien faire plaisir alors je vais te faire plaisir même si

ça ne me plaît pas. Tu vois ma bite elle est bien dure

alors dans ma grande gentillesse je vais t'autoriser à me

faire une sucette. Allez pute dépêche-toi viens me montrer

ce que ta bouche sait faire".

Docilement je vins m'agenouiller entre les jambes légèrement écartées de paul.

D'une main je me mis à caresser les testicules de paul tandis que prenant de l'autre main le phallus érigé à sa base je commençai à porter quelques coups de langue sur le gland . Le traitement porta tout de suite ses fruits, le membre s'allongea encore et paul soupira tout en fermant les yeux.

Pendant quelques instants je titillai le bout durci de cette hampe qui me faisait tant envie, je glissais la pointe de ma langue dans le méat pour recueillir les gouttes de foutre.

Tout en le mordillant légèrement et en l'entourant de ma langue j'entamai une lente fellation . Quand soudain paul, prenant mon visage entre ses mains, se mit à me faire monter et descendre sur sa queue au rythme où il voulait être sucé.

Au bout de quelques instants de ce traitement paul bloqua ma tête entre ses mains et se mit à aller et venir entre mes lèvres en de violents coups de reins disant chaque fois "Tiens

tapette prends ça".

Il était en train de me baiser la bouche, sa bite butait au fond de ma gorge chaque fois qu'il l'enfonçait à fond.

Le résultat ne se fit pas attendre.

Je sentis le sexe tressauter sur ma langue, il me sembla que le gland doublait de volume et paul, plaquant ma figure conte son pubis, éjacula en râlant.

Ses épais jets de sperme crémeux et je les avalai.

La semence avait un petit goût salé qui ne me déplaisait pas.

Quand le calme fut revenu paul, plaquant toujours mon visage contre son bas-ventre, me dit "C'est vrai que tu suces bien mais je prefere ton petit cu.
- Mais….
- Ferme ta gueule pute, je fais ce que je veux et tu as

intérêt d'obéir sinon je te casse ta gueule. Hein ?
- Oui paul pardon.
- Bien c'est mieux comme ça mais comme je suis ton maître

alors toi tu es ma chienne ?
- Oui je suis ta chienne.
- Bien alors viens faire comme une chienne, viens me lécher

les pieds.
- Mais….
- Viens chienne ou je me mets en colère".

Je m'avançai à quatre pattes et en m'approchant des pieds de Paul "Tu

as une bonne langue tapette, maintenant enlève ce manteau

et viens te mettre à genoux à côté de moi". Pour me montrer qu'il était satisfait il me flatta la croupe et glissa son majeur entre mes fesses.

Quand j'eus tout avalé paul me nettoya le visage avec un chiffon et me dit "Alors tu vois c'est mieux quand tu fais ce

que je veux, bien maintenant on va

pouvoir passer aux choses sérieuses car ce n'est pas ta

petite sucette de tout à l'heure qui m'a coupé l'envie, ce

que je veux cette nuit c'est ton cul et crois-moi je vais

bien te baiser jusqu'à ce que je t'ai complètement démoli

le trou, d'ailleurs regarde comme ma bite est dure".

Ce que disait paul était exact son phallus était dressé, au fond de moi j'étais très inquiet car je me demandais ce qu'allait encore inventer ce maniaque.
détacha la laisse de la porte et toujours à quatre pattes je le suivis dans le salon, d'un coup de pied il me fit tomber sur le côté.

Il me mit sur le dos, prit mes jambes et les replia vers mon torse.

A l'aide de la chaîne il attacha mes mollets, il prit des menottes et emprisonna mes mains dedans puis agrafa le tout au collier.

Je me retrouvai complètement immobilisé jambes relevées et écartées et les bras derrière la tête.

Dans cette position mon intimité ressortait au maximum et j'étais totalement offert, paul vérifia la solidité de mes liens et me dit "Alors rachid qu'est-ce que tu penses

de ça, maintenant j'ai à moi la seule chose qui m'intéresse

c'est à dire ton trou du cul, comme ça je vais pouvoir bien

te baiser sans que tu me gènes".

paul me prit dans ses bras et m déposa sur une table, j'étais juste à la hauteur de son pénis érigé.

Sans ménagement paul m'enfonça son majeur dans l'anus.

me fit pousser un petit cri, ce qui provoqua la reaction de paul qui me dit "AH AH AH !! bien

je vois que ton cul s'est bien refermé car si simplement

mon doigt te fait crier ça veut dire que quand je vais te

mettre ma bite là je vais t'entendre. Hein salope ?.
- Je t'en supplie fais doucement.
- Je fais comme je veux salope et comme j'ai pas envie de

faire doucement, j'aime bien t'entendre gueuler quand je

t'enfonce ma grosse bite dans ton petit cul. Bon je vais boire un

dernier verre et après en avant dans ton cul".

paul vida d'une seule rasade un bon quart de bouteille, il s'essuya la bouche de l'avant-bras et marcha vers moi, son regard brillant me faisait peur.

Arrivé près de moi il posa ses mains sur mes cuisses me regarda et me dit "Alors comme ça tu veux que je fasse

doucement mais comment veux-tu que je fasse doucement quand

je vois ce trou du cul qui ne veut qu'une chose c'est que

ma bite le casse entièrement".

Il positionna son énorme gland à l entrée de mon petit trou et me dit "Regarde rachid ce que je vais mettre d'un coup dans ton

beau petit cul tout chaud".

Je retins ma respiration sachant ce qui allait arriver mais mon bourreau attendit, qu'au bord de l'asphyxie, je rejette l'air contenu dans mes poumons pour m'enculer.

D'un violent coup de reins il enfonça queue dans mon cul jusqu'à la garde, ce que je ressentis fut abominable.

J'avais l'impression qu'on m'ouvrait en deux et qu'on m'enfonçait un fer porté au rouge dans le rectum, un horrible hurlement de souffrance jaillit de ma gorge et je me mis à sangloter.

Sans prêter gare à moi paul commença à me defoncer à une vitesse folle m'arrachant à chaque poussée des hurlements de douleur.

Agrippé à mes cuisses paul me besognait de toute la longueur de sa queue, son ventre musclé claquait contre mes fesses à me faire mal.

Jamais au cours d'une enculade je n'avais eu aussi mal, j'avais l'impression qu'on m'arrachait tout l'intérieur.

Je ne cessais de geindre sous les brutaux assauts que paul m'assénait, celui ci le regard dément et la bouche grande ouverte bougeait frénétiquement en moi.

Je ne sais combien de temps dura cette torture, submergé par la douleur je subissais ce martyre sans aucune réaction.

Soudain se plaquant contre moi paul éjacula en grognant, je sentis son flot de sperme m'inonder le fondement puis il se retira continuant à se déverser sur mes fesses.

Il prit la bouteille et but une longue rasade puis il revint vers moi en disant "Ah c'est un bon coup que je viens de

tirer, tu sais rachid si tu voyais ton cul  il est tout ouvert et rouge comme une tomate mais ne

t'inquiète pas comme tu peux voir mon zob est encore bien

dur et je vais bien te baiser encore beaucoup de fois".

paul se posta face à mon cul et guida son énorme hampe contre mon œillet distendu puis me pénétra d'une rude poussée qui me fit crier.

Posant ses mains contre mes flancs paul se remit à me besogner .

Mon anus complètement dilaté laissait coulisser le monstrueux phallus en moi sans gène aucune mais je ne ressentais aucun plaisir.

J'endurais sans réaction les vigoureux assauts que paul me portait, il me baisait si fort que j'avançais sur la table chaque fois que son fabuleux sexe se plantait au plus profond de mon cul éclaté.

Le visage de paul qui me pilonnait le cul était couvert de sueur, chaque fois qu'il enfonçait sa queue  dans mon cul maltraitée il disait "Tiens rachid

prends ça dans ton petit cul".

Je ne sais plus combien de fois paul me prit de la sorte sans jamais sortir de mon petit cul.

Il avait tellement joui en moi que mon trou rejetait le trop plein de foutre et me trempait les fesses.

Les chaînes commençaient à rentrer dans ma peau me faisant souffrir.

J'avais la voix enrouée tellement j'avais crié et les yeux gonflé tant j'avais pleuré.

Quand enfin, après une dernière saillie qui m'avait inondé une fois de plus le fondement de sperme chaud, paul s'écarta de moi je crus que mon calvaire était terminé.
paul prend un autre et me détacha.

Complètement exténué je tombai à même le sol et je restai en chien de fusil essayant de faire revenir ma circulation sanguine dans mes membres moulus.

Me prenant par les cheveux paul m'a relevé et me dit "Alors
rachid ton cul a bien été baisé, tu voulais de la bite de français eh

bien je t'en ai donné".

Comme je restais silencieux il me gifla et me dit "Parle rachid.
- Oui paul tu m'as bien baisé.
- Bien mais tu sais que tu es beau avec ce collier, regarde

toi dans la glace".

Quand je me vis dans le miroir j'eus peur tant mon visage semblait tourmenté.
paul me mit une grande claque sur les fesses et dit "Chaque

fois que tu viendras me voir je te mettrai ce collier, je

t'aime bien avec ce collier. Qu'en penses-tu ?
- Oui paul.
- Bien, bon maintenant que tu t'es reposé un peu allez on

recommence.
- Mais….
- Quoi mais, tu ne crois pas que c'est fini, regarde mon zob,

il a encore envie de ton trou du cul".

Je vis avec horreur que ce qu'il disait était vrai, la verge de cet homme semblait inépuisable, elle était encore en érection.

En voyant mon expression terrorisée paul éclata de rire "AH

AH AH !!, pauvre rachid, on dirait que tu as peur

de mon gros zob, mais non il est déjà entré dans ton cul et

tu sais dans l'état où est ton cul il ne risque rien, il

pourrait prendre deux bite comme la mienne, allez mets-toi

à quatre pattes que je te baise".

Complètement passif j'obéis,paul s'agenouilla derrière moi et je sentis son gland glisser dans la raie de mon cul.
paul se positionna à l entrée de mon cu, il posa ses mains sur mes épaules et d'un coup de reins d'une violence inouïe paul me pénétra jusqu'à la garde.

Bien que mon anneau complètement éclaté soit grand ouvert, je ne pus empêcher, sous la violence de l'intromission, un cri de douleur .
paul se remit à me posséder en de brusques coups de boutoir redoublés, son ventre claquait contre mes fesses à me faire mal.

J'avais tout l'intérieur qui me brûlait et ma pastille démolie me faisait de plus en plus mal.

Au bout de quelques instants de ce traitement paul s'enfonçant au plus profond de mes entrailles éjacula en râlant.

je sentis la queue se rétrécir en moi et sortir de mon petit cu ravagée.

Je restai quelque temps dans la même position n'osant pas bouger de peur des représailles quand j'entendis la voix de paul qui disait "Ca y est petit rachid, tu peux te lever, mon

zob en a assez de ton petit cul".

Quelque peu rassuré je me levai, paul était assis sur un fauteuil.

Son sexe à demi flaccide maculé de sécrétions intimes et marbré de traînées brunes reposait sur sa cuisse tel un gros ver.

J'avais tellement mal à l'anus que je devais rester les jambes écartées, paul servit un verre de whisky et me dit en me le tendant "Tiens petite tapette, bois tu as mérité ce verre.
- Merci".

Une fois que j'eus terminé ce verre, je me dis qu'il était temps pour moi de partir, j'allais demander à paul si je pouvais me retirer quand celui-ci me dit "Il est 4 heures du

matin, il est temps d'aller dormir.
- Oui.
- Bien repose-toi bien car demain tu vas revenir et on va

recommencer.
- D'accord paul.
- Je vois que tu deviens raisonnable, tu vas voir demain je

vais baiser ton cul encore plus qu'aujourd'hui, je vais

tellement t'enculer tous les jours que ton trou ne va plus

jamais se refermer, tu auras toujours le cul ouvert et tu

verras avec le temps tu aimeras que je te baise fort comme

aujourd'hui.
- Oui.
- Bien alors avant que tu ailles te coucher tu vas faire une

dernière chose pour moi.
- Que veux-tu que je fasse ?
- Tu es une bonne petite tapette, d'ailleurs je ne vois pas

pourquoi tu vas rentrer chez toi, tu vas dormir ici avec

moi comme ça si des fois j'ai envie de ton cul il sera à

portée de bite AH AH AH !!
- Si tu veux mais que veux-tu que je fasse ?
- Tu vas me nettoyer la bite.
- D'accord viens avec moi dans la salle de bains.
- AH AH AH !!
- Qu'est-ce que j'ai dit ?
- AH AH AH !! Dans la salle de bains mais non petit pédé,

c’est toi la salle de bains, tu vas nettoyer ma bite avec

ta langue.
- Mais paul..
- Quoi ?
- Ta bite est pleine de merde.
- Et alors.
- Tu ne veux pas que je suce de la merde ?
- Et pourquoi pas d'ailleurs c'est la tienne qui a sali ma

bite.
- Mais….
- Quoi mais, c'est ta merde oui ou non ?
- C'est ma merde mais je ne veux pas la sucer.
- Ah bon tu fais ta mauvaise tête".

Avant que j'ai pu esquisser le moindre geste paul saisit le fouet et se mit à me battre.

Après encore quelques derniers coups de fouet et me dit "Tu veux que je continue rachid ?
- Non je t'en supplie arrête.
- D'accord alors nettoie-moi la bite.
- ….
- Alors salope ?
- Oui je vais te nettoyer la bite.
- Avec quoi ?
- Avec ma langue.
- Bien je vois qu'avec toi pour que tu comprennes il faut te

tanner un peu la chair. Allez en avant".

Je me mis à genoux et je portai quelques coups de langue sur le gland de paul puis je me mis à lécher le membre sur toute sa longueur.

Au bout d'environ un quart d'heure le pénis était propre, paul me dit "Bien rachid mon

queue est propre mais maintenant il est tout dur et il va

falloir que je te baises encore, allez mets-toi debout

contre le mur écarte les jambes et tends bien ton cul".

Comme un automate je pris la position demandée, paul se mit derrière moi et m'enfila d'un violent coup de reins qui me fit hurler puis se mit à me sodomiser en de brusques ruades.

J'étais soulevé de terre chaque fois que queue plongeait au fond de mon cul explosé.

Au bout de quelques minutes de ce traitement paul se répandit de nouveau dans mon rectum à vif.

Il se retira de moi et me dit "Bon eh bien tapette il faut que

tu recommences à me nettoyer la bite".

chaque fois que je décrassais le sexe celui-ci se mettait à bander et paul me prenait de nouveau, toujours sans aucune douceur.

J'avais l'anus terriblement douloureux,

Quand enfin paul ne banda plus je me sentis soulagé, il finit la bouteille d'une seule traite puis décida qu'on allait dormir.

Il m'amena dans sa chambre et me fit coucher par terre au pied de son lit.

Je ne pus pas m'endormir par contre paul se mit tout de suite à ronfler comme un sonneur.

Je me mis à réfléchir et je me dis que si je restais près de cet homme j'allais subir de nouveau des sévices.

Après avoir écouté paul j'en déduis qu'il dormait profondément.

Je décidai de rentrer chez moi en me disant que demain je pourrai peut-être le raisonner ou du moins lui dire que ce qui s'était passé cette nuit était terminé et que je ne voulais plus le revoir.

Je me levai doucement, je pris mon manteau et je partis chez moi

Mais là où je fus pris de panique c'est quand je vis dans quel état était mon anus.

Il était ouvert comme si je venais de subir une enculade dans la seconde précédente, il était extrêmement enflé et tout sanguinolent.

Je pris ensuite un long bain qui me fit énormément de bien puis après avoir pris un somnifère je sombrais dans un profond sommeil.

Quand je m'éveillai je vis qu'il était 3 heures de l'après-midi.

Je me levai et j'entendis des cris, je regardai par la fenêtre et je vis avec stupeur que le voisin était rentré.

Il hurlait après paul, en voyant ça je me dis que j'avais bien fait de partir cette nuit sinon il m'aurait trouvé nu et couché au bord du lit de paul.

Je tendis l'oreille et je compris que ce qui le mettait dans une telle fureur.

C'était de voir dans quel état était sa maison avec une bouteille de whisky vide, des coussins  Pendant toute cette discussion j'évitai de me montrer, le calme est revenu et j'ai vu paul partir avec ses valises.

2 heures après on a sonné à la maison, c'était le voisin, il est entré et m'a demandé si j'avais entendu quelque chose cette nuit.

Je lui répondis que non, que j'avais pris quelque chose pour dormir car j'avais la grippe d'ailleurs cela devait se voir à ma tête.

Après m'avoir dit de bien me soigner car j'avais très mauvaise mine le voisin m'appris qu'il avait renvoyé paul dans le sud .

En moi-même je respirais car ça voulait dire que mon problème avec cet homme était réglé et je m'en suis trouvé soulagé.

Quand le voisin fut reparti je me suis couché et j'ai dormi encore 2 heures à poings fermés.

Dans la soirée je me suis mis à réfléchir à ce qu'il s'était passé.
 au fond de moi j ai aimé d etre dominé par paul .

Rachid

dlna4444@hotmail.fr

Dernière mise à jour publique

9 Juillet

Queue de black en solde Mathias
Week-end chaud Sylou69
Plan chaud à quatre Chopassif
Le petit short blanc Frank
Le mec de mon enemi kyyrx
Putain de Machine James
Sortie vélo  Master23

Nouvel épisode

Soumission & Domination -496 (L'épisode manquant) Jardinier
La venue du jardinier -02 Eric
Mon bâtard -06 Teub23
La grosse bite de mon beauf -06 Ghost writer
Le chalet -24 Yan

5 Juillet

Première fois avec Alex Marc
Adam Ethan De Rouge
Le moniteur moto -01 -02 Sketfan
Sex shop Lille antoine59
Première expérience avec un mec grâce à Grindr Jimmy
Mon kiné TTBM Kin44
Putain de cours de tennis J-Baptiste

Nouvel épisode

Le vendeur kiffeur -08 Sketfan
Le vendeur kiffeur -09 Sketfan
Le vendeur kiffeur -10 Sketfan
Le mec idéal -24 Pititgayy
Le mec idéal -25 Pititgayy
Franck beau frère routier -05 Helium89
Dans les geoles d'Armid -02 Iwan

1er Juillet

Cuckold Top Frat. Cyrillo
Un après-midi de photo Coco911
Voyage Initiatique -01 Ninemark
Voyage Initiatique -02 Ninemark
Picnique mémorable à la plage James
Liège, ces toilettes et ses histoires Loikksoo
Soumise, offerte à deux hommes Nadegetv
Récréation Frank
Plan odeur avec M Mystérieux Passif & Soumis

Nouvel épisode

Mon fantasme -02 Lord-sauron
Professeur Ligoteur -04 Boundkey
Les frères Mateozzi et moi -02 Bearwan
Ancien pote, nouvelle chienne -04 Bearwan
Julien en famille -05 Marco10e
Julien en famille -06 Marco10e
Soumission & Domination -500 Jardinier
Soumission à Marseille -02 Passif & Soumis
Vendredi soir aux Tuileries Stéphane Juin
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

 

Cyrillo nu a Mykonos
Cyrillo Mykonos

Cyrillo Cuir Leather
Cyrillo Leather

Cyrillo Cuir Leather
Cyrillo Home

&+
Twitter

 
 

Chercher :

CYRILLO CHEZ LES GRECS CYRILLO CHEZ LES GRECS
CYRILLO CHEZ LES GRECS
CYRILLO CHEZ LES GRECS

 

 

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Tout sur Cyrillo - Contact - Twitter - Tumblr - Intagram

Cyrillo Photo

Best of Cyrillo - Cyrillo Cuir - Cyrillo chez les grecs

Dial Chat

Chat & Dial gay (rencontre)

Expositions

Sommaire des expositions - Verner Degray - Barbizart

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - Histoires 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Liens

Liens vers d'autres sites gay - IDM SAUNA - L'IMPACT BAR - EL HOMBRE

Photos

Modèle - Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Vidéo

Vidéo gay

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)