20 Sept.
+ 52 histoires en accès privilège.
17 Sept. : +25 histoires en accès public
Galerie Amateur à jour !

VIP
"Accès privilège" des histoires juste avec un don

Don anonyme, en paypal ou CB

PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Premier épisode - Épisode précédent

Souvenir de jeunesse 3

Merci encore pour tous ses mails de compliments ^^ ça fait plaisir ! J’espère que mes souvenirs continueront de vous plaire à tous ! Bonne lecture !

J’arrive chez moi, le corps bien fatigué par la découverte que j’ai fait avec Quentin de la sodomie. Je crois que je pourrai m’allonger et dormir tellement je sens mon corps repu de plaisir. Mon esprit par contre tourne à 200%, revivant chaque moment et chaque sensation.

Je pousse la porte de la maison et je rentre, commence à enlever manteau et chaussures quand ma mère arrive comme une furie, suivi de mon père. Je peux apercevoir la tête de ma sœur, plus jeune que moi de deux ans et celle de mon frère plus vieux de trois. Ma mère commence à me reprocher de n’avoir pas prévenu de mon absence, qu’elle s’est inquiétée, que je ne réponds pas aux messages. Mon père en rajoute sur le fait que la maison n’est pas un hôtel etc etc.

Je les regarde et j’ai l’image du sexe de Quentin face à moi alors que je vais pour prendre son gland en bouche. Je chasse cette image de mon esprit et rentre dans la discussion avant qu’elle ne dégénère, ma mère montant souvent trop vite en pression.

Je leur explique que j’ai demandé à mon frère Sébastien de les prévenir que je n’étais pas là ce soir et que je ne rentrerai pas trop tard non plus. Silence. J’entends un « merde » venant de la salle, mon frère vient de se souvenir qu’il aurait du leur en parler et qu’il va certainement prendre un peu pour son matricule. Ma mère fait demi-tour direct vers lui, genre missile autoguidé, alors que mon père continue de faire son speech, avec moins d’ardeur.
Je finis par m’excuser, file vers la cuisine et regarde ce que ma mère a laissé pour moi. Elle me tombe dessus alors que je farfouille un peu et c’est reparti pour une engueulade, légère cette fois. Quand j’explique que j’étais à la salle de muscu, c’est un gros silence qui me répond suivi d’un petit rire qu’elle essaye de contenir. Autant pour ma susceptibilité et mon orgueil. Elle veut plus de détail et j’explique qu’un camarade de classe, Quentin, fait de la musculation trois fois par semaine qu’il m’a proposé de venir voir après qu’on en ai parlé et que j’ai dit oui. Et que oui malgré ses sourires un peu moqueurs je vais certainement m’y mettre.

Là je fais un peu d’extrapolation, si je vais aller à la salle de sport, ça ne sera certainement pas pour soulever de la fonte… mais plutôt vider des couilles !

Elle me laisse tranquille pour un moment et je peux enfin manger un morceau. Je m’assois pour festoyer, parce que le sexe ça creuse, et je dois retenir un petit gémissement de douleur. J’ai mal au cul, ce n’est pas la douleur genre coup de couteau, mais plus genre courbature. C’est sensible quoi.

Je finis de manger et monte dans ma chambre pour me coucher. Enfin seul ! Je me déshabille rapidement, j’aime bien être à poil dans ma chambre ou au moins en boxer. Je n’aime pas trop mon corps en général mais j’aime bien voir la barre que ma queue fait dans mon boxer, malgré la gêne que cela provoque au quotidien.
Mais là ce soir, après ce que je viens de vivre avec Quentin, j’ai trop envie de me caresser en y repensant. Je sors la capote pleine de sperme que j’ai gardé, enroulée dans un mouchoir et je m’allonge sur mon lit. Mon sexe repose sur mon ventre déjà un peu gonflé malgré la jouissance que j’ai eu il n’y a pas longtemps.

Je regarde la capote et tout le sperme qu’il y a dedans et je l’approche de mon visage pour sentir et ressentir le sperme. Bof à part le lubrifiant on ne sent pas grand-chose. J’attrape des mouchoirs un peu d’eau et je commence à nettoyer la capote pour virer toute les possibles traces qu’elle pourrait avoir en provenance de mon trou.
Une fois bien propre je la pose sur mon sexe et doucement je commence à me branler avec. Mon sexe grossit rapidement, je sens le sperme qui doucement se réchauffe un peu avec la chaleur de ma main et celle de bite. Quand ma bite est bien dure, je me lève rapidement et attrape des ciseaux. Je coupe la capote assez haut et lentement je la renverse en contrôlant le débit. Le sperme coule lentement sur ma queue et mon gland. De ma main libre je me branle en utilisant ce sperme frais comme lubrifiant. C’est juste fou, je suis en train de me branler avec le sperme de Quentin. Je plane de plaisir.

Je me décide à finir de vider la capote sur mon torse et même un peu pour ma bouche. Ma main droite branle vigoureusement mon sexe bien dure et tout glissant. Je peux vois mon gland rouge recouvert d’une couche de liquide blanchâtre. Dans ma bouche le sperme de Quentin me laisse un petit goût amer et en même temps sucré sur la langue et je regrette presque de ne pas en avoir pris plus.

Mon portable vibre et sans même m’arrêter de me branler je regarde le message. C’est lui.

« ca va ? Pas trop mal au cul ? On a oublié la capote aux vestiaires, merde ! Tu ne regrettes pas ?

Je stoppe doucement ma branlette et lui répond

« Je vais trop bien ! J’ai un peu mal mais c’est supportable, et non je regrette pas ! Au contraire j’ai trop envie de refaire ! Pour la capote je l’ai prise avec moi et je suis en train de m’en servir… »

Je me caresse le torse avec une main tout en gardant l’autre libre pour le portable. Mon torse brille sous la lumière avec le sperme de Quentin, je recommence à me branler quand j’ai ma réponse.

« Oki ! Cochon ! Moi aussi j’ai grave envie de recommencer, j’ai jamais joui comme ça je crois ! Tu fais quoi avec la capote ? Tu te branles avec mon sperme ? »

« Bas dès qu’on peut on recommence ! Oui tu as bien deviné j’ai trop chaud à repenser à tout à l’heure je n’ai pas pu résister. Ton sperme fait bien glisser ma main et j’aime bien le goût, c’est trop agréable »

main reprend un rythme rapide et je sens que le sperme monte à nouveau tout doucement. J’accélère pour venir vite.

« Salaud tu m’as redonné la trique ! Je ne vais pas me branler mais demain tu vas prendre une dose ! Et si tu veux mon sperme en bouche ou ailleurs tu as juste à me demander j’en aurai toujours pour toi ! »

Je lis le message et imaginer Quentin qui me jute dans la bouche demain au lycée me fait jouir directement. Je pousse un bon gémissement et je vois mon sperme qui jaillit de mon gland en jet, recouvrant mon torse et m’arrivant même jusqu’au cou. Je pose le portable et finit de me branler pendant que j’étale mon sperme sur mon torse et que je lèche mes doigts.

Je reste comme ça pendant 10 bonnes minutes, puis je me rends compte de ce que je viens de faire. Je me sens fou légèrement dingue mais j’ai trop kiffé. L’excitation redescend et les problèmes plus techniques apparaissent : nettoyage obligatoire ! J’ai du sperme collé partout sur le torse et les mains.

Je m’essuie rapidement et répond à Quentin.

« Je viens de jouir, j’ai du sperme partout, le tien et le mien. Bonne nuit et vivement demain »

file à la salle de bain discrètement, après avoir enfilé sans trop la serré ma robe de chambre. Mon frère me voit rentré dans la pièce et je pense qu’il a compris pourquoi j’y vais mais bon je n’en ai rien à faire.

comment mon histoire avec Quentin a commencé. Suite à cette soirée bien chaude où j’ai découvert que j’adoré le sexe. Nous sommes devenus, Quentin et moi de véritable sex friend comme on dit maintenant.

Nous avons passé tout le mois suivant ensemble dès que possible. Aussi bien pour baiser comme des bêtes que pour parler et se découvrir mutuellement. J’avoue que je me suis étonné moi-même en découvrant à quel point nous avions des centres d’intérêts communs et que nous étions finalement assez proche dans nos désirs, envies, passions.
Mais ce dont je me souviens surtout c’est que nous n’avons pas arrêté de baiser. Pratiquement tous les jours, nous faisions quelque chose en rapport avec du sexe : branle, pipe, sodo, ou simplement se chauffer.

Je ne me souviens pas de tout mais certaines choses me reviennent avec beaucoup de détails ^^ Je sais que nous avons recommencé plusieurs fois dans les vestiaires d’EPS, pipes gourmandes sous le jet d’eau chaude. Nous avons même failli nous faire surprendre par le prof alors que Quentin enfonçait lentement sa queue dans mon cul, me collant presque totalement contre le mur de la douche. Nous avons eu un joli coup de stress ce jour là, mais ce fut bien bon vu que Quentin m’a littéralement labouré le cul à coup de bite violent et rapide, pour finir rapidement et pas se faire chopper.

Je me souviens aussi que nous l’avons refait plusieurs fois dans les vestiaires de la salle de sport, sous les douches ou sur les bancs. Nous l’avons aussi fait sur les machines mais on se contentait de se sucer bien à fond et de jouir tout ce qu’on pouvait. Quentin a fini par accepter de gouter nos spermes et sans aimer ça, ça le dérange de moins en moins.

Nous avons aussi testé des endroits parfois assez insolites. Un dimanche où il avait pu emprunter la voiture de ses parents, sous prétexte d’aller voir un camarade jouer au foot, nous avons profiter de notre après midi de libre pour du sexe. Je l’ai sucé pendant qu’il conduisait, pas longtemps pour éviter un accident mais il a bien aimé, ensuite nous avons réalisé un 69 pas très pratique sur la plage arrière de sa voiture, pour finir par ouvrir la portière d’un côté pour qu’il sorte le pantalon baissé le cul à l’air pour me défoncer à grand coup de rein. J’étais à quatre pattes sur la banquette, le cul bien tendu vers lui. Il m’a pris comme ça pendant une bonne dizaine de minutes avant de me faire sortir pour me plaquer le torse contre le capot et se finir dans mon cul alors que j’avais la queue qui frottait contre le métal.

Nous nous sommes aussi fait plaisir au cinéma, branle mutuelle pendant toute la durée du film pour finir par une bonne pipe dans les toilettes. Cette fois c’est moi qui lui ait tenu la tête collé contre le mur pour lui défoncer la bouche au maximum. Je n’arrive pas à rentrer toute ma longueur dans sa bouche et sa gorge mais il a fait de net progrès tout de même.

Je me souviens aussi d’une fois où il m’a fait crié de plaisir dans les vestiaires de la piscine municipale. Nous nous étions chauffés dans le bassin à bulle, il était même allé rapidement sous l’eau pour me sucer. C’est avec un maillot de bain totalement déformé par nos bites bien tendues que nous sommes sortis de l’eau. Nous avons feinté les vestiaires individuels pour rentrer dans les collectifs servant aux collégiens. Il n’y avait personne, et nous nous en sommes donné à cœur joie malgré le stress.

Bref beaucoup de sexe entre nous mais aussi beaucoup de discussions. Autant sur le sexe et nos envies, fantasmes et autres trips, que sur nos passions et notre vision du monde.

Quentin était clairement plus actif que passif dans notre duo de sexe. Je pense qu’il l’était naturellement mais aussi parce qu’il devait avoir un peu peur de ma bite lorsqu’elle était bien tendue. Je pouvais voir parfois avant qu’il la prenne en bouche une sorte de petite hésitation, disparaissant bien vite. Je sais qu’il avait envie de tester la sodomie, car il me posait plein de questions sur les sensations, sur le travail de préparation, etc.

Moi, je me sentais toujours plus passif qu’actif dans les bras de Quentin, mais au fur et à mesure de nos découvertes, j’avais de plus en plus envie de son petit cul. Je me dirigeais de plus en plus souvent vers lui pour lui mettre des doigts pendant que je le suçais, ce qu’il semblait aimé au vu des gémissements. Il aimait aussi beaucoup que je lui lèche son cul. Je pouvais comprendre tout à fait vu que j’adorais qu’il me le fasse. Sentir sa langue tourner doucement sur ma peau et entrer délicatement, j’en devenais fou. Il n’en fallait pas beaucoup plus pour que je me mette au dessus de lui et que je m’empale sur sa queue bien dure.

Nous avions fait un test VIH très rapidement, en fait quand nous avons vidé la boite de 24 capotes qu’il avait acheté, et nous avions vu que nous étions sains. Du coup, nous nous lâchions plus facilement, et vu que nous n’allions pas voir ailleurs au début, les capotes ne nous servaient plus que pour éviter certains soucis d’ordre hygiénique.
Quand la frénésie sexuelle dans laquelle nous étions tombés, était à son comble, j’ai proposé à Quentin de venir dormir à la maison un soir de week-end, que nous puissions nous faire plaisir pendant plusieurs heures dans un bon lit. Nous comptions les heures avant cette soirée pendant les trois jours qui la précédèrent.

Finalement, c’est chez lui que nous sommes allés. Ses parents partaient pour leur maison de campagne, les laissant lui et son frère à la maison. Son  frère que j’ai pu découvrir durant ces quelques mois étaient plutôt bien foutu et mignon, mais il n’avait pas la carrure de Quentin. Ce soir là il devait aller en soirée avec des potes et ne revenir que le lendemain dans la journée, Quentin avait été très ferme la dessus.

Je suis arrivé chez Quentin ce soir là, hyper excité. Nous avions décidé de ne pas jouir pendant les trois jours et je pense qu’il aurait simplement pu toucher ma bite que j’aurai joui. Nous étions en transe tous les deux. J’avais ramené des capotes XXL pour moi, ayant dans l’idée que son petit cul saute dans la nuit.

Je pense que Quentin avait la même idée car il m’a demandé rapidement si j’avais plusieurs de ces suppositoires que j’utilisais pour me nettoyer. Heureusement que j’avais prévu le truc. Je vous passe les détails de début de soirée que nous avons passé chacun notre tour dans les toilettes, sachez seulement que cela à duré de 18 à 19h ^^.
Une fois bien propre et après avoir passé un peu de temps à parler de tout et de rien, la frénésie sexuelle à fait son grand retour parmi nous et je dois dire qu’heureusement que nous étions seul chez lui.

Nous étions sur son canapé devant la télé à regarder une chaîne de musique. Je me suis collé à lui, en déboutonnant lentement la chemise qu’il portait, et j’ai enfoui ma tête sur son torse, léchant, caressant ses abdos, ses pectoraux, ses tétons. Je sentais la chaleur monter en moi, ma respiration devenait plus courte, mes gestes plus nerveux. Lui aussi était excité. Il a posé une de ses mains sur mon crane pendant que l’autre me malaxait les fesses à travers mon jean. Il a murmuré « fout toi à poil » et j’ai bondi hors de mes affaires presque immédiatement. Ma queue pendait entre mes jambes grossissant rapidement.

Il a profité de ma pause pour déboutonner son jean et virer sa chemise. Je reviens sur son torse et je le sens qui se cale dans le canapé pour profiter de mes caresses. Mes mains vont et viennent sur son torse et doucement je descends vers son entrejambe. Une caresse par ci, une autre par là, mais au fur et à mesure je me concentre sur sa queue que je sens bien tendue. Il soupire de plaisir et je lui mords gentiment le téton, il gémit plus fort m’encourageant à recommencer.

Je n’en peux plus, il me faut sa queue. Ma langue glisse sur chaque carré de ses abdos et d’un coup je baisse son jean pour qu’il se retrouve en boxer. Je colle mon visage contre le tissu et j’aspire sa verge à travers, léchant et bavant sur cette barrière synthétique.

Il attrape ma tête entre ses mains et me plaque contre sa queue bien dure. Je sens son gland bien dessiné et je soulève le boxer au niveau de la cuisse pour le faire sortir. Collé contre sa cuisse j’aspire le gland, le tète, bave dessus et lui donne de bon coup de langue.

Mon petit Quentin à l’air d’aimer, il ondule du bassin pour me faire en prendre un maximum dans la bouche mais avec son sous-vêtement ce n’est pas possible. J’ai chaud, je me relève, enlève mon t-shirt et replonge sur son sexe. Quentin en a profité pour baisser son boxer jusqu’aux genoux et il la tien à la base. Sa bite se dresse bien droite bien haute, bien rouge. Il doit serrer à la base car elle semble gonflée et plus grosse que d’habitude. Je me jette dessus et je descends le plus possible.

Je ne suis pas spécialement doué pour les gorges profondes mais là j’en veux et je suis chaud. Je sens bientôt mon nez sur son pubis rasé de près. Je l’entends qui soupire.

« Oh oui Mat ! C’est trop bon !! continue !!... oui vas y ! lèche la bien… oui… putain tu aimes ma bite toi !! et j’adore ce que tu fais… ouais encore descend jusqu’au bout… que je sente bien mon gland dans ta gorge ... mmm c’est trop bon !! »

Je me lâche totalement, je suis possédé par cette queue que j’ai en bouche. Je ne veux qu’une chose la sentir au maximum en moi. Je salive à fond et ça coule de ma bouche sur la verge à chaque fois que je la ressors. Je suce son gland, puis l’avale à nouveau.

Soudain Quentin me bloque la tête avec ses mains alors que je suis en gorge profonde. Je sens que j’étouffe un peu mais il continue le salop. Je remonte un peu pour libérer et prendre de l’air et d’un coup il me renfonce sa queue. Il m’impose son rythme. Puis il s’arrête, sort sa bite de ma bouche et me couche sur le canapé. Il monte sur moi, pose ses mains sur mon torse et m’enfonce sa bite dans la bouche, ses couilles cognant sur mon front et mon nez à chaque mouvement.

Quentin est en train de littéralement me baiser la bouche. Je vois ses hanches qui montent et qui descendent et je sens sa queue qui glisse dans ma bouche et ma gorge. J’ai des larmes aux yeux et je bave partout.

« Putain c’est trop bon !! Je te baise la bouche ma salope ! tu kiffes ma queue !! tu kiffes que je te fourre comme ça !! et mes couilles sur ton visage !! putain c’est trop bon !!! »

Il joue un peu avec ma queue de temps en temps en y déposant un coup de langue mais sinon rien. Il peut juste voir que je kiffe parce qu’elle est bien droite

 Il me ramone comme ça pendant 5 bonnes minutes je dirai, puis me regarde et se relève. Il me fout à genoux et je vois qu’il n’en peut plus. Il a envie de jouir, de me dominer. Je ne suis plus qu’une bouche, un trou pour sa queue. Ma queue est tendue vers le ciel, elle cogne sur mon ventre, mais je ne me touche pas.

Quentin m’attrape le visage et enfonce sa queue dans ma bouche à nouveau. Cette fois il me baise mais sans s’enfoncer trop, ce qui est mieux pour moi. J’assoupli autant que je peux ma bouche et ma mâchoire. Je sens que sa sauce monte, ses abdos se contractes. Rapidement je dirige ma main vers son cul et avec le doigt qui a récupéré un peu de bave, je lui titille et lui enfonce dans le cul. Il se cambre d’un coup, électrisé.

« Putain !!! c’est trop bon ! oui fouille moi le cul !!! oui enfonce le !! putain ta bouche est trop bonne !! salope je vais te déchirer !! je vais te remplir de jus !! putain ça monte… oui … oui !!! ah !!! »

sens qui se contracte, il m’enfonce sa queue à fond dans la bouche, et je sens son sperme me couler au fond de la gorge. Il ressort lentement sa queue arrosant mon palais, ma langue et enfin mon visage avec les derniers jets. Il m’en met une bonne quantité. Je le laisse finir, mon doigt s’étant retrouvé complètement bloqué par son cul lors de l’éjaculation. Il a fini de jouir et se branle pour faire sortir les dernières gouttes, sa queue est toujours bien dure, j’adore !! il étale son sperme sur mon visage avec son gland et je lui attrape avec la bouche pour le téter. Il est super sensible et je sens qu’il apprécie encore plus ce petit bout de pipe.

On respire un bon coup, il me regarde. Je suis à genoux, le visage couvert de sperme et la queue bien tendue. Il me sourit et se penche pour m’embrasser, sa langue vient chercher la mienne. Il m’attrape par les aisselles et me relève. On se roule une pelle collés l’un contre l’autre. Ma queue vibre entre nous deux.

« Putain c’était trop bon… je me suis lâché… et ta gorge profonde… ouah… je sentais les parois bien contre mon gland… trop bien !! »

Il s’arrête et me regarde avec un sourire d’excuse.

« désolé pour ce que j’ai dit… genre les salopes et tout..

-T’inquiète pas, je sais que c’est dans le feu de l’action… et puis j’ai bien aimé !! je suis pas une lope soumise comme on a pu lire dans certaines histoires sur le net, mais j’avoue que j’ai bien aimé le côté dominateur que tu avais…

-oki… bon à moi de te donner du plaisir. »

Il me pousse sur le canapé et finit de se mettre à poil. Il est juste magnifique, là devant moi, tout en muscle. Je me regarde vite fait et à part ma queue tendue devant moi, je ne vois pas ce qui le fait êtr mon sex friend. Il doit comprendre car il s’installe sur moi, ses genoux de chaque côté et me regarde dans les yeux avant de m’emballer.

« Je te kiffe mon Mathieu, en tant que meilleur ami et sex friend, j’adore ta grosse queue, ta bouche bien chaude et ton petit cul serré. Ton corps on va le muscler et surtout on est sur la même longueur d’onde dans la vie. OK alors pas de prise de tête, profite à fond et surtout prépare à toi jouir mon cochon

-… t’es con Quentin !... merci… »

Je lui chuchote le dernier mot en lui roulant une dernière galoche et voilà le salop qui attrape ma queue à deux mains et commence à me branler lentement, en léchant le sperme que j’ai sur le visage pour bien me nettoyer. Il se met ensuite à genoux et avec lenteur attrape ma queue avec sa bouche pour commencer une pipe bien comme il faut. Il commence à me connaître et il sait comment me faire du bien.

Je suis calé dans le canapé, j’ai chaud, je ferme les yeux et rapidement je ne suis plus qu’un récepteur de plaisir branché en ligne directe sur ma bite et le plaisir que Quentin me donne.

Il alterne rythme rapide et rythme lent, léchouille et aspiration. Il essaye d’en prendre un max dans sa bouche mais c’est encore trop dur. Je le laisse faire mais je suis en train de me rappeler la séance juste avant et je sens qu’il va prendre cher. Il passe un doigt vers mon cul et doucement me pénètre et commence à me titiller de l’intérieur. Il bave bien, il sait qu’il faut bien la lubrifier pour que ça glisse sans me faire mal.

Au bout de plusieurs minutes, je sens que ça monte et je veux me venger. J’attrape son visage et je donne mon rythme. Il se laisse faire et je lui baise doucement la bouche. Puis j’accélère un peu, un peu plus et encore plus. Il ne dit rien mais je sens qu’il a du mal à tenir le rythme et il encaisse difficilement la largeur de ma queue dans sa bouche.

Je me redresse, il est à genoux. Il me regarde avec de grands yeux bien lubriques. Il a compris que je vais me venger et il sait qu’il le mérite un peu. Je lui fais un clin d’œil et là je force le passage en tenant bien sa tête. Il me saisit au niveau des fesses et s’agrippe. Je passe à la vitesse supérieure et je le vois devenir rouge comme une tomate. Il faut dire que là, je ne fais pas de pitié ou presque je cherche à m’enfoncer à fond dans sa gorge ou du moins tout ce que je peux. Je rentre, je ressors je rentre à nouveau et à chaque fois je gagne quelques millimètres. Il a plusieurs fois des sortes de renvoies mais je m’en fous. Je suis à fond dans les sensations que ça me donne et je sens sa gorge sur mon gland plusieurs fois mais je ne reste pas trop longtemps.

Je sors complètement ma queue, mon gland est couvert de bave qui coule, sa bouche est grande ouverte. Je pose ma queue sur son visage. Mon gland se pose sur son front à la limite des cheveux et ma queue dépasse un peu de sous son menton. L’image est magnifique. J’en prendrai bien une photo si je pouvais.

Je le pousse sur le canapé de façon à ce que ça tête soit un peu en arrière, mettant sa bouche et sa gorge dans une sorte de ligne droite. Je me mets face à sa bouche ouverte et j’enfonce ma queue bien dure et bien lubrifiée par sa salive. Ca glisse tout seul, et j’en rentre presque la moitié d’un coup. Il sursaute un peu mais dans cette position il ne peut pas faire grande chose. J’ai les mains sur son torse musclé, sa queue moitié dure moitié molle devant moi, et je commence mes mouvements de va et vient. Ma bite glisse dans sa bouche, sors puis entre à nouveau et de plus en plus vite. Elle s’enfonce de plus en plus loin aussi. Je sens sa gorge autour de mon gland et je stoppe le mouvement pendant quelques secondes savourant le plaisir que ça me donne, puis je ressors entièrement, attend un peu, sourit en voyant le filet de bave coulait sur le visage de Quentin puis je rentre à nouveau.

J’avoue que sur le moment je m’en fichais un peu de lui, ne pensant qu’à moi mais je le regardais de temps en temps et je pouvais voir qu’il n’était pas dans un état pire que moi une dizaine de minute plus tôt.

Je continue ma baise de sa bouche et je sens que ça monte, j’en peux plus. Je donne un dernier coup de rein et m’enfonce presque entièrement dans sa gorge. Il ne doit rester que 5 ou 6 centimètres de ma queue dehors et je sens mes couilles sur son front. Je suis en extase et je largue ma sauce. Je sens les jets qui jaillissent de mon gland directement dans sa gorge. Il ne doit même pas sentir la petite amertume de mon sperme. Je sors doucement ma queue mais mes jets de sperme sont toujours intenses et je lui remplis la bouche, puis je lui recouvre le visage. Finalement j’arrête de jouir et il se retrouve avec du sperme sur le visage, sur le cou, sur le torse et surtout au fond de l’estomac. Je me lève et lui redresse la tête. Il est rouge, quelques larmes ont coulé sur le côté de son visage, comme moi tout à l’heure mais il a un grand sourire, malgré les yeux fermés. Il se cale dans le canapé et je m’allonge sur lui, pour une sorte de câlin. Ma queue vient se coller contre la sienne. Je le caresse doucement et je lèche mon sperme que je lui fais gouter en lui fourrant ma langue dans la bouche.

Une fois bien propre, il ouvre un œil, me regarde. Il se masse la gorge et la mâchoire et me dit d’une voix un peu rauque.

Je l’ai bien mérité… mais la prochaine fois fait un peu moins fort…

-Désolé… mais fait moins fort toi aussi ^^. La prochaine fois ??

-ouais je pense que tu as kiffé comme moi j’ai kiffé, non ?

-totalement !

-on verra pour recommencer mais là faut qu’on se repose, qu’on mange, qu’on se nettoie et qu’on se matte de bons gros films de cul pour se chauffer et niquer toute la nuit !

-Le programme me plait. On commence par la douche ?

-Ok ! »

On se lève tous les deux, à poil, des traces de sperme encore visible sur le corps et le visage. Je suis étonné que le canapé n’ait pas morflé mais à part quelques petites taches d’humidité, il n’y a pas de dégâts. On monte dans la salle de bain à poil, je le suis et je ne peux pas m’empêcher de mater son cul musclé. Putain j’ai trop envie de lui péter la rondelle. Il se retourne et me voit entrain de la mater. Il rigole et tend son cul vers moi et se donnant une claque sur la fesse.

« Rêve toujours, c’est pas ce soir que tu vas te le payer !

-on verra bien !! » Je réponds avec un grand sourire et je lui donne une claque qui fait un beau bruit.

On se retrouve sous la douche tous les deux. On se lave l’un l’autre, on se caresse, on s’embrasse. J’en profite pour lui mettre quelques doigts dans le cul et il fait pareil mais rien de plus on est encore vidé et même si on bande à moitié, ce n’est pas la grande forme.

On sort de la douche et on passe à table. Pizza et coca, suivi d’une tarte aux pommes. Tout ce qu’il faut pour bien reprendre des forces. Il sort une petite bouteille de whisky et on aromatise le Coca. Moi qui ne boit pas d’alcool ou presque jamais, j’ai chaud à la gorge. Ce n’est pas mauvais mais je ne suis pas fan non plus.

On file dans sa chambre et il me montre le montage qu’il a fait. Deux télés sont installées sur le bureau face à son lit deux personnes. Sur chacune il y a un magnéto (pour les jeunos c’est un truc qui servait à lire des cassettes vidéos, un vieux support d’information) et dans chacun il y a une cassette de film porno. Hétéro par contre, car les films de cul gay ne sont pas facile à trouver. Pas de soucis nous sommes bi tous les deux ça va nous chauffer grave. Surtout que l’un des films est une sorte de partouze avec trois meufs et 9 gars. Donc on aura notre ration de bites.

On s’allonge sur le lit et on parle un peu avant de lancer les films. De filles et des mecs du lycée, de notre classe. On en vient à parler de Sandrine et de Thomas, les deux autres beaux gosses avec Quentin. Il m’avoue que Sandrine lui a déjà fait du rentre dedans et qu’ils se sont un peu pelotés à une soirée mais rien de plus. Je suis grave jaloux. Elle est juste trop bien foutue !! elle a une paire de sein et un cul… ouah juste ce qu’il faut où il faut. On fantasme à l’idée de se la taper, même si je sais que Quentin aurait plus de chance que moi, voir que j’aurai absolument aucune chance.

Quentin me demande pour Thomas ce que j’en pense, et je dois dire que ce mec me plait bien aussi. Il est beau gosse mais dans le style racé fin. Genre Dandy, il n’est pas trop musclé, on a pu s’en rendre compte dans les vestiaires mais il est quand même mieux foutu que moi. Je demande à Quentin :

« et sa queue tu as réussi à la voir ?

-non il est toujours de dos dans les douches individuelles, donc jamais vu. Par contre je sais qu’il n’était pas content du tout quand Bastien t’a vanné, parce qu’il est parti rouge de colère après que tu sois rentré dans la tienne.

-ah bon ? il en a peut être une toute petite et il avait la rage qu’on me chambre la dessus…

ouais peut être... bon si j’arrive à me faire Sandrine je te raconte et je vois pour prendre des photos. J’ai eu un vieil appareil jetable qui traine avec des photos à faire. Je suis sûr qu’elle ne dira pas non.

-Ouais grave !! je veux bien !! j’aimerai bien la voir à poil entrain de te sucer ou de se prendre ta queue dans la chatte. Je ne pourrai jamais me faire une nana comme elle.

-Tu sais pas … ça se trouve elle voudra goutter à ta grosse queue… elle est vraiment trop chaude ! elle m’aurait sucer à la soirée si je l’avais pas stoppée »

Je souris mais je sais que ça n’arrivera jamais. On est à nouveau chaud. Parler de cul, de chatte, de bites nous a fait reprendre du poil de la bête. Nos queues se tendent et on voit nos glands bien rouges. Quentin se lève et lance les vidéos. Sur les écrans les images commencent à défiler. Une belle partouze d’une heure et demi sur la droite et sur l’autre un film plus classique mais avec des mecs noirs et des femmes blanches. J’adore les noirs. J’ai un kiffe sur leur corps musclé et leur cul bombé.

On commence à mater ça en se branlant, se caressant l’un l’autre. On se suce chacun son tour mais tendrement, doucement, histoire de faire monter la sauce mais sans jouir. On se réserve.

Quentin qui me suce, descend vers mes couilles et continue vers mon cul. Il me retourne sur le ventre le cul un peu en arrière et me bouffe littéralement le petit trou. On est lancé. Il a envie de me prendre ça se voit. Je gémis de plaisir.

« oui… c’est bon… vas y continue Quentin… oui… mmmm putain j’adore trop… continue… »

«tu aimes ça ma petite salope… tu aimes que je te prépare le cul pour ma bonne queue

-oui… vas y… j’adore ça… et j’adore quand tu me parles comme ça… »

Il sourit et replonge dans mon cul. Il ajoute des doigts de temps en temps mais c’est surtout sa langue qui me dilate le trou. Je respire fort, j’ai envie de sa queue. Il s’allonge sur moi et je sens son gland qui pousse sur ma rondelle. Il me chuchote dans l’oreille des cochonneries, me traite de salope, de chienne, que j’aime sa queue et que je vais prendre toute sa bite dans le cul jusqu’à la garde. Je suis bien dilaté et je sens son gland qui rentre tout doucement.
Il est passé… c’est bon… la douleur des premières fois a totalement disparue. Maintenant c’est que du plaisir. Il continue d’avancer au fond de moi  et lentement il arrive à rentrer totalement. Je le sens qui pousse à fond pour que tout soit dedans. J’écarte mes fesses pour l’aider. Je veux le sentir totalement en moi. Il me mord l’oreille et donne un coup de rein. Je gémis de plaisir et il recommence. Je suis une vraie salope à ce moment là. Je crie comme une fille, mon plaisir est trop intense. Je sens la jouissance qui monte avec chaque coup de rein mais étrangement je ne sens pas la montée de sperme non plus, cette sensation qui nous fait dire qu’on a atteint le point de non retour.
Non là c’est en interne, une chaleur, un plaisir, ça monte de plus en plus fort. Quentin à accélérer son rythme. Il est devenu grave endurant le salop et il sait tenir une bonne vingtaine de minute maintenant. Il me lime doucement, accélère, donne des petits coups ou des coups de rein qui me font décoller du lit.

Moi je gémis à chaque coup, je crie mon plaisir sans me retenir. Je n’en ai rien à faire, je veux qu’il sache que je kiffe ce qu’il me fait. Heureusement qu’on est seul parce que chez moi, tout le monde aurait entendu. Et il continue encore, coup de rein après coup de rein. Et d’un coup je jouis. J’ai pas de sperme qui coule, ou juste un peu de liquide. Il reste bien au chaud et ma queue est toujours aussi dure. Juste je jouis de l’intérieur. Une secousse totale du corps et je m’affale sur le lit en soufflant fort par la bouche, j’ai du mal à respirer. Quentin s’arrête, ressort lentement. J’ai la tête qui tourne et je suis obligé de fermer les yeux. Il se penche vers moi. Je vois sa queue dure, tendue, luisante entre mes paupières. Il me demande si ça va.

« Oui… j’ai joui… de l’intérieur…

-tu as juté sur le lit ?

-non… pas de sperme juste une sorte de plaisir en interne, une chaleur de fou… c’était plaisant et en même temps… je n’arrive pas à décrire. Mais je me sens tout mou là.

-ta queue ne l’est pas en tout cas. »

Je lui  souris et le regarde prendre mon gland en bouche et se branler en même temps. Il tête les petites gouttes de liquide.

Lentement je le repousse, je vais mieux, les forces me reviennent doucement. Je l’allonge sur le ventre dans la même position que moi et je lui lèche le cul. Il apprécie le salop. Il pousse des petits gémissements qui se confondent avec ceux des meufs du film.

Je pousse ma langue bien au fond, un doigt, deux. J’alterne. J’ai envie de lui faire le cul. Ma bite tressaute entre mes jambes. Régulièrement je crache dans ma main et je me branle. Quentin me voit faire et sourit. Il tend une main et sort une bouteille de lubrifiant. Il me la donne. J’en prends et lui fourre trois doigts dans le cul pour bien ouvrir pendant que de l’autre je savonne ma queue. Ca glisse tout seul.

Il soupire de plaisir mais je sens que son regard est posé sur ma queue. Il a un peu d’appréhension. Je pose mon gland sur son cul, qu’il écarte bien avec ses mains. Et je lui murmure les mêmes cochonneries qu’il m’a murmuré. Il rigole un peu et doucement j’appuie mon gland et pousse.

Vu la dose de lubrifiant et l’ouverture que j’avais fait, je trouve qu’il n’entre pas trop mal, bien même. Quentin lui souffle un bon coup et tape de la main sur le lit pour me dire d’arrêter. Je me stoppe quand tout le gland est passé. Il soupire. Douleur ? plaisir ?

J’attends un peu. La sensation est super agréable. C’est chaud, ça me sert. Je suis concentré donc le plaisir ne monte pas trop mais je pense que ça pourrait venir vite.

Je pousse un peu et le lubrifiant facilite le travail. Ça rentre comme dans du beurre. Quentin à mal, mais je pense que c’est supportable vu qu’il ne me fait pas de signe. C’est l’ouverture du sphincter qui est douloureuse mais en y allant doucement ça va.

Je m’enfonce et la j’arrive à la moitié de ma queue.

« ouah… c’est bon… j’ai l’impression que tu es à fond dans moi. Que tu me remplis tout le cul… ça te fait ça aussi.
-oui … sauf que je suis qu’à la moitié…

-vas y continu. »

Je sors plutôt, parce que là moi je commence à ressentir trop de plaisir. Je sens mon gland qui butte contre son anneau. Je mets une dose de lubrifiant sur ma verge et je pousse à nouveau. Il soupire de plaisir et commence à gémir aussi. Ce gémissement fait sauter ma raison. Entendre Quentin gémir comme ça, c’est plus qu’il n’en faut pour moi.

Je pousse mon sexe et j’essaye de rentrer à fond, mais je n’arrive pas à aller plus loin que la moitié sans qu’il me fasse signe.

Je commence à faire des allez-retour, de plus en plus rapide car je sens le sperme monter cette fois. Il gémit aussi plus fort et plus souvent. Il a l’air d’aimer.

J’ai atteint le point de non retour et d’un coup je m’enfonce au maximum pour juter le plus loin possible en lui. Je sais pas pourquoi mais Quentin à ce moment là à ouvert son cul bien à fond, complètement détendu et a poussé vers moi. Ma bite rentre à fond et je sens ses fesses qui claquent contre ma peau. Quentin pousse un cri mélange de plaisir et douleur et j’expulse mon sperme au fond de son trou. Je reste enfoncé comme ça à fond dans son cul et j’adore la sensation. Ma queue ne dégonfle pas ou presque pas. Quentin gémit et me chuchote qu’il a trop aimé ça.
Au bout d’une minute je commence à sortir et le passage du gland, encore un peu dur, n’est pas facile mais ça passe doucement. Quentin reste allongé, et je vois une petite goutte de sperme perler de son cul. Je le retourne et m’allonge sur lui. Il n’a pas joui mais sa queue est bien dure.

« Je me le suis payé finalement…

-ouais… et je ne regrette pas… c’était ouf… une sensation trop agréable… je comprends que tu veuilles que je t’encule si souvent !

-Je suis content si tu as aimé !! et je suis étonné que tu ais réussi à tout prendre !

-ouais mais à la fin quand tu es rentré entièrement en moi… j’ai eu trop mal… c’est ça qui m’a bloqué pour jouir sinon je jutais sur le lit en même temps que toi…

-merde désolé…

-pas grave… je sais comment je vais finir… »

Il me dit ça avec un sourire et il se lève doucement. Je le vois avec la bouteille de lubrifiant mais j’ai pas le temps de comprendre. Il est à genoux sur son lit et me pousse à quatre pattes comme une chienne. Il pose sa queue sur mon cul et avant que je dise quoi que ce soit, rentre d’un coup sec. Heureusement que j’étais encore ouvert et qu’il a humidifié sa queue.

Il commence à prendre un rythme de fou, et je prends du plaisir mais moins vu que j’ai joui, mais un peu quand même. Lui il grogne de plaisir. J’ai l’impression qu’il essaye de reprendre la place d’actif, de dominant. Ca me fait sourire et je me branle doucement mais ma queue est trop sensible. Il me bourrine une minute ou deux et me dit : « quand je sors de ton cul, tourne ton visage vers moi de suite… »

Je hoche la tête et d’un coup il sort sa queue. Je me tourne et reçoit une giclée de sperme sur le visage et dans la bouche que j’ai ouverte. Ça n’arrête pas… trois, quatre… finalement c’est 8 jets que je me suis pris. J’aime bien c’est chaud et un peu sucré. Il s’effondre sur le lit et je me cale sur son torse.

respire fort, puis lentement on s’apaise. A l’écran une des filles prend une saucée comme moi il y a une minute et sur l’autre écran une demoiselle est en train de prendre une queue dans le cul et hurle de plaisir.

On se regarde et on éclate de rire. Quentin me passe des mouchoirs et je m’essuie rapidement. On passe sous la couette en éteignant les télés et on s’endort dans les bras l’un de l’autre.

Je me réveille dans la nuit. Il fait bien noir et j’ai grave envie de pisser. Je me lève doucement et je me déplace sans faire de bruit vers les chiottes. Ma queue pend entre mes jambes, molle mais bien imposante tout de même.
Je pisse tout ce que je peux et je sors direction salle de bain pour me laver les mains. Il y a de la lumière, je me dis qu’on a oublié d’éteindre. J’entre sans prendre garde et je me retrouve nez à nez avec le frère de Quentin, Maxime, 16 ans, à poil en train de se brosser les dents.

On se regarde en fixe sans comprendre, nos yeux braqués sur nos bites respectives. La sienne est normale et tend vers la droite. J’ouvre la bouche :

« Désolé… je venais me laver les mains… je ne savais pas que tu étais là…

-ouais… euh… bas je suis rentré tôt parce que ça tournait mal la soirée… plusieurs mecs ont vomi et ça devenait n’importe quoi…

-oki… euh… je peux me laver les mains…

-oui vas y… »

Je vous laisse imaginer la scène. Je suis trop gêné… il me regarde et je comprends qu’il se demande pourquoi je dors à poils, dans la chambre de son frère en plus dont il peut voir un bout de la porte ouverte. Ma queue commence à grossir en plus. Je suis trop mal.

Je peux le voir dans le miroir, et sa queue réagit aussi quand il voit la mienne se dresser doucement.
Il ouvre de grands yeux devant la taille. Je lui souhaite bonne nuit et je pars rapidement vers la chambre que je ferme bien derrière moi. Comment je vais expliquer ça à Quentin…

Voilà j’espère que ça vous a plu. Hésitez pas à me le dire !
Mecbi25cm78@gmail.com

MecBi25cm78

mecbi25cm78@gmail.com

Suite de l'histoire

Autres histoires de l'auteur : Souvenir de jeunesse

Chauds les Minets

Dernière mise à jour publique

+ 13 Nouveaux épisodes

Pervers Frank
1ère expérience Scal
La racaille des Buttes Chaumont Stéphane
Mon ami l’escort Pititgayy
Le prof amoureux de son élève Jerem72
2 cuisinistes Louisallenk
Le mec à lunettes Vap
L’anniversaire Vap
Ne pas savoir qui je suce Axel56
Vive les Ultras AD
Ma 1ere fois a la piscine Lucas
Le dépuceleur de Venise Matt
Les photos Frank

+ 12 Suites

Hommes de Loi -06 JulienW
Hommes de Loi -07 JulienW
Hommes de Loi -08 JulienW
Le patient -03 d.kine.75
Jeune, riche et gâté -03 Matt
Tournante de Nuit -02 Mimi83
Un élève difficile -02 Dany92
Chambres à louer -07 Jeanmarc
Triangle à géométrie variable -04 Yan
Le bâtard de mon mec -02 Batardsoumis
Soumission & Domination -504 Jardinier
Le maçon de l’Est -02 Rafaël

PUBLIE TON HISTOIRE

Septembre 2018

Nouveau

La chose de mon maitre Nadegetv
le bâtard de mon mec Batardsoumis
Mon voisin, ce Daddy imposant G.Gamo
Un amour de soumis Elfe
Une mère cool et un beau-père rabatteur Nico76500
Quand mon amant me travestit Nico76500
Le fils de Saïd Nico76500
Colocation Emerick
Meilleurs potes d.kine.75
Mon voisin Nico76500
Le petit paysan Nico76500
Rencontre avec Henri Chopassif
Abda Fabien51
Chaudes vacances Petit cul 57
La virée à vélo Calinou
Posé sur le banc imbot4top
Aire d’autoroute Axel
Goûte la chéri... Sexaddict49
L’allumeur allumé Dylan33700
Exhib Lycrahot
Mounir Fabien51
Le maçon de l’Est Rafael
Première fois Papadontpreach
Homme de pouvoir J-Baptiste
Bite brune Seithan
Tombé dans la Seine julesdu78
Mon âme au diable Pititgayy
Au fond on ne change pas Pititgayy
VTT, baignade et sexe Tom
Job d'été Vap
Le craquant surveillant Étalon
Une bonne fessée Fabricepurges
Jeune, riche et gâté Matt
Sous le pont d’Avignon Rafael
Torremolinos rom.3004
Une rencontre Charly Chast
Voyage en Espagne  Mister Anoniman
Un bon plan avec une trans ! Badboy2424
Rugby en vacances Tom
Dans le noir Vincent
Initiation estivale Vincent
Mon pote, l'intello Étalon
Le frère de mon meilleur ami Jeunesoumis
First Glory Hole kiko
Balade nocturne Nico
Hommes de Loi JulienW

La suite...

Mon rêve américain -07 Maxou
Mon rêve américain -08 Maxou
Mon rêve américain -09 Maxou
Mon rêve américain -10 Maxou
Ma gorge défoncée -02 Mâlelope
Improbable rencontre - 02 Cyril-IR
Improbable rencontre - 03 Cyril-IR
Mon bûcheron à moi -03 Renaud444
Soumission & Domination -503 Jardinier
Mon mec se fait baiser -02 Lopedu-13
Mon coéquipier hétéro -03 Étalon
Mon univers rocambolesque -02 Grandhomme44
Humiliation et sadisme -02 Orly
Humiliation et sadisme -03 Orly
Jeune, riche et gâté -02 Matt
Mon rêve américain -07 Maxou
Lobotomisé par les rebeux -02 Flo_rent
Mounir -02 Fabien51
Hommes de Loi -04 JulienW
Hommes de Loi -05 JulienW
Voyage Initiatique -06 Ninemark
Le moniteur moto -05 Sketfan
Hommes de Loi -02 JulienW
Hommes de Loi -03 JulienW
Le collectionneur -05 Frank
La revanche -02 Jh30du11
Le collectionneur -04 Frank
J'étais bourré -03 LePoulpe
Mon ami Julien -02 Jerem72
Julien en famille -11 Marco
Le collectionneur -03 Frank
Le mec idéal -30 Pititgayy
Triangle à géométrie variable -03 Yan
Le mec idéal -29 Pititgayy
Le patient -02 d.kine.75
Julien en famille -10 Marco10e

PUBLIE TON HISTOIRE

RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

 

Cyrillo nu a Mykonos
Cyrillo Mykonos

Cyrillo Cuir Leather
Cyrillo Leather

Cyrillo Cuir Leather
Cyrillo Home

&+
Twitter

 
 

Chercher :

CYRILLO CHEZ LES GRECS CYRILLO CHEZ LES GRECS
CYRILLO CHEZ LES GRECS
CYRILLO CHEZ LES GRECS

 

 

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Tout sur Cyrillo - Contact - Twitter - Tumblr

Cyrillo Photo

Best of Cyrillo - Cyrillo Cuir - Cyrillo chez les grecs

Dial Chat

Chat & Dial gay (rencontre)

Expositions

Sommaire des expositions - Verner Degray - Barbizart

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - Histoires 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Liens

Liens vers d'autres sites gay - IDM SAUNA - L'IMPACT BAR - EL HOMBRE

Photos

Modèle - Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Vidéo

Vidéo gay

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)