1er Juill.
Nouvelles histoires, nouvelle galerie photo "Daddy" & plan de vacances

VIP
"Accès Avant-Première" des histoires juste avec un don, ou en écrivant une histoire

Don anonyme, en paypal ou CB

PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Chantier ouvert

Je suis une grosse salope en manque de sexe. En commençant mon récit de cette façon, vous allez penser que je suis une femme. Si je vous dis que non, vous imaginerez directement que je suis une pédale efféminée. Vous serez encore loin du compte. Je suis un vrai mâle de trente berges avec une bite bien longue et un cul bien profond. Pour 99 % de mon entourage, je suis un hétéro qui se tape des nanas différentes sans arrêt. Des nanas, je m’en suis tapé pas mal mais, aujourd’hui, j’ai tiré un trait sur la gent féminine.

Je suis donc une grosse salope en manque de sexe. Très mâle le plus souvent, je me transforme en femelle la nuit. Je vous ai dit que j’étais en manque de sexe. Jamais bien longtemps. Quand mon trou serré me démange et que l'envie de me faire baiser me tenaille, je trouve toujours un moyen d'assouvir mes désirs. Si je ne dis pas non à un bon gode, je n’en préfère pas moins une vraie bonne queue de chair et de sang.

D'aussi loin que je me souvienne et depuis que les choses du sexe m'intéressent, j'ai toujours été très porté sur la baise. Les films X, les photos, j’adore mais ça n’a jamais remplacé un vrai contact physique et bestial. Quand j'ai commencé à comprendre que j’étais plus gay que bi, j’ai fréquenté des bars où je matais puis je me laissais tripoter. Mon évolution a continué. J’ai découvert que si ma bite était réceptive aux caresses, mon trou l’était encore plus. Je me doigtais ou je me fourrais des objets dans le fion tous les jours. J’en découvrais tous les secrets de profondeur et de sensibilité. Aujourd'hui, grâce à un entraînement hors norme et une libido hors norme, elle aussi, j'ai donc un trou accueillant, près à recevoir de gros, de très gros calibres à la chaîne. Dans certains endroits, je suis même assez fier d’avoir pour surnom « le Trou ». Quand on a une réputation, il faut savoir l’entretenir pour bien en jouir. Chaque matin, je fais travailler mes muscles pour rendre mon petit trou musclé et souple. Mon but est de bien jouir et bien faire jouir mes partenaires. J’arrive aujourd’hui à mieux serrer les bonnes bites qui me remplissent. Je vous parle de « partenaires » et de « bites »… les deux au pluriel. Je suis en effet un adepte du sexe d’un soir… deux tout au plus. A 30 ans, je ne me sens pas prêt pour une vie pépère avec un seul mec… même s’il a la plus grosse bite du monde.

Un ami me disait :

- Tu n’es pas encore lassé de toutes ces aventures sans lendemain ? Tu n’as pas peur de finir seul…

- Je n’ai que 30 ans ! J'ai encore tant de choses à découvrir et tant d'expériences à vivre.

- Moi, je te parle de sentiments… Toi de cul…

- Putain de merde ! Je ne suis jamais seul… Enfin, rarement ! J'ai un carnet rempli d'adresses de gars qui ne demandent qu'à honorer mon petit trou de leur visite.

- Ne me dis pas que tu as toujours cet ignoble carnet où tu notes tes partenaires ?

Silence.

- Tu l’as toujours ?

- Quand je fais une rencontre jouissive, je note les coordonnées du mec et je n'hésite pas à donner mon avis sur ses… performances.

- Et pour le contacter si le besoin s'en fait sentir ! Foutaises ! Tu le dis sans arrêt : « Coup d’un soir et au revoir ».

Mon copain n’énervait prodigieusement mais, d’un autre côté, je lui reconnaissais une certaine lucidité. Dans mon petit carnet d’adresses, je griffonnais effectivement des annotations qui me permettaient de retenir la spécialité ou les qualités particulières de chacun de mes… partenaires de jeux.

- Tu n’as pas encore couché avec tout ce que tu estimais « couchable » ?

- Là où je sors, il m’en arrive constamment des nouveaux.

- Le flux et le reflux !

- Arrête de te foutre de moi !

- Excuse-moi… J’oubliais que tu préfères qu’on « foutre » en toi !

- Tu es amer. Moi, je ne crache pas dans ma soupe. J’aime le cul, je le revendique. Je ne suis jamais à cours de sensations fortes. Je suis ouvert à tout. Il y a même encore quelques filles dans ma liste.

- Tu essayes de me faire vomir ?

- Ce sont généralement des filles qui m'ont bien fait jouir avec leurs doigts, leurs bouches ou leurs godes. Bon, je l’avoue… Ce sont vraiment des « dernières cartouches ».

- Tu n’as jamais été bisexuel !

- Si tu le dis ! Il y a cependant des choses qui touchent à l’hétérosexualité qui m’excitent… Je rêve de coucher un jour avec un couple qui ferait de moi sa chose.

- Tu rêves qu’un mec te saute devant sa bonne femme et qu’il te trouve plus chaud qu’elle.

Une petite conversation avec mon copain me stimulait toujours. Le soir même, il me fallait découvrir une nouvelle sensation. J’ai cherché dans mon agenda. Je voulais de la nouveauté, de l'inédit, de la baise "hors norme". Ne trouvant rien, j’ai été faire un tour sur le Net. J’y fréquente quelques sites assez hard. J'y ai déjà fait de sacrées rencontres mais il m'est aussi arrivé de vivre des plans foireux et frustrants. Dans l’état où j’étais, je cherchais un gars prêt à me pousser dans mes retranchements, me soumettre – même en public -, me pisser dessus.

De chat en chat, j’ai finalement trouvé une ouverture possible. Il était 2 h 30 du matin mais mon trou palpitait d’envie. J'ai dialogué un moment avec un mec qui m’a proposé de me faire prendre par trois blacks bien montés.

- On peut faire ça où ? ai-je tapé sur l’écran.

- Pas n'importe où !

Ça, j’étais bien d’accord. Rendez-vous m’a été donné dans un quartier de banlieue. Je suis donc sorti de chez moi à 3 h 00 du matin dans une tenue suggestive. Je ne portais qu’une paire de jeans serrant et un minuscule T-shirt noir. J’étais prêt à me faire sauter rapidement. Je me suis dirigé vers le quartier en question en me demandant si, une fois de plus, je ne prenait pas trop de risques. J’ai fini par repérer le chantier de construction qui était le point de rencontre. L’endroit était désert à cette heure de la nuit. Il m’a pourtant semblé voir une lumière dans le cabanon qui servait de cantine aux ouvriers. J’ai à peine attendu cinq minutes et ils sont arrivés. Trois beaux blacks foutus comme des athlètes. Trois paquets moulés et prêts à exploser. En les voyant, j'avais encore plus envie de me faire tringler le cul et la bouche à la chaîne. Trois rien que pour moi !

- Je travaille sur ce chantier ! a dit un des trois.

- Ah !

- C’est un endroit calme pour baiser…

- Mais il y a déjà quelqu’un. J’ai vu de la lumière…

- C’est le gardien.

- Et… ?

- Soit il reste et mate, soit il reste et participe… ou alors il va faire un tour… Nous allons voir ça ensemble ! OK ?

Le plan avec le gardien m’angoissait un peu mais il était trop tard pour rebrousser chemin. Je crevais de me faire baiser.

Les trois gars m’ont précédé dans le cabanon et le premier a parlé avec le gardien. Je l’ai entendu dire qu’il préférait aller faire un tour, qu’il était crevé. Ce qu’il a fait en me regardant à peine. Les trois blacks me regardaient. J’ai brisé la glace.

- Allez, les mâles, baisez-moi maintenant, tous les trois ! J'ai le feu au cul et il faudra bien trois grosses bites pour l'éteindre.

J’ai sorti une boîte de préservatifs et je l’ai jetée sur la table. La glace était à peine brisée que j’étais déjà à poil et occupé par mes trois lascars.

- Bourrez-moi à fond… J’ai deux trous, il faut les occuper… Mon chantier est ouvert…

Ils ne se firent pas prier, les gaillards. Mon trou de derrière fut le premier à se faire remplir.

- Allez, toi, approche que je suce ton gros sucre anisé.

Je venais de m’adresser au plus jeune et sans doute le plus timide des trois… mais pas le moins excité. Il avança et m'enfila sans douceur la tête de sa bite noire entre les lèvres. J'avais la troisième bite dans ma main et je l’agitais pour en maintenir la rigidité. Je voulais que leurs trois bites restent dures assez longtemps pour qu'ils puissent se relayer au moins deux heures dans mon trou.

- C’est ça que tu veux ? me murmura mon enculeur à l’oreille. De la bite de black, de la grosse bite de noir ?

- Oh oui !

- On va combler ton petit trou du cul. Et dans toutes les positions !

- Vous gênez pas !

- Allez, sur le canapé. Fous-toi à quatre pattes !

Je me mis à quatre pattes, la bouche ouverte pour accueillir une bite et la sucer. Le black le plus vigoureux vint coller sa bite contre mes fesses. Il me les écarta, cracha un peu de sa salive dans ma raie et me lubrifia l’entrée. Je suis très serré et le lubrifiant m’est le plus souvent indispensable. Là, grâce à une sniffée de poppers et une bonne dose d’excitation, je devais faire confiance à ma chatte pour qu’elle se montre accueillante et docile. La bite était très grosse mais, à vrai dire, mon cul en avait vu d'autres. Mon enculeur joua un peu avec son gland à l’entrée de mon trou qui n’en pouvait plus. Il donnait d’agréables coups de bite contre mon anus à moitié fermé et soudain je sentis passer son gros nœud quand il me troua la rondelle. S’il avait été doux et patient jusque là, très vite, il commença à me limer sur un rythme rapide et bestial. Les deux autres s’étaient foutus à poil et mataient.

- Tu aimes ?

- J’adore mais j’adorerais encore plus me sentir rempli des deux côtés. Il y a deux bites qui ne servent à rien, ne gaspillons pas…

Un des deux autres blacks grimpa sur la table et présenta sa bite devant mon visage. L’un me pistonnait le cul et l’autre les lèvres. Avec la pointe de ma langue agile, j’adorais titiller cette longue bite depuis le gland jusqu’à la base. J'étais maintenant prêt à recevoir le troisième black pour une double pénétration anale.

Celui-ci, le plus jeune, se branlait pour maintenir son érection en attendant de venir m'enculer. Il n’allait pas être déçu.

Nous avons changé de position et je me suis retrouver dans le canapé-lit. J'écartais largement les cuisses, assis sur la queue qui me bourrait le cul. Ma bouche pompait toujours la même bite. Entre les cuisses de son pote, le jeune black vint placer son gland luisant devant mon trou – juste contre la queue qui l’occupait déjà – et d'une poussée brutale, il entra à son tour. Mon petit cri ne l’arrêta pas. Il y trouva peut-être même une raison de continuer et de me défoncer. Ce n’était pas ma première double pénétration mais ça l’était avec des queues aussi grosses. Le jeune était pugnace mais il peina à trouver sa place dans mon fion car la pine de son copain y occupait déjà pas mal de place. Il agitait les reins comme pour perforer un trou plus large. L’autre recommença à bouger en moi et le nouveau venu profita d'un mouvement de recul de l'engin qui m'enculait pour gagner les quelques centimètres. J’étais au paradis ! Mes deux enculeurs essayèrent de se mettre au diapason et, bien vite, ils trouvèrent leur rythme de croisière.

Cette nuit-là, je fus comblé comme je l’avais rarement été. Les trois baiseurs étaient infatigables et ils se relayèrent plus de trois heures dans mes orifices.

J’étais très content d'avoir prévu une bonne réserve de capotes XXL. Si j’ai joui, eux aussi n’ont pas été en reste… J’ai terminé ma nuit englué de jus de blacks ! Un must pour les amateurs…

J’étais vraiment en chantier

Nico76500

nicolasb76500@gmail.com

Autres histoires de l'auteur : Je suis la salope de mon père - Mon frère - Le charpentier - La grosse bite de mon père - Le fils de Jaloule - Papa joue au poker avec des amis - Grand black - Offert à des racailles - Le pompier et son fils - Rendez-vous à la cave - Mes frères et moi - Mon beau-père Alva abuse de moi - Un pompier bien passif - Baise dans un foyer - Devenir la putain de son patron - Belle surprise sur le chantier - Un cul à prendre - Trois ouvriers à l'hôtel - Souvenirs d'armée - Dépucelage hard au lycée ! - Samir - Mon oncle m'a initié ! - Le copain de ma mère - Crapahute, fils de pute - Train des trouffions - Ali & Kamel - Pendant la guerre 39-45 - Le surveillant d'internat - Ma folie des bidasses - Sexe père et fils - Mes oncles - Le Foyer - Mes 2 cousins - Mon frère et moi - Une pute dans une cité rebeu - Le sacrifice - Thomas mon prof - Dans les vestiaires - Mon frère, son pote et moi Au chantier - Le proviseur, mon père  et moi - Le vide-couilles de la cité - Entraîneur - Mes légionnairesL'Anniversaire de mon tonton - La pension Douma - Je suis la petite "salope" de la cité universitaire ! - Sodomie au service militaire - Film pour sapeur-pompier - Le directeur et ses élèves - Le père de mon ami - Mon père baise mon frère - Yousef le plaisirs exhib - Ma folie des bidasses - Quand Nicolas devient Nicole - Le calendrier des pompiers - Pompier en feu - Partie à 5 - Les internes - Fils à papa - En vacances - Chantier - Copain d'internat - String - Partouze dans le foin

Dernière mise à jour publique (17/7)

Il sera à moi Blibijoux
Thibault Thibault18
Mon Maître Yan
CQFD James
Yan mon Bâtard Stephdub
Mon premier métis Stephdub
Ma première fois Le paon d'Héra
Un oncle parfait Will23mtl
Offerte par un dominateur Nadegetv
Fantasme sur mon camarade judoka AC Wells
Malik, droit dans les buts ! DC

Nouvel épisode

Un oncle parfait - 02 Will23mtl
Ancien pote, nouvelle chienne -05 Bearwan
Chambres à louer -03 JeanMarc
Chambres à louer -04 JeanMarc
Putain de Machine ! -02 James
Le petit short blanc -02 Frank
Le petit short blanc -03 Frank
Les Chronique de Max -06 Max
Les Chronique de Max -07 Max
Julien en famille -07 Marco10e
Julien en famille -08 Marco10e

Juillet

Queue de black en solde Mathias
Week-end chaud Sylou69
Plan chaud à quatre Chopassif
Le petit short blanc Frank
Le mec de mon enemi kyyrx
Putain de Machine James
Sortie vélo  Master23
Première fois avec Alex Marc
Adam Ethan De Rouge
Le moniteur moto -01 -02 Sketfan
Sex shop Lille antoine59
Première expérience avec un mec grâce à Grindr Jimmy
Mon kiné TTBM Kin44
Putain de cours de tennis J-Baptiste
Cuckold Top Frat. Cyrillo
Un après-midi de photo Coco911
Voyage Initiatique -01 Ninemark
Voyage Initiatique -02 Ninemark
Picnique mémorable à la plage James
Liège, ces toilettes et ses histoires Loikksoo
Soumise, offerte à deux hommes Nadegetv
Récréation Frank
Plan odeur avec M Mystérieux Passif & Soumis
Soumission & Domination -496 (L'épisode manquant) Jardinier
La venue du jardinier -02 Eric
Mon bâtard -06 Teub23
La grosse bite de mon beauf -06 Ghost writer
Le chalet -24 Yan
Le vendeur kiffeur -08 Sketfan
Le vendeur kiffeur -09 Sketfan
Le vendeur kiffeur -10 Sketfan
Le mec idéal -24 Pititgayy
Le mec idéal -25 Pititgayy
Franck beau frère routier -05 Helium89
Dans les geoles d'Armid -02 Iwan
Mon fantasme -02 Lord-sauron
Professeur Ligoteur -04 Boundkey
Les frères Mateozzi et moi -02 Bearwan
Ancien pote, nouvelle chienne -04 Bearwan
Julien en famille -05 Marco10e
Julien en famille -06 Marco10e
Soumission & Domination -500 Jardinier
Soumission à Marseille -02 Passif & Soumis
Vendredi soir aux Tuileries Stéphane Juin
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

 

Cyrillo nu a Mykonos
Cyrillo Mykonos

Cyrillo Cuir Leather
Cyrillo Leather

Cyrillo Cuir Leather
Cyrillo Home

&+
Twitter

 
 

Chercher :

CYRILLO CHEZ LES GRECS CYRILLO CHEZ LES GRECS
CYRILLO CHEZ LES GRECS
CYRILLO CHEZ LES GRECS

 

 

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Tout sur Cyrillo - Contact - Twitter - Tumblr - Intagram

Cyrillo Photo

Best of Cyrillo - Cyrillo Cuir - Cyrillo chez les grecs

Dial Chat

Chat & Dial gay (rencontre)

Expositions

Sommaire des expositions - Verner Degray - Barbizart

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - Histoires 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Liens

Liens vers d'autres sites gay - IDM SAUNA - L'IMPACT BAR - EL HOMBRE

Photos

Modèle - Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Vidéo

Vidéo gay

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)