Mai
Nouvelles histoires, photos bbk

VIP
"Accès Avant-Première" des histoires juste avec un don, ou en écrivant une histoire

PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Premier épisode - Épisode précédent

L'ami Mathieu -Fin

On me caresse le dos : c'est Mat', assis au bord du lit. Il veut tout savoir, alors je raconte en détail pendant qu'il continue ses caresses, s'exclamant de temps en temps, et quand j'arrive à la pipe faite à JB dans la bagnole, il me dit que la « 4ème dose est en train de chauffer » et sort sa bite bien raide. Je me tourne et rapproche ma tête du bord ; il se lève, baisse son short et comme je lui dis de me la donner, il me lime la bouche, lentement d'abord (« dire que c'est la dernière fois… »), puis plus activement jusqu'à me remplir. Remis de ses émotions, pendant je le nettoie il me caresse le ventre en se marrant : « ça doit grouiller là-dedans ! ». Il me caresse ensuite tendrement le visage ; je dois avoir l'air comblé par son bon lait, et il me demande si je suis en état de repartir. C'est vrai que je me rendormirais bien. On en est là de la discussion quand Yann arrive dans la chambre.

-       Ah, la belle au bois dormant et son prince ! tu viens de le réveiller ?
-       Ouais mais par un baiser au gland juteux…
-       Ah, ils t'ont épuisé les ptits jeunes ?
-       Euh pas mal ouais, j'suis mort…
-       Il s'est fait double-défoncer une bonne partie de la nuit…
-       Ah merde, moi qui pensais regoûter à ton cul avant que tu partes… Je me suis pas branlé hier soir ni ce matin exprès pour te donner une grosse dose…
-       Mais je la veux bien…
-       Je viens de lui mettre sa 4ème…

Yann sort sa bite et me lime la bouche aussi en bord de lit, mais de l'autre côté. Pendant ce temps, Mat' me fait les tétons et me branlote. « Reste encore aujourd'hui, souffle-t-il, on s'occupera bien de toi, on va bien te nourrir, et t'auras plein de force demain pour la route… ». Il finit par me sucer carrément un téton, continuant de me branler ; je suis aux anges ! je ne peux résister à rien. Je bascule la tête et Yann me lime profondément à l'envers, lentement, se reculant pour que je tète seulement le gland puis se renfonçant en gémissant : « Aaaah, tu vas pas te priver d'un traitement pareil ?! et nous priver non plus quand même ? allez… » Je ne peux plus tenir : je jouis sur mon ventre, purgé par Mathieu. Yann largue peu après une sacrée purée, j'ai la bouche archi pleine, attendant de me redresser pour avaler. Et c'est bien abondant et épais ! Mat' me file ses doigts à lécher, et je repose la tête, crevé. Yann enlève son tee-shirt et m'essuie avec, et je ne peux qu'accepter le deal : je reste et j'ai tout le jus que je veux jusqu'à demain, sans sodo si je suis pas remis. Yann repart au taf, et Mathieu va appeler le sien pour annuler l'aprem, et faire à manger pour nous deux. J'ai un peu honte une fois seul d'être aussi avachi. Je téléphone à ma copine pour annoncer mon arrivée le lendemain : no problem. Je me douche pour me réveiller tout à fait, constate à quel point mon trou est meurtri en tentant une inspection, puis je descends : Mat', torse nu, fume en buvant un pastis sur la terrasse. Il a fait une salade et réchauffé une fougasse : on a le temps de prendre l'apéro, « tous les deux comme avant » dit-il. Et on passe un super moment, je dois dire. On discute et on rigole, on se chauffe aussi, tendrement, en se roulant des pelles de temps à autre, et je lui demande même de laisser sa bite à l'air. A plusieurs reprises je lui lèche les pecs et lui suce le gland, sans le faire venir, juste « pour faire monter la crème dessert ». Il dit que c'est quand même la belle vie, ça – tu m'étonnes ! Il  me titille le téton aussi pendant qu'il me galoche. Au deuxième joint et au troisième pastis, c'est torride, on se dévore la bouche. J'ai quand même besoin de manger : je n'ai dans le ventre que les 5 doses viriles agrémentées de ricard ! On se calme donc et on se jette sur la bouffe.

Pour le dessert, Mat' se lève et se branle rien que pour moi juste devant moi. Je me branle aussi ! mais il veut que je me fasse les seins et tende la langue ; j'obéis, je remonte mon tee-shirt derrière la nuque, lâche ma queue et me titille, et une main sur la hanche il se branle en frottant son frein sur ma langue sortie. On ne se quitte pas des yeux ; je le trouve superbe ; son souffle haletant fait place à des gémissements, ça vient, ça vient, et il jute en soupirant dans ma bouche grande ouverte. Dès qu'il y a enfoncé sa bite, je rechope la mienne et me fais jouir sans peine vu le plaisir de la dégustation. « Et de 6 ! » dit-il amusé. Il me sopaline et propose une douche à 2. On débarrasse et on y va.

Chacun lave l'autre attentivement, d'autant qu'il me demande de m'occuper de son cul après la sieste, et il prend des nouvelles du mien, qui est encore hyper sensible. Une fois dans le lit de Yann (ben oui, on va éviter les odeurs dans celui de Sophie !), assis sur ma bouche comme j'aime, lui me masse la rondelle avec une huile bio et moi je lui lèche la sienne avec amour. Il me fait beaucoup de bien, et même arrive à me doigter en douceur, avec juste une puis deux phalanges, et à force de tourner, d'entrer, de masser, je m'ouvre avec de plus en plus de plaisir, en même temps que je l'ouvre lui, écarté au max, et je vois son mini trou tout rose, adorable, qui pulse. J'enfonce lentement un bout d'index et branle tout doucement sa rosette ; au même rythme il me branle le cul – mais à 3 doigts lui ! 10mn plus tard, concours de gémissements : on se doigte beaucoup plus vite (et cette fois il a mon index entier). Le plaisir est tel chez lui qu'il ne peut plus me branler le cul, se penche en avant pour me rentrer sa queue dans la bouche et ressentir toutes les sensations qui doivent l'assaillir. Je lui tète bien le gland, inspiré par ses interminables râles au rythme de mon doigt.

Il se met à jouir progressivement, jusqu'au cri bestial : de mon doigt à ma langue sur son frein je ressens toutes les crispations qui propulsent les jets de foutre brûlant dans ma bouche. Il a l'air sonné par la violence du plaisir ressenti, me dit que là je l'ai vraiment essoré. Il s'allonge et a encore quelques soubresauts, mais ensuite sa langue plonge dans ma bouche et ses doigts reprennent leur branlette dans mon cul ; je le lui ouvre bien d'ailleurs, et il m'oblige à me vider moi aussi. Mais je ne me branle pas longtemps ; il me bourrine si fort et vite ! je vois son visage, dur, à travers une brume, qui m'observe, me dit qu'il va me faire jouir du cul. Son bras plaque mon buste qui a tendance à se soulever, et je gueule, interminablement, de plus en plus fort, sous ses encouragements. Je jute, et suis terrassé par un terrible orgasme qui me fait trembler de partout. Quand il s'achève peu à peu et que Mat' retire ses doigts, je fonds en larmes. Il me les lèche, m'embrasse, me serre contre lui, répétant sans cesse « oh putain ! », et il étale de ses doigts trempés mon jus sur mon ventre. Je ferme les yeux, je l'entends moins, ne sens plus que sa langue, puis des bisous…

J'en sens d'autres… J'ouvre un œil : Mat' me dit que j'ai dormi deux heures ! Yann est rentré, s'est douché, me laissant récupérer, et ils sont en train de boire un thé dehors. Je vais prendre un bain, et constate que la stimulation de Mathieu a considérablement réveillé les besoins de mon fondement. J'en prends soin et me le lave en profondeur, me disant aussi que ce n'est pas en Creuse qu'il va beaucoup servir… je devrais plutôt profiter de ma dernière soirée, vu que j'aurai 15 jours pour le reposer. Je repasse un peu d'huile bio sur mon trou, puis dedans : de l'huile d'amande douce, cool ! L'entrée de mes doigts est un peu cuisante, mais très vite je me sens très en manque de ce côté-là… Quand je rejoins mes deux potes, il est presque 18h. Ils me demandent si j'ai bien récupéré et me disent qu'ils ont fini le thé : j'ai traîné. Je me sens « très en forme, et en très bonne compagnie » (deux beaux mecs torse nu en short, ça va !).

Ma forme retrouvée est attribuée à « l'apport régulier de leurs protéines » par Yann, qui imagine bien une soirée concours pour aller bien au-delà des 7 doses depuis le matin. Je suis très emballé mais pose le problème de Sophie, qui d'ailleurs ne devrait pas tarder. Il y aura moyen de s'arranger pendant et/ou après le repas, me rassure Mathieu – le coquin ! Je suis ravi et leur annonce une surprise. A quoi Yann répond que moi aussi je vais en avoir une. On essaie de rester sages, bien que Yann se moule le cylindre, énorme, en travers du short, car Sophie peut rentrer à tout instant. Mais le sujet du sperme est lancé, et les deux mâles veulent que j'explique combien et pourquoi j'aime leur lait. Je passe derrière leurs chaises et me penche pour leur caresser un téton chacun et parler doucement entre leurs oreilles, et j'explique : les bourses dures et précieuses, le gonflement du canal qui expulse, le relief du frein, la chaleur du liquide, l'épaisseur de cette moelle de vie, le goût de la jute… Je suce un lobe et puis l'autre ; les gars ont sorti leur queue bien bandée et se  branlent lentement en écoutant tous mes mots. J'ai abandonné leurs tétons dressés et je me doigte ; je suis bien glissant d'huile et d'excitation. Alors que mes mâles me préviennent que « le biberon est en train de bien chauffer », je rappelle l'arrivée de Sophie. Quand Mat' objecte qu'on entendra la voiture de toute façon, j'ai une autre idée : je contourne Mat' et dos à lui je baisse mon short et me cambre en me penchant.

On s'est compris : il s'affaisse un peu plus et tend bien sa bite, que mon cul va chercher tandis que je m'accoude à la table. Je m'empale lentement sur son gland, et jusqu'à mi-bite en gémissant. Je le branle un peu comme ça, et les gars sont ravis d'apprendre que j'ai récupéré assez pour leur redonner mon cul ce soir. Ce n'est qu'un avant-goût. Je passe ensuite à Yann, et Mat' se lève pour me donner sa bite à sucer pendant que j'opère les mêmes mouvements lents. Puis je lui redonne mon cul, debout, et me penche pour sucer Yann. Et bien sûr, la voiture de Sophie arrive : précipitation, chacun assis, bites rentrées, fou rire qui l'accueille. Elle s'assied avec nous et on papote, puis l'heure de l'apéro est déclarée. Comme je me sens débandé je l'accompagne à la cuisine, Mat' nous rejoint peu après. Bref, la table se charge pendant que les préparatifs du repas se font. J'annonce que je ne me coucherai pas tard à cause du départ. De toute façon tout le monde bosse le lendemain. Nous n'occupons qu'une moitié de la longue table : Yann et Sophie à un bout et moi et Mat' sur le côté. Excellent repas, et excellente ambiance. Pause avant le dessert, car Sophie veut préparer une crème fouettée : elle le fait exprès ! Je vais en profiter pour avancer mon sac, tandis que les deux gars vont l'aider et débarrasser. Je monte.

5mn après, Mat' est avec moi dans la chambre : « Sophie te donne ça », dit-il en désignant deux pots de miel, « et moi, ça ! » en sortant sa bite bien raide ; il sourit de toutes ses dents et moi aussi. Je baisse mon short et me retourne illico en levrette sur le lit. Il m'encule debout à son rythme, et au bout de 5mn il me dit de me retourner ; toujours à 4 pattes je lui offre ma bouche cette fois, et lui tient ma tête comme il tenait mes hanches : il se déverse à grands jets et grands souffles (il se sentait plein depuis le début du repas), sans oublier de compter « et de 8 ! ». Je crois comprendre, en me régalant de son sperme, que les gars n'ont pas oublié la proposition de me gaver de jus avant mon départ. Je suis en train de lui lécher les couilles en remerciement que nous entendons « Ca y est ? » derrière nous : Yann est là, bite à l'air et prête à l'ouvrage : « je prends la suite ». Je délaisse la queue de Mat' qui redescend voir Sophie pour prendre et faire durcir celle de Yann, puis repivote et il m'emboutit. Grosse invasion et grosses poussées : je crois qu'il se régale à pouvoir encore goûter à mon intimité ! Et moi aussi je me régale, et l'idée de me faire enfiler à la chaîne me fait grimper ! Même position, même façon de me tenir solidement la taille ; bien accoudé et bien cambré je me fais bien ramoner et gémis dans mon sac entrouvert. Yann ne tarit pas d'éloge sur mon cul offert et ne traîne pas trop pour éviter les soupçons (enfin je me demande si vraiment Sophie peut être dupe). Je sens bien l'accélération libératrice et en effet Yann me dit que je vais pouvoir me « goinfrer ». Alors que je me retourne il se branle et me renfonce aussitôt son gland luisant en bouche : une main sur sa bite, une autre derrière ma tête il se vide les couilles en grognant, et je profite de ma 9ème dose en couinant de plaisir. Il me laisse téter, lécher et nettoyer longtemps, reprenant son souffle et décide qu'il faut redescendre aussi. Je remonte mon short et le suis. Surprise ! A table, nous attendent Mat' et Sophie, et aussi Jeannot et JB ! Tout sourire, tu m'étonnes ! Moi qui sens bien les stimulations de ma rondelle, je ne suis pas près de me calmer !

-       Ah ! super ! dis-je en les voyant.
-       Yann nous a dit de passer pour te dire au revoir, explique Jeannot.
-       Il a bien raison, en plus j'ai fait trop de crème, répond Sophie.
-       Bah t'inquiète, y en a jamais trop, rit JB.
-       Faite maison alors ? demande Jeannot
-       Oui oui.
-       Y a rien de meilleur, ajoute Mat'.

Les jeux de regards sur cette conversation me donne une trique douloureuse, surtout que je n'ai pas juté moi. Installé avec Mat' et Sophie, je n'entends pas les apartés entre Yann et les eux potes, qui tantôt font de grands yeux, tantôt s'esclaffent, mais je suis sûr qu'ils parlent des doses de crème que j'ai savourées depuis le réveil. J'imagine les superbes chibres des deux jeunes, j'imagine les quatre mâles venant juter dans mon assiette, j'ai le cœur qui palpite et quand je sens le pied de Mat' sur le mien, je ne peux retenir un petit gémissement.
-       C'est super bon, ajouté-je aussitôt !
-       T'es quand même une grosse bouffe, me dit Mat'
-       Quoi, j'aime les bonnes choses, et là c'est délicieux…
-       Tu veux notre part ? s'empresse de demander Jeannot.
-       Ah vous n'aimez pas, complète Sophie.
-       Si, si ! mais on voit bien qu'il se régale, et en plus c'est sa dernière soirée.
-       C'est lui qu'il faut gâter, enchaîne JB.

C'est bon, je vais bientôt sentir ma queue exploser… En plus ils font exprès de bien se lécher les lèvres, leurs cuillers, les salauds ! Vient l'heure du dijo et des joints ; je vois que Jeannot fait défiler les photos à l'autre bout de la table… Putain, et si Sophie demande à voir !? Mais non, elle commence à débarrasser avec l'aide de Mat'. Puis elle vient me dire au revoir et part se coucher. Mat' lui dit qu'il la rejoint tout de suite… On n'attend pas 5mn pour sortir nos bites, Mat' et moi assis mais à l'autre bout, les trois gars se lèvent, le mandrin bien dressé, le short aux genoux, et ils nous font un petit show genre chippendales, et je  crois qu'à tour de rôle ils m'imitent en se marrant, tendant leur cul ou se faisant les seins, les yeux au ciel, le visage en extase. Comme les plus jeunes ne la jouent pas discret avec leurs faux cris de plus en plus sonores, nous voilà rentrés chez Yann. Le temps que celui-ci rapatrie les verres, je suis à poil sur le canap, caressé et embrassé par les deux jeunes. Il est décidé que Mat' aurait son plaisir en premier, et il choisit de se faire lécher le cul. Après m'avoir sauté rapido, je me retrouve entre les mains des trois autres, qui me liment les trous une bonne partie de la nuit. Voilà des au revoir qui auront duré ! quand je me réveille tôt pour reprendre la route, je me sens explosé et le passage par la douche me révèle que j'ai été bien dosé. Après m'être nourri au pis de Yann, je reprends ma route, un peu engourdi et le cul très sensible sur mon siège de voiture, mais la tête pleine aussi, d'images du délicieux séjour.

mike

cherchebiberon64@hotmail.fr

Autres histoires de l'auteur : Famille recomposée - L'ami Mathieu - Correspondances
Défouloir pour homme marié - La communauté - À la fac - Blanche fesse - Abdel - Boucheafion - Pine d'âne - Petit gorêts

Dernière mise à jour publique

6 Mai > 10 Mai

Le pari Pascal
Soirée routier riders59650
Du statut de Salope à celui de Pute Adonf
Agent Spécial GwenaelAgent Spécial Gwenael GwenBlondinet
Dragon Ball ZZZ Astro
Comment j'ai lopé ma famille Camille
Nice -01 Calinchaud
Je suis une vraie chienne Pascal
Chantier éloigné Caramel
Envie d'exhib Pascal
Shawn Mendes me baise Boris22

Nouvel épisode

Professeur Ligoteur -02 Bounkey
La grosse bite de mon beauf -04 Ghost writer
Chantier éloigné -02 Caramel
Kader -03 Cédric
Kader -04 Cédric
Julien en famille -02 Marco10e
Mon chéri et son pote -02 Lucas22
Le lycée, ça craint -02 Guillaume
Soumission & Domination -498 Jardinier
Le militaire gabonais -02 Luk Alexandre

Mai 2018

Moi, lope des rebeux LopsaEnveut
Corrigé par un lascar violent Dimosqwertz
Aux bains avec le Hokage Boris22
Une défonce inoubliable Adonf
Opération séduction du patron Costard fétiche
Journée du Patrimoine ! Stephdub
Turquie 2018 Viril57100
Le jardinier Gegebi95
Le Gigolo NeoFP
Agent de sécurité bien membré Ghost writer
Jean et moi Pascal
Le Mateur Eric
Douce rencontre Mimi83
Le centre d'internement Roberttiti
Tonton gandhii34
Sexe acrobatie ? Pascal
Chambres à louer Jeanmarc
Mec marié en forêt jrmec1385
La grosse bite de mon beauf -03 Ghost writer
Chroniques de Cédric Cedric21052
Le mec idéal -21 Pititgayy
Le mec idéal -22 Pititgayy
Les Chronique de Max -05 Max
Pire des salopes -03 Ulrich
Séance photo -05 Pascal
Histoire de lycéens Gaëtan92
Julien en famille Marco10e
Serveur d'un soir Pascal
Pierre mon mac Pascal
Mon rêve américain Maxou
Premières chaleurs avec Malik DC
Mon mâle rebeu VTC Lucas
Professeur Ligoteur Boundkey
Retour de plage Pascal
Soumis au marié Paulfalloux
Différentes interprétations PoisonFecond
Rencontre Facebook Jolicul
Tellement je kiff mon Boss -08 Putedesteph69
Un été bien rempli -02 Adri
Le chalet -23 Yan
Soumission & Domination -495 Jardinier
Soumission & Domination -496 Jardinier
Soumission & Domination -497 Jardinier
Croisière -08 Calinchaud
Le militaire gabonais Luk Alexandre
Ma première fois à trois Renaud1212
Le lycée, ça craint ! Guillaume
Une formation très intense Ghost writer
Visite de mon frère Clemsex
Baise chez papa Maxoy51
Violé en groupe HadrienQc83
Chez Philippe Frank
Soumission & Domination -493 Jardinier
Soumission & Domination -494 Jardinier
Jean -11 Kawiteau
Mon bâtard -04 Teub23
Séance photo -05 Pascal
Éric, ma vie Chapitre -10 Rodriques
Éric, ma vie Chapitre -11 Rodrigue
Éric, ma vie Chapitre -12 Rodrigue
Arrêt imprévu -02 Caramel
Croisière -07 Calinchaud
Beau-Père -06 Calinchaud
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

 

Cyrillo nu a Mykonos
Cyrillo Mykonos

Cyrillo Cuir Leather
Cyrillo Leather

Cyrillo Cuir Leather
Cyrillo Home

&+
Twitter

 
 

Chercher :

CYRILLO CHEZ LES GRECS CYRILLO CHEZ LES GRECS
CYRILLO CHEZ LES GRECS
CYRILLO CHEZ LES GRECS

 

 

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Tout sur Cyrillo - Contact - Twitter - Tumblr - Intagram

Cyrillo Photo

Best of Cyrillo - Cyrillo Cuir - Cyrillo chez les grecs

Dial Chat

Chat & Dial gay (rencontre)

Expositions

Sommaire des expositions - Verner Degray - Barbizart

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - Histoires 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Liens

Liens vers d'autres sites gay - IDM SAUNA - L'IMPACT BAR - EL HOMBRE

Photos

Modèle - Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Vidéo

Vidéo gay