17 Nov.
+ 68 histoires en accès privilège.
11 Nov. : +33 histoires en accès public

A noter.
Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.

VIP?
Accès privilège :
Des histoires en +, juste avec un don

Don anonyme, en paypal ou CB

DESTOCKAGE DVD GAY
PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Le mec de l'hôtel

Dans la rue je croise un gars pas franchement beau mais très sexe. La grosse trentaine, visage carré, nez fort, le noir de la barbe apparaît sous la peau, regard sombre. Et surtout une démarche très mec, le bassin en avant, les jambes qui occupent l'espace à chaque pas, un coup d'épaule pour accompagner le mouvement. On est en automne, les vestes sont boutonnées, mais je crois deviner un col de chemise légèrement ouvert avec des poils qui dépassent. Il pourrait être italien ou séfarade, un méditerranéen probablement, en tout cas.

Nos regards se croisent, il soutient le mien. Je me retourne sur son passage, pas lui. Quelques instants plus tard, je me retourne de nouveau, lui aussi. Je m'arrête, il se retourne encore. Je reste immobile tourné dans sa direction ; il s'arrête. Mon cœur bat à 100 à l'heure ; il revient sur ses pas. Je commence à repartir dans sa direction, c'est une rue proche d'une gare, il y a des hôtels les uns à côté des autres, il entre dans l'un d'entre eux, j'entre peu après lui. Il a pris une clé de chambre et se dirige vers l'ascenseur, je le suis, le type de la réception ne me dit rien. Nous montons dans l'ascenseur, on ne se dit rien, on se regarde de temps en temps, je mate son col de chemise, ce sont bien des poils noirs qui dépassent, il sent un peu la cigarette et la sueur, j'ai une main dans la poche et je me touche ostensiblement la queue.

Deuxième étage, il descend, se retourne en quittant l'ascenseur, je le suis. Il ouvre la porte d'une chambre, entre, je le suis et referme la porte derrière moi. Il se tourne :

— Qu'est-ce que tu veux ?

— Te baiser.

— Je suis pas un pédé.

— On s'en fout.

— Tu veux me sucer ?

— Non, je suce pas, je baise.

— Casse-toi.

Pendant ce temps, j'ai quitté ma veste, je l'ai posée sur un fauteuil, histoire de m'installer, et j'ai continué à me toucher la queue à travers la poche du pantalon. Je reste imperturbable quand il me dit de me casser, je reste silencieux un instant et je réponds :

— Fais-la voir ta queue.

— Casse-toi !

— Fais voir ta queue.

À ma grande surprise, le mec défait le bouton de son froc et baisse sa braguette. Il en sort un beau morceau, sa bite est manifestement demi-molle, signe que tout cela ne le laisse pas de marbre.

— Pas mal.

Le mec ne répond rien, il attend ; que je le suce, sans doute, mais ça il peut attendre. Moi, je suce pas, je baise.

— Fais voir comment tu te branles quand tu es tout seul.

Le mec empoigne sa queue de la main droite, la soupèse, la fait rebondir sur le creux de sa main, sa queue gonfle progressivement.

— C'est bien, continue. Elle est belle ta queue.

Ça lui arrache enfin un demi-sourire satisfait. Il est resté debout, je m'assois dans le fauteuil et je me malaxe la queue à travers le pantalon. Je bande et je mouille. Il continue à se branler le manche de la main droite, puis ouvre plus largement le pantalon et sort ses boules de la main gauche. Il finit par baisser l'élastique de son caleçon au-dessous des fesses tout en gardant son froc plus ou moins à la taille et se branle maintenant avec la main droite au-dessus de la queue pour bien se la passer sur le gland et il se caresse les boules avec la main gauche.

— Tu te branles toujours tout habillé ?

Le mec fait entendre un « hmph ».

— Mets-toi torse nu.

— Va te faire foutre.

— Mets-toi torse nu, je te dis, t'en fais pas, c'est pas par-là que je vais t'enculer.

Le mec a un peu débandé.

— Allez, torse nu !

Le mec arrête de se branler, défait un ou deux boutons de chemise puis, se la passe par-dessus la tête. C'est la manière de voir un mec se mettre torse nu que je préfère. J'aime bien aussi en t-shirt, quand le mec prend la base du t-shirt et se met torse nu en le remontant d'un coup à l'envers : on voit son torse se révéler progressivement et ça finit avec les dessous de bras exposés. Le mec est maintenant torse nu devant moi. J'aime bien qu'il soit debout, en jean torse nu, alors que je suis assis et tout habillé. Il est baraqué, il a un peu de ventre mais des pectoraux assez puissants. Il a un maximum de poils sur le haut du torse et sur les côtés des pectoraux. Il porte une chaîne en or, détail qui m'excite : ça souligne sa pilosité, les maillons de la chaîne qui jouent avec les poils du torse.

— T'es bien gaulé.

— Merci.

— De rien, vas-y continue à te branler.

Le mec se voit dans la glace et commence à se regarder de profil tout en me faisant face.

— Tu baises souvent ?

— Ça va.

— T'as une gonzesse ?

— Pas en ce moment.

— T'as pas baisé depuis combien de temps ?

— Dix jours.

— Putain, ça fait long.

— Ouais, tu l'as dit.

— Tu t'es pas branlé depuis combien de temps ?

Le mec réfléchit :

— Avant-hier.

— Tu dois avoir sacrément envie de décharger, pas vrai ?

— Ouais.

— Les meufs aiment ça, que tu sois assez poilu du torse ?

— Ça dépend desquelles. Celles qui aiment pas, ça m'intéresse pas trop, elles aiment pas trop la baise. Toi t'aimes ça, les mecs poilus ?

— Ouais, j'adore.

— T'es poilu, toi ?

— Ça t'intéresse ?

— Ecoute, fais pas chier, on parle de cul depuis tout à l'heure, je suis torse nu, j'ai la queue à l'air et je suis en train de m'astiquer parce que tu me l'as demandé. Je peux peut-être te demander si t'es poilu sans que tu me fasses chier ?

Je ne réponds rien, mais je me mets torse nu. Il me regarde puis fait :

— Pas mal, t'es bien poilu comme mec, t'es bien musclé aussi. Tu fais du sport ?

— Un peu de salle, pas trop.

— Moi c'est le foot que j'aime.

— OK, te laisse pas distraire, faiblis pas sur la branlette.

Le mec se marre et recommence à se branler consciencieusement de la main droite, il s'applique et là, comme je m'y attendais, il se passe la gauche sur le torse. Je me lève et je vais lui soupeser les boules. Il ne bronche pas.

— Ecoute, t'as pas trois mains et je préfère te caresser le torse plutôt que les boules, on échange, OK ?

Sans rien dire, il se remet la main gauche sur les boules et je me mets à lui caresser le torse. Ses pectoraux sont fermes, ses poils sont doux, il est un tout petit peu moite de sueur, une goutte coule de son aisselle et je sens l'odeur puissante de sa transpiration. Je m'aventure du côté d'un téton, il fait un peu la grimace. Son téton est souple, assez large et charnu mais pas pointu, il ne durcit pas sous mes doigts, ce que j'adore. Je passe de ses pectoraux au reste du torse, je palpe le poil et je joue avec son sein moelleux.

— T'aimes bien lécher les seins des filles ?

— Ben oui évidemment j'adore.

— Lèche-moi le sein.

— T'es con.

— Lèche-moi le sein, je te dis, tu verras, c'est aussi bon, les poils en plus.

A ma grande surprise, le mec s'exécute, j'en profite pour sortir ma queue et je commence à me branler sans cesser de lui caresser le torse. Je soupèse ses pectoraux, c'est charnu et massif. Le mec me passe la langue autour du téton, sur le téton, me bouffe le téton. C'est divin. Comme il est un peu penché en avant, c'est encore mieux pour lui caresser le torse. Je le fais asseoir sur le rebord du lit, il continue à me lécher le téton, je continue à lui caresser le torse en me branlant lentement. Le mec s'arrête un instant, vire ses pompes et son froc, il est entièrement à poil sur le rebord du lit. Alors je le pousse doucement mais fermement pour l'allonger et je lui écarte les fesses pour lui bouffer le cul. Il a le cul bien poilu, ça sent le mec, je trouve sa rondelle. Il fait « arrête » mais sans beaucoup de conviction, plus pour le principe, je continue puis, j'arrête et je redresse la tête :

— Tu veux vraiment que j'arrête ?

— Non, continue.

— Elles te font jamais ça les meufs ?

— Si, une fois, y en a une qui aimait vraiment ça elle m'a bouffé le cul, j'ai bien aimé.

Je reprends ma besogne et je tends un bras pour continuer à lui caresser le torse comme je peux, mais de l'autre main, je commence à glisser mon pouce dans sa raie du cul par l'arrière. Le mec a apparemment arrêté de se branler, je lui lèche les boules : j'ai horreur de ça, mais il faut bien l'amadouer et pendant ce temps je lui masse le trou du cul avec le pouce, c'est bien mouillé de bave, ça glisse bien. Ma langue remonte vers son dard et mon pouce trouve l'entrée de son cul, mon autre main parcourt tout son torse : ventre, pectoraux, aisselles, tétons. Le mec se caresse lui aussi le torse, je lui suce la queue et en même temps, j'enfonce doucement mon pouce dans son cul. C'est chaud et ferme, l'intérieur est soyeux comme tout et le sphincter est tendu. Je fais des mouvements circulaires du pouce pour le détendre. Ça marche. Sans cesser de le sucer ni de lui palper le cul, je fouille d'une main dans ma poche de jean et je sors une capote et un sachet de gel. Je m'arrête, j'enfile la capote, je me relève un peu et je le regarde :

— OK ?

— Je sais pas.

— On essaie, tu me dis.

— Fais doucement.

— Fais-moi confiance.

Je lui bouffe encore un peu le cul, je lui assouplis encore un peu la rondelle, je me relève, j'enduis ma queue de gel et je la place à l'entrée de son cul. Je vais doucement en recommençant à le branler, il reprend sa bite en main, je me remets à lui caresser le torse en progressant millimètre par millimètre dans son cul : le gland passe, il geint.

— Ça va ?

— Bof.

— Te décourage pas, tu vas voir.

Je continue à entrer dans son cul, ça devient plus facile.

— Fais comme si tu chiais.

— C'est dégueulasse.

— Dis pas de conneries, pousse.

Son visage rougit un peu, les muscles de son torse se contractent, sa rondelle se détend autour de mon pieu, je finis d'entrer comme dans du beurre. Il dit :

— Je vais pas tarder à jouir.

— Arrête de te branler, le meilleur reste à venir, tu vas voir comment je vais te faire jouir.

Alors doucement, puis de plus en plus rapidement, je fais des allers et retours dans son cul, j'admire son torse viril et puissant en plein abandon. Un mec velu qui s'abandonne à la sensation de ma queue dans son cul, ça m'a toujours incroyablement ému. Pour un peu j'en aurais la larme à l'œil, mais j'ai du boulot alors pas le temps de s'attendrir : je pilonne de plus en plus fort, le mec bande à fond et il ahane à chaque coup.

— Vas-y recommence à te branler.

Je lui tiens fermement les cuisses, je sens entre mes mains ses poils trempés de sueur, ses muscles lourds : il a bien des jambes de footeux, musclées comme tout. Il me regarde alors droit dans les yeux, je lui caresse le torse, j'y vais à fond sur les tétons, ils sont tellement doux, on dirait qu'ils vont fondre sous mes doigts. Alors le mec a le regard qui part, il halète de plus en plus fort et il lâche un énorme jet de foutre sur le ventre, en quatre longues giclées, suivies de deux plus petites. Je continue à le bourrer un instant, plus doucement, puis je sors ma queue, je retire la capote, je saute sur le lit, je lui lèche le sein en me branlant et je lui gicle à fond dans les poils du torse.

Gill

gillym9@yahoo.com

Autres histoires de l'auteur : À l'arrêt du bus - Au bord du canal - Jogging et volleyball - Téléphone portable - Le canapé - Le mec du métro - Le mec de l'hôtel - Canicule - Fournil - Bâtiment - Maçon - Café - Train - Stade - Plombier - Randonnée - Incendie - Campagne - Torso -Torse nu

s

Dernière mise à jour publique

11/11 : 9 Nouvelles

Dans les toilettes Ed.Nygma
Sucé par un mec ... Young hetero
Minet bi travesti Zephyre66
Je suis un vide-couilles Chopassif
Féminisé par mon voisin Pasdeproblem
Bonne séance au ciné Mathias
La nuit dans la cité Noprise2tete
Rencontre avec mon maître H
Voyeur Lucas

La suite...

Jeune, riche et gâté -07 Matt
Ma gorge défoncée -03 MâleLope
Sucé par un mec -02 Young Hetero
Chambres à louer -11 Jeanmarc
Un amour de soumis -04 Elfe
Séjour à Marrakech -02 Pierrot
Colocation -04 Emerick
Colocation -05 Emerick
La prison -02 Licko
Ascenseur -02 YvesChalons51
Le moniteur moto -08 Sketfan
Quand le prof dérape -02 Benoit25
Mon ami l’escort -03 Pititgayy
Mon ami l’escort -04 Pititgayy
Mon ami l’escort -05 Pititgayy
Rencontre avec mon maître -02 H
Soumise à mon concierge -02 Aline
Soumise à mon concierge -03 Aline
Mon amour pour les TTBM -02 Dann
Mon âme au diable -03 Pititgayy
Mon âme au diable -04 Pititgayy
Le prof amoureux de son élève -02 Jerem72
Le fils prodige aime obéir -06 Charles.lope
Le fils prodige aime obéir -07 Charles.lope

01/11 : 7 Nouvelles

Sur une aire d’autoroute Pascal 89
Derrière le vice Etiel
Le gérant de magasin me dépucèle Ada
Fahres Kevinpass77
Je mouille de woof Anon-pup
J’ai filmé mon copain Frank
Consultation privée Seneo

La suite...

Soumission & Domination -510 Jardinier
Soumission & Domination -511 Jardinier
Voyage Initiatique -10 Ninemark
Les amours de Francky -02 Francky
Un amour de soumis -03 Elfe
Ma vie avec mon Maître -02 AdrienSchild
Le fils prodige aime obéir -05 Charles.lope

PUBLIE TON HISTOIRE

RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

DESTOCKAGE DVD GAY

Chercher :

 

 

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter - Tumblr

Expositions

Sommaire des expositions - Verner Degray - Barbizart

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - Histoires 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Liens

Liens vers d'autres sites gay - IDM SAUNA - L'IMPACT BAR - EL HOMBRE

Photos

Modèle - Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Video

Video Gay

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)