17 Nov.
+ 68 histoires en accès privilège.
11 Nov. : +33 histoires en accès public

A noter.
Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.

VIP?
Accès privilège :
Des histoires en +, juste avec un don

Don anonyme, en paypal ou CB

DESTOCKAGE DVD GAY
PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Deux hétéros mariés

Mon témoignage n'est pas destiné à faire bander le lecteur, mais à répondre à la question que je me pose depuis longtemps. Il s'agit de savoir s'il est vrai que dans des circonstances particulières, absence de femmes, séjour en prison ou autre circonstances d'isolation sexuelle, un hétéro acceptera d'avoir des relations sexuelles avec un autre homme. Je sais que la réponse est en partie oui et c'est pourquoi je recherche vos témoignages dans le cas d'un pur hétéro, marié qui plus est, et qui se retrouve par hasard sous la douche ou dans le même lit qu'un ami hétéro à l'occasion de vacances ou autre circonstance exceptionnelle et non choisie. J'ai observé qu'un ami de lycée avec lequel on passe une semaine de vacances avec une promiscuité inévitable lors d'un séjour à l'étranger par exemple, peut très bien faire l'amour tous les jours avec vous et ne jamais recommencer une fois la vie de lycée reprise. Pour lui, il s'agissait de jeux d'ados, rien d 'autre !

Mon histoire est simple, je connais Bertrand depuis une dizaine d'années, nous sommes voisins, nos enfants jouent parfois ensemble et nos épouses se connaissent bien. On se retrouve entre amis pour des repas joyeux. Dès le premier contact, j'ai été séduit par Bertrand. Il est grand, 185 cm, mince et baraqué sans excès. Très brun, on aperçoit des poils épais sortir du col de sa chemise toujours soigneusement fermée. Jamais en dix ans je n'ai vu sa chemise plus ouverte, comme s'il avait honte de sa toison pectorale ! Il se rase toujours de près la barbe, ce que je regrette, et j'aime la trace sombre de sa barbe sur ses joues et les alentours de sa bouche. J'ai toujours aimé les hommes bruns avec des visages ombrés par la trace de la barbe. Ce que j'aime en lui aussi, c'est sa gentillesse, son calme, son humilité même et son esprit de service. On peut toujours lui demander un service. Il est très bricoleur et compétent. On ne peut que craquer lorsqu'on le voit fendre des rondelles de tronc d'arbre, avec un calme et une sureté tranquille, son dos large serré dans une chemise, ses hanches étroites serrées dans un jean moulant qui fait une jolie bosse au niveau de la braguette.

Malgré sa réserve naturelle j'ai eu plusieurs occasions de constater depuis que nous sommes devenus plus intimes, qu'il n'hésite pas à m'embrasser sur les joues pour me remercier d'un service particulier, ou de goûter un verre de vin et de me le passer ensuite pour le goûter aussi, tout cela avec un naturel désarmant et sans la moindre équivoque. Son épouse a même remarqué que notre amitié était profonde et que je comptais pour lui. Nous passons un peu près régulièrement des journées ensemble à bricoler et à se rendre des services. Donc une relation simple, franche et positive.

Les circonstances font qu'à l'occasion de vacances scolaires, nos épouses et les enfants partent semble au bord de la mer dans une villa prêtée par des amis communs et que nous nous retrouvons seuls pour quelques jours afin d'isoler le grenier de la maison de Bertrand.

A la fin de la première journée de travail, assez couverts de poussière et avant de dîner, il est prévu de prendre une douche. Ne nous étant pas quittés de la journée, nous nous retrouvons dans la vaste salle de bains de Bertrand dotée d'une vaste cabine de douche en plus de la baignoire. Sans même nous consulter, nous nous déshabillons ensemble et nous retrouvons nus à la porte de la douche. Bertrand ne prête pas la moindre attention à notre nudité et il met en route la douche dont le jet large nous mouille aussitôt. Cette eau chaude sur nos membres un peu endoloris par le travail musculaire est très agréable et nous soupirons ensemble de plaisir. Face à moi, je découvre enfin la toison épaisse qui recouvre sa poitrine et son ventre. Je n'abaisse pas les yeux plus bas par discrétion. Lorsqu'il élève les bras, je vois une épaisse touffe de poils longs et noirs sous ses aisselles. Puis Bertrand me tend un gros savon, sans vraiment réfléchir, je lui propose de lui savonner le dos. Il se retourne et j'ai l'occasion d'admirer son dos finement musclé qui fait un beau V des épaules larges aux hanches étroites. Il se laisse faire sans bouger et je m'agenouille pour savonner ses fesses poilues à moitié, juste ce que j'aime. Sa raie est noyée de poils toujours longs et je n'hésite pas à introduite le savon dans cette touffe de poils qui ornent son cul. J'en profite pour lui dire sur un ton taquin : « Vous avez vraiment un beau cul mon enfant ! ». Je suis stupéfait de sa réponse : « Et encore tu n'as pas vu l'autre côté » alors qu'en dix ans il n'a jamais fait la moindre allusion sexuelle même indirecte. En fait il doit apprécier mon savonnage puisque je délaisse ses fesses pour savonner ses cuisses fines et musclées, ses jambes très droites et même ses mollets si sexy à mon avis. J'aime ses poils fournis sur les cuisses, les genoux, les mollets et après un arrêt très net au niveau du coup de pied, les phalanges de ses doigts de pieds ornés de touffes de poils. Je masse ses pieds en les soulevant un à un et il se laisse faire. Ensuite je lui demande de se retourner et il me répond qu'il est assez grand pour se savonner de ce côté-là, mais assez impératif je lui dis que je termine mon savonnage très pro. En fait, il se laisse faire après un instant d'hésitation et cela m'amuse.

Je prends un plaisir discret à lui savonner le cou, puis cette poitrine couverte de poils épais depuis la base du cou. Ses seins sont bien musclés et forment des monts avec des bouts de seins foncés que je m'amuse à savonner plus qu'il ne faudrait peut-être. Son ventre est aussi poilu, comme un fleuve qui descend à partir des pectoraux. Je m'agenouille à nouveau et je découvre une touffe pubienne fournie, un beau triangle fourni en poils toujours longs et non frisés. Sa verge est au repose, imposante quand même avec un beau prépuce qui ne dissimule pas un gland bien formé. Ses couilles sont noyées parmi les poils denses et elles pendent bien grâce à la chaleur de nos corps réchauffés par l'eau chaude. Avec le plus de naturel possible, en le complimentant sur cette masse de poils qui orne son corps, je savonne touffe pubienne, verge et couilles que je prends bien en mains. Je tire le prépuce et savonne ce gland ce qui fait s'exclamer un peu Bertrand de surprise avec un ah qui m'amuse. Est-ce de la surprise, je ne sais ? Je passe rapidement aux cuisses couvertes de poils comme un bon professionnel pour arriver jusqu'aux pieds précédemment bien savonnés. Ensuite je prends l'initiative de le rincer en passant derrière lui avec la pomme de douche décrochée. « Je te rince » et Bertrand se laisse faire. J'en profite pour insister sur sa raie poilue en écartant ses fesses pour bien rincer la touffe de poils épais qui cache son trou. Je sens qu'il se contracte un peu avec ce qui se veut en fait une caresse. Lorsque je suis passé de l'autre côté j'ai vite constaté qu'il avait commencé à bander un peu et agenouillé  devant lui j'ai fait semblant de ne rien voir.

Je suis d'autant plus surpris lorsque Bertrand me dit d'une voix tranquille : « A force de me toucher, tu me fais bander, tu es un coquin ». Je lui réponds aussitôt : «  quelle est la différence entre les caresses de ta femme et ce qui pourrait être les miennes, cela se passe dans le cerveau. Tu bandes parce que ta femme te caresse, mais si tu fermes les yeux et que je te caresse, cela est aussi agréable. Si je te fais un pompier et que tu fermes les yeux, les sensations sont exactement les mêmes que cela soit ta femme ou moi. ». Bertrand me répond surpris : «  Tu veux dire me sucer ? ». Je réponds : « Oui, exactement ». Mais elle ne m'a jamais sucé, elle ne doit pas savoir que cela puisse se faire et je n'ai jamais osé le lui demander.

Ce genre de conversation l'a tout émoustillé et je constate qu'il bande davantage et que son prépuce découvre à moitié son gland. Tu veux que je te fasse une démonstration ? Bertrand me répond sans parler, d'un signe de tête affirmatif et je m'agenouille devant lui, toujours mouillé. Je contemple ce vit dressé, beau, large avec ce gland rose à moitié décalotté. Lorsque je commence à le lécher puis à l'engouffre dans ma bouche jusqu'au fond, Bertrand soupire de surprise et de plaisir visiblement. Il bande plus fort et me prend la tête et caresse mes cheveux. Je quitte sa queue pour gober ses couilles doucement et visiblement il découvre ce plaisir si je me base sur ses soupirs. Je retrouve sa queue toujours plus dire que je m'applique à honorer. Il soupire sans retenue, puis, soudain, il s'écarte de moi doucement et me demande d'arrêter. Je me relève, le regarde dans les yeux et lui demande de m'excuser. Il ne répond pas en fait et me propose de me savonner aussi pour voir si cela va produire le même effet sur moi.

Évidemment sentir ses mains avec le savon partout sur mon corps ne me fait pas oublier que c'est Bertrand qui me savonne et qui visiblement tient à obtenir le même effet sur ma queue que sur la sienne. Lorsqu'il me rince, il se place derrière moi, se colle un peu à moi et je sens ta tige dure contre mon cul, comme s'il voulait le pénétrer. Petit à petit il s'enhardit et je suis tout étonné de son naturel. En même temps, je vois qu'il cherche à comprendre ce qui se passe en lui. Lorsque je suis bien rincé, il me regarde bien dans les yeux, où je lis de la surprise et une sorte d'attente muette. Pour faire diversion, il me dit qu'il a très faim et que sa femme nous a préparé un bon dîner. Je sens qu'il lui faut  du temps pour accepter cette situation nouvelle et je prends le drap de bain qu'il me tend pour m'essuyer sans faire d 'autre geste.

Une fois séchés et rhabillés, nous allons vers la cuisine et nous dévorons ce qui a été préparé pour nous. Je constate que Bertrand boit beaucoup de vin et qu'il se lâche vraiment, lui qui est si réservé d'ordinaire. Je me dis que c'est de bon augure pour l'avenir. Après avoir rangé la cuisine, je ne suis pas étonné qu'il me dise qu'il est fatigué, qu'il désire se coucher et que bien entendu je suis invité à rester pour dormir puisque nous continuons demain, comme si c'était une justification supplémentaire muette. « Enfin, si tu veux rester dormir, précise-t-il comme un peu interrogatif. » Pour être clair et lui faciliter les choses, je lui réponds en le regardant dans le yeux : « oui, rester dormir ici et avec toi dans ton lit. »

Il n'est pas tard et nous montons à l'étage. Bertrand se lave les dents et me propose sa brosse à dents que j'utilise. Dans la chambre, il se déshabille et garde son caleçon. Sa pudeur soudaine me plaît et je le rejoins dans le grand lit conjugal, au chaud. Face à face, nous nous regardons dans les yeux comme nous l'avons fait tant de fois depuis des années. Pas de gêne, mais un sourire que nous partageons. Bertrand me dit : «  J'en apprends des choses aujourd'hui, je ne suis pas très sûr de comprendre ce qui se passe entre nous mais je suis heureux que cela soit avec toi. » Je me rapproche de lui sous les couvertures et mes mains cherchent sa poitrine velue, ses mamelons bombés. Je prends un plaisir extraordinaire à sentir sur sa peau ferme la masse de ses poils si fournie des pectoraux au ventre, où mes doigts rentre dans cette masse de poils doux. Bertrand me regarde et sourit. Il se laisse caresser et l'on sent qu'il découvre une nouvelle série de sensations profondes. Il se rapproche de moi et m'embrasse dans le cou longuement. Il me caresse aussi sans parler et lorsque nos lèvres se rencontrent, il se laisse embrasser avant de devenir plus entreprenant.

Je le couche sur le dos et je lui relève les bras pour lécher ses aisselles. J'aime le contact de ses poils sur mes lèvres et ma langue et d'après ses soupirs je constate qu'il apprécie. Je fais cela avec tendresse et retenue, je ne veux pas l'effrayer. Lorsqu'il se retourne et se couche sur moi de tout son long, je sens sa queue dure qui frotte la mienne. Il me roule une pelle magistrale et me serre fort dans ses bras puissants. Comme visiblement il ne sait pas trop quoi faire, j'écarte les draps et commence à le lécher depuis les mamelons jusqu'au nombril. J'aime l'entendre soupirer discrètement. Je frotte ma joue contre la bosse qui orne son caleçon et il ferme les yeux lorsque le tire vers le bas la ceinture de son caleçon que j'ai prise entre mes dents. Je suis maintenant à quatre pettes entre ses cuisses écartées et en tirant sur le caleçon je fais jaillir sa queue épanouie, raide et dure qui me bat le visage. Je retire complètement son caleçon et entreprend de le sucer avec ardeur, passant de sa queue à ses couilles, à l'intérieur de ses cuisses, ce qui a l'air de lui parce qu'il les écarte davantage. A moi maintenant me dit-il soudain. Il me couche sur le dos et entreprend de me sucer, non sans mal parce que ses dents me font mal. Je dois lui expliquer d'écarter ses dents et bon élève il s'exécute docilement. Pour lui faire comprendre que l'on peut se sucer ensemble, je pivote allongé pour prendre sa queue dans la bouche, elle qui n'a pas perdu de sa raideur et il s'active de son côté sur mon membre. Lorsque je quitte ses couilles poilues et que j'écarte ses fesses pour chercher sa rosette, il ne réagit pas. Au milieu des poils fournis j'arrive à l'endroit désiré et je dois écarter les poils pour le lécher. D'abord doucement je passe ma langue et je l'entends d'abord murmurer avec ma queue dans la bouche, puis la bouche dégagée un oh de surprise plusieurs fois renouvelé. Visiblement il ne savait pas que l'endroit est une zone érogène. Il arrête de me sucer pendant quelque secondes en soupirant puis il se jette à nouveau sur mon dard avec un enthousiasme bruyant. Sans avoir besoin de parler nous comprenons que nous avons envie de jouir de cette façon-là et nous basant sur nos soupirs respectifs nous arrivons à l'orgasme un peu près ensemble. Dans le feu de l'action, j'avais enduit mon index de salive et j'avais massé son cul avant d'introduire lentement mon doigt à l'intérieur. Bon élève, Bertrand a fait de même, ce qui a augmenté notre plaisir. Lorsque Bertrand a joui j'ai avalé le tout jusqu'à la dernière goutte et il a fait de même avec moi voyant la méthode. En sueur, nous nous sommes rapproché l'un de l'autre en souriant, les draps remontés et avons terminé notre soirée par un long baiser parfumé avec nos spermes respectifs. Bertrand s'est mis de côté et je me suis calé derrière lui, la queue contre son cul et endormi de suite, mes mains caressant les poils de sa poitrine.

La suite s'il y a des amateurs.

Adam

Autres histoires de l'auteur : Deux hétéros mariés -

s

Dernière mise à jour publique

11/11 : 9 Nouvelles

Dans les toilettes Ed.Nygma
Sucé par un mec ... Young hetero
Minet bi travesti Zephyre66
Je suis un vide-couilles Chopassif
Féminisé par mon voisin Pasdeproblem
Bonne séance au ciné Mathias
La nuit dans la cité Noprise2tete
Rencontre avec mon maître H
Voyeur Lucas

La suite...

Jeune, riche et gâté -07 Matt
Ma gorge défoncée -03 MâleLope
Sucé par un mec -02 Young Hetero
Chambres à louer -11 Jeanmarc
Un amour de soumis -04 Elfe
Séjour à Marrakech -02 Pierrot
Colocation -04 Emerick
Colocation -05 Emerick
La prison -02 Licko
Ascenseur -02 YvesChalons51
Le moniteur moto -08 Sketfan
Quand le prof dérape -02 Benoit25
Mon ami l’escort -03 Pititgayy
Mon ami l’escort -04 Pititgayy
Mon ami l’escort -05 Pititgayy
Rencontre avec mon maître -02 H
Soumise à mon concierge -02 Aline
Soumise à mon concierge -03 Aline
Mon amour pour les TTBM -02 Dann
Mon âme au diable -03 Pititgayy
Mon âme au diable -04 Pititgayy
Le prof amoureux de son élève -02 Jerem72
Le fils prodige aime obéir -06 Charles.lope
Le fils prodige aime obéir -07 Charles.lope

01/11 : 7 Nouvelles

Sur une aire d’autoroute Pascal 89
Derrière le vice Etiel
Le gérant de magasin me dépucèle Ada
Fahres Kevinpass77
Je mouille de woof Anon-pup
J’ai filmé mon copain Frank
Consultation privée Seneo

La suite...

Soumission & Domination -510 Jardinier
Soumission & Domination -511 Jardinier
Voyage Initiatique -10 Ninemark
Les amours de Francky -02 Francky
Un amour de soumis -03 Elfe
Ma vie avec mon Maître -02 AdrienSchild
Le fils prodige aime obéir -05 Charles.lope

PUBLIE TON HISTOIRE

RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

DESTOCKAGE DVD GAY

Chercher :

 

 

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter - Tumblr

Expositions

Sommaire des expositions - Verner Degray - Barbizart

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - Histoires 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Liens

Liens vers d'autres sites gay - IDM SAUNA - L'IMPACT BAR - EL HOMBRE

Photos

Modèle - Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Video

Video Gay

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)