11 Nov.
+ 54 histoires en accès privilège.
11 Nov. : +33 histoires en accès public

A noter.
Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.

VIP?
Accès privilège :
Des histoires en +, juste avec un don

Don anonyme, en paypal ou CB

MINET
PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Premier épisode - Épisode précédent

Tournoi en chambre… 05

Soirée…

Je fus très occupé durant la fin d'après-midi car l'organisateur du tournoi voulait que je fasse un papier sur les difficultés croissantes qu'il rencontrait pour organiser l'opération, baisse des subventions, augmentations des frais, désengagement des collectivités locales, etc. Evidemment, impossible pour moi de faire l'impasse : mon boulot avant tout.

Lorsque la journée s'acheva, je fus dans l'impossibilité de retrouver Maxime et Fabien. J'imaginais qu'ils étaient peut être rentrés chez eux ou qu'ils étaient descendus avec leurs potes dans le centre. Je rentrai donc à mon hôtel.

Je pris une longue douche brûlante. Je me fis tout beau, tout propre, gardant à l'esprit l'envie de Maxime. Tout en me massant les cheveux, j'imaginais nos futurs ébats : résultat, je bandais. Il fallut que je fasse preuve d'un peu de volonté pour ne pas me branler.

N'ayant reçu aucune visite à l'heure de diner, je descendis au restaurant. Je m'installai comme la veille. Les jeunes arrivèrent un peu plus tardivement mais toujours en meute bruyante. Comme si cela faisait partie d'une sorte de règle, la table de 8 et celle de 4 se reformèrent.

Maxime et Fabien n'étaient pas là.

J'oscillai entre inquiétude et déception. Ils arrivèrent un quart d'heure plus tard : Fabien la mine fermée et Maxime les yeux rougis.

Fabien s'installa avec ses huit potes et Maxime vint à ma table, ce qui me mit profondément mal à l'aise. Plusieurs des jeunes me jetèrent des regards scrutateurs.

Maxime m'informa qu'il n'avait pas faim et qu'il s'était pris la tête avec Fabien, suivant son expression. Je lui proposai donc de m'attendre à ma chambre. Il partit tout de suite, sans même que j'ai le temps de lui donner les clés. Je pris toutefois le temps de finir mon repas en veillant à aller vite mais sans trop d'empressement.

Lorsque je rejoignis la porte de ma chambre, Maxime était accroupi, le dos contre ma porte, le visage sur ses genoux. Il pleurait.

Le prenant par la main, je le relevai, le fis entrer et nous nous installâmes sur le lit.

« - Vous vous êtes engueulés avec Fabien ? » Demandais-je.

« - Oui. On a parlé… Il m'a dit que… En fait… Enfin…

- Qu'il ne sera jamais gay ?

- Ca et qu'il n'avait pas de sentiment pour moi. » Et des larmes roulèrent sur ses joues.

J'ouvris mes bras et il vint se blottir contre moi.

« - Il m'a aussi dit que j'étais juste une bonne suceuse pour lui. »

Et il partit dans de gros sanglots. Je dus le soutenir, il se laissa totalement aller entre mes bras.

Je comprenais qu'il s'agissait là des suites de ma conversation avec Fabien. Nous nous assîmes et j'expliquai la teneur de notre discussion. Je tentais de rassurer Maxime et soulignait les incohérences, les ambiguïtés de ses réactions.

Maxime, qui était aussi sensible qu'intelligent, sembla comprendre.

Il était contre moi, son bras gauche autour de ma taille alors que mon bras droit entourait ses épaules. Il avait la tête sur ma poitrine alors que nous discutions. Il finit par avouer qu'il avait un peu compris depuis longtemps qu'il ne servait que de vide-couille à Fabien mais qu'il avait toujours espéré que cela changerait.

Il me révéla aussi que, contrairement aux affirmations de Fabien, Maxime ne lui connaissait aucune conquête féminine récente. Il y avait eu des filles alors qu'il avait 15 ou 16 ans, mais rien depuis pour autant qu'il sache.

Et il en savait beaucoup car ils étaient quasiment toujours ensemble.

Dans ma tête, ma conviction était faite. Mais elle m'effrayait aussi un peu : si ces deux jeunes hommes étaient gays… Et si j'avais mes chances avec les deux… Lequel choisirais-je ?

Fabien avait attiré mes instincts mais Maxime m'avait fait fondre.

Alors que j'étais perdu dans mes pensées, je me rendis compte que Maxime avait commencé à me caresser la cuisse. Pas de manière sensuelle mais de manière un peu automatique… Comme s'il caressait son doudou…

« - Ca va ? » Lui demandai-je.

« - Mieux maintenant oui…

- Ah, j'en suis content.

- J'aime parler avec toi tu sais…

- Ah oui ? C'est gentil.

- Oui, toi tu me prends pas pour un con ou pour un gosse. »

Je lui répondis sans un mot, juste en l'étreignant un peu plus fort. Il releva son visage aux yeux rougis et l'approcha du mien.

Nos lèvres s'effleurèrent. Puis nous échangeâmes un tout petit bisou… suivi d'un autre plus long et enfin nos langues émergèrent de concert, s'effleurèrent et nous nous embrassâmes tout en nous laissant aller sur le lit.

Maxime plaqua sa main sur mon entre-jambe qui était déjà dur. Il me massa durement le sexe alors que nos baisers ne furent interrompus que par le passage d'un t-shirt et d'un polo qui finirent jetés à terre.

Je saisis sa ceinture sur ses hanches et le soulevai assez vigoureusement pour le placer au centre du matelas. Il me regardait ravi et surpris. J'ôtai la ceinture et ouvris la braguette de son jean bleu délavé. Je fis descendre boxer et jean d'un seul geste sur ses cuisses et avalai son sexe sans attendre.

Chaud et dur, je le suçai avec une sorte d'intense rage sexuelle. Maxime me regardait un peu surpris, il tenta d'attirer mon visage à lui mais je le plaquai sur le matelas de ma main libre.

Il s'abandonna à mes caresses et se mit à gémir. Je le suçai un long moment lorsque je sentis qu'il risquait de jouir, j'arrêtai pour l'embrasser, le gout de son liquide séminal emplissant ma bouche. Il m'embrassa avec des gémissements de désir. Ses yeux étaient remplis d'un désir purement sexuel.

Je me redressai, à genoux sur le matelas, torse nu, déjà en sueur. Je n'eus pas le temps de faire quoi que ce soit, Maxime se précipita sur moi pour embrasser mon ventre et caresser mes fesses.

Il déposait ses baisers de manière frénétique, partout sur mon ventre, ma poitrine. J'ouvris mon jean et sorti mon sexe bandé. Il se jeta alors dessus et l'avala.

Il me suça alors avec plus d'assurance que la veille et même que ce matin. Je pris sa tête à deux mains et imprimai le rythme à sa suce. Mon membre était plus dur que jamais et les lèvres de Maxime le caressaient divinement. Sa langue allait et venait et massait mon gland. Après plusieurs minutes,  il se redressa et m'embrassa goulûment.

Toutes traces de son chagrin avaient disparu. Chacun de notre côté du lit, nous nous mîmes debout et ôtâmes nos pantalons. Nus, nous nous rejoignîmes au pied du lit et nous nous embrassâmes.

Il se retourna alors, et comme le matin dans la cabine, il plaqua ses fesses sur mon sexe dur et ondula doucement, demandant ainsi que je le prenne.

Je pris du gel et un préservatif dans ma trousse de toilette. Maxime m'ôta le préservatif des mains et le jeta. Il prit encore d'avantage d'initiative en s'emparant du gel et en s'enduisant lui-même l'anus. Enfin, il me poussa doucement sur le lit pour que je me mette assis. Il enduisit mon sexe de gel. Et enfin, se mettant à califourchon sur moi, il approcha doucement ses fesses de mon sexe et me laissa diriger la suite.

J'entrai en lui directement. Il me regarda avec stupeur et un rien de peur. Mais c'est le plaisir qui illumina ensuite son visage lorsqu'il réalisa l'absence de douleur. Il me chevaucha ainsi pendant un long moment. Nous roulâmes ensuite sur le lit, prenant tour à tour de nombreuses positions, nos halètements de plaisir se répondant.

Alors que nous nous embrassions dans un face à face torride, mon sexe en lui, ses jambes contre mes bras, il me regarda et brisa notre baiser pour se laisser à un gémissement de plaisir intense : il éjacula alors que je le pénétrai : comme la veille.

Il ne m'en fallut pas plus pour me lâcher en lui et jouir abondamment.

Je l'embrassai alors de nouveau et déposai des baisers sur son torse.

Il m'enlaça, le contact de son torse puissant et humide était surprenant. Il continua de m'embrasser un long moment, puis se calma… vint se placer à côté de moi et posa sa tête sur mon épaule.

Il joua un moment avec son sperme qui couvrait mon torse… Je lui déposai un baiser sur le front avant d'aller chercher une serviette. Nous nous essuyâmes et nous nous glissâmes sous les draps dans les bras l'un de l'autre.

Nous discutâmes un petit moment sur ses envies, les études, les mecs. Nous nous découvrîmes de nombreux goûts communs. J'étais un peu perdu : nous avions plus de dix ans d'écart et je ne savais pas ce que je devais faire : laisser courir et l'oublier comme un plan cul normal ou bien… laisser parler mon cœur.

Jusqu'à présent mes histoires sérieuses s'étaient toujours passées avec des gens plus âgés que moi, cela me rassurait et me mettait dans un rôle plus confortable : pas trop de responsabilités vis-à-vis du couple, etc. En revanche, pour le sexe, j'avais une attirance grandissante pour les gens plus jeunes et cela ne s'arrangeait pas avec le temps.

Entre mes bras, j'avais un beau jeune homme, dynamique, intelligent et sensible. Il venait de se prendre une grosse déconvenue avec son pote et était vulnérable. Etais-je le « premier venu » dans les bras duquel trouver un réconfort ou bien germait il en lui quelque chose de plus sérieux ?

Si je n'avais aucune envie de souffrir d'une nouvelle déception amoureuse, je ne voulais pas plus le faire souffrir lui. Sans m'en rendre compte je m'étais abîmé dans mes pensées.

« - Tu étais où là ? » Me demanda Maxime d'un ton doux.

« - Je pensais à… moi… toi… 

- Oh… Je vois… » Je vis son visage se fermer et ses yeux prendre un air d'une tristesse infinie.

« - Je ne m'attendais pas à te rencontrer… » Dis-je comme si cela expliquait tout.

« - Ca veut dire quoi ?

- Ben que je suis célibataire. Que j'aimerais une belle histoire…

- Mais ?

- Qu'on a une grande différence d'âge et je ne veux pas souffrir ni te décevoir non plus.

- Moi je m'en fous de ton âge.

- Et tes parents ?

- Pareil, m'en fous.

- J'ai peur pour tout te dire.

- Pas moi ! »

Et il se releva et m'embrassa délicatement. Nous roulâmes sous les draps et nous refîmes l'amour, tendrement, longuement. Il avait une faim de sexe insatiable : durant trois heures, ce ne fut que câlins, baisers, suce et pénétration. Il voulait me sentir en lui, me dit-il. Il voulait que je le complète. Il refusa une fois de plus les préservatifs et je ne pris pas plus de précautions lorsqu'il jouit dans ma bouche.

Le sommeil nous surpris dans la nuit alors que nous étions enlacés.

Au petit matin, nous échangeâmes nos numéros de téléphone et nos adresses. Par chance, nous n'habitions pas  si loin l'un de l'autre, moins d'une heure par l'autoroute.

Ainsi, débuta notre histoire.

[Ceci est le dernier épisode de cette série. Merci pour vos mails qui me sont toujours très précieux. Si vous souhaitez connaître la suite, n'hésitez pas à me le faire savoir... Je réponds toujours.]

Yopi

yop_ex@outlook.fr

Suite de l'histoire

Autres histoires de l'auteur : Sen et Kaze - Rapt - Un hasard - Tennis ? Plus Jamais ! - Tournoi en chambre - Pipe en jean… - Ma deuxième année de Fac - Au boulot - Le pinceau du peintre - Soirée étape - Ma première histoire - Et in inferno ego - Le dépôt - Mon petit beur - Première année de Fac

s

Dernière mise à jour publique

11/11 : 9 Nouvelles

Dans les toilettes Ed.Nygma
Sucé par un mec ... Young hetero
Minet bi travesti Zephyre66
Je suis un vide-couilles Chopassif
Féminisé par mon voisin Pasdeproblem
Bonne séance au ciné Mathias
La nuit dans la cité Noprise2tete
Rencontre avec mon maître H
Voyeur Lucas

La suite...

Jeune, riche et gâté -07 Matt
Ma gorge défoncée -03 MâleLope
Sucé par un mec -02 Young Hetero
Chambres à louer -11 Jeanmarc
Un amour de soumis -04 Elfe
Séjour à Marrakech -02 Pierrot
Colocation -04 Emerick
Colocation -05 Emerick
La prison -02 Licko
Ascenseur -02 YvesChalons51
Le moniteur moto -08 Sketfan
Quand le prof dérape -02 Benoit25
Mon ami l’escort -03 Pititgayy
Mon ami l’escort -04 Pititgayy
Mon ami l’escort -05 Pititgayy
Rencontre avec mon maître -02 H
Soumise à mon concierge -02 Aline
Soumise à mon concierge -03 Aline
Mon amour pour les TTBM -02 Dann
Mon âme au diable -03 Pititgayy
Mon âme au diable -04 Pititgayy
Le prof amoureux de son élève -02 Jerem72
Le fils prodige aime obéir -06 Charles.lope
Le fils prodige aime obéir -07 Charles.lope

01/11 : 7 Nouvelles

Sur une aire d’autoroute Pascal 89
Derrière le vice Etiel
Le gérant de magasin me dépucèle Ada
Fahres Kevinpass77
Je mouille de woof Anon-pup
J’ai filmé mon copain Frank
Consultation privée Seneo

La suite...

Soumission & Domination -510 Jardinier
Soumission & Domination -511 Jardinier
Voyage Initiatique -10 Ninemark
Les amours de Francky -02 Francky
Un amour de soumis -03 Elfe
Ma vie avec mon Maître -02 AdrienSchild
Le fils prodige aime obéir -05 Charles.lope

PUBLIE TON HISTOIRE

RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

MINET

Chercher :

 

 

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter - Tumblr

Expositions

Sommaire des expositions - Verner Degray - Barbizart

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - Histoires 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Liens

Liens vers d'autres sites gay - IDM SAUNA - L'IMPACT BAR - EL HOMBRE

Photos

Modèle - Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Video

Video Gay

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)