20 Sept.
+ 52 histoires en accès privilège.
17 Sept. : +25 histoires en accès public
Galerie Amateur à jour !

VIP
"Accès privilège" des histoires juste avec un don

Don anonyme, en paypal ou CB

PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Premier épisode

Épisode précédent

Suce Mortelle 03

Troisième rencontre

 



 

Romain se sentit venir… Il ne prit même pas la peine de prévenir car Bastien ne se retirait jamais : un vrai sac à foutre.

 

Il jouit et largua sa jute dans la gorge du petit passif après l'avoir démonté pendant une bonne demi-heure. Le bon petit trou, bien serré, lui avait procuré un putain de plaisir : il semblait ne jamais vouloir s'élargir et Romain sentait jusqu'au bout la pression de la chatte autour de sa queue.

 

Medhi n'était pas là, mais Romain avait pris ses habitudes avec l'un… et… l'autre… Ensemble ou séparément, le plus marrant étant qu'aucun des deux ne voulait que l'autre ne sache que Romain le voyait en seul à seul…

 

Trop marrant. Il en avait plus pour lui… Parfait !

 

Romain s'allongea sur le lit en reprenant son souffle. Bastien était le meilleur suceur de la terre. Il savait faire durer le plaisir et quand Romain jutait… Wow… C'était juste trop fort !

 

Bastien vint se coller contre lui et commença à frotter son sexe sur la hanche. Celui-ci empoigna alors la queue dégoulinante de pre-cum et commença à la branler. Bastien était bien monté mais était complètement passif… Quel gâchis.

 

Bastien l'embrassa alors avec ardeur tout en gémissant doucement. Lorsqu'il éjacula, il laissa une belle flaque de sperme sur le ventre de Romain. D'une main ferme, ce dernier dirigea le visage de Bastien sur ses abdos et le petit mec se mit à lécher lentement. Pendant un long moment Romain garda les yeux fermés en savourant la sensation de la langue parcourant son ventre et récoltant le sperme chaud.

 

Il se remit à bander et il ne fallut pas longtemps pour qu'une douce chaleur humide ne vienne recouvrir son gland. Bastien le suça encore pendant plusieurs minutes… Une dizaine peut-être… Et Romain senti à nouveau la décharge de plaisir lui traverser le corps et le sperme se  libérer. Trois ou quatre jets peut-être pas mal pour une deuxième fois en dix minutes.

 

Un dernier baiser au gout de sperme et il se rhabilla pour rejoindre son appartement.

 

*

*  *

 

Romain prit une longue douche, se rasa entièrement le corps et se fit un soin du visage.

 

Il avait rendez-vous avec Leonard à 15h et Sonia à 18h30. Quand il avait plusieurs rendez-vous, il s'arrangeait toujours pour avoir les suceurs avant les enculés pour éviter que sa queue n'ait un gout de plastique.

 

Lorsqu'il eut fini, il s'allongea nu sur son canapé, face au grand écran. Il s'assura que ses abdos étaient toujours aussi sexy en se passant délicatement la main dessus et allant jusqu'à  ses couilles épilées... Comme il était excitant… Il prit sa tablette pour vérifier que ses rendez-vous n'avaient pas bougés.

 

Son sang se figea lorsqu'il vit qu'un message d'Yves l'attendait.

 

Il jeta le poing en avant avec un « Yes » retentissant. Il avait vraiment craint que le vieux ne le recontacte pas : il avait trop picolé lors de leur dernier rendez-vous et il craignait d'avoir dit ou fait des conneries. Et pour être clair, il ne se souvenait même pas de la fin du dîner, c'est dire s'il s'était mis la tête à l'envers.

 

Mais voilà, ça n'avait pas dégoûté pépère et vu ce qu'il lâchait comme fric, il était prioritaire sur tout le monde.

 

« Mon très cher Romain,

M'accorderiez-vous la faveur de votre compagnie ce soir et de prendre le petit déjeuner avec moi demain matin ?

Si vous en êtes d'accord, je vous ferai parvenir le nom d'un bon établissement où nous pourrions nous retrouver vers 20h.

Bien à vous,

Yves. »

 

La faveur de ma compagnie ? Ce soir ? Petit-déj' ?

 

Il comprit.

 

Romain se leva d'un bond ! Il exultait ! Son cœur battait à 130 au moins !!!

 

Putain le vieux veut passer la nuit avec moi !!! Va y'avoir de la bite !!! Ca va me rapporter un max de blé !!!!

 

Comme d'habitude dans ces cas-là, il se mit à bander à poil au milieu de son studio.

 

Il prit sa tablette et annula les deux misérables tafioles de l'après-midi qui lui rapportaient moins à deux en un mois, que CE client en une seule soirée au restau sans même se faire tripoter la nouille.

 

En milieu d'après-midi Romain en jogging et débardeur moulant ouvrit à un coursier, à la gueule couverte de d'acné, qui lui apportait une enveloppe avec un passe électronique, l'adresse de l'hôtel et le numéro de la chambre.

 

Le coursier lui avait fait un grand sourire genre « j'ai un cul bien ouvert si ça te dit » mais pas question de se gâcher pour ça… Il fallait qu'il soit chargé à bloc pour ce soir.

 

Il eut le souffle coupé en découvrant le nom l'hôtel. Il s'attendait à un bel endroit mais il s'agissait là du plus beau palace de la ville. Après avoir vérifié sur internet, il s'aperçu que la plus petite chambre était à 1200€ la nuit. Un mot rédigé de la main d'Yves sur un carton de la même couleur que les enveloppes qu'il avait reçues lui confirma qu'il devait se rendre à 20h dans la chambre de l'hôtel et l'y attendre.

 

*

*  *

 

Yves sorti de son hôtel particulier et se fit conduire jusqu'à la place des deux théâtres où il avait décidé de se balader avant de rejoindre Romain à l'hôtel.

 

Yves appréciait la ponctualité dont le jeune homme avait fait preuve lors de ses deux premiers rendez-vous. Il aimait qu'on respecte, à défaut de sa personne, le gain substantiel que sa compagnie représentait pour ce genre garçon, même s'il aimait à croire qu'il y avait désormais un peu plus entre Romain et lui.

 

Il ne cessait de songer à cette bise.

 

Il remonta tranquillement l'avenue en goûtant chaque instant. Il savourait. Il dégustait. Son ouïe n'était plus ce qu'elle avait été mais il aimait entendre l'étrange mélange des langues des touristes s'affairant devant les boutiques de souvenirs. Les effluves de la ville, parfois désagréables, lui rappelaient tant de bons souvenirs. Il voulait faire le plein de ces sensations avant de rejoindre Romain et… Peut-être… Ses bras.

 

Remontant les arcades, il traversa une dernière avenue pour arriver devant l'hôtel juste au moment où sa hanche commençait à le chatouiller. Il ne put retenir un sourire en se rappelant la toute première fois où il avait eu l'honneur de passer la porte à tambour peu de temps après l'inauguration.

 

Les chasseurs le saluèrent.

 

Une fois la porte passée, il traversa lentement le hall de marbre, laissant à sa gauche le concierge et la réception, tandis qu'à sa droite le salon d'hiver voyait s'entasser touristes et clients. Il pénétra dans l'étroit couloir recouvert de boiseries de chêne longeant le bar pour appuyer enfin sur le bouton d'appel du minuscule ascenseur.

 

Son cœur battit un peu plus vite.

 

L'ascenseur, à peine suffisant pour trois personnes, disposait d'une petite miséricorde dans un coin. Arrivé au dernier étage, il trouva la porte de « sa » suite, glissa son passe électronique dans la serrure et pénétra dans le large dégagement desservant la chambre, la salle de bain, les toilettes et le salon. Il entendit un dialogue provenant du salon. Romain devait s'y trouver et, effectivement, le jeune homme était installé dans un des fauteuils et avait le regard rivé sur l'écran géant.

 

Il était vêtu d'une chemise blanche au travers de laquelle on pouvait deviner ses pectoraux et ses tétons sombres, d'un jean brut bleu très ajusté et d'une paire de chaussures en cuir à bout pointu. Sur le canapé, à sa gauche, se trouvait son blazer noir. Il lui fallut quelques secondes pour s'apercevoir de sa présence. Yves avait déjà eu le temps de vérifier que le rafraichissoir garni de bouteilles de champagne et les douceurs avaient été disposés suivant ses instructions mais que Romain n'y avait pas encore touché.

 

Yves senti l'excitation et le désir affluer dans ses veines.

 

*

*  *

 

Romain n'avait pas entendu Yves arriver.

 

Il était arrivé une heure plus tôt et avait fait au moins trois fois le tour de la chambre complètement halluciné par ce qu'il découvrait.

 

Il n'avait jamais vu une chambre d'hôtel aussi grande. En fait, rien que la chambre était plus grande que son appart entier, chiottes inclus. Il y avait, en plus, salle de bain, salon, toilettes séparées et un putain de dressing qui aurait pu servir de studio à des étudiants.

 

Il regarda les consignes de sécurité sur l'affiche collée au dos de la porte. Il se senti blêmir lorsqu'il lut le tarif de la nuit : presque un an de smic !!! Nom de Dieu… Il n'avait jamais imaginé que des prix pareils pouvaient exister pour… une chambre d'hôtel quoi… juste un coin pour dormir....

 

Il avait fini par s'installer dans le salon et allumer la télé. La pièce était gigantesque : il y avait une cheminée en marbre gris avec deux canapés, posés l'un en face de l'autre, séparés par une table basse, un bureau dans un autre coin et encore un autre canapé et deux fauteuils devant un meuble contenant le minibar dans lequel il trouva, entre autre, deux demi bouteilles de champagne, un lot de capotes dans une bourse en tissus avec le logo de l'hôtel à 15€ (!!!) : même pour niquer ça coute cher la dedans ! Enfin, sur ce même meuble, reposait un écran plat, genre 2 mètres de diagonale.

 

Au bout de trois-quarts d'heure on avait sonné à la porte.

 

Attend !?! Y'a une sonnette dans une chambre d'hôtel ?!?

 

Un serveur était arrivé avec un chariot à roulettes et lui avait demandé s'il pouvait l'installer. Pris au dépourvu, Romain accepta sans trop savoir comment réagir. Le chariot fut installé dans un coin du salon. Il se transforma en une table ronde avec des pâtisseries et un immense saladier rempli de glace dans lequel se trouvaient trois bouteilles de champagne. Il ne connaissait pas la marque, probablement un truc américain : Cristal… Jamais entendu parler. La bouteille était en verre blanc, ce qu'il n'avait jamais vu non plus pour un champagne.

 

Il supposa qu'il était plus prudent d'attendre, même s'il se rendit compte qu'il avait faim.

 

Il laissa le serveur repartir non sans mater son cul : il était vraiment beau et bien foutu… Ce dernier se retourna une dernière fois et lui demanda s'il avait besoin de quoi que ce soit d'autre et regarda la braguette de Romain.

 

Romain s'approcha du serveur et se senti en train de monter en charge… Il senti une chaleur sur ses joues… Mais il répondit : « Non… Merci mais… une prochaine fois… » Et jeta à son tour un regard avide sur la braguette du type en costume. Ce dernier, avec une petite mimique de regret, referma la porte avec un dernier sourire complice.

 

Romain sentait sa queue coincée dans son jean… Il était à bloc… Il empoigna sa bite juste par plaisir et imagina le serveur en levrette sur le lit. En sentant son barreau il songea que c'était juste ce qu'il fallait pour contenter n'importe quel papi pété de tunes.

 

Il se réinstalla devant la télé et songea qu'il faudrait sortir le grand jeu... Genre « les feux de l'amour » pour s'assurer des rendez-vous réguliers avec daddy la tune.

 

*

*  *

 

Quand il vit Yves dans l'encadrement de la porte, il coupa la télé et se leva instinctivement.

 

« Bonsoir monsieur…

Bonsoir Romain, je vous en prie rasseyez-vous. Comment allez-vous ?

Bien, très bien même… Merci… C'est vraiment trop beau c'te chambre.

Merci, j'aime les belles choses… Et les belles personnes. Champagne ?

Avec plaisir oui…

Servez-vous si vous souhaitez une pâtisserie. Je préfère passer mon tour, je n'ai plus le métabolisme de mes vingt ans... »

 

Romain pris un gâteau ressemblant à… un cylindre recouvert de chocolat noir brillant. Il décida de s'asseoir sur le canapé et balança donc son blazer sur la chaise du bureau qui se trouvait juste derrière. Il installa ensuite et posa son assiette sur la table basse carrée en verre et aux pieds de métal doré. Il attendit, un peu raide au bord du canapé que son client décide de la suite des évènements.

 

Il ressentit de la nervosité ce qui ne lui était presque jamais arrivé.

 

Il regarda alors Yves qui finissait de remplir la seconde flute de champagne d'un geste élégant. Il tendit le premier verre à Romain et sembla hésiter un instant à s'asseoir avec lui sur le canapé. Mais il finit par se mettre juste à la gauche du jeune homme.

 

Romain se sentit du coup plutôt maître de la situation : cette hésitation montrait la timidité de l'homme et donc qu'il ne serait pas trop exigeant. Il songea à la meilleure manière de sortir sa bite du petit Aussiebum multicolore sélectionné pour l'occasion.

 

Yves leva alors son verre et dit :

« A notre soirée… et cette… nuit… pleine de promesses…, il finit par un sourire doux. »

 

Ne sachant que répondre, Romain brandit aussi son verre et imita le geste de l'homme qui leva sa flûte de quelques centimètres d'un geste sec et précis et bu une gorgée du liquide ambré.

 

Le champagne était plus sucré, plus doux que ceux qu'il avait bu jusque-là. Il n'y avait pas du tout d'acidité… Ça lui évoquait un vin blanc très sucré qu'il avait bu pour ses 18 ans, du « sauterne » lui semblait-il se rappeler… Mais avec des bulles. Vraiment pas mal pour tout dire.

 

« Peut-être seriez-vous d'accord pour que nous nous tutoyions à présent ?, demanda Yves d'un ton qui parut presque implorant à Romain. »

 

« Bien sûr, si ça te fait plaisir Yves. 

- Ca me fait très plaisir, vraiment. »

 

Et ils commencèrent à discuter gentiment, Romain mangea son gâteau qui était une « pure tuerie de sa mère nom de Dieu !!! » selon ses critères et, en plus, avec une cuillère en argent : « Putain ! Ils mettent des cuillères en argent dans les chambres, ils n'ont pas peur de la fauche » se dit-il.

 

Trois flûtes de champagne plus tard, Romain avait fini son gâteau et Yves eu un geste déconcertant : il prit une serviette sur la table basse et vint essuyer le coin des lèvres de Romain avec un regard tendre. Celui-ci se sentit soudain comme un enfant devant son père (qu'il ne connaissait pas) ce qui lui procura un profond malaise mélangé d'un sentiment de manque... Manque de tendresse paternelle… Il ne put quitter les yeux de l'homme…

 

Yves reposa la serviette sur la table basse et considéra le visage de Romain. Il sentit son ventre s'enflammer. Son sexe durcit en quelques instants. Il posa sa main sur la cuisse de Romain et la caressa doucement. Il aimait sentir le contact d'un jean sur une cuisse ferme. Il huma l'odeur du parfum bas de gamme du jeune homme… Cela l'émoustilla… Cela lui rappela d'autres jeunes hommes… D'autres soirées…

 

Romain quant à lui, senti une douce brûlure remonter de sa cuisse vers sa poitrine. Son pouls s'accéléra et il se perdit dans les yeux d'Yves. Il ne sentait plus rien que la caresse sur sa cuisse… Les décharges électriques que cela lui procurait étaient sans commune mesure avec tout ce qu'il avait ressenti jusque-là avec d'autres mecs.

 

« Le grand jeu…, songea-t-il. »

 

N'obéissant qu'à ses pulsions, Romain se pencha en avant et posa ses lèvres sur celles d'Yves.

 

Leurs langues se trouvèrent instantanément et s'enlacèrent tendrement.

 

Romain senti comme une sorte de choc brutal dans sa tête…

 

Comme le blast d'une bombe…

 

Comme un barrage se rompant…

 

Ce fut magique, il ne sentit plus aucune barrière entre Yves et lui.

 

Il se rendit compte avec surprise qu'il avait  vraiment envie d'Yves…

 

A mesure que leurs langues allaient et venaient, que les caresses s'échangeaient, que les mains s'aventuraient sur les corps, Romain sentait des flots brûlants parcourir ses veines. Il sentait –quelque part au loin- sa queue bandée comme jamais ! Il bandait comme un taureau ! Il sentait que sa queue était plus dure, grosse et prête que jamais.

 

La peau d'Yves avait comme une odeur de citron ou d'orange qui rappelait quelque chose à Romain… Mais il ne savait plus quoi… Et n'en avait rien à foutre… Ça sentait juste bon.

 

*

*  *

 

Yves quant à lui savourait le baiser que Romain lui donnait. C'était désordonné et maladroit mais terriblement « frais » et « jeune ». Romain lui offrait son ingénuité en dépit de son caractère vénal. Il sentait le cœur du jeune battant la chamade. Yves espérait que Romain avait succombé à son charme plus qu'à son argent. Mais il savait aussi qu'en toute bonne foi, le jeune homme serait incapable de dire si c'est l'un ou l'autre qui le faisait chavirer ainsi.

 

Ça n'avait pas d'importance. La magie opérait.

 

Yves caressa les cuisses du jeune homme, remonta sur son ventre ferme, effleura ses pectoraux puissants, fit sauter un bouton de sa chemise découvrant la peau douce et… rasée… du garçon. Il redescendit pour caresser doucement ses hanches alors que Romain le renversait et qu'il se retrouvait sous son corps lourd et brûlant devenu un océan de testostérone en furie.

 

Yves glissa ses mains dans les poches arrière du jean : quel plaisir de sentir des fesses aussi fermes.

 

Ils n'avaient cessé de s'embrasser… Romain semblait insatiable. Durant une ou deux heures, ils ne cessèrent les câlins et les baisers…

 

Yves le repoussa alors doucement et dans un murmure lui souffla : « et si nous profitions de la chambre ? ».

 

Romain le regarda alors avec ce regard si particulier que normalement seuls les hommes amoureux ont… Douceur, désir, sérénité, impatience… Tout à la fois. Ils se levèrent, Yves pris Romain par la main pour le mener à la chambre…

 

Romain le suivit le visage rouge, un sourire béat sur les lèvres…

 

*

*  *

 

Lorsqu'il se leva, Romain sentit sa queue déformer son jean. Il n'avait qu'une envie : se foutre à poil et se jeter sur le lit pour déshabiller Yves et le baiser !

 

Non !!! Pas le baiser…  Lui faire l'Amour

 

Romain avait le sentiment absolu d'avoir trouvé quelque chose qui lui manquait : c'était extraordinaire.

 

Les mecs expérimentés comme ça savent s'y prendre pour faire grimper un gars aux rideaux… Romain ne voyait plus Yves comme son vieux client à satisfaire moyennant finance… Il voyait un homme, dans la force de l'âge, qui pouvait lui procurer des tas de choses : argent, connaissances, sécurité,… tendresse… amour même… Il senti des larmes lui monter aux yeux quand il se rappela enfin ce qu'Yves lui avait dit au restaurant « - Je ne te prends pas pour un con. ». Il éprouva une profonde tendresse pour Yves et une terrible angoisse devant ce qu'il pouvait perdre si cela se passait mal ce soir-là.

 

Arrivés devant le lit immense (il aurait pu dormir en travers et il serait encore resté une sacrée marge) ils s'embrassèrent de nouveau. Romain commença à déboutonner la chemise de son partenaire… Il la fit glisser sur le sol. Il conserva les yeux fermés comme il avait pris l'habitude de le faire pour ne pas être perturbé par la vue d'un corps vieilli et donc peu attirant. Il senti aussi sa propre chemise quitter ses épaules et les mains brûlantes d'Yves caresser son dos en électrisant sa peau comme jamais cela ne lui était arrivé auparavant.

 

C'était… l'inconnu… Déjà ces simples caresses dépassaient en intensité ce qu'il avait connu jusque-là.

 

Ils s'allongèrent enfin sur le couvre-lit…

 

Romain failli éjaculer lorsqu'il senti la main d'Yves venir caresser sa queue au travers du tissus épais.

 

« Putain !!! » Il se concentra pour ne pas jouir ! JAMAIS il n'avait démarré aussi vite ! JAMAIS ! Il n'était pas un puceau ni un précoce et savait se contrôler… Mais nom de Dieu… Ça… C'était… WOW… La main de Yves était magique…

 

Il la sentit palper, caresser, serrer son membre et ses couilles. Il lui sembla redécouvrir son propre corps…

 

Romain, à son tour empoigna les fesses de l'homme et s'aperçut avec surprise qu'elles étaient fermes. Le torse brûlant d'Yves lui procurait des sensations décidément inédites. Il n'avait pas du tout la sensation d'un vieillard en train de le caresser… Il ouvrit les yeux et contempla le corps de l'homme : un homme mûr certes, mais parfaitement entretenu, rasé, les muscles encore saillants même si la peau était moins souple par endroits.

 

Romain ne résista pas et glissa la main dans le pantalon de son amant. Il découvrit un sexe ferme, dur, de taille imposante. Par habitude, il glissa ses doigts jusqu'à la base du pénis s'attendant à trouver un cockring favorisant la bonne forme de son partenaire.

 

Mais il ne trouva rien…

 

« Viagra » se forma dans son esprit… « Ah c'est pour ça l'horaire si précis… »… Il fut touché qu'Yves ait pris ses précautions pour pouvoir bander un minimum au pieu malgré son âge…

 

Et il sourit… S'abandonnant un peu plus…

 

Il senti alors la main d'Yves faisant sauter un à un les boutons de sa braguette. Bientôt, sa queue brûlante et humide se retrouva dans une main qui commença à le branler doucement.

 

« Pas trop vite, je vais pas tenir…, parvint-il à dire dans un halètement. »

 

Sans un mot Yves ralentit le mouvement et embrassa Romain dans le cou. Ce dernier rejeta la tête en arrière en fermant les yeux tant la chaleur des lèvres d'Yves lui procurait des sensations intenses. Chaque baiser reçu lui donnait le même plaisir qu'une éjaculation.

 

Romain imagina un instant la scène, se voyant sur le lit, torse nu, jean entrouvert et Yves au-dessus de lui en train de le caresser…

 

Pendant une fraction de secondes il ne senti plus la présence d'Yves.

 

Soudain…

 

Il failli s'évanouir de bonheur.

 

Une fournaise de plaisir s'abattit sur sa queue.

 

Il avait un pieu… un poteau... une colonne… une tour Eiffel… de plaisir entre les cuisses.

 

Il respirait avec peine tant la sensation était intense…

 

Il ne sentait plus ni bras, ni jambes, ni Yves, ni rien…

 

Vaguement un léger fourmillement quelque part… au loin…

 

Il avala une énorme goulée d'air en ouvrant la bouche en grand et rejetant sa tête loin en arrière…

 

Son corps se tendit tout entier…

 

Il n'y avait plus que LE plaisir…

 

La seule image qui lui vint était un shoot de cocaïne...

 

Mais pas le petit shoot… L'overdose !

 

« Je vais crever tellement j'en prends là ! Ouaaaaaaah !!! »

 

Tout son corps se contracta encore d'avantage… Ça lui fit presque mal…

 

Il sentait vaguement…

 

Comme si cela se passait à des kilomètres de lui…

 

Une langue sur son gland…

 

Des lèvres sur sa bite…

 

Il pouvait sentir ses couilles se remplir de sperme…

 

Il sentait le sang parcourir les veines de sa queue…

 

Il sentait ses boules se dilater…

 

Il sentait son cœur battre et enfler comme s'il ni avait plus assez de place dans sa poitrine…

 

Et il sentait la foudre sortant de la bouche d'Yves provoquer toutes ces sensations…

 

Cela dura des minutes… des heures… des siècles…

 

C'était pas humain !

 

Il s'abandonna complètement…

 

Il lâcha totalement prise…

 

Il parvint à gargouiller…

 

« Attends… Je vais venir… Je peux plus me…  AAAAAAAHHHHHHHHHHHHHHH »

 

Et il jouit.

 

Un flash blanc envahit son cerveau…

 

Sa vision s'emplit d'étincelles multicolores…

 

Il dériva dans un kaléidoscope argenté aux reflets bleutés…

 

Cela dura une éternité…

 

Tout se passa au ralenti…

 

Il sentit sa queue se contracter puis décoller littéralement d'entre ses jambes…

 

Une explosion de plaisir  –aussi puissante que si la planète toute entière avait sauté- pulsa jusque dans la moindre cellule de son corps…

 

Il senti le flot de sperme se ruer dans des «tuyaux » dont il ignorait l'existence jusque-là…

 

Il pouvait l'entendre…

 

Une sensation de délicieuse brûlure doublée de décharges électriques suivait le torrent de sperme…

 

Cela redoubla d'intensité lorsque le jus remonta à la vitesse d'une balle les 19 centimètres de chair dure comme l'acier dont l'extrémité violacée était encore prisonnière de la bouche d'Yves.

 

Il sentit enfin le flot épais, blanc, chaud de son sperme se libérer dans la bouche de son… homme ?

 

Et cela recommença… encore et encore et encore…

 

C'était douloureux tant c'était intense…

 

A chaque jet, il entendait l'impact du liquide dans la gorge de son partenaire…

 

Il empoigna les draps tant sa surprise fut grande…

 

Il avait perdu tout contrôle…

 

Il ignorait ce qui lui arrivait…

 

Il n'avait jamais lâché autant de jets de sperme en une seule fois. Pas moins de10 jets… Il en était certain.

 

Son corps fut pris de spasmes puissants…

 

Chaque spasme était comme un écho du plaisir qu'il venait de ressentir…

 

Lorsque cela fut fini…

 

Il s'effondra dans le lit…

 

Enfin… Il eut l'impression de s'enfoncer de vingt centimètres dans le matelas…

 

Il n'avait plus d'énergie…

 

La sensation d'avoir des jambes, des bras, un corps lui  revint lentement à mesure qu'il sentait les caresses de son partenaire.

 

Il ne songeait plus qu'à Yves… Son sourire… Ses yeux… Ses mains… Son odeur…

 

*

*  *

 

Yves caressait le corps couvert de sueur de Romain. Il goutait avec plaisir la vue de ce jeune homme si parfaitement musclé, jean ouvert, sexe rouge et humide, yeux révulsés, poitrine se soulevant à un rythme saccadé et palpitant en mesure avec un cœur qui était parti dans des pulsations inconnues.

 

Il faisait lentement glisser ses doigts depuis la cuisse du jeune homme, remontant jusqu'à son téton pointant en suivant le creux de ses hanches, passant sur le menton et redescendant de l'autre côté… Encore sous l'emprise du plaisir, les yeux de son amant s'étaient refermés… Yves quant à lui ne gardait du sperme de son invité que la saveur sucrée et puissante. Du sperme de jeune homme, abondant et épais comme il l'aimait… Comme il en voulait…

 

Lorsqu'il lui sembla que le temps nécessaire s'était écoulé il approcha ses lèvres de celles de Romain… Celui-ci l'accueilli avec plaisir, il mit même sa main sur la nuque d'Yves… Il gémissait tout en l'embrassant… Il finit par l'enlacer, plaquant son torse d'adolescent contre celui de son aîné.

 

 

*

*  *

 

En ouvrant les yeux, Romain posa un regard plein de tendresse sur Yves.

 

Il ne le voyait plus comme un homme âgé ou même mûr, mais juste un homme… Il lui semblait le voir comme s'il n'avait qu'une trentaine d'années… Oubliées ses rides, ses pattes d'oie, ses lèvres un peu fripées… Tous ces défauts étaient gommés, disparus : il voyait un putain de beau mec de trente ans qui venait de lui tailler la pipe du siècle.

 

Sans hésiter plus longtemps, Romain renversa Yves sur le dos, il ouvrit son pantalon, l'enleva ainsi que le boxer. Il plongea avidement sur sa queue.

 

Il commença à le sucer avec violence, avidité, comme s'il voulait absolument le faire jouir dans l'instant. Comme si sa vie en dépendait.

 

Une main tendre et ferme se posa sur son épaule, pour le calmer… Et de fait, Romain ralenti le rythme. Il prit plaisir à sentir le sexe de son partenaire emplir sa bouche… Il le fit coulisser de ses lèvres jusqu'au fond de sa gorge et plus loin encore.

 

Il entendit les doux soupirs qu'Yves émettait alors que sa langue caressait le gland. Cela l'encouragea et il suça encore et encore, ajoutant ses caresses expertes sur le ventre, le périnée, les cuisses, jusqu'à ce qu'il entende Yves le prévenir…

 

Mais il ne se retira pas : il voulait accorder à Yves la même faveur que celle qu'il avait reçue. Il savait confusément qu'il ne lui avait pas procuré la même intensité de plaisir, même s'il se savait très bon suceur, mais ça au moins il pouvait le faire : faire confiance.

 

Et lorsque le sperme jailli, Romain le conserva dans sa bouche… Il n'avait jamais pensé que le sperme pouvait être aussi chaud… Il n'en avait jamais gouté de sa vie… Lorsqu'il l'avala il eut l'impression que c'était un verre de vodka chaude… C'était brûlant et il sentait le liquide descendre dans sa gorge jusqu'à se perdre dans son… estomac ?

 

C'était vachement bon. Il se lécha les lèvres pour ne rien perdre.

 

Ils s'enlacèrent alors… Romain toujours avec son jean sur les cuisses… Ils s'embrassèrent à nouveau pendant de longues minutes…  

 

Romain se cala alors contre Yves… Posa sa tête sur son épaule alors que ce dernier lui caressait la nuque d'une main et le ventre de l'autre…

 

Romain chuchota alors…

« Je n'ai jamais rien eu de si bon avant toi tu sais… 

Je suis heureux si cela t'a plu…

J'avais… jamais… Tu sais…

Pris de risque ?

Oui… Et Romain rougit comme une pivoine…

Merci à toi alors…

De rien… Je… J'avais envie… Vraiment…  De te faire plaisir…

C'est réussi alors… Vraiment… Merci…

Je voudrais… Mais Romain ne sut comment finir sa phrase.

Oui ? Que voudrais-tu ?

J'ai jamais été passif… Dit-il tout bas… à peine audible…

Veux-tu essayer ?

Oui… S'il te plait… »

 

Yves enlaça tendrement Romain avec un sourire de satisfaction.

 

*

*  *

 

Prendre un jeune homme pour la première fois est toujours délicat. Trop d'empressement, il aura mal et ne voudra plus rien faire… Trop lent… Il s'impatientera voire pire… Il s'ennuiera.

 

Yves mit donc Romain sur le ventre… Il le massa tendrement des épaules aux fesses pour le détendre. Le massage commença avec les mains puis les doigts puis le bout des doigts et se finit avec la langue.

 

Avec elle, il alterna caresses et baisers sur les fesses fermes et douces de Romain… A chaque fois qu'il faisait mine de se rapprocher du sillon redoutable, il entendait Romain prendre une respiration paniquée et il sentait les fesses se contracter.

 

C'est alors qu'il était sur le périnée qu'il écarta légèrement les fesses et remonta sa langue jusqu'à l'anus vierge.

Durant plusieurs minutes il opéra un massage en règle alternant cercles et semi-pénétrations. Lorsqu'il jugea que Romain était enfin prêt et qu'il ne se contractait plus systématiquement, il glissa un premier doigt et rapidement un second pour habituer Romain à cette présence incongrue dans son intimité.

 

Là encore il accompagna sa préparation de nombreux baisers…

 

Romain, toujours sur le ventre était entièrement détendu… Il ne réagissait même plus aux allées venues des doigts.

 

Il accueillit avec bonheur le sexe d'Yves lorsqu'il l'enfonça avec lenteur en lui.

 

Lorsqu'il fut enfin pleinement pénétré, Romain tourna légèrement la tête vers celui qu'il commençait à aimer et l'embrassa.

 

« Merci, dit-il… »

 

Et Yves commença à lui faire l'amour… Avec tendresse, il alterna la vitesse, la force, la douceur et la lenteur. Ils changèrent de positions de nombreuses fois… Et c'est lorsqu'ils furent face à face… au bout d'une heure à peu près… que Romain demanda à Yves de prendre son plaisir…

 

Et ce dernier jouit en Romain.

 

Yves prit un plaisir immense…

 

*

*  *

 

Romain senti la même sensation de douce chaleur, moins intense peut-être, l'envahir au plus profond de lui. Il fut hyper heureux de voir le kiffe sur le visage de « son » homme. Il lui sembla qu'il avait encore rajeuni… Que c'était un tout jeune homme, viril et bandant qui lui avait ainsi dépucelé.

 

Romain était heureux s'être donné à Yves. Il se foutait éperdument de l'argent désormais… Il décida de refuser l'enveloppe qui l'attendait à son départ. Il s'en voulut même de songer à ça en cet instant si merveilleux.

 

Il goutait les sensations de son anus dilaté, la chaleur du foutre de son mec en lui…

 

Des larmes lui montèrent aux yeux… Larmes de bonheur car il se sentait « complet ».

 

« Je crois que je t'aime…, tenta-t-il de dire d'une voix qui s'étrangla dans sa gorge sous le coup de l'émotion… »

 

Il essaya de se redresser légèrement mais ne voyait plus que les cheveux d'Yves alors que ce dernier plongeait sa bouche vers son bas-ventre…

 

Il senti alors la même violente fournaise de plaisir que lorsqu'Yves l'avait sucé un peu plus tôt.

 

Cette fois, il fut presque paniqué… Il voulut lui demander d'arrêter mais il n'y arriva pas… Il s'abandonna totalement au plaisir cette fois. Il ferma les yeux et se laissa aller…

 

Il dériva de nouveau dans un océan de plaisir et de sensations extraordinaires… Bastien était relégué au rang de roquet se frottant sur la jambe de sa maîtresse…

 

Cela dura plusieurs minutes… Il sentait la sueur perler sur son corps… Il sentait son cœur battre plus vite, plus fort… Il se sentait plus vivant que jamais ! Il se sentait devenir un homme… Un vrai… Un homme mûr !

 

Lorsqu'il éjacula… Il eut l'impression de faire une crise cardiaque… Une violente douleur lui transperça la poitrine… Douleur perdue quelque part au milieu de son shoot de pur plaisir… Il la nota comme un détail sans importance…

 

Il senti le premier, le deuxième puis le troisième jet de sperme exploser… Encore une fois il sentit la bouche d'Yves accueillir sa semence. Il perdit le compte des suivants…

 

Encore cette sensation de s'enfoncer dans le matelas…

 

Il gouta le retour de la douceur des draps sur sa peau…

 

Et sombra dans le sommeil.

 

*

*  *

 

Voyant son partenaire assoupi, Yves se leva.

 

Il se dirigea vers la salle de bain et se contempla dans le miroir.

 

Il sourit, satisfait, heureux, et pris une douche. Il se lava longuement.

 

Il dénoua ses muscles un à un. Il caressa sa peau et la nettoya avec précaution.

 

Il retourna dans la chambre.

 

Il ramassa le slip de Romain.

 

Il considéra un instant le tissu doux, bariolé, sexy et il l'enfila.

 

Il fit de même pour son jean, sa chemise, ses chaussettes et enfin ses chaussures.

 

Comme il l'avait prévu, tout était à sa taille.

 

Dans ses propres vêtements, Yves préleva ses affaires personnelles qui rejoignirent celles de Romain dans le blazer noir qu'il retrouva dans le salon.

 

Il avait une faim de loup. Ça lui faisait toujours cela.

 

Il se dirigea vers le salon.

 

Il s'assit à la table du room-service, prit une pâtisserie et but une pleine bouteille de champagne dont il redécouvrit les subtils accords.

 

Ensuite il jeta un dernier regard sur le lit… sur Romain.

 

Il déposa un baiser sur son front, lui caressa tendrement la joue en versant une larme puis quitta la suite sans un bruit.

 

*

*  *

 

Lorsque Romain s'éveilla, il se sentit très mal.

 

Il se sentait fatigué… Non épuisé, vidé. Il avait mal un peu partout mais surtout à la tête.

 

Lui revinrent les merveilleuses sensations que lui avait procurées Yves.

 

Il sourit.

 

Il regarda autour de lui mais tout était flou.

 

Il se dit qu'il avait encore pris une coupe de champagne de trop.

 

Dans une semi torpeur, il essaya de voir si Yves était encore là, mais il ne trouva personne.

 

Il décida de prendre une douche pour se réveiller.

 

Il se leva avec peine, toutes ses articulations semblaient rouillées et étaient douloureuses...

 

Arrivé dans la salle de bain, il pénétra dans la cabine de marbre blanc.

 

Les premiers jets d'eau glacée eurent l'effet attendu : un shoot d'adrénaline qui le réveilla complètement.

 

Il avait toujours du mal à voir net mais au moins…

 

Putain…

 

Mais c'est quoi cette merde ???

 

Il commença à se frotter la main violement… Comme les taches ne partaient pas il devint presque hystérique et lorsque du sang commença  perler, il arrêta, sorti en trombe et se précipita sur le lavabo.

 

Pendant une fraction de seconde il crût qu'il y avait une fenêtre embuée au-dessus du lavabo au lieu d'un miroir.

 

Puis un bloc de glace lui remplit la poitrine.

 

Le vieillard face à lui derrière la vitre…

 

C'était lui… Romain… Dans le miroir… Il se reconnut à peine…

 

Ses cheveux étaient désormais clairsemés, sa peau fripée et tachée, ses muscles ramollis…

 

Il avait vieilli d'un coup… Il comprit alors que…

 

Le bloc de glace dans sa poitrine devint pure douleur… Blanche…

 

Il s'effondra sur le carrelage…

 

Dans un dernier souffle il songea à son amour…

 

Yves…

 

Et mourut.

 

*

*  *

 

Assis au bar, Yves prit son smartphone et se connecta sur l'application de rencontre via une connexion cryptée.

 

Il rentra les codes d'administration et supprima l'ensemble des données concernant Rom_96.

 

On ne trouverait plus une seule trace de ce profil nulle part. Jamais.

 

Il sourit en repensant au jour où l'idée lui était venue de créer cette application de rencontre.

 

Il finit en se prenant en photo, un selfy qui irait rejoindre la collection sur son piano.

 

*

*  *

 

Un peu plus tard au même endroit, un jeune minet prénommé Yannick fit la connaissance d'un superbe mec de vingt ans, habillé d'un jean brut près du corps, d'une chemise blanche et d'un blazer noir prénommé… Yves.



FIN


[Pour finir ce chapitre... Je tiens à remercier celui qui m'a conseillé de développer l'histoire qui initialement tenait en un seul chapitre. Il se reconnaitra. Tu as eu raison de me pousser ;-) ]


[ Merci pour vos mails qui me sont toujours très précieux. Je réponds toujours.]

Yopi

yop_ex@outlook.fr

Suite de l'histoire

Autres histoires de l'auteur : Sen et Kaze - Rapt - Un hasard - Tennis ? Plus Jamais ! - Tournoi en chambre - Pipe en jean… - Ma deuxième année de Fac - Au boulot - Le pinceau du peintre - Soirée étape - Ma première histoire - Et in inferno ego - Le dépôt - Mon petit beur - Première année de Fac

Chauds les Minets

Dernière mise à jour publique

+ 13 Nouveaux épisodes

Pervers Frank
1ère expérience Scal
La racaille des Buttes Chaumont Stéphane
Mon ami l’escort Pititgayy
Le prof amoureux de son élève Jerem72
2 cuisinistes Louisallenk
Le mec à lunettes Vap
L’anniversaire Vap
Ne pas savoir qui je suce Axel56
Vive les Ultras AD
Ma 1ere fois a la piscine Lucas
Le dépuceleur de Venise Matt
Les photos Frank

+ 12 Suites

Hommes de Loi -06 JulienW
Hommes de Loi -07 JulienW
Hommes de Loi -08 JulienW
Le patient -03 d.kine.75
Jeune, riche et gâté -03 Matt
Tournante de Nuit -02 Mimi83
Un élève difficile -02 Dany92
Chambres à louer -07 Jeanmarc
Triangle à géométrie variable -04 Yan
Le bâtard de mon mec -02 Batardsoumis
Soumission & Domination -504 Jardinier
Le maçon de l’Est -02 Rafaël

PUBLIE TON HISTOIRE

Septembre 2018

Nouveau

La chose de mon maitre Nadegetv
le bâtard de mon mec Batardsoumis
Mon voisin, ce Daddy imposant G.Gamo
Un amour de soumis Elfe
Une mère cool et un beau-père rabatteur Nico76500
Quand mon amant me travestit Nico76500
Le fils de Saïd Nico76500
Colocation Emerick
Meilleurs potes d.kine.75
Mon voisin Nico76500
Le petit paysan Nico76500
Rencontre avec Henri Chopassif
Abda Fabien51
Chaudes vacances Petit cul 57
La virée à vélo Calinou
Posé sur le banc imbot4top
Aire d’autoroute Axel
Goûte la chéri... Sexaddict49
L’allumeur allumé Dylan33700
Exhib Lycrahot
Mounir Fabien51
Le maçon de l’Est Rafael
Première fois Papadontpreach
Homme de pouvoir J-Baptiste
Bite brune Seithan
Tombé dans la Seine julesdu78
Mon âme au diable Pititgayy
Au fond on ne change pas Pititgayy
VTT, baignade et sexe Tom
Job d'été Vap
Le craquant surveillant Étalon
Une bonne fessée Fabricepurges
Jeune, riche et gâté Matt
Sous le pont d’Avignon Rafael
Torremolinos rom.3004
Une rencontre Charly Chast
Voyage en Espagne  Mister Anoniman
Un bon plan avec une trans ! Badboy2424
Rugby en vacances Tom
Dans le noir Vincent
Initiation estivale Vincent
Mon pote, l'intello Étalon
Le frère de mon meilleur ami Jeunesoumis
First Glory Hole kiko
Balade nocturne Nico
Hommes de Loi JulienW

La suite...

Mon rêve américain -07 Maxou
Mon rêve américain -08 Maxou
Mon rêve américain -09 Maxou
Mon rêve américain -10 Maxou
Ma gorge défoncée -02 Mâlelope
Improbable rencontre - 02 Cyril-IR
Improbable rencontre - 03 Cyril-IR
Mon bûcheron à moi -03 Renaud444
Soumission & Domination -503 Jardinier
Mon mec se fait baiser -02 Lopedu-13
Mon coéquipier hétéro -03 Étalon
Mon univers rocambolesque -02 Grandhomme44
Humiliation et sadisme -02 Orly
Humiliation et sadisme -03 Orly
Jeune, riche et gâté -02 Matt
Mon rêve américain -07 Maxou
Lobotomisé par les rebeux -02 Flo_rent
Mounir -02 Fabien51
Hommes de Loi -04 JulienW
Hommes de Loi -05 JulienW
Voyage Initiatique -06 Ninemark
Le moniteur moto -05 Sketfan
Hommes de Loi -02 JulienW
Hommes de Loi -03 JulienW
Le collectionneur -05 Frank
La revanche -02 Jh30du11
Le collectionneur -04 Frank
J'étais bourré -03 LePoulpe
Mon ami Julien -02 Jerem72
Julien en famille -11 Marco
Le collectionneur -03 Frank
Le mec idéal -30 Pititgayy
Triangle à géométrie variable -03 Yan
Le mec idéal -29 Pititgayy
Le patient -02 d.kine.75
Julien en famille -10 Marco10e

PUBLIE TON HISTOIRE

RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

 

Cyrillo nu a Mykonos
Cyrillo Mykonos

Cyrillo Cuir Leather
Cyrillo Leather

Cyrillo Cuir Leather
Cyrillo Home

&+
Twitter

 
 

Chercher :

CYRILLO CHEZ LES GRECS CYRILLO CHEZ LES GRECS
CYRILLO CHEZ LES GRECS
CYRILLO CHEZ LES GRECS

 

 

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Tout sur Cyrillo - Contact - Twitter - Tumblr

Cyrillo Photo

Best of Cyrillo - Cyrillo Cuir - Cyrillo chez les grecs

Dial Chat

Chat & Dial gay (rencontre)

Expositions

Sommaire des expositions - Verner Degray - Barbizart

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - Histoires 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Liens

Liens vers d'autres sites gay - IDM SAUNA - L'IMPACT BAR - EL HOMBRE

Photos

Modèle - Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Vidéo

Vidéo gay

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)