20 Juill.
Nouvelles histoires, nouvelle galerie "Black cock rule" & plan de vacances

VIP
"Accès Avant-Première" des histoires juste avec un don, ou en écrivant une histoire

Don anonyme, en paypal ou CB

PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

1er Épisode - Épisode précédent

Soumission & Domination 407

Jalil, et sa mère

3 semaines après le passage de son père, je reçois en même temps que lui une « convocation » de sa mère au Plaza Athénée où elle a posé ses valises.
Jalil vient me voir et s'excuse de la manière cavalière avec laquelle sa mère me traite. Issue d'une riche famille Libanaise, elle est habituée à ce que tout le monde se plie à ses désirs. Il est lui-même étonné qu'elle se soit déplacée pour le voir, lui son dernier fils qui est la honte de la famille. Je l'attrape, le serre dans mes bras et lui dis de se taire. Pour nous tous, au blockhaus, il est notre amour d'oriental.
Cela m'étonne vu comme le père avait parlé de l'envie de sa femme de voir son dernier fils.
Nous allons à Paris en moto. J'ai bien hésité à prendre ma SLS mais je veux secouer le cocotier. Comme nous sommes invité pour l'après midi, je retiens une suite pour la nuit dans le même hôtel. Elle verra ainsi que sa progéniture n'est pas tombée aussi bas qu'elle doit le penser ! Pour l'aspect pratique j'envoie Samir déposer deux valises de vêtements avant notre arrivée.
Jalil est content, c'est son premier grand voyage en moto. Je pioche dans les affaires de moto des plus jeunes pour l'équiper. En cuir noir, de la tête au pied, il est encore plus canon et désirable, je ne tiendrais sûrement pas jusqu'à Paris !!
Bien que ce ne soit pas le plus confortable, je choisi le ZX10R qu'ils m'ont tous offert au nouvel an pour nous porter. Après une explication des positions à adopter en tant que passager d'une sportive, je le teste sur les premiers 10Km après avoir quitté la maison. Conclusion : il me colle au dos comme une sangsue et ses mains restent bien accrochées à mon paquet. Le trajet est effectivement coupé d'un épisode sexe.
Sur une aire de repos, le petit bois attenant nous offre l'isolement indispensable. Je l'encule à la hussarde, le cuir baissé sous ses fesses, plié en travers de la selle, nos casques plantés sur les rétroviseurs, je fais un sort à sa rondelle. Il est chaud le gamin !! Accroché au réservoir il me dit d'y aller franchement et les « Fuck me »  alterne avec les « vas-y défonce moi ». C'est sans nous préoccuper de rien que je lui jute dans le boyau. Quand je décule, je m'aperçois que nous avions deux mateurs qui se sauvent dès que je les regarde.
Arrivés sur Paris, c'est limite si nous ne nous faisons pas jeter alors que, à l'entrée de l'hôtel, je mets la moto sur sa béquille. Je laisse le voiturier vérifier qu'il y a bien une réservation à mon nom. Quand il revient vers nous c'est rouge de confusion qu'il m'indique l'entrée de leur parking. J'y vais seul, laissant Jalil entrer et m'attendre dans le hall.
Quand je le rejoins, il me dit que, casque intégral à la main, il a été regardé noir par certains clients. Je dédramatise en lui disant que c'était raccord avec son cuir. Les regards sont tout autres quand le concierge me tend la clef de notre suite. Quelle bande de culs serrés !!
Il me passe aussi le message comme quoi madame mère nous attend toutes affaires cessantes. Nous montons donc à sa suite sans nous changer.
Nous avons le plaisir (car je pense bien que Jalil aussi) de voir sa mère choquée par notre accoutrement. Je la vois se retenir, sûrement à cause de ma présence, de crier sur son fils.
Alors que nous nous saluons, que je décline mon identité d'adoption et lui indique que j'ai retenu une suite dans ce même hôtel où nous pourrons nous changer dès qu'elle nous en aura donné la possibilité, elle se radoucit aussitôt.
Elle nous donne congé avec instruction de la retrouver dès que nous nous seront rafraîchis et vêtus normalement.

Passage dans notre suite. Nos bagages ont été ouverts et notre linge rangé. Les trousses de toilettes sont restées fermées (enfin surement ouvertes et refermées) ce qui est appréciable vu le contenu complémentaire aux brosses à dents et mousses à raser (gel, kpotes, godes et cockrings).
Douches, séchages réciproques, déo et parfum avant de nous vêtir « normal ». Nous arborons chacun un balzer pour rehausser nos jeans. Personnellement je remplace le saphir de mon oreille par le magnifique diamant qu'Emma m'avait offert dans les premiers temps de notre relation. Jalil qui le voit pour la première fois trouve ça « trop fun » et me dit qu'il veut faire pareil dès qu'on retourne chez nous.
Je ne retiens de sa phrase que le « chez nous » qui me fait trop plaisir. Ça lui vaut un patin qui nous laisse le souffle un peu court.
Je redresse le col de sa chemise blanche et nous descendons d'un étage rejoindre sa génitrice.
Ce coup-ci, même si les jeans savamment destroyés détournent son regard, nous avons droit à un sourire. Je me contiens pour Jalil sinon je lui aurais déjà volé dans les plumes à cette « dinde », je n'ai jamais eu peur de personne et ça ne va pas commencer avec elle.
Elle consent enfin à prendre Jalil dans les bras. Finalement je préfère le père !! J'avais cru comprendre qu'elle s'inquiétait du sort de son fils mais peut être avais-je eu tort.
Elle donne à Jalil des nouvelles de ses frères et sœurs (dont il se fout royalement vu leurs comportements ignobles à son retour de Syrie) avant de nous inviter à la suivre place Vendôme. Quelques minutes de taxi et nous voilà devant « mon » bijoutier.
J'entre en premier (politesse française) ce qui provoque une confusion de qui venait pourquoi. Madame mère comprend que non seulement j'ai les moyens de payer une suite à plusieurs milliers d'euros la nuit mais aussi que le caillou à mon oreille n'est probablement pas un Zircon !!
Ce n'est donc pas mon vendeur attitré qui s'occupe de nous à son grand déplaisir ! 
Mais le directeur qui nous reçoit. Là, Jalil et moi entendons la raison de notre convocation.
Les parents de Jalil avaient décidé (surtout son père) que les bijoux de la famille lui revenaient en totalité.
Les écrins disposés sur une table sont alors ouverts et nous voyons des colliers, des bracelets et des boucles d'oreilles. Le travail est ancien et le directeur explique qu'ils sont en garde chez eux depuis déjà deux générations. Il nous dit que ce sont des bijoux d'hommes de l'époque ottomane (17-19ème siècle), Madame de nous confirmer que les aïeux de Jalil avaient des hautes fonctions auprès du sultan, d'où tout cela.  
Elle prend un écrin contenant deux boucles d'oreilles composées de 3 rubis birmans de tailles croissantes séparée par des diamants le tout percés dans leurs centres par une attache en or. Elle me le tend et me dit que c'est la reconnaissance de son mari pour tout ce que je fais pour Jalil. Par réflexe j'allais refuser quand je me suis souvenu des dernières phrases de son mari lors de notre entrevue. J'accepte donc avec le degré d'effusions nécessaire. Jalil se retient d'éclater de rire à voir mon numéro. Sa mère qui ne me connait pas trouve ma réaction comme il faut.
Le directeur dit à Jalil qu'à partir de maintenant il se fera une joie de conserver ses bien dans leur chambre forte et qu'il est à sa disposition pour tout ce qu'il voudra en faire. Il ajoute que certaines parures ont été déjà plusieurs fois modifiées en fonction des modes et que sa maison est tout à fait capable de faire toutes les transformations qu'il désirera.
Nous sortons de sa boutique avec un nouveau rendez-vous le lendemain matin à la demande de Jalil.
Retour à l'hôtel où madame mère nous fait part de son invitation à diner dans un des restaurant étoilés de Paris où Henri à l'habitude de nous emmener quand je suis de passage. 
Jalil me confie ce qu'il veut faire. Il sait que ses amis désirent suivre mon exemple en portant à l'oreille une pierre précieuse. Maintenant il en a tout un stock et demain il veut choisir celles qu'ils arboreront à leurs oreilles.
On enfile nos costumes et attendons sa mère dans le hall. Je pense que nos pantalons sont un poil trop ajustés car en ¼ d'heure ce n'est pas moins de 4 « approches » que nous devons décliner !! Faut dire que nous sommes les seuls de moins de 45 ans dans ce hall, ils nous prennent pour des « putes » c'est sûr !
Nouveau petit plaisir quand, au restaurant, le serveur qui nous prend en charge se permet de me demander comment je vais depuis mon dernier passage chez eux. Malgré cela la mère ne se décoince pas pour autant. Tant pis pour elle mais surtout pour Jalil. Je comprends mieux qu'il n'ait pu rester chez lui si sa fratrie est du même tonneau que sa mère !
Diner compassé. De retour à l'hôtel je téléphone à Marian et lui dit de rappliquer mais pas en jogging ! Puis je préviens l'accueil.
Il est tout content de trouver Jalil à mes côtés. Grandes embrassades entre eux (enfin gros roulage de pelle quoi !). Je les pousse dans une des deux chambres de la suite et part dans l'autre.
J'appelle le blockhaus et prends des nouvelles de tous. PH me demande si je m'amuse bien et en trois coups de crayon, je lui brosse le tableau. Ludovic à ses côtés est mort de rire à la description que je fais de la génitrice de Jalil.
Sans parler du reste, je les informe que je viens de recevoir des boucles d'oreille de ouf ce qui les fait rire à nouveau.
Quand je raccroche, j'entends les voix basses de mes deux loustiques qui se demandent l'un l'autre qui poussera la porte en premier. Je me lève et sans bruits sur l'épaisse moquette, ouvre grand la porte devant laquelle ils hésitaient, c'est toi, non c'est toi !
Nus comme des vers mais bandants comme des étalons, ils me sautent dessus et me violent !
J'aurais pu porter plainte si cela n'avait été si bon !! Entre leurs bouches dont mon gland n'en voit pas les fonds, leurs rondelles toniques et leurs 22x6 et 19x7, j'ai oscillé entre plaisir et plaisir et encore plaisir. Ils ont développé cet été une complicité qui affole mes sens. Finalement ils resteront dormir dans mon lit. C'est le service d'étage qui nous réveille le lendemain matin (petit déjeuner programmé la veille). Ouvrant un œil je vois le garçon pousser la servante du petit déjeuner et disposer les assiettes. Il jette un œil à notre chambre ce que les doubles portes grandes ouvertes lui permettent. Professionnel, il me fait un grand sourire, me souhaite le bonjour et me demande si nous avions bien dormis.
Marian qui émerge et n'entend que les derniers mots et pas qui les a prononcés, réponds que nous avions surtout baisés comme des bêtes. Puis il se rend compte de et à qui il a dit cela et se réveille complètement. Il se lève emportant avec lui le drap qui nous couvrait tous, nous laissant nus, Jalil et moi.
Matage de la part de l'employé qui ajoute avec un clin d'œil que nous avions effectivement de quoi nous amuser.
Comme il prend cela bien, je me lève, enfile un shorty Addicted et le rejoint dans le salon. Il me sert un thé d'une main ferme malgré le développement qui dérange la symétrie de son pantalon. Je suis rejoint pas mes deux gamins dans le plus simple appareil, leurs queues bien dressées contres leurs abdos.
Là, je vois enfin apparaitre une légère rougeur sur le visage de notre garçon d'étage. Je lui retire la théière des mains et lui dis d'aller s'amuser à côté. Il veut résister mais mes deux obsédés ont vite fait de le mettre à poil et d'enfiler sa belle bite au fond de leurs gorges. Sa résistance déjà bien entamée abdique et j'assiste à un véritable film porno, du Helix studio en direct live ! Jalil sort les kpotes et chacun d'y aller dans le cul des autres. Il termine double sodomisé par mes garnements pour leur plaisir à tous les trois.
Le temps qu'il se douche et se rajuste, nous terminons notre petit déjeuner et quand il sort de notre suite, je glisse dans sa poche un pourboire substantiel en lui précisant que c'est pour lui uniquement.
Marian nous quitte pour aller à ses cours
Dans le couloir, je croise la responsable de l'étage auprès de laquelle je m'excuse d'avoir monopolisé son homme pendant notre petit déjeuner. J'ajoute, en froissant les cheveux de Jalil, qu'avec les jeunes qui ne savent pas ce qu'ils veulent…   
Nous filons place Vendôme. Le directeur nous attendait. Il a ressorti tous les bijoux de Jali et entend ce que ce dernier veut faire. Il l'oriente alors vers un lot de pierres desserties dont les tailles seront plus adaptées à leurs devenirs.
Jalil explique qu'il veut le plus pur diamant pour Enguerrand, une émeraude pour aller avec les yeux verts de Nathan et un rubis pour Max c'est ce qui ira le mieux avec ses yeux doré.
Nous passons les deux heures suivantes à choisir les trois pierres. Aidés de nos souvenirs nous trouvons la bonne émeraude. Pour le rubis, le plus rouge sang fait l'affaire et quant au diamant c'est l'œil du professionnel qui le sélectionne. Soudain Jalil tombe sur une pierre noire et quand le directeur lui dit que c'est un diamant noir,  l'affaire est entendue. Il lui demande de mettre les 4 pierres à la même taille et de les sertir en boucles d'oreille classiques pour que la pierre colle le lobe.
Quand nous en avons enfin terminé, je demande au directeur de nous appeler mon vendeur attitré car j'avais moi aussi une commande spéciale. Avant qu'il ne nous emmène dans le salon où je suis reçu habituellement et alors que nous attendons ce dernier, Jalil lui précise qu'il me donne (à moi Sasha) tous les droits concernant sa collection. S'il est étonné, le directeur n'en laisse rien paraitre et l'assure qu'il en sera fait comme il le désire et à la question de Jalil qui lui demande s'il doit signer quelque chose, il s'entend répondre que sa parole suffit.
Quand mon vendeur arrive, il tique de me voir accompagné. Je le laisse dans l'expectative et lui fais part de mes désirs.  Je veux 4 cockrings en or blanc, de section ovale grand diamètre 1cm et petit 5mm. Je veux aussi une gravure «Enguerrand, Max, Nathan et Jalil : mes petits frères adorés » je sais c'est niais mais j'ai envie et puis elle sera gravée en face interne. 
Il me demande les diamètres d'ouverture. Je lui cite de mémoire ceux pour Enguerrand, Max et Nathan. Et pour Jalil, je lui dis de prendre les mesures lui-même.
Il comprend tout de suite et s'agenouille devant mon cadet. Jalil s'étonne quand même, bien qu'avec moi il se soit habitué à l'inhabituel. En 30 secondes il se retrouve « kpoté » par la bouche et la gorge avide de mon vendeur. Ce dernier s'étrangle avec le développement des 22 x 6 ! Je le traite de petit joueur et sa fierté le motive à prendre mon jeune ami tout entier.
Il ne perd pas le but et mesure le diamètre du sexe qui l'étouffe couilles comprises, verdict : 63mm
 Cela fait j'avise Jalil qu'on n'a pas toute la journée. Il comprend le message redresse mon vendeur qui dessert sa ceinture et tombe le pantalon. Je lui tends une kpote et il l'enfile direct. Mon vendeur s'étale sur le bureau et accroché au plateau, il assume l'assaut cavalier de Jalil. Pendant l'action, je commente pour l'intéressé qui n'écoute que sa rondelle !!
En tout, Jalil l'aura sodomisé une bonne demi-heure avant de l'achever en levrette sur la moquette du bureau, chacun de ses coups de rein faisant bondir mon vendeur de 50cm !
Il décule dans un « plop » très « champagne ». Ce qui fait jouir mon vendeur.
Les protagonistes se réajustent et mon vendeur me remercie de lui avoir amené mon ami.
Avant de le quitter je lui demande d'accueillir Jalil comme moi-même s'il avait à venir seul. Sa réponse fuse du fond du cœur «  pour son plaisir ».

Jardinier

sasha72@hotmail.fr

Suite de l'histoire

Autres histoires de l'auteur ( Top auteur ) : Vacances - Soumission - Moto - Dépucelage anal - inceste - Soumission domination

Dernière mise à jour publique (20/7)

Je suis spermivore Jaimeavaler
Mon meilleur ami m’a dépucelé  rom.3004
J'ai fait mieux qu'elle Youg2004
Etalon brésilien Bearwan
Chaude rando -01 Carolito

Nouvel épisode

Domination par Stéphane -63 Pattlg
Domination par Stéphane -64 Pattlg
Domination par Stéphane -65 Pattlg
Chaude rando -02 Carolito
Chaude rando -03 Carolito
Chaude rando –04 Carolito
Chaude rando –05 Carolito
Chaude rando –06 Carolito
Chaude rando –07 Carolito
Chaude rando –08 Carolito
Le petit short blanc -04 Frank
Un oncle parfait - 03 Will23mtl
Adam -02 Ethan De Rouge
Voyage Initiatique -03 Ninemark
Soumission & Domination -496/2 Jardinier

Dernière mise à jour publique (17/7)

Il sera à moi Blibijoux
Thibault Thibault18
Mon Maître Yan
CQFD James
Yan mon Bâtard Stephdub
Mon premier métis Stephdub
Ma première fois Le paon d'Héra
Un oncle parfait Will23mtl
Offerte par un dominateur Nadegetv
Fantasme sur mon camarade judoka AC Wells
Malik, droit dans les buts ! DC

Nouvel épisode

Un oncle parfait - 02 Will23mtl
Ancien pote, nouvelle chienne -05 Bearwan
Chambres à louer -03 JeanMarc
Chambres à louer -04 JeanMarc
Putain de Machine ! -02 James
Le petit short blanc -02 Frank
Le petit short blanc -03 Frank
Les Chronique de Max -06 Max
Les Chronique de Max -07 Max
Julien en famille -07 Marco10e
Julien en famille -08 Marco10e

Juillet 2018

Queue de black en solde Mathias
Week-end chaud Sylou69
Plan chaud à quatre Chopassif
Le petit short blanc Frank
Le mec de mon enemi kyyrx
Putain de Machine James
Sortie vélo  Master23
Première fois avec Alex Marc
Adam Ethan De Rouge
Le moniteur moto -01 -02 Sketfan
Sex shop Lille antoine59
Première expérience avec un mec grâce à Grindr Jimmy
Mon kiné TTBM Kin44
Putain de cours de tennis J-Baptiste
Cuckold Top Frat. Cyrillo
Un après-midi de photo Coco911
Voyage Initiatique -01 Ninemark
Voyage Initiatique -02 Ninemark
Picnique mémorable à la plage James
Liège, ces toilettes et ses histoires Loikksoo
Soumise, offerte à deux hommes Nadegetv
Récréation Frank
Plan odeur avec M Mystérieux Passif & Soumis
Soumission & Domination -496 (L'épisode manquant) Jardinier
La venue du jardinier -02 Eric
Mon bâtard -06 Teub23
La grosse bite de mon beauf -06 Ghost writer
Le chalet -24 Yan
Le vendeur kiffeur -08 Sketfan
Le vendeur kiffeur -09 Sketfan
Le vendeur kiffeur -10 Sketfan
Le mec idéal -24 Pititgayy
Le mec idéal -25 Pititgayy
Franck beau frère routier -05 Helium89
Dans les geoles d'Armid -02 Iwan
Mon fantasme -02 Lord-sauron
Professeur Ligoteur -04 Boundkey
Les frères Mateozzi et moi -02 Bearwan
Ancien pote, nouvelle chienne -04 Bearwan
Julien en famille -05 Marco10e
Julien en famille -06 Marco10e
Soumission & Domination -500 Jardinier
Soumission à Marseille -02 Passif & Soumis
Vendredi soir aux Tuileries Stéphane Juin
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

 

Cyrillo nu a Mykonos
Cyrillo Mykonos

Cyrillo Cuir Leather
Cyrillo Leather

Cyrillo Cuir Leather
Cyrillo Home

&+
Twitter

 
 

Chercher :

CYRILLO CHEZ LES GRECS CYRILLO CHEZ LES GRECS
CYRILLO CHEZ LES GRECS
CYRILLO CHEZ LES GRECS

 

 

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Tout sur Cyrillo - Contact - Twitter - Tumblr - Intagram

Cyrillo Photo

Best of Cyrillo - Cyrillo Cuir - Cyrillo chez les grecs

Dial Chat

Chat & Dial gay (rencontre)

Expositions

Sommaire des expositions - Verner Degray - Barbizart

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - Histoires 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Liens

Liens vers d'autres sites gay - IDM SAUNA - L'IMPACT BAR - EL HOMBRE

Photos

Modèle - Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Vidéo

Vidéo gay

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)