Mai
Nouvelles histoires, photos bbk

VIP
"Accès Avant-Première" des histoires juste avec un don, ou en écrivant une histoire

PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Premier épisode - Épisode précédent

Domination par Stéphane mon futur mari

Chapitre 28
Felipe reste, un mois en vie commune. Miam

Mardi matin, le réveil sonne et Stéphane et moi sortons du lit. Nous rejoignons Felipe qui est déjà sous la douche. Heureusement que la douche Vénitienne est grande, nous pouvons y être à trois sans aucun problème. Sans que je n'aie à le demander, tous les deux me lavent avec une douceur remarquable. Ils font super attention sur mon dos et mes fesses mais je dois dire que je me sens mieux surtout au niveau de ma fatigue. Ma peau me fait moins mal mais reste sensible, surtout dans le dos. Mes fesses semblent avoir repris un niveau normal. Ils me sèchent et mettent de la pommade cicatrisante dans le dos. Puis soudain :

Stéphane : Chou, peut-tu me retirer le plug, je dois aller à la toilette.

Moi : Oui, j'avais oublié que tu le portais toujours.

Stéphane : Je dois avouer qu'il ne me gêne pas de trop mais maintenant que je dois aller à la toilette il me fait vraiment mal.

Moi : Penches-toi, écartes les fesses et pousses un peu.

J'attrape le plug et le retire doucement mais malgré cela il grogne de douleur. Une fois retiré, il file à la toilette.

Stéphane : PUTAIN CA FAIT DU BIEN !

Nous rigolons Felipe et moi mais discrètement, alors qu'il est toujours dans le WC, je change mon piercing de téton et mets le nouveau que j'ai fait faire. J'ai juste le temps de rentrer dans le dressing et de mettre une chemise qu'il rentre.

Stéphane : Que fais-tu ?

Moi : Et bien je me prépare pour aller travailler.

Stéphane : Non, il faut que tu te reposes encore un peu.

Moi : Ecoutes, je dois aller au bureau. J'ai improvisé une réunion avec Sylvain et Claudia. Je dois faire signer son contrat à Sylvain et voir ce qu'il nous manque encore comme matériel pour pouvoir démarrer. Je vais avoir besoin de Felipe une bonne partie de la journée et j'aimerais aussi aller faire mon sport. Mais en douceur pour ne pas me faire mal et je ne ferais pas de sauna et de massage. Pour ne pas choquer, je prendrais ma douche avec Felipe dans une cabine fermée et il me passera mes vêtements pour ne pas montrer mes marques.

Stéphane : Je veux que tu fasses attention !

Moi : Je ferais attention je te le promets mais avoues que c'est ta faute aussi, si je suis dans cet état-là.

Stéphane : C'est pour ça que je veux que tu fasses attention. Tu ne peux pas savoir comme je m'en veux.

Moi : Quel costume veux-tu que je porte ?

Et là, il me sort un costume que je n'ai encore jamais mis, noir et brillant. Il m'habille avec douceur, me met le nouveau collier mais sous ma chemise avec la cravate, ça ne va pas se voir mais il ne boutonne pas ma chemise et passe le col de celle-ci au-dessus de mon veston. Il me fait mettre mon nouveau bracelet avec les émeraudes, ma belle montre.

Stéphane : Je voudrais que tu passes à la bijouterie et choisir une nouvelle montre.

Moi : Mais celle-là n'a qu'un mois et je l'aime bien. En plus, j'ai toujours celle de mon père que j'affectionne particulièrement.

Stéphane : Ok mais si tu as envie de changer, tu y vas.

Il me donne ma nouvelle bague ainsi que mon alliance que j'enlève tous les soirs. Il me met la boucle d'oreille en forme de larme. Je me regarde dans la glace, je suis très beau mais ça fait un peu pédale à mon goût ou ciccio-bello italien. Mais bon, s'il aime, pourquoi pas. Il finit par m'embrasser.

Stéphane : Bon, maintenant, à moi de me trouver un costume.

Moi : Peux-tu prêter une combinaison moto et un casque à Felipe ? Je vais en avoir besoin comme coursier aujourd'hui. Il veut bien le faire mais a peur au centre-ville, s'il n'a pas un équipement complet.

Stéphane : Oui je comprends,  appelles-le moi.

Moi : Felipe tu peux venir nous rejoindre ?

Il arrive dans le dressing.

Stéphane : Felipe, je vais te confier ma nouvelle moto la K 1300 elle est à toi. Je m'en commanderais une nouvelle aujourd'hui. Et voici la combinaison et le casque qui vont avec. Comme je l'avais déjà remarqué, nous avons la même taille et la même pointure. Le casque est réglable.

Felipe : Mais tu ne vas pas me donner ta moto, c'est trop et de plus je ne pourrais pas la reprendre avec moi la bas.

Stéphane : Je te la renverrais par Ferry et il n'y a pas de mais qui compte ! Ça me fait plaisir.

Felipe : Alors je ne veux pas de la commission pour la vente de la voiture.

Stéphane : Ok on fait comme ça. Maintenant, à poil que je t'équipe.

Moi : Felipe, prends tout de même une tenue de rechange pour le bureau sinon tu vas crever de chaud.

Stéphane : Oui très juste.

Moi : Je descends déjeuner, je vous attends.

Arrivé dans la cuisine, Rose est en train de faire le petit déjeuner.

Moi : Bonjour Rose.

Rose : Bonjour Pat. Ça va mieux ?

Moi : Ce n'est pas encore Indianapolis mais ça va. Pourrais-je avoir un jus d'orange, un café et deux croissants ?

Rose : Tout de suite. Le journal est à table. Je suis contente que tu aies retrouvé de l'appétit.

Je m'installe à table et prend le journal, elle arrive avec ce que j'ai demandé.

Rose : Voilà pour toi, tu es très en beauté aujourd'hui.

Moi : C'est Stéphane qui m'a habillé. On aurait dit qu'il habillait un gamin de 5 ans. Moi je trouve que ça me féminise un peu mais s'il aime, c'est le principal.

Rose : Ça te rajeunit en tout cas ! Tu vas au bureau je suppose ?

Moi : Oui.

Rose : Alors je vais dire à mon mari de se presser de finir de laver ta voiture.

Moi : Ok et vous pouvez lui dire de sortir la K 1300 pour Felipe.

Rose : La nouvelle pour lui, ce n'est pas risqué ?

Moi : Stéphane a décidé et lui offre, donc je n'ai rien à dire, Felipe non plus !

Rose : Et moi non plus.

Sur ce fait, ils arrivent tous les deux, mon mec dans un beau costume brun et Felipe en combinaison casque et un petit sac à la main. Je le siffle.

Stéphane : Oui bon ça va on a compris !

Moi : J'ai toujours rêvé de me faire sauter par un beau motard.

Stéphane : Quand il fera meilleur, j'exaucerais ton vœu.

Moi : Je ne sais pas si j'arriverais à attendre.

Il vient vers moi et m'embrasse.

Stéphane : Ce trip-là, je me le réserve avec toi, compris ! Je veux que tu attendes. Compris Felipe ?

Felipe : A vos ordres mon général, je ne le touche pas en combi.

Moi : Il y a de la mutinerie ou quoi ?

Stéphane : Tu as tout compris, tu m'appartiens et même si je t'ai fait beaucoup de mal ces derniers jours, il n'en reste pas moins que ton corps et tout ce qui va avec est à moi! Dis-moi que tu es à moi !

Moi : Je suis à toi et je t'aime, embrasses-moi.

Il m'embrasse et Rose arrive avec le petit déjeuner pour eux.

Stéphane : Bonjour Rose.

Rose : Bonjour monsieur.

Stéphane : J'ai téléphoné depuis mon bureau au garage pour commander ma nouvelle moto. Ils en ont une de stock, ils vont me la préparer comme l'autre et l'amener fin de journée. Pourriez-vous demander à votre mari de passer chez mon assureur afin de la faire immatriculer ainsi que de l'assurer et demander que sur la première, il y assure un deuxième conducteur ?

Rose : Oui monsieur, pas de souci, mon mari va s'en occuper. Autre chose ?

Stéphane : Nous mangerons ici, je suppose ce soir.

Moi : Non j'ai prévu un restaurant pour nous trois, pour notre mois de vie commune.

Felipe : Non je ne serais pas des vôtres, j'ai prévu un autre plan avec Marc, son mec et le petit Jona.

Moi : Avoues que tu voudrais te le faire, le petit.

Felipe : Non, ce n'est pas le genre de mec que je recherche. Mais on a prévu d'aller boire un verre dans une brasserie et nous y mangerons un morceau. Marc dit que ça me changera les idées.

Stéphane : Il n'a pas tort, de toute façon je vais m'entrainer ce midi, je le verrais et je verrais aussi le petit Jona.

Moi : De toute façon on y va ensemble, ensuite on pourrait aller manger une salade ensemble.

Stéphane : Pas possible, j'ai un rendez-vous à 14h30.

Moi : Alors tant pis, au moins on aura le repas du soir ensemble en amoureux.

Stéphane : Oui mon cœur.

Je me lève et vais dans la cuisine.

Moi : Rose, on ne mangera pas ici ce soir mais pouvez-vous prévoir deux bouteilles de champagne au frais et prévoir deux peignoirs. Nous prendrons un bain et nous utiliserons le jacuzzi.

Rose : Pas de problème Pat, pour toi je ferais tout ce que tu désires.

Moi : Je n'en demande pas tant.

Mon téléphone sonne. Merde, ma mère. Pfffff !

Moi : Oui maman bonjour.

Ma mère : Je venais aux nouvelles puisque tu ne me téléphone pas !

Moi : J'allais te téléphoner fin de journée mais ça va beaucoup mieux, je peux travailler.

Ma mère : Qu'en dit le Doc ?

Moi : Je ne l'ai pas consulté mais je continue le traitement matin midi et le soir. Felipe et Stéphane s'occupent de moi et Rose qui est à côté de moi me cajole comme une mère.

Rose rougit sur mon commentaire et au téléphone, ma mère hausse le ton.

Ma mère : N'oublies pas que c'est moi ta mère, je me suis toujours occupé de toi que je sache !

Moi : Te fâches pas, je te charrie.

Ma mère : Ouais, je veux que tu suives ton traitement !  Demande à Felipe de me téléphoner, c'est urgent.

Moi : Attends, je te le passe, il n'est pas loin, à propos il fait beau ?

Ma mère : 28 degrés annoncés pour aujourd'hui, bisous je t'aime.

Moi : Moi aussi maman.

Je donne le téléphone à Felipe et il discute avec ma mère tandis que Rose me ressert un café. La conversation dure cinq bonnes minutes et je vois la tête de Felipe qui change radicalement. Les larmes lui montent aux yeux. Stéphane qui s'en aperçoit, passe derrière sa chaise et le prend dans ses bras. Il raccroche.

Moi : Tu veux en parler ?

Felipe : Maman vient de me dire que Michel était venu lui ramener les quelques affaires qui m'appartenait et qui était dans son appartement. C'est fini entre nous, il déménage et retourne vivre en France ou apparemment, il avait déjà quelqu'un dans sa vie. Donc quand il me disait qu'il devait retourner en France pour son travail, en fait, il retournait voir son autre mec.

Moi : Quel con ce type. Il mériterait qu'on lui casse sa gueule.

Stéphane : Je vais lui régler son compte mais à distance. Je vais en parler à Francis. Tu sais comme il a le bras long.

Moi : Oh que oui, mon ex patron doit en faire les frais.

Felipe : Non. C'est dur à encaisser mais foutez lui la paix. Il ne mérite que du mépris, heureusement que c'est maman qui me l'a dit. Si ça avait été mon père, il aurait pris moins de pinces.

Moi : Maman n'a pas dû y aller par quatre chemins non plus. Il faudra qu'à l'avenir je lui demande ce qu'elle te veut avant de te la passer.

Felipe : Non, ça va. Elle a été diplomate avec moi.

Stéphane : De toute façon, pour le moment, tu es avec nous et je veux que tu en profites ! D'ailleurs, si tu veux, va te promener toute la journée. Pat trouvera un autre coursier.

Moi : Oui, va te promener, je me débrouillerais.

Felipe : Non, justement, il faut que je fasse quelque chose qui m'occupe sinon je vais y penser toute la journée.

Stéphane : Comme tu veux. Pour le soir avec Marc, tu as de l'argent ?

Felipe : J'ai ma carte de banque, mon père a fait virer de l'argent dessus pour que je puisse subvenir à mes besoins sur le temps que je reste ici. Il gère mon appartement avec maman et les factures qui vont avec. En fait, comme cela fait 8 ans que je n'ai jamais pris de vacances, Il compense comme il peut et je dois dire que maman arrive à lui faire faire ce qu'elle veut.

Stéphane : Ok mais si tu as besoin, tu demandes à Pat ou moi et il n'y a pas de problème. Tout ce que tu dépenses avec nous reste à notre charge.

Felipe : Comme tu veux, si ça continue comme ça on va finir par faire ménage à trois ici.

On n'éclate de rire tous les trois.

Moi : Ce n'est pas tout ça mais ils vont finir par nous attendre au bureau et toi mon cœur par être en retard au garage. On y va ?

Ils me font signe de la tête que oui, nous sortons et au passage je prends mon sac de sport et mon homme aussi, mais pas Felipe.

Moi : Tu n'as pas de sac pour le sport ?

Felipe : Non. Marc l'a gardé dans son vestiaire personnel, ça lui donne un motif pour rester seul avec moi.

Stéphane : Faudrait tout de même voir à rester discret, ne serait-ce que pour son mec.

Felipe : Il est au courant que Marc me saute. Ils sont libre de ce côté-là.

Stéphane : Ah bon ! Va falloir que j'approfondisse la chose. Bon, à tout à l'heure.

Nous prenons nos voitures respectives au passage. La mienne est propre comme si elle venait de sortir du garage. Merci Henry, Felipe fait chauffer la moto. Je suis mon homme sur un bon moment mais il prend une sortie avant moi. Felipe doit être derrière. A un moment je vois passer une moto à toute vitesse, je me dis que ce motard est un taré de rouler si vite sur la bande de gauche alors qu'il y a beaucoup de circulation. Mais je n'y fait pas trop attention quand il passe. J'arrive au bureau et la moto de Felipe est déjà là. Il discute avec le garde. Je baisse ma vitre.

Le garde : Bonjour monsieur, ce monsieur travaille pour vous ?

Moi : Oui. Hier il est venu avec moi et j'étais sensé arrivé avant lui pour vous prévenir.

Le garde : Ok je prends note de sa plaque.

Moi : A propos, je ne sais pas si vous êtes prévenu mais il va y avoir à l'avenir des clients qui vont entrer ici. Je ne vais pas passer mon temps à vous prévenir à chaque fois ! Donc je vous demande que pour ma société la barrière soit ouverte de 8h30 à 17h00 au public qui vient dans ma société.

Le garde : Bien monsieur, je vous demanderais juste de spécifier à vos clients qu'ils me disent juste qu'ils ont rendez-vous dans votre société.

Moi : Ok. Bonne journée.

Je me gare et Felipe se place à coté de ma voiture, il pose la moto sur la béquille.

Moi : Ne me dis pas que le bolide qui m'a dépassé sur l'autoroute, c'était toi ?

Felipe : Si, j'ai voulu voir ce qu'elle avait dans le ventre.

Moi : Mais t'es malade ! Tu aurais pu te tuer ! Je veux à l'avenir que tu fasses attention, je suis responsable de toi, moi ! J'aurais l'air malin s'il t'arrivait quelque chose !

Il retire son casque et me roule une pelle interminable et magnifique. Je fonds dans ses bras et surtout sur son cuir lorsque Sylvain intervient.

Sylvain : Quand vous aurez fini de vous donner en spectacle, on vous attend, nous !

Je me retire et repousse Felipe. Je regarde autour de moi et je vois qu'il y a du monde aux fenêtres dans les autres bâtiments. Je deviens tout rouge et Felipe, pour me décrisper, me met la main au cul.

Felipe : Allez, avances ma poule !

Il regarde les fenêtres et leur fait un doigt d'honneur. Je sens que ça va faire jaser dans les chaumières. Enfin, au moins, l'abcès est crevé. J'entre et demande à tout le monde de venir dans la salle de réunion. Lorsque je m'assois dans ma chaise en n'y faisant pas trop attention, mon dos se rappelle à moi et je ne peux m'empêcher de faire une grimace et de pousser un petit cri de douleur.

Felipe : Ça va ? Tu veux un cousin ? Dis-moi ce que tu veux.

Moi : Non ça va, ça va passer.

Felipe : Tu as pris ton anti inflammatoire et ton anti douleur ?

Moi : Non, j'ai oublié avec tout ce qui s'est passé à la maison ce matin.

Felipe : Heureusement que je suis là, tiens !

Et il me tend un verre d'eau et mes cachets que je prends.

Sylvain : Tu t'es fait mal ?

Moi : Si on veut. Quand je t'ai dit que Stéphane était gentil mais qu'il pouvait être violent, et bien j'ai eu droit, et par ma faute, à un épisode très violent. Je n'ai pas envie de rentrer dans les détails, même avec toi, mon meilleur ami.

Sylvain : Ah bon ? A ce point-là ? Ok, je ne te questionnerais pas là-dessus.

Felipe : Je pensais que j'étais ton meilleur ami ?

Moi : Tu l'es aussi, mais toi en plus, tu es mon amant.

Sylvain : Pardon ?

Moi : Je t'expliquerais dans mon bureau tout à l'heure, si tu veux.

Felipe : Je ne l'avais pas vu sous cet angle-là.

Moi : De plus, vous êtes mes deux témoins de mariage.

Claudia arrive enfin avec du café, des biscuits et des viennoiseries ainsi que le téléphone portable de la centrale téléphonique.

Moi : Claudia, j'ai une question. Qui a payé le café et le reste ?

Claudia : Moi Pat, je suis allé hier faire des courses et en ai profité.

Moi : Vous me direz combien cela vous a couté que je vous rembourse. Je vais faire une cagnotte comme dans notre ancienne société pour couvrir ce genre de frais. Vous-vous en occuperez !

Je prends mon portefeuille de ma banane et je lui donne 450 € de départ.

Claudia : Merci mais c'est de trop.

Moi : Non car je voudrais qu'il y ait en permanence dans mon frigo, en haut du champagne, des jus de fruits et de l'eau. Je voudrais que vous remplissiez aussi mon bar en alcools, verres et bac de glace. Faites une liste et Felipe ira chercher le tout en moto quitte à faire plusieurs trajets. Il sera notre coursier les jours à venir du moins selon ses disponibilités. Je voudrais que chacun me fasse une liste de matériel et petit matériel qu'il lui manque que je puisse les commander.  Pour le petit matériel, envoyez Felipe le chercher. Vous avez une heure et moi aussi. Claudia je voudrais que vous rentriez dans ma tablette que voici mes rendez-vous déjà inscrits dans l'agenda ainsi que la liste des clients qui ont déjà répondu favorablement à notre invitation d'inauguration de la semaine prochaine. Sylvain je voudrais que tu testes personnellement tout le matériel aujourd'hui.

Sylvain : Ok pas de problème mais il faut que signe mon contrat aussi, n'oublies pas.

Moi : Oui c'est juste. On va faire ça dans mon bureau dans un instant. A propos, comment va mon ancienne voiture ?

Sylvain : Impeccable. On dirait qu'elle est neuve.

Moi : J'ai eu un pincement au cœur quand je l'ai ramené au garage mais je suis content de la voir sur le parking. Bon je pense avoir tout dit, au boulot ! Claudia merci pour le café, bonne initiative.

Claudia : Merci Pat, j'ai aussi rempli votre machine personnelle dans votre bureau. J'y ai ajouté du lait et du sucre alors que je sais que vous buvez votre café noir, mais je me suis dit que si vous deviez déjà recevoir des clients rapidement …

Moi : Claudia c'est parfait, dites-moi juste le montant car je ne veux pas que cela rentre dans la cagnotte.

Claudia : Je vais regarder le ticket de caisse dans mon sac et je vous dis le montant.

Je monte avec Felipe et Sylvain dans mon bureau.

Moi : Felipe, voici ma carte de banque avec le code secret que voici sur ce post-it. Je voudrais dans un premier temps que tu ailles jusqu'à la banque et que tu y retires 1000 €, ensuite tu vas aller pour moi à cette adresse. J'y ai passé une commande, elle devrait rentrer dans le petit coffre de la moto. Tu payes en liquide avec les 1000 €. Ensuite tu passes par une grande surface et tu achètes deux services à café complet, un pour mon bureau et un pour Claudia. J'ai horreur de boire dans des gobelets. Trouves quelque chose de classique !

Felipe : Ok chef !

Il nous quitte et je sors de ma serviette le contrat de Sylvain préparé par la secrétaire de Louis. Je lui demande de le lire et de le signer, ce qu'il fait sans aucun problème.

Sylvain : C'est qui exactement, Felipe ?

Moi : Au départ, c'était un ami dont j'ai fait la connaissance ici à Liège dans un restaurant alors qu'il était en stage d'étude hôtelière. Ensuite, après avoir fait sa connaissance, je suis allé plusieurs fois sur son île à Gran Canaria. Son père tiens un très bon restaurant et il y travaille. C'est comme cela qu'il est devenu un très bon ami.

Sylvain : Et ton amant aussi ?

Moi : Non. On est toujours resté chacun de son côté puisque passifs tous les deux. Mais lors de mes dernières vacances sur l'île avec Stéphane, nous avons fait la connaissance de son mec avec qui c'est fini maintenant. Il l'a appris ce matin. Nous avons baisé ensemble. Stéphane a dominé hard son mec qui était actif dominateur et humiliateur, moi il m'a dominé comme jamais alors que je le pensais uniquement passif. Ce qu'il est au fond de son âme, mais pas inactif. Je dirais qu'avec moi uniquement actif car nous avons refait l'amour ensemble le lendemain sans que Stéphane le sache. Je lui ai dit en rentrant.

Sylvain : Et que fait-il ici alors ?

Moi : Comme je te l'ai dit, c'est fini avec son mec et ma mère qui sort avec son père me l'a ramené lundi dernier pour se changer les idées. Suite au début de rupture dont Stéphane en est la cause. Enfin bref il est ici pour un bon moment et il a demandé à me donner un coup de pouce pour le démarrage de la société.

Sylvain : On va en avoir besoin, vu le nombre de clients qui ont confirmé à Claudia que leur prochaine campagne de pub était pour nous.

Moi : Je ne sais pas. Elle va me donner ma tablette avec l'organigramme. Bon tu vas me faire la liste de ce qu'il te manque.

Sylvain : Tiens. Elle est déjà faite en grande partie, la tireuse de plan n'est pas assez précise, il me faut l'accessoire qui va dessus pour augmenter l'efficacité. Je n'ai pas non plus de cartouches ni pour la tireuse de plan ni pour mon imprimante et toi non plus. La photocopieuse ne dispose que d'une cartouche, je préconise d'en prendre une de rechange ainsi que pour le Fax. Ensuite je n'ai pas de carte mémoire pour l'appareil photo et il me manque deux objectifs qui sont sur la liste et bien entendu des bics et crayons de couleur. Mais ça, j'ai tout ce qu'il me faut à la maison et je sais ou aller en chercher. Je te donnerais la facture.

Moi : Ok. Parfait. Pour le matériel de bureau je vais téléphoner chez Buro-Market. Ils vont nous livrer tout ce qui manque aujourd'hui et pour les objectifs et les cartes mémoire, je vais envoyer Felipe après chez mon revendeur informatique de Burenville et au centre-ville chez Photo Galerie. Tu auras ça aujourd'hui aussi. Bon j'ai des coups de fil à donner.

Sylvain : Ok je te laisse.

Mon bureau est magnifique et fonctionnel. J'allume mon ordinateur portable et l'ordinateur principal. J'y transfère mes programmes de travail. Je passe plusieurs coups de fil pour commander le matériel qui manque, Claudia m'ayant apporté sa liste aussi ainsi que ma tablette avec les rendez-vous. Je reçois un SMS du doc pour le rendez-vous au CHU pour mon dos et mes fesses. Lundi 20 février 8h00 et prévois toute la journée. Heureusement, je n'ai pas de rendez-vous et bloque la journée comme malade. Il est 10h30 et Felipe revient déjà avec ce que j'ai demandé. Il a fait vite, plus vite que je ne pensais. Il me dépose ce que j'ai demandé et je le renvoie, après un café, pour le reste en lui disant que je l'attends à midi. Claudia entre dans mon bureau.

Claudia : Pat, puis-je m'absenter une bonne heure ?

Moi : Pourquoi ?

Claudia : Je vais profiter qu'il fait calme pour aller faire les courses demandées au Carrefour. Je vais donner le téléphone portable à Sylvain afin que vous ne soyez pas déranger et voici la note pour les courses 75,35 €.

Moi : Ok pas de problème. Faites et je vous rembourserais tout à l'heure. Mais soyez de retour pour midi car je dois m'absenter une partie de  l'après-midi et on va nous livrer des fournitures de bureau. A propos, pas de rendez-vous pour moi le 20 février.

Claudia : Ok, a tout à l'heure.

Elle prend sa voiture et va faire les courses. Il faudra que je fasse faire une carte carburant pour qu'elle puisse une fois de temps en temps faire le plein sur le compte de la société. Je passe des coups de téléphone à mes fournisseurs pour avoir le meilleur prix en travaillant avec eux et m'assurer que mon ancien patron ne me met pas des bâtons dans les roues. Apparemment si mais mes fournisseurs me connaissent comme je les connais et ils me font confiance. Ils travailleront avec moi sans aucune difficulté. Il est midi et je vois Felipe revenir, Claudia juste derrière. Il dépose le matériel pour Sylvain qui va manger en extérieur. Felipe se change et Claudia ferme pour midi afin de manger également et faire une pause. Je préviens que je ne serais pas de retour avant 15h30 avec Felipe mais que j'ai mon portable avec moi en cas d'urgence. Nous prenons le chemin du club de Marc. A mon arrivée, celui-ci qui, informé par Stéphane, me donne la clef de son vestiaire privé afin de me changer. Au passage, il me dit qu'aujourd'hui il ne s'occupe que de moi et qu'il va économiser mon dos et mes fessiers. Mais par contre musculation et cardio. Felipe lui le programme normal. Lorsque je monte, je vois mon homme pousser de la fonte et il est hyper bandant comme ça, je vais pour l'embrasser.

Stéphane : C'est moi qui te fais cet effet-là ?

Moi : Euh non pas du tout, ce sont les autres mecs dans la salle.

Stéphane : Petit con, il n'y a que nous et deux autres vieux, à moins que tu n'aimes les vieux.

Moi : Ça ne va pas non.

Stéphane : Attend ce soir, je vais te violer pour te faire comprendre à qui tu appartiens !

Moi : On va attendre un petit peu pour le hard si tu n'y vois pas d'inconvénient. Le temps que je me remette.

Marc : Quand tu auras fini de causer, on pourrait peut-être s'y mettre !

Moi : Euh oui chef !

Et je me dirige vers lui. Effectivement il ne me fait pas travailler mes abdominaux, mes bras et mes pecs ainsi que mes jambes. Sur un matelas bien mou, il me fait soulever des poids. Mon dos me fait un peu mal mais ça va. Sur la fin, il me fait faire des pompes et sur un banc, des abdominaux mais couché relevé ce qui fait en sorte que ma peau ne touche pas le sol. Pour finir, il me fait faire 15 minutes de vélo mais à fond.

Marc : Ok. Bon, cela fait un mois que tu viens ici. Alors balance pour ton poids et mesures des muscles !

Je monte sur la balance et moi qui faisait 85 kg il y a un mois, je suis à 70 kg et en plus musclé et avec des abdominaux on ne peut plus corrects. On commence plus que gentiment à voir mes tablettes de chocolat.

Marc : Bon, maintenant je vais te faire reprendre du poids jusqu'à 80 kg mais en muscles et uniquement. Je vais assécher ton corps de toutes graisses superflues. Tu peux filer sous la douche avec ton homme. Je vais masser Felipe avec Jona.

Moi : Tiens donc ! Massage à trois maintenant ?

Marc : On sera sage, on se réserve pour le soir.

Moi : Oui, tu me prends pour un cave.

Stéphane : Laisses, viens je vais te laver et te mettre la pommade.

On  rentre dans le vestiaire privé, je me déshabille pour prendre ma douche et mon homme remarque mon nouveau piercing

Stéphane : C'est quoi ça ?

Moi : Merde, ça devait être une surprise pour le soir. Je me suis fait faire un nouveau piercing avec nos initiales et la date de notre rencontre dessus. Je l'ai fait faire la semaine dernière par le fils de notre bijoutier. J'en ai fait faire un autre avec une tête d'ange et de démon comme ton collier.

Il me prend dans ses bras et me serre contre lui me faisant au passage un peu mal.

Stéphane : Je t'aime, je veux le même.

Moi : Quoi, tu veux te faire percer le téton et avoir le même ?

Stéphane : Oui pour toi.

J'en reste sur le cul je ne l'aurais jamais cru.

Stéphane : De toute façon, Nicole me fait mes soins à 17h00, je vais lui demander.

Moi : Je vais téléphoner à la bijouterie.

Stéphane : Non laisse, je vais le faire. J'ai deux mots à dire à Seb, c'est un cachotier.

Il me lave avec tendresse. Même s'il bande sec et que je peux sentir ses 27 cm sur mon cul et mon dos, il ne me touche pas et après ma douche, il me passe la pommade dans le dos et m'aide à remettre mes vêtements et breloques.

Stéphane : Je retourne au garage. A ce soir.

Moi : Ah ce soir mon homme.

Felipe : Il a dû voir le piercing.

Moi : Oui et il veut le même.

Il éclate de rire.

Moi : Quoi, qu'est-ce qu'il y a ?

Felipe : Je finis de dire à Marc que je trouve ça superbe sur toi et que je voudrais bien faire pareil.

Je ris de bon cœur.

Moi : Si tu veux, je te commande le même chez le bijoutier et je te l'offre.

Felipe : Je préfèrerais un autre motif. Plutôt un texte cyrillique disant amour fraternel et deux pics en forme de cœur de chaque côté !

Moi : Mais tu y a déjà réfléchis en plus.

Felipe : Oui, c'est pour marquer l'amour de deux frères et amants, qui sont là pour moi et dire que je vous aime.

Il est tellement mignon qu'il me fait monter les larmes cet imbécile. Je le prends dans mes bras et le serre contre moi.

Moi : T'es un petit con aussi mais sensible et plus que ce que je ne l'aurais cru. Tu as faim ?

Felipe : Oui.

Moi : On va se commander une salade ici à la cafétéria du club, tu vas me faire un dessin de ce que tu désires et ensuite on passera à la bijouterie et chez Nicole. Après on retourne au bureau voir comment ça tourne.

Felipe : Ok.

Il demande une feuille et un bic et nous commandons deux salades du jour et deux eaux pétillantes car ils ne servent pas d'alcool et ce n'est pas plus mal. On commence à manger. Mon téléphone sonne, Stéphane.

Moi : Oui mon cœur.

Stéphane : On vient de me livrer une combinaison cuir casque et tout le reste avec ton petit mot. Merci mon cœur je t'aime. Tu ne peux pas savoir combien je t'aime.

Moi : Moi aussi. Ce n'est pas tout. J'ai acheté un équipement pour pouvoir t'accompagner sur ta moto et j'ai décidé de passer mon permis. A toi de me trouver une école.

J'ai droit à un long blanc au téléphone.

Moi : Allô ? Tu es là ?

Je regarde Felipe.

Moi : Je crois qu'il est mort, je l'ai tué à distance. Allô ?

Stéphane : Euh, oui, excuses-moi, j'étais sur le cul, tu m'as scotché. Je sais où tu peux aller et je vais te commander une moto direct.

Moi : Non. Attends que j'aie le permis et on ira la choisir ensemble. S'il te plaît.

Stéphane : Ok mon cœur, je te dois bien ça. A ce soir.

Il raccroche.

Moi : Je l'ai mouché. Ce coup-là, il ne l'a pas vu venir. Lui qui déteste les cadeaux et qui ne veux pas que je dépense mon argent parce qu'il gagne mieux sa vie que moi, il n'a rien dit. Je lui ai cloué le bec.

Felipe : Tu es content de ton coup ?

Moi : Tu ne peux pas savoir, depuis que je le connais, donc un mois, il a fait tourner ma tête dans tous les sens. J'ai même accepté le supplice qu'il vient de me faire, j'ai même pris sa défense en disant que c'était de ma faute. Je dois être un peu maso aussi note que. Il me domine aussi bien que toi dans le jeu de rôle dans ton appartement. Lui, c'est sur la durée, il a toujours un coup d'avance sur moi et là, pour une fois, c'est l'inverse. Je lui suis soumis mais il accepte que je puisse aussi m'affirmer, ce qui au début de nos relation était impossible. J'ai même hésité à rompre.

Felipe : Stéphane est le mec qu'il te faut, en plus il est bien membré. Je dois dire que j'ai un bon souvenir de ses coups de rein et de sa queue.

Moi : Je me disais bien aussi que vous n'aviez pas étés catholique tous les deux, vous avez mis une capote au moins ?

Felipe : Tu sais bien que je suis clean et vous aussi.

Moi : Tu n'as pas tort mais moi j'ai refait le test hier. J'aurais les résultats ce soir et je voudrais bien que tous les deux demain matin première heure, vous le refassiez aussi par sécurité.

Felipe : Ok pour moi mais va falloir voir avec lui.

Moi : Je ne vais pas lui laisser le choix. Bon je paye et on y va si on veut être dans les temps.

Je paye et on reprend ma voiture direction la bijouterie.

Le fils du bijoutier, Sébastien, pour rappel, nous voit arriver.

Seb : Bonjour, merci pour Stéphane. Je viens de l'avoir au téléphone et il vient de me remonter les bretelles, j'ai dû lui dire pour les Cockrings.

Moi : Oh merde, c'était une surprise. Fait chier. Et le secret professionnel ?

Seb : Je m'assois dessus quand la moitié du commerce appartient à Stéphane et en plus il est propriétaire du bâtiment. Il m'a commandé le même piercing que toi. Il paraît que tu le portes, tu peux me le montrer ?

Moi : Oui mais pas dehors si ça ne te dérange pas. Il fait froid, je te rappelle que nous sommes en février en Belgique, pas en Egypte.

Seb : Excuses-moi. Rentrez, je vous en prie. On va aller dans la pièce.

Moi : Merci. Qu'est-ce qu'il a dit pour les Cockrings.

Seb : Et bien qu'il n'avait jamais essayé mais que pour toi, il fera ce que tu désires. Tu l'as maté le Stéphane, je ne le savais pas si soumis.

Felipe : Ah si tu savais. Moi je découvre depuis une semaine et je tombe des nues tous les jours. Pourtant dans la soumission j'en ai déjà vu. Mais ces deux-là c'est des bête de concours ou je n'y connais rien.

Moi : Bon, on n'est pas là pour faire une thèse ou un doctorat en psychologie homosexuelle ! Montres-lui ton dessin !

Felipe sors de sa poche le dessin qu'il a fait à la cafétéria avec le mot à inscrire dessus en cyrillique.

Felipe : C'est faisable ?

Seb : Oui mais il va me falloir plus de temps car la gravure se fait à la main. Ce que tu me demandes, c'est une œuvre d'art et ça va couter cher.

Moi : Stéphane et moi prenons la facture à notre charge et si tu peux passer ça en priorité, il y aura une rallonge.

Seb : Si tu me prends par les sentiments.

Moi : On reconnaît bien là le bijoutier.

Seb : Merci pour l'aspect vénal.

Moi : Tu as tendu la perche.

Seb : Ok bon on est mercredi et si tu veux, je peux le faire en même temps que celui de Stéphane. Je peux avoir fini demain soir.

Moi : Ok. Alors or jaune pour Felipe et Stéphane Or blanc.

Seb : Il m'a dit le même.

Moi : J'ai dit or blanc ! C'est mon choix et il n'a pas à discuter ! Je me fais bien comprendre !

Seb : Oui ne te fâches pas.

Moi : Je ne me fâche pas mais dis-toi bien une chose, si moi je ne suis pas content lui ne le sera pas  non plus et donc, j'ai le même moyen de pression sur toi ici. J'ai tout pouvoir concernant ses affaires aussi.

En fait, je bluffe mais il y croit et c'est le principal.

Moi : Dorénavant, j'exige ta totale obéissance quant au niveau secret professionnel, sinon je vais voir ailleurs ! Je me suis bien fait comprendre ?

Seb : Oui, j'ai bien reçu le message. Pourrais-tu me monter ton piercing ?

J'enlève mon veston et déboutonne ma chemise.

Seb : Est-ce que je peux prendre une photo, je voudrais bien développer le produit ici dans la bijouterie.

Moi : Ok mais je ne veux pas que ce modèle et celui de Felipe ne sois reproduit. Je veux ta garantie que trois modèles y compris le mien ne seront pas refaits sauf à ma demande. Celui de Felipe est unique.

Seb : Je te le garantis et je vais demander à notre avocat de te faire un document en ce sens par sécurité.

Moi : Alors mon téton et celui de Felipe sont à toi pour ta pub.

Il me prend en photo sur quatre à cinq angles différents et nous partons direction Nicole. Evidemment, arrivés sur place, elle a du monde mais elle veut bien faire le piercing de Felipe et comme il ne saigne pas beaucoup là non plus, elle lui met un anneau simple avec les consignes de sécurité et de désinfection. Au passage, je lui dis que Stéphane va en faire un aujourd'hui et sa réponse fuse.

Nicole : Ah oui et bien lui je vais le faire souffrir après ce qu'il t'a fait !

Moi : Rends-le moi tout de même en un seul morceau, on sort ce soir pour notre mois de vie commune.

Nicole : Tu sors avec une tête comme ça ? Pas question ! Viens ici que je te recoiffe correctement.

Je n'ai pas le temps de réagir qu'elle me lave déjà les cheveux et me refait un soin brillance. Elle recoupe légèrement mes cheveux, me coiffe et me met de la cire à cheveux. Maintenant j'ai une tête à mettre dans les magazines de coiffure. Felipe qui est à côté de moi, rigole de la façon donc Nicole fait ce qu'elle veut de moi. Je paie pour le piercing de Felipe et on retourne au bureau. Le matériel commandé est arrivé et Claudia à faxé les factures à Louis pour qu'il se charge de les payer sauf celles que Felipe a payé en liquide.

Claudia : Vous avez trois messages de clients dans votre bureau.

Moi : Ok je vais voir ça. Sylvain est déjà parti ?

Claudia : Oui, il m'a dit qu'il allait se chercher ce qu'il lui manquait pour travailler à l'aise. Il m'a dit que vous étiez au courant.

Moi : En effet, vous pouvez rentrer chez vous Claudia et voici pour vos courses. J'ai arrondi.

Claudia : Merci.

Moi : Je ne serais pas la demain, je travaille au garage BMW avec Stéphane. J'ai mon téléphone portable avec moi. Felipe viendra et fera le coursier s'il y en a besoin et il viendra apporter le courrier, s'il y en a.

Claudia : Ok mais à mon avis on n'aura pas besoin de lui puisque, mis à part prendre des rendez-vous et répondre au téléphone, Sylvain lui, doit encore tester une partie du matériel car aujourd'hui il s'est arraché les cheveux avec la tireuse de plan et la photocopieuse on n'a rien d'autre à faire.

Moi : Ben alors Felipe, tu improvises ta journée de demain.

Felipe : Tracasses, je trouverai toujours bien de toute façon, je dois aller chercher les piercings à la bijouterie en fin de journée.

Moi : Oui et tu paies avec ma carte.

Felipe : Ok, tu n'as plus besoin de moi ?

Moi : Non tu peux rentrer.

Felipe : Je me change, je rentre prendre une douche et je file chez Marc.

Moi : Tiens, à propos, ton massage à quatre mains, c'était bon ?

Felipe : Euh ben c'est-à-dire que ………

Moi : Tu t'es fait sauter quoi.

Felipe : Ben Marc ma sauté sur le temps que je baisais Jona sur la table de massage.

Moi : Ouais, bon je monte dans mon bureau, je regarde les messages, je ferme et je rentre. Fais attention sur la route !

Felipe : Oui papa.

Je me retourne et lui met une claque au cul ce qui lui fait sortir un petit cri et un sourire qui en dit long. Dans mon bureau je lis les trois messages de clients et je retéléphone aux clients en question, ça me prend une bonne heure. Je m'apprête à partir après avoir remis mes affaires dans mon sac de travail lorsque je remarque que le bar est rempli de verres très classe et de bouteilles d'alcool. J'ouvre le petit frigo et je vois du champagne mais aussi des softs en cannette et petites bouteilles. Dans le friser un sac de glaçon. Il y a aussi un seau à champagne et un plus petit pour mettre les glaçons et une pince à glaçon. Franchement, Claudia m'épate. A croire qu'elle a fait ça toute sa vie. En plus, elle a acheté le champagne que j'aime du Moët & Chandon rosé. Je ferme mon bureau et éteint partout, je branche l'alarme et quitte le bureau. Je me dirige vers ma voiture, mon téléphone sonne. Louis.

Moi : Oui Louis que puis-je pour toi ?

Louis : Je venais aux nouvelles.

Moi : Eh bien nous sommes dans le démarrage et tout sera prêt pour mardi. On a nos premiers rendez-vous et je suis déjà certain d'avoir trois contrats dont un gros.

Louis : Il ne te manque rien ?

Moi : Quelques bricoles mais il me faudrait un coffre-fort pour mon bureau.

Louis : Un petit, un moyen ou un grand ?

Moi : Pour bien faire un grand encré dans le sol et caché derrière une armoire sur laquelle je mettrais une plante.

Louis : Ok je vois, on connaît quelqu'un qui peut te faire ça rapidement. Il passera sûrement fin de semaine. Autre chose ?

Moi : Non, je ne vois pas. Si, j'ai un peu recadrer le garde de l'entrée.

Louis : Pourquoi ?

Moi : Parce qu'il ne laisse rentrer personne sans en avoir l'avertissement et je ne vais pas passer mes journées à lui dire quel client vient à quelle heure et donner son numéro de plaque. J'ai autre chose à faire. Donc j'ai demandé un libre accès de 8h30 à 16h30 à tout fournisseur ou client ayant un rendez-vous. De toute façon nous contrôlons nous-même à l'arrivée.

Louis : Ok je vais lui parler pour arrondir les angles.

Moi : Oui, je veux bien. Sinon tout roule ok. Louis je vais devoir te laisser j'ai un double appel.

Louis : Ok. S'il y a quoi que ce soit tu m'appelles.

Moi : Ok bisous.

En fait, je n'ai pas de double appel mais je suis pressé de rentrer à la maison, d'ailleurs je roule à vive allure pour y arriver. Le porche est ouvert, C'est curieux mais quand j'entre, je peux voir la livraison de la nouvelle moto de mon mec et Felipe qui en fait le tour, pourtant c'est la même. Enfin je ne vais pas voir de plus près et je rentre. Rose est là dans la cuisine et me tend mon courrier. Rien de bien passionnant. Des factures de clôture de compteur pour mon appartement et ma facture de téléphone, le reste étant des pubs. Je monte dans le bureau et classe les factures dans mon sac de travail, je les payerai demain. En redescendant, je me pose dans le divan et allume la TV pour voir les nouvelles sur Euronews.

Rose : Il est 18h30, tu veux un apéritif Pat ?

Moi : Oh oui tiens, un martini blanc.

Elle revient avec et quelques craquers. Je vois Felipe qui remonte prendre une douche et qui redescend 20 minutes plus tard avec un sac et toujours en combinaison prêt à partir. Il vient et m'embrasse.

Moi : Passes une bonne soirée et tiens, voilà ma télécommande pour le porche si tu rentres tard pour ne pas réveiller le mari de Rose. Tu sais que tu es hyper bandant là-dedans ?

Felipe : Oui mais sage ! Stéphane a dit que ce serait lui en cuir.

Moi : De toute façon je vais lui faire essayer sa nouvelle combinaison ce soir.

Felipe : T'es une véritable salope quand tu veux !

Moi : Pas plus que toi. Files, va t'amuser !

Il part au moment où Stéphane arrive en voiture, je sors l'accueillir et lui saute au coup en n'oubliant mon dos ce qui me tire une grimace.

Stéphane : Qu'est ce qui me vaut un tel accueil ?

Moi : Je t'aime et c'est tout.

Il décharge son coffre avec sa nouvelle combi et les accessoires et on rentre. Il monte direct dans la chambre et prend une douche lorsque Rose arrive.

Rose : Pat c'est l'heure de tes médicaments.

Moi : Ah oui, merci Rose.

Rose : Si vous avez encore besoin de moi, je suis chez moi.

Moi : Ok rose.

Lorsqu'il sort de la douche il vient vers moi.

Stéphane : Tu as acheté un équipement ?

Moi : Oui.

Stéphane : Montre.

Je sors du dressing le chaps, la veste en cuir, mon casque, mes gants et ma paire de bottes.

Stéphane : Parfait pour faire un tour, dès qu'il fera bon.

Moi : Je me réjouis de te voir dans la combinaison, le vendeur m'a dit que tu devais l'essayer car si elle ne va pas il doit la changer.

Stéphane : Et bien je vais la mettre.

Il enfile la combinaison, il est nu en dessous et revient vers moi.

Stéphane : Elle me va très bien. Qu'en penses-tu ?

Moi : Elle te moule bien.

Je passe ma main dessus et caresse son entre jambe. Le résultat ne se fait pas attendre, il bande bien dur.

Stéphane : Arrêtes, tu me fais bander.

Moi : Euh c'est peut-être ce que je cherche.

Il ouvre sa combinaison.

Stéphane : Alors suces !

Je ne me fais pas prier, je me mets à genoux et enfourne sa queue dans ma bouche et je le suce avec avidité faisant tourner ma langue autour de son gland. Il me tient la tête et m'imprime le mouvement mais il ne tarde pas à jouir tellement c'est bon.

Stéphane : Avales, prends ma semence !

Il me plante à fond sa queue dans ma gorge et envoie son jus directement dans mon estomac.

Stéphane : Putain que tu suces bien, à chaque fois tu t'améliores.

Je me relève et lui roule un patin.

Moi : C'est parce que je t'aime et que j'ai envie de te donner du plaisir.

Stéphane : Mais tu n'as pas joui toi.

Moi : On a encore toute la soirée pour en profiter.

Stéphane : Tu as réservé pour quelle heure ?

Moi : Entre  19h30 et  20h00.

Stéphane : Ok, je me prépare et on y va.

Moi : Je peux savoir pourquoi tu as pris une douche en rentrant alors que tu sors de chez Nicole ?

Stéphane : En me faisant mon piercing, elle m'a mis du désinfectant et je n'aime pas l'odeur. Donc je me suis lavé pour l'enlever.

Moi : Ah ok.

Stéphane : Tu restes comme ça ?

Moi : Oui pourquoi ?

Stéphane : Je préfèrerais que tu mettes autre chose.

Moi : Que veux-tu que je mette ?

Stéphane : Tiens, mets ça !

Et il me tend un jeans Slim Fit, un t-shirt col en V moulant à longue manche blanc, une veste en cuir noire et mes bottillons noirs. Comme slip, il me donne un Es blanc ouvert sur mon cul. Avec mes bijoux et ma montre, je suis magnifique. Lui a mis plus ou moins la même chose sauf qu'il met plutôt un pantalon en cuir noir plus ses quelques bijoux. Nous descendons et prenons ma voiture. Au restaurant, nous démarrons l'apéritif au champagne et prenons le menu dégustation car je sais qu'il n'y a pas d'huître. Nous mangeons en amoureux , j'en profite pour lui demander de refaire une analyse, ce qu'il accepte quand je lui dit que par sécurité j'en ai refait une et que Felipe va en faire une nouvelle demain. Le repas se termine et le patron, un ami, nous offre le digestif. Sur le trajet de retour, il pose sa main sur ma jambe et me caresse ce qui me fait bander.

Moi : A la maison, je vais me mettre à l'aise et j'ai prévu du champagne autour de la piscine donc maillot.

Stéphane : Tu penses à tout.

Une fois à la maison je vais chercher le champagne et vais vers la piscine alors que lui revient en maillot noir Boxer avec une tirette sur le devant. Je n'ai pas le temps de me retourner qu'il m'a balancé tout habillé, enfin presque puisque j'avais retiré ma veste à l'entrée, dans la piscine. Je ne peux que pousser un cri de stupeur avant de boire la tasse, au passage je me fais mal au dos. Il plonge et me remonte à la surface.

Moi : Mais t'es fou ou quoi ?

Stéphane : Ce n'est pas bien grave.

Moi : Mes vêtements sont trempés.

Alors il me déshabille dans l'eau en douceur. Je vois voler sur le rebord de la piscine mon t-shirt, ma montre et mes bijoux et pour ça il y va en douceur. Il y en a pour des sous ensuite mes chaussures volent aussi et il fini par mon pantalon. Il ne reste plus que mon boxer. Il me prend dans ses bras en douceur et me roule une pelle interminable. Je fonds tellement je sens son amour dans ses baisés. Lentement il me relève et me pose sur le rebord de la piscine et sors pour nous servir une coupe de champagne. Il revient dans l'eau et me reprend dans ses bras, nous buvons notre coupe. Il me caresse et m'embrasse, il bande et moi aussi. A un moment, je me retourne pour poser ma coupe vide sur le rebord de la piscine et il vient se plaquer contre mon dos en douceur pour ne pas me faire mal. Je sens sa queue contre mes fesses, il défait le zip de son maillot et entre doucement sa queue dans mon cul. Je ne peux que gémir. Une fois au fond, il commence son mouvement de va et vient, je peux apprécier toute la longueur de ses 27 cm dans mon cul et c'est bon très bon. Je ne peux que continuer de gémir de plaisir, il faut dire qu'il joue avec sa bite dans mon fondement. Il dur un bon moment comme ça et je fini par jouir dans mon boxer. Mes contractions anales suite à mon éjaculation ont raison de lui et il m'envoie la purée dans le cul.

Stéphane : Mon amour, ton cul est divin et bien serré, les exercices avec le plug ont eu un bon effet.

Moi : Merci chou mais je vais serrer mon cul jusqu'à ce que tu sois dehors et filer aux toilettes me vider pour ne pas saloper la piscine. Mon boxer est rempli de mon sperme. Tu peux bien mettre la filtration en route et demain, il faudra désinfecter le filtre.

Stéphane : Vas à la toilette, je m'en charge.

Je sors de l'eau, enfile un peignoir et vais à la toilette. Je me vide et nettoie mon boxer dans l'évier, je passe vite fait sous la douche et reviens le trouver en bas. Nous finissons la bouteille de champagne dans le divan, moi lové dans ses bras. Comme je commence à être fatigué je lui propose de monter.

Stéphane : Oui on monte.

Je me mets au lit et il arrive avec la pommade.

Je me couche sur le ventre et il me masse avec la pommade et je me mets de nouveau à bander et lui aussi. Tout en me massant, il rentre sa queue dans mon cul et me fait l'amour une nouvelle fois. Je m'entends lui dire de me baiser à fond et sans retenue.

Stéphane : Tu aimes ma queue hein ma petite salope, tu aimes ton maître !

Moi : Oui, défonces-moi, je suis ta salope, j'aime ta queue, tu es mon maître et je suis ton esclave.

Je prends mes mains et écarte mes fesses pour qu'il rentre plus profond.

Stéphane : Oui, c'est ça, fait toi bien salope, je vais te féconder et te faire un enfant. Prends mon jus, Ahhhh, prends tout.

Il  me remplit une nouvelle fois de sa semence au plus profond, je suis aux anges. Il se relâche et tombe sur le côté. Heureusement car si il était tombé sur moi de tout son poids j'aurais hurlé de mal.

Stéphane : Tu m'as mis les couilles à sec mais qu'est-ce que j'aime ton cul.

Je me retourne et l'embrasse. Je reste un moment au creux de son bras mais je sens son jus qui commence à couler, je suis obligé de me rendre à la toilette pour me nettoyer. Une fois de retour au lit, je me blotti le dos contre son torse et je rentre sa queue semi bander en moi, je sais qu'il aime dormir sa queue dans mon cul et je m'endors avec lui.

Pattlg

Pat_203@hotmail.com

Suite de l'histoire

Autres histoires de l'auteur : Domination par Stéphane mon futur mari

Dernière mise à jour publique

6 Mai > 10 Mai

Le pari Pascal
Soirée routier riders59650
Du statut de Salope à celui de Pute Adonf
Agent Spécial GwenaelAgent Spécial Gwenael GwenBlondinet
Dragon Ball ZZZ Astro
Comment j'ai lopé ma famille Camille
Nice -01 Calinchaud
Je suis une vraie chienne Pascal
Chantier éloigné Caramel
Envie d'exhib Pascal
Shawn Mendes me baise Boris22

Nouvel épisode

Professeur Ligoteur -02 Bounkey
La grosse bite de mon beauf -04 Ghost writer
Chantier éloigné -02 Caramel
Kader -03 Cédric
Kader -04 Cédric
Julien en famille -02 Marco10e
Mon chéri et son pote -02 Lucas22
Le lycée, ça craint -02 Guillaume
Soumission & Domination -498 Jardinier
Le militaire gabonais -02 Luk Alexandre

Mai 2018

Moi, lope des rebeux LopsaEnveut
Corrigé par un lascar violent Dimosqwertz
Aux bains avec le Hokage Boris22
Une défonce inoubliable Adonf
Opération séduction du patron Costard fétiche
Journée du Patrimoine ! Stephdub
Turquie 2018 Viril57100
Le jardinier Gegebi95
Le Gigolo NeoFP
Agent de sécurité bien membré Ghost writer
Jean et moi Pascal
Le Mateur Eric
Douce rencontre Mimi83
Le centre d'internement Roberttiti
Tonton gandhii34
Sexe acrobatie ? Pascal
Chambres à louer Jeanmarc
Mec marié en forêt jrmec1385
La grosse bite de mon beauf -03 Ghost writer
Chroniques de Cédric Cedric21052
Le mec idéal -21 Pititgayy
Le mec idéal -22 Pititgayy
Les Chronique de Max -05 Max
Pire des salopes -03 Ulrich
Séance photo -05 Pascal
Histoire de lycéens Gaëtan92
Julien en famille Marco10e
Serveur d'un soir Pascal
Pierre mon mac Pascal
Mon rêve américain Maxou
Premières chaleurs avec Malik DC
Mon mâle rebeu VTC Lucas
Professeur Ligoteur Boundkey
Retour de plage Pascal
Soumis au marié Paulfalloux
Différentes interprétations PoisonFecond
Rencontre Facebook Jolicul
Tellement je kiff mon Boss -08 Putedesteph69
Un été bien rempli -02 Adri
Le chalet -23 Yan
Soumission & Domination -495 Jardinier
Soumission & Domination -496 Jardinier
Soumission & Domination -497 Jardinier
Croisière -08 Calinchaud
Le militaire gabonais Luk Alexandre
Ma première fois à trois Renaud1212
Le lycée, ça craint ! Guillaume
Une formation très intense Ghost writer
Visite de mon frère Clemsex
Baise chez papa Maxoy51
Violé en groupe HadrienQc83
Chez Philippe Frank
Soumission & Domination -493 Jardinier
Soumission & Domination -494 Jardinier
Jean -11 Kawiteau
Mon bâtard -04 Teub23
Séance photo -05 Pascal
Éric, ma vie Chapitre -10 Rodriques
Éric, ma vie Chapitre -11 Rodrigue
Éric, ma vie Chapitre -12 Rodrigue
Arrêt imprévu -02 Caramel
Croisière -07 Calinchaud
Beau-Père -06 Calinchaud
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

 

Cyrillo nu a Mykonos
Cyrillo Mykonos

Cyrillo Cuir Leather
Cyrillo Leather

Cyrillo Cuir Leather
Cyrillo Home

&+
Twitter

 
 

Chercher :

CYRILLO CHEZ LES GRECS CYRILLO CHEZ LES GRECS
CYRILLO CHEZ LES GRECS
CYRILLO CHEZ LES GRECS

 

 

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Tout sur Cyrillo - Contact - Twitter - Tumblr - Intagram

Cyrillo Photo

Best of Cyrillo - Cyrillo Cuir - Cyrillo chez les grecs

Dial Chat

Chat & Dial gay (rencontre)

Expositions

Sommaire des expositions - Verner Degray - Barbizart

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - Histoires 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Liens

Liens vers d'autres sites gay - IDM SAUNA - L'IMPACT BAR - EL HOMBRE

Photos

Modèle - Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Vidéo

Vidéo gay