7 Déc.
+ 47 histoires en accès privilège.
2 Déc. : +42 histoires en accès public

A noter.
Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.

VIP?
Accès privilège :
Des histoires en +, juste avec un don

Don anonyme, en paypal ou CB

DESTOCKAGE DVD GAY
PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Premier épisode - Épisode précédent

Cœur Irrationnel -07

La Vie Est Une Grande Surprise

Veuillez lire si inaccompli, la partie précédente avant de poursuivre ici…

Subitement, il s'assit sur le lit et lança son bras sur mon liquide qui était étalé sur son lit sans le savoir. J'ouvrai grandement les yeux, submergé de crainte et de peur.

Il sursauta après avoir touché la tâche.
-       Beurk…, C'est dégelasse ! S'exclama-t-il.
Je restais muet et remplie de honte.
-       Euh… ! Bedonnai-je.
-       C'est du foutre là !!! S'écria-t-il.
-       C… Ce… C'est… ! Ravagé de remords et d'embarras, j'accourus à ma chambre et m'enfermai à l'intérieur.
-       Hey les gars, moi, je vais chez Ralph ! Hurla Marcel qui sortait de l'appartement pour aller chez son pote avec qui il joue à la PlayStation.
Qu'est-ce que j'avais été bête, en courant ainsi, je me dénonçai moi-même.

Cinq minutes après, j'entendis toquer à la porte de ma chambre, ce devait être Marcel qui avait fait demi-tour, me disais-je. Je me levai et ouvrai la porte mais ce n'était pas ce dernier.

-       Ca va Franck ? Me demanda Daniel d'un air inquiet.
-       Oui et toi ? Répondis-je, en fait, pas vraiment !
-       Moi, ça va bien ! Dit-il. Mais dis-moi Franck, tu t'es branlé sur mon lit ??

Lorsque j'entendis cela, je me sentis encore mieux indigné et j'étais gêné de répondre à cette question, elle avait été très directe.

-       Pourquoi t'as fait ça que sur mon lit ? Me demanda-t-il posément, Je ne suis pas fâché hein !

Je restais muet et assis sur le lit, enlaçant mes genoux et n'osant pas approcher son regard. Des minutes s'écoulèrent, il avait tellement attendu une réponse qu'il soupira et se dirigea vers la sortie de ma chambre.
Ma tête me disait : « laisse le s'en aller, il est hétéro et va le prendre mal, ça pourrait gâcher votre amitié! » et mon cœur m'hurlait : « Ne le laisse surtout pas s'en aller, il faut le lui dire car il sait déjà que c'est toi ! ».

-       Je… Je crois… Je crois que j'ai des sentiments pour toi ! Enonçai-je impulsivement.

Il se retourna aussitôt d'un air catastrophé.

-       Quoi !!! S'écria-t-il.

Je sursautai subitement.

-       Moi… Moi aussi, je n'aurais pas voulu cela mais je ne peux contrôler les sentiments de mon cœur ! Lui expliquai-je, attristé et en pleurant, Ca été plus fort que moi quand j'ai trouvé ton boxer sur le lit.

Il semblait bouleversé et sidéré.

-       Oh non !!! Hurla-t-il d'un air désenchanté, tu veux dire que t'as en plus fait ça en…

Je restais muet, dans ma coquille collé au mur, toujours assis sur mon lit le regardant marcher en rond dans la chambre. Moi, remplie de stresses, je fermais mes yeux.

        Soudain, après quelques minutes, je fus pris au dépourvu en ressentant quelque chose de doux ; de tiède ; d'apaisant et d'excitant se poser sur mes lèvres, j'ouvrai les yeux et… Vous avez juste, je remarquai les lèvres de Daniel posés sur les miennes, me léchouillant, m'embrassant, moi ne ripostant pas.

Mon cœur s'illumina d'une lueur d'étincelles flottant dans tous les sens cherchant à se propager dans le corps entier, rien de plus merveilleux et de troublant lorsqu'on réalise un désir ou un fantasme, longtemps convoité.
Nous nous embrassions sur le lit, souriants, se caressant, je n'avais jamais eu accès au corps de Daniel de la sorte. Je n'aurais jamais même cru auparavant qu'un jour cela arriverait.
Sentir son corps contre le mien me donnait des frissons ; du plaisir, je gémissais, la tension augmentait, mon cœur battait plus rapidement, il était au-dessus de moi et se frottait à moi lentement avec ardeur, j'étais en érection.

Je le rejetai tout coup et sortis de la chambre, il accourut à moi et m'arrêta au salon.

-       Qu'est-ce qu'il y'a Franck ? Me demanda-t-il d'un air confus, n'est-ce pas ce que tu voulais ?

J'étais embrouillé, tout se mélangeait dans ma tête et des milliers de questions me venaient en tête.
-       Je ne peux pas faire ça, Daniel ! Lui disais-je. Mon couple avec Mathis serait en danger.

Il fit un sourire narquois.

-       Ne vois-tu donc pas que ton couple est en danger depuis longtemps Franck ? S'enquit-il, depuis que t'as des sentiments pour moi !

Je m'éloignais de lui.

-       Peut-être mais je peux encore essayer de le protéger ! Lui rétorquai-je.
-       Comme tu fais pitié, Franck !! dit-il d'un ton froid, tu vas te priver d'amour pour sauver le mensonge, hein ?

Il fit un pas en avant en ma direction.

-       Laisse-moi Daniel ! lui suppliai-je.
-       Tu m'aimes Franck, je veux te donner une chance mais tu es sur le point de la gâcher ! Dit-il en marchant vers moi.
-       Daniel… Non ! dis-je fébrilement.
-       Je sais que t'as envie de moi, tu le souhaite du creux de ton esprit, je ressens cette envie pressante de pouvoir juste sentir mon odeur. Me murmura-t-il tout droit dans les yeux en me plaquant au mur.
-       S'il te plait Daniel, tu sais que je ne peux résister à ton charme. Lui avouai-je d'un ton docile.
Il me regarda avec appétence, murmura un gémissement puis se retira de ma vue.

-       Soit, je vais respecter ton choix. Capitula-t-il, je vais prendre une douche puisque tu préfères plutôt mes boxers !

Il était en train de retourner dans sa chambre quand je laissai échapper : « Et puis, merde ! » en me précipitant sur lui, il se retourna et on s'embrassa passionnellement comme jamais. Je ressentais des frissons de partout, j'étais très excité et rien qu'en une caresse, ma bite se mettait en érection.

Avec Mathis, je crois que ça n'avait été qu'une prétention, je croyais l'aimer… Je l'aimais toujours, enfin tout était confus en mon esprit. Je n'avais jamais pris le temps de tomber amoureux de Mathis, me rendais-je compte. Je l'aimais certes mais j'étais désespérément dévoué et amoureux de Daniel.

Je remarquai aussi que Daniel n'avait lui, rien en commun avec Mathis. Blond aux yeux marrons ; cheveux mi- long, doux et fins ; un corps normal, pas très musclé mais très attirant. Mathis était comme un top model sorti tout  droit d'un magazine de sport mais l'ironie était que cela ne m'avait guère empêché de fantasmer sur quelqu'un d'autre.

On se déshabilla rapidement avec fougue au salon, se regardant avec envie et appétit, essayant d'attraper la lèvre de l'autre dès qu'on s'en éloignait trop. Ensuite, on bascula sur le canapé, s'entrelaçant. Oh… Qu'est-ce qu'il embrassait comme dieu, cette fois-ci ce n'était point un rêve, même mieux que ce rêve.
J'envoyai ma main au niveau de son pubis et ressentais son gros morceau déjà au garde à vous. Je pris son pénis bien tiède en main, une chaleur se propagea en moi rien que de pouvoir enfin toucher le pénis de Daniel. Je le caressais ; le serrais dans ma main, haletant, il y prenait plaisir qu'il alla malaxer mes fesses aussi fort qu'il le pouvait.

Il m'était maintenant impossible de résister à pouvoir avaler son paquet, on se leva du canapé Je m'abaissai pour lui montrer comment une pipe pouvait être meilleure faite par des mecs.

Une fois ma tête devant son pénis circoncis et sexy, je pris en grand ce dernier dans mon palais, j'avais longtemps rêvé et espéré que ceci arriva. Je caressais son ventre et sa poitrine de mon bras gauche tandis que j'avais en « golok » son pénis en bouche. Il y prenait de plus en plus plaisir et commença à caresser ma tête puis la maintint et fit des mouvements de va-et-vient avec.
Je suçais avec agrément le bout de son pénis, ah que je me régalais et j'aimais bien l'odeur de son pénis. Elle me perforait les narines et accélérait le désir. J'allai lui titiller délicatement les boules avec mon bras droit, il écarta ses Jambes pour que je puisse mieux lui faire du bien. Il gémissait « Oh oui ! » comme s'il s'abandonnait et rêvait, ce qui me fit lâcher ses boules et allai m'occuper de ma bite. Mon cœur bouillonnait de plaisir, l'électricité était partout en moi.

Haletant, je prenais appétit à faire ce boulot naturel. J'humectais sa bite puis faisais des va-et-vient avec mes mains et ma bouche. Il posa sa main sur mon épaule, se fléchit et me dit : « Oh Franck, tu le fais bien ! », je répondis «  Ouais Daniel, et c'est mon amour pour toi ! », il ajouta en gémissant : «  Tu es si petit mais, tu le fais vraiment comme un pro ! ».

Il me releva et s'abaissa à son tour pour goûter à sa première queue. « Humm », fut sa réaction et il se débrouillait bien pour un débutant, il apprenait très vite. Il était un peu trop agressif, sans doute dû au souci de vouloir me satisfaire. Je lui rassurais : « Dane, tu es adorable mais, prends plaisir, toi, à le faire ! ». Il se calma et engloutit mon sexe, avec douceur et plaisance. Il léchait ma bite, la suçait, faisait des va et vient merveilleux et suçait aussi mes testicules.
Il n'eut suffi que de quelques secondes pour que je puisse décharger mon liquide sur son torse.

-       J'ai envie de toi, Franck ! Me dit-il en se branlant et respirant tel un chien.
-       Je me demandais bien si t'aurais voulu de ça ! Lui avouais-je en l'embrassant.

Je me retournais et me mis à quatre pattes sur le canapé, lui, courra dans sa chambre et alla enfiler des préservatifs.
Il revint promptement, m'embrassa un coup puis monta derrière moi sur le canapé caressa mon dos puis je ressentais sa bite chercher le trou… Il me tardait de l'avoir au creux de mon anus.  Il caressa mes fesses avec sa bite puis d'un coup, je ressentis un gros morceau dur pénétrer mon arrière. J'ouvrai grandement ma bouche et laissai échapper un cri de douleur, je grinçai mes dents tandis qu'il faisait de tout doux va-et-vient en me demandant toujours si ça allait.

Soudain la douleur se dissimula dans le délice ; l'euphorie ; la jouissance, je respirais très fort gémissant « Ah ! Ah ! ». Il allait de plus en plus vite voyant mes gémissant s'accentuer, il me cognait le derrière, je ressentais ses hanches, sa bite brutaliser mon derrière me faisant hurler plus fort. Il me frappa la fesse telle à un cheval en m'étrillant le derrière, moi serrant très fort le bras du canapé.
Il allait encore de mieux en mieux sauvagement, ça chauffait dans mes fesses, et je criais de de plus en plus fort plaisirs.

-       Je sens que ça vient ! Me dit-il haletant.
-       D'accords ! répondis-je, Daniel je veux que tu jouisses en moi les yeux dans les yeux.

Il se retira de moi, je me retournai et on se mit dans la position du missionnaire mais, ce ne fut pas très confortable pour nous. Il se leva, me prit la main et m'amena vers la table de la salle à manger qui était à la hauteur de sa bite.

Je m'étalais sur celle-ci, mes fesses au bout de la table, écartant mes jambes et il se plaça devant moi, se courba et m'embrassa en me pénétrant de nouvelle. J'entourais mes jambes sur lui et il commença de délicats va-et-vient très précis, sa bitte me frottait très bien à l'intérieur, je gémissais et la table n'arrêtait point de balancer, ce qui nous excitait. Il accéléra la cadence, j'enlevais mes pieds de son dos et il se releva et resta debout, mes jambes en l'air. J'accrochais mes mains aux bouts de la table  parallèles à moi tandis qu'il me boxait toujours le cul.
Soudain, il hurla : « ça arrive ! » et je répondis « Oui, vas-y jouis en moi Daniel, je t'aime ! ».
Je sentais sa bite gesticuler en moi, le jus arrivait, je me mis moi aussi à me branler la bite. Il me bâtonnait le cul de plus belle, je sentais aussi que ça arrivait chez moi, ensuite il murmura un cri rauque et très sexy, le liquide chaud se propageait au fond de mes entrailles tandis ma semence montait en éruption et se jetait sur mon bas ventre.

Il se jeta sur moi respirant à coups, moi caressant son dos et fermant ses fesses avec mes jambes. C'était la première fois que je jouissais simultanément avec quelqu'un.

-       Oui…, j'ai adoré ce moment passé ensemble ! Lui murmurai-je dans l'oreille.
-       Moi aussi, Franck ! Dit-il essoufflé en se retirant dans moi, se leva et se coucha sur la table près de moi.
-       Merci beaucoup Daniel ! Lui dis-je avec amour.
-       Me remercie pas bro', moi aussi j'ai pris mon pied ! M'avoua-t-il.
-       Tu penses qu'on pourra encore… Euh… faire… ça ? Lui demandai-je.
-       On verra frère ! Répondit-il aussitôt.

Soudain, la porte s'ouvra et c'était… Marcel.

-       Putain mecs, vous êtes malades ou quoi ??? Demanda Marcel d'un air surpris et écœuré.
-       Qu'est-ce que t'as contre les mecs qui s'amusent ?? Demanda Daniel en lui jetant un coussin dans la figure.
-       Vas-y ferme tes yeux, tu te rince bien les yeux ! Dis-je à Marcel en ricanant.

Il s'exécuta aussitôt.

-       Fais chier ! S'exclama-t-il, faites ce que vous voulez mecs mais… Pas… Pas dans ce putain de salon, vous savez bien que quand mes chips tombent, je les ramasse !
-       On a enfin trouvé le moyen de t'en empêcher ! le taquina Daniel qui retournait dans sa chambre, moi, rejoignant la mienne.

                Des jours passèrent, les vacances de pâques arrivaient, Daniel et moi nous rejoignions toujours en douce la nuit, tant tôt dans sa chambre et tant tôt dans la mienne mais il ne fallait pas qu'on aménage ensemble car j'étais normalement encore en couple avec Mathis.
Marcel n'était point contre ce qu'on faisait, même que ça l'excitait quelques fois.
Le pauvre Mathis, celui passait ses journées auprès de la malheureuse Sophie, enfermée dans une chambre d'hôpital et était dans le coma, dû à un accident le soir de la fête foraine. En effet, elle se serait soûlée dans un bar après nous avoir laissé Mathis et moi et prit en ensuite le volant.
Je savais que je devais soutenir Mathis mais la famille de Sophie n'avait autorisé personne autre que leur famille et Mathis.
Mathis culpabilisait beaucoup, il se disait que s'il s'avérait qu'elle mourrait, il s'en voudrait tout le reste de sa vie.
Ce qui fit qu'on ne se voyait plus assez lui et moi et Daniel remplissait ce comble. Parfois je me disais : « Quelle ironie, Mathis avait trompé Sophie avec moi et maintenant moi, je le trompais avec Daniel ! ».
Je me disais : « Pourvu que Mathis ne le sache jamais ! ».

C'était le début des vacances de Pâques, j'étais un jour à l'appartement en train de faire de la propreté quand soudain, on sonna à l'interphone, comme Marcel était à la maison, il alla décrocher et ouvra la porte à cette personne.
J'ignorais bien qui ça pouvait être, nous n'attendions personne à l'appartement et Daniel était chez Ralph.

Après quelques minutes, J'étais dans les toilettes quand j'entendis :
«  La porte s'ouvra,
-       Ah Salut ! S'exclama la voix inconnue qui semblait féminine, tu dois être Marcel !
-       Oui, c'est moi ! Répondit Marcel mais il était évident qu'il ne l'avait jamais rencontré, d'où on se connait ??
-       Ah non, en fait euh, c'est Daniel qui m'a parlé de vous. Lui élucida-elle, d'ailleurs, il est où euh… c'est Franck, non ?
-       Oui, c'est ça… Ah d'accords ! Répondit Marcel sans être persuadé, et pourquoi ces valises ?
-       Ça fait trois ans que mon doudou et moi ne nous étions pas vu alors… Je viens passer ces vacances avec vous !
-       Ah… T'es sa sœur, c'est ça !!! S'écria Marcel.
-       Ah non, non, non,… j'suis sa petite copine ! Dit-elle, mais attends… Il ne vous a donc jamais parlé de moi ?».

Sur ces mots, je tressaillis aux toilettes, je me dépêchais d'aller me nettoyer puis je vins au salon. J'étais ébranlé par cette soudaine irruption.

A suivre…

La suite pour très bientôt chers lecteurs.

Nous approchons de la fin.

N'hésitez pas à m'envoyer un mail pour me faire part de vos avis, je serai très content les recevoir.

Davinson

tendredrake@gmail.com

Suite de l'histoire

Autres histoires de l'auteur : Les Reflets Du Cœur - Titanic - Donnez-moi Un V - René, Mais Où est-tu ? - Un Amour Dont Je Ne Peux M'en Passer - Prends Tout De Moi - Cœur Irrationnel

Dernière mise à jour publique

02/12 : 13 Nouvelles

Pendaison de crémaillère Alex
1 de perdu, 2 très chauds de trouvés James
Montparnasse Lane
Plan punition Chopassif
Serveur timide, mais chaud Romain
Un super plan en voiture Le paon d'Héra
Ma première collocation Pascal
Un Français au Québec Wesley
Ascenseur bloqué Hugo
Première fois hard Inexp
Deux novices dans la douche Flavien49
Accident de travail Catana
Autostop en Martinique Ed.Nygma

La suite... 29 épisodes

Mon pote Hector -04 Anno
Nicolas et Bobo -02 Nicolas
Jeune, riche et gâté -08 Matt
Première fois sur un site -02 ChTtbm
Le jouet d’un hétéro -04 Franck84
Soumission & Domination -514 Jardinier
Soumission & Domination -515 Jardinier
Chambre à louer -12 Jeanmarc
Voyage Initiatique -11 Ninemark
Voyage Initiatique -12 Ninemark
Voyage Initiatique -13 Ninemark
Voyage Initiatique -14 Ninemark
Voyage Initiatique -15 Ninemark
Ménage et baise à 12 -03 Denis
Mon âme au diable -06 Pititgayy
Mon âme au diable -07 Pititgayy
Ancien pote -09 Bearwan
Ma première collocation -02 Pascal
Ma première collocation -03 Pascal
Ma première collocation -04 Pascal
Ma première collocation -05 Pascal
Ma première collocation -03 Pascal
Le jouet d’un hétéro -03 Franck84
Le jouet -04 Hellboy62
Hypnotisé mon copain -08 Jeanmarc
Colocation -06 Emerick
Le jouet -02 Hellboy62
Le jouet -03 Hellboy62
Les Chronique de Max -10 Max

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)

RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

DESTOCKAGE DVD GAY

Chercher :

 

 

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter - Tumblr

Expositions

Sommaire des expositions - Verner Degray - Barbizart

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - Histoires 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Liens

Liens vers d'autres sites gay - IDM SAUNA - L'IMPACT BAR - EL HOMBRE

Photos

Modèle - Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)