Mai
Nouvelles histoires, photos bbk

VIP
"Accès Avant-Première" des histoires juste avec un don, ou en écrivant une histoire

PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Naissance homo au japon

C'est de ma naissance homo dont je vais vous parler, histoire vraie, qui débute il y a quatre ans. 25 ans, je sors d'une grande école d'ingénieur. J'avais rencontré ma copine dans l'année de mes 19 ans, et nous nous sommes immédiatement installés ensemble. Après nos années galère d'étudiants, je décrochais un poste dans une stat up, managé par un jeune quadra plein d'ambition. Le poste était passionnant et mon boss éblouissant, d'intelligence et de classe, dont il jouait beaucoup. Très rapidement mon boss son épouse et ma copine partagions beaucoup de loisirs ensemble. Maison de campagne, golf, randonnées, ski, spectacles et restaurants huppés. La société se développait à grands pas. De trois, nous nous trouvions 38 un an ½ après.Un jeune gestionnaire, vint rejoindre notre équipe de direction. Maintenant nos weekends end se déroulaient à 3 couples. Mon boss, 1m75 pour 72 kg, svelte, yeux noirs cheveux noirs rebels, le teint toujours halé, sourire permanent, dentition parfaite, mais retouchée par l'orthodontiste. Le gestionnaire, 1m80, carrure d'athlète fan de rugby, roux hirsute, barbe de trois jours jouant sur sa plastique avantageuse. Moi, 1m70 64 kg, yeux bleus blond comme les blés, style cool sweat et jean. Mon boss, toujours très tactile me posait souvent la main sur le cou, pour m'expliquer un problème pro, ce que je prenais pour une proximité sympathique. Le premier été, mon boss nous invitait avec le gestionnaire pour 4 jours de croisière sur son voilier. Hyères, Toulon, l'ile de Porquerolles nous offrait une détente parfaite. Tous en maillot de bain, ceci permettait de découvrir nos corps respectifs. Nos minettes étaient dans le même ton, sveltes, assez peut de poitrine et ouverte à la discutions et à la rencontre. Mon boss, imberbe, aisselles épilées, jambes musculeuse et glabre hormis quelques poils noirs sur les mollets. Le gestionnaire baraque musculeuse, pectoraux saillant recouvert de poils roux et visiblement slip de bain bien rempli, dans lequel assez souvent, sans gêne il plongeait la main pour remettre sa bitte en place. Le deuxième jour, après une discussion sur le naturisme, mon boss nous proposa de rendre visite à un de ses amis installé sur l'ile du levant, ile à proximité de Porquerolles, et premier centre naturiste d'Europe. Après hésitation avec ma minette nous acceptons l'expérience. Chacun partit dans sa cabine pour se dépoiler. Ma copine, mince avec ses petits seins durs et sa toison ticket de métro était séduisante Moi, aisselles entretenues, cuisses et jambes recouvertes de petits poils blonds frisés, queue de 19 non circoncise, valseuses rasées, toison taillée proprement. Je suis assez fier de mon corps. Sur le pont nous découvrons nos partenaires. Les deux autres femmes chatte rasées, jambes et aisselles parfaitement épilées et l'une comme l'autre, bronzage uniforme, confirmant, comme pour mon boss, la pratique de naturisme. Ce qui n'était pas notre cas avec ma minette car nous arborions la marque de nos maillots de bains sur notre bronzage. Le corps de mon boss était à l'image de son style une petite queue 12/13 au repos avec de magnifique valseuses rasée une couronne de poils noirs et taillés entourant son sexe. Je l'imaginais tout à fait comme cela avant de le voir nu. C'est le gestionnaire qui me surprit le plus, bitte de cheval au moins 18 au repos, entièrement rasé avec deux couilles pleines qui pendaient jusqu'à la pointe de sa queue. A la base de sa tige un cookring valorisait son morceau de chair. La réception chez l'ami allemand de mon boss se déroulait dans une ambiance chaleureuse et bientôt la nudité des uns et des autres devenait naturelle. Au cours de la soirée notre convive nous pris, mon boss et moi à part pour nous expliquer qu'il avait un marché en négociation au japon qui nécessitait un déplacement d'une quinzaine de jours, et que, si nous voulions, il pouvait nous confier cette mission qui allait représenter 30 % de notre chiffre d'affaire annuel. Après discutions avec mon boss nous acceptons le projet qui devait se dérouler dans 4 mois. Au retour sur le voilier nous avons fait couler le champagne pour fêter la bonne nouvelle et en riant dire que de se foutre à poil remplie les caisses !. Dans la soirée, alors que j'étais seul assis à la proue du bateau, mon boss vint s'assoir à coté de moi et, a ma surprise, me caressa délicatement la poitrine, en me disant « J'ai remarqué que tu te rases le torse, au japon, ils sont fous des blonds. Laisse-toi repousser les poils. Pour nos hôtes ce sera certainement séduisant. » C'est ce que je fis, et quatre mois après j'avais les pectoraux couvert de mes petits poils blonds et retrouvé mon triangle de poils allant du nombril à ma queue. Le chantier au japon était professionnellement passionnant et le directeur de l'entreprise nous indiqua que nous serions hébergé dans sa grande maison ou résidait sa famille. La première réception était un véritable examen de passage. Mon boss m'avait fait prendre comme lui, un pantalon bleu marine sport et une chemisette avec le col légèrement ouverte découvrant le début de nos poitrines, et pour moi laissant apparaitre les poils blonds de mon torse. Dés le premier instant je compris que les yeux de la famille étaient souvent fixés sur l'ouverture de ma chemise, ce qui confirmait l'idée de mon boss. La famille quelle éclat ! le père, la cinquantaine, sec, lunettes cerclées image typique du japonais entrepreneur, la femme souriante et discrète, la fille, la trentaine collaboratrice de l'entreprise du père et les deux fils jumeaux, dont je n'arrivais pas à définir d'âge. Sveltes, imberbes cheveux noirs, peut être 18 ans …à la présentation, j'appris qu'ils avaient 23 ans. Cette impossibilité d'attribuer un âge des jeunes hommes, m'a toujours surpris chez les asiatiques. Le père nous informait que ses deux fils, jeunes ingénieurs, seraient nos accompagnateurs pendant notre séjour, chez lui comme dans nos déplacements, puisque tout deux parlait parfaitement l'anglais. Dés mon installation dans la vaste chambre ouverte flanqué de mon minet asiate, je découvrais les traditions. Mon hôte me fit déshabiller pour me faire enfiler un kimono de soie. Il insista pour m'expliquer que je pouvais être nu dessous, ce que je pris pour une obligation. Mon minet était charmant, sourire aux lèvres. Lorsque je me présentais devant lui ayant enfilé ma tenue, je constatais qu'il avait pris la même. Etait il aussi nu dessous ? Il me félicita pour la classe que j'avais en habit traditionnel ; Il ne put s'empêché, en riant, de toucher mes poils blonds qui sortait de l'échancrure de mon kimono.

Il m'entraina dans le bain de vapeur, dans lequel nous sommes resté une bonne heure.je cachais ma nudité dans une mini serviette que j'avais des difficultés la garder autour de ma taille alors que mon hôte plus mince se satisfaisait. Au bout de ce temps nous nous installons a plat ventre sur une table de massage en marbre et deux jeunes masseurs commençaient à nous enduire le corps d'huiles essentielles. Leurs mains expertes chassaient toute lassitude et une détente bienfaitrice m'envahissait ; le dos, les jambes, les riens, les pieds tout était soumis à la détente. Mon compagnon allongé à cote de moi avait commencé à m'exposer les projets de la semaine puis m'invita à garder le silence pour profiter des soins apaisants. Bientôt je sentais les mains de mon masseur remonte le long de mes cuisses et arriver à toucher mes couilles, ce contact déclencha chez moi un début d'érection, heureusement que nous étions allongé sur le ventre. Puis pour moi comme pour mon compagnon les soigneurs élevèrent nos serviettes pour poursuivre leur art. je voyais le cul rond et ferme de mon hôte et son visage bienheureux. Il m'informait que bientôt nous devrions nous retourner sur le dos et prendre un masque sur les yeux pour éviter la lumière vive. J'étais heureux de cette information, car maintenant je bandais comme un âne et hésitais de présenter mon état à mon compagnon, quant aux masseurs pensais je, ils devaient en avoir vu d'autre. Je présentais mon corps aux mains expertes et sentais que de plus en plus elles s'approchaient de mon pubis, jusqu'a sentir un vrai massage de couilles et de caresses sur ma bitte. Certainement que je devais mouiller car, délicatement, mon artiste essuya la pointe de ma queue avec un tissus. J'étais dans un autre monde et souhaitais que cet instant ne s'arrête pas. Mon hôte me demanda si j'étais bien ce que je lui confirmais, il me prit la main et la gardait dans la sienne. Je ne pouvais rien voir avec le masque posé sur mes yeux. Soudain, mon masseur me saisit la bitte dans la main et après quelques coups de poignets déclenchait chez moi un orgasme fantastique provoquant une éjaculation phénoménale. La main de mon compagnon serrait plus fortement la mienne comme s'il avait la jouissance en même temps que moi. Je sentais mon sperme se projeter sur mon torse et même sur le bas de mon visage. Il y avait longtemps que je n'ais pas joui de la sorte. Mon compagnon desserra son étreinte et me lâcha la main. Je perçu un mouvement de nos soignants. J'arrachais mon masque et constatais que nos deux artistes avaient quitté la pièce. Mes poils étaient gorgés de foutr,e une trainée avait même touché mon menton. Je me retournais vers mon compagnon. Je vis sa petite queue entièrement rasée, corps d'éphèbe s'il en est. Quatre traces de jus blanc sur le ventre. Il n'avait pas la même production de sperme que moi. Il n'avait pas de masque et je compris qu'il n'en avait jamais mis. Je tentais de m'excuser de cette situation mais dans un sourire mon compagnon se mit à enlever les quatre traces de sperme avec ses doigts et les porter à sa bouche m'expliquant que la jouissance était une puissance et qu'il fallait s'en nourrir ce que je ne fit pas. Mon hôte pris une serviette chaude et vint m'enlever tout le foutre que j'avais sur le corps. Il poussa même la delicatesse à décalotter mon gland pour me nettoyer la queue. Ce touché me fit à nouveau bander, ce qui n'impressionnait pas mon éphèbe, mais lui permis de me dire qu'il aurait bien souhaité avoir un sexe de la dimension du mien, le sien étant à son gout trop petit. Pour ma part je le trouvais super d'autant que rasé il paraissait appartenir à un pré ados.

Après nous être rhabiller à l'européenne, nous avons rejoint le reste de la famille comme si de rien était. Vers 23 heures après le repas mon compagnon m'invita à regagner ma chambre. Il me proposait un bain que je ne refusais pas, me préparait des parfums, des serviettes et un peignoir blanc. La chambre était vaste avec plusieurs tables basses un immense téléviseur, un petit réfrigérateur,, un bureau avec ordinateur et imprimante, un grand lit futon recouvert d'une couette blanche. Sortant de la salle de bain je constatais avec surprise que mon compagnon était couché dans le lit. Il m'expliqua qu'en réalité c'était sa chambre que nous devrions partager comme d'ailleurs mon boss avec son frère. Passé l'instant d'incertitude et sachant que nous nous étions déjà trouvé nus l'un et l'autre, je pris place à ses cotés.

Une fois les lumières éteintes une douce clarté venait de l'extérieur envahissait la chambre.

Du fait de la chaleur, je repoussais la couette et sur proposition de mon compagnon nous convenions de la plier au pied du lit afin de pouvoir l'utiliser ultérieurement dans la nuit si le froid arrivait. Ce n'était pas le cas présent car je sentais couler entre mes pectoraux des gouttes de transpiration. Malgré la faible clarté, je devinais le corps de mon compagnon, nu à coté de moi, allongé sur le dos. Je cherchais le sommeil avec difficulté et tournais et retournais dans le lit. Le phantasme de mon minet asiatique à mes cotés me trottait dans la tête. Je dois même dire que des pensées érotiques commençaient à me venir a l'esprit. Me découvrais je homos ou c'était la situation complètement folle de ces derniers heures qui brisait me repères ? Vers deux heures du matin, je ne dormais toujours pas alors que mon compagnon toujours sur le dos avait une respiration régulière. Je m'approchait de lui pour voir s'il dormait et la, je vis ses yeux grands ouverts et son sourire illuminer son visage ; « tu ne dors pas, me dit il , moi non plus. » je repris ma position allongé sur le dos à coté de lui, mains croisées sous la tête Puis imperceptiblement, je sentais que mon compagnon s'approchait de moi jusqu'au moment ou je sentis son corps toucher le mien. Sa main vint jouer avec les poils de ma poitrine, décidément pour les japonais ce devait être une obsession pour le poil blond. Mais progressivement le jeu avec mes poils s'est mué en caresse sur mes pectoraux. Mon cœur battait la chamade. Je ne bougeais pas, pétrifier par ce qui se passait. Bientôt sa main jouait avec les poils autour de mon nombril, et glissa doucement jusqu'a entrer en contact avec ma queue bandée à mort. Je trouvais l'instant irréel mais cela ne s'arrêtait pas là bientôt mon minet embrassait mes abdos et léchait mon nombril cette sensation était pour moi inédite et savoureuse. Je ne savais plus que faire. Lui dire de continuer ? lui dire d'arrêter ? je trouvais cependant un plaisir nouveau avec mon éphèbe. Bientôt une douce chaleur entourait mon chibre, mon compagnon avait glissé mon membre dans sa bouche. Sensation nouvelle pour moi d'autant que me minette ne m'avait jamais fait de fellation. Je ne puis me retenir plus longtemps et bientôt je sentais ma jouissance arriver. J'alertais mon compagnon que se contenta de me saisir les fesses pour que ma queue rentre encore plus dans sa bouche. Je déchargeais plusieurs jets de semence sur sa langue. J'étais épuisé. Il revint doucement me nettoyer la queue jusqu'a la dernière trace de sperme. Puis, il se blottit sur mon épaule et s'endormit.

Le lendemain matin 7 h je me réveillais et mon hôte n'était déjà plus auprès de moi. Je le découvrais dans la salle de bain sous la douche. Il s'approcha de moi et me dit « notre aventure sera notre secret, ma famille ne sait pas que moi et mon frère aimons les hommes, bientôt nous allons quitter la maison pour nous installer avec nos amants respectifs, nous savons que notre père supportera durement la nouvelle mais nous ne pouvons vivre encore longtemps en nous cachant.» Il me prit la tête dan ses mains et me déposa un baisé sur la bouche que bientôt je partageais fougueusement mélangeant ma langue avec la sienne. C'était doux. Les quinze jours, professionnellement intense était chaque soir récompensés par des moments d'amour ou mon compagnon m'initia à toutes les formes de plaisir homos en me prêtant régulièrement son cul pour le bourrer et éjaculer dans son tréfonds. Mission terminé rupture douloureuse avec mon minet retour en avion pour plusieurs heures de vol. Mon boss à coté de moi était ravit de sa mission et des retombés économiques pour l'entreprise. Quatre heures après le départ, il me dit « tu sais pendant notre mission, j'ai partagé comme toi d'ailleurs la chambre avec un jumeaux, jamais je n'oublierai ce moment. » Je ne savais pas ce que recouvrait cette déclaration et j'avais un doute, avait il connu la même expérience que moi ? Mon boss toujours direct me confia « jamais je ne pensais faire l'amour avec un garçon. Je sais que les deux frères sont identiques ! Et toi tu as aimé ? » Ma réponse désinhibe ne fut que confirmation. Je lui indiquais ce que j'avais fait avec mon compagnon et pendant mon récit je me mis à bander ce qui fit sourire mon boss une fois encore mon partenaire me surpris en m'avouant. « Toi tu es tombé sur le passif et moi sur l'actif. J'ai encore le cul en feu mais quel pied ! Nous avons gardé ce secret pour nous, mais à plusieurs reprises, nous nous sommes payés tout les deux des saunas pour retrouver le gout de l'amour masculine. Nous n'avons jamais baisé ensemble c'et le dernier interdit que nous ne voulons ni l'un ni l'autre dépasser. Notre prochain voyage en Norvège connaitrons nous autre chose ?

Yannick

Autres histoires de l'auteur : Canada voyage de ouf ! - Bel apprentis - Naissance homo au japon - L'accident d'un éphèbe

Dernière mise à jour publique

6 Mai > 10 Mai

Le pari Pascal
Soirée routier riders59650
Du statut de Salope à celui de Pute Adonf
Agent Spécial GwenaelAgent Spécial Gwenael GwenBlondinet
Dragon Ball ZZZ Astro
Comment j'ai lopé ma famille Camille
Nice -01 Calinchaud
Je suis une vraie chienne Pascal
Chantier éloigné Caramel
Envie d'exhib Pascal
Shawn Mendes me baise Boris22

Nouvel épisode

Professeur Ligoteur -02 Bounkey
La grosse bite de mon beauf -04 Ghost writer
Chantier éloigné -02 Caramel
Kader -03 Cédric
Kader -04 Cédric
Julien en famille -02 Marco10e
Mon chéri et son pote -02 Lucas22
Le lycée, ça craint -02 Guillaume
Soumission & Domination -498 Jardinier
Le militaire gabonais -02 Luk Alexandre

Mai 2018

Moi, lope des rebeux LopsaEnveut
Corrigé par un lascar violent Dimosqwertz
Aux bains avec le Hokage Boris22
Une défonce inoubliable Adonf
Opération séduction du patron Costard fétiche
Journée du Patrimoine ! Stephdub
Turquie 2018 Viril57100
Le jardinier Gegebi95
Le Gigolo NeoFP
Agent de sécurité bien membré Ghost writer
Jean et moi Pascal
Le Mateur Eric
Douce rencontre Mimi83
Le centre d'internement Roberttiti
Tonton gandhii34
Sexe acrobatie ? Pascal
Chambres à louer Jeanmarc
Mec marié en forêt jrmec1385
La grosse bite de mon beauf -03 Ghost writer
Chroniques de Cédric Cedric21052
Le mec idéal -21 Pititgayy
Le mec idéal -22 Pititgayy
Les Chronique de Max -05 Max
Pire des salopes -03 Ulrich
Séance photo -05 Pascal
Histoire de lycéens Gaëtan92
Julien en famille Marco10e
Serveur d'un soir Pascal
Pierre mon mac Pascal
Mon rêve américain Maxou
Premières chaleurs avec Malik DC
Mon mâle rebeu VTC Lucas
Professeur Ligoteur Boundkey
Retour de plage Pascal
Soumis au marié Paulfalloux
Différentes interprétations PoisonFecond
Rencontre Facebook Jolicul
Tellement je kiff mon Boss -08 Putedesteph69
Un été bien rempli -02 Adri
Le chalet -23 Yan
Soumission & Domination -495 Jardinier
Soumission & Domination -496 Jardinier
Soumission & Domination -497 Jardinier
Croisière -08 Calinchaud
Le militaire gabonais Luk Alexandre
Ma première fois à trois Renaud1212
Le lycée, ça craint ! Guillaume
Une formation très intense Ghost writer
Visite de mon frère Clemsex
Baise chez papa Maxoy51
Violé en groupe HadrienQc83
Chez Philippe Frank
Soumission & Domination -493 Jardinier
Soumission & Domination -494 Jardinier
Jean -11 Kawiteau
Mon bâtard -04 Teub23
Séance photo -05 Pascal
Éric, ma vie Chapitre -10 Rodriques
Éric, ma vie Chapitre -11 Rodrigue
Éric, ma vie Chapitre -12 Rodrigue
Arrêt imprévu -02 Caramel
Croisière -07 Calinchaud
Beau-Père -06 Calinchaud
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

 

Cyrillo nu a Mykonos
Cyrillo Mykonos

Cyrillo Cuir Leather
Cyrillo Leather

Cyrillo Cuir Leather
Cyrillo Home

&+
Twitter

 
 

Chercher :

CYRILLO CHEZ LES GRECS CYRILLO CHEZ LES GRECS
CYRILLO CHEZ LES GRECS
CYRILLO CHEZ LES GRECS

 

 

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Tout sur Cyrillo - Contact - Twitter - Tumblr - Intagram

Cyrillo Photo

Best of Cyrillo - Cyrillo Cuir - Cyrillo chez les grecs

Dial Chat

Chat & Dial gay (rencontre)

Expositions

Sommaire des expositions - Verner Degray - Barbizart

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - Histoires 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Liens

Liens vers d'autres sites gay - IDM SAUNA - L'IMPACT BAR - EL HOMBRE

Photos

Modèle - Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Vidéo

Vidéo gay