12 Déc.
+ 67 histoires en accès privilège.
2 Déc. : +42 histoires en accès public

A noter.
Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.

VIP?
Accès privilège :
Des histoires en +, juste avec un don

Don anonyme, en paypal ou CB

DESTOCKAGE DVD GAY
PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Premier épisode - Épisode précédent

L'homme aux air max 2016 -03

Quelle nuit dans ses bras, lové contre lui, mon beau Ruben, et à profiter de ses skets sous mon nez, j'voudrais que ça ne s'arrête jamais. Néanmoins, c'est encore la faim qui nous oblige à bouger pour aller déjeuner, et je l'espère, ôter ce truc affreux qui m'empêche de bander, c'est vraiment très inconfortable. Alors que je prépare quelques vivres pour grignoter, il vient dans mon dos et me prend alors dans ses bras, me disant qu'il a passé l'une des meilleures nuits de sa vie, et m'embrasse dans le cou, ce qui me fait frissonner. Je ne peux m'empêcher de lui dire :

- Moi aussi Ruben, mais la cage, faut vraiment que je l'enlève, je n'en peux plus. C'est trop inconfortable.

- Ok, je vais chercher la clé dans mon sac.

Et je le vois chercher son trousseau. Il me dit :

- Tiens, ça doit être celle-là, je te laisse te débrouiller, et merci d'avoir accepté de la porter, je vois que tu sauras me respecter, et que tu as envie de vivre une belle histoire avec moi.

- Oui Ruben, c'est vraiment ce que je souhaite. Merci, je reviens.

J'essaye la clé, ça ne fonctionne pas… une autre, non plus, une troisième, toujours rien… je blêmis, je ne vois plus de clé pouvant correspondre… Je l'interpelle en lui disant :

- T'es sûr de m'avoir filé la clé ?

- Oui, j'vais pas venir t'aider quand même ?

- Non !! (Enfin, j'aimerai bien quand même)

- Alors ??

- Toujours pas…

Et je l'entends rire dans la cuisine…

- La clé, c'est moi qui l'ai, et je ne te délivrerai que ce soir, avant que je rentre chez moi.

- Ah non Ruben, tu n'as pas le droit…

- Je fais ce que je veux, tu t'es laissé faire, faut assumer Justin !

Je découvrais alors une nouvelle personne, sous ses airs de gentil garçon se cachait un être légèrement dominateur, qui n'était pas pour me déplaire finalement. J'aurais dû réfléchir avant de me faire avoir comme un naïf ! De retour à ses côtés, il ne pouvait plus s'arrêter de rire, comme un enfant pendant qu'il fait une bêtise. Je lui demandai d'arrêter, la moquerie me mettait mal à l'aise, alors il m'embrassa.
Le repas du dimanche midi, à deux, c'est une chose que je ne fais pas souvent, je trouve cela très agréable avec Ruben, et nous passâmes l'après-midi dans les bras l'un de l'autre, entrecoupé de baisers longs et intenses, et de rares coups d'œil sur la fin du dvd. Puis, l'heure fatidique fini par arriver… Vers 18 heures, il me dit :

- Justin, va falloir que je rentre chez moi, je me lève aux aurores demain, j'ai la mise en place des plantations qui débute à 5h.

- Tu veux déjà partir ?

- Non ! Je suis bien ici, avec toi, mais sans boulot, pas de salaire ! Et pas de salaire, pas de bouteille à boire, donc pas de retour…

Je le pinçai pour cette remarque « pas de retour » ; il avait intérêt à me donner de ses nouvelles !

- Bon d'accord… mais avant de partir, fixons un rendez-vous pour se revoir, même que quelques minutes.

- Je ne suis libre que le week-end…

- Ok Ruben alors rdv samedi prochain, et c'est moi qui vient découvrir où tu vis.

- Ok Justin, on fait comme ça !

Il m'embrasse et me dit

- Voilà, il est temps de te laisser, à samedi !

- A samedi…

J'étais sur le point de le laisser partir quand subitement il m'embrasse comme si c'était son dernier baiser. Je ressens alors une forte gêne entre les jambes, et je me souviens de son deal ! Je lui dis alors :

- Et tu n'oublies rien ?

- Non Justin, j'ai repris mon sac.

- Et il ne te manque rien ?

- Non…

- Si…

- Tu as fouillé dans mon sac Justin ?

- Non Ruben, mais j'ai un objet qui m'empêche de bander, tu peux me donner la clé, que je puisse la retirer ?

- Ah ça, oui !!! Je t'ai menti, je n'ai pas la clé…

- Hein, quoi ?? Qu'est-ce que tu dis ???

- Oui, Justin, je n'ai pas la clé ! Ce cadenas n'a pas de clé, je l'ai perdue…

- Alors je vais le couper avec une cisaille, Ruben ! dis-je d'une façon autoritaire.

Il m'embrasse encore en me souhaitant une bonne semaine, et qu'il a hâte de me retrouver samedi prochain, avec, dit-il, ta bite en cage. Il rêve s'il pense que je vais rester ainsi toute la semaine, la bite enfermée, sans pouvoir bander ni me branler.
Dans la soirée, alors que je cherche un moyen de me libérer de cette emprise physique, je reçois un message de Ruben disant « Coucou toi, j'espère que tu t'habitues à ton jouet, tes bras me manquent et j'ai par chance cette photo que je garde pour pouvoir te sentir près de moi, je t'embrasse, ton Ruben ». Oh l'enfoiré !! Mon jouet !!! J'suis pas un animal ! Puis, je reçois de lui une photo, ses belles air max dont j'avais profité toute la nuit… la réaction entre mes jambes fût immédiate, et douloureuse. Quel con j'ai été pour me faire avoir comme ça, ma colère ne baissait pas, je m'en voulais et je ne voyais pas comment sortir de cette situation. Où trouver une pince coupante ? A qui emprunter ce matériel ? Je répondis à son message « Merci sale gosse, grâce à toi, je bande comme un fou, et j'suis coincé avec ce truc que tu m'obliges à porter ! Quant à la photo, c'est une vraie torture ! Tu vas me le payer cher samedi, parce que, malgré tout, j'ai déjà très envie de t'embrasser encore et de me lover dans tes bras, contre ton corps ! Je t'embrasse démon. Justin ». Un dernier message arriva, juste un cœur…
Les nuits de cette semaine furent éprouvantes, les soirées ponctuées de quelques messages courts chaque soir, et j'avais hâte d'être au samedi pour le retrouver. Je m'habituais à ne pas pouvoir bander, mais je désespérais de trouver enfin une solution pour couper ce cadenas ! Il fallait que je trouve une solution avant samedi, et trouver un système pour lui rendre la pareille… J'ai alors chercher sur internet différentes façons de lui donner une leçon, et acheté un collier avec un système à vis… je jubilais de ma vengeance à venir.
Le dernier petit déjeuné pris, la douche passée, sur mon 31 pour retrouver mon Ruben, j'étais impatient de le rejoindre pour midi, enfin le revoir, et pouvoir l'embrasser. Les minutes me paraissaient des heures à patienter pour le rejoindre. L'adresse en tête, je prends son cadeau, la plante que j'ai dégoté chez ma fleuriste « phalaenopsis » une espèce d'orchidée m'a-t-elle dit, et je prends le chemin le plus court pour aller chez lui, Rue Jean Giono. Arrivé devant l'appartement qu'il loue dans une petite copropriété, je lui téléphone, me sentant perdu au milieu de tous ces bâtiments identiques. Il m'indique que c'est le dernier bâtiment, appart 47, 2ème étage.
Arrivé devant sa porte, je sonne, et l'entend me dire « entre », alors, je sonne une seconde fois, voulant lui faire la surprise de la plante. Un « J'arrive » se fait entendre, et d'un coup, la porte s'ouvre, me laissant inspirer les effluves du parfum Gaultier et savourer ce large et grand sourire qui s'offre à moi.

- Ah, te voilà enfin, donne-moi ça, et embrasse-moi !

- … (rien pu dire : il m'embrassait déjà comme un sauvage en manque)

Ouhaou, quel baiser !!! 10 minutes à s'embrasser, et mon entre jambe me rappelait bien que j'étais toujours prisonnier ! Je le pris dans mes bras, le nez contre son cou afin de profiter de son parfum, en frottant mes mains dans son dos pour le coller encore plus à moi.

- Tu m'as manqué Ruben.

- Toi aussi Justin, tu m'as manqué.

- J'suis content de retrouver tes bras, ton sourire et tes baisers.

- Tais-toi et embrasse-moi encore.

Ce que je fis, bien évidemment. Je n'allais pas me priver 1 seconde de plus.
Ces retrouvailles étaient sincères, pleines de joie et de redécouverte l'un envers l'autre. Une semaine, c'est très long finalement. Machinalement, sa main descendit mon dos, se posa sur mes fesses, palpa, et vint caresser devant, non sans surprise, et un mouvement de recul, le sourire jusqu'aux oreilles :

- Tu n'as pas coupé le cadenas ?

- Non !

- Pourquoi, tu pouvais !

- Ruben, en la gardant, j'voulais te prouver que tu pouvais me faire confiance, je ne cherche que ton bonheur, je n'ai pas envie de coucher avec qui que ce soit, à part toi. En la gardant une semaine, en étant frustrer de ne pouvoir jouir en pensant à toi, je voulais t'envoyer une belle preuve de ma sincérité, et de mon envie de m'engager pour construire ma vie avec toi, si bien sûr, tu veux la partager avec moi.

- Tu vas me faire pleurer Justin, c'est ce que j'avais besoin d'entendre pour m'engager avec toi, et que tu me prouves en ayant toujours cette cage.

- Je ne veux que ton bonheur Ruben, rien d'autre…

Et il me prit la main pour m'embrasser. Après ce baiser, il se leva, ouvrit un tiroir, revint vers moi et me dit :

- Tu es bien habillé, merci d'avoir fait cet effort pour moi, mais peux-tu descendre ton pantalon, je voudrais te retirer la cage.

- Tu es sûr, même si on dort ensemble ce soir ?

- Oui, je sais que je peux te faire confiance, laisse-moi te prouver que je tiens à toi.

Je descendis mon pantalon, mon boxer, et il retira cette cage infernale, et la mit dans une solution désinfectante. Je me sentis tout de suite bien plus à l'aise, retrouvant des sensations qui m'avaient manquées cette semaine. Je me rhabillais et l'embrassais une fois de plus, si bien que je commençais à passer ma main sur son ventre en touchant non sans retenue ses abdos durs. Qu'il était beau ce mec !!!! Il me remercia pour la plante, mais je constatais qu'il en avait plusieurs déjà, mais il reconnut que ma plante, c'était la plus belle qu'on lui ait offert.
Il avait préparé le repas, et m'installant à table, il me servit, s'installa à son tour, et je ne fus pas surpris de sentir ses air max se poser à nouveau sur mes cuisses, le faisant sourire et me permettant, de ma main gauche, de les lui caresser, glissant un doigt contre son pied pour lui signaler que j'étais heureux de cette situation. Son sourire redoubla d'intensité, en me disant « merci d'être là ». Il annonça le programme de l'après-midi, soit câlins, courses pour le week-end, et m'embrasser. Parfait ! On finit de manger, puis il se prépara pour l'atelier courses : le parfait sportif en jogging, air max 2016, l'air fier. J'espérais qu'on aille dans la zone commerciale où j'avais mes habitudes, et malheureusement, on partit dans l'autre que je désaffectais. Dommage, on aurait pu se faire payer un verre par un de mes amis restaurateur.

- On en a pour au moins 2 heures, m'annonça Ruben !

- Ah ok, c'est pas que pour le week-end alors tes courses ?

- Si, si, tu verras, euh, non, en fait, pas tout, c'est vrai, j'profite d'être ici pour régler des petits soucis aussi…

- Rien de grave ?

- Non, mais j'ai besoin que tu sois là.

Que signifient tous ces mystères ? Que me réserve Ruben ? Je le connais si peu encore…

Carolito

odeurdemale.recycl@laposte.net

Suite de l'histoire

Autres histoires de l'auteur : Chaude rando. - L'homme aux air max 2016

Dernière mise à jour publique

02/12 : 13 Nouvelles

Pendaison de crémaillère Alex
1 de perdu, 2 très chauds de trouvés James
Montparnasse Lane
Plan punition Chopassif
Serveur timide, mais chaud Romain
Un super plan en voiture Le paon d'Héra
Ma première collocation Pascal
Un Français au Québec Wesley
Ascenseur bloqué Hugo
Première fois hard Inexp
Deux novices dans la douche Flavien49
Accident de travail Catana
Autostop en Martinique Ed.Nygma

La suite... 29 épisodes

Mon pote Hector -04 Anno
Nicolas et Bobo -02 Nicolas
Jeune, riche et gâté -08 Matt
Première fois sur un site -02 ChTtbm
Le jouet d’un hétéro -04 Franck84
Soumission & Domination -514 Jardinier
Soumission & Domination -515 Jardinier
Chambre à louer -12 Jeanmarc
Voyage Initiatique -11 Ninemark
Voyage Initiatique -12 Ninemark
Voyage Initiatique -13 Ninemark
Voyage Initiatique -14 Ninemark
Voyage Initiatique -15 Ninemark
Ménage et baise à 12 -03 Denis
Mon âme au diable -06 Pititgayy
Mon âme au diable -07 Pititgayy
Ancien pote -09 Bearwan
Ma première collocation -02 Pascal
Ma première collocation -03 Pascal
Ma première collocation -04 Pascal
Ma première collocation -05 Pascal
Ma première collocation -03 Pascal
Le jouet d’un hétéro -03 Franck84
Le jouet -04 Hellboy62
Hypnotisé mon copain -08 Jeanmarc
Colocation -06 Emerick
Le jouet -02 Hellboy62
Le jouet -03 Hellboy62
Les Chronique de Max -10 Max

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)

RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

DESTOCKAGE DVD GAY

Chercher :

 

 

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter - Tumblr

Expositions

Sommaire des expositions - Verner Degray - Barbizart

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - Histoires 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Liens

Liens vers d'autres sites gay - IDM SAUNA - L'IMPACT BAR - EL HOMBRE

Photos

Modèle - Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)