7 Déc.
+ 47 histoires en accès privilège.
2 Déc. : +42 histoires en accès public

A noter.
Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.

VIP?
Accès privilège :
Des histoires en +, juste avec un don

Don anonyme, en paypal ou CB

DESTOCKAGE DVD GAY
PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Maison

Je l'ai déjà écrit ici, comment, un homme marié comme je le suis, ayant eu une belle situation, un cercle social important ait pu tomber dans les mains d'un Patrick. Je ne le déteste pas, mais depuis que j'ai rencontré cet homme, m'a vie a basculé. Certes, ma femme n'ayant plus aucun désir, étant en panne totale de libido, J'ai quelques excuses. Oui, c'est vrai que c'est moi qui, le premier, suis entré dans un sauna gay, ai rencontré Patrick…..mais depuis je ne suis plus le même homme.

Patrick a- t-il était le déclencheur, celui qui a libéré une sexualité latente très forte. Ou bien est- il celui qui m'a entrainé à ma perte. Ma seul passion, mon seul idéal à présent est de faire jouir mon corps.

J'avais jusqu'à ce jour et malgré Patrick su préserver mon anonymat ; Garder mon apparence dans mon quartier et voilà que l'autre jour, mon épouse s'absente quelques jours pour se rendre auprès de sa vieille mère. C'est alors que j'échafaudais un projet. Sur vivastreet dans la rubrique Gay, je proposais de me mettre, chez moi, à la disposition de qui voulait. Pour çà j'avais dégagé mon garage de toutes les choses encombrantes et faire une sorte de backroom. Je proposais à des inconnus de venir chez moi. Bravant là un interdit important, je prenais un risque maximum mais mon désir de sexe, d'aventures, était énorme.

Mon garage se trouvant en sous- sol, il est desservi par un escalier qui, dès l'entrée dans le hall conduit de suite au garage. Par un jeu de chaises qui barraient le chemin, j'indiquais la direction et le sens de la descente. De cette manière, toutes personnes entrant chez moi étaient orientées vers le sous- sol. Bien sur toutes ces consignes n'étaient indiquées qu'en cas de réponse.

Dans le garage j'avais installé dans chaque prise de coutant une veilleuse. Ce n'était donc pas le noir absolu, mais il y avait une pénombre d'ambiance.

Sur le site j'avais rédigé mon annonce de la manière suivante Homme d'âge mur, reçois quiconque souhaite le sucer, le branler, l'enculer, hygiène absolue recommandée.

Rien que lancer cette annonce m'avait mis en émois, mais ce que je n'avais pas envisagé c était le nombre de réponses. Dans un état second et tout excité, j'en acceptais huit, et donnais rendez-vous à tous à la même heure, Je pensais que beaucoup se dégonfleraient.

Le jour J, J'avais installé au centre du garage un lit pliant sur lequel j'attendais allongé complétement nu.

Le rendez-vous était à 17 heures, ma conscience me disait que j'étais devenu complétement fou, qu'un voisin pouvait venir à l'improviste, ou encore un ami et que je pouvais briser ainsi toute une relation que j'avais mis des années à construire.

J'avais bien sur laissé la porte d'entrée ouverte. A cinq heures moins le quart, j'avais vraiment envie de fermer la porte et de ne pas répondre. J'étais déjà dans le garage, conscient de prendre un risque maximum pour assouvir quelque chose plus fort que ma raison : mon addiction au sexe.

Il devait être moins cinq lorsque j'entendis du bruit. Les dés sont jetés me dis- je, je m'allongeais sur le lit pliant. J'entendis des pas dans le couloir et une personne pénétra.

Comme j'avais bien expliqué à chacun le scénario l'homme, après avoir adapté ses yeux à la pénombre s'approcha du lit. Je bandais déjà tant cette situation m'excitait. Je n'eue même pas droit à un bonjour que déjà ses mains étaient sur ma bite. Il la caressa doucement, comme pour en juger sa taille et il commença à me branler. Un frémissement dans l'escalier me fit comprendre qu'une autre personne arrivée. Je le vérifiais immédiatement en apercevant une silhouette dans l'embrasure de la porte. Je pensais, ils sont ponctuels

Le premier avait pris mon sexe dans la bouche et me sucer avec conviction.

Le deuxième personnage s'approcha et timidement, presque à distance, me caressa les seins. Il osa s'aventurer un peu plus et se pencha pour absorber un de mes tétons. Mon excitation était à son comble, je ne voyais pas les visages, je devinais ces deux silhouettes qui s'occupaient de moi. Je commençais à perdre notion du temps, du lieu, des bruits, lorsqu'un troisième personne s'avança. Je me trouvais complétement cinglé d'avoir osé faire ça chez moi. Mon suceur avait abandonné ma verge et, ayant ouvert sa braguette, il me présenta sa bite. Elle était d'une bonne taille, son gout agréable, je la suçais avec plaisir. Une autre bouche c'était posée sur ma queue, laquelle ? J'avais conscience que d'autres personnes étaient là. Près de ma joue je sentais les va et vient d'une main qui branle une bite et je m'attendais à prendre, d'un instant à l'autre, une belle giclée. La première arriva, mais pas du tout où je l'attendais ; je pris en bouche une belle éjaculation qui me remplit la gorge, je l'avalais bien vite de peur de m'étouffer, la seconde arriva dans la foulée sur ma joue et mon oeil. C'est alors que quelqu'un se saisit de mes deux jambes et les remonta sur ma poitrine, j'en profitais pour dégager le sperme qui me fermait l'œil. Un doigt tentait de pénétrer mon anus. Une bouche me léchait les seins de manière experte. Ma bouche était libre à présent, mais pas pour longtemps, une queue fine la pénétra et s'enfonça au plus profond de ma gorge. Côté anus, ce n'était plus un doigt qui me pénétrait mais belle et bien une bite. J'eue le rapide réflexe de tâter si cette bite était bien couverte. Rassuré, je pouvais m'abandonner au plaisir que l'on me donnait. Il y avait à présent du monde dans mon garage et honnêtement de tous les gabarits. Un homme bedonnant me pris la main et la posa sur son sexe. Son sexe était petit et presque caché par le ventre Je le branlais deux ou trois fois, mais je ne pouvais y mettre d'ardeur, j'étais trop occupé à sucer d'un côté et me faire mettre de l'autre. Il s'éloigna. Le type que je suçais s'avança un peu vers moi de telle manière que je pouvais à présent lui lécher les couilles. il avait pris mes deux jambes dans ses bras facilitant le travail de mon « enculeur». Je crois que c'est ce qu'il cherchait car dans le même temps, il se branla vigoureusement et m'éjacula sur la poitrine et le ventre ; on commençait à sentir l'odeur du sperme. Mon anus était à présent bien dilaté per les coups de pistons que je recevais de plus en plus vite. Il ne tarda pas à jouir lui aussi .Libre de bites, je croyais pouvoir souffler un peu mais des mains me retournèrent comme un crêpe. Je sentis une main s'introduire entre mes fesses et elle commença à me masser le périnée, puis trois doigts s'introduisirent dans mon rectum. J'étais l'objet d'un long massage de ma prostate. Face à ma bouche, une jolie bite s'était présentée. Je l'absorbais rapidement une seconde arriva. Je ne savais quelle prendre et tel l'âne de Buridan j'hésitais. Mes partenaires comprirent que la meilleur façon de se faire sucer c'était d'y aller tous les deux ensemble. Deux bites dans la bouche, une main dans le cul, j'étais comblé mais une quatrième personne entra en jeu. Me faisant légèrement glisser sur le côté de manière à dégager mon sexe, ma bite fut absorbée par une bouche gourmande. Jamais de ma vie, je dis bien, jamais, je n'avais été sucé comme ce type était en train de le faire. Sa langue tournait autour de ma queue l'enveloppant avec délicatesse .il accompagnait ce geste d'une légère aspiration savamment dosée pour n'être qu'agréable.

J'en oubliais les bites qui étaient dans ma bouche pour m'abandonner au plaisir de cette fellation. De plus le massage de ma prostate, activait la sécrétion, ce qui faisait que mon suceur, lui aussi, devait prendre beaucoup de plaisir. J'en oubliais les autres, mais je constatais très vite qu'ils s'occupaient entre eux. Je vis le « bedonnant » le pantalon sur les chevilles, penchait en avant se faire massacrer l'anus par un redoutable étalon. Le plaisir pris, chacun y étant allé de sa petite éjaculation, le garage se vidait doucement, les gars remontaient avec la même facilité qu'ils avaient mis à descendre.

Rapidement je me retrouvais avec mon excellent suceur. Mets- toi à poil lui dis-je. Le gars s'exécuta rapidement, laissant un tas de fringue à ses pieds.

Allonge- toi sur moi.

Nous étions tous les deux enlacés. Je commençais par l'embrasser légèrement dans le cou. J'avais envie de ce type comme jamais j'avais eu envie d'un homme. Comment t'appelles-tu ? Serge me dit-il. Je l'embrassais doucement sur les lèvres mais je sentis de la réticence.

Mes mains caressaient son dos. Je l'ai fis descendre jusqu'à ses fesses. Sur mon ventre, entre nos deux corps enlacés, je sentais sa bite se durcir de plus en plus et quelques contractions m'indiquaient qu'il devait aussi avoir envie de moi. Je revins sur ses lèvres les titillant de la pointe de ma langue. Elles s'entrouvrirent suffisamment pour que j'ose une légère introduction de ma langue. Ce fut comme un déclic. Serge ouvrit la bouche et nos langues purent se joindre, se caresser, Il était aussi expert en baiser qu'en fellation. C'est lui qui à présent m'embrassait avec fougue. Nos langues s'entremêlaient de salive. Nos bouches s'aspiraient, il passa de ma bouche à mon cou, rampant sur mon corps, titilla mes seins, les faisant durcir de la pointe de sa langue. Il retrouva ma bite avec bonheur. Je ressentis les mêmes sensations que tout à l'heure. J'étais subjugué de voir ce que cet homme était capable de faire avec sa langue. J'aurais voulu qu'il m'avale totalement. J'étais sur un nuage, rien ne compté plus que cette bouche, que cette langue, que cette bite, que cette peau, que cette odeur, que ces mains qui dessinaient des arabesques sur mon corps.

Il se retourna et vient se placer sur moi en 69.

Je goutais enfin moi aussi sa bite. Je ne savais si je serais capable de lui donner autant de plaisir que celui qu'il me donnait, mais je m'appliquais, tentant de reproduire avec ma langue les caresses que je ressentais sur mon sexe. Je me retenais pour ne pas jouir, mais Serge avec sa langue et ses lèvres me fit atteindre le point de non- retour. Plus rien ne pouvait désormais arrêter mon éjaculation. Impossible de me contrôler d'avantage. Je vais jouir lui dis- je. Il redoubla s'ardeur et je jouis dans sa bouche en criant de plaisir. Est-ce le cri, ou l'idée qu'il se faisait de la situation, mais presqu'au même moment je reçu une première giclée, puis une seconde, une troisième. Il serrait mes cuisses fortement, tous ses muscles étaient contractés, je reçu enfin une dernière giclée bien moins abondante que les précédentes. Son sperme était légèrement salé sans aucune amertume et j'aimais ça.

Il se repositionna sur moi et m'embrassa doucement sur les lèvres.

Tu as aimé me dit-il ? Oh oui beaucoup, et toi. Oui murmura- t-il en m'embrassant doucement dans le cou. Pour moi, c'était clair, il venait de se passer quelque chose entre lui et moi.

Le plaisir pris, je n'avais pas comme d'habitude ce désir de partir rapidement, de quitter un lieu où ma conscience ne rentre pas. J'étais purement et simplement en train d'aimer, celui qui était pour moi, il y a une heure à peine, un inconnu. Je n'avais pas envie qu'il parte, je voulais savourer cet instant, le prolonger. Je crois que Serge devait ressentir la même chose car il ne fit pas un geste pour se rhabiller. Au contraire il me caressa doucement la poitrine et de temps en temps accompagnait ses caresses d'un baiser dans le cou.

Rarement dans ma vie, j'ai fait l'amour deux fois de suite. J'ai besoin d'ordinaire d'un temps de latence important entre deux éjaculations. Là, j'étais sous ses baisers et ses caresses dans un état second. Je n'avais toujours pas retrouvé le sol. J'étais toujours sur mon nuage. La main de Serge avait agrandi son cercle et descendait à présent jusqu'au pubis.

Comme je suis épilé, il trouvait plaisant de caresser cette zone douce, sans poil.

Sa tête descendit et ses lèvres vinrent se poser dans cet espace imberbe qu'il explora se sa langue et de ses lèvres. Ses deux mains s'étaient posées sur mes seins et titillaient mes tétons. Sa bouche descendit encore et absorba ma bite. C'était incroyable, je commençais à bander de nouveau. Sa langue experte fit le reste. Oui, j'avais de nouveau envie de lui ! Mais est ce que l'envie m'avait véritablement quitté ? Je bandais à présent. Je ressentais le plaisir qui montait doucement, marche après marche, sur l'escalier de la jouissance. Serge était manifestement un expert terriblement doué. Au guide Michelin de la fellation il aurait 3 étoiles avec la mention « vaut le détour » Après de longues minutes du travail de sa langue, de ses joues, de ses lèvres, je sentis que j'allais jouir pour la seconde fois et le dis à Serge.

Il acheva cette fellation en alternant des coups de langue et de petite aspiration. Au moment de l'éjaculation il aspira longuement.

J'avais l'impression que mon pénis se retournait comme un gant, que mes couilles allaient remonter. C'était une extase sans nom. De toute ma vie je n'avais jamais connu ni ressenti cette sensation. Aucune femme n'avait réussie à me combler de cette manière.

J'étais épuisé. Les couilles me faisaient mal, mais j'étais heureux. Serge vint s'allonger à mes côtés. Sur un lit de camp la place est un peu réduite et nous étions collés l'un à l'autre. Il m'embrassa avec tendresse et ….je me suis endormi. Mon sommeil ne dura pas longtemps car j'avais inconsciemment la hantise qu'il ne parte sans me dire au revoir. Quand j'ouvris les yeux il me sourit. Tu vas bien me dit-il ?

Oui très bien, c'était délicieux. J'ai dormi longtemps ?

Non quelques minutes, mais l faut que je parte à présent dit- il.

Je lui demandais son numéro de téléphone.

Tu sais, je suis marié, je ne donne pas mon téléphone je n'ai pas envie d'avoir des problèmes

Moi aussi Serge, je suis marié. J'insistais, Il suffit d'avoir des règles et d'être discipliné.

Tu me jures de ne te servir que des SMS

A cet instant j'entendis : Il y a quelqu'un !

Panique à bord, très vite j'imaginais un voisin ou un ami venu à l'improviste. Heureusement, j'avais posé une robe de chambre. Je l'enfilais et montais quatre à quatre. En haut des marches il y avait un type qui me demandait si c'était bien ici l'adresse donnée sur internet.

Enervé je lui dis que lorsqu'on a un rendez-vous on vient à l'heure que les indications étaient claires. A présent c'était fini. Salut et je le poussais vers la porte.

Lorsque je redescendis Serge s'était habillé. Il me tendit un petit papier avec son numéro

Tu restes discret, OK et il grimpa rapidement l'escalier.

Je restais à présent avec la fatigue et ma conscience. J'avais allumé le garage et je constatais l'état du sol. Il y avait plusieurs préservatifs remplis de sperme, quelques mouchoirs en papier……et quelques souvenirs

Il me fallait à présent effacer toutes traces de notre aventure.

Je regardais le téléphone de Serge et l'introduis immédiatement dans mes contacts ; J'en profitais pour lui envoyer un texto. Salut, ainsi tu auras toi aussi mon numéro merci Eric

Eric

ericgirod34@gmail.com

Autres histoires de l'auteur : Maxence - Le Mateur - Un bel après-midi - Maison - Le dentiste -Ray - Patrick - Le sexshop - La curieuse villa - Rencontre au sauna - Sur la plage - Bisexuel à 66

Dernière mise à jour publique

02/12 : 13 Nouvelles

Pendaison de crémaillère Alex
1 de perdu, 2 très chauds de trouvés James
Montparnasse Lane
Plan punition Chopassif
Serveur timide, mais chaud Romain
Un super plan en voiture Le paon d'Héra
Ma première collocation Pascal
Un Français au Québec Wesley
Ascenseur bloqué Hugo
Première fois hard Inexp
Deux novices dans la douche Flavien49
Accident de travail Catana
Autostop en Martinique Ed.Nygma

La suite... 29 épisodes

Mon pote Hector -04 Anno
Nicolas et Bobo -02 Nicolas
Jeune, riche et gâté -08 Matt
Première fois sur un site -02 ChTtbm
Le jouet d’un hétéro -04 Franck84
Soumission & Domination -514 Jardinier
Soumission & Domination -515 Jardinier
Chambre à louer -12 Jeanmarc
Voyage Initiatique -11 Ninemark
Voyage Initiatique -12 Ninemark
Voyage Initiatique -13 Ninemark
Voyage Initiatique -14 Ninemark
Voyage Initiatique -15 Ninemark
Ménage et baise à 12 -03 Denis
Mon âme au diable -06 Pititgayy
Mon âme au diable -07 Pititgayy
Ancien pote -09 Bearwan
Ma première collocation -02 Pascal
Ma première collocation -03 Pascal
Ma première collocation -04 Pascal
Ma première collocation -05 Pascal
Ma première collocation -03 Pascal
Le jouet d’un hétéro -03 Franck84
Le jouet -04 Hellboy62
Hypnotisé mon copain -08 Jeanmarc
Colocation -06 Emerick
Le jouet -02 Hellboy62
Le jouet -03 Hellboy62
Les Chronique de Max -10 Max

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)

RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

DESTOCKAGE DVD GAY

Chercher :

 

 

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter - Tumblr

Expositions

Sommaire des expositions - Verner Degray - Barbizart

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - Histoires 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Liens

Liens vers d'autres sites gay - IDM SAUNA - L'IMPACT BAR - EL HOMBRE

Photos

Modèle - Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)