Mai
Nouvelles histoires, photos bbk

VIP
"Accès Avant-Première" des histoires juste avec un don, ou en écrivant une histoire

PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Une balade en cabine

J'étais parti tôt le matin de Paris, je devais me rendre dans le sud de la France.
Voulant voyager pour pas cher, je m'étais résolu à faire du stop.
De véhicule en véhicule, je me rapprochais doucement de ma destination, au niveau de Tour, il était peu avant 11h et j'avais fait plus de la moitié du chemin, parfait.
Cela faisait maintenant 10 minutes que j'attendais sur une aire d'autoroute que quelqu'un s'arrête quand un routier me propose de m'emmener plus au sud. Parfait, on the road again !
Et puis la vue depuis un camion n'est pas mal !
Lui, Serge, la quarantaine, souriant, bien foutu mais avec un petit bide, on se met à discuter, de ma vie de voyages, de sa vie sur les routes… une rencontre banale comme il s'en passe tant.
N'ayant pas l'habitude de monter dans un camion, et plutôt curieux, je lui demande si je peux jeter un coup d'œil, pourquoi pas.
Il y a tout ce qu'il faut pour vivre à l'arrière, sympa.
Quand mon regard est attiré par une pile de magazines gay. Il rougit un peu, je lui dis que je m'en moque.
Il m'explique que sur les routes, ce n'est pas toujours facile, qu'avec sa femme il y a des hauts et des bas, des choses qu'elle refuse et puis ils ne se voient pas souvent.
Je compatis, nous parlons des problèmes en la matière quand on est loin du foyer
C'est là que je saute sur l'occasion. J'ai 30 ans, si j'ai eu mon premier plan gay a 18, je n'ai pas fait beaucoup de rencontres, peut-être 4/5 depuis une dizaine d'années. Je me pense comme bi, suis en couple avec une femme, mais j'avoue être parfois être excite par le fait de baiser avec un homme, ou plutôt, pour être honnête, de me faire baiser par un homme.
Je ne l'assume pas vraiment, c'est pour ça que j'ai si peu de plans… Mais ici, dans l'anonymat d'un camion, je me dis que c'est la bonne occasion. On continue de parler de sexe et je dois avouer être pas mal excité, lui aussi d'ailleurs, son pantalon commence à être « bossu ».
Bien qu'effraye par sa réaction je lui demande alors, poliment, si je peux le sucer. J'espère juste qu'il ne me jettera pas dehors.
Il me regarde surpris, puis rigole, il me dit pourquoi pas…

Si quand je baise ma copine, je suis plutôt dominateur et actif, je fantasme quand je baise avec des hommes, d'être le soumis, la salope, de me faire baiser comme une actrice de film porno.
Quand je vois Rocco défoncer à grand coup de bite une actrice, lui enfoncer sa bite jusqu'à ce qu'elle étouffe, que les larmes lui sortes des yeux et qu'elle se débâte pour respirer, l'enculer d'un trait jusqu'aux couilles, lui pilonner les intestins, lui éjaculer des litres de foutre sur la gueule et après ça l'enculer encore, j'en bande et je rêve d'être a la place de la nana, bref, ça ne sera pas aussi intense, mais puisque j'ai la permission de le sucer, je me dis qu'il faut que je me donne à fond, que je m'amuse, c'est l'occasion !
Je commence par enlever ma ceinture de sécurité et me penche vers son entre-jambes, je lui masse doucement la bite à travers son pantalon, celle-ci continue de grossir et je sens maintenant une bonne grosse bosse !
Je donne des coups de langue sur son jean et lui embrasse le sexe à travers.
Je pense qu'il aime ça, je l'entends souffler plus fort, il doit être heureux de sa chance, s'il savait, moi aussi je suis content de cette bonne occasion !
J'ouvre sa braguette, et passe une main à travers, maintenant seul son caleçon me sépare de l'objet de mes envies. Hum, je sens une grosse bite, battre au rythme de son excitation, je deviens salope, de ma voix la plus soumise lui demande si je peux toujours le sucer, si ça ne le dérange pas… Il est tout rouge, concentre sur la route, et me lâche un « putain oui ! »
Il se dégage de son pantalon, celui-ci tombe sur ses genoux, j'extraie sa bite, elle est là, à quelques centimètres de mon visage, un peu moins d'une vingtaine de centimètres, mais épaisse, belle, d'elle se dégage une impression de puissance, le gland est un peu plus gros que la hampe, violace par le désir, une veine bat sur le cote, je suis super excite, mais me demande quand même comment je vais réussir a tout faire rentrer dans ma bouche, quand à mon cul, ça fait quelques années qu'il n'a rien reçu, j'espère que ça passera ! tout ça m'excite !
Il n'y a qu'une seule première fois, j'ai envie de mettre dans le mille, alors d'une main je branle sa bite, quand de ma bouche, je souffle doucement de l'air chaud autour de son gland, ne le suce pas encore, j'ai envie d'une pipe magistrale, j'accumule de la salive dans ma bouche et ça y est, j'y vais, entrouvre à peine ma bouche, aspire et commence doucement à prendre son gland en bouche.
Je m'ouvre en grand et descends le long de sa tige. Je l'entends pousser un râle de plaisir !
Je serre aussi fort que possible mes lèvres, celle-ci sont déformées par le diamètre, mais je continue et descends aussi bas que je le peux. À peine la moitié, je bloque et doucement remonte jusqu'à ne garder que le gland en bouche. Quel gout, quelle sensation que d'avoir une grosse bite bien dure dans la bouche !

Je joue avec, le suce doucement, tourne ma langue autour de son gland, tout en le masturbant au même rythme. J'essaye d'être synchronise entre ma bouche et ma main, de lui donner le maximum de plaisir.
Je refais la même une chose une dizaine de fois tout en salivant le plus possible, il faut que ça bite soit dégoulinante de ma bave si je veux pouvoir le prendre jusqu'aux couilles.
À chaque fois je descends un peu plus, ouvre ma bouche en grand, je sens le gland qui pousse sur les amygdales, qui descend un peu plus, mais à chaque fois je m'arrête, un réflexe de haut-le-cœur. Je le garde le plus longtemps possible, je sais que les contractions de ma gorge lui donnent du plaisir et que ça me fait saliver davantage, et si je salive plus j'aurai plus de chance de le prendre en gorge profonde. Je dois être masochiste, mais j'ai envie de faire disparaitre toute sa bite dans ma bouche, de l'impressionner ! Alors je continue, mais rien à faire, il en reste toujours dehors !
Il souffle fort, me dit que c'est bien que j'ai une bonne bouche de suceuse, il reste poli dans l'essentiel et j'aimerais bien aller plus loin…

J'arrête et lui demande s'il aime ça, s'il veut que je continue, il me répond que oui, c'est super.
Mais je veux plus, je place mes mains sur ses cuisses, sa main sur ma nuque et lui demande dans les yeux, sa bite contre ma bouche de m'aider, « s'il te plait, aide moi à tout prendre ! »
Il me regarde et semble réfléchir deux secondes, me demande si je suis sûr, pour toute réponse je recommence à descendre le long de sa bite, bloque au 2/3, essaye de descendre davantage, impossible, je vais pour remonter, quand je sens sa main me bloquer, ça y est, il a comprit. Il me garde comme ça, j'essaye encore, des larmes arrivent, des sensations de rejets, une puis une autre, je commence à me débattre, je veux remonter, mais il bloque bien.
Enfin il relâche sa pression et je peux respirer, j'halète, le visage en larme, des filets de bave relient sa bite à ma bouche, j'adore, je le regarde dans les yeux, l'air de dire, c'est tout…
Il me renfonce sa bite dans la bouche et appuie, appuie encore, centimètre après centimètre, sa bite est pleine de ma salive, je dégouline, je ne sais plus quand est la dernière fois ou j'ai respiré, mais enfin, mes lèvres touchent son ventre, victoire !
Je ne bouge plus, m'immobilise. Je pense à ces actrices qui une fois ici arrivent à sortir leur langue pour lécher les couilles, putain elles sont fortes. J'essaye, mais je n'y arrive pas. J'ai besoin d'air je me débats, et enfin me redresse, respire. J'ai la tête qui tourne, je cherche mon souffle, mais j'ai réussi à le sucer jusqu'aux couilles !
Je regarde autour, nous sommes arrêtés sur un parking, tellement concentre à pomper sa bite que je ne m'en étais pas rendu compte.

Mais je suis fier, j'ai réussis à prendre toute sa bite en bouche, j'ai mal aux mâchoires, mon visage n'est que larmes, dégoulinant de bave, j'ai failli m'étouffer 10 fois, mais j'adore, ma bite est dure au possible, ma rondelle palpite et veut sa part, je kiff !
Il me prend la tête à deux mains maintenant et me baise a grands mouvements, sa bite entre et sort presque entièrement, je ne suis qu'un trou, il m'insulte, me traite de bouche à bite, de petite salope…
De temps en temps il me laisse reprendre mon souffle et je ne peux que l'en remercier.
Il me biffle, caresse mon visage de sa bite, me donne des ordres, des consignes, puis entre deux « apnées »,provocateur (stupide ?), je lui demande s'il pense être assez dur pour m'enculer ?
Il me regarde et explore de rire, me traitant de sacrée salope, et me disant de ne pas m'en faire, que mon cul aussi va prendre cher, mais que pour l'instant il fallait finir de s'occuper de sa bite, sinon il ne pourrait pas bien me baiser.

Il me décolle donc de sa bite, se lève, et va s'assoir dans la cabine arrière, jambes écartées, le sexe fièrement dressé, dégoulinant de bave, et il me dit de venir la bouffer, de venir bouffer sa bite, j'ai l'impression d'être dans un film, sa voix, ses ordres, tout m'électrise, j'ai envie de le sucer comme si ma vie en dépendait.
Je viens à lui à 4 pattes, m'agenouille à ses pieds (je dois avouer qu'à ce moment, même si je prenais mon pied, je n'en menais plus aussi large, ma gorge, mes mâchoires et ma langue étaient en feu, douloureux !)
Je me penche vers son gland, gros et terrifiant, je vais pour le mettre dans ma bouche quand il écarte sa bite et me bloque la tête, il me fait lever les yeux vers lui, je suis à genoux, la bouche a moins de 5 centimètres de sa bite, hagard, et chienne, étourdi de plaisir, domine et prenant un pied d'enfer…
Il me demande si je sais ce qui va se passer ensuite, si j'ai vraiment envie de me faire enculer. Je lui réponds que oui.
Il me dit que maintenant il va me baiser, me demande si c'est ce que je veux. Il me dit qu'il va vraiment me baiser et que j'ai intérêt à être prêt.
Il me dit aussi qu'il va gicler et que j'aurai intérêt à tout avaler, il me dit qu'il n'a aucune MST et me demande encore une fois si c'est ce que je veux.
J'ai peur, mais je suis aussi très excite, alors d'une voix timide je lui réponds dans un souffle, oui.
Oui quoi ? il me demande de répéter
Il me demande de répéter que j'ai envie de le sucer encore, que j'ai envie qu'il me baise la bouche, de bouffer son sperme et me faire enculer, de me faire enculer à fond.
Je suis comme pétrifié, je n'ose pas répondre, puis je réalise tout le chemin que j'ai déjà parcouru ,alors quelque chose bascule en moi, une sécurité s'envole, un fusible lâche,  et je lui dis que oui et j'en rajoute, j'ai peur, mais je prends un pied d'enfer !
(je dois préciser que je suis super parano, capote obligatoire, je ne suis pas du genre à prendre de risque, je n'ai donc jamais pu jouer avec du sperme comme j'aurai aimé. Il avait l'air reglo, je lui ai fait confiance, même si j'ai vraiment stressé les 3 mois suivants a attendre pour faire un test MST !)

Il se lève, me domine de toute sa taille, je suis à ses pieds, à genoux, il me dit de mettre mes mains sur mes genoux et de ne pas les bouger, en aucun cas. Il me dit que je dois maintenant le sucer, j'entrouvre mes lèvres pour le sucer, mais il joue avec sa bite, caresse mon visage avec, tapote son gland sur ma langue, sur mes joues, c'et humiliant, mais je joue le jeu, je le regarde dans les yeux et gémis.
Puis il rentre sa queue centimètre par centimètre, j'ouvre en grand, il est tout au fond, j'ai son énorme bite en entier dans ma bouche. Il la sort tout doucement, ne laisse que le gland puis re rentre, c'est lui qui donne le mouvement, la vitesse, moi je ne fais que le regarder dans les yeux et saliver, encore et encore.
Je sens sa bite durcir, bondir, prise de soubresaut, il accélère, puis me dit d'ouvrir la bouche, je pense à ces actrices pornos, ouvre la bouche, tire la langue et gémis comme une chienne, lui demande de gicler dans ma bouche, de me donner son sperme.
Il se branle devant moi, j'ai sa bite entre mes yeux, quand le premier jet part et éclabousse tout mon visage, il appuie sur ma tête et me fait redescendre sur sa bite, aller et venir, son jus me remplit la bouche, je n'arrive pas à avaler assez vite, sous la pression, son sperme coule à la commissure de mes lèvres. Il me bloque la tête en me traitant de bonne chienne, me dit de ne pas en perdre une goutte, de tout avaler, je fais de mon mieux, mais il y en a un peu qui coule sur sa bite, je m'active et lèche tout, je suis déchainé et affame ! J'ai des hauts le cœur, je ne sais pas si c'est dû à la gorge profonde ou à la quantité de sperme qu'il déverse, je ne suis plus là que pour son plaisir. Il reprend ses allers retours, doucement, dans ma bouche, me disant que maintenant qu'il m'a bien mis la dose, qu'il ma gicle à la gueule, il va s'occuper de mon cul, juste le temps de rebander.
Il me conseille de saliver sur sa bite, de la rendre dégoulinante, sinon ça sera dur pour moi !
Alors je m'applique, je le fais durcir à nouveau et bave le plus possible sur sa queue.

Dans un geste plein de soumission et de bonne volonté je m'agenouille sur le sol, penché, le buste en avant, la tête contre le sol, de mes mains j'écarte en grand mes fesses pour lui présenter mon offrande.  Cette cible, il ne pouvait pas la rater.
Et en effet, je sentis rapidement son gland se poser sur ma rondelle, impressionnant, dur et gorgé de sang. Mais il ne chercha pas tout de suite à rentrer, il fit d'abord aller et venir sa bite dans ma raie, peut être pour s'exciter, peut être pour me faire prendre conscience de la taille de son mandrin, pour me marquer de son sceau
 Il vient de poser son gland sur mon anneau et commence à forcer le passage !
Comment quelque chose de si gros peut rentrer dans quelque chose de si petit !?
Il poussa encore et je sens mon anus s'écarter. Je ne peux retenir un cri, son gland, en forme de gros champignon ouvre mon anus, prepare le passage pour la suite.
Je me crispe sous la douleur et lui demande d'arrêter, de m'accorder quelques secondes, un répit. J'ai besoin de respirer.
Je cherche en moi les ressources, reprends mon souffle et respire un grand coup, dans un souffle, je lui dit "vas y".
Alors doucement je sens cette colonne de chair me pénétrer, créer son propre chemin à travers moi, écartant mes organes sur son passage, se faisant une place au fond de mon intimité.
Je suffoque sous la pénétration. Je n'en reviens pas de la sensation.
Sa bite, version saucisse de morto, imposante, est en moi, je sens le sang pulser le long du gland, les vibrations de sa verge. Je me demande comment j'ai fait pour tout accepter, quand lançant ma main derrière moi pour lui demander de faire une pause, je realise qu'il est encore loin d'avoir tout rentré. Peut être à peine la moitié, mon dieu comment allais je tout encaisser !?
Je n'avais pas fini de me poser la question que déjà il était en train de déculer.
Il ne s'arrête que quand seul son gland reste a l'orée dans mes reins, puis d'une poussée continue, profonde, il me remmanche. Aouch !
Rentrant chaque fois un petit peu plus profond, un petit peu plus loin, m'écartelant de l'intérieur, il fait doucement son chemin.
Je suis en nage, j'en tremble, sans savoir si c'est de désir ou de douleur. Heureusement qu'il me tient fermement par les hanches, sinon je pense que je me serais dégagé. Mais ça doit l'exciter que je gémisse et gigote sous lui, que je me tortille pour essayer de me dégager de cette queue qui m'enculait toujours plus profondément.

Quand enfin je sens ses couilles battre contre mon cul, son pelvis contre mes fesses, j'en pousse un râle de plaisir, il est là, vraiment, en entier au fond de moi.
Je ne peux plus bouger ni respirer.
Les yeux exorbités, la bouche grande ouverte, cherchant mon air comme un poisson hors de l'eau, Je gémis en continu. La sensation est incroyable.

Il me laisse quelques instants m'habituer à la sensation puis se penche vers moi et me demande ce qu'il est en train de faire, en train de me faire.
J'ai peut être été trop long à répondre, il me fesse en me reposant la question.
Alors je lui dis qu'il a sa bite tout au fond de mon cul, qu'il est en train de m'enculer.
Il rit et me demande si j'aimais ça, si j'en veux encore, si il doit continuer… Il veut que je le supplie de me peter le cul. Le salop !
Encore une fois je mets un peu trop de temps à répondre et une autre fessée me rougit les fesses.
Je lui dis que oui, j'aime sentir sa bite au fond de mon cul, que j'ai envie qu'il m'encule, profondément.
Il m'ordonne de répéter. Je ne dis toujours rien, une autre fessée s'abat, puis encore une autre et une autre.
Alors je ne me retins plus et lui demande de m'enculer, profondément, de toute la longueur de sa bite, de me peter le cul, de me défoncer encore et encore.
Il ne repond rien mais sort doucement inexorablement sa bite de mon cul (une sensation de vide, horrible, comme la fin du monde) puis il pose son gland sur mon anus et me remmanche, d'un coup, jusqu'à la garde, je sens son ventre claquer contre mon cul, j'hurle et me relève, les yeux hors de la tête, son tuteur, profondément enfoui au fond de moi, je ne peux pas bouger, rien faire. Je n'arrive même plus à respirer.
Il ressort, a la même vitesse, lente et horrible pour finalement sortir son gland, le poser sur mon anus et encore une fois me pénétrer jusqu'à la garde, d'une longue et dure pénétration à me couper le souffle.
Il me dit en même temps que je le serre bien (comme s'il pouvait en être autrement) qu'il adore m'enculer, me peter le cul et qu'il allait continuer longtemps ! (sympa, mais je suis excite, je l'avoue, je laisse faire )
Effectivement, il poursuit ses pénétrations profondes sur le même rythme, me dilatant à chaque fois un peu plus le cul.

Mais contrairement à avant je ne suis plus sur la défensive, ce ne sont plus ses mains qui me maintiennent en place, sa bite qui s'enfonce dans mon cul mais bien mon cul, mon corps tout entier qui vient à la rencontre de son pieu, essayant de m'empaler le plus loin possible dessus, encore et encore. Je n'en reviens pas, je crois que lui non plus car il en explose de rire et arrête de bouger. Me dit que si je l'aimais tant sa bite, c'était à moi de bouger dessus, de faire me salope et de venir chercher mon plaisir.
Ce que je fais sans hésiter, après tout je prends un pied d'enfer.
Je lance mon cul à chaque fois en arrière, le plus loin possible, m'ouvrant en grand, je bande comme un fou, j'en tire un plaisir fou, mais justement je n'ai pas envie de gicler tout de suite, en général quand on gicle on a plus envie et je voudrais que cette défonce ne s'arrête jamais.

Alors j'arrête mes mouvements et me jette à ses genoux pour engloutir sa bite, pour la faire reluire, la tapisser de bave. Pour le remercier de tout le plaisir que j'ai pris en m'enculant dessus. Je m'étouffe dessus en essayant de tout engloutir dans ma bouche, je suis déchaîné.
Et il aime ça ! Il sort de temps en temps sa bite luisante de bave pour la promener sur mon visage et étaler ma bave dessus. . Puis il s'amuse à me baiser la bouche, me bloquant la tête pour une gorge profonde bruyante et agressive. Je le branle des deux mains, j'essaye de lui lécher ses couilles, de les mettre dans ma bouche en même temps, lui comme moi n'étions que baise pure.

 Quand il en eut assez, il s'assied à son tour, son gland luisant, épée dressée vers le ciel et me fit assoir sur lui.
Je me laisse descendre sur sa bite raide et dure et quand enfin mes fesses sont posées sur lui je sais que toute sa bite est au fond de moi, alors encore une fois je m'amuse à aller et venir dessus, à remonter et redescendre, à me défoncer tout seul sur sa bite.
Mais lui aussi veut me baiser, il se met donc à me donner des coups de bassins, me faisant tressauter à chaque fois et retomber plus profondément sur sa bite, chacun de ses assauts me coupe le souffle.
Je joui. Je n'en reviens pas, je joui du cul, mon anus se contracte sur sa bite, il m'a défoncé et j'ai adoré ! Tout mon foutre fini dans sa main, main qu'il porta à ma bouche en me disant de lécher, de sucer, de nettoyer ses doigts. Quel pervers !

Le cul brûlant, toujours emmanché j'essaye de m'acquitter de ma mission, pas facile.
Mais je veux en finir au plus vite, j'aimerais une pause, reprendre mon souffle !
Mais je crois qu'il ne l'entends pas de cette oreille, qu'il veut toujours prendre son pied, car toujours emmanché en moi il me releve et me plaque contre la cabine (se déplacer avec une bite dans le cul, c'est une sacré histoire!) me tenant fermement et me disant au creux de l'oreille que maintenant, il va vraiment me baiser !
Putain, alors ce qu'il m'a mis depuis toute à l'heure, qu'est-ce que c'était, l'apéritif !?

Effectivement, ses coups de reins sont plus profonds, vigoureux, ses couilles claquent contre mon cul à chacun de ses assauts, par moment il me baise si fort que mes jambes ne touchent plus le sol, seul sa bite me maintient en l'air. Quelle dérouillée !
J'essaye de suivre son rythme, de venir à sa rencontre, de faire rouler mon cul sur sa bite, de contracter mes muscles intérieurs pour le faire venir plus vite mais il semble intraitable. Il voulait me défoncer et il tient parole. Un métronome, une machine, un piston, entrant et sortant à toute vitesse.
J'en ais les jambes flageolantes !
Quand enfin il se retire, je m'écroule sur le sol, incapable de me tenir debout, l'anus béant.
Il est devant moi, sa bite dressée, dure, vibrante de sang et de désir, prête à exploser.
Je me mets vaillamment à genoux, ouvre la bouche et l'invite à y déposer son gland turgescent.

Il approche sa bite de mon visage. Celle-ci sent fort, mon intimité et son plaisir, il force mes lèvres et se branle dans ma bouche, explose dans un feu d'artifice, son premier jet atteint le fond de mon palais, le second me remplit la bouche, sous la pression sa bite sort, s'envole et les autres finissent sur mon visage, ma poitrine, j'en ai partout, je suis poisseux. J'ai enfin droit à ma faciale, digne des meilleurs films pornos, son sperme dégouline de mon visage.

Il s'écroule cherchant son souffle, a cote de moi, me prends dans ces bras et rigole, qu'est-ce que je t'ai mis me dit-il, je confirme, je rigole avec lui dit, lui dit qu'on ne m'a jamais baise comme ça, que j'ai pris un pied d'enfer. Il me demande si ce n'était pas trop, je lui réponds en prenant sa bite dans ma bouche pour aspirer les dernières gouttes. Quelle salope me complimente-t-il. (pour le coup je dois avoir fait presque aussi bien que ces actrices avec Rocco, je suis ravi)

Nous avons pris deux heures à baiser dans sa cabine, comme des fous, nous revoilà sur la route, à  parler de tout et de rien.
Puis nous parlons de nos fantasmes, de nos envies, faisant des plans sur la comète.
Je l'ai sucé encore une fois pendant qu'il conduisait, je me suis régalé de son jus, j'ai tout avalé en le regardant dans les yeux, non sans lui avoir montré avant ma bouche pleine de son foutre. Je me suis surpris moi-même d'avoir été autant salope et soumise. Il avait l'air d'un gosse tellement il était heureux, ravi et vide.
Mon seul regret, qu'il ne m'ait pas enculé encore une fois, mais je pense que les dommages à mon cul auraient été irrémédiables.

Il me dépose, j'ai en mémoire son numéro de téléphone
Nous avons échangés quelques sms, il me dit qu'il a très envie de me revoir, qu'il peut même m'aider à réaliser certaines de mes envies.
Je lui demande lesquelles, il me parle des plans a trois, c'est vrai, je lui ai dit que j'avais très envie d'essayer, d'être à genoux entre deux bites, de se faire prendre par les deux trous à la fois, que j'avais très envie d'essayer.
Il me dit qu'il aimerait bien me baiser dans la lingerie de sa femme, dans ses ensembles de dentelles, guêpières et bas, qu'il voudrait me mettre des talons et m'enculer à sec, faire de moi sa pute pour la soirée, que je le suce dans la rue, au cinéma… je n'en reviens pas de son langage cru, mais surtout que ça m'excite, à ce point, je mouille d'imaginer sa bite au fond de mon cul, jusqu'aux couilles, et moi de gémir et d'hurler, d'implorer et d'en demander d'avantage. Mince !

Je pense que bientôt nos routes vont se croiser à nouveau !...

Conkest

conkest@outlook.com

Autres histoires de l'auteur : S'envoyer en l'air - Une balade en cabine

Dernière mise à jour publique

6 Mai > 10 Mai

Le pari Pascal
Soirée routier riders59650
Du statut de Salope à celui de Pute Adonf
Agent Spécial GwenaelAgent Spécial Gwenael GwenBlondinet
Dragon Ball ZZZ Astro
Comment j'ai lopé ma famille Camille
Nice -01 Calinchaud
Je suis une vraie chienne Pascal
Chantier éloigné Caramel
Envie d'exhib Pascal
Shawn Mendes me baise Boris22

Nouvel épisode

Professeur Ligoteur -02 Bounkey
La grosse bite de mon beauf -04 Ghost writer
Chantier éloigné -02 Caramel
Kader -03 Cédric
Kader -04 Cédric
Julien en famille -02 Marco10e
Mon chéri et son pote -02 Lucas22
Le lycée, ça craint -02 Guillaume
Soumission & Domination -498 Jardinier
Le militaire gabonais -02 Luk Alexandre

Mai 2018

Moi, lope des rebeux LopsaEnveut
Corrigé par un lascar violent Dimosqwertz
Aux bains avec le Hokage Boris22
Une défonce inoubliable Adonf
Opération séduction du patron Costard fétiche
Journée du Patrimoine ! Stephdub
Turquie 2018 Viril57100
Le jardinier Gegebi95
Le Gigolo NeoFP
Agent de sécurité bien membré Ghost writer
Jean et moi Pascal
Le Mateur Eric
Douce rencontre Mimi83
Le centre d'internement Roberttiti
Tonton gandhii34
Sexe acrobatie ? Pascal
Chambres à louer Jeanmarc
Mec marié en forêt jrmec1385
La grosse bite de mon beauf -03 Ghost writer
Chroniques de Cédric Cedric21052
Le mec idéal -21 Pititgayy
Le mec idéal -22 Pititgayy
Les Chronique de Max -05 Max
Pire des salopes -03 Ulrich
Séance photo -05 Pascal
Histoire de lycéens Gaëtan92
Julien en famille Marco10e
Serveur d'un soir Pascal
Pierre mon mac Pascal
Mon rêve américain Maxou
Premières chaleurs avec Malik DC
Mon mâle rebeu VTC Lucas
Professeur Ligoteur Boundkey
Retour de plage Pascal
Soumis au marié Paulfalloux
Différentes interprétations PoisonFecond
Rencontre Facebook Jolicul
Tellement je kiff mon Boss -08 Putedesteph69
Un été bien rempli -02 Adri
Le chalet -23 Yan
Soumission & Domination -495 Jardinier
Soumission & Domination -496 Jardinier
Soumission & Domination -497 Jardinier
Croisière -08 Calinchaud
Le militaire gabonais Luk Alexandre
Ma première fois à trois Renaud1212
Le lycée, ça craint ! Guillaume
Une formation très intense Ghost writer
Visite de mon frère Clemsex
Baise chez papa Maxoy51
Violé en groupe HadrienQc83
Chez Philippe Frank
Soumission & Domination -493 Jardinier
Soumission & Domination -494 Jardinier
Jean -11 Kawiteau
Mon bâtard -04 Teub23
Séance photo -05 Pascal
Éric, ma vie Chapitre -10 Rodriques
Éric, ma vie Chapitre -11 Rodrigue
Éric, ma vie Chapitre -12 Rodrigue
Arrêt imprévu -02 Caramel
Croisière -07 Calinchaud
Beau-Père -06 Calinchaud
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

 

Cyrillo nu a Mykonos
Cyrillo Mykonos

Cyrillo Cuir Leather
Cyrillo Leather

Cyrillo Cuir Leather
Cyrillo Home

&+
Twitter

 
 

Chercher :

CYRILLO CHEZ LES GRECS CYRILLO CHEZ LES GRECS
CYRILLO CHEZ LES GRECS
CYRILLO CHEZ LES GRECS

 

 

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Tout sur Cyrillo - Contact - Twitter - Tumblr - Intagram

Cyrillo Photo

Best of Cyrillo - Cyrillo Cuir - Cyrillo chez les grecs

Dial Chat

Chat & Dial gay (rencontre)

Expositions

Sommaire des expositions - Verner Degray - Barbizart

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - Histoires 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Liens

Liens vers d'autres sites gay - IDM SAUNA - L'IMPACT BAR - EL HOMBRE

Photos

Modèle - Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Vidéo

Vidéo gay