Mai
Nouvelles histoires, photos bbk

VIP
"Accès Avant-Première" des histoires juste avec un don, ou en écrivant une histoire

PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

S'envoyer en l'air

Je suis exigeant, des rencontres je n'en fais pas souvent. C'est que je cherche quelque chose de précis.
Mais quand je le trouve, c'est le bonheur, le pied, l'apothéose et malgré moi, j'en redemande, encore et encore...
Qui suis-je, Clément, 31 ans, plutôt sportif, fin, bien foutu et souriant, aime rire
Qu'est ce que j'aime ?
Les femmes, c'est sûr, compréhensif et doux, pouvant se montrer viril et dominant, j'aime bien attacher, jouer, exhiber. Sodomie, gorge profonde, ejac faciale, j'aime bien jouer avec elles.
Les hommes, alors pour le coup, je ne suis pas une folle, plutôt viril et masculin, mais ce qui m'excite, qui me fait bander, c'est le côté jeux de rôle.
Quand je regarde une video porno d'une femme en train de se faire défoncer, je dois l'avouer je bande mais aussi je l'envie.
La voir ramper à 4 pattes, soumise et salope, en lingerie sexy, se faire atomiser le cul... putain, ça me donne envie.
Je ne suis pas une folle, mais ce côté domination et être un trou pour quelques instants, je veux !
Alors quand je trouve un mec viril, qui a envie de me défoncer comme ça... je rêve, mais voilà c'est rare, et souvent par hasard...

Et justement, dans l'avion, en train d'écrire ma précédente histoire, voilà que sans que je veuille la chose me tombe dessus:
Cela fait déjà quelques heures que nous volons, je rentre en France, tout le monde dors autour, l'avion est dans la pénombre, c'est que vol tardif comme ça, il vaut mieux se reposer.
Pour ma part, je suis bien éveillé, je prends donc mon ordinateur et commence à écrire. Je réfléchis, prends mon temps, cherche mes mots. Puis il faut dire, que d'écrire ce qui m'est arrivé me fait bander dur, pas facile de rester concentré. Comme une petite envie de se branler.
Je fais donc quelques allers retours aux toilettes pour me faire jouir puis revient et continue mon histoire...
Je suis en train d'écrire un moment particulièrement chaud, quand le type a côté de moi interrompt mes pensées et me dit « pas mal ce que t'écris » sur le coup je ne comprends pas, je suis interloqué, puis je vire rouge honteux, et me demande ce qu'il a lu, depuis quand...
il en rajoute en me disant que si, c'est pas mal, ça le fait même bander, alors joignant le geste à la parole il prend ma main et la pose sur son entrejambe.
« Tu vois comme elle est bien dure, comme tu la excitée ! Il va falloir faire quelque chose »
Je dois avouer que je n'en reviens pas, le culot du type, mais aussi mon excitation... ou peut être ma main sur sa bite que je sens palpiter, de l'autre coté du pantalon...
« Alors salope, qu'est ce que tu attends ! »
Sa phrase claque comme un fouet à mon oreille, j'ai l'impression que tout l'avion a entendu. Putain ce type est excitant... et puis... merde on a qu'une vie.
Je le masse donc par dessus son pantalon, doucement, la chose vit et réagit, puis rapidement ma main s'insinue sous son pantalon.
Masse de chair chaude et dure, je la saisit, hum, c'est épais, j'en fais le tour et doucement le branle de ma main.
Je soupèse ses couilles, épaisses, remonte le long de sa tige, caresse le gland, belle bite, mais c'est sec tout ça, je ressors ma main et dépose donc de la salive dedans, puis retour sous le pantalon, plus humide. Voilà qui est mieux. Je le branle doucement, fais des allers retours sur sa verge. Il a l'air d'apprécier. Je dois avouer être un peu anxieux. Si tout le monde a l'air de dormi, nous sommes quand même dans un avion. Et des voisins, nous en avons pleins !
« bon alors, tu compte faire quoi maintenant !?
Tu vas quand même pas resté a la caresser ! »
Je le regarde interrogatif.
« tu m'as excité, tu me fais bander, tu me branles et pense que ça va se finir comme ça ? » alors sortant sa bite de son pantalon, il me dit « bouffe »
Épaisse, sombre, elle est belle. La pénombre en rajoute. Légèrement luisante de ma bave, ma main encore dessus, mes doigts en font le tour, elle n'est pas forcément très longue mais droite et bien raide, une sensation de puissance s'en dégage.
« T'attends quoi, qu'ils rallument les lumières ?! »
Je souris, je commence à être vraiment excité, j'aime comment il me parle, la situation aussi... je bande carrément. Un coup d'œil à mon voisin de gauche, il dort, alors je me penche à droite, et doucement, souffle sur son gland, y dépose un filet de salive, sert mes lèvres du mieux que je peux, aspire sa bite à fond et doucement, doucement, je descends jusqu'à ses couilles. Je crois qu'il n'en reviens pas lui même ! Il voulait de la salope, il va en avoir !
Je l'entends soupirer, et hoqueter de surprise. Ah ah ah. Pas mal pour une gorge profonde à froid.
Je remonte doucement, en enserrant sa verge avec ma main, dépose un baiser sur son gland puis y laisse un long filet de salive qui relie sa bite à ma bouche (j'adore quand ma copine me fait ça et j'adore le faire, alors je pense qu'il va aimer !)
Puis lui jette mon regard le plus salope possible en lui demandant si il est satisfait!
Pour seule réponse sa main saisit ma nuque et appuie dessus.
J'ai a peine le temps de prendre mon souffle que me revoilà le nez dans ses couilles.
Ok mon coco tu veux la jouer hardcore, on va faire de son mieux. À 10 000 mètres d'altitude, une bonne bite en bouche, un type bien viril, la vie est belle ! Mais il ne faut pas faire trop de bruit, et c'est quand même le problème de la gorge profonde, de se faire baiser la bouche, de la salive qui coule partout, c'est bruyant !
Je garde donc mes lèvres plaquées contre son ventre, aspire plus ou moins fort, fais jouer ma langue autour de sa bite, essaye de le masser de l'intérieur. Je crois que je ne m'en sors pas trop mal. Mais il y a bien un moment où il faut respirer, et quand je commence à vouloir faire mine de remonter, sa main se plaque sur ma tête et le voici  qui commence a me donner des coups de reins, à me baiser la bouche.
Tu es bien mignon coco, j'adore ça, mais là ça fait du bruit, et puis faut que je respire moi !
Je tape sur ses cuisses, une fois, deux fois, appui dessus et enfin il relâche sa prise.
Je respire, je me calme, doucement. De l'air !
Sa bite dégouline de bave. J'ai l'impression que tout l'avion nous a entendu, mais non, rien. Je le branle du mieux que je peux, histoire de gagner du temps... je regarde autour, tout le monde à les yeux fermés, je suis rassuré.
Il me saisit la tête et avant même que je ne men rende compte voici que son gland s'écrase sur mes lèvres
« Ouvre! » décidément...
Je place juste son gland dans ma bouche, l'aspire du mieux que je peux et fais des allers retours dessus, je le branle en même temps, je fais tout de que je peux pour lui donner le maximum de plaisir, le plus rapidement possible... et je crois que ça marche, son souffle accélère, sa tige se tend, je sens que nous sommes proche du dénouement.
Et encore le voilà qui me tire par les cheveux et arrache ma bouche de sa bite. Je suis en feu, il me regarde dans les yeux et me dit que maintenant je vais le branler dans ma bouche, entrouverte, je vais le branler et tout avaler comme la chienne que je suis, et que si je fais ça bien, alors peut être que j'aurai une surprise...
Son gland contre mes lèvres entrouvertes, je le branle, puissamment,laisse couler de la bave le long de sa bite, souffle dessus pour le réchauffer, le cajoler... je ne m'y attendais pas, il appuie sur ma tête et son gland rentre en entier dans ma bouche, il est plutôt âcre et liquide, une grande giclée, puis une autre, et encore une autre, ma bouche se remplit, encore une, ben dis donc, il en avait ! Encore une, ma bouche est presque pleine, non je n'avale pas. Pas tout de suite. Il veut une chienne, il va en avoir !
Quand enfin il relâche la pression, je relève la tête et lui montre le contenu de ma bouche. Alors souriant en le regardant droit dans les yeux, j'avale tout; je m'en lèche le doigts et retourne sur sa bite aspirer les dernières gouttes... et puis lui nettoyer, tant qu'à faire, j'aime le travail bien fait.
Il en rigole et me dit simplement que j'avais vraiment la dalle !
Puis il range sa bite me dit à plus tard et s'endort !
Dis donc, on ne me l'avais jamais faite celle là.

Alors autant dormir aussi.
Réveillé par l'hôtesse, petit déjeuner avant l'atterrissage. Avec plaisir, merci.
Mon voisin dont j'ignore le nom, mais connais la queue et le goût de son sperme me saisit d'office mon croissant, il me regarde dans les yeux, l'entrouvre et y verse le contenu de son gobelet en plastique, blanc, sentant fort, légèrement visqueux... bon appétit salope qu'il me dit en rigolant.
Je crois que le voisin de gauche a capté quelque chose, il nous regarde bizarrement.
Mais je ne me démonte pas, moi j'aime tremper, je trempe donc mon croissant dans le café, et doucement le savoure, lèche mes lèvres en même temps, en rajoute même un peu et suce le croissant.
Ah ah ah. Il en deviendrait presque rouge, mon coco, celle la tu ne l'as pas volée.
Il me lance un regard de défi mais nous ne disons plus rien.
Je finis mon croissant plein de sperme et mon café.

Paris, il fait gris, l'avion est posé, nous sommes debout dans l'allée, attendant pour débarquer, je le sens derrière moi, il se colle à moi, je sens sa bite contre mon cul, hummmm. Ça donne envie. Je bouge doucement mon cul contre, l'aguiche un peu... puis quand enfin ça avance je me retourne et lui lance un regard plein de déceptions...

Couloir, douane, couloir, tournant, toilettes, une main me saisit, et m'entraîne de force vers les toilettes handicapés. La porte s'ouvre, se ferme, il me plaque contre le mur, me traite de salope, que je l'ai bien chauffé mais que maintenant il va falloir déguster !
Il baisse mon pantalon et mon boxer d'un même élan, je suis face contre le mur, jambes tendues, je cambre mon cul, trop excité pour faire quoi que ce soit, son souffle dans ma nuque, il me tient d'une main par la taille, de l'autre il sort sa bite, dure et veineuse, il la fait aller et venir dans ma raie, putain c'est bon.
Je lui demande de me lubrifier un peu, ou au moins de me laisser saliver sur sa bite.
Il me claque le cul en me disant de la fermer, que je l'ai bien Cherché. Qu'il va me défoncer mon petit cul de salope.
Ok, je me calme, j'essaye de m'ouvrir, de respirer profondément, il pose son gland sur ma rondelle, appuie, ça ne rentre pas.
Il force. Toujours pas.
Il me dit de me cambrer d'avantage, d'ouvrir mon cul, il crache dessus et étale sa salive avec sa bite. Il me claque le cul, violemment, je n'ai pas le temps d'avoir mal que dans le même mouvement il m'encule d'une seule poussée, jusqu'aux couilles. J'en ai le souffle coupé, cherche à grimper sur le mur, je me débat, mais il me tient solidement. Je n'ai même pas assez d'air pour crier, une barre chaude me fouille les entrailles, sa bite est tout au fond, d'un coup, waow !
« Les salopes comme toi, c'est comme ça qu'on les baise et crois moi petite pute, je vais te défoncer »
Se faisant il sort sa bite, je manque de m'écrouler. Sensation de vide immense.
Puis il la rentre aussi sec, je sens ses abdos claquer contre mon cul, sensation de brûlure, je gémis.
Et il ressort, pose son gland contre ma rondelle malmenée et me rencule, encore, complètement, d'un coup de hanche, mes fesses claquent sous l'impact, l'air se vide de mes poumons.
C'est puissant, violent, je ne sais pas si ça fait mal, je ne sais plus où je suis.
Il ressort, rentre à fond. Un métronome. Une machine. Je gémis. N'arrive plus à parler. Je pense que j'ai même de la bave qui coule.
Il continue, encore et encore, peut être 10, 20 fois, aucune idée. Je pense que mon cul est grand ouvert, je bande du tonnerre, j'adore me faire prendre comme ça.
Il ressort me retourne face à lui, et me fais signe de me mettre à genoux.
« Voilà ma petite pute, tu as gagnée le droit d'avoir du lubrifiant, pompe salope ! »
Je ne réagis peut être pas assez vite, il me bifle, une fois, deux fois, caresse mon visage de sa bite. Puis engouffre sa bite dans ma gorge. Jusqu'aux amygdales
Putain il est pas délicat lui, il faut dire que je l'ai bien chauffé... mais là j'en prends pour mon grade.
Il me tient la tête des deux mains et s'amuse à alterner les mouvements et rythmes. Me baiser la bouche rapidement, lentement, profondément, juste avec le gland, il ressort de temps en temps son gland dégoulinant de bave, l'étale sur mon visage, puis re rentre dans ma bouche, qu'il baise encore et encore, de temps en temps des gorges profondes, quelques secondes, ou alors plus longues, que je m'étouffe sur sa bite et qu'il sente ma gorge se contracter dessus. La bave coule de ma bouche, j'ai l'impression d'en avoir partout, visage, vêtements, sur le sol..: c'est sur, là, sa bite est bien lubrifiée.
Une autre grosse gorge profonde, je me débat, essaye de m'échapper, hoquette, ses mains me maintiennent, je m'étouffe, enfin de l'air, je respire ! Bonheur.
Il me pousse par terre, je suis à 4 pattes, il me dit d'ouvrir mon cul, je lance donc mes deux mains derrière, écartes mes fesses, visage au sol; cul en l'air.
Je sens son gland se poser sur mon petit trou qui ne doit plus rien avoir de petit, il ne dit rien, attends. Je ne sais pas ce qui se passe.
Je sens son gland posé, prêt à entrer. J'ai mal, la mâchoire et le cul en feu, mais je prends un pied d'enfer. Je regarde derrière, il a l'air d'attendre.
Attendre quoi ?
Alors je lui demande,
"S'il te plaît"
"S'il te plaît quoi ?"
Hum, je reste interdit.
"S'il te plait, encule moi".
"Répète"
"S'il te plaît, encule moi"
"Comment ?"
Je n'en peux plus, j'ai envie de sa bite, maintenant, j'ai envie de le sentir en moi !
"Encules moi stp, baises moi, défonces moi jusqu'aux couilles. Petes moi le cul, encules moi !" Je hurle.
"Je vais te défoncer salope"
Et sa bite, lubrifiée par mes litres de bave plongea au fond de mon cul, il me tenait fermement par les  hanches et s'amusait à me baiser, sortant et rentrant complètement, mais si tout à l'heure il avait (peut être) une certaine retenue, là, avec mes encouragements, mon cul ouvert en grand, sa bite lubrifiée il me defoncait, littéralement. J'en tremblais, j'en pleurais presque. Juste un trou dans lequel une barre de chaire, dure et épaisse, allait et venait, monstre de mécanique, couilles claquons tout contre mon cul, ses mains crochées dans mes hanches... et putain qu'est ce que c'était bon, sans même m'en rendre compte, mon cul, tout mon corps même venait à la rencontre de cette bite qui me déchirait les entrailles.
La terre aurait pu arrêter de tourner, voilà la seule chose qui m'importait, cette sensation, d'être chienne, enculée et humiliée dans des chiottes d'handicapés dans un aéroport.
Rien que de m'en rappeler, de vous l'écrire, j'en bande encore !

Il accélère, encore plus vite plus loin et plus fort, c'est possible ça !?

Il sort d'un coup, ça y est la terre s'est arrêtée de tourner ! Je vais dire non quand il me fourre sa bite dans la bouche, chaude de mon cul, j'ai la
Bouche pleine, ne peux pas dire un mot, puis il gicle, un premier jet me tapisse la gorge, sous la pression sa bite sort de ma bouche, je gémis, il recolle sa bite contre mon visage, une traînée en recouvre la moitié, de la joue au front, une autre finit dans mes cheveux, il enfonce à nouveau sa bite dans ma bouche, gicle encore, sous la pression le sperme s'écoule le long de mes lèvres. Je tire la langue, il secoue les dernières gouttes dessus, étale son sperme sur mon visage avec sa bite, me fais lécher son gland que je n'en perde pas une goutte. C'était sport !
Il rigole en me disant qu'effectivement, j'ai été une vraie bonne chienne.
Il ferme sa braguette, se rhabille, fouille dans sa poche en sors son porte monnaie, et laisse tomber sa carte de visite en me disant "au cas où, si tu as envie de te refaire baiser".
Il sort aussi deux billets deux 100€ et me les jettes en me disant que je les ai bien mérités.
Je n'ai même pas le temps de réagir qu'il est déjà partit.
Alors j'ai vraiment été une pute... remarque j'ai pris mon pied.
J'essaye de me lever pour fermer la porte, putain, impossible, je n'arrive presque plus à marcher, je boite, il m'a vraiment défoncé le cul...
je ramène pour la fermer à clefs, essaye d'aller jusqu'au robinet, me rincer le visage, ce que je vois me fais halluciner.
Bave et sperme mélangés sur mon visage, pour le coup, j'ai vraiment l'air d'une actrice porno !

Conkest

conkest@outlook.com

Autres histoires de l'auteur : S'envoyer en l'air - Une balade en cabine

Dernière mise à jour publique

6 Mai > 10 Mai

Le pari Pascal
Soirée routier riders59650
Du statut de Salope à celui de Pute Adonf
Agent Spécial GwenaelAgent Spécial Gwenael GwenBlondinet
Dragon Ball ZZZ Astro
Comment j'ai lopé ma famille Camille
Nice -01 Calinchaud
Je suis une vraie chienne Pascal
Chantier éloigné Caramel
Envie d'exhib Pascal
Shawn Mendes me baise Boris22

Nouvel épisode

Professeur Ligoteur -02 Bounkey
La grosse bite de mon beauf -04 Ghost writer
Chantier éloigné -02 Caramel
Kader -03 Cédric
Kader -04 Cédric
Julien en famille -02 Marco10e
Mon chéri et son pote -02 Lucas22
Le lycée, ça craint -02 Guillaume
Soumission & Domination -498 Jardinier
Le militaire gabonais -02 Luk Alexandre

Mai 2018

Moi, lope des rebeux LopsaEnveut
Corrigé par un lascar violent Dimosqwertz
Aux bains avec le Hokage Boris22
Une défonce inoubliable Adonf
Opération séduction du patron Costard fétiche
Journée du Patrimoine ! Stephdub
Turquie 2018 Viril57100
Le jardinier Gegebi95
Le Gigolo NeoFP
Agent de sécurité bien membré Ghost writer
Jean et moi Pascal
Le Mateur Eric
Douce rencontre Mimi83
Le centre d'internement Roberttiti
Tonton gandhii34
Sexe acrobatie ? Pascal
Chambres à louer Jeanmarc
Mec marié en forêt jrmec1385
La grosse bite de mon beauf -03 Ghost writer
Chroniques de Cédric Cedric21052
Le mec idéal -21 Pititgayy
Le mec idéal -22 Pititgayy
Les Chronique de Max -05 Max
Pire des salopes -03 Ulrich
Séance photo -05 Pascal
Histoire de lycéens Gaëtan92
Julien en famille Marco10e
Serveur d'un soir Pascal
Pierre mon mac Pascal
Mon rêve américain Maxou
Premières chaleurs avec Malik DC
Mon mâle rebeu VTC Lucas
Professeur Ligoteur Boundkey
Retour de plage Pascal
Soumis au marié Paulfalloux
Différentes interprétations PoisonFecond
Rencontre Facebook Jolicul
Tellement je kiff mon Boss -08 Putedesteph69
Un été bien rempli -02 Adri
Le chalet -23 Yan
Soumission & Domination -495 Jardinier
Soumission & Domination -496 Jardinier
Soumission & Domination -497 Jardinier
Croisière -08 Calinchaud
Le militaire gabonais Luk Alexandre
Ma première fois à trois Renaud1212
Le lycée, ça craint ! Guillaume
Une formation très intense Ghost writer
Visite de mon frère Clemsex
Baise chez papa Maxoy51
Violé en groupe HadrienQc83
Chez Philippe Frank
Soumission & Domination -493 Jardinier
Soumission & Domination -494 Jardinier
Jean -11 Kawiteau
Mon bâtard -04 Teub23
Séance photo -05 Pascal
Éric, ma vie Chapitre -10 Rodriques
Éric, ma vie Chapitre -11 Rodrigue
Éric, ma vie Chapitre -12 Rodrigue
Arrêt imprévu -02 Caramel
Croisière -07 Calinchaud
Beau-Père -06 Calinchaud
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

 

Cyrillo nu a Mykonos
Cyrillo Mykonos

Cyrillo Cuir Leather
Cyrillo Leather

Cyrillo Cuir Leather
Cyrillo Home

&+
Twitter

 
 

Chercher :

CYRILLO CHEZ LES GRECS CYRILLO CHEZ LES GRECS
CYRILLO CHEZ LES GRECS
CYRILLO CHEZ LES GRECS

 

 

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Tout sur Cyrillo - Contact - Twitter - Tumblr - Intagram

Cyrillo Photo

Best of Cyrillo - Cyrillo Cuir - Cyrillo chez les grecs

Dial Chat

Chat & Dial gay (rencontre)

Expositions

Sommaire des expositions - Verner Degray - Barbizart

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - Histoires 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Liens

Liens vers d'autres sites gay - IDM SAUNA - L'IMPACT BAR - EL HOMBRE

Photos

Modèle - Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Vidéo

Vidéo gay