Mai
Nouvelles histoires, photos bbk

VIP
"Accès Avant-Première" des histoires juste avec un don, ou en écrivant une histoire

PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Premier épisode

Mon lieu de travail -02

En fait la seconde partie ne se déroule pas sur mon lieu de travail, mais c'est bel et bien la suite que je vais maintenant vous raconter.

Pour tout vous dire, je n'y croyait pas au retour de Arnaud dans ma vie.
Tout s'était merveilleusement bien passé la première fois mais, je le sentais si heureux, si bien entouré que je me demandais quel serait pour lui l'intérêt de revenir se frotter à moi.

Hier matin, je me réveillais, heureux de pouvoir profiter d'un dimanche ensoleillé sans contrainte.
Un petit tour au marché, un apéro en terrasse avec quelques amis, pourquoi pas un film en début de soirée, un restau, programme d'une journée relax.

Quand à 10h30 mon téléphone a sonné, sur l'écran était affiché «Arnaud».
Je fini de payer mes tomates et mon melon, je décrochais.

« Bonjours Jules »
« Bonjour Arnaud, tu vas bien ? »
« Oui, mais je suis tout seul, G. est partie avec J. chez sa mère, je n'avais pas envie d'y aller »
« Pourquoi, tu ne t'entends pas avec ta belle-mère ? »
« Si, si si, mais... »
« Tu veux que nous nous voyions ? »
« En fait oui, j'aimerais bien vivre avec toi une journée, que nous puissions partager et parler un peu, la dernière fois ce fut... »
« Du partage, avec peu de mots »
« Oui, voilà, ce qui ne veut pas dire que ce fut nul »
« Je suis d'accord avec toi, ce ne fut pas nul ».

Il se mit à rire, moi aussi.

« Tu as du temps à me consacrer ? »
« J'ai toute la journée, j'avais des plans, mais ils sont modifiables »
« Non, je ne veux pas que tu changes quoi que ce soit pour moi, je ne pourrai pas forcement te rendre la pareille »
« Aucun problème, viens, je suis sur le marché de B. viens prendre un verre, ensuite advienne que pourra »
« Ok, donne-moi 15 minutes »
« Elles sont à toi, rendez-vous en terrasse ».

Je m'installais au soleil, avec vue sur les gens affairés, j'adore l'été, chaque année je l'espère sans fin afin de pouvoir regarder pour l'éternité, les hommes légèrement vêtus, pantalon de lin, bermudas, t-shirt ou encore mieux chemise ouverte.

Vingt minutes plus tard, je ne m'étais même pas inquiété, il était là, un peu gêné, un peu rougissant, souriant tout de même, nous nous donnâmes les deux bises rituelles, en nous serrant un peu plus fort que ne l'auraient fait deux amis qui se retrouvent.

« Que prends-tu ? »
« Un café allongé »
« Tu ne voudrais pas un verre de blanc, ils en ont un sympa ici, il est 11h30, pile poil l'heure »
« Pourquoi pas, il y a des huitres ? »
« Bonne idée, je vais en faire ouvrir sur le marché ».

Il me sourit à nouveau, ses belles dents éclatantes de sortie, le rouge était parti de son visage, nous avons parlé une heure trente, deux verres de vin et deux douzaines d'huitres chacun.

Nos familles, nos jobs, nos passions, nos rêves, en fait nous avions tous les deux la sensation, que vous avez peut-être déjà ressentie, de nous connaître depuis la nuit des temps.
C'était bien gentil, mais il fallait que je lance une phrase que je redoutais un peu, pour tout vous dire je n'en pouvais plus de son t-shirt un peu trop petit, de son pantalon léger, de nos genoux qui de frôlaient, puis se pressaient sous la table de bistro.

« Tu veux que nous marchions un peu, tu... »
« Oui, mais seulement si nos pas nous mènent chez toi, à moins que ce ne soit pas possible, à moins que tu n'en n'ai pas envie... »
« C'est possible, j'en n'ai envie, sinon je ne t'aurais pas demandé de venir ici, tu sais je suis incapable de te voir sans envisager quoi que ce soit de... »
« Moi non plus, sinon je ne t'aurais pas téléphoné ».

Nous avons donc marché jusqu'à la maison, en nous frôlant en toute discrétion, hors de question de le mettre en danger mon Bel Ami, mais c'était d'autant plus excitant.

Les rues, ma porte, ma clef, enfin nous entrions, et là n'y tenant plus je suppose, il me plaqua contre le mur et m'offrit mon plus langoureux baiser, nos mains étaient folles de nous découvrir à nouveau, je le sentait qui palpitait, son corps dur sous mes caresses, je ne pu résister à l'envie de me diriger vers les endroits les plus intimes, ses fesses, son sexe sous le pantalon, il ne se gênait pas pour faire la même chose. Nous gémissions de concert mais nous nous arrêtâmes soudain.

« Il nous faut nous contenir, sinon le débordement trop rapide nous guette et nous allons regretter »
«  Viens dans le salon, prenons notre temps »
«C'est joli chez toi, je m'attendais à ce genre de «zénitude »
« Merci, tu veux un verre d'eau ? Assieds-toi, j'arrive ».

Nous sommes installés, j'ai mis «Les flocons de l'été», nous avons fermé les yeux, détendus mais gonflés de désir, le verre d'eau glacée n'y avait rien fait...
Ce n'était pas le but, j'ai posé ma main sur sa cuisse, d'elle même, ingouvernable, elle est remontée jusqu'à sa ceinture, la boucle était difficile à défaire, il m'a aidé, j'en ai fait de même, nos t-shirts ont volé, nos pantalons sont tombés.

Nos étions nus enfin, j'étais heureux de vivre ce moment ailleurs que dans mon bureau.

Je le trouvais encore plus beau que la dernière fois, peut-être parce que j'avais enfin le temps de savourer ce spectacle divin.

« Tu es beau» me dit-il »
« Tu n'es pas mal non plus ».

Mes mains profitaient enfin pleinement, (c'est le cas de le dire), de ses poils si doux, de ses muscles si durs, et de son sexe que je caressais, comme c'est délicieux les soubresauts d'un membre gonflé.

Lui, c'était sa langue qui s'affairait, il gémissait, je gémissais ; encore d'avantage lorsque sa bouche me prit.
Diable qu'il suce bien, sa passion est évidente, je faisais tout ce que je pouvais pour résister. L'enfer, enfin.

« À quelle heure dois-tu rentrer ? »
« J'ai la permission de vingt-et-une heure »
« On ne parle pas la bouche pleine ».
Nous éclatâmes de rire en nous embrassant.
« Viens dans ma chambre »
Je le saisis par la queue et lui fis traverser le couloir, à pleine mais il me prit les fesses.

Allongés je le pris en bouche moi aussi, 69 année érotique, sachant que nous avions le temps de nous reposer, le temps d'avoir du temps pour d'autres assauts.
Nous avons joui ensemble, les larmes aux yeux, mais des larmes d'une joie si intense qu'il nous était impossible de ne pas la faire ressortir.

Nous nous endormîmes dans les bras l'un de l'autre, mon visage sur son torse velu, sa langue me galochant l'oreille, comment avait-il pu si aisément découvrir un de mes points G ?

Au réveil je lui ai proposé un goûté, thé vert et galettes de riz soufflé garnies de miel, pas par hasard le miel, il n'y a pas que la confiture qui dégouline...

Cela ne manqua pas, il a bien fallu nettoyer, et non cela ne se fit pas à la douche.

« Faut pas gâcher » me dit-il avec son sourire enjôleur.
« Bien entendu, vilain gourmand »
« Tu sais je me souviens parfaitement de ta demande de la première fois, si tu veux toujours... »
« Plus que jamais Arnaud, je n'osais pas te demander, merci de l'avoir fait, et je me souviens aussi de ta condition ».

Je me suis dirigé vers la salle de bain et revins avec une boîte de préservatifs, habituellement ce n'est pas le moment le plus romantique de nos rapports, n'est-ce-pas ? Et bien là ce le fut.

« Tu les as pris assez grands ? »
« J'espère... »
« Il nous faut essayer »
« je vois que vous êtes prêt pour cet essayage Monsieur, mais je vais tenter de voir si vous êtes à votre maximum, je pense que vous pouvez faire mieux, préférez-vous que je vous branle ou que je vous suce ? »
« Sucez-moi, je vous en ferai autant et ainsi je serai parfaitement excité, il me semble aussi pouvoir mieux faire ».

Nous joignîmes l'action à la parole, bon sang qu'il a bon goût.

« Voilà, je pense que vous êtes à votre maximum cette fois, Monsieur »
« Je le pense aussi, veuillez s'il vous plaît m'enfiler cet habit de queue »
« Avec plaisir Monsieur, et bien voilà, cet imperméable vous sied comme un gant ».

Nous avons rit, sans pour autant nous déconcentrer.

Ses yeux dans mes yeux il me prit avec une douceur infinie, nous avons fait l'amour en souriant, en riant, en nous embrassant ; trois fois, et les trois fois avec le même plaisir, les même jouissances. J'ai aimé lorsqu'il avait les yeux ouverts, j'ai aimé lorsqu'il avait les yeux fermés, il était attentionné, je l'était aussi, je voulais lui offrir le meilleur de moi, lui se donnait entièrement.

Nous avons passé un moment fabuleux, l'heure est arrivée, trop vite, mais ce n'était pas grave.

Durant la douche je sentis qu'il voulait dire quelque chose.

« Je pourrai revenir ? »
« Non ».

Son visage se transforma, ses yeux rieurs se sont éteint, embués.

« J'ai peur, peur de tomber amoureux de toi, je sais que tu aimes ailleurs, j'ai vu la famille que tu as créée, vous êtes beaux, tu n'as pas le droit de détruire cela »
« Mais... »
« Il n'y a pas de mais ».

Les larmes coulaient des ses yeux tristes et encore plus verts, je les essuyais, la langue sur ses joues râpeuses.

« Pardonne-moi, c'était une blague, bien sûr Arnaud, bien sûr que tu peux revenir, quand tu le voudras, quand tu le pourras, tu sais que j'attendrai chaque jour ton appel, tu sais qu'à chaque fois que mon téléphone sonnera j'aurai pour seul espoir que les lettres
A-R-N-A-U-D s'affichent sur l'écran, donc oui tu pourras revenir, mais s'il te plait, de temps en temps, passe-moi un coup de fil, envoie-moi un SMS, pour parler, pour rire, pas forcement pour venir, pas forcement très longs»
« Je te le promets ».

Nous sommes redescendus, lui la queue dans ma main, c'est une de ses places, moi de même, en riant encore.

Puis la porte s'est ouverte, je l'ai regardé partir, en marche arrière, puis disparaître à l'angle de la rue, puis elle s'est refermée, je m'y suis adossé, triste et terriblement heureux.

Je savais que le téléphone sonnerait à nouveau.
Il vibre d'ailleurs.
« La prochaine fois je pourrai procéder sur vous Monsieur, à l'essayage d'un imperméable ? »
« Peut-être ».

Merci de m'avoir lu, j'espère vous avoir plu.
Merci pour vos commentaires.
talma@laposte.net
Merci aussi à vous qui n'avez écrit, vos mots m'ont touché, je vous promets une réponse, à chacun.

Talma

talma@laposte.net

Suite de l'histoire

Autres histoires de l'auteur : Arnaud à Paris - Banc public - Mon lieu de travail

Dernière mise à jour publique

6 Mai > 10 Mai

Le pari Pascal
Soirée routier riders59650
Du statut de Salope à celui de Pute Adonf
Agent Spécial GwenaelAgent Spécial Gwenael GwenBlondinet
Dragon Ball ZZZ Astro
Comment j'ai lopé ma famille Camille
Nice -01 Calinchaud
Je suis une vraie chienne Pascal
Chantier éloigné Caramel
Envie d'exhib Pascal
Shawn Mendes me baise Boris22

Nouvel épisode

Professeur Ligoteur -02 Bounkey
La grosse bite de mon beauf -04 Ghost writer
Chantier éloigné -02 Caramel
Kader -03 Cédric
Kader -04 Cédric
Julien en famille -02 Marco10e
Mon chéri et son pote -02 Lucas22
Le lycée, ça craint -02 Guillaume
Soumission & Domination -498 Jardinier
Le militaire gabonais -02 Luk Alexandre

Mai 2018

Moi, lope des rebeux LopsaEnveut
Corrigé par un lascar violent Dimosqwertz
Aux bains avec le Hokage Boris22
Une défonce inoubliable Adonf
Opération séduction du patron Costard fétiche
Journée du Patrimoine ! Stephdub
Turquie 2018 Viril57100
Le jardinier Gegebi95
Le Gigolo NeoFP
Agent de sécurité bien membré Ghost writer
Jean et moi Pascal
Le Mateur Eric
Douce rencontre Mimi83
Le centre d'internement Roberttiti
Tonton gandhii34
Sexe acrobatie ? Pascal
Chambres à louer Jeanmarc
Mec marié en forêt jrmec1385
La grosse bite de mon beauf -03 Ghost writer
Chroniques de Cédric Cedric21052
Le mec idéal -21 Pititgayy
Le mec idéal -22 Pititgayy
Les Chronique de Max -05 Max
Pire des salopes -03 Ulrich
Séance photo -05 Pascal
Histoire de lycéens Gaëtan92
Julien en famille Marco10e
Serveur d'un soir Pascal
Pierre mon mac Pascal
Mon rêve américain Maxou
Premières chaleurs avec Malik DC
Mon mâle rebeu VTC Lucas
Professeur Ligoteur Boundkey
Retour de plage Pascal
Soumis au marié Paulfalloux
Différentes interprétations PoisonFecond
Rencontre Facebook Jolicul
Tellement je kiff mon Boss -08 Putedesteph69
Un été bien rempli -02 Adri
Le chalet -23 Yan
Soumission & Domination -495 Jardinier
Soumission & Domination -496 Jardinier
Soumission & Domination -497 Jardinier
Croisière -08 Calinchaud
Le militaire gabonais Luk Alexandre
Ma première fois à trois Renaud1212
Le lycée, ça craint ! Guillaume
Une formation très intense Ghost writer
Visite de mon frère Clemsex
Baise chez papa Maxoy51
Violé en groupe HadrienQc83
Chez Philippe Frank
Soumission & Domination -493 Jardinier
Soumission & Domination -494 Jardinier
Jean -11 Kawiteau
Mon bâtard -04 Teub23
Séance photo -05 Pascal
Éric, ma vie Chapitre -10 Rodriques
Éric, ma vie Chapitre -11 Rodrigue
Éric, ma vie Chapitre -12 Rodrigue
Arrêt imprévu -02 Caramel
Croisière -07 Calinchaud
Beau-Père -06 Calinchaud
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

 

Cyrillo nu a Mykonos
Cyrillo Mykonos

Cyrillo Cuir Leather
Cyrillo Leather

Cyrillo Cuir Leather
Cyrillo Home

&+
Twitter

 
 

Chercher :

CYRILLO CHEZ LES GRECS CYRILLO CHEZ LES GRECS
CYRILLO CHEZ LES GRECS
CYRILLO CHEZ LES GRECS

 

 

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Tout sur Cyrillo - Contact - Twitter - Tumblr - Intagram

Cyrillo Photo

Best of Cyrillo - Cyrillo Cuir - Cyrillo chez les grecs

Dial Chat

Chat & Dial gay (rencontre)

Expositions

Sommaire des expositions - Verner Degray - Barbizart

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - Histoires 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Liens

Liens vers d'autres sites gay - IDM SAUNA - L'IMPACT BAR - EL HOMBRE

Photos

Modèle - Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Vidéo

Vidéo gay