18 Nov.
+ 78 histoires en accès privilège.
11 Nov. : +33 histoires en accès public

A noter.
Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.

VIP?
Accès privilège :
Des histoires en +, juste avec un don

Don anonyme, en paypal ou CB

DESTOCKAGE DVD GAY
PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Premier épisode - Épisode précedent

Le mec idéal -22

Cauchemard

Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaahhhhh !!!!
D : “Qu’est-ce qu’il y a Valentin?!”

Je suis en sueur, j’ai chaud, je tremble. Il me prend dans ses bras, ça m’apaise un peu. Je le sentais contre moi….le maître nageur? ou le mec du concessionnaire? Je me mets à pleurer, et lui déballe tout ce que j’ai vécu depuis jeudi. Thomas arrive, s’assoit aussi à côté de moi.
D : “Thomas, tu l’as laissé tout seul dans un bar gay?!?”
T : “Bah je pensais pas qu’il lui arriverait un truc, et je devais déjà repousser les avances de Marc. Je savais pas ça, il m’a pas paru perturbé vu qu’il a fini la soirée avec le p’tit mec en psy.”
V : “J’avais un peu bu, dans les cocktails au fruit y en avait un peu, je l’ai senti après.”
T : “Donc en fait y a deux mecs cette semaine qui ont voulu te…”
J’hoche la tête des larmes pleins les yeux. Je vois les poings de Thomas qui se serrent. Je sens qu’il s’en veut, mais je ne réagis pas, je suis encore sous le choc. Je ne sais pas quoi faire. Je regarde l'heure. Il est 3h du matin, on a encore 4h de sommeil. Je leur dis d'aller se coucher, mais ils ne veulent pas me laisser seul.
D et T (en même temps) : “Viens dormir avec moi.”
V : “Non, vous êtes en couple, je peux pas.”
D : “Il va rien se passer car on est en couple. Mais tu vas pas réussir à dormir seul. Donc, choisi. Thomas ou moi.”
Je me penche vers Damien, puis vers Thomas. Lequel m'apaise le plus ? Damien, c'est clair. Je me laisse aller dans ses bras, il m'entraîne dans son lit. Je mets du temps à me rendormir, je ne bouge pas pour laisser Damien dormir. Je pense. À mes envies de sexe. Oui ils avaient raisons les deux, je voulais du sexe. Mais pas comme ça. Puisque c'est comme ça, je vais être passif, mais c'est moi qui commande.

Quand j’arrive le lendemain à la fac, je dis à plus tard à Damien qui me regarde partir, surpris. Je suis en avance pour retrouver Quentin qui a l’air très heureux de me voir. Ses vêtements lui vont bien, un vrai p’tit mâle, ténébreux malgré sa blondeur. On s’était donné rendez vous dans une salle vide, je le pousse sur le bureau du prof pour l’embrasser.
Q : “Je suis trop content de te voir, tu peux me demander quand tu veux, je veux te faire plaisir.”
V : “Quand je veux? Faut pas me dire ça à moi….”
Pendant qu’on s’embrasse j’ouvre sa ceinture et baisse son pantalon sur ses cuisses. Je l’allonge, soulève son haut pour glisser mes lèvres sur son ventre. Sa peau fine est si douce, il est plus blanc que moi. Il gémit déjà et mouille beaucoup, j’ai jamais vu ça. Son gland bien rouge gorgé de sang contraste avec sa peau blanche. Je le suce rapidement en lui caressant les cuisses, je ne dois pas être en retard. Enfin aucuns risques, je suis trop doué pour lui, 3min suffisent à le faire venir. Je suis presque déçu mais ne lui montre pas, ça montre que c’est moi qui ai le contrôle, je me sens rassuré. Je l’embrasse en le rhabillant, glisse une main sur son ventre avant de lui dire “à ce midi”. Je vois qu’il rebande déjà mais je le laisse comme ça.
Quand on se retrouve le midi, il me saute dessus direct pour m’embrasser. Je sens qu’il est raide, mais je n’ai pas envie. Et c’est moi qui décide oui ou non? Par contre mes caresses sur son ventre et mes baisers dans son cou sont déjà trop intenses pour lui, il gémit d’un coup et je le sens se tendre. Il rougit, bafouille, ne sachant pas quoi faire, ça doit être la première fois qu’il se joui dessus. Je l'entraîne aux toilettes, lui dis d’enlever son pantalon et son boxer. Je le nettoie avec la langue, la situation m’a excité. Il jouit à nouveau, une belle quantité. Il s’arrête jamais? C’est déjà la troisième aujourd’hui. Je vois qu’il a l’air gêné de ne pas avoir de boxer alors je lui donne le mien. Je roule le sien et le glisse dans son sac, je fini donc cul nu sous mon jean. Je regarde l’heure. Oh merde on va être en retard ! Je file direct en lui disant “à plus tard”. Mais je sais que j’ai eu plus que ma dose pour aujourd’hui, donc je le “à plus tard” est peut être plutôt un “à demain”. Enfin jusqu’à ce que je le vois m’attendre à la porte de mon amphi en sortant. Il me propose de voir un film avec lui, ou une série. Je lui propose celle que je viens de commencer sur les conseils de Max. Il l’a déjà vue mais accepte. Cool je vais pouvoir avancer la saison 2 !
Une fois installés dans son lit, il se colle à moi dans mon dos. Sa bosse sur mon cul. J’ai une monté de panique. Je me décale, il me regarde sans comprendre.
Q : “Je croyais que ça t’excitais qu’on te caresse les fesses?”
V : “Oui, mais je sais pas j’ai….un blocage.”
Q : “Y a un rapport avec l'agression de samedi?”
V : “Comment tu as deviné?”
Q : “Bah c’est mon frère, on a discuté et il a trouvé étrange qu’un mec ressorte des toilettes seul et un peu dépité alors que c’est un connard qui aime les p’tits mecs, il me surveillait pour que ce gars, ou ce genre de gars, ne me touche pas. Et ça vient de faire tilt dans ma tête….”
V : “...”
Q : “T’inquiètes pas si tu veux pas que je te touche tu me le dis, je te forcerai à rien, je kiff d’ailleurs que ce soit toi qui me commande….Ce midi c’était dingue quand tu m’as touché.”
J’ai un faible sourire. Il change de côté et vient contre mon torse, mélange ses jambes avec les miennes. On regarde deux épisodes sans rien dire. Louis son frère vient nous voir pour nous dire qu’il va au boulot. Je lui demande rapidement si ce n’est pas compliqué de travailler la nuit. Il rigole en me disant que ce n’est pas un problème puisque son mec a les mêmes horaires. Une fois qu’il est parti, je me tourne, interrogateur vers Quentin.
Q : “Je sais qu’il a un mec mais je l’ai jamais vu. Il fait des mystères….”
V : “Mouais je vois ça. Je peux dormir ici ce soir? Je commence à avoir un coup de barre, j’ai mal dormi.”
Q : “Ouais bien sur pas de problèmes!”
On commande à manger pendant qu’on regarde un autre épisode, le livreur arrive avant la moitié, on mange rapidement le temps de la fin de l’épisode. Quentin me propose de se doucher avec lui, j’accepte, ça économisera de l’eau. Pour la planète !
Evidemment sous la douche on s’embrasse, mais rien de plus. Une fois séché et avec la serviette sur les hanches (la sienne soulevée par sa branche bien dure), on se brosse les dents. Je fais courir un doigt de son nombril entre ses abdos en remontant jusqu’à son cou.
V : “Tu sais qu’t’es très mignon toi?”
Il me répond par un drôle de gémissement aigu. Je regarde entre ses jambes. Okayyyyy, il vient à nouveau de se jouir dessus ! Sensible dis donc ! Je me glisse sous sa couette en laissant la serviette au bord du lit. Quand il arrive il me propose un boxer si j’ai envie. J’accepte, il me prête un des siens. Un peu serré mais je suis bien moulé on va dire, c’est vrai que j’ai les hanches moins fines que lui et un cul bombé….Il bande d’ailleurs en me voyant comme ça. Je lui demande en rigolant s’il va jouir sans que je le touche. Il rougit en marmonnant “peut être, t’es tellement sexy”. Je lève les yeux aux ciel, c’est pas vrai ! Je l’attire contre moi et m’endors.

Je me réveille à nouveau en pleine nuit dans le même état qu’hier, juste je n’ai pas hurlé. Je l’ai vu dans mon cauchemar. Le vendeur. Rien que de repenser à sa voix je frissonne. Même le maître nageur ne m’avait pas donné l’impression d’être un simple objet, et Thomas a cassé le truc en l’envoyant au sol, puis lorsqu’il est venu s’excuser. Là...il est parti car plusieurs personnes étaient face à lui. Pas de regrets ou de remords, juste la contrariété de ne pas s’être vidé les couilles. Quentin n’est pas collé à moi, je quitte donc son lit et vais au salon. Je suis trop perturbé pour me rendormir et il ne m’apaise pas. Je mets la télé avec le son au minimum. Louis rentre vers 5h, il me regarde avec un air curieux, je lui dis bonne nuit et il me laisse. Ils se ressemblent vraiment énormément les deux frères, juste Quentin est un peu moins grand et moins musclé. Je me recroqueville dans une couverture les mains autour des genoux. C’est comme ça que Quentin me trouve à 6h.
Q : “J’ai cru que tu étais parti sans me dire au revoir. J’avais mis mon réveil à cet heure là pour que tu ais le temps de rentrer et de te changer.”
V : “Merci.”
Je le regarde, il danse d’un pied sur l’autre, mal à l’aise. Je monte dans sa chambre pour m’habiller, il n’a pas bougé quand je redescends. Je lui caresse la joue et embrasse ses lèvres doucement avant de partir.

Damien m’ouvre la porte quand j’arrive, il esquisse un geste de tendresse envers moi en voyant ma tête hagarde, je l’évite pour aller prendre ma douche et me changer. Le temps de manger il est l’heure de partir rapidement pour ne pas être en retard. Damien m’a attendu pour partir, Marc est présent. J’apprend qu’il a passé la nuit avec Thomas, ce dernier lui fait un signe de la main au moment où on sort. Et oui, il ne commence son boulot qu’à 9h. Ce qui est bien avec Marc, c’est qu’il est bavard mais en mode monologue, tant qu’on le laisse parler on n’a même pas besoin d’écouter. Quentin nous attend devant la fac. Je l’entends vaguement dire à Damien que j’ai fait un cauchemar cette nuit, que je ne l’ai pas réveillé et qu’il n’a pas su quoi faire. Nicolas arrive guilleret et me dit que j’ai une tête horrible, que je devrais dormir au lieu de faire des galipettes. Je le regarde avec des yeux épuisés.
V : “C’est pas des galipettes.”
Mc : “Bon il faut vraiment y aller là, à plus les mecs, viens Valentin.”

C'est quand même dingue que deux nuits aient suffit à ce que j'ai une tête épuisé. J'ai énormément de mal à suivre en cours. Le midi je m'endors carrément sur Quentin, il ne dit rien, me réveille seulement quand c'est l'heure de le reprise. Courage, plus qu'une heure trente de cours aujourd'hui ! Le cours est tellement simple que je pense à autre chose, les yeux fixés sur mon téléphone. Je regarde des images de beaux mecs sur internet. Les corps musclés me donnent envie. Dès la fin du cours je demande à Quentin où il est. Il me rejoint au bout de 10min. On se trouve une salle vide, je le déshabille en l’embrassant. Encore une fois il est très rapide. Moins qu'hier, ok, mais je suis tellement surpris que je m’étrangle. Ça me coupe l'envie. De toute façon mon blocage n'est pas passé, je n'ai pas envie de me faire prendre. Il me demande timidement s'il peut retourner en cours. Nicolas rentre dans la salle au même moment et entend ça. Je suis de suite un peu gêné, je l'ai empêché d'être en cours, je lui dis d'y aller. Il m'embrasse sur la joue avant de quitter la pièce.
N : “Eh bah ça va tu t'amuses bien. Tu empêches même ton mec de suivre ses cours. Moi je t'ai fait sécher une seule fois, mais je t'ai filé le cours après. C'est quoi la suite? Tu le rends passif?”
Il rigole, ne pensant pas vraiment à ce qu'il dit. Mais je prends en pleine tête ses mots : depuis hier, je commande, je ne suis pas mieux que lui. Je l'empêche même de suivre son cours. Même si c'est moi le passif et que ça n'a pas l'air de déranger ce petit Quentin, j'ai le même comportement qu'avait Nicolas avec moi : moi à son service et lui qui disposait de moi comme il voulait. Tout ce que je me suis mis à détester je l'ai fait. J'ai l'impression que mon sac devient lourd… je rentre, me douche rapidement et me couche. C'est Damien qui me réveille, il est 21h, il me propose de manger. Je mange avec lui, Thomas est avec Marc, je ne pense pas qu'on le verra avant demain. Une fois encore je me confie à lui, ce que j'ai fait, mon ressenti, le blocage et ce qui s'est passé hier. Il m'écoute sans m'interrompre, très compréhensif, puis me dis :
D : “Donc tu vas faire quoi ?”
V : “Je... je sais pas. Faut que j'arrête avec Quentin, il est tout mignon et gentil mais je ressens pas grand chose. En fait j'ai peur, je sais pas. Mais je veux pas commander. C'était pas moi.”
D : “Tu vas lui dire ça alors. En fait tu as besoin d'un mec qui te rassure, qui te laisse un peu le choix. Mais que vous soyez à égalité, pas de dominant. Un peu comme avec moi quoi.”
J'acquiesce. C'est vrai que c'était bien avec lui. Ou avec Max. Et Thomas la deuxième fois quand on a vraiment fait ça pour profiter. Nicolas et Quentin, c'était l'opposé, mais ça ne me vas pas. Après le repas je fais la vaisselle, Damien se douche. Il finit en même temps que moi, m'attrape par les hanches pour m'attirer dans sa chambre. Je proteste. Il me dit qu'il sait que son p'tit loup a besoin d'un câlin pour bien dormir. Une fois allongé la tête sur son épaule, la main sur son torse, je m'endors immédiatement. Et ne me réveille que le lendemain matin grâce à la sonnerie de son téléphone. Il se tourne vers moi, me serrant dans ses bras.
D : “Pas besoin de se lever de suite, la sonnerie est en avance. Bien dormi ? Tu as un peu bougé mais tu t'es pas réveillé dans la nuit hein?”
V : “Oui j'ai tellement bien dormi, tu es tellement apaisant.”
Dans ce sens je me rends soudain compte que je bande à fond, que je suis collé à ses abdos et qu'il le sent. J'essaie de me dégager mais il me serre plus fort contre lui.
D : “T'as pas à avoir peur il va rien se passer, mon cœur et mon corps sont à Max. Mais j'ai droit de réconforter mon p'tit frère non?”
Il m'embrasse sur la joue, j'essaie toujours de m'échapper. Il pose ma tête au creux de son cou, là où son odeur est la plus délicieuse. Je me fige, respirant le plus possible cette odeur. Mes yeux se ferment, j'ai la bouche entrouverte. Il sait vraiment y faire pour me calmer. On reste comme ça jusqu'à ce que son téléphone sonne une deuxième fois.
D : “Ok la faut se préparer. Va faire le p'tit déj je te sors des vêtements.”
En se levant je vois la bosse dans son boxer. J'avais presque oublié qu'il est sexy de partout. Il rougit devant mon regard.
D : “Tu diras pas à Max que j'ai bandé en te prenant dans mes bras hein. Par contre faudra que je lui dise, je veux pas lui cacher des choses.”
V : “Tu sais bien que je te trahirai pas, je t'adore. Ça m'a fait très plaisir quand tu as dis p'tit frère. J'ai toujours voulu un frère. Bon après juste pour info tu as Thomas qui est volontaire aussi.”
D : “Et alors on peut être une fratrie, et ce sera amusant car trois couleurs de cheveux différentes. Trois tailles aussi. Bref.”
Il me regarde avec des yeux amusés. C'est vrai que ça peut paraître bizarre de considérer deux de mes amis (et aussi ex) comme des frères. Mais on a pas une simple relation amicale, il y a plus. Toujours eu plus, même sans sexe. Avec ça, on est devenus amis “intimes” lol. Bon, préparons nous où on va être en retard. Je file à la cuisine, tiens ça fait longtemps que j'ai pas mangé d'œufs. J'en prépare aussi pour Damien. Qui, une qu'il arrive habillé, préfère manger autre chose. Bon bah je mange tout et je que ça avec un peu de pain et mon chocolat chaud ! Puis je vais m'habiller et on part pour la fac. Quand j'arrive, Quentin me saute dessus :
Q : “Pourquoi tu m'as ignoré depuis hier?”
V : “Viens faut qu'on parle.”
Dès qu'on est dans une salle vide il se tourne vers moi.
Q : “Alors c'est fini ?”
V : “C'est compliqué….”
Q : “Nan mais t'inquiètes je t'en veux pas, au moins t'es cool, tu viens me le dire en face pas comme mon ex qui m'a trompé car je me sentais pas prêt à le faire et qui m'a plaqué par sms. Juste pourquoi ?”
V : “T'es super gentil et mignon, mais je sais pas, j'ai joué un rôle, être le dominant, même passif ça me vas pas. En y repensant j'ai été aussi nul que Nico qui nous a surpris hier. Je veux pas lui ressembler. Et à te commander et tout, hier te faire rater tes cours, c'est ce qu'il me faisait. Toi t'es tout gentil, tu dis rien, à ma disposition. J'étais pareil avec lui, je peux pas te faire ça.”
Q : “Tu me trouves mignon?”
V : “Nan. T'es un vrai p'tit bg.”
Q : “Ptet l'amour ça vient pas de suite, on est dans la phase physique ? Ou c'est parce que tu ressens rien que tu voulais pas que je te prenne.”
V : “Je voulais pas être pris à cause de...tu sais quoi. Ça me fait peur, y a un truc. Après comment vient l'amour, ça j'en sais rien.”
Q : “Et si j'étais plus actif, plus dominant ?”
V : “C'est pas un dominant que je veux. Avec Nicolas c'était ça, j'étais à sa disposition. Et faut pas se forcer à un rôle.”
Q : “Donc tu as couché avec Nico et il ...“
V : “....faisait comme je t'ai fait depuis lundi.”
Q : “Sauf qu'il te forçait parfois ?”
V : “Comment tu sais ?”
Q : “Je fais pas des cours de psy pour rien hein ahahah. Quand tu parles de lui tu te fermes, un peu comme quand tu parles du blocage à cause de l'agression.”
V : “Attends tu m’analyses ?”
Q : “C'est pour ton bien ahahaha. Nan sinon c'est la première fois que je faisais ça. Mais mes cours m'ont aidé à comprendre ce que tu ressentais. Pour te débloquer, je sais pas comment faut faire mais il te faudra un mec doux qui te mette en confiance, sans rôles.”
Il me prend dans ses bras, descend ses mains vers mes fesses. J'ai un frisson et un sursaut. Il me dit qu'il est pas le mec qu'il me faut, que c'est dommage, je lui plaisais bien. Je l'accompagne jusqu'à sa classe en lui disant qu'il est toujours le bienvenu où je suis. Il me dit que si je veux un psy il est là mais que sinon il ne veut pas spécialement rester ami avec ses ex. Ok au moins c'est clair. Pendant que je bafouille un au revoir, un mec de sa classe passe en le regardant. Aussi un roux, mais aux cheveux courts. Quentin remarque son regard, ils se jaugent. L'autre file s'assoir. Quentin me fait un clin d'œil avant de le rejoindre. À croire que notre discussion lui a donné de la confiance ! Moi je suis toujours aussi…. timide ? J'arrive dans le cours deux minutes avant qu’il commence. Marc lui, arrive en retard. Il me fait un clin d'œil et me dit que Thomas ne voulait pas le lâcher ce matin, il le gardait dans ses bras. Il me raconte aussi sans trop détailler les nuits incroyables qu'ils passent. Je souris, le potentiel sexe et nounours de Thomas peut totalement s'exprimer et Marc est sur un petit nuage. Il ne manque plus que moi qui doit trouver mon chéri avec qui ça sera parfait.

Le reste de la journée passe rapidement, on ne parle pas à Damien le midi, il est au téléphone avec Max, un grand sourire sur les lèvres. Quand on se retrouve après les cours pour aller à la salle il me dit qu’il a trop hâte d'être à demain. Il semble soudain remarquer l’absence de Quentin et soulève un sourcil interrogateur. Je lui raconte rapidement notre discussion de ce matin. Il conclut en disant : “Tu me préfères comme psy/confident alors?”
Oui, c’est sur ! Il sait exactement comment je penses et n’analyse pas ma posture, tout ça… Et il est très empathique comme moi, on se comprend bien tous les deux.
Pendant la séance de sport, Thomas chahute un peu, il est de super bonne humeur. Quand je lui demande si ça va et ce qu’il a fait aujourd’hui, il reste évasif sur le deuxième point. Par contre il me dit que dès la semaine prochaine, il a demandé à avoir ses trois jours de repos d’affilés : et oui, Marc a le même emploi du temps que moi, donc le vendredi il est libre. Il a donc fait en sorte d’avoir 3 jours complet avec son p’tit mec. Et il a commencé aujourd'hui, il a demandé son jeudi après-midi et pareil pour le vendredi, il finira à midi. Il me propose un sauna gay pour demain, Damien l’entend et lui interdit de m’y emmener s’il ne reste pas à me surveiller. Avec un grand sourire Thomas lui dit qu’il n’a pas à craindre, que le p’tit frère ne risque rien. Je vois une sorte de défiance entre eux, mais je n’ai jamais eu autant l’impression d’avoir deux frères qui me protègent. Thomas insiste, disant qu’il doit me montrer un truc, que je serai protégé. Qu’il n’y aura pas Marc. Bon, ok. Mais je ne reste pas dans un endroit comme ça tout l’aprem ! Et je garde mon maillot de bain. Je me demande quand même ce qu'il veut me montrer. Enfin ça sera demain, là il va passer la nuit chez Marc, ses parents ont super bien accepté qu'il soit gay contrairement à ce qu'il pensait, son père même mieux que sa mère. Il soupçonne son père d'être bi. Et moi je dors à côté de Damien qui a hâte d’être à demain pour prendre le train, en finissant à 13h, on a 45min pour aller à la gare. C’est Thomas qui conduira car il veut m’emmener au sauna juste après, il m’a dit de prévoir mon maillot dès le matin.

Le lendemain matin je remplace donc mon petit sac de cours par un sac de sport où il y a tout ce qu’il faut, cours, maillot et serviette comprise. Je n’ai pas fait de cauchemar, je me sens presque rassuré alors que j’avais une légère appréhension hier soir. Je me suis levé dès mon réveil pour éviter d’être dans ses bras, de bander ou de le faire bander. Il est avec Max, c’est déjà énorme d’avoir dormi avec lui. Je prépare des sandwichs spéciaux pour tout le monde ce midi, en prévoyant des plus grandes part pour les trois grands sportifs. Oui, même pour Nicolas, j’en ai marre de l’ignorer, d’être en colère, il a fait des (quelques) efforts, il s’est confié, il m’a offert des cadeaux (trop) cher. Et je suis sur que mes bons plats lui manquent même si Jérémy cuisine bien. Aller hop, dans le sac avec une mini glacière! 6 sandwichs ça ne fait pas si lourd. Damien insiste pour que je garde le sien jusqu’au midi. Ok, partons pour la fac alors ! Dès que j’arrive, je croise Nicolas. Je lui donne le sien et celui de Jérémy.
N : “En quel honneur ai-je une de tes merveilleuses confection?”
V : “C’est juste un sandwich style asiatique. Et j’en ai marre qu’on soit comme ça. Ok t’es mon ex, ok tu m’as trompé, mais j’ai pas envie de me bouffer le moral. Donc il faut qu’on tourne la page. Enfin moi, puisque toi c’est bon.”
N : “Valentin...je pensais que tu avais compris vendredi dernier que même si je donne l’impression d’avoir tourné la page c’est pas le cas. Je sais que je pourrais pas être ton confident comme Damien ou Thomas, mais si je peux faire quoi que ce soit pour toi, n’hésites pas à me demander.”
Il me dit ça en souriant. Pas le sourire de bg charmeur non, un vrai sourire sincère heureux, que je crois avoir vu très rarement. Marc arrive à ce moment là, je l’interrompt en lui donnant son sandwich avant qu’il ne casse ce moment. Damien l’a bien compris, il me fait un clin d’oeil. Nico me fait la bise, la main un peu basse dans le dos, une boule au ventre me saisi. J’écourte ce moment en partant, on sera en avance dans la salle.

Je ne sais pas pourquoi mais tous nos enseignants nous lâchent un peu en avance. Est-ce les nuages de neige qui leurs font peur? Je sais qu’elle ne tiendra pas, il a fait trop humide et on approche le zéro sans y être, ça va fondre sur le sol directement. On prend ma voiture pour récupérer Thomas à son boulot puis direction la gare. J’ai laissé Damien conduire, je ne suis pas rassuré dans Paris, ça circule quand même plus que près de la fac. Et comme on est suffisamment en avance sur le train, on mange dans la voiture en discutant. Damien menace Thomas de le tuer s’il m’arrive quoi que ce soit, Thomas rigole, mais que cache-t-il? Je ne pose pas la question, je verrais probablement tout à l’heure. On conduit Damien jusque dans son wagon quand le quai est annoncé, on ne le laisse qu’une fois devant la porte du wagon 3 et qu’il soit installé. De toute façon, on a tellement rigolé que le temps de faire tout ça, c’est l’heure du départ du train. Juste le temps de faire avec les doigts “j’t’ai à l’oeil” à Thomas. Ce dernier s’impatiente d’ailleurs car il passe un bras dans mon dos et me met une petite tape sur les fesses.
V : “Pas touche!”
T : “Oh t’es agressif pourq… ah oui… pardon. Faut vraiment surmonter ce blocage parce que même si t’es le roi de la pipe, un superbe cul comme le tien…”
V : “Bon on y va?”
Je suis mal à l’aise, je veux qu’on passe à autre chose. Il le sent. Il s’adoucit pour être le plus tendre possible, mais non, le blocage est toujours là, surtout que le mec qui m’a bloqué est un peu comme lui, je sais que c’est con mais j’ai à nouveau peur quand il pose sa main sur moi. Mais je ne dis rien, je sais que ça va lui faire de la peine si je refuse. Dans la voiture, il pose ma main sur le levier de vitesse et garde sa main par dessus la mienne. Ce simple contact est….rassurant? Une fois arrivé il me dit de ne pas bouger. Il vient m’ouvrir la porte et une fois que je suis sorti il m’installe sur ses épaules. Je rigole, lui dis de me poser, je ne veux pas tomber.
T : “Tu vas pas tomber et sinon je te rattrape!”
Il s’amuse à se balancer, on rigole, j’ai l’impression d’avoir 5ans. Arrivé devant le bâtiment, il se penche d’un coup, je commence à crier mais je n’avais pas remarqué qu’il m’a en même temps attrapé avec ses bras. Il me porte comme un bébé, j’ai l’impression que je ne pèse rien. Il me remet enfin sur mes pieds en douceur après avoir mit un petit bisous sur mon front. Une fois rentré dans le sauna, j’ai l’impression d’être dans un spa de luxe.
T : “Salut Fred !”
F : “Ah Thomas ! C’est con on l'a laissé partir y a une heure, je pense qu’il en avait eu pour son compte. C’est le p’tit mec qu’il a voulu embêter?”
T : “Ouais.”
F : “Quoique il a l'air un peu innocent encore, c'est mieux qu'il l'ai pas vu. Ce qu'il s'est pris….”
V : “De quoi? Qui? Pris quoi?”
T : “Je t'ai dis que je te protégeais oui ou non? Bah le maître nageur c'était enviable à côté, et encore vous m’avez retenu j’aurais continué à taper sinon. Je me suis dis que pour un connard comme ça, lui casser la gueule c'est pas suffisant. Tu me diras avec ce que j'ai fait avant j'aurais pu mériter ça aussi. Enfin en vrai ça se souhaite à personne.”
V : “Mais quoi?”
F : “Viens on va lui montrer la salle.”

Je suis donc Thomas dans les couloirs propres et blancs avec par ci par là des plantes vertes, parquet en bois, les bancs confortables, portes et linteaux en acajou. Je ne vois pas en quoi c'est plus gay qu'ailleurs, ça fait vraiment chic. Vu les tarifs à l'entrée non, c'est accessible à beaucoup. C'est au moment où on atteint l'escalier que je comprends pourquoi c'est réservé. Sombre, on passe du lambris à des murs simples carrelés type piscine, faciles à nettoyer, et des couloirs pleins de lumière naturelle à de la lumière type néon qui met les peaux nues en valeur tout en gardant un certain mystère. Même s'il y a des pièces comme des saunas “normaux”, tout est fait pour faciliter le nettoyage. Le couloir devient plus sombre et des tuyaux deviennent visibles. J'ai une appréhension, je me colle à Thomas qui m'attrape par les épaules.
T : “Eh tu risques rien. Tu veux pas aller plus loin?”
V : “Qu'est-ce qu'il y a plus loin?”
F : “La salle.”
La curiosité est la plus forte, qu'a pu bien faire Thomas, pire que casser la gueule d'un mec et qu'il ne souhaite à personne ? Quand on arrive devant la salle et que la porte s'ouvre, je remarque d'abord le centre éclairé, un matelas, des... papiers? Et là je sens l'odeur. Ça pue le sexe et la sueur. Le matelas est taché, les papiers…. c'est des capotes. Je comprends tout ce qui s'est passé. Je recule, je veux retourner en haut dans la lumière, je ne veux pas rester dans ces couloirs sombres. Je ne sais pas quoi penser, je comprends que Thomas tient sa promesse quand il dit qu'il me protège. Mais je trouve ça extrême. Une fois revenu en haut dans la lumière, je respire et commence à ouvrir la bouche pour parler. Avant que je dises la moindre chose, il me montre un mec qui bosse, habillé de sa tenue blanche. Je dirais qu'il a mon âge.
T : “C'est le mec à Fred. Lui aussi a croisé ce mec, mais il a pas eu des gens qui l'ont aidé, et il savait pas d'où le mec venait. Alors n'aie pas de pitié pour un mec comme ça, il n'en a pas eu pour lui, il n'en aurait pas eu pour toi. Bah maintenant, je pense que ça va lui avoir passé l'envie de recommencer.”
V : “Pourquoi tu as fait ça?”
T : “Tu as deux types de salauds, ceux qui te feront ça même si tu as pas envie mais qui vont te faire gémir, et ceux qui aiment juste….s'amuser. T'es un objet pour eux.”
V : “Et pourquoi tu dis que tu le méritais? T'es pas comme ça. C’est...horrible une tournante.”
T : “J'ai été la première catégorie de salaud. J'en suis déjà pas fier. Je te jure que si, ce mec le méritais.”
V : “Ouais….je sais pas c’est….extrême.”
F : “Y a deux mecs qui sont venus hier soir grâce à l’annonce, je pense qu’ils ont subi ça de sa part, ils étaient accompagnés de leur mec. Il s’est fait casser ce con, aujourd’hui il a pas été au boulot c’est clair.”
V : “Une annonce?”
Fred me montre son téléphone, c’est un site de plans culs. L’annonce est claire : “Rdv au Sauna XxX pour abattage, aucuns tabous, mec à votre dispo. Grosse queue et gros juteur en priorité. 10€ par personne pour vous amuser toute la nuit.”
V : “C’est horrible!”
F : “C’est rien comparé à ce qu’il a fait.”
T : “J'espère que ça va t'aider à surmonter ton blocage, et que ça va pas t'avoir choqué.”
V : “Ça devrait aller. Je vais...penser à autre chose.”
T : “Ouais. Y a un petit dojo, tu veux faire un entraînement avant la détente ?”
V : “Ah oui, j’ai besoin d’entrainement, ça fait longtemps!”

En fait c'est un centre de soins complet, spa hammam, détente, massage, même bronzage ! La partie sauna gay vraiment dite est la partie au sous sol, où on peut chasser….tant qu'on est en haut on risque rien me dit Thomas. Enfin en journée un jeudi il n'y a pas grand monde. Je fais mes exercices avec Thomas. Il me montre des mouvements plus poussés qui pourraient me servir dans un cas comme il m'est arrivé. Sauf que j'ai peur de lui faire mal, mais il insiste. Il me coince dans un coin, saisi à pleines mains la zone où je suis bloqué….il fini au sol.
T : “Super Valentin ! T'es bon, y aura pas de prochaine fois, un mec n'a aucune chance contre toi maintenant.”
Je l'aide à se relever. Fred vient nous voir.
F : “Si vous avez besoin de quoi que ce soit n'hésitez pas. À boire? Massage?”
T : “On va partir sur massage avec un bon jus de fruits. Hein Valentin ?”
V : “Je veux pas me faire masser.”
T : “Mais si, juste le dos, bras et jambes, tu vas adorer.”
Je me laisse entraîner. C'est vrai que le massage que le mec me fait, whaa, je voudrais que ça n'arrête jamais. Il y a bien longtemps que je n'ai pas été si détendu. Et surtout après la séance de sport avec Thomas, ça fait du bien. Le mec a commencé par les jambes, puis les bras, là il masse mon dos. Je suis complètement mou, ses grandes mains pétrissent mon dos, il n’y a pas que les soucis physiques qui s’envolent. J’entends Thomas qui discute, c’est vrai qu’avec Marc il ne doit pas parler beaucoup, il se rattrape! J’ouvre les yeux et regarde Thomas qui a les yeux sur moi, nos regards se croisent, il me sourit. Son masseur ôte sa serviette, il apparaît en maillot, le mec commence à lui masser le bas du dos, très bas. Je sens ma serviette se soulever et les mains glisser au même endroit. Je me soulève et me met sur les genoux avec un gémissement/non très bizarre. Le mec semble surpris.
T : “On avait dit pas les fesses pour ce jeune homme.”
Le masseur : “Ah ok, pardon j’avais oublié. C’est bien dommage, des courbes comme ça, j’aurais massé avec joie.”
V : “Ouais mais non ça va. On va arrêter là.”
Même à genoux sur la table de massage, le mec est encore plus grand que moi. Je détourne les yeux pour regarder Thomas profiter encore quelques instants. Je me lève, enroule la serviette sur mes hanches, lui est sur le dos en train de se faire masser les jambes. Je saisis un peu d’huile et lui masse le torse, il ouvre les yeux en contractant ses muscles. Il voit que c’est moi et se repose.
T : “C’est pas à toi de faire ça même si c’est très agréable.”
V : “Faut bien que je te remercie de m’avoir sauvé.”
T : “C’est toi qui m’a sauvé, puis tu as fait en sorte que je sois en colocation avec Damien et toi. Tu ne me dois rien, tu ne peux pas imaginer comment je suis reconnaissant. J’ai pas les moyens de Nicolas, mais je le fais à ma manière.”
V : “Avec tes gros bras ouais. Et savoir se défendre est plus utile qu’un portefeuille bien rempli.”
Je souris en disant ça, c’est vrai qu’il est tellement grand et balère! Et il faut qu’on reprenne nos séances régulières pour ne pas rouiller. Je lui dis, il propose de faire ça le mardi ou le mercredi, comme ça tout le monde est présent. Après on va dans un sauna, le copain de Fred nous amène deux verres de jus de fruits. Je m’assois face à Thomas en prenant mon verre, il vient à mes côtés et passe son bras par dessus mon épaule.
V : “Thomas arrêtes t’es avec Marc.”
T : “Pffff qu’est-ce que tu es suspicieux ! On aurait jamais dû coucher ensemble, notre relation pourrait être celle de deux frères tu broncherais pas.”
V : “En plus tu me donnes encore plus chaud. On prend une douche après?”
T : “Je pensais plutôt au bain à bulles pour bien finir de se relaxer.”
Il m’a gardé tout le long contre lui comme ça, même dans le bain. Sa main sur mon épaule me caressant légèrement, j’ai somnolé ! Il me fait ouvrir les yeux en se levant.
V : “Tu vas où? On s’en va?”
T : “Pas obligé non, moi je voulais juste aller aux toilettes.”
V : “Je vais y aller aussi. Par contre quelle heure il est? Tu devrais aller retrouver Marc.”
T : “Tu veux pas de moi hein? Ou tu as peur que Marc soit jaloux?”
V : “Les deux mon grand ! Je vais rentrer lire un peu.”
T : “Ok. Tu sais que tu risques de te retrouver seul ce soir?”
V : “Tant pis.”
Ça va, on est pas encore le soir, je vais pas dormir maintenant ! Au moment où on s’en va, Fred me tend une carte “pour revenir quand je veux, seul ou accompagné”. Cool ! Enfin seul, non, mais pourquoi pas notre groupe d’amis, quand Max viendra par exemple.

Je dépose Thomas chez Marc avant de rentrer. Quel silence dans l’appart. Je mets la télé et m’installe confortablement dans le canapé avec un bon livre. Il est 18h presque quand je reçois un sms de Damien : “Bien arrivé, dors bien mon ptit loup, biz.”
Je lui réponds un “Amusez vous bien, passe le bonjour à Max !” avant d’aller me préparer à manger. C’est nul de faire à manger pour une seule personne, alors je mange juste une boîte de petit pois et du jambon blanc. Puis je regarde la télé jusqu’à m’endormir devant.

Vendredi matin, 7h. Pourquoi je me suis réveillé si tôt? La télé me gêne, je l’éteins. Elle a tourné toute la nuit. Je traîne au lit, je n’ai pas envie de me lever. Je pense à Nicolas, à Damien, à Thomas. Tous différents, et pourtant amis malgré tout. Je pense à hier, à ce que j’ai vu et compris. Thomas est vraiment capable de tout quand il protège ceux qu’il aime, un ennemi sans pitié sinon. C’est un peu effrayant. Et en même temps il a été très tendre comme Damien pour me réconforter. Où comme le nouveau lui. Mon esprit dérive sur Damien. A-t-il dit à Max qu’on a dormi ensemble? J’espère que Max ne lui en veut pas. J’aurais dû refuser et dormir seul. Je pense à tout ça quand mon ventre crie famine. Je remarque que j’ai encore les vêtements d’hier. Pffff, quelle heure il est? 9h, je suis encore plus comateux qu’au réveil à traîner comme ça. Je me lève, vais à la douche avant de manger un petit déjeuner en boxer. Il n’y a personne, je suis tranquille, et le chauffage est suffisant pour faire ça. Je prends mon bol de céréales pour retourner sur le canapé quand, en passant devant la porte d’entrée, on sonne. J’ouvre spontanément la cuillère dans la bouche, une main tenant mon bol, pensant que c’est Thomas qui rentre, éventuellement avec Marc. Au moment où j’ouvre je réalise que Thomas est au boulot ce matin. J’ai donc ouvert quasi à poil à Nicolas et Jérémy.
V : “Euh installez vous je vais m’habiller!”
Je reviens deux minutes plus tard avec un sweat et un jogging.
N : “Tu pouvais rester à l’aise hein, on aurait fait pareil.”
V : “Ouais mais non. Tu veux quoi?”
N : “Je me suis dis que tu allais être seul aujourd’hui, on est venu te tenir compagnie vu qu'on s'est réconcilié. Et j’ai trouvé ça pour toi, c’est du bois d’olivier.”
Il me tend un magnifique jeu d’échec.
V : “C'est très joli merci. Mais pourquoi tu me donnes des cadeaux ?”
N : “Pas des. Un. Je l'ai trouvé et je me suis dis que ça te plairais.”

C'est vrai que c'est bien de ne pas être seul pour cette matinée, on a joué ensemble à un jeu de cartes très amusant, puis j'ai préparé à manger pour trois. Bon, je ne suis pas doué pour les quantités, il y en a pour le double au moins, ce qui a été parfait quand Thomas et Marc sont arrivés. Au moment où on passe à table, je reçois un appel de Damien.
V : “Coucou ça va?”
D : “Je sais pas. Je suis dans le train avec Max là.”
V : “Hein? Mais pourquoi ?”
D : “On s'est disputé….enfin tu verras, il va te parler. Il croit qu'on a couché ensemble. Donc à tout à l'heure.”
Et il raccroche. Ok, il a l'air agacé. J'espère que j'arriverai à arranger tout ça. Une fois le repas fini on a continué à jouer au même jeu, c'était plus drôle à cinq. Thomas demande comment un ogre peut avoir encore faim après avoir mangé un ensemble de sorcières, citrouilles, dryades et compagnie…. Magie! On passe un peu sur la console. Je relève la tête quand j'entends Jérémy qui propose d'aller préparer à manger. Mince il est 18h! C'est passé tellement vite que je n'ai pas vu l'heure, je vais être en retard pour aller chercher Max et Damien ! Je dis à Jérémy de ne rien faire pour le moment et file en quatrième vitesse. J'arrive presque une heure plus tard à la gare, il y avait du monde sur la route. Je récupère deux mecs qui se font la tête. Je me répand en excuses, Damien me dit que ce n'est rien, Max continue à nous fixer d'un regard noir. Arrivés à la maison, Damien va pour aller préparer à manger. Je laisse Max discuter avec les autres et rejoins Damien.
V : “Il s'est passé quoi?”
D : “Ça a commencé ce matin…. j'ai voulu rester au lit, je sais que ça l'a vexé, et donc il est pas revenu dans la chambre après son petit déjeuner. Après j'allais lui faire cours, mais avant je lui ai dit qu'on a dormi ensemble parce que tu allais pas bien depuis la semaine dernière. D'ailleurs cette nuit ça a été comment ?”
V : “Ça va y a pire. T'interrompts pas!”
D : “Ouais….. bref que je lui dise ça lui a pas plus du tout il a cru que je couchais avec toi la semaine et lui le weekend. Sérieux tu le crois ça? Et après quand il a vu que c'était moi le prof, la c'était le pire. Il est parti en trombe dès la fin du cours, je l'ai trouvé à faire mon sac. Je l'ai convaincu de venir, je lui ai payé le billet. Il a pas voulu voyager à côté de moi donc là ça m'a énervé. Et quand je me suis dis que c'était fini que ça allait mieux, c'est toi qui était en retard, j'ai à nouveau eu droit à une crise, il fait froid, nuit, on attend….pffff”
Je ne dis rien et regarde Damien préparer le repas. Il se décide pour du poisson en papillote avec une soupe à la tomate et du riz. Il sert les assiettes et je l'aide à amener à table quand c'est prêt. Je vais à la cuisine chercher les dernières assiettes quand j'entends :
M : “Tu fais exprès ? Tu sais que j'aime pas le poisson !”
D : “Pardon j'ai oublié, j'avais rien à faire de rapide à part des pâtes.”
M : “Pourquoi tu as cherché à cuisiner alors que tu as deux meilleurs cordons bleus sous la main?”
D : “Bon tu me GAVES! Tu crois que j'ai fait exprès ? C'est ça.”
Je n'ai jamais entendu Damien parler comme ça. Il n’est pas interrompu par Nico et Jérémy qui s'en vont, puis Marc et Thomas. Ce dernier me fait signe de fuir, mais j'ai faim et en même temps je suis tétanisé. Je fais la vaisselle des plats pour atténuer le bruit de la dispute au salon. Je n'entends pas vraiment ce qu'ils disent, de manière entrecoupé. Damien débarque dans la cuisine avec la pile d'assiettes et les vides rageusement dans la poubelle. Max arrive.
M : “Tu sais très bien ce que je t'avais demandé, tu fais pas d'efforts !”
D : “Pas d'efforts ? Tu déconnes ? Qui est venu dans le sud, a trouvé un appart ?”
M : “En même temps j'ai pas les moyens je suis pas le fils à papa privilégié.”
D : “Tu t'entends ? Tu manques vraiment de tact et de spontanée pour un mec en couple. De confiance en moi aussi. Ça se trouve c'est toi qui me trompe la semaine, je t'ai vu parler à un blond!”
J'ai envie de me faire tout petit, j'ai l'impression d'être face à mon prof de physique chimie du lycée, même pas concerné par la tempête on flippe. Et là il se passe quelque chose que même Damien n'avait pas prévu : Max m'attrape par le sweat, me retient par les fesses et me roule une grosse pelle.
M : “Et ça c’est assez spontané ça va?”
D : “Ok je me barre pour ce soir. Tu dégages dès demain.”
Je reste les bras ballants pendant que Damien s'en va en claquant la porte. Je reprends la vaisselle en mode robot. Je ne sais pas quoi faire du tout. Ce bisous imprévu a rallumé le désir en moi. Et sa main….elle ne m'a pas gêné. Nan mais là t'es dingue Valentin ! Je me concentre sur mon nettoyage. Je sursaute quand sa main touche mon poignet et qu'il saisi l'assiette que je viens de laver pour l'essuyer.
M : “Soit pas si stressé hein.”
V : “T'es pas obligé de m'aider.”
M : “Tu vas encore tout faire sinon. Dis c'était quoi cette histoire d'agression et de cauchemars ?”
V : “Je...j'ai failli me faire violer la semaine dernière. J'avais bu un peu donc ça m'a pas spécialement choqué le soir même. Mais depuis dimanche je me réveille en sursaut. Enfin pas les fois où j'ai pas dormi seul, je sais pas pourquoi.”
Je rougis car en parlant je fixe son torse, imaginant ses pectoraux sous son polo gris. Je file prendre une douche pour me rafraîchir les idées. Puis quand il se lave à son tour, je déplie le canapé. Il arrive ensuite en boxer.
M : “Je dors sur le canapé aussi?”
V : “Y a pas d'autres matelas, donc sinon c'est au sol avec un sac de couchage, ou dans le lit à Damien.”
M : “Ok. Elle te va bien ta combi j'avais oublié ahah.”
V : “Ouais.”
On s'allonge dos à dos. Et on s'endort difficilement. Pour que je me réveille en sueur au bout de quelques heures. Je viens de rêver que j'étais au spa, au sous sol. Mes amis étaient tous là dans des pièces différentes, Damien et Max dans une même pièce, me proposant de venir. Je me suis réveillé alors que Max posait sa main sur mes hanches. Mais ce n'est qu'un demi rêve car je suis sur le ventre avec sa main sur moi. Elle a du glisser quand il s'est tourné. Je m'extrais du lit pour aller boire un peu d'eau. Quand je reviens il est assis.

V : “Désolé de t'avoir réveillé Max.”
M : “Nan c'est rien. Je dormais qu'à moitié, j'arrête pas de penser que c'est probablement la dernière fois que je viens ici.”
V : “Le billet est assez cher non?”
M : “Ouais. Ça va faire bizarre de ne plus te voir, je t'appréciais bien.”
V : “Moi aussi Max.”
Il se gratte l’arrière de la tête en soupirant, moi je reste comme un con devant son biceps tout gonflé. Je me secoue un peu et viens à nouveau m’allonger. J’ai trop chaud, je me mets sur la couette. Mais j’ai toujours trop chaud alors j’enlève ma combi.
M : “T’as chaud?”
V : “Ouais.”
M : “Eh ben dans le nord vous êtes habitués au froid, moi je suis gelé là.”
V : “Eh c’est pas tant le nord que ça ! Tu veux une autre couverture? Ou je te sers de bouillotte lol.”
Mais pourquoi j’ai dis ça? Car il me dit préférer la bouillotte à une couverture. Je glisse doucement sous le draps pour me coller à lui. Il se met sur le côté, face à moi. Effectivement il est pas très chaud, la main qui se pose sur ma hanche est plutôt bien fraîche. Son torse se colle au mien, j’ai un frisson. Je saisi le draps et nous recouvre jusqu’aux épaules. Comment est-ce que je peux être bouillant comme ça et lui avoir froid? Il pose sa tête dans mon cou, son nez est froid. Je caresse son bras qui me recouvre, je suis la veine le long de son biceps jusqu’à son épaule. Je rougis dans le noir, il va penser quoi là? Je sens qu’il frissonne et se serre un peu plus à moi. Je lui frotte le dos rapidement pour le réchauffer, mélangeant mes jambes aux siennes. Je le sens se réchauffer contre moi et se laisser aller. Il est détendu. J’ai arrêté de lui frotter le dos énergiquement, maintenant ce sont des caresses. Il soulève sa tête pour la reposer sur l’oreiller, je suis le mouvement pour me blottir dans son cou. J’ai les joues en feu…
M : “C’est vraiment très agréable Valentin...”
Je ne réponds rien, je sens que je commence à être à l’étroit dans mon boxer, si je fais quoi que ce soit je suis fichu il va le sentir. J’arrête de le caresser. Lui s’y met par contre, le bas du dos juste au niveau de l’élastique de mon boxer. Je ne dis rien alors qu’hier, même là je refusais. Il se tourne sur le dos en me gardant contre lui, il se fige quand il sent ma tension contre sa cuisse.
V : “Fais pas attention c’est rien Max.”
M : “Rien? T’es sur? Moi je te sens à l’étroit dans ton boxer.”
Il m’attire sur lui les deux mains en bas du dos. Je fais quoi? J’ai envie qu’il me caresse plus bas… Je caresse sa joue du bout des doigts, ses yeux bleus brillent dans la faible lumière. Je l’embrasse, je sens son entre jambe qui se réveille.
M : “J’ai droit à un au revoir inoubliable c’est ça?”

Qu’il dise ça me rend un peu triste, je l’aime bien, je ne veux pas plus le perdre que Damien ou Thomas. J’écrase mes lèvres sur les siennes pendant que ses mains commencent à me caresser ce que j’interdisais depuis dimanche dernier. Ses mains pas trop grandes, douces, c’est vraiment une caresse. Je saisi sa tête pour mieux l’embrasser, il pose une de ses mains sur ma nuque après l’avoir fait remonter le long de ma colonne, me faisant frissonner tout le long.
V : “Max…”
M : “Mmmmh?”
V : “Quoi qu’il arrive, on restera toujours en contact.”
Il sourit, appuie sur ma nuque pour continuer à m’embrasser. Quand il me lâche, je laisse glisser ma langue dans son cou, je joue avec mes lèvres. Il soupire de plaisir, ses mains glissent dans mon dos jusqu'à mes reins. Il me cambre, me fait bouger sur sa bosse, puis s’assoit. En même temps que j’ondule, nos torses se frottent. Je glisse au creux de ses collines musclées pour atteindre ses tétons pointus. Ma langue coquine lui tire des gémissements, je prends bien le temps de l'exciter, les mains baladeuses au creux de ses bras, puis les cuisses, puis sur son entrejambe... Je sens son boxer qui devient humide, je lui baisse et pose la main sur son sexe. Je remonte sur ses lèvres pendant que je le branle doucement, accentuant mes mouvements sur son gland très sensible. Je sens qu’il s’impatiente à un moment, je gagne un peu de temps en faisant glisser ma langue le long de son torse jusqu’à atteindre la zone sous sa ceinture. Je commence par faire tourner ma langue sur son gland délicieux. Je concentre mes efforts dessus du mieux que je peux, serrant les lèvres et passant ma langue sous sa couronne. Il glisse sa main dans mes cheveux et pousse légèrement. Je bave bien sur son sexe pour l’avaler en gorge profonde. J’alterne les phases.
M : “Tu suces comme Damien.”
V : “C’est plutôt lui qui suce comme moi, même peu expérimenté je suis très doué.”
M : “Plus que doué! Oooooh c’est bon !”
Je suce du mieux que je peux comme si c’était la dernière fois qu’on se voyait, je me donne à fond en prenant mon temps. Même en restant amis, au moins on aura passé un moment inoubliable. Je reste accroché à son sexe jusqu’à ce qu’il me le retire avec un bruit de succion baveux.
M : “Ahahah, t’es affamé dis donc ! Mais tu vas me faire jouir si tu continues. Moi je veux un peu plus qu’une pipe….”
Je lui souris, oui, j’ai bien envie aussi. Je vais dans mon sac chercher du lubrifiant et une capote, prends une serviette. Je lui installe le tout sur le sexe et en ajoute un peu sur la caverne qui va bientôt l'accueillir. J’essuie ma main sur la serviette, je n’aime pas la sensation du gel sur mes doigts.
M : “Tu préfères quelle position?”
V : “Euh...celle là le temps de m’ouvrir?”
Je me mets à quatre pattes, le dos cambré. Il s’installe derrière moi et appuie sur mes épaules. Je me laisse donc tomber à plat ventre sur le lit; il rajoute un coussin sous mes hanches avant de poser son sexe sur mon entrée. Je prends une grande inspiration au moment ou il commence à rentrer. Au départ j’ai un peu mal mais je ne dis rien, il est très doux, il rentre petit à petit.
M : “Ça va?”
V : “Oui oui.”
M : “T’es sur? Je t’ai senti te contracter.”
V : “Vas-y, restes doux c’est tout.”
Il continue donc à rentrer. Si j’ai réussi à le prendre en entier en bouche, je vais bien réussir là. Il me caresse à nouveau le long du dos, je me détends et il glisse les derniers centimètres. Il commence les mouvements doucement, c’est agréable. Je me sens suffisamment rempli, mais pas trop. Aurait-il la taille parfaite? Il varie la vitesse et la profondeur, ondule du bassin. Je m’abandonne au plaisir, j’ai la tête dans l’oreiller. Il s’allonge sur moi et entame des vas et viens plus profonds. Je commence à gémir, je manque presque d’air, je tourne la tête. Il se retire, me mets sur le dos et me pénètre à nouveau à fond. Il se pose sur moi, reste doux et profond en même temps et m’embrasse. Oh punaise, il est incroyable…. Il se redresse, un sourire sur les lèvres. Il ne rentre pas à fond, mais chaque mouvement me fait me contracter en soupirant. Ma respiration est un peu chaotique, je respire au rythme de ses coups de reins. Il accélère, sa respiration est plus forte. Je suis sur le point de jouir, il est vraiment bon. Il jouit avant moi, mais son cri de jouissance, le fait qu’il s’écroule sur moi et se mette à m’embrasser me fais jouir à mon tour.

V : “C’est vraiment vrai.”
M : “Quoi?”
V : “Que les bi sont bien meilleurs au lit.”
M : “Mmmm je dirais plutôt que ça dépend si on se donne vraiment, et si on est doué.”
Je vais me laver, c’était excellent mais je ne suis pas sûr de ce que je ressens pour lui. Je dirais que c’est...confus. Comme avec Damien. Une fois lavé je regarde mon téléphone. Un sms. De Damien : “Putain j’ai fait une connerie hier soir, j’aurais jamais dû le plaquer je l’aime trop ! Fais tout ce qu’il faut pour le retenir, faut surtout pas qu’il prenne le train de 9h ou avant !!!! Suis chez mes parents, je viens dès que je peux. Je compte sur toi mon p’tit loup !!”
Bon, j’ai fait tout ce que j’ai pu lol, on est fatigué, surtout lui. Il est 8h, il n’aura jamais celui de 9. Après la douche je lui propose un petit déjeuner reconstituant, je le chouchoute, je fais tout pour qu’il ne pense à rien, je rigole avec lui, je papote. On parle de musique, on a des goûts communs alors je l’entraine sur le canapé replié pour lui faire écouter mes préférées. On part dans un karaoké catastrophique mais on rigole bien. Après le Karaoké, on part sur la danse. On est interrompu sur Rasputin des Boney M par un Damien qui rentre en irruption dans l’appart. Quand il nous voit, il court vers nous et fonce prendre Max dans ses bras.
D : “Max !”
M : “Damien?”
D : “Valentin, pourquoi tu m'as pas répondu, j'ai cru qu'il était reparti!”
M : “Tu ne veux plus que je parte?”
D : “Tu m'as énervé hier, je t'ai dis des choses…. Mais je veux pas qu'on arrête, je t'aime Max.”
Je sors de la pièce pour les laisser discuter. Pourquoi je me suis laissé emporter par mon envie ? Je savais bien que Damien ne le plaquerait pas….je range la vaisselle du petit déjeuner.
D : “Valentin viens ici!!!!”
Gloups! Max lui a déjà dit…. J'approche en tremblant.
D : “Tu t'es décoincé m'a dit Max.”
V : “...”
D : “Punaise Valentin, je te considère comme mon frère, pourquoi t'as fait ça?! Ok je suis content que tu ailles mieux mais pourquoi MON Max ?”
V : “Je….quand il m'a embrassé, j'ai eu envie, puis après j'ai eu le déclic. Et en se réveillant cette nuit….”
D : “Tu as vu mon message avant ou après?”
V : “Après. J'ai été stupide, je te connais, tu étais énervé.”
D : “Ouais et comme moi je suis un peu con et que je vous aime, je vais vous excuser! Mais c'est la dernière fois !”
V : “Pardon Damien. Je t'aime aussi.”
D : “Si tu m'aimes vraiment, que tu veux être mon frère, ne refait jamais ça.”
V : “Oui.”
D : “Viens ici espèce de p'tit voyou. Ahlala c'est vrai ce qu'on dit sur les roux ils sont de supers amants mais insatiables, il te faut vraiment un mec.”
M : “Ouais. Tu connais des célibataires ?”
D : “Nan, et à moins d'aller en soirée mais je suis pas chaud pour…”
M : “On va devoir le surveiller à deux alors. Ou lui changer les idées.”
D : “Ouais. La semaine prochaine tu viens avec moi à Montpellier, tu vas voir ça va te plaire de visiter.”

Je ne conteste pas la décision de Damien, il a raison comme toujours. Pour être sûr qu'il me pardonne, je lui ai fait son plat préféré, des lasagnes. Après ça, on a été visiter quelques monuments parisien abrités et chauffés, les endroits extérieurs attendront les beaux jours - qui n’ont pas l’air d’arriver, qu’est-ce qu’il pleut cet hiver! - pour qu’on y fasse un tour. Et le soir, j’ai été chez mes parents pour laisser Max et Damien fêter leur retrouvaille….

Pititgayy

pititgayy@gmail.com

Suite de l'histoire

Autres histoires de l'auteur : Mon meilleur ami et moi dans les bois - Mon ami l’escort - Mon âme au diable - Au fond on ne change pas - L'inconnu de la poste - Remis à ma place - Le mec idéal

s

Dernière mise à jour publique

11/11 : 9 Nouvelles

Dans les toilettes Ed.Nygma
Sucé par un mec ... Young hetero
Minet bi travesti Zephyre66
Je suis un vide-couilles Chopassif
Féminisé par mon voisin Pasdeproblem
Bonne séance au ciné Mathias
La nuit dans la cité Noprise2tete
Rencontre avec mon maître H
Voyeur Lucas

La suite...

Jeune, riche et gâté -07 Matt
Ma gorge défoncée -03 MâleLope
Sucé par un mec -02 Young Hetero
Chambres à louer -11 Jeanmarc
Un amour de soumis -04 Elfe
Séjour à Marrakech -02 Pierrot
Colocation -04 Emerick
Colocation -05 Emerick
La prison -02 Licko
Ascenseur -02 YvesChalons51
Le moniteur moto -08 Sketfan
Quand le prof dérape -02 Benoit25
Mon ami l’escort -03 Pititgayy
Mon ami l’escort -04 Pititgayy
Mon ami l’escort -05 Pititgayy
Rencontre avec mon maître -02 H
Soumise à mon concierge -02 Aline
Soumise à mon concierge -03 Aline
Mon amour pour les TTBM -02 Dann
Mon âme au diable -03 Pititgayy
Mon âme au diable -04 Pititgayy
Le prof amoureux de son élève -02 Jerem72
Le fils prodige aime obéir -06 Charles.lope
Le fils prodige aime obéir -07 Charles.lope

01/11 : 7 Nouvelles

Sur une aire d’autoroute Pascal 89
Derrière le vice Etiel
Le gérant de magasin me dépucèle Ada
Fahres Kevinpass77
Je mouille de woof Anon-pup
J’ai filmé mon copain Frank
Consultation privée Seneo

La suite...

Soumission & Domination -510 Jardinier
Soumission & Domination -511 Jardinier
Voyage Initiatique -10 Ninemark
Les amours de Francky -02 Francky
Un amour de soumis -03 Elfe
Ma vie avec mon Maître -02 AdrienSchild
Le fils prodige aime obéir -05 Charles.lope

PUBLIE TON HISTOIRE

RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

DESTOCKAGE DVD GAY

Chercher :

 

 

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter - Tumblr

Expositions

Sommaire des expositions - Verner Degray - Barbizart

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - Histoires 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Liens

Liens vers d'autres sites gay - IDM SAUNA - L'IMPACT BAR - EL HOMBRE

Photos

Modèle - Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Video

Video Gay

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)