HOME CYRILLO PHOTO EXPO DIAL SEXSHOP HISTOIRES CONTACT

18 JAN.
Voici de Nouvelles histoires

HELP
Besoin de votre aide.
Gros frais d'hébergement.
Le site en dépend !

 

PAGE PRÉCÉDENTE

 


ENVOIE TON HISTOIRE

MENU HISTOIRE

NOUVEAUTE SHOPPING

Vous aimez les histoires ?
Votre participation est nécessaire...

Dépucelé dans l'utilitaire

J’ai aujourd’hui 27 ans, c’est encore jeune mais, quand je regarde un peu en arrière, je me rends compte que j’ai déjà près de 13 ans de vie sexuelle derrière moi ! J’ai commencé tôt vu que je traînais toujours avec des potes plus vieux que moi, ils avaient au moins 2 ans de plus que moi et une libido très active. Je crois qu’ils me considéraient comme un mec de leur âge, du coup, ils m’ont branché avec une meuf qui, après coup, leur a dit que « le petit  se débrouillait pas mal ! » ! Ca a flatté mon ego et ma virilité, j’ai recommencé le plus souvent possible avec une assurance déconcertante pour mon âge. Mes parents étaient fiers de m’avoir fait sauter une classe, je réussissais parfaitement à l’école, j’avais pleins de potes et, du moment où j’ai eu une activité sexuelle, j’ai fait partie intégrante « du groupe des mecs qui assurent » !!!

Finalement, j’ai toujours su que baiser avec des meufs ne me procurait pas un plaisir total. Ce qui me faisait le plus bander, c’était quand mes potes parlaient de leurs performances, avec des détails sur les positions, sur ce qu’ils avaient fait, sur la quantité de jus expulsé… En repensant à leurs récits, je me branlais frénétiquement en rêvant d’assister ou de participer à leurs ébats.
J’ai été très classique dans mes rapports jusqu’à mes 18 ans. En fait, mes potes étant tous partis poursuivre leurs depuis quelques temps, on ne se revoyait que pendant les vacances mais, pour la première fois,  je sentais bien qu’un décalage s’était installé entre nous. Ils avaient de nouveaux potes, se voyaient la semaine, j’étais donc un peu exclu de leur groupe. J’avais aussi beaucoup de mal à me faire de nouveaux amis, je devenais donc un peu solitaire ce qui me donnait un côté mystérieux, un peu ténébreux, voire rebelle qui plaisait aux filles.

N’ayant plus la joie d’entendre les récits de plans cul de mes potes, je me suis rabattu sur les pornos et les histoires (les vôtres entre autre) pour calmer ma libido.  J’ai même commencé à consulter les annonces des sites de rencontre. Là, l’idée m’est venue pour voir ce que les mecs en manque pouvaient bien écrire pour essayer de pécho. Je suis tombé sur des passifs qui cherchaient une queue, j’ai commencé à tchatter puis je me suis dit : « Pourquoi pas ! ».
Première expérience gay :
Rendez-vous dans un Mac Do, j’étais à la fois excité et fébrile. J’étais tiraillé entre l’envie de baiser un mec qui manifestement aimait ça et la trouille de mal faire, de découvrir un monde inconnu. J’avais maté des pornos gays mais, bien vite, j’ai abandonné sentant bien  que jamais ça ne se passerait comme ça !
Le mec arrive juste après moi, il m’envoie un texto, je lui fais signe, il approche, me scrute, me sourit, je suis peut-être à son goût. Il est pas mal, fin, un peu efféminé, stylé, il semble à l’aise… Il s’assoie :
-       « Salut ! »,
-       « Salut »
-       …
Je me reprends un peu :
-       « Tu veux boire un truc ? »
-       « Ouais, si tu veux. »
On prend un coca, on discute un peu de tout et de rien, il a presque deux ans de plus que moi, je lui mens sur mon âge, son pied vient se frotter un peu au mien et sa main se pose sur ma cuisse sous la table. Un truc se passe, je suis excité et l’animal en rut se réveille et prend le dessus. Après tout, on sait tous les deux pourquoi on est là :
-       « Tu me plait et tu m’excite là, on va où ? »
-       « J’habite pas loin, t’as des capotes ? »
-       « Ouais, t’inquiète ! »

Un quart d’heure après, on était dans son appartement dont je ne me souviens plus du tout. Je sais que j’y ai passé trois heures, qu’il m’a sucé comme je ne l’avais jamais été, il s’est mis en 69, j’ai goûté à ma première bite et j’ai adoré. Je l’ai doigté, il en a fait de même, j’ai découvert le plaisir que je pouvais éprouver avec mon cul. Plus on avançait dans notre rapport, plus je sentais des verrous sauter les uns derrière les autres. Au moment de le pénétrer, tout m’a paru évident, j’ai adoré forcer un peu l’entrée et m’enfoncer tout en l’entendant gémir de plus en plus fort. Je n’aurais pas su dire si c’était de la douleur, du plaisir ou les deux, je sais que ce premier cul de mec, je l’ai savouré, longuement baisé, j’ai rempli deux capotes au fond de lui  puis, une troisième fois, on s’est fini en 69, on s’est arrosé mutuellement le visage.

Je suis rentré chez moi vidé mais transformé ! J’avais pris un plaisir d’une intensité jamais ressentie jusque-là, je savais que je recommencerais dès que possible.
Je n’ai pas revu ce mec, par contre, je me suis « spécialisé » en plans suce ! J’allais dans des lieux de drague où des mecs de tous âges m’ont sucé, des travestis aussi. Il m’arrivait de sucer aussi. Parfois, je baisais quelques partenaires et, en parallèle, je continuais à sauter des meufs en sortie avec mes potes.
Ma première expérience de passif :
J’avais rendez-vous avec un mec de passage pour me faire sucer dans un coin de drague gay, j’arrive, j’attends, le mec ne vient pas, j’envoie un texto, puis un autre et encore et encore, pas de réponse… Encore un mytho, je ne vous apprends rien ! Du coup, je me dis que, quitte à être là,  je vais trouver quelqu’un pour me soulager. Un mec, 35 ans environ, bien baraqué m’avait déjà calculé, il approche et me dit :
-       « Je kiffe bien ton cul toi, tu prends combien ? »
Ça m’a bien surpris, le mec me prenais pour une pute mais allez savoir pourquoi, ça m’a excité !
-       « Ben, 50 euros je te suce et pour 150 tu me sautes ! «
-       « Tourne-toi un peu, fais voir ton cul, je veux voir si tu vaux ce prix ! Vas-y baisse ton jean que je touche un peu ».
Je l’ai fait, j’avais à la fois honte d’être pris pour une pute et d’être regardé comme du bétail mais ce mec m’excitait ! Il se dégageait de lui une putain de virilité, sa voix grave et suave m’étourdissait et quand ses mains ont touché mon cul, mon corps tout entier a réagi en sursautant et en frissonnant, ma bite s’est dressée d’un coup, j’ai cambré mon cul, j’ai fermé les yeux et l’ai longuement expiré :
-       « Putain, t’es chaud toi ! ton cul est magnifique, ta raie est chaude. Hummm, la rondelle de ouf ! Comment je vais bien la défoncer ! »
On est parti au parking, il m’a ouvert l’arrière d’un utilitaire, il a étendu une grosse couverture sur le sol et m’a dit :
-       « Allez, monte, le lit est fait, c’est pas un 4 étoiles mais compte sur moi pour te faire monter au 7ème ciel ! »

Il est monté derrière moi, a fermé la porte, il était à genoux, m’a fait signe de m’approcher, j’ai avancé à quatre pattes jusqu’à son paquet. Je l’ai léché et caressé à travers son jean, il a enlevé son T-shirt, m’a enlevé le mien, j’ai déboutonné sa braguette, il a sorti sa queue bien grosse et dure comme de la pierre, le gland décalotté et mouillé de liquide séminal. Il m’a bifflé quatre ou cinq fois, a tapé sa queue sur ma langue tendue puis me l’a carrée dans la bouche. Là, j’ai pris les choses en main, je l’ai sucé tantôt vite, tantôt plus lentement. Il m’a donné des coups de reins pour que je lui fasse des gorges profondes qu’il a aimées puisqu’il a gémi comme un malade à chaque fois en disant :
-       « Ah putain c’est trop bon, continue… »
Il s’est penché pour baisser mon jean et commencer à me travailler le cul. J’étais tellement excité que j’ai pas eu le temps d’avoir peur, je le lui ai offert, j’étais prêt à me faire prendre par un actif. Il m’a doigté à un, puis deux doigts, il m’a bien ouvert et a commencé à me limer. Là, ça m’a brûlé, j’ai gémi avec sa queue dans la bouche, il a interprété ça :
-       « Hummm, t’as l’air d’aimer ça salope. T’inquiète, tu vas encore plus kiffer quand ma bite va te ramoner ! »

Ça n’a pas tardé, il m’a relevé, m’a retourné, a appuyé sur mon dos pour me mettre à quatre pattes et me cambrer, il m’a demandé d’écarter mes fesses, il a craché dans ma raie, je l’ai entendu ouvrir l’emballage de la capote, il l’a déroulée sur sa queue, ses doigts ont étalé sa salive puis j’ai senti son gland se poser sur mon trou, ses mains se sont posées sur mes hanches, il m’a tiré vers lui tout en poussant. J’ai ressenti une douleur indescriptible, j’ai mordu la couverture de toutes mes forces en me disant qu’il m’ouvrait en deux, que je ne résisterais pas. Il m’a dit :
-       « Putain, t’es bien serré, j’adore ! »
J’ai pas voulu lui dire que j’étais puceau, l’orgueil toujours ! Une fois au fond, il s’est penché sur moi, m’a mordillé l’oreille et m’a dit :
-       « Si tu veux gagner ton fric, t’as intérêt à être une bonne pute ! »
Je n’ai pas eu le temps de répondre ou de réagir, il a commencé des va-et-vient de malade, il me démontait, ses couilles claquaient fort sur mes fesses, parfois, quand ressortait, je l’entendais cracher sur sa queue pour la lubrifier et il s’enfonçait à nouveau toujours plus fort et plus vite.
J’avais toujours mal mais une chaleur interne m’envahissait et j’éprouvais un plaisir nouveau, complètement différent de ce que j’avais ressenti jusque-là. Je ne bandais plus, ma queue se balançait au rythme de ses pénétrations, je me cramponnais le mieux possible pour rester en équilibre.

Il m’a baisé un long moment comme ça puis, d’un coup, il s’est arrêté et m’a dit :
-       « Vas-y, bouge ton cul, défonce-toi la chatte, allez, fais ta salope ! »
J’ai donc bougé mon cul sur sa queue, j’ai senti qu’il coulissait bien, que je n’avais plus du tout mal mais un plaisir de malade. Je gémissais bien fort, il me caressait le dos :
-       « Oh, trop bon, hummm, comment tu me fais kiffer, t’es une bonne pute toi, t’aime ça la bite ! Putain, je vais te finir en femelle ! »
Il m’a relevé le torse, a collé mon dos à son torse, a caressé ma poitrine et mon ventre, m’a donné quelques coups de reins bien puissants et secs puis il est ressorti, m’a retourné pour me mettre sur le dos, jambes relevées, bien écartées, il s’est couché sur moi, a guidé sa queue vers mon trou. J’ai voulu le toucher avant qu’il entre, il était béant et bien mouillé, sa bite est entrée d’un coup bien au fond. Il a repris les va-et-vient bien forts, sa tête était posée à côté de la mienne, mes mains caressaient son dos, je gémissais, il soufflait fort puis, de plus en plus vite. J’ai senti son corps se raidir, sa bite a plongé au fond de mes entrailles, elle s’est raidie, il a stoppé tout mouvement et a poussé un cri de jouissance. Moi, j’étais comme dans un état second, ma bite était redevenue raide et j’avais joui sur mon ventre sans me toucher. On était en sueur, essoufflés, crevés !

Il est ressorti, la capote était bien pleine. On s’est relevés et rhabillés sans rien dire puis il m’a dit :
-       « Ouahhh, t’es un super coup ! Un cul comme le tien, ça doit faire des heureux, tu dois obtenir ce que tu veux avec !».
Il venait de me dépuceler le cul, je ne lui ai rien dit, j’ai juste souri et je lui ai fait un clin d’œil. Je suis ressorti de l’utilitaire, j’avais les jambes en coton et super mal au cul. Il m’a sifflé et m’a balancé deux billets de 50 et un de vingt en me disant :
-       « Ca vaux quand même pas plus ! »
Il a refermé la porte ! Je suis rentré chez moi, j’ai pris une douche, mon cul était défoncé, ouvert, encore douloureux mais je me suis branlé dans la douche en repensant à ce que je venais de vivre.
A partir de ce jour, je suis devenu bi, actif et passif. J’ai aussi retenu une phrase qu’il m’a dit : « Avec ton cul, tu dois obtenir ce que tu veux ! ». Ça m’a fait cogiter mais je me suis rendu compte que c’était vrai, un mec vidé est très conciliant et arrangeant…

Je pourrais vous raconter ce que j’ai pu obtenir grâce au sexe…
J’aimerais bien savoir ce que vous avez pensé de mon histoire, c’est la première que j’écris…  Envoyer vos  commentaires à : lucas.ribiere1@gmail.com

Lucas

lucas.ribiere1@gmail.com

Autres histoires de l'auteur : Un coup de piston pour un stage - Baisé par mon proprio - Dépucelé dans l'utilitaire

News : 17 & 18 Janvier

Ma petite amie m'a fait devenir gay Gosexo
Un soir avec Papa Story Hard
Galère à l'entrepôt Otto
Matt Matt
Erwan Petit mec bien paumé Maxence
Dans les toilettes Yoyo2424
Mon bûcheron à moi Renaud444
Ma première pipe Jeanne
Arabe à l'Hippodrome d'Auteuil Alex
Toutes les histoires... V.
Un coup de piston... Lucas
Le beau gosse d'en bas Laco
Un bel après-midi Eric

Nouvel épisode

Les 2 bons potes -02 Yanno
Soumission & Domination 481 Jardinier
Soumission & Domination 482 Jardinier
Soumission & Domination 483 Jardinier
Longue histoire hot -02 Mikel
Longue histoire hot -03 Mikel
Amour et soumission -12 Maxou 88
Amour et soumission -13 Maxou 88
Amour et soumission -14 Maxou 88
Fin de stage -02 Caramel
L'homme aux air max -15 Carolito
Aym-rick -11 Flok
Jean -07 Kawiteau
Par les couilles -02 Sketfan
Le Golf -05 Candide78
Rémi -03 Mickr

Cyrillo se branle

RETOUR AU MENU HISTOIRE
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre et surtout, elle ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection vis à vis des maladies sexuellement transmissibles. Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches : PROTEGE TOI ET METS DES CAPOTES

 

Cyrillo nu a Mykonos
Cyrillo Mykonos

Cyrillo Cuir Leather
Cyrillo Leather

Cyrillo Cuir Leather
Cyrillo Home

&+
Facebook, Twitter

 
 
CYRILLO CHEZ LES GRECS CYRILLO CHEZ LES GRECS

Chercher :

 

 

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Tout sur Cyrillo - Contact - Facebook - Twitter - ello - Tumblr - Intagram

Cyrillo Photo

Best of Cyrillo - Cyrillo Cuir - Cyrillo chez les grecs

Dial Chat

Chat & Dial gay (rencontre)

Expositions

Sommaire des expositions - Verner Degray - Barbizart

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - Histoires 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Liens

Liens vers d'autres sites gay - IDM SAUNA - L'IMPACT BAR - EL HOMBRE

Photos

Modèle - Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Vidéo

Vidéo gay