18 Nov.
+ 78 histoires en accès privilège.
11 Nov. : +33 histoires en accès public

A noter.
Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.

VIP?
Accès privilège :
Des histoires en +, juste avec un don

Don anonyme, en paypal ou CB

DESTOCKAGE DVD GAY
PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Mon âme au diable

Chapitre -01
Tu m’as tout volé

Je veux mourir. Pourquoi ? Car il m'a pris la chose la plus importante. Pas mon âme, non. Ça on peut vivre sans, de nombreuses personnes s'en débarrassent pour réaliser un souhait. Ce qu'il a pris est bien plus précieux, plus fragile, et bien plus douloureux. Je parle de mon cœur.

Tout a commencé il y a des mois. J'étais ce jeune homme un peu timide, introverti même. J'ai toujours eu peur de m'ouvrir aux autres, moi, l'éternel gentil, l'étudiant sérieux qui donnaient toujours ses cours. À part ça j'étais transparent. Parfois je m'absentais de mes groupes d'amis, je revenais, personne n'avait remarqué mon absence. Les seules fois où on me cherchait c'était pour me demander un service. Que j'acceptais toujours, ravi d'aider. Ça ne s'est pas arrangé quand j'ai commencé à travailler. J'ai continué à rendre service, me tuant à la tâche, faisait gratuitement des heures supplémentaires pour dépanner tel collègue, régler le problème de dernière minute du patron… je suis donc resté ce mec banal physiquement, blanc comme un linge car il donne son énergie au travail et rentre chez lui pour essayer de récupérer un peu d'énergie en attendant le lendemain. Tout ça pour cacher son homosexualité. De toute façon je n'ai pas confiance en moi… et les quelques fois où j'ai essayé de draguer je me suis pris de magnifiques râteaux. Je suis toujours trop quelque chose. Trop gentil. Trop gros. Trop pâle. Trop moche. Trop trop. Alors je ne sors plus. Je m’enferme dans ma solitude, comme ça je n'ai pas d'efforts à faire pour plaire à qui que ce soit.

C'était un soir d'été, le 15 août. Beaucoup de gens sont en vacances à cette période, les quelques amis que j'avais gardé ne dérogeant pas à cette règle. Dernier célibataire du groupe, j'avais droit aux remarques sur le sujet. Même mes collègues étaient au courant de mon célibat. Je pense que c'est ce qui les a incité à faire ça ce soir là. Ils m'ont invité à une soirée gay friendly. Je faisais tâche avec mon chino et ma chemise froissée, tout le monde étant en tenue décontractée. Je ne me sentais pas à ma place. Jugé, comme d'habitude. Je ne suis pas particulièrement masculin, mon orientation sexuelle ne fait souvent aucuns doutes. Mais comme je suis aussi séduisant que Gollum après 500ans dans la Moria… une de mes collègues doit avoir pitié de moi, elle m'amène un Apollon. Le type de mec sûr de lui, devant qui j'ai l'habitude de me faire tout petit, m'effaçant encore plus que de coutume. Je suis tellement gêné, il semble intéressé en plus. Moi, je l’intéresse? Mon fantasme pourrait il se réaliser ? Je lui offre un verre, puis deux. Je suis scotché à ses lèvres. Il s'excuse mais demande à aller fumer une cigarette cinq minutes. Ne fumant pas, je suis trop timide pour lui dire que je l'accompagne. J'en profite pour aller aux toilettes. Alors que je suis dans une cabine, deux personnes rentrent. Je ne bouge plus, je ne veux pas faire de bruit. Je reconnais la voix de Pierre, un de mes collègues qui m'a traîné ici, et Alexandre, mon bel Apollon.
P : “Alors ça se passe comment avec le petit Jean ?”
A : “Comme sur des roulettes, Sonia avait raison il est pendu à chacun de mes mots. Par contre t'as vu sa gueule ? Sérieux si je dois baiser ça il va falloir qu'elle me donne plus.”
P : “50 ça te vas? Tu lui fais la totale et tu prends une photo de lui avec ta queue sur le visage.”
S : “Bon vous faites quoi les mecs? Jean attend son grand amour, on rigolera plus tard.”
À peine sont-ils sortis que j’éclate en sanglots. En plus de faire de moi l'esclave de mon travail, ils veulent me faire tourner en ridicule. Mais pourquoi ? Pourquoi me font ils ça? Je ne leur ai rien fait. Encore une fois je suis tombé sous le charme de ce mec qui me faisait les yeux doux, tout ça parce qu'il est payé. Ils se foutent bien de ma gueule.
J : “Et dire que je serai prêt à tout pour coucher avec un mec comme ça, je vendrai mon âme…”
? : “Ah oui?”
Je regarde...l'homme?...qui est apparu devant moi. Encore plus beau que cet Alexandre de malheur. Les lèvres pleines et rose pâle. Les yeux d'un bleu brillant. Torse nu, il paraît taillé dans le marbre le plus pur comme ces statues antiques d'Éphèbes qui m'ont toujours plu. Un simple short rouge sur les hanches. J'ai l'impression de voir un ange tombé du ciel. C'est alors que je remarque les cornes sur son front, sous ses cheveux roux semblables à de petites flammes. Diablement sexy donc…
Démon : “Alors, es-tu vraiment prêt à vendre ton âme pour coucher avec moi?”
J : “Oui…”
D : “Alors embrasses moi pour sceller le pacte. Ton âme contre une nuit de luxure.”
Je saute sur mes pieds, les joues encore humides et bondit sur ses lèvres comme s'il pouvait disparaître aussi subitement qu'il est apparu. Ses lèvres s'étirent en un sourire satisfait alors que sa main se pose sur moi, causant un frisson. Sa langue rentre dans ma bouche quelques instants après que nos lèvres se soient accordées. Puis il me repousse. Dans la main qu'il avait posé sur ma nuque brille une sorte de perle, ou un diamant, qu'il glisse dans sa poche.
D : “J'ai rarement vu une âme si pure que la tienne. Tu trouves pas ça un peu bête de te condamner à une éternité en enfer pour un fantasme ?”
J : “Non…”
Si, bien sûr. Mais dès qu'il est apparu devant moi plus rien n'avait d'importance, pas même ma propre vie. Le voir devant moi est juste incroyablement parfait. Et je vais coucher avec…

Il me prend par la main ce qui m’électrise. Alors que je pensais qu’il allait me ramener chez moi par magie, on sort simplement des toilettes. Au niveau du bar je vois Alexandre qui me cherche. Lorsqu’il me voit, il voit également que je tiens la main de ce diable plus beau que n’importe quel fantasme existant. Il se tourne d’ailleurs vers moi et m’embrasse avant de m’entraîner vers la sortie, patiente le temps que je cherche mes clés. Il me les prends des mains et s’installe d’autorité au volant.
D : “Pas super comme voiture...je préfère ce genre.”
Sous mes yeux ma vieille 306 devient une superbe Ford Mustang rouge. Il me fait signe de monter et démarre en trombe. Je ne sais comment on arrive devant chez moi, en quelques minutes seulement vu la vitesse qu’il avait. Lorsqu’il arrête le moteur, il passe son bras par dessus mon épaule. Je me recroqueville dans le siège ce qui semble l’amuser. Un sourire coquin se dessine sur son visage divin alors qu’il relève mon menton et me regarde dans les yeux.
D : “Ne sois pas timide, ça te fais juste perdre du temps et tu n’as que la nuit.”
Sa voix est hypnotique, son odeur enivrante. Je me jette sur ses lèvres qui m’appellent plus que tout alors que ses bras se referment autour de moi. Il y a comme un coup de vent et je suis dans ma chambre, sur mon lit. Alors que je suis allongé, lui est debout devant le lit. Il claque des doigts, je me retrouve nu devant lui. Je cache comme je peux ce corps que je ne supporte pas mais je reçois son short rouge sur le visage. La même odeur que ses lèvres, je suis totalement groggy. Je sens son corps qui vient sur moi, il me découvre le visage et plonge dans mon cou. Une vague de chaleur sucrée atteint mes narines, je colle mes lèvres contre sa peau, déposant des petits baisers en inhalant cette senteur exquise incomparable. Je gémis alors que sa langue court sur ma peau. Sous ses caresses j’oublie tout : mes peurs, ma timidité, mes complexes. Il n’y a que lui, tout autour de moi. Ma peau semble s’échauffer au contact de la sienne qui est brûlante comme si le feu courait dans ses veines. Il se relève, je suis le mouvement pour garder mes lèvres sur les siennes. Je découvre ensuite son corps nu. Tout est parfaitement équilibré et attirant, ni trop gros ni trop petit. Je suis dans un autre monde, au paradis. J’embrasse son corps divin jusqu’à arriver à son entrejambe. L’odeur succulente se dégage de son corps complet, je m’empresse de prendre en bouche cette barre afin d’en goûter la saveur. Aussi délicieux que quand ma langue courait sur son corps… Je voudrais la déguster pendant des heures. Il me laisse d’ailleurs faire, j’ai même l’impression que son odeur se renforce encore, m'ensorcellant de plus en plus. Je le suce comme jamais je n’ai sucé un mec, une de ses mains se pose sur ma tête pour ralentir le rythme. Il m’en impose un lent et régulier pour que je sente toute la longueur. Jusqu’ici je n’avais jamais apprécié qu’on me donne le rythme mais je suis raide d’excitation. Il me pilonne un peu la gorge alors que son plaisir devient intense, il ne cesse le mouvement que lorsqu’il me jouit en bouche. Je suis surpris, j’ai rarement laissé les mecs me le faire. Mais là… ça ne me gêne pas et en plus j’ai l’impression de prendre une drogue. Il me rend dingue, comme s’il avait besoin de ça… Après ça il commence à me toucher les fesses. Je me contracte.
D : “Ne t’en fais pas, je t’ai tout nettoyé. Tu as pas remarqué que t’es tout propre après ta journée de travail?”
J : “Euh j’avais pas fais attention…”
D : “C’est amusant comment ça vous surprend presque tous la magie vous les mortels ahahah.”
Il m’installe en position et sa langue commence à jouer avec mon anneau. Je ne retiens pas mes gémissements, je me détends rapidement. Je suis clairement sous son charme et totalement réceptif à ses pouvoirs. Rapidement il arrête, ses doigts remplacent sa langue deux minutes, puis il se place au dessus de moi. Je sens sa progression en moi, c’est chaud, très chaud, mais il n’y a aucune douleur. Pourtant c’est la première fois que je fais ça. Je lui dis que j’adore, qu’il peut faire ce qu’il veut de moi. Il commence des mouvements doux le temps que je m’habitue à lui. C’est sur que ça ne fait pas du tout la même sensation qu’en bouche! J’ai même l’impression que plus je me détends plus elle gonfle, mais je dois me faire des idées. Le plaisir est intense, je ne suis plus conscient de rien, qui je suis, où je suis, quel heure il est. Comment peut-on dire que c’est un démon? J’ai plutôt l’impression de faire l’amour avec un mec parfait, rien de mauvais! Notre jouissance est commune, il s’est retiré de mon antre et me l’a donné à boire. Je suis comme un drogué, prenant la dose en entier, cherchant même à récupérer la moindre goutte.
D : “Et ben ! Tu es très doué, tu damnerais un saint ahahah!”
Je me colle à lui.
J : “C’est incroyable… je voudrais que ça dure toujours tellement c’est bon. Rester avec toi pour le faire encore et encore.”
D : “Oh mais la nuit n’est pas finie…”
Je n’ai pas eu un instant de répit. Et en même temps je ne ressentais aucune fatigue, juste un désir grandissant de plus en plus. On a visité toutes les pièces de mon appartement, testé toutes les positions existantes… il a dû jouir plus d’une dizaine de fois. Mais peu importe que ce soit aussi débridé, aucune sensation de sale n’est venu troubler cette nuit de luxure. Lorsque le soleil commence à pointer, on est allongé dans mon lit. La fatigue me tombe d’un coup dessus, je sens que dans 30 secondes je vais dormir. Je pose la tête sur son torse, son bras me tient contre lui. La bouche pâteuse, en train de m’endormir je marmonne :
J : “C’était merveilleux. Dès que je t’ai vu j’ai plus eu envie de te quitter. J’ai envie de t’appartenir corps et âme, je…”
...me suis endormi. Sans lui dire que je l’aime et que je voulais qu’il m'emmène avec lui.

Quand je me réveille, j’ai l’impression d’avoir rêvé de tout ça. Je suis seul dans mon lit comme d'habitude. Et puis un diable… la magie… ça n’existe pas. C’était vraiment un rêve incroyable. Je saisi mon téléphone, j’ai un message de mon chef qui me demande pourquoi je ne suis pas là, que mon absence sera décomptée de mes congés. Un autre pour me dire que si je ne suis pas là à 13h, c’est également le salaire qui saute. Oh mon dieu il est 12h30!!! Je saisi les premiers vêtements qui me viennent sous la main. Mon téléphone vibre alors que je saisi les clés de ma voiture. Je repasse dans la chambre pour prendre des chaussures. Et là l’odeur me frappe de plein fouet : celle qui a retourné mes sens et m’a fait perdre la tête. Dans le miroir je vois que je porte un petit short rouge avec une chemise en lin. J’ai pour la première fois une mine reposée, je suis décoiffé mais comme si c’était travaillé. Je suis toujours si pâle mais pas ce petit gay blanc bec non désirable. Mon portable vibre encore. Je regarde, Sonia me demande où je suis, pourquoi j’ai laissé Alexandre hier soir et qui est ce mec avec qui je suis parti. Quelle connasse... Mais comment ai-je quitté la soirée? Si j’ai quitté avec un mec, que j’ai le short rouge… je me précipite dans la rue, elle est la, brillante. Tout est réel. Je n’ai pas rêvé. Et là le soleil sur ma peau ne me réchauffe plus. Je ressens le vide de son absence dans mon coeur. Ses bras autour de moi. Son odeur. Je m’assois dans la voiture. Je pleure, il m’a abandonné, il a réalisé son contrat, il a pris mon âme. Je ne suis qu’un mortel pour lui, ni le premier ni le dernier probablement.
Lorsque j’arrête de pleurer il est 12h55. Le temps que j’arrive au travail l’horaire sera dépassé. De toute façon je n’en peux plus de ces collègues hypocrites et moqueur, de ce boulot éreintant, de mon patron abusif qui me rabaisse constamment. Je conduis donc tranquillement jusqu’à ma boite. Dans la portière je trouve des lunettes de soleil. Je les mets. Ma décision est prise. Je ne peux pas vivre sans lui. Je le retrouverai. Même si je dois faire le tour de la Terre. J’ai découvert que le petit monde que je croyais connaître cache des mystères et de la magie. Comme dans les histoires auquel je croyais enfant.

Je rentre dans le bâtiment d’un pas assuré, ma décision est prise, personne ne me marchera sur les pieds. Je me dirige directement dans le bureau de mon patron, Marc.
M : “Ah vous voilà ! La prochaine fois que vous arriverez en retard pour un retour de soirée difficile dont je n’imagine pas les vices ayant suivi, vous pouvez dire adieu à votre poste.”
J : “Je démissionne.”
M : “Quoi? Vous ne pouvez pas il y a le dossier Martel à terminer. Alors vous allez poser vos fesses de raclure incompétente à votre bureau et me régler ça avant 18h!”
J : “Je devrais porter plainte contre vous pour harcèlement au travail, surmenage, atteinte psychologique et homophobie. Mais j’en ai rien à faire de vous. Alors soit vous me signez immédiatement ma fin de contrat et me donnez mon argent soit ça se termine au tribunal. Je viens d’enregistrer la conversation comme je le fais depuis des mois. J’ai un ami avocat qui m’a dit de faire ça, il est détenteur de toutes les pièces du dossier. Juste un appel et vous plongez. Alors vous allez me contenter pour une fois même si ça fera mal au cul au pauvre connard que vous êtes, encore plus quand vous devrez vous occuper du travail que je faisais.”
M : “Je...euh...laissez moi une demi heure le temps de faire les papiers.”
J : “Pas une minute de plus.”
Je tourne les talons et pars en claquant la porte. Je récupère un carton et me dirige vers mon bureau pour prendre mes effets personnels. Surtout il faut récupérer les micro que j’ai camouflé en simples objets… Sonia et Pierre s’approchent de moi.
S : “Salut ! Eh ça s'fait trop pas ce que tu as fais hier soir! Te barrer avec un mec alors que mon pote s’intéressait à toi. Tu devrais pas faire le difficile quand un mec s’intéresse à toi.”
J : “Oh, tu parles de ton pote que tu as payé? Dommage… Tu as pu lui donner ta chatte en compensation c’est pas grave, t’es habitué à faire la pute vu comment t’es habillée au quotidien. Je suis gay mais moi je me suis pas fais la moitié du bâtiment.”
P : “Non mais faut te calmer tu as vu comment tu parles? Ptit pd agressif!”
J : “Toi quand tu sauras t’occuper de tes dossiers tout seul… il aurait presque fallu que je t’amène le café, t’allume ta clope et te tienne la bite tellement t’es un incapable. Pas étonnant que ta copine aille voir ailleurs si tu es aussi incompétent au lit qu’au bureau…”
M : “Jean ! Venez ici !”
Je saisi mon carton, j’ai tout. Dans le bureau du patron je laisse la porte ouverte, reste debout, saisi son stylo le plus cher pour signer à mon tour en bas des contrats après les avoir lu. Il ne me joue pas de mauvais tour, il a juste rajouté en bas “non divulgations d’informations confidentielles sur le déroulement du travail” en plus de la clause de confidentialité. Je lui rends son exemplaire et m’en vais comme ça en roulant du cul. Tous semblent choquer de la bombe que je viens de faire exploser. Je passe à la banque déposer mon chèque avant de rentrer rapidement chez moi pour trier mes affaires. Ce que je prends avec moi, ce que je vais demander à mon ami de garder, ce que je jette ou je vends. Une fois fais je lui téléphone et lui raconte toute l’histoire. Il ne semble pas surpris, il m’a toujours dis que lui même croyait aux fées, ça le conforte dans son idée. Il me demande d’ailleurs de l’inviter si j’en croise, il rêve d’en voir. Il accepte sans problèmes de gérer la vente de mon appartement pendant que j’irai à la poursuite de mon coeur, vu que je ne sais pas combien de temps elle va durer autant économiser sur ce qu’on peut. Et au fond il n’est pas surpris il voit des gens étranges tous les jours dans son boulot d’avocat. La discussion se conclut juste par lui me disant : “Tu me disais fou de croire au fée, on se demande qui est le plus fou maintenant, tomber amoureux du diable…”
Il n’a pas tout à fait tort ! Maintenant que tout est réglé au niveau de mes obligations, je peux prendre la route. Je te trouverai mon amour !

**** Et voilà ! Premier chapitre d'une série qui sera plus courte et où le sexe ne sera pas prioritaire... si vous aimez le fantastique, ça devrait vous plaire. Si ça vous plaît, ou si ça ne vous plaît pas, n'hésitez pas à m'en donner des nouvelles ! La biz ! ****

Pititgayy

pititgayy@gmail.com

Suite de l'histoire

Autres histoires de l'auteur : Mon meilleur ami et moi dans les bois - Mon ami l’escort - Mon âme au diable - Au fond on ne change pas - L'inconnu de la poste - Remis à ma place - Le mec idéal

s

Dernière mise à jour publique

11/11 : 9 Nouvelles

Dans les toilettes Ed.Nygma
Sucé par un mec ... Young hetero
Minet bi travesti Zephyre66
Je suis un vide-couilles Chopassif
Féminisé par mon voisin Pasdeproblem
Bonne séance au ciné Mathias
La nuit dans la cité Noprise2tete
Rencontre avec mon maître H
Voyeur Lucas

La suite...

Jeune, riche et gâté -07 Matt
Ma gorge défoncée -03 MâleLope
Sucé par un mec -02 Young Hetero
Chambres à louer -11 Jeanmarc
Un amour de soumis -04 Elfe
Séjour à Marrakech -02 Pierrot
Colocation -04 Emerick
Colocation -05 Emerick
La prison -02 Licko
Ascenseur -02 YvesChalons51
Le moniteur moto -08 Sketfan
Quand le prof dérape -02 Benoit25
Mon ami l’escort -03 Pititgayy
Mon ami l’escort -04 Pititgayy
Mon ami l’escort -05 Pititgayy
Rencontre avec mon maître -02 H
Soumise à mon concierge -02 Aline
Soumise à mon concierge -03 Aline
Mon amour pour les TTBM -02 Dann
Mon âme au diable -03 Pititgayy
Mon âme au diable -04 Pititgayy
Le prof amoureux de son élève -02 Jerem72
Le fils prodige aime obéir -06 Charles.lope
Le fils prodige aime obéir -07 Charles.lope

01/11 : 7 Nouvelles

Sur une aire d’autoroute Pascal 89
Derrière le vice Etiel
Le gérant de magasin me dépucèle Ada
Fahres Kevinpass77
Je mouille de woof Anon-pup
J’ai filmé mon copain Frank
Consultation privée Seneo

La suite...

Soumission & Domination -510 Jardinier
Soumission & Domination -511 Jardinier
Voyage Initiatique -10 Ninemark
Les amours de Francky -02 Francky
Un amour de soumis -03 Elfe
Ma vie avec mon Maître -02 AdrienSchild
Le fils prodige aime obéir -05 Charles.lope

PUBLIE TON HISTOIRE

RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

DESTOCKAGE DVD GAY

Chercher :

 

 

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter - Tumblr

Expositions

Sommaire des expositions - Verner Degray - Barbizart

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - Histoires 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Liens

Liens vers d'autres sites gay - IDM SAUNA - L'IMPACT BAR - EL HOMBRE

Photos

Modèle - Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Video

Video Gay

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)