14 Nov.
+ 61 histoires en accès privilège.
11 Nov. : +33 histoires en accès public

A noter.
Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.

VIP?
Accès privilège :
Des histoires en +, juste avec un don

Don anonyme, en paypal ou CB

DESTOCKAGE DVD GAY
PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Un bel après-midi

J’étais pénard, dans mon fauteuil préféré, à gauche j’avais un vieux rhum qui attendait dans un verre, dans les main j’avais un bon polard et je m’apprêtais à passer un après-midi cool lorsque le téléphone vibra dans ma poche. Marié, je reste toujours prudent.

– Allo !
– Bonjour Eric, c’est Patrick. J’ai une nouvelle expérience pour toi.
– Depuis que je te connais je crois avoir fait le tour de tes expériences !
– Jamais celle-là, je t’assure
– Patrick, tu m’as entraîné dans des tas d’endroits…
– Tu as été une seule fois déçu ?
Patrick m’énervait avec sa manière d’avoir réponse à tout.
– Non, mais je n’ai plus les mêmes envies, tu m’as fait réaliser un certain nombre de fantasmes…à présent j’ai envie d’être au calme.
– Eric je t’assure que tu me remercieras de ce que tu vas vivre.
Toujours pareil avec Patrick, je me laisse avoir pensais-je.
– Dis- moi de quoi il retourne ?
– Ah non ! Je ne te dis rien. Quand tu manges une galette on ne te dit pas où se trouve la fève.

Patrick avait l’art des exemples, il trouvait toujours la réplique qui fait mouche.
– Comme dab, retrouve- moi dans une demi-heure à la Comédie.
– T’es chiant, pour quoi faut-il que ce soit moi qui cède tout le temps ?
– Parce que tu aimes la bite et que lorsque je te parle de cul tu es comme un âne qui va bouffer, tu ne connais plus personne.
– Bon ok lui dis-je en maugréant.
Je pris tout mon temps pour me rendre place de la Comédie. Je voulais que Patrick m’attende. C’était une manière de lui montrer que je n’étais pas esclave de mes pulsions. Ce qui était totalement faux, car depuis son coup de téléphone tous mes sens étaient alertés. Je me demandais ce qu’il allait me proposer et plus j’y pensais plus je sentais monter l’adrénaline.
– T’es en retard !
– C’est attendrissant la manière dont tu m’accueille toujours.
– Tu sais que dans ce genre de chose la ponctualité est de mise.
– On va où ?
– Tu te tais, tu ne dis rien, tu te laisses faire.
– J’ai tout de même le droit de respirer dis-je avec humour.
On emprunta quelques ruelles du vieux Montpellier et il me fit rentrer dans un immeuble vétuste, décrépis. La porte avait dû être peinte il y a fort longtemps et était recouverte de tags. Une lumière jaune, blafarde éclairait un escalier aussi vétuste que la porte.
– Où tu m’entraînes Patrick, c’est dégeulasse ici.
– T’occupes, tu vas voir.
En haut de l’escalier il poussa une porte sur la droite. Elle donnait accès à une vaste pièce au centre de laquelle se trouvait une sorte de table basse. Je remarquais que des bracelets de serrage étaient fixés à chaque pied de table.
Au fond il y avait une porte par laquelle Patrick disparu en me disant :
– Attends- moi ici.

A part cette table au centre de la pièce dont j’avais vite compris l’utilité, la pièce était vide, les murs lissent, les fenêtres fermées, J’avais plutôt envie de partir que de m’envoyer en l’air. Seule l’excitation de l’inconnu me faisait rester.
Patrick revint, nu, accompagné de deux autres types nus également, la bonne quarantaine et assez bien équipé. En compagnie de Patrick, ils entreprirent de me déshabiller. Je reconnais que ce n’était pas désagréable et je me laissais faire sans protestation. Chaque fois qu’il me retirait un vêtement, ils accompagnaient leurs gestes d’une caresse un peu appuyée. Ce qui fait qu’une fois nu, je commençais à avoir une légère érection. Ce que je supposais arriva, ils m’approchèrent de la table et m’allongèrent sur le dos. Très vite, mes quatre membres furent enserrés dans les bracelets m’ôtant ainsi tout mouvement. Ils terminèrent mon installation en me fixant avec une large sangle que je n’avais pas remarqué et qui vint m’entourer la taille et immobiliser le bassin. C’est alors qu’entrèrent d’autres personnes, nues également, qui vinrent s’installer de part et d’autres de la table. Je ne pouvais pas les compter, mais il devait en avoir au moins douze ou quinze. Dans la position que j’occupais, je ne pouvais voir que leur visage et surtout leurs yeux. J’étais frappé par leurs regards. Jamais de ma vie je n’avais pu remarquer comment le désir peut se lire dans le regard. Ils se mirent à me toucher, me caresser, les cuisses, le ventre, les seins, même les joues et le cou. Je n’avais jamais vécu cela et je suis pris immédiatement d’une érection assez forte pour mon

J’avais des mains caressantes partout sur le corps, sauf sur la bite. Ça devait être la consigne : Tout sauf la bite. Elle était bien dressée et n’attendait que des caresses, une langue peut-être, mais rien, nada, plus ils me caressaient, plus je sentais le désir monter. D’aucuns se mirent à se branler énergiquement, mais pour voir leur bite il fallait que je tourne la tête. Cela dura un bon quart d’heure quand je reçu sur mon corps la première éjaculation. Elle s’échoua au-dessus du nombril, moitié sur la sangle, moitié sur mon ventre. Je faisais l’effort de redresser la tête pour regarder lorsque je reçu une giclée en plein visage. J’étais fasciné par tous ces regards. J’observais ces yeux, la pupille dilatée d’envie, et j’étais heureux d’être leur convoitise. Une langue vint laper le sperme que j’avais sur la joue. Je bandais au point que ma bite me faisait mal. Je sentis à cet instant un doigt me pénétrer l’anus et je fus l’objet d’un massage en règle de ma prostate qui fit couler légèrement ma bite dressée
— Sucez- moi, sucez-moi !

Personne ne répondit à cette injonction qui était plus une supplique qu’une demande. Je n’en pouvais plus je voulais qu’on touche ma bite, qu’on la caresse, qu’on me la lèche, qu’on me la suce. Je n’en pouvais plus !
J’étais peu à peu recouvert de sperme que les plus vicieux ou les plus audacieux venaient lécher avec volupté. J’avais beau implorer les mecs de s’occuper de ma bite, ils avaient des consignes et ils les respectaient. Je bénissais Patrick de m’avoir entraîné dans ce plaisir, c’était le summum de ce que j’avais connu. Autant d’hommes excités par mon corps, par mon sexe.
Je sentis tout à coup ma bite vibrer se raidir encore d’avantage et une giclée de sperme s’en échappa. Je compris alors que c’était cela l’enjeu ; ils devaient me faire jouir sans que personne ne touche ma bite, simplement par l’intensité de mon désir.

Alors, et alors seulement maintenant, ma bite fut engloutie par une bouche gourmande. On me retira mes attaches, je pensais être libre et que les ébats allaient s’achever sur cette scène. Non, des mains puissantes me retournèrent et je fus de nouveau attaché, cette fois le ventre sur la table les fesses en l’air. Elles furent très vite écartées et je sentis une langue qui tentait de pénétrer mon œillet. Elle fut remplacée par une bite de bonne taille car je sentis mon anus avoir du mal à se distendre. Devant moi, grand classique, plusieurs bites se présentèrent dont celle de Patrick. Je lui devais bien ça, aussi je m’appliquais à recevoir son sexe en entier jusqu’au fond de ma gorge. Mon ardeur fut récompensée par une belle décharge de sperme dans le fond de ma gorge. J’avais la bouche dégoulinante de sa semence , ce qui donna sans doute l’idée à un petit malin, de s’accroupir et de venir capter, tout le sperme que je n’avais pas avalé, avec sa bouche et sa langue qui vint jouer avec la mienne. Une autre bite avait remplacé la première dans mon rectum. J’étais terriblement excité et j’adorais recevoir des coups de buttoirs dans mon ventre.

– Baisez moi, baisez moi, je veux des bites !,
J’étais redevenu la bête de sexe. J’entendis le bruit du préservatif que l’on retire et je reçu une éjaculation sur le dos et les fesses qui fut immédiatement nettoyée par une ou deux langues. On me détacha, je bandais bien fort de nouveau et un jeune gars que je n’avais pas encore vu et qui devait aimer les hommes murs, vint s’agenouiller devant moi. J’eu droit à une superbe fellation qui, compte tenu que j’avais déjà jouis une première fois dura un bon quart d’heure avant que j’éclate dans sa bouche. Il me fit ensuite une toilette soignée ne laissant sur mon gland plus aucune goutte de sperme.
– Quel après-midi dis-je à Patrick sur le chemin du retour.
– Tu vois que tu es toujours prêt me dit-il.
Il a raison, mais il m’énerve à faire de moi ce qu’il veut.

Eric

ericgirod34@gmail.com

Autres histoires de l'auteur : Le Mateur - Un bel après-midi - Maison - Le dentiste -Ray - Patrick - Le sexshop - La curieuse villa - Rencontre au sauna - Sur la plage - Bisexuel à 66

s

Dernière mise à jour publique

11/11 : 9 Nouvelles

Dans les toilettes Ed.Nygma
Sucé par un mec ... Young hetero
Minet bi travesti Zephyre66
Je suis un vide-couilles Chopassif
Féminisé par mon voisin Pasdeproblem
Bonne séance au ciné Mathias
La nuit dans la cité Noprise2tete
Rencontre avec mon maître H
Voyeur Lucas

La suite...

Jeune, riche et gâté -07 Matt
Ma gorge défoncée -03 MâleLope
Sucé par un mec -02 Young Hetero
Chambres à louer -11 Jeanmarc
Un amour de soumis -04 Elfe
Séjour à Marrakech -02 Pierrot
Colocation -04 Emerick
Colocation -05 Emerick
La prison -02 Licko
Ascenseur -02 YvesChalons51
Le moniteur moto -08 Sketfan
Quand le prof dérape -02 Benoit25
Mon ami l’escort -03 Pititgayy
Mon ami l’escort -04 Pititgayy
Mon ami l’escort -05 Pititgayy
Rencontre avec mon maître -02 H
Soumise à mon concierge -02 Aline
Soumise à mon concierge -03 Aline
Mon amour pour les TTBM -02 Dann
Mon âme au diable -03 Pititgayy
Mon âme au diable -04 Pititgayy
Le prof amoureux de son élève -02 Jerem72
Le fils prodige aime obéir -06 Charles.lope
Le fils prodige aime obéir -07 Charles.lope

01/11 : 7 Nouvelles

Sur une aire d’autoroute Pascal 89
Derrière le vice Etiel
Le gérant de magasin me dépucèle Ada
Fahres Kevinpass77
Je mouille de woof Anon-pup
J’ai filmé mon copain Frank
Consultation privée Seneo

La suite...

Soumission & Domination -510 Jardinier
Soumission & Domination -511 Jardinier
Voyage Initiatique -10 Ninemark
Les amours de Francky -02 Francky
Un amour de soumis -03 Elfe
Ma vie avec mon Maître -02 AdrienSchild
Le fils prodige aime obéir -05 Charles.lope

PUBLIE TON HISTOIRE

RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

DESTOCKAGE DVD GAY

Chercher :

 

 

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter - Tumblr

Expositions

Sommaire des expositions - Verner Degray - Barbizart

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - Histoires 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Liens

Liens vers d'autres sites gay - IDM SAUNA - L'IMPACT BAR - EL HOMBRE

Photos

Modèle - Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Video

Video Gay

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)