Page précédente

2 cherchent 3eme.

Je suis branché sur ma messagerie depuis cinq minutes.

Mon pseudo, c'est: "Mec seul", avec pour commentaire: "Mec seul cherche rencontre sympa pour passer de bons moments tendres et forts".

Plusieurs mecs m'ont branché, mais le dialogue s'éternise Je vais couper quand un message arrive: "2 cherchent 3ème".

- "Salut! On recherche un mec pour passer un bon moment à trois ça te tente?"

C'est la première fois que j'ai ce genre de message. J'hésite un peu, puis je réponds:

- "Pourquoi pas? mais je n'ai jamais fait ça à trois!"

- "T'inquiète pas, tu ne te retrouveras pas coincé comme une saucisse dans un hot dog!"

- "Ok! mais qu'est-ce que vous comptez faire?"

- "Pas de problème on va passer un bon moment ensemble, et ce que tu ne voudras pas faire on ne le fera pas"

Le dialogue se poursuit et ils finissent par me donner leur téléphone.

- "Ok, je coupe et je vous appelle."

- "Ok, on coupe et on attend!"

Je coupe mon ordinateur et j'appelle. Une voix sympathique et dynamique me répond. Il s'appelle Franck, il a trente deux ans, il est brun, mesure 1m77, pèse 70 kilos, les yeux verts. Son copain Marc a 28 ans, il est roux, 1m72, 66 kilos, les yeux bleu pâle. Ils paraissent très sympas. Ils sont à dix kilomètres de chez moi. Ils me donnent leur adresse.

- "Ok je viens."

Je mets un sweat shirt, un jeans moulant noir sur un jock- strap et des mocassins. Je prends ma voiture. Je ne sais pas comment ça va se passer, mais comme ils avaient l'air agréable et qu'ils aiment bien rire, je pense qu'on va passer un bon moment.

Je sonne. Franck m'ouvre la porte avec un grand sourire Il est comme il s'était décrit, mais en plus il est craquant! Son sourire illumine son visage, et ses yeux verts laissent entrevoir de la malice et une franche bonne humeur.

- "Alors, t'a osé! Tu vois, je ne suis pas un grand méchant loup!" - "Non, c'est vrai, mais c'est la première fois que je fais ça à trois." - "Ok entre. Tu verras, Marc est très sympa."

J'entre dans un salon vaste, avec des tapis, des fauteuils de cuir beige, une table basse et de la musique douce. À mon arrivée Marc s'est levé. Il a lui aussi un grand sourire, une poignée de main franche.

- "Bienvenue!", me dit-il.

Franck me propose de m'installer sur le canapé à côté de lui, Marc en face. Marc a un sweat-shirt vert qui met en valeur ses cheveux roux. Il a des yeux très clairs: on dirait des yeux de poupée.

- "Veux-tu boire quelque chose?"

- "Volontiers."

- "Un cognac?"

- "Va pour un cognac."

Franck se lève et rapporte trois cognacs bien servis. Nous bavardons, puis la conversation vient sur les rencontres qu'on peut faire sur la messagerie. Ce faisant, Frank s'est approché de moi et a posé sa main sur ma cuisse. Je me laisse faire. Marc en face de moi me détaille du regard. La main de Franck remonte doucement jusqu'à ma braguette, ce qui ne me laisse pas indifférent. Franck s'adresse à son copain:

- "Je peux te dire que notre ami est en forme!"

Nous éclatons de rire tous les trois. Je pose ma main sur sa braguette Je sens une belle barre sous mes doigts.

- "Toi aussi, tu as l'air en forme," lui dis-je.

- "Ça doit être une question de climat!" Me répond-il en riant.

Il prend mon verre, le pose sur la table basse, se retourne vers moi et me roule une pelle académique. Sa langue joue avec la mienne, ses mains se glissent sous mon sweat-shirt et caressent mes tétons qui durcissent. Pendant ce temps, Marc s'est levé et est venu s'asseoir sur le tapis à côté de moi. Il pose sa main sur ma bosse et commence doucement à me la masser.

C'est bon de se sentir l'objet des attentions de deux mecs en même temps Je ne regrette pas d'être venu. Franck fait glisser mon sweat- shirt et commence à me lécher les seins. J'en fais autant avec lui, et je découvre une poitrine lisse finement musclée et hâlée.

Marc, lui, a fait sauter son sweat-shirt. Il a la peau d'un blanc laiteux, imberbe, semée de taches de rousseur. Je lui caresse les seins. Il gémit doucement. Franck me dit:

- "Tu vois, il n'y a rien de méchant."

Nous nous levons et nous plaquons l'un contre l'autre. Je sens la chaleur de sa poitrine contre la mienne. Marc s'est levé aussi et vient se joindre à nous. Il me caresse les fesses. Franck, lui, défait ma ceinture, fait sauter les boutons de ma braguette. Je lui rends la pareille. Il écarte les pans de mon jeans et le fait glisser sur mes chevilles en me donnant un baiser dans le cou. Je fais glisser son pantalon. Nous écrasons nos queues à travers le tissu de nos slips. Marc, qui se tient de côté, siffle et dit à l'adresse de Franck:

- "OUAH! Il a un de ces petits culs à l'air! Tu devrais voir ça..."

Franck me retourne et dit:

- "Ouah! Un jock! C'est vrai que t'as un beau petit cul!"

Leurs mains me caressent les fesses. Franck s'est agenouillé et commence à souffler sur ma bosse que mon jock a de plus en plus de mal à contenir. Pendant ce temps, je sens la langue de Marc me fouiller la raie, je sens son haleine chaude et sa langue humide me flatter la rosette. Franck se relève et me prend dans ses bras. Je le serre dans les miens. Je me retourne et vois Marc toujours en pantalon qui se masse le paquet. Je dis à Franck:

- "On a oublié ton copain!"

- "C'est vrai Marc, viens entre nous deux!"

Il s'exécute. Franck et moi lui suçons les seins et lui donnons des baisers. Puis nous ouvrons sa ceinture, faisons glisser son pantalon. Franck me dit:

- "C'est toi l'invité, je te laisse baisser le slip de Marc."

Je me place devant Marc, le plaque contre moi, lui roule une pelle pendant que mes mains se glissent sous son slip pour lui caresser les fesses.

Un doigt viens lui frôler la rosette qui réagit aussitôt. Doucement je m'écarte et fais glisser son slip tendu. Sa queue emprisonnée par l'élastique est tirée vers le bas, jusqu'au moment où elle se libère et vient frapper son ventre. Elle doit faire au moins dix-neuf centimètres. Elle émerge d'une touffe de poils roux au bas d'un ventre blanc. Elle est toute blanche, avec un gland rose qui dépasse à peine de son prépuce. Nous nous allongeons sur le tapis et nous commençons à nous sucer tous les trois, installés en triangle: Franck me suce les couilles, moi je suce Marc, et Marc suce Franck. Nous alternons les mouvements lents et rapides.

- "Les gars, il faudrait arrêter sinon je vais jouir tout de suite!"

- "Ok! On fait une pause."

Nous somme là assis sur le tapis, nous caressant doucement et plaisantant. Franck me dit:

- "Que veux tu que nous fassions, maintenant?"

Je lui réponds:

- "J'aimerais bien que tu prennes Marc devant moi J'ai jamais vu ça que dans des films homo, mais jamais en vrai!"

Marc dit:

- "Ok, mais tu vas me préparer le cul pendant que je prépare la queue de Franck."

- "D'accord."

Franck se met à genoux devant Marc et lui présente sa queue pendant que Marc, qui s'est mis à quatre pattes, me présente son cul laiteux. Deux belles fesses bien blanches, et au milieu, une petite rosette sans poils. Je pose ma langue bien large sur son trou. Il gémit et se tortille. Je fais glisser ma langue sur ses couilles rasées, ce qui lui arrache des soupirs. Je reviens à son trou, ma langue se fait dard et lui titille l'entrée.

Il ne faut pas longtemps pour que son cul commence à s'ouvrir. Doucement je fais glisser un doigt dans son antre. Il est chaud. Mon doigt tourne, lui masse la prostate Un deuxième doigt vient de pénétrer. Il n'en est pas à sa première expérience Rapidement, c'est trois doigts que je fait tourner dans son trou. Il recule pour s'y empaler. Franck me fait un clin d'oeil. Je lui dis qu'à mon avis Marc est prêt, et qu'à en juger par sa queue dégoulinante de salive, lui aussi est prêt.

Franck me dit en éclatant de rire:

- "Tu vas voir, Marc a des ressources insoupçonnées!"

Franck s'allonge sur le dos et Marc vient s'asseoir à califourchon sur lui. Je prends la queue de Franck que je dirige vers le trou de Marc. Le gland de Franck est tout contre le trou de Marc. Sa queue, qui doit faire dans les dix-huit centimètres, est foncée et tranche sur le cul tout blanc de Marc. Franck lève un peu le bassin et fait entrer son gland dans le cul de Marc. Une fois en place Marc se laisse descendre sur la queue de Franck qui entre sans problème.

Maintenant que Marc est installé entre les cuisses de Franck, je vois la queue de celui-ci bien plantée dans le cul de son cavalier. Ses couilles pleines pendent. Il commence à le limer doucement. C'est fascinant de voir une queue rentrer et sortir d'un cul à quelques centimètres de soi. Franck me dit:

- "Ne reste pas là comme ça sans rien faire! Viens te faire sucer par Marc."

Je fais le tour, viens me placer au dessus de Franck et présente ma queue à Marc qui ne se fait pas prier. Il prend ma queue dans sa main, me décalotte et fait glisser mon gland entre ses lèvres. Sa bouche est chaude. Il fait virevolter sa langue autour de mon gland et vient titiller le frein et me massant les couilles. Je suis au paradis.

Franck nous dit que le spectacle qu'il voit vaut le détour, tout en fouaillant dans le cul de Marc. Là encore nous alternons les mouvements lents et rapides. Je ne sais pas si je vais pouvoir tenir longtemps. Ma queue glisse dans la bouche de Marc: un vrai moment de bonheur!

Les minutes filent. Mélange de tendresse et d'animalité, quand Franck me dit:

- "Je t'avais dit toute à l'heure que Marc avait des ressources insoupçonnées!"

Je lui réponds:

- "Oui."

- "Eh bien, tu vas voir, on va le prendre à deux, Ok?"

- "Ok mais comment faire?"

- "Pas de problème! Avec le traitement qu'il t'a donné, t'es raide comme il faut. Viens, mets-toi derrière, je vais presque sortir ma queue, tu viendras poser ton gland sur le mien et quand tu seras bien placé, on rentrera ensemble!"

- "Mais il ne va jamais prendre deux queues en même temps!" Lui dis-je.

- "Si! tu vas voir, c'est extra!"

- "Ok."

Je viens me placer derrière Marc qui s'est couché sur Franck. Franck sort presque sa queue et ne laisse que son gland dans le cul de Marc. Je fais entrer mon gland dans son cul. Marc pousse un petit cri. Nous attendons.

Sentir mon gland contre celui de Franck dans le cul de Marc me fait triquer comme un âne. Le cul de Marc s'est élargi. Franck me dit:

- "On y va ensemble lentement, d'accord?"

- "Ok on y va."

Je pousse ma queue, plaquée à celle de Franck, et nous rentrons ensemble dans son cul qui nous serre. C'est une sensation nouvelle inimaginable. Une fois bien enfoncées, nos queues palpitent. Je sens mes couilles collées aux couilles de Franck. Puis doucement nous commençons un va-et-vient synchronisé. Moi qui avais peur de ne pas réussir à faire les mouvements en cadence, je suis surpris d'y arriver si facilement. Marc pousse des cris de plaisir mêlés de douleur, puis au bout de quelques va-et-vient, ce ne sont plus que des cris de plaisir.

Ma queue semble collée à celle de Franck. Nos mouvements sont lents, pour ne pas sortir, mais profonds. Marc halète. Sa respiration se fait plus rapide, nous sentons que son cul commence à se contracter. Le point de non-retour est proche.

Je bande à mort: deux queues collées l'une à l'autre dans un même cul, c'est très fort comme sensation. Marc gueule maintenant il ne se retient plus.

Heureusement que nous sommes en pavillon, sinon les voisins auraient appelé les pompiers!

Marc nous dit qu'il va bientôt jouir. On sent en effet que les contractions de son cul se font de plus en plus rapides. La queue de Franck qui est collée à la mienne commence à palpiter. Il me dit qu'il va bientôt craquer Du coup, je sens une chaleur envahir mes couilles. Franck a maintenant des spasmes dans sa queue qui envoient une décharge électrique dans la mienne. Je pousse un cri, mes couilles sont remontées. Elles me font mal. Une, puis deux, puis trois contractions, je lâche mon foutre dans le cul de Marc. Franck pousse un cri à son tour. Je sens les jets qui traversent sa queue, et un liquide chaud qui vient se mêler à mon foutre.

Nous restons sans bouger en attendant que nos couilles se vident, quand Marc pousse un cri. Son cul se contracte violemment il semble ne plus vouloir s'arrêter. Il vient de jouir sur le ventre de Franck.

Nous sommes hors d'haleine. Les spasmes se calment. Doucement Franck et moi nous retirons du cul dilaté et baveux de Marc et nous roulons sur le tapis. Marc est allongé sur le tapis entre nous. Nous nous donnons des pelles vigoureuses comme si nous voulions nous dévorer. Nous restons un bon moment comme ça à nous caresser les uns les autres, sans rien dire. Marc se lève et nous dit: - "Après mon cul, c'est vos queues que je veux dans ma bouche!"

Nous nous collons, Franck et moi, pendant que Marc entreprend de nettoyer nos queues baveuses. Un pur moment. Quand il a fini, je prends un kleenex et essuie le cul distendu de Marc qui continue de se vider de notre foutre. Nous avons tous les trois un grand sourire. Franck me dit:

- "Tu vois ce que je te disais toute à l'heure?"

- "Tu as raison, je ne croyais pas ça possible, mais qu'est ce que c'est bon!" Marc nous dit avec un grand sourire:

- "Merci les mecs vous m'avez comblé. dans tous les sens du terme!"

Nous éclatons de rire et reprenons nos verres.

- "Comme Marc a été très accueillant, on pourrait peut- être lui faire une gâterie?" Dis-je à Franck.

- "Tu as raison, on va s'occuper de lui."

Et à deux nous commençons à caresser Marc partout, puis nous nous retrouvons à lui sucer la queue et les couilles en même temps. Marc gémit de plaisir. Sous nos caresses, sa queue reprend de la vigueur. Nos bouches courent sur son corps, sa queue, ses couilles.

- "Je vais jouir, les mecs!" Nous dit Marc.

Franck et moi approchons nos lèvres pour récupérer son jus. Nos langues entourent son gland tuméfié, ça y est: six longs jets sortent de sa queue. Nous récupérons tout. Quand il a fini de se vider, nous remontons à ses lèvres et nous partageons tous les trois sa liqueur dans un baiser fiévreux.

Nous avons pris une douche tous les trois puis nous nous avons recommencé à faire l'amour, mais plus cool cette fois. Au moment de les quitter, Franck me dit: - "Si tu veux, tu as mon numéro de téléphone, et la prochaine fois que tu te sens seul n'hésite pas passe un coup de fil."

- "Promis! la prochaine fois que j'ai un coup de blues je vous appelle!"

Je me dis intérieurement que je vais avoir de nouveaux coup de blues. Je rentre chez moi vidé et heureux.

Si vous avez déjà eu des séances comme celle-là, ou que vous en avez envie, dites-moi vos impressions. À bientôt!

joao1@caramail.com

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.