Page précédente

Les Deux Voyageurs.

Cet après midi là, une fois de plus, je n'avais pas le moral.
La séparation de mes parents, mon homosexualité que je n'assume pas. tout ce cumul !
J'ai 18 ans, et je n'ai jamais fait l'amour à un mec, sauf une fellation à un ami dans les vestiaires du lycée. Mais il n'a jamais voulu tenter d'aller plus loin, il reste avec sa copine, me laisse avec ma tristesse.

Pour penser à autre chose je me balade dans les champs autour de mon petit village bordelais.
Je suis le ruisseau, écoute les oiseaux. m'évade, c'est apaisant !
D'un seul coup, des rires rompent le calme de la nature. Je regarde tout autour de moi, ce sont deux jeunes bronzés, la vingtaine. Ils ramassent les grappes de raisin d'un petit vignoble. 13h, il fait très chaud, nous sommes fin Septembre. Ils ne me voient pas, je suis derrière une haie de roseaux. Je les regarde, ils sont beaux, torses nus en plus, donc autant regarder leur beaux torses musclés. Ils s'amusent à se jeter les raisins pourris, rient aux éclats comme des gosses, ça me fait rire aussi ! Cette « guerre »dure un bon quart d'heure tout en mettant dans un seau les bons raisins.
- « j'ai faim petit con »
- « ok on va manger les sandwichs puis on fera une bonne sieste à l'ombre »

Ils vont donc manger, mais je ne peux plus les voir. Alors je me décide à passer devant eux, afin de leur parler un peu.
Ils me saluent d'un beau sourire, et me disent de ne rien dire pour les raisins, en fait le champ n'est pas à eux. Ils se présentent, c'est Diego l'Espagnol et Kader l'algérien. Ils ont tous les deux 20 ans. Ils m'expliquent qu'ils viennent de Nantes et vont vers l'Espagne, mais. à pied pour profiter du paysage !

Ce sont deux beaux garçons très sympathiques qui m'offrent un sandwich, et ont l'air enchantés de faire ma connaissance. Ils me disent qu'ils sont là jusqu'au lendemain, je leur propose donc de venir manger chez moi ce soir, mes parents travaillant la nuit. Ils acceptent ravis. Je suis ravi aussi. je leur proposerai même ma douche.
Diego est très bavard ! on parle de tout et de rien, le temps passe et Kader décide d'aller faire sa sieste sous le grand cerisier, il se met en caleçon et va s'allonger. Je ne peux m'empêcher de regarder sa beauté, son torse imberbe et mate. Son caleçon qui a l'air bien rempli. je suis très excité ! Pendant ce temps Diego parle encore et toujours. il est beau aussi, brun, au torse viril et un peu poilu, de larges cuisses musclées.

Il me demande si je veux faire la sieste avec eux, étant déjà à l'aise avec eux je ne refuse pas.
-« tu vas garder ton jean avec cette chaleur ? » me demande Diego.
-« t'as raison il fait trop chaud ! » Alors, avec la peur de ne pas contrôler une érection j'enlève mon pantalon et me retrouve en caleçon. Diego se met en Boxer, ce qui moule bien ses parties qui ont l'air appétissante. Kader dors déjà, ils sont crevés apparemment puisque Diego ne tarde pas à ronfler ! Moi j'ai une érection, je m'allonge donc sur le ventre pour la cacher. Et je regarde le Boxer de Diego. j'ai tant envie de le toucher.

Une heure plus tard, Diego se réveille, il me sourit
« bien dormi l'ami ? »
« j'ai pas réussi avec les insectes. et puis je ne suis pas crevé comme vous ! »
« regarde Kader il doit rêver d'une belle petite marocaine »
En effet le caleçon de Kader était tendu d'une belle érection. Je répond à Diego :
« toi tu as du rêver d'une belle petite espagnole ! »
« pourquoi tu me regardes le sexe toi ! » dis Diego en rigolant.
Puis il réplique « tu sais depuis notre voyage il y a quinze jours, on voit de belles filles, mais aucune ne baise au bout de deux jours, alors on se soulage avec la main droite ».
« En tout cas tu as un beau petit cul de fille toi ! » me dis Diego tout en le regardant.
Je suis gêné, et vexé par la remarque, je n'ai pas un cul musclé comme eux, c'est certain.
Voyant que je ne sais pas quoi répondre, il met sa main sous mon caleçon et me caresse les fesses. Kader dort encore.

Mon sexe bande tellement que ça me fait mal.
Diego caresse mon cul presque imberbe et me murmure qu'on dirait vraiment celui d'une fille. Je ne dis rien, je ferme les yeux. Il essaye de rentrer un doigt, j'écarte un peu mes jambes pour l'aider. Il met un peu de salive sur son doigt et retourne sur ma rondelle qui cède, il fait un petit va et vient avec son doigt. C'est douloureux mais très agréable.
En même temps il se touche, sort son membre dur du boxer. Un beau sexe long et bronzé. Au moins 20 cm, et assez large. Je le regarde avec envie. Il se masturbe d'une main tout en continuant de me doigter l'anus.
« alors comme ça il est pédé » Kader est réveillé !
« viens voir le beau petit cul qu'il a » Diego me baisse le caleçon et montre mes fesses blanches à Kader.

Apparemment il n'est pas étonné, peut être on-t-il déjà eu ce genres de pratiques...
Diego alors baisse complètement son boxer et s'allonge sur moi tout en m'embrassant le cou. Et de demandant de me retourner. Je m'exécute.
Mon sexe à beau se dresser à son maximum il a l'air petit fasse à celui de Diego... il fait 15 cm.
Kader est debout et regarde son ami qui me caresse l'anus. Il a une main dans son caleçon. Je suis excité à n'en plus pourvoir, je veux voir sa bite.
Diego s'allonge, je me dirige vers son membre que j'avale très vite. Il a le bon goût viril de la sueur. Il est chaud et délicieux. Kader nous regarde toujours, il se fait désirer.
Je pompe activement le bel espagnol, tourne ma langue sur son gros gland rose. J'accélère mon va et vient comme les actrices de porno. D'un coup je sens sa giclée au fond de ma bouche. Il gémit de plaisir. Je prend toute semence dans ma bouche pour la recracher à coté.
« à moi maintenant » me dit Kader.
Il est toujours debout et en caleçon, je me lève et commence par l'embrasser en me collant à lui. Je sens nous deux bites qui se touchent avec force. Notre baiser et langoureux. Cette fois-ci le spectateur est Diego qui reste allongé.

Ayant vu que mes fesses étaient gourmandes de doigts, il ne tarde pas à m'en enfoncer un. Pendant ce temps je baisse son caleçon pour admirer enfin sa verge. Elle est splendide, fine, imberbe, environ 16cms. Je ne peux donc résister à l'envie de l'avaler. Je me baisse donc et engloutit son pénis. il est délicieux. Il me caresse les cheveux tendrement pendant la fellation. Puis au bout d'un moment m'arrête car il ne veut pas éjaculer trop vite. Alors il se retire et se présente de l'autre coté. devant mon anus. Je me baisse, écarte un peu les cuisses et accepte la proposition. Il pousse sa bite humidifiée dans mon trou, je pousse un léger cri de douleur. Il commence doucement, puis accélère, la douleur laisse place à l'excitation. Il est vraiment tendre, se soucie de bien me faire l'amour. Il exerce de véritables va et vient profonds. Jusqu'à ce que je le sens se contracter en moi, il éjacule en moi ! c'est excellent. tout en restant en moi il me masturbe et évidemment après t
tant d'excitation je ne tarde pas à jouir.

Le soir chez moi, ils prirent une douche. Et, parfumés, savonnés, ils me remercièrent par de bons et longs baisers tout en me massant les testicules. Ils ne prirent pas la peine de s'habiller en sortant de la douche. On avait toute la nuit pour recommencer nos ébats.. J'eu en plus une fellation divine de Kader, je reçu la grosse verge de Diego. Puis de longs moments de caresses.

Un plaisir éphémère. le lendemain, comme prévu, ils partirent pour l'Espagne. en me promettant de repasser par ici. je l'espère fort.

franck-x@caramail.com

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.