Page précédente

C'était 3 potes.

C'était 3 potes à se réunir régulièrement. Ils se connaissaient depuis le lycée et avaient fait les 400 coups ensemble. Maintenant que la fac se terminait, Ils savaient que peut-être la vie allait les séparer et ils avaient voulu passer encore du bon temps tous les trois. Aussi, ils ont réquisitionné  la maison de campagne des parents de l'un d'eux. C''était plus un bungalow qu'une vraie maison, juste deux chambres, une grande pièce faisant séjour cuisine et une salle de douches. Le vrai truc dans cette maison est qu'elle était isolée et au bord d'un lac, toujours chaud en été. Elle avait une grande véranda qui donnait sur le lac où un vieux canapé était installé l'été pour profiter de la fraîcheur et du spectacle du soleil couchant.

Il y avait Antonio, dit Tony, d'origine portugaise petit et trapu, boule de poils noirs et de muscles, Luc, le séducteur du trio, belle gueule brune aux yeux verts et à la bouche incroyablement sensuelle et Robert dit Bob, le sportif de la bande, toujours en train de soulever de la fonte et de se regarder dans les miroirs.
Ils s’étaient installés pour plusieurs jours avec comme seul projet de faire la fête, autrement dit picoler, s'adonner à la fumette et, surtout, le farniente au bord du lac. La fin de l'été était proche et le coin était déserté par les vacanciers qui étaient repartis dans leurs grandes villes ou Dieu sait où.
Ils étaient arrivés la veille, très tard et là, ils se levaient pour découvrir que le soleil était de la partie.
Après un petit déjeuner copieux, ils avaient pris chacun drap de bain, un maillot et le ballon de foot et ils avaient traîné sur la plage toute la journée.

Le soir après le repas, Luc avait sorti le "kit". Autrement dit tabac à rouler, papier a cigarettes et herbe qui fait rire.
Bob avait un coup de soleil sur le dos et pendant que le premier joint circulait, Tony lui passait de la Biafine sur le dos. La cigarette commençait à produire son effet et un rien les faisait rigoler. Bob baissa un peu son short pour regarder la marque du maillot et constater le contraste entre ses fesses blanches et son dos rougi par le soleil. Tony se foutait de lui.
- Hé mec, t'en as pas marre de te regarder sans arrêt ?
- Ta gueule Tony. Il baissa complètement son short pour lui montrer son cul rebondi et lisse. Vises ce cul, t'en verras pas tous les jours de pareil. Et il se claqua lui-même les fesses pour montrer leur fermeté.
Luc ricana. " Hé t'es pas le seul à avoir un beau cul mon gars, le mien aussi fait des ravages sur les meufs, elles en sont folles" Il se redressa et lui aussi baissa son short pour exhiber son cul musclé et légèrement duveteux. Tony leva les yeux au ciel. Bob lui dit en rigolant " Mais toi aussi t'as un beau cul mon poulet, allez fais voir ton cul qu'on compare"
- Ta gueule Bob, laisse mon cul tranquille.
- Allez, fais voir à Tonton Luc que toi aussi t'as un beau cul.
Tony se marrait. "Faites chier les mecs". Luc et Bob se regardèrent un instant et en même temps sautèrent sur Tony pour lui arracher le maillot de bain par surprise après une courte lutte.

- Et voila, alors fais voir ce cul qu'on compare.
- Merde, qu'est ce que tu as le cul poilu, t'es pas portugais pour rien, toi !
- C'est marrant, ce petit triangle de poils en haut de la raie, on dirait un minou de gonzesse.
Tony se retourna en tenant sa teub à la main, un beau sexe long et large aux couilles velues qui pendaient bas. " Et ça? C'est une teub de nana peut-être ?"
Les deux autres regardèrent d'abord surpris puis respectueux.
- Là, devant tout ça, on s'incline. Dit Luc.
- J'en ai autant que lui, hé! Eructa Bob. Et il dégagea sa bite soigneusement épilée, aux bourses lisses.
- P'tain, tu te rases les couilles!
- Ouais les mecs, j'me rase de partout et ça me fait la peau douce pour affoler encore plus les pétasses. Jambes, aisselles, tout!
- C'est marrant le p'tit carré de poils que tu laisses au dessus de la bite.
- On dirait un acteur porno.
Et là se fut au tour de Luc de se faire descendre le short pour dévoiler sa queue par ses deux compères. "Mouais, pas mal". Dit Tony
- Tu l'aurais dans le cul, tu hurlerais de bonheur, parce que là, je bande pas mais si j'étais en train, tu verrais mister 25 centimètres au travail.
- T'as pas 25 centimètres, je te crois pas !
- T'as de quoi mesurer ?
Tony parti dans le coffre de sa voiture et revient avec un mètre à ruban.
- Allez, prouve-le !
- Ok.
Luc commença à se branler sous le regard des deux autres. L'herbe, plus le regard des deux autres, l'intimidait et le résultat se faisait attendre. Tony s'approcha de lui et s'appuya sur son épaule tout en lui faisant passer le joint. Bob prit une voix de fille suraigu et se mit à genoux devant Luc en disant" Ho Ouiiii! Vas-y mon amour, montre-moi que tu es un homme, un vrai, inonde-moi, mon amour" Tony l'encourageait. "Allez vas-y, t'as qu'à penser que tu as une vraie meuf à tes pieds" Luc fermait les yeux pour se concentrer mais sans résultats. Bob s'empara de le teub encore molle et commença à branler Luc pendant que Tony lui caressait les couilles.
- Hey! Vous faites quoi, là ?
- On t'aide, espèce de bande mou.
- T'as qu’à penser qu'on est des nanas.
Bob lâcha un gros nuage de fumée. " Va falloir l'aider plus ou il va jamais bander ce con" Il riait en disant ça.
Tony commença à glisser sa main sous le tee-shirt de Luc pour lui caresser son torse légèrement velu.
- C'est mieux comme ça ?
- C'est pas encore idéal.
Tony lui fourra la langue dans l'oreille sous les encouragements de Bob qui avait repris le branlage de Luc, toujours à genoux devant lui.
- Alors ?
- Ben c'est toujours pas ça quoi merde, vous faites chier ! J'vous jure que j'ai 25 centimètres et puis les meufs elles branlent jamais, elles sucent au moins.
- T'es chiant dit Bob. T'es jamais content.
Tony tira sur le tee-shirt de Luc pour lui enlever. Il pouvait mieux lui caresser le torse.
- P'tain, j'ai même un nichon à sucer, c'est la misère !
Bob se releva et dit à Tony "On change, j'ai une idée"
Il fit assoir Luc dans le canapé avec Tony entre les jambes qui avait remplacer Bob au branlage. Ce dernier vint s'agenouiller à côté de luc et lui présenta son pec imposant et lisse au téton saillant et dur." Tiens, suce donc celui-ci , ça fera comme si"  Luc posa la bouche sur la large aréole et titilla le téton avec la langue. " P'tain tu fais ça super bien mec, trop booon! "
Luc commençait à bander un peu et Bob lui prodiguait des caresses sur le torse et le ventre jusque à toucher les poils pubiens.
Tony avait la tête près de la teub qui commençait à grossir et Bob lui saisi la tête pour l'approcher encore plus. Tony ne résista pas trop et il finit par toucher des lèvres du gland de Luc. Bob insista un peu et Tony ouvrit la bouche pour prendre la bite dans la bouche. Timidement d'abord, puis résolument ensuite. Bob lui disait : Oui, vas-y Tony, ça lui fait de l'effet, suce-le bien" Luc gémit et sa main commença à se balader sur les abdominaux de Bob. Il hésita un peu avant de prendre en main le sexe de Bob et de commencer à le branler. Bob laissa faire un instant avant de passer debout devant Luc et de lui présenter sa queue, bandée à plein devant la bouche. Luc la prit en bouche sans hésitations et le suça goulûment." Puréééée, la saaaalooope de Luc, il suce comme une meuf" Le sucé faisait des mouvements de bassin pour enfoncer plus avant sa queue dans la bouche chaude de Luc. Ce dernier fermait les yeux en grognant, autant pour le plaisir du service rendu par Tony que par celui qu'il offrait à Bob. Tony, lui salivait sur la tige qu' il avalait presque en entier. Il leva les yeux pour constater que Luc avait empoigné les fesses de Bob qu'il écartait et venait d'un doigt titiller le trou rose et lisse de Bob. Tony lâcha le queue de Luc et posa sa bouche sur la rosette de Bob. Il commença par le lécher puis il força le passage avec sa langue pointue. "Mmmmmmmhhh, ouais mec, vas-y, bouffes moi l'cul, j'adore trop ça". Tony écartait au maximum les deux fesses pour ouvrir encore plus le cul qui se dilatait sous les mouvements rotatifs de sa langue.
Luc se dégagea et fit basculer Bob sur le dos, le cul posé sur l'accoudoir du canapé. A 4 pattes il se positionna sur Bob et commença un 69 avec lui. Bob ne se fit pas prier pour gober le sexe de Luc, luisant encore de la salive de Tony. Debout entre les jambes de Bob qu'il tenait écartées le Portugais regardait l'anus entr'ouvert de Bob qui dégoulinait de salive, comme une invitation à se faire prendre. Il cracha sur son gland plusieurs fois et mélangea sa bave avec sa mouille pour bien lubrifier son gland qu'il présenta au contact du trou de Bob. Il poussa un peu et le gland glissa en écartant les chairs. Il sentait l'anus qui se contractait autour de sa tige. L'enculé cria un peu mais ses protestations, pour la forme, furent étouffées par la tige qu'il prenait jusqu'à la garde dans la bouche. Il se tordait le cou pour offrir au mandrin de Luc un passage plus aisé et il sentait le gland qui lui tapait l'arrière gorge. Luc, lui tout en suçant en entier le sexe de Bob, regardait les abdominaux de Tony qui se contractaient sous l'effort de sa pénétration dans le cul ouvert de Bob qui gémissait de bonheur. L'épilé se tenait les jambes par les genoux, repliées de chaque côté pour faciliter le travail de Tony qui maintenant le baisait avec vigueur. Le ventre poilu du Portugais claquait contre le cul de Bob à chaque coup de queue. Luc avait guidé une main de Bob sur son trou et celui-ci pouvait facilement y glisser deux doigts grâce à la transpiration qui suintait entre les fesses rebondies. En donnant des coups de queue, Luc faisait fermer son anus autour des doigts et cela lui procurait des vagues de plaisir intense. Il ne lâchait pas pour autant la tige de Bob qu'il suçait avec avidité. Tony, lui, continuait à pilonner Bob avec régularité et tellement de force qu'il déculait parfois avant de se réintroduire dans l'anus, maintenant béant, de Bob.
Soudain, ce dernier émit un long gémissement et expulsa sa semence directement dans la bouche de Luc qui, surpris, ne put faire autrement que l'avaler. Il prît plusieurs giclées au fond de la gorge alors que Bob criait de plaisir. Luc se redressa juste à temps pour voir Tony qui se dégageait du cul de Bob et qui lui présentait son énorme sexe qu'il branlait avec frénésie. Luc ouvrit la bouche en grand et tira la langue pour recevoir les jets de foutre du portugais. Il ne fut pas déçu. Chaque expulsion était un geyser de sperme blanc et crêmeux qui lui inondait la bouche et le visage. Cela suffit pour lui déclencher son propre orgasme qui explosa au fond de la gorge de Bob qui s'étouffait presque sous la pression du foutre qui jaillissait de la queue qu'il avait bien calée dans la bouche.
Tony essora sa queue pour faire partir les dernières gouttes de liquide blanc qui rejoignirent les autres sur la langue de Luc qui le savourait. Bob eut un dernier spasme, puis ce fut terminé.
Ils se laissèrent tomber en vrac sur le canapé. Luc essuyait du dos de la main le sperme qui s'accrochait au menton. Alors Bob, passa sa main derrière la nuque de Tony et approcha de force sa tête vers celle de Luc qui ouvrit la bouche et lui roula un patin, la langue encore chargée des foutres de ses amis. Tony se laissa faire facilement et ils s'embrassèrent goulûment, puis Bob les rejoint pour mélanger leurs trois langues.
Les trois gars restérent un moment silencieux, éreintés et décontractés à la fois. C'est Tony qui parla le premier.
- Hé, Luc, c'était quoi cette herbe?
- Ben mon fournisseur m'avait assuré qu'elle était géniale, mais je m'attendais pas à tel résultat.
- On a que ça comme truc à fumer pour la semaine? demanda Bob.
- Ben ouais, j'ai prévu large mais que celle-ci.
- Ben ça promet.
- T'es pas obligé de la fumer.
- Tu rigoles? On boit un coup et on s'en fait un autre en suivant.

 Les deux autres répondirent un Ok sonore tout en échangeant un sourire complice.

Zboub0@walla.com

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.