Page précédente

Quarante-cinq minutes.

00h25.
Lieu de drague nocturne. Je tourne en voiture depuis déjà une demi-heure. Pas grand-chose à se mettre sous la dent ce soir. Ou plutôt pas beaucoup de bites à se mettre dans la bouche.
Un mec dans sa caisse me regarde – pas mal – allure virile – je décide de lui emboîter les pneus. On se retrouve un peu plus loin sur un chemin de terre un peu isolé. Il descend, je descends et l'on commence à parler.
-Salut qu’est-ce que tu aimes ?
-Sucer, me faire tirer, bouffer du sperme je réponds.
-Merde moi aussi il me fait.
-Pas de chance, je refais.
-Remarque, je suis pas contre une bonne fellation alors si ça te dit…

Je regarde le mec, son entrejambe, et je vois une belle bosse s’allonger le long de la cuisse. Je pose la main dessus et commence à palper un engin qui me semble prometteur. Le mec bande de plus en plus et je me dis que c’est peut-être ma dernière chance de la soirée. Alors je m’applique, je m’accroupis et je frotte ma gueule sur le braquemart à travers le fut’. Le mec semble apprécier et je me décide à le débraguetter pour sortir sa queue.

Elle est belle, bien épaisse et de belle taille et je commence à téter son frein, à exciter son gland avec mes lèvres avant d’engloutir le sgeg jusqu’au fond de la gorge pour une bonne fell’ comme j’aime les pratiquer.
Soudain, un bruit de moteur. Merde, le coin n’est pas aussi isolé qu’il en a l’air. Une voiture blanche apparaît et s’arrête.
Le mec que je suçais a rangé sa pine, je me suis relevé et nous attendons.
2 minutes. 3 minutes.
-Merde, qu’est-ce qu’il fait ce con ?
-Un mateur sans doute…
-Et ben il va mater alors.

Je ressors la queue du mec, je m’accroupis et je recommence à le pomper en faisant en sorte que le mec dans sa voiture puisse me voir sur le côté, avec la grosse pine dans la gueule. Bon, il ne fait pas très clair mais un mec accroupi devant un autre mec, ça doit lui évoquer quelque chose…

Effectivement, on entend un bruit de portière et un mec approche. Quand il arrive à quelques mètres, j’ai l’heureuse surprise de voir un jeune mec, plutôt bien foutu. Dès qu’il est assez près et sans cesser de sucer mon premier mec, je tends la main et je lui choppe le paquet. Putain,
Il bande à fond le salaud ! Et quel sacré braquemart ! Aussitôt, je lâche ma première pine et je m’occupe de déballer celle de mon jeune queutard. Il semble apprécier quand je lui mordille le frein.
Il a un gland super bien dessiné et sa bite est une vraie colonne de chair, une putain de pieu viril qui surmonte une bonne paire de balloches bien pleines.

Je suce sa pine, je la lèche, je bouffe ses couilles, je me frappe la gueule avec son sgeg, j’étale sa mouille de mec sur ma gueule. Parfois, je partage un peu avec le premier mec, mais je me garde la part du lion. Du coup, pendant que je pompe le jeune, l’autre me dégrafe le fut’. Je me retrouve le cul à l’air. Je me redresse pour qu’il puisse frotter sa queue dans ma raie. Je n’espère pas qu’il me baise puisqu’il m’a dit qu’il était passif comme moi. Mais ça l’excite de me voir sucer la grosse pine du beau jeune mec et du coup, après quelques minutes, il me décharge sur le cul. Je sens son sperme me gluer la raie. Bien sympa. Il se rebraguette et il nous laisse.

Je me régale toujours de la jeune queue. Parfois, je me relève pour rouler de bonnes pelles au mec, lui caresser ses pecs et son ventre plat et musclé.

Comme le lieu est assez fréquenté finalement, d’autres mecs s’approchent – de temps en temps – et essayent de me piquer sa queue.
Je la prête un peu, pas trop, mais je m’en délecte comme une bonne salope que je suis. Je sens sa mouille qui monte mais le gars est très endurant.
Je lui bouffe sa queue vraiment au fond de la gorge, parfois à la limite du haut-le-cœur, mais j’adore lui donner du plaisir. Certains mecs font des commentaires « putain quel pieu ! » « T’en as plein la gueule salope » J’aime ça. Ces mots m’excitent. Et le fait que d’autres mecs me voient sucer cet Apollon me fait triquer. Soudain, il a commencé à souffler plus fort, à respirer plus vite, à accrocher ses mains dans mes cheveux.

-Je vais jouir il m’a fait.
-Hmmmmm j’ai tenté de répondre sans lâcher son chibre.

Alors j’ai senti les saccades de son éjac m’arriver dans la gorge et une vraie dose de foutre me remplir la bouche. Le goût âcre et presque amer de son jus a régalé mes papilles. J’en ai bu jusqu’à la dernière goutte en m’accrochant à ses cuisses que je sentais trembler un peu.

-Putain, il m’a dit, c’est la première fois qu’on me suce aussi longtemps et jusqu’au bout. Je suis assez long à venir, il ajoute.
-J’ai remarqué mec, je réponds en souriant et en lui roulant une dernière pelle.

Il faut dire que j’ai sucé ce mec pendant quarante-cinq minutes. Mes lèvres étaient en feu mais quel régal.

Willy

william.110@caramail.com

 

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.