Page précédente

Le livreur en 501

Ce jour là je me levai très tôt car je devais me faire livrer et installer mon nouvel ampli home-cinéma commandé la semaine passée.

A 10H00, l’interphone sonna, le livreur était là.

Lorsqu'il passa la porte avec le carton je crus rêver :

 

Un mec brun, avec des yeux bleus à faire craquer : ce que l'on appelle une belle gueule avec un sourire ravageur. Il était trapu, environ 1m70, les bras puissants et légèrement

poilus, un t-shirt blanc moulant qui me laissait deviner des pectoraux développés avec des tétons pointants.

Mais ce qui attira irrésistiblement mon regard et me frappa fut son jean's: un 501 bleu, un peu délavé, mais le moulant des chevilles à la ceinture comme un collant.

Sous cette ceinture, son paquet semblait vouloir jaillir hors de son corps tellement il était proéminent. Je remarquais même qu'un des boutons en métal dépassait de la braguette tellement celle-ci avait du mal à contenir son hôte gonflé et encombrant.

De chaque côté de cette proéminence, ses cuisses énormes étaient elles aussi moulées dans le tissu bleu, laissant apercevoir une musculature roulant sous le tissu.

 

Il parut agacé que je le laisse dehors : il est vrai que cela faisait une longue minute que je l'admirais sans lui dire de rentrer.

Il me dit : "c'est bien pour vous l'ampli ?"

Je revins sur terre : "Euh oui, vous pouvez entrer"

Il s'engagea vers le salon ce qui me permit d'admirer ses fesses bien serrées par le pantalon, avec la couture les séparant.

Ce que j'aime aussi avec les 501, c'est cette étiquette qui donne la taille du fut.

 

Pendant que je prenais place dans mon canapé pour le regarder travailler, il commença rapidement à s'activer avec les nombreux fils, à genoux et penché vers l’avant sur mon installation télé. Ses fesses en ressortaient encore plus, se dandinant à quelques centimètres de moi. S’interrompant, il me demanda s'il pouvait allumer la TV et le lecteur de DVD pour tester l’installation qu’il venait de terminer.

Je lui répondis que oui, en oubliant que j'avais regardé la veille un porno gay qui devait encore se trouver dans le lecteur DVD.

Lorsque l'image apparut, un type avec un énorme membre était en train de se faire goulûment sucer par un jeune mec...

 

Le rouge vint aux joues de mon installateur-livreur ... Mais ce qui me fit délirer, c'est le son de l'ampli qui faisait résonner dans tout l'appart des gémissements à faire trembler les murs.

Il baissa le son et me regarda ...

Je me demandais quelle serait sa réaction.

 

Son 501 semblait répondre pour lui tant il avait du mal à contenir son excitation...

J'étais toujours assis sur le canapé, il vint vers moi et colla sa braguette sur ma bouche.

Je ne m'y attendais pas, mais je me mis à caresser son 501 et embrasser sa braguette qui grossissait de plus en plus.

Puis, mes mains remontant le long de ses cuisses dont je pouvais à présent sentir les muscles sous mes doigts, j'ouvris un à un les boutons de sa braguette et fit jaillir sa queue luisante de mouille.

 

Après avoir senti ce membre prometteur et excité, ma langue se posa sur son gland et je lapais ce liquide si riche en saveur. Je me mis à engloutir son membre jusqu’à la racine et à le pomper à fond comme dans le film, et il se mit à gémir...

 

Après quelques minutes d’aspirations buccales prononcées et jouissives autant pour lui que pour moi, il se retira et me fit mettre à 4 pattes sur le canapé.

 

Comme je ne portais qu'un short et un t-shirt il eut vite fait de me déshabiller.

Il commença alors à me lécher le trou. Visiblement il n'avait pas l'habitude.

Je me levais et pris du gel, une capote, la lui passa et me mis à me doigter mais il me remit à 4 pattes et m'enfila sans attendre.

 

Malgré l’épaisseur de sa queue, il rentra sans problème, mais pas complètement sans douleur pour moi. Je sentais toute sa largeur m’élargir et me chauffer ; j’avais l’impression que mon anus, et mon corps dans son ensemble, n’était plus qu’une extension de sa bite chaude et massive.

Ce fut une chevauchée délirante, il hurlait et me défonçait comme une bête. Ses lourdes burnes frappaient mon cul à intervalle régulier et de plus en plus rapproché. Son gland titillait ma prostate avec force, j’en bandais de plaisir, ma queue balançant entre mes cuisses comme le battant d’une cloche, rythmée par ses coup de reins profonds.

 

Il me redressa alors de manière à coller mon dos contre sa poitrine. Il me pinçait les tétons, ou laissait sa main errer sur le gourdin se dressant maintenant au bas de mon ventre. Celui-ci laissait entr’apercevoir son excitation par les gouttes gluiantes qui se formaient sur mon

gland. Mon beau brun vigoureux s’en engluât les doigts, les porta à ma bouche, puis à la sienne et, tournant la tête, nous suçames ses doigts parfumés avant de jouer un ballet fou avec nos langues.

 

Après quelques minutes de cet épique enculage, il gicla tout son foutre et retira sa belle queue ramollissant lentement, toujours imposante et couverte de sa crème.

Puis il vint me sucer, ça semblait être sa première pipe mais excité comme j'étais il ne tarda pas à me faire jouir entre ses lèvres.

 

Il se rhabilla ensuite très vite, enfilant ce si sexy 501 à même son corps nu, sa bite encore poisseuse se laissant deviner derrière les insolents boutons de métal.

Il me fit signer le bon : en commentaire je mis "excellente qualité de service : du jamais vu !".

Quelque temps plus tard, je recommandai un article chez eux, mais hélas ce ne fut pas lui qui livra...

FANLYCRA06 naimarjean@hotmail.com

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.