Best Of Cyrillo

Page précédente

A 3 avec Shadi

J'étais à Paris, à l'époque, et j'avais connu un copain par les PA, qui adorait les partouzes. Il organisait donc des rendez-vous avec un ou plusieurs mecs et nous y allons tous les deux.

Un soir, rendez-vous pris, nous sommes arrivés à l'appartement d'un mec. Il nous ouvre la porte. Il porte un tee-shirt moulant et un short comme un boxer d'où se dessine un paquet incroyable. Le type est Iranien, il s'appelle Shadi, c'est un chirurgien dentiste, le vrai profil persan, les yeux noirs et le nez très fin, sans être d'une grande beauté il est très attractif, sa voix chaude et ses mouvements félins me mettent tout de suite en transe.

Nous sommes assis tous les 3 à même le sol, moi je bande sec mais avec mes jeans çà ne se voit pas trop, par contre, la bite de Shadi commence à grossir et sort par l'échancrure du short. Je ne peux m'empêcher de toucher ce morceau qui continue de grandir sous ma caresse. Soudain son engin apparaît dans toute sa splendeur, je n'avais jamais vu une bite comme çà, elle faisait au moins 30cms et plus grosse qu'un concombre de bonne taille. J'étais sidéré et à la fois fasciné d'avoir entre mes mains ce que j'avais pu voir dans certaines revues pornos.

Shadi s'est levé, Je lui ai d'abord retiré son tee-shirt dévoilant un joli corps fin et très poilu, je me suis lové contre lui pour lui caresser la poitrine, passer mes mains dans son poil, lui sucer doucement l'un après l'autre ses tétons, il me caressait les cheveux et gémissait de plaisir, puis je me suis mis à genoux et lui ai fait glissé le short jusqu'aux chevilles. J'avais à présent, devant ma figure, cette superbe et impressionnante masse de chair tendue vers le ciel avec ces deux belles boules absolument parfaites. Je commençais par lui lécher son énorme gland, tournant autour avec ma langue, puis descendant le long de la tige et remontant pour essayer de la pomper au mieux. J'ouvris la bouche le plus grand possible et enfournait son engin à l'intérieur, je ne pouvais absolument pas le piper à fond, sa queue entra quand même jusqu'à la moitié, butant au fond de ma gorge, je faillis vomir mais j'ai continué en faisait un va et vient constant sur ce gros mât, j'avais les mâchoires sur le point de se bloquer mais je le suçais bien malgré tout car il râlait et se déhanchait en essayant de me la mettre encore plus au fond, mais là c'était impossible.

Pendant ce temps là, mon copain Paul, m'avait écarté les jambes et me bouffait le cul, il m'enculait avec sa langue, puis je sentis qu'il me mettait un doigt dans le cul, puis deux, et qu'il commençait à me fourrer et à m'écarter le trou. Au bout d'un instant sa main me badigeonnât de gel lubrifiant. Il se mit à genoux derrière moi et m'enfonçât sa bite d'un trait jusqu'aux couilles. "Je vais préparer ton petit trou de salope, me dit-il, tu vas en prendre plein ton cul, je veux voir la bite de Shadi te rentrer dedans!" "T'es dingue, lui dis-je, je ne pourrais jamais me faire baiser par une queue pareille!" "Mais, si, tu verras, une fois que je t'aurais bien enculé, ton trou sera prêt pour accepter un morceau plus grand!" Il est vrai que Paul était assez bien monté et que sa baise me plaisait.

Comme il avait de l'endurance, je suis resté un bon moment à me faire enfiler par lui pendant que je suçais Shadi. Je sentais ma queue prête à exploser, mais je ne voulais pas jouir tout de suite car je savais, qu'après, je n'aurais pas le courage de me faire baiser par Shadi. Soudain, je sentis Paul grogner comme une bête et lâcher son foutre chaud dans mes entrailles. Je faillis en faire autant mais j'ai serré encore plus fort les fesses (au grand plaisir de Paul) et me suis retenu. Shadi était lui aussi au bord de l'extase, mais il voulait réaliser le fantasme de Paul et me foutre sa matraque dans le fion. Ils m'ont donc fait mettre à 4 pattes sur le sol, mon cul bien cambré, mon trou ouvert et déjà lubrifié par l'enculade et le foutre de Paul. Paul lubrifiât la queue de Shadi, il massait ce pieu comme s'il était en train de faire luire un barreau de bronze. Je le voyais sourire et bander de nouveau à la seule pensée de me voir me faire emmancher. Il plaçât lui-même l'énorme gland de Shadi à l'entrée de mon cul. Shadi poussât son engin, le gland entra entièrement, je poussais un cri, car même avec le trou ouvert et bien lubrifié je sentais que ce chibre immense m'écartait presque à m'en déchirer, mais Shadi était un expert, il savait y faire et conscient de la puissance de son organe, il me ménageât le cul pour me faire sentir un maximum de plaisir.

Il s'enfonçât lentement, j'avais l'impression qu'on me foutait un tuyau de cheminée dans le cul, sa bite entra jusqu'aux couilles, je ne pouvais pas y croire. J'avais avalé cet énorme engin! Il était en moi!! C'était incroyable!!! Comment était-ce possible de recevoir pareil pieu dans mon cul qui était pourtant serré?? Je respirais profondément et Shadi commençât ses lents va et vient, sortant presque entièrement pour s'enfoncer d'un trait jusqu'aux couilles. Paul se branlait de joie, le salaud, et lui disait : "Vas-y, baise-le, défonce-lui son petit cul de salope, il aime çà, il a toujours le cul en feu ce petit PD." Mais Shadi suivait son rythme, il savait comment s'y prendre, et malgré la sensation d'être écartelé, je commençais à prendre un plaisir inouï que je ne n'imaginais pas.

Shadi accéléra ses mouvements, c'était un pilon que je sentais dans mes entrailles, j'avais des spasmes, tout mon corps tremblait, je n'en pouvais plus, j'allais jouir, Shadi s'aperçût de mon état et enfonçât sa bite à fond, et là, planté au plus profond de mon cul, il donnât 4 petits mouvements rapides qui me firent exploser en gueulant comme un dément, ma bite déversait des flots de foutre sans même la toucher, mon corps sursautait à chaque salve, mon cul se resserrait encore plus fort sur la queue de Shadi qui, d'un seul coup, crachât son jus. Il râlait et je sentais son lait chaud me remplir les entrailles et le cul, il n'en finissait pas, c'était des litres que je recevais dans le fion.

Lorsqu'il se retira, mon trou restât ouvert et le trop plein de sperme dégoulinât le long de mes cuisses. Paul me pris alors la tête et enfonçât sa queue dans ma bouche, il me baisait la gueule à grand coup de butoir tant il était excité par ce qu’il avait vu, il ne tarda d’ailleurs pas longtemps à larguer son foutre qui coulât directement dans la gorge…je sentais ses puissantes giclées m’inonder complètement la bouche.

Ensuite,  je me suis littéralement effondré sur le sol, épuisé, vidé (et rempli), mais heureux de cette expérience. Plus jamais je n’ai eu l’occasion de rencontrer un mec aussi bien monté, et aussi doux pour baiser.

eduval881

eduval881@yahoo.fr

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.