Page précédente

Activement vôtre...

Ce week-end d'été est particulièrement ensoleillé, la chaleur est écrasante, étouffante, ça me rappelle la canicule.

Moi aussi je suis chaud, et malgré mes 2 branlettes successives du matin, cet après midi, j'ai toujours cette envie folle de baiser.

Faut que je me soulage, bref je vais sur le net, un mec sympa, dialogue, et le rendez vous est pris quasi dans la foulée. Un plan cul se prépare !!!!! Je suis trop chaud ! Je bouillonne, ce petit passif va en prendre plein son cul ! Je vais le déchirer.

Quel petit con, ça fait une heure qu'il devrait être là ! Je l'appelle, merde, sa messagerie, encore un de ces petits mythomanes qui se la pète ! Ça m'énerve et m'excite encore plus .mais tant pis je ne vais pas violer un mec quand même !  Je vais aller faire un petit footing, ça calmera mon ardeur !

J'enfile mon short de course (et juste ce short !), un petit t-shirt sans manche, et me voilà prêt à parader et à courir dans ce parc que j'aime tant, car il y a peu de monde et finalement, ça reste un endroit verdoyant et rafraîchissant.
Me voilà en train de fouler les allées du parc mais ça ne m'empêche pas de mater tout en courant, je me fais mater aussi d'ailleurs et je sens des regards de filles se poser sur moi.

Faut dire que je suis pas si mal : 1m80, 75 kg, brun, yeux marron peau mate, poilus mais juste ce qu'il faut, et un corps bien dessiné, mes 32 ans me donne une assurance et du charme qui plaisent beaucoup.

Bref, ça flatte toujours de se faire mater, même si ce n'est pas rare dans mon cas. Je parade en plus maintenant torse nu (j'ai attaché mon t-shirt à ma taille) et en sueur, autant dire qu'on ne peut pas me louper.

De mon côté j'ai jeté mon dévolu sur un petit mec, qui lit sagement son livre sur un banc, il fait style premier de la classe mais je flaire en lui la salope de premier choix.
Je passe, re-passe, re-re-re- passe, je lui envoie un sourire californien auquel il répond par un sourire pincé. Le petit con. Il se la pète trop ! Tant pis. Il va voir ce qu'il va voir.

Je m'arrête alors sur son banc pour reprendre mon souffle, je reste assez distant, mais je sens bien que mon animosité et ma virilité l'excite déjà ! Je le regarde et je le surprends en train de mater ma bite à travers mon short, je me gratte les couilles virilement, et là ma grande surprise et il me caresse la cuisse. Je dis :
- Ok. Suis-moi.

Il a l'air ravis. Je me lève et il me suit dans le petit bosquet, on sera au calme. Il est plutôt pas mal, petit blond genre 1m70, 60 kg, yeux verts en amande, peau assez blanche et la beauté de sa jeunesse, il doit avoir à peine 20 ans, son petit cul à l'air tendre à souhait bien moulé dans son bermuda, et son petit polo laisse deviner, un corps entretenu. C'est à coups sûr une bonne femelle qui me servira à me vider.

Une fois dans le bosquet je lui prends la main, et je l'emmène un peu plus profondément dans le bosquet, je le plaque ensuite contre un arbre et l'embrasse fougueusement, il met direct sa main sur ma bite.
- Tiens puisque tu veux de la bite sers-toi, et suce la bien !

J'appuie sur ses épaules et il se retrouve devant mon paquet très en forme, il gobe bien et me suce comme une vraie pute (j'en étais sûr !), Il bave et lèche comme il faut. Je suis aux anges et lui aussi, je lui caresse ses cheveux doux, et gémis doucement, mais affectueusement.

- Prépare bien ton cul .je vais bien te bourrer en récompense de ta pipe.
Ni une, ni deux, il baisse son bermuda, son petit slip blanc et commence à se doigter tout en me suçant, je suis exciter à fond.
Au bout de quelques minutes, je le soulève, le met debout, le retourne contre l'arbre, je lui lèche le cul pour bien préparer mon assaut, je lui mets ma langue dans son cul encore serré, je crache sur son trou pour bien lubrifier. Il me tend une capote que j'enfile et hop ! Ni une ni deux, j'y vais direct.

Il se crispe ma bite plutôt généreuse (19 cm sur 4.5 cm) rentre difficilement, mais je m'en fou j'ai besoins d'un cul de mec et en voilà un !
J'y vais quand même doucement, (je ne suis pas une brute !), Puis il se détend, je pistonne doucement et il commence à gémir, une vraie petite chienne ce petit mec !
Ça m'excite encore plus et je commence mon limage intensif.
- tu voulais de la bite, bah en voilà, petit con
- ouais, j'en voulais, vas-y, prends-moi bien, donne moi ce qu'il faut.

Ma parole c'est de la provocation ! Ses mains agrippées à l'arbre, mes mains autour de ses hanches, je le pistonne et il décolle les pieds du sol à chacun de mes assauts, je suis vraiment surexcité, ce corps à corps sous la chaleur torride, la sueur, sa peau douce, ses beaux yeux, et ses fesses ! Je l'embrasse sur la bouche, lui caresse le dos, et continu mes va et viens en lui.
Il est à présent totalement dilaté, ma bite rentre et sort sans problème. Je le branle histoire qu'il prenne lui aussi son pied. Il est d'ailleurs très excité aussi et possède une jolie queue qu'il me plaît de caresser et de branler. Sa semence arrive s'étalant au pied de l'arbre, et dégoulinant sur ma main que je fais lécher par mon blondinet. Il lèche mes doigts avec autant de frénésie que pour lécher ma bite. J'ai envie de jouir .je me retiens, décule, retire la capote, et sa bouche gourmande vient finir le travail, je jouie et râle. Je suis heureux et repus, il me nettoie la bite doucement en bonne femelle qu'il est, je le remercie par un tendre baiser et le caresse sur ses fesses en bon mâle que je suis.

On se rhabille et je me rends compte que suis toujours aussi chaud et que visiblement nous sommes tous deux biens l'un avec l'autre, je lui propose de venir terminer son livre à la maison et de faire plus ample connaissance et de lui montrer que j'ai encore des ressources et des couilles bien pleines !

body boy
bodyboybox-story@yahoo.fr

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay d'internautes