Best Of Cyrillo

Page précédente

Alban, mon jeune amant

Je vis en ce moment une situation assez exceptionnelle. 53 ans, Marié, 2 enfants (grands maintenant), une femme que le sexe n’intéresse que par pulsion et elle se font de plus en plus rares. J’ai rencontré un jeune homme (voir mon récit précédent) avec qui je vis les plus belles expériences sexuelles de ma vie.
Je suis en déplacement sur Paris 3 jours sur 5, et je ne rentre chez moi que le Week-end. Pour ma femme je suis à l’hôtel, en vérité je suis chez mon amant.
Moi qui me pensais hétéro pur, j’ai découvert l’amour avec un homme, l’amour sans tabou, ou on se libère complètement et où l’on passe du phantasme à la réalité.

Mon jeune amant s’appelle Alban, cela faisait 3 mois que nous couchions ensemble, pour moi c’étais mon premier amant, je n’avais pas même trompé ma femme une seule fois, pour lui, à part quelques jeux adolescent, il a n’avais qu’une petite expérience. Et pourtant, dès notre première rencontre nous nous sommes sucés, sodomisés, comme si nous étions des experts de la baise entre hommes. Et bien sur nous n’utilisions pas de préservative entre nous, j’aime boire son sperme, et il me le rend aussi.

Un jour, il me demande si cela ne me dérangeait pas que nous ajoutions un 3ème à nos jeux. Bien sur, surpris je lui demande pourquoi, je sentais venir brin de jalousie de ma part. Est-ce que je ne lui suffisais pas…..sur ce il répondit que cela étais un de ses phantasme de faire l’amour avec trois, puis il me dit franchement qu’il aimerait bien partouzer et se gaver de sexes. Que cela n’avait rien à voir avec nous deux et qu’il préférait m’en parler plutôt que de le faire en se cachant.

Un peu abasourdi par ses propos, mais comprenant ses envies, je lui répondis « OK, mais avec qui ? » et là, immédiatement, il me dit qu’il devait réviser ses examen avec un ami de la fac qui lui plaisait bien, mais qu’il était franchement hétéro et que cela ne serait pas simple.
Je lui répondis qu’on verra bien, que je rentrerai demain à 19h, et ce qui doit se passer se passera ou pas. Puis, je lui demandais au cas où, utiliserait on des préservatives ? bien sur me répondit-il, je ne le connais pas suffisamment pour prendre le risque.
Je rentrais donc à 19h pour trouver dans l’appartement deux étudiant studieux qui piochait sur le droit administratif avec en train.

Je les laissais travailler et leur dit que je prenais une douche car il faisait très chaud ce jour. Pendant que je prenais ma douche la porte de la salle de bain s’ouvrit et Alban vint me voir pour m’embrasser, et il me dit « je ne pouvais pas le faire devant lui, mais il sait pour nous deux. Ca ne le dérange pas, car il est très ouvert d’esprit, mais que les hommes ce n’est pas son truc » et il en profitait pour me caresser ma queue qui avait pris un certain volume puis il me dit qu’il doit y retourner et en a profité pour me sucer légèrement le gland.
Je retournais dans la salle de séjour, avec juste mon peignoir et demandais au 2 garçon si un petit apéro les tentait. En cœur ils me répondirent « oui » d’ailleurs ils en avaient assez fait pour aujourd’hui, ils continueraient demain.

Je servis à tous le monde un whisky, Alban assis à coté de moi sur le canapé, son ami (Alain) sur le fauteuil de l’autre coté de la table basse.  Puis un deuxième, nous parlions de choses et d’autres…. Une troisième tournée vint compléter nos discussions et bien sûr la discussion s’orienta sur le sexe, Alain nous dit qu’il n’était pas près à vivre en couple, que les femmes l’intéressaient pour baiser, mais qu’il préférait rester célibataire. ET là, alors que je ne m’y attendais pas du tout, Alban me saute dessus, en disant « moi, j’ai mon homme, et je vis heureux comme cela » et m’embrasse à pleine bouche, un vrai baiser, sa langue fouillant ma bouche, très chatte en chaleur. Une de ses mains vint se glisser dans mon peignoir. Alain dans son fauteuil était rouge écarlate, de honte, de gène ou d’envie, je ne savais pas. Mais quand Alban découvrit mon sexe et commença à me masturber, cela pris une autre tournure. « Qu’il est beau ce sexe tout propre, on en mangerai » et il me prie en bouche et commença une superbe fellation.

Moi un peu gêné, je lui dit que cela était un peu de l’exhibitionnisme, que son ami n’avait pas à voir cela, même si la manière dont il me suçait me faisait bander très dur, et le fait d’être observait ne me déplaisait pas du tous. Cela dit, il se leva me pris la main et m’entraina dans la chambre. Il dit à son mai, « viens si tu en as envie, c’est une expérience à vivre, au moins tu sauras pourquoi tu préfères les femmes. Et l’on se retrouva dans la chambre (il avait laissé volontairement la porte ouverte) sur le lit. Il était déchainé, il me suçait, me léchait, il me mit en levrette et me pénétrait l’anus de sa langue, des ses doigts, il prononçait des mots crues, « j’aime ta queue », « je vais te perforé le cul », « prends ma queue, suce, elle est bonne »….

Je le calmais un peu, et dans l’entrebâillement de la porte, je voyais Alain en train de nous regarder. Je lui fis un signe de la main de venir nous rejoindre avec un grand sourire et 5 minutes plus tard je vis entrer, ce magnifique jeune homme, la queue en l’air. Je lui dis de venir avec nous dans le lit, ce qu’il fit, et aussitôt, Alban lui sauta sur le sexe, il l’englouti en entier, montait et descendait en rythme. On ne peut pas dire qu’il en avait une énorme, 15 cm, circoncise, un bon 4cm de diamètre. En tout cas, la fellation qu’il subissait ne le laissait pas de marbre parce que je l’entendais gémir en fermant les yeux à chaque application qu’il recevait. Je ne restais pas inactif, Alain allongé sur le dos, Alban à genou sur lui en train de le sucer, je me mis derrière lui et commençait un léchage d’anus que j’aime tant. Je sentais son trou s’ouvrir à chaque coup de langue, je rentrais deux de mes doigts sans problème tellement il était dilaté par la jouissance de ce qu’il vivait. Puis, je pointais mon gland sur sa rondelle et le pénétrais tout doucement. Une fois bien à fond, je commençais mes allers retours, lui limant le cul comme il aime, en alternant douceur et coup brusque.

Son ami était au bord de l’apoplexie, il râlait, et puis ne pouvant plus se retenir, il jouit dans la bouche d’Alban en poussant de grand « han » s’arque boutant pour faire pénétrer son sexe encore plus loin. Je voyais le sperme couler de la bouche d’Alban qui buvait littéralement son ami. Je ne résistais pas longtemps et j’éjaculais dans son ventre à grand coups de bassin qui lui remontait les fesses jusqu’à me vider complètement en lui. Je me retirais doucement, et je pu voir qu’Alban aussi avait jouit sur le lit.

Nous nous sommes allongés ensuite pour récupérer et au bout d’un quart d’heure je leur dis, « aller tous sous la douche. Alain avait perdu toute pudeur, et sous la douche, nous savonnant, je sentais ses caresses appuyé sur mon sexe, et sa main se promené sur les fesses d’Alban, avec un doigt fureteur sur son anus. Je ne restais pas inactif, et je m’agenouillais pour le prendre en bouche et le suçait afin qu’il reprenne de la vigueur.

Quand sa queue fut bien dure je le lâchais et je me mis à le caresser. Puis il s’agenouilla et goba le sexe d’Alban pour lui faire une superbe fellation.
 Je m’approchais et lui mis mon sexe devant lui, il nous suçait alternativement et prie même les deux sexes en bouche. Tous le monde bandait à nouveau, je leur dis « aller , on se sèche et rendez vous dans le lit », ce que nous fîmes et se retrouva tous sur le lit, dans une mêlé ou chacun suçait l’autre, on se doigtait, se léchait, jusqu’à ce qu’Alban se positionna sur Alain, et après s’être enduit l’anus de gel, déjà bien dilaté par mon premier enculage, s’empala sur la queue dressé de son ami. Je les regardais, je satisfaisais mon phantasme de voyeur, puis je décidais de faire avec eux je poussais bien en avant Alban sur Alain, et je viens par dessus positionner mon sexe sur son anus déjà rempli de la queue de son ami. Je poussais doucement, je ne voulais pas le blesser, je savais qu’il ressentait de la douleur, mais apparemment il ne s’opposait pas à cette double pénétration. Je pénétrais doucement, l’anus se dilatait au fur et à mesure que je m’enfonçais, les deux restais immobile jusqu’à ce que soit complètement en lui, puis le donnais le tempo et on se mit à le limer ensemble.

Pour moi c'est une nouvelle expérience divine, sentir une autre bite limer un cul contre la sienne. Alban râlait de plaisir il était aux anges, il nous demanda de bien lui enfoncer nos deux queues en même temps, je ne l’avais jamais vu comme cela avant, il hurlait, couinait, « je veux que vous jouissiez en même temps, et même si on ne s’était pas donné de signal, on a éjaculé en lui, je sentais le sperme chaud sur ma bite, qui me fit jouir aussi. J’avais glissé ma main entre les deux et je masturbais Alban qui se rependit presque avec nous.

Quand on s’est retiré, chacun s’allongea à coté de l’autre, je me relevais et saisi Alban par les pieds et les lui relevé au dessus de lui. Je voulais voir son trou, il était dilaté au point ou je le caressais et pouvait lui entrer 3 doigts sans difficulté, je lui en mis quatre et poussait ma main à l’intérieur. Le sperme qui s’y trouvait faisait office de lubrifiant. Je la retirais assez vite, je ne voulais pas le blesser.
Nous reprîmes une douche et je les invitais tous les 2 au restaurant pour se refaire une santé.
Deux jour plus tard, Alain était encore à la maison et j’en ai profité pour le dépucelé. Je crois qu’il y a pris un réel plaisir. Pendant que je le sodomisais, Alban le suçait, et il me l’a dit ensuite, son ami avait éjaculé deux fois.

Nous avons fait à trois encore d’autres expériences sexuelles, Alain nous a montré des coté pervers que nous ne soupçonnions pas mais que nous avons beaucoup aimé...

minoucou41

minoucou41@yahoo.fr

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.