Page précédente

Épisode précédent

ami ou plan cul ?

Voici la suite de mes expériences... petit rappel, je suis  Clément, 18 ans, blond cheveux mi-long, 1m70 pour 55kg et une bite de 15x6.

Quelques mois après Benjamin, je n’avais toujours pas retrouvé quelqu’un. Je voulais avoir une relation hétérosexuelle, mais celle que j’eu fut brève et je ne pus m’empêcher de garder un excellent souvenir de Benjamin.

Un amis, perdu de vue depuis un moment et habitant prés de chez moi, m’a recontacté, histoire de prendre de mes nouvelles. Il s'agissait de Geoffrey, 1 ans de plus que moi, 1m65, blond look racaille, bite 14x4. Quelques jours plus tard nous nous sommes vus, passant un très bon moment à parler et à rire. Après plusieurs après-midi nous décidâmes finalement d’un soir ou il dormirait chez moi pour qu’on se fasse un marathon de film.

3h du matin, nous décidons d’aller nous coucher. Une fois en boxer et t-shirt, nous nous mettons sous la couette sur le dos et commençons à discuter. Le sujet se tourne vite vers le cul, et très vite la conversation dérape. Il finit par me demander si je bande. Je réponds en rigolant que ça ne le regarde pas. Je sens alors sa main appuyer par-dessus la couette au niveau de mon entre-jambe. Je bandais, mais avec ça, c’était un vrai chapiteau. Heureusement il faisait noir. Il me lâche un « mais tu bande mon salaud ». Gêné, je décide de refaire la même chose et avant qu’il ait eu le temps de  retirer ma main, je faisais la même chose et constatais que pour lui aussi c’était la grande forme… ! Je lui fais remarquer, il rigole et, comme un jeu, recommence à appuyer avec un doigt par-dessus la couette pour sentir mon érection. Je ne sais pas trop quoi faire, ile me demande alors, « tu ne veux pas voir si je bande aussi ? » je reproduis donc son geste.

Pendant 5 bonnes minutes, le jeu se poursuit. Puis à un moment, au lieu de faire le même geste qu’avant, il passa sa main sous la couette et toucha, le temps d’une seconde, ma bite à travers mon boxer. Nous de disions plus rien. Je reproduisis le même geste, en insistant néanmoins sur le gland. Il était circoncis, la première fois que j’avais affaire à une bite circoncise. Elle était grosse, pas très longue, mais avec un gland énorme. Le jeu se poursuit, de petite caresse de quelques secondes à peine, rien de plus. Il rompt le silence et propose que l’on caresse l’autre une minute chacun notre tour jusqu’à éjaculer, le perdant devrait sucer l’autre. Dans l’état d’excitation ou j’étais, j’acceptais immédiatement. Ainsi commença des caresses insistantes. Après un tour chacun, il m’empoigna la bite, et commença un va un vient. Toujours dans le ton de jouer, je lui dis qu’il trichait, bref après une minute je lui faisais la même chose. Les branlettes devenait de plus en plus insistante, de plus en plus excitante.

Il finit par me demandé si on pouvait se sucer. Je fis mon offusqué, mais après qu’il ai insisté, je cédais de bon cœur et lui demandait de commencer. Il s’exécuta, et à mon grand étonnement, il se débrouillait très bien pour un « débutant ». Rapidement il me demanda de lui rendre la pareille, ce que je fis en m’appliquant. Nous sommes sortis de la couette et avons démarré un 69. Qui dura un bon moment. Nous nous somme finalement remis sous les couettes avant de nous finir en branlette, puis de nous endormir après avoir dit que c’était sympa.

Il ne se repassa rien les fois suivante, mais cela m’importait peu. C’était sympa, mais je n’avais pas envie que tout ça se sache donc cela m’arrangeait bien.

Jusqu’au jour ou… c’était l’été, probablement 2 mois après ça. Il était chez moi et nous étions sur internet, en train de surfer tranquillement. Il se mit brusquement à parler de cul, m’expliquant que Catsumi, une actrice porno, était son fantasme. Je ne disais pas grand-chose, me contentant d’acquiescer et de répondre par de vague commentaire. Il chercha dans Google Catsumi, et bref, après la visite de quelques sites porno très imagés, de commentaires sur les positions et sur les bites des acteurs, il recommença son petit jeu. Il me toucha l’entre jambe avec son index, je lui refis de même, etc.… ça s’est donc finis sur mon lit. Sauf qu’il voulait continuer de jouer.

Il me lança un défit : le premier à branler l’autre jusqu’à éjaculation. Nous nous sommes mis en boxer et t-shirt, et avons commencés la lutte. C’était très excitant, chacun essayait de choper la bite de l’autre tout en empêchant l’autre de choper la sienne. Après 5-10 min, je compris vite son manège. Régulièrement nous nous retrouvions dans des positions ou j’avais les mains bloquée, mais la bouche à la hauteur de sa bite. Je fis mine d’être bloqué, le regarda dans les yeux, et m’accrocha à sa bite avec ma bouche à travers son boxer. Il me regarda faussement offusqué et me demanda

-       G : Qu’est-ce que tu fais ? c’est de la triche !

-       N : Tous les moyens sont bons pour gagner

-       G : Salaud, tu sais que j’adore ça et que je résiste pas !

Bref il ne bouge plus, me laissant prendre les choses en main. Je libère une de mes mains et lui baisse le boxer. Il recommence à jouer, et la mission est donc la suivante : enlever le boxer de l’autre. Je réussis facilement (trop facilement…) à lui enlever et à le bloquer, ma bite près de son visage.

-       N : Tu t’avoue vaincu ?

-       G : Certainement pas !

Et la il me gobe la bite, comme je l’avais fais auparavant. Le jeu est terminé. J’enlève mon boxer, me met sur lui qui est toujours allongé sur le dos, et lui fourre ma bite dans sa bouche.

Mais encore une fois mon coté passif reprend le dessus, et après quelque minute je redescends vers sa queue et la prend en bouche. Il me prend par les cheveux et me met à son rythme. Nous nous mettons finalement en 69, même s’il se contente de petits coups de langues et d’une branlette. Il finit finalement par m’attraper la tête et me jouir au fond de la bouche. Surpris et pas vraiment préparé, j’avale tout tant bien que mal. Il s’excuse, et me caresse partout avant de me branler de me faire gicler à mon tour.

Cela se reproduisit plusieurs fois, à chaque fois que nous nous voyions. Une fois même je lui prodiguais une pipe magistrale dans un champ, derrière une bute d’herbe à l’abri des regards.

Puis un jour, lors d’une aprèm chaude comme à chaque fois, il commença à chercher, lors du jeu de lutte, à se frotter à mon cul. Je fis mine (mais pas trop…) de ne pas me laisser faire, mais le laisser frotter sa queue contre mon cul. Cela m’excitait beaucoup, et lorsqu’au bout de 5 min il me demanda s’il pouvait m’enculer, j’acceptais. Il prit une capote dans ma table de nuit et l’enfila tandis que je me mis à quatre pattes, prêt à le recevoir. Il ne me prépara pas, et m’enfourcha directement, lentement, mais sans préparation. Ce fut douloureux, et ce ne fut qu’après de longues minutes que je ne l’autorisais à y aller. Il s’y prenait mal, et après quelques minutes joui directement dans la capote. Je restais sur ma faim, et lui demanda de me sucer pour retrouver un semblant d’égalité, ce qu’il fit. Je voulu lui jouir en bouche, mais il se retira avant que j’ai pu.

Sur cette expérience, nous ne nous sommes pas revu pendant 2 semaines. Quand nous nous somme recontactés, il me demanda si je voulais venir chez lui une aprèm. N’étant pas très chaud pour renouveler l’expérience, je lui proposais de sortir en ville. Mais il me sortit une excuse bidon, et bref j’acceptais d’aller chez lui pour l’aprèm. En arrivant je le trouvais en boxer et t-shirt. Il me fit monter dans sa chambre, pour me montrer un jeu vidéo. Lorsque j’essayer de jouer (c’était chacun son tour), il me dit qu’il allait me déconcentrer pour ne pas que je gagne…

Il se débrouilla très bien. Il me palpa le paquet, avant de foutre directement sa main dans mon boxer.  Le jeu fut donc écourté. Il alluma la télé, et la surprise, une cassette porno était déjà sur Play. Nos Fringues partirent rapidement, et nous sommes passés directement à moi lui faisant une fellation. Après que j’ai insisté, il m’en fit une. Puis il me demanda s’il pouvait m’enculer. Je lui dis oui, il mit donc une capote, et comme la fois d’avant, avant que j’aie le temps de dire quoi que ce soit, je me retrouvais avec sa bite dans le cul, n’osant plus bouger de peur d’avoir plus mal.

Une fois habitué, il se déchaina, me faisant avancer et tanguer à chaque coup de reins, me repoussant jusqu’au mur collé au lit. Je me retrouvais le visage et les mais plaqués au mur, en train de me faire exploser la rondelle. Il était violent, et même si je préférais plus soft, je pris beaucoup de plaisir. Il m’agrippait les fesses avec forces et me les malaxaient. Il se calma quelque peut au bout de 10 min d’acharnement, et commença à me branler en même temps. 10 autres min passèrent, et je lui suggérais de changer de position. Il refusa, et recommença à m’arracher l’anus, allant même jusqu’à m’enfoncer un doigt en plus de sa bite. Cela m’excita énormément, et je joui directement sur son lit. Il continua à me bourré quelques minutes encore, avant de s’affaler sur moi et de jouir au fond de la capote dans mon cul. Nous somme restés un moment comme ça, sa bite dans mon cul, lui affalé sur moi, nous deux haletant.

Après un nous être remit de nos émotions, il me demanda si je voulais rester pour dormir. J’ai dis que non et que je le rappellerai.

Bien évidement, il n’attendit pas. Il m’envoya des sms un vendredi soir. Terriblement excité par ceux-ci, je cédais finalement et lui promis de le retrouver chez lui le lendemain. Arrivé vers 14h30, je n’avais pas mis de boxer et avait apporté de la chantilly. Quelle ne fut pas ma surprise lorsque, en frappant à la porte, il m’ouvrit nu comme un vers, la bite à la verticale.

Je rentrai rapidement grimpais les escaliers. En plein milieu de ceux-ci, il m’empoigna les fesses, et c’est avec difficulté que nous avons atteint la chambre de son frère. Je me déshabillais rapidement, et me retrouvai allongé sur le dos en étoile. Il prit la chantilly et m’en versa sur tout le torse, et bien évidement sur la bite. Un moment passe, il me léchait goulument, insistant sur mes tétons. Il descendit finalement à ma bite, et prit le temps de bien tout lécher. Il goba une à une mes boules, pour finalement ouvrir grand la bouche et gober ma bite. Il était très excité, et me fit une fellation pendant 5 min. Après cela, je lui refis la même chose, à la différence que j’allais directement vers sa bite. Je n’eu pas le temps de le sucer bien longtemps. Très excité, il se leva, me mit à 4 pattes, et commença à me lécher la raie avec de la chantilly. Il avait acheté du gel, et commença à me doigter avec. Il introduisit un, puis deux, puis trois et enfin 4 doigts dans mon cul. Je commençais à être très en chaleur, et à me tortiller le cul d’impatience.il me mis de la chantilly dans le cul, et inséra sa langue autant qu’il le pu. Je finissais par le supplier de m’enculer « Mmmhhh vas y Geoffrey met moi ta bite au fond, j’en peux plus d’attendre, défonce moi le cul ! »

Il ne se fit pas prier, et me la fourra d’un coup. M’ayant bien préparé, je ne ressentis que très peu de douleur. Il me défonça sans vergogne, me faisant presque perdre l’équilibre à plusieurs reprises.

C’était la première fois qu’il me baisait sans capote, et en 5 minutes il me gicla au fond du coup une très grande quantité de foutre. La encore il s’affala sur moi, mais contrairement à la fois précédente, il de débanda pas une seconde. Au bout de quelques minutes, je le sentis recommencer à faire des va et vient. Il me laissa allongé, m’écarta les jambes au maximum, et recommença à me baiser le cul. Au bout de quelques minutes, il se retira soudainement, et me demanda de venir avec lui. Je le suivis d’un pas chancelant jusque le bureau de son frère. Il m’allongea dessus, prit une de mes jambe sur son épaule, et commença à me baiser comme une chienne. Je me sentais tel une secrétaire se faisant baiser par son patron. Ses testicules claquaient contre mon cul, et je m’autorisais à pousser de petits gémissements, telle une femelle en chaleur. Cela lui plu beaucoup puisqu’il me mit une claque sur mon cul. Il me baisa ainsi pendant une bonne dizaine de minutes, avant de finalement m’attraper, me porter et me plaquer contre le mur. J’avais les jambes enlacées autour de sa taille, une main s’accrochant à une étagère, l’autre autour de son coup. Lui me tenait fermement les fesses, et me pilonnait à la verticale. Au bout de 5 min, épuisé par tant d’exercice, il me portât jusqu’au lit sans se retirer, et me fit l’amour avec tendresse pendant que je me branlais. Je joui rapidement avec quelques mouvements de main, et lui me suivit quelques minutes après, et arrosa une seconde fois l’intérieur de mon cul.

Ce fut la dernière baise que je fis avec lui. Je lui expliquai que j’avais envie de voir ailleurs, et que même si c’était sympa il ne m’intéressait plus. Il ne dit pas grand-chose, mais essaya à maintes reprises de m’appeler et de convaincre de  refaire un plan avec lui, mais je restais ferme.

Jeune passif

mecbi28@live.fr

Suite de l'histoire

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.