Best Of Cyrillo

Page précédente

Premieres années lycée.

On se sent grand d'un coup. Je suis super exiter à l'idée de retrouver la plus part de mes amis, de voir les ''changements'' qu'il y a pu y avoir chez certains et de voir de nouvelles têtes. On ne va pas se le cacher, le lycée, pour la plus part d'entre nous, et l'endroit ou les hormones nous travailles, ou nous voulons allez plus vite que la musique. Tous les élèves sont ammassés dans la cours et se ruent sur les vitres des batiments ou sont affichés les listes des élèves par classes. On se poussent, se touchent, se collent. Il fait chaud et on veut tous entré en classe, posé notre cul sur une chaise et commencé notre premiers journée de cour.

Je suis hétéro et le revendique très bien. Les premiers mois passent. Je fait parti de la catégorie des ''beaux mecs du lycée''. Ce clans si select défini par la plus part des filles, ou les mecs eux même ne se sont jamais parlé. Je traîne avec une bande de pote que je me suis fait au fil des jours. Quelques connaissances d'amis. Les amis de mes amis. Et biensur, les ambrouilles avec le clanc des ''je suis plus fort''. Biensur, les ''je suis plus fort'' ne viennent jamais chercher des mouisses aux ''beaux mecs du lycée''. C'est le code. Bizarrement, aucuns clan ne définit les belles filles. Elles sont discrétes. Certaines se la joue ''bonhomme''. Je suis sorti quelques jours avec une très belle fille métisse. Marante et pleine d'avenir. Jusqu'au jour ou je me lêve et que je me rend compte que je ne suis pas moi. Comme un déclic. Je prends soin bien entendu de quitter ma copine qui, me fait part de sa tristesse Je me sens bien en célibataire. Je m'amuse à faire courir les filles qui tombent comme des mouches. Mes copains hétéro se délectent de se manége.

Mais j'en reviens très vite à cette question: Qui je suis? Je commence à avoir quelques difficultés de concentration en cours. Des questions tournent en boucle dans ma tête. La sonnerie retentie. J'ai envie de vite sortir pour prendre l'air. Mon sac à la main, je cours avec ma bande de pote d!
 ans les
escaliers, je pousse la porte et je me met à respirer à plein poumon. Très vite je reprends ma course pour rejoindre mes amis, et voulant enfiler une bretelle de mon sac à dos, je percute la tête d'un garçon. Je me sent con. Ridicule. Il a mal sur le coup. Je m'excuse. Je ne préte pas attention à qui il est. Il relève la tête. Je divague. Je suis entrain de vivre un film au ralenti. Il fait parti des ''beaux mecs''. Et mon dieux qu'il est beau. Grand, brun, plus vieux que mois de surment un ou deux ans. Les yeux d'un noir profond. Je m'y plonge volontié. Je le dévisage. Il se sent gêné, très gêné. Il me dit que tout va bien avec un grand sourir. Je m'excuse une derniere fois. La sonnerie retenti, la temps est passé vite. Trop vite. Je retourne m'assoir en cour à coté d'un pote qui me sors une blague sur les pd. Et moi qui reste sans expression, je penses à lui, à son sourir, à l'envie de le revoir. Mais qu'est ce qu'il me prends? Tout va beaucoup trop vite. Il y a quelques semaines j'étais hétéro et aujourd'hui, voilà je que me met à fantasmer sur un garçon. Mais qu'est ce que c'est bon de sentir un sentiments différent qui me traverse.

Midi. Le self. Je sais qu'il y mange car je l'ai déjà appercu. J'ai qu'une envie, me placer à ces côtés. J'attends mon tour pour prendre mon plateau et je balaye du regard les tables. Je le vois, il mange seul sur une petite table de 4. On est beaucoup trop avec mes potes. Je commence à chercher un mensonge quand on cherchera une place pour manger. Je me sers en spaguetti bolo et j'avance doucement vers sa table. Je prétends que j'ai envie d'être au calme pour manger et j'indique la table à quelques potes. Deux d'entre eux s'y précipitent. J'ai peur qu'un d'entre eux se place à côté de Lui. Non, la place est libre et je pause mon plateau. Je m'assois brutalement et mon genou cogne sur le siens. Il rigole, me dit qu'a se rythme là, je le vendrai en piéces détachées sur Ebay. Je ne peux pas m'empécher d'afficher un sourir niai. Il a une voix douce et masculine. Une voix qui reste en tête. Mes potes mangent comme des sauvages. Il finissent en cinq minutes et se dépéchent de partir pour allez courir après les filles. Il me laissent, en plant, avec Lui. On mange timidement et pour brisé la glace je me présente et il me dit enfin qu'il s'appel Brice. Son prénom lui va bien. Il insiste pour que je me place en face de lui et ainsi manger en tête à tête. Je sent l'humour et le désire. Je m'excuse encore de l'avoir percuté, j'en deviens rouge et me dit que je suis beau comme ça. Ca me calme d'un coup. Il se sent gêné de me l'avoir dit. Je le vois manger son yaourt très vite. Il s'excuse. Part.
Pendant les jours suivant nos regards ne se sont pas croisés. Je le fixe avec insistance, mais rien de sa part, il me fuit. Le mercredi aprés midi je suis seul à suivre un cours d'art appliqué. Lui joue au volley dans la salle de sport qui se situe un peu plus loins, retiré du lycée. 18h mon cours se termine, je sort de la salle et je manques de percuter une personne. C'était Lui, Brice. Nos regard ne peuvent allez ailleurs. Il se raproche, pause une main sur ma joue. Son corp frole le miens. Nos têtes sont très proche et nos lévres encore plus. Je sent son souffre chaud s'écraser sur moi. Je le vois fermé ses yeux et je fait de même et je sent ses lévres sur les miennes. Je goutte chaques instant, j'en frissone, c'est intense. Sa langue se colle à la mienne. Il est à moi et je suis à lui.
Je ne cache pas que pendants de longues semains nous devont nous cacher et vivre notre amour naissant à l'abrit des regards. Et un jour, marre de tout ça, nous somme entré au lycée main dans la main.
Je ne me considére pas comme un hétéro ni un homo. J'assume la personne que je suis aujourd'hui. Mais aujourd'hui j'aime un homme qui s'appel Brice.

Ne parcourant plus les bancs de l'école depuis 2 ans, j'ai réelement vécu cette histoire.

Luka

Si vous avez n'importe quelles critiques à me faire part, je vous laisse mon email: jordan.michaut@yahoo.fr

 

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.