Best Of Cyrillo

Page précédente

Retour à l'antiquité

En 42 apr. JC., Sextus Empiricus, dit Sextus le Jeune, se rend au banquet de Servius Titus. Le soleil s'est déjà couché. Son titre de sénateur lui donne droit à assister à plusieurs banquets tenus par son ami, où débats politiques et philosophiques se déroulent.
Il frappe sur la porte de bois. Un jeune esclave lui ouvre la porte. Déjà, le physique du jeune garçon l'attire. Il est brun, les cheveux rasés, la peau très matte, un sourire radieux, un corps élancé mais aux muscles naissants : il ne doit pas avoir plus de 20 ans.

"Je viens voir Servius Titus, je suis le sénateur Sextus Empiricus. Annonce moi à ton maître "Le jeune esclave fait rentrer le beau Sextus. Sa chevelure blonde, courte, brille face aux bougies qui éclairent l'entrée. Malgré son âge avancé (pour l'époque), bientôt 40 ans, Sextus reste un homme beau, séducteur, et qui a une franche attirance pour les hommes. Il patiente dans l'entrée pendant que l'esclave disparaît derrière un rideau où se tient très certainement le banquet. Il revient quelques minutes plus tard : Sextus est attendu.
Avant de franchir le rideau, précédé par l'esclave, Sextus attrape le bras du jeune esclave, le tire à lui et l'embrasse :

"Quel est ton nom jeune esclave ?
- Je suis Lanolius Africanus, dit Lanolius l'Africain.
-Très bien, dit Sextus, apporte nous immédiatement du vin ! Sont-ils nombreux ?
-Bien sûr, il y a 8 sénateurs : Ulpius, Annius, Aelius, Domitius, Vibius, Hadrianus, Verus, et mon maître Servius. Vous n'êtes pas sans ignorez, monsieur le Sénateur, que ce soir est un soir spécial".

Sextus reconnu bien là son cher Servius. Il esquissa un sourire, réalisant que son ami n'avait convoqué que des sénateurs particulièrement proches des hommes.
"Très bien...Encore une question : combien êtes vous d'esclaves ?
-Nous sommes 6, pourquoi cette question ?"
Sextus sourit une nouvelle fois et réalisa que Servius avait très bien organisé son repas : une orgie était prévue ce soir.

Sextus finit par entrer, salua chacun des sénateurs, tous très différents : Ulpius était le plus vieux, le plus "sage", Annius était grand, brun, très bien bâti, Aelius (qu'il connaissait déjà très bien pour avoir été très lié à lui pendant quelques temps) avait un visage dur et cachait un coeur d'artichaut. Domitius, Vibius et Hadrianus étaient liés par des liens familiaux : ils étaient tous trois cousins. Verus était le plus jeune, le plus frêle, mais Sextus devina au regard qu'il lui adressa, qu'il recelait de nombreux talents cachés. Enfin, le maître de la maison, Servius était encore jeune pour son âge. Le même physique de Sextus mais en brun.

Le banquet des beaux étalons commença sérieusement, les neufs sénateurs commençaient à débattre : conjurations, économie, l'empereur, etc. Les discussions se révélaient mouvementées. En même temps, les beaux esclaves se succédaient pour nourrir et faire boire leurs supérieurs. Sextus échangeait des regards intenses avec Lanolius, le jeune esclave.
Vers la fin du repas, les bancs furent remplacés par des couchages alignés les uns à côté des autres, formant une importante surface sur laquelle les sénateurs pouvaient s'allonger. Les neufs sénateurs commençaient à se rapprocher.
"Messieurs, après ces fabuleux débats, après avoir fait honneur à Bacchus, voyons les performances de chacun..." dit Servius.

Les six esclaves arrivèrent, prenant les toges viriles de ces messieurs et les rangeaient dans une autre pièce. Rapidement les sénateurs se retrouvèrent tous nus...puis les corps, les mains commençaient à se confondre sur cette grande surface. Les hommes commençaient à s'allonger, échanger des caresses avec leurs voisins, à s'embrasser. Sextus lui pensa qu'il devrait d'abord remercier son hôte Servius. Il s'allongea à ses côtés : ils se caressèrent longuement. Puis Sextus descendit avec sa langue le long du ventre de ce bellâtre. Enfin, il atteignit son chibre. Grand, imposant, large et dominant, celui-ci néanmoins ne résista pas aux assauts de Sextus. La langue de celui-ci parcourait de haut en bas le beau membre de Servius. Servius gémissait en même temps que d'autres : les trois cousins étaient restés ensemble, se livrant à un trio de pipes. Aelius s'était précipité sur Verus dont le corps frêle et mince devenait un véritable jouait pour ce colosse... Quant à Ulpius, du coin de l'oeil, il regardait la scène, se touchant et appelant un des esclaves pour assouvir ses désirs.
Sextus continuait toujours à procurer autant de plaisir à Servius qui de plus en plus fort criait. Il sentait sa langue chaude et ses lèvres sur son sexe dur. Sextus accélérait de plus en plus la cadence, la respiration de Servius accélérait aussi. Le plaisir montait en lui : Enfin, Servius n'y tenant plus, éjacula dans la bouche de son ami Servius qui avala le tout. Ce goût de salé et de sucré qu'il aimait tant.

Sextus sentit alors trois chibres s'avancer vers sa bouche. A peine avait eut le temps d'avaler le liquide chaud de son hôte, que les trois cousins Domitius, Vibius et Hadrianus commençaient à le caresser. Domitius, le plus âgé des trois introduit son sexe dans la bouche de Sextus. Ce dernier vit alors Servius s'éloigner pour rejoindre Verus et Aelius. Le sexe de Domitius était aussi très long mais moins large. Il donnait des coups de reins en tenant la tête de Sextus qui se retrouvait à quatre pattes. Pendant qu'il suçait l'important chibre de Domitius, il sentit alors une bouche saisir son sexe déjà bien dur. C'était Vibius qui avait glissé sa tête entre ses jambes. Il avait saisi son sexe du sénateur et commençait à le travailler. Le plaisir déjà intense, étant à quatre patte, le plus jeune des trois, Hadrianus commença à lécher les fesses de Sextus. Sextus était aux anges, il était l'objet de ces trois cousins. Hadrianus glissait sa langue dans son intimité, il suçait le grand Domitius et se faisait sucé par Vibius dont la bouche savait faire des merveilles. Sextus mouillait de plus en plus, sentant cette langue chaude en lui. Domitius continuait à se faire sucer pendant que Hadrianus et Vibius changeaient de place.

Vibius fait descendre un peu Sextus afin que son anus se retrouve a niveau de son chibre. Toujours à quatre pattes, Sextus sent alors un chibre entrer dans son anus : ce n'est pas Vibius mais Hadrianus qui rentre. Sa longue bite s'enfonce de plus en plus et Sextus ne peut s'empêcher de crier de plaisir. Puis soudain, Vibius saisit les hanches de Sextus : il commence à s'introduire également dans son anus. Sextus se retrouve donc à suçon Domitius et à se faire prendre par Vibius et Hadrianus. Malgré les premières douleurs, Sextus ressent un plaisir immense quand ces deux chibres dans un même mouvement le pilonnent fortement. Sextus n'en peut plus, les rythmes dans sa bouche et au niveau de son trou s'accélèrent de plus en plus... Les va-et-vient sont de plus en plus rapides. Les trois cousins gémissent ensemble ainsi que Sextus : pour ce quatuor, ce n'est que le mélange des plaisirs.

Les deux chibres qui ramonent Sextus accélèrent de plus en plus...En même temps, elles jouissent dans l'intimité du sénateur qui sent des giclées fortes de sperme s'écraser contre les parois de ses entrailles. Bientôt Hadrianus n'en peut plus et gicle dans la bouche de Sextus qui avale une nouvelle fois une flopé de liquide chaud qu'il aime tant. Les trois cousins veulent ensuite faire jouir le bellâtre qui refuse. Bredouilles, ils finissent finalement par s'occuper des uns et des autres.

Sextus, épuisé mais aux anges, se lève et décide finalement de se diriger vers Aelius et Verus : ils sont dans un 69 torrides. Il se mêle à leurs corps : Verus attrape le pénis de Sextus qui attrape celui d'Aelius. Ce trio se suce frénétiquement, jouissant du moment présent. Le sexe d'Aelius est énorme : Sextus a même du mal à le prendre en entier. Soudain, Aelius et Verus se lèvent et prennent la tête de Sextus qui se voit offrir deux beaux chibres. Il n'hésite pas à les sucer longuement chacun leur tour. Le plaisir est partagé. La langue de Sextus fait des miracles, cette sensation chaude ne fait pas tenir longtemps les deux hommes qui giclent chacun leur tour sur le torse de Sextus. Pour ne pas le laisser ainsi, les deux hommes l'allongent et lui lèchent le torse pour recueillir leur douce semence. Ils commandent du vin et vont s'asseoir tous les deux. Sextus reste donc sur la grande surface en couchage et cherche enfin une autre victime : il s'attaque ensuite à Ulpius qui a reçu la semence de son jeune esclave sur le ventre. Ce dernier part précipitamment, craignant une sentence de la part du sénateur qui se retrouve seul, insatisfait.

Sextus s'approche de lui qui est assis sur un couffin : Immédiatement, Sextus s'assoit sur les genoux du plus âgé en introduisant son sexe encore puissant pour son âge, dans son intimité. Alors, le visage d'Ulpius témoigne du plus grand plaisir. Il saisit alors les hanches de Sextus qui rebondit et fait des allers et venues sur le sexe du grand maître. Son sexe est dur et puissant. Les coups de reins du grand maître le sont aussi et Sextus sent même les testicules taper contre ses fesses. Sextus accélère lui même le rythme pour le plus grand plaisir de son partenaire. Enfin, n'y tenant plus, les muscles d'Ulpius se crispent, ses mains ses serrent autour des hanches de Sextus qui sentant l'explosion proche s'enfonce au maximum. Ulpius jouit de 8 bonnes giclées enfin dans l'antre de Sextus. Sextus l'ayant rassasié, Ulpius le remercie. Pourtant Sextus, bien que son chibre soit au garde à vous ne désire pas jouir maintenant.

Derrière les rideaux, il voit son jeune esclave Lanolius qui semble animé de convulsions : il s'approche et remarque qu'il est en train de se masturber. Sextus s'approche de lui, le tourne contre le mur et le masturbe. Lanolius est appuyé contre le mur, les deux bras tendus, le dos cambré. Il détourne la tête pour embrasser le sénateur. Ils s'embrassent longuement. Puis par rituel de ces orgies, Sextus se dirige au centre de la surface de couchage, tenant par la main le jeune esclave : tout le monde a recommencer à s'activer sur les chibres de chacun.
"SUPREMAS VOLUPTAS!" crie alors l'imposant Sextus. Son rang avancé dans la hiérarchie sénatoriale lui permet de jouir de nombreux plaisirs, particulièrement au sein des orgies. Tous les visages se tournent vers lui, tous les chibres sont au garde à vous. Cette simple appellation signifie que lui, le maître, non pas de ces lieux, mais des sénateurs, veut jouir. Tous les sénateurs l'entourent pendant qu'il s'allonge au centre avec son escalve. Il introduit alors son pénis dans le trou de son esclave dont le visage est d'abord crispé par la douleur. Sextus lui glisse à l'oreille :

"Ne t'inquiète pas, tu n'auras pas mal, donne toi à fond, je sais que tu es le meilleur ici".
Alors, le bassin du jeune esclave accueil plus que bien le grand sexe de Sextus qui rentre et qui sort dans l'anus de Lanolius. Ce dernier sent alors cet immense chibre lui écarter de plus en plus l'anus. Il le sent bien, et c'est ce qu'il désire depuis ce baiser échangé au début.
Les 8 sénateurs sont à genoux, autour de grand sénateur, près de lui et se masturbent en regardant la scène. Ils sont tous là avec leur chibre à la main, ne perdant pas une miette du spectacle et se créant leur propre plaisir. Sextus lui, accélère les mouvements de bassin alors que Lanolius le lui demande. Les cris virils de ces deux hommes se font de plus en plus importants, ainsi que ceux des sénateurs. Sentant que Sextus va jouir, Lanolius suivant le rituel se retire, saisit la queue de son partenaire et le masturbe en même temps que lui. Les sénateurs sentent aussi la jouissance venir, ils se rapprochent tous. Selon la coutume, Sextus jouit alors enfin. Une bonne dizaine de giclées s'écrasent alors sur le torse du sénateur. Puis vient ensuite le tour de l'esclave qui gicle aussi autour du nombril de Sextus. Les sénateurs crient à l'unisson et éjaculent les uns après les autres. Sextus reçoit toute part des giclées de sperme qui atteignent son visage, ses mains, ses bras, ses jambes...
Une fois les sénateurs ayant tous éjaculés, Sextus crie alors une dernière fois :
"Supremas Voluptas" et tous les sénateurs et Lanolius précipitent leurs langues sur son corps nu recouvert de sperme...

Salocinnr71@caramail.com

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo