Page précédente

Sauna à Paris

Aujourd’hui je ne travaillais pas, le temps était maussade alors j’ai décidé d’aller me détendre dans un sauna. Après une courte recherche, j’ai sélectionné l’Atlantide, près de la gare de Lyon à paris.

Le site Internet annonçait un lieu mixte ouvert aux couples hétéros, 
gays, bisexuels ou transsexuels ayant une grande ouverture d’esprit.

J’ai pris le temps de me préparer pour être présentable. Je me suis rasé le visage, j’ai tondu mes poils pubiens et me suis rasé le pourtour de l’anus  et les couilles. J’ai enfilé mes fringues et me voilà partit…

Arrivé sur place, la devanture est sobre, les portes bleues ouvre sur un petit couloir avec un guichet derrière lequel un super petit gars en débardeur avec les yeux ravageurs officie.

Je lui demande une place ; il me précise que le sauna est mixte et  ouvert aux hétéros, gays… je lui répond que je suis au courant et que cela ne me pose pas de problème. Une fois le règlement effectué, une porte sécurisée s’ouvre devant moi.

Je me retrouve au bar, le caissier me donne une serviette et la clef de mon casier. Des mecs se baladent avec une serviette autour de la taille tout en buvant un café ou fumant une cigarette.

Mon arrivée ne passe pas inaperçue. Je ne suis pas particulièrement beau, mais la vue de chair fraîche attise tous les regards sur moi. Je me sens traqué comme un animal.

Le caissier m’accompagne jusque mon casier. Je me déshabille, installe la serviette autour de ma taille, ferme mon casier et commence mon excursion de ce nouveau lieu.

Au rez-de-chaussée, juste après le bar et les vestiaires, il y a les douches, le hammam, le sauna, quelques salles pour s’isoler dont une avec un miroir sans teint pour mater et au fond une salle TV avec projection de films pour hétéros.

Dans les couloirs étroits, des mains baladeuses se posent sur ma serviette au niveau de ma bitte. Des regards sont échangés avec les personnes rencontrées. Ma déception est grande, il y a juste un couple très expressif (félicitation Madame) et beaucoup de vieux avec la bitte molle qui viennent pour se faire secouer la nouille par les petits jeunes comme moi !

Je ne m’arrête pas et décide d’aller visiter le sous-sol, réservé aux gays. Je reviens donc sur mes pas, le caissier cligne de l’œil lorsqu’il m’aperçoit descendre l’escalier.

Le sous-sol est encore plus étroit que le premier étage. La TV projette un film gay roumain ou tchèque. À droite se trouve une salle avec un sling pour les adeptes du fist-fucking. Trois glory-holes donnent sur une petite salle isolée. Une salle avec un miroir sans teint jouxte un petit labyrinthe dans le noir où les rencontres et  les attouchements se font et se défont au rythme de mon avancée.

Arrivé au fond du labyrinthe, j’aperçois deux gars en train de s’enculer. Je commence à mater sans me rendre compte de la meute qui m’a suivie et fond rapidement sur moi. Les mains sont baladeuses, ma  serviette est soulevée et finalement décrochée. Je repousse les vieux qui ne m’intéressent pas et je sélectionne dans la pénombre un gars qui me paraît dans ma tranche d’age (30 ans) et de bonne constitution pour faire ma première rencontre.

Ma bitte est manipulée avec habileté, je bande rapidement. Il s’applique sur mon gland, ma hampe et mes couilles. De mon côté, je  ne le laisse pas en reste et le branle, tout en malaxant ces couilles de la main gauche. Sa bitte est de belle proportion et il bande dur. Il s’agenouille devant moi et commence une pipe en gorge profonde. Mon excitation est telle que je risque d’exploser dans peu de temps. 
Je le repousse, il se redresse.

Je le reprends en main. Sa bitte se décalotte facilement, je joue avec son gland qui est très humide. Ma main gauche passe dans son dos et glisse vers son anus pendant qu’il me mordille les tétons. Il redescend pour finir sa pipe avant que je n’aie atteint son petit trou. J’attrape sa tête et lui inflige un va-et-vient d’enfer, ma bitte rentre dans sa bouche jusqu’aux couilles, je touche ces amygdales. Je ne peux me retenir plus longtemps et j’envoie trois giclées épaisses au fond de sa gorge, il avale tout ! Il se relève, je le masturbe entre mes cuisses, il éjacule et nous nous quittons…

Je décide de faire un break au bar, je prends un café et scrute les personnes présentes. Il y a deux jeunes beurs qui viennent d’arriver. Je vais pouvoir sucer de l’ébène.

Je pars au hammam, à l’intérieur, les mecs s’observent, se frôlent, se touchent et ressortent. Je reste pendant 20 minutes pour me remettre de ma première salve.

Une fois revigoré, je cherche une bonne affaire chez les hétéros. 
Rien ! Je mate quelques instants la TV, un film de gouines est projeté, je commence à bander et me branle doucement. Les vieux vautours commencent à s’exciter et tentent une approche.

Je m’esquive et descend voir le film gay. Je suis seul devant la TV et reprend ma branlette.

Un attroupement se fait dans la salle du sling, je vais voir si  quelqu’un se fait fister mais ce n’est que la queue pour se faire sucer dans les glory holes.

Je patiente quelques minutes, mon tour arrive. Je place ma bitte dans le trou, une main la saisit et me branle. Rapidement la main est remplacée par une bouche chaude et humide. Je me concentre pour ne pas éjaculer trop vite. La main du gars qui est derrière moi me tâte la raie et s’insinue jusque mon petit trou. Il a mis du gel sur son 
doigt et pénètre sans problème. Le massage de ma prostate augmente la  puissance de mon érection. Je suis branlé du cul et de la bitte en simultané. Le gars s’approche et je sens son sexe contre mes fesses, je lui explique que je ne suis pas intéressé, il insiste mais se ravise. Mon suceur s’active de l’autre côté de la paroi et je le 
récompense par cinq belles giclées de sperme.

Je me retire du trou, réajuste ma serviette et retourne au bar. Le rituel est identique : café – observation.

Je me dirige vers le sauna, il est vide, je m’allonge et subitement le sauna se remplie. Un vieux passe sa main sous ma serviette et commence à me branler, je le repousse, il insiste alors je me casse au hammam.

Je reste 45 minutes à suer et mater les allers et venues des gars. La  plupart ont la bitte à l’air et se branlent pour attirer leur proie. J’en profite pour mater et comparer. Je suis dans la moyenne. Les deux beurs rentrent à leurs tours dans le hammam. La légende ment, ils sont équipés de bittes de taille standard. Ils sont circoncis et  leurs glands roses contrastes avec la couleur de leur peau. Ils discutent tout en se branlant. Leurs érections deviennent massives et décident de finir leurs affaires dans une salle plus discrète.

Je ne les ai pas retrouvés. Dommage ! Je suis retourné à la salle TV au sous-sol. Le film a changé mais la taille des sexes et la puissance des éjaculations restent phénoménales.

Je me branle tout en regardant le film. L’heure est avancée et les premières sorties de bureau font affluées de nouveaux clients. De jeunes cadres dynamiques arrivent pour se détendre de leur journée de travail. Le labyrinthe est plein de beaux mecs bien équipés.

Je retire la serviette de ma taille et me dirige dans le labyrinthe comme un habitué. Les mains sont baladeuses, mais le contact est plus viril qu’en début d’après-midi. Ma bitte est au garde à vous. Mes yeux découvrent des groupes au fur et à mesure de l’adaptation à la pénombre. Un attroupement de cinq gars typé militaire m’interpelle au fond du labyrinthe.

Je m’approche, l’un d’entre eux attrape ma bitte et m’attire jusqu’à lui en tirant sur mon gland. Il me branle. Je le branle aussi. Je m’amuse avec son prépuce qui est très large.

Je place sa bitte entre mes cuisses et simule un acte sexuel. Je suis épilé, ma peau est douce et lui procure la sensation d’être dans un  trou. Il attrape ma bitte entre nos ventres et joue avec mon frein et mon gland. Il me pince et mordille les tétons.

Il retire sa bitte de mes cuisses et s’agenouille pour me pomper. 
L’effet est inimaginable car la chaleur de sa bouche et de sa langue est élevée. Je me sens fondre et j’ai du mal à me contenir. Heureusement, j’ai déjà éjaculé cet après-midi, le contrôle est plus aisé. Je le repousse tout de même, il se relève et je le branle tout en imposant un doigt huilé dans son anus. Cela déclenche une cascade de sperme qui jaillit sur mon torse. Je joue encore quelques minutes avec son gland gluant de sperme pour tenter de le faire jouir à nouveau, sans succès.

Il s’agenouille pour finir sa pipe et termine par une branlette magistrale. Mon éjaculation atterrit sur son visage après plusieurs saccades de sperme.

Nous essuyons le sperme avec nos serviettes. Je me dirige vers les douches car il est l’heure de rentrer à la maison s’occuper de mon amie.

Dommage que je n’aie pas eu le temps de trouver un beau gosse (beur)  qui veuille bien m’initier à la sodomie… Cela sera pour une prochaine escapade !

Anonyme

 

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay d'internautes