Page précédente

Avec mon pote

Voici ma toute première fois, j’étais alors  en chantier sur la ville de Saint-Dizier. Arrivé le soir, après le boulot, rejoignant notre chambre, on décida avec mes collègues de faire un petit apéro dans ma chambre.

La soirée débuta normalement, le whisky, les cacahuètes et le reste étaient de la partie. La soirée se termina sur les coups de minuit et tous les collègues rejoignèrent leur  chambre, sauf mon pote Jean, (1m78, brun, sportif, plutôt mignon) qui voulait discuter et surtout finir ma bouteille. On commença à parler de ses problèmes de couple car à ce moment, il était hétéro et moi aussi mais j’envisageai une expérience gay. Il me racontait ses soucis, puis il se mit à pleurer, alors je le consolai en lui donnant un autre verre.

Arrivé, à un moment, on engagea la conversation sur le sexe posé sur mon lit, et il m’avoua que çà faisait un mois qu’il n’avait rien fait avec elle. Moi, commençant à être un peu bourré, je lui dis « branle toi, çà ira mieux », il me répondit « Branle-toi avec moi » et là je répondis bêtement «  si tu sors ta queue, je la suce, c’est encore mieux », et il me prit au mot, il dégrafa son pantalon, baissa son boxer et laissa sortir son pénis à demi dur. Et sans aucune hésitation, l’alcool aidant, je me pencha sur ce sexe et je commençai à le branler, je le sentais grossir entre mes doigts, un sexe de taille correcte d’environ 15 cm, puis je le mis en bouche et je débutai une bonne pipe, je voyais à son regard et à ses gémissements que je me débrouillai pas si mal que çà pour une 1ère fois.

Il posa sa main sur ma tête et m’accompagnait dans mes va et vient. Après cinq bonnes minutes de fellation, il me demanda de me déshabiller et s’il pouvait me branler aussi. Je lui obéis et on se retrouva tous les deux nus sur mon lit. On s’embrassait, nos langues fusionnaient, mon cœur battait très fort, sa peau était douce, je caressais son torse légèrement velu, il prit ma bite entre ses doigts et me branla gentiment, l’excitation était intense, on réalisa ensuite un bon 69. Au moment ou ma bite fut plongée dans sa bouche, un plaisir intense m’envahissa. C’était trop bon, puis il me demanda gentiment si je voulais me faire prendre. J’hésitai un instant, et j’acceptai finalement. Il attrapa un préservatif, le mis, je me mis en levrette, il cracha sur ma rondelle et il enfonça sa queue dans mon anus, une sensation de douleur au départ se transforma peu à peu en jouissance partagée, il prenait son pied, et moi aussi.

La sensation d’une bite dans mon cul me ramonant m’existait. Je gémissais telle une chienne, et je pouvais m’empêcher de crier. Après une bonne dizaine d’aller-retour dans mon cul, il me dit «  Putain, je vais jouir en toi…ahhhhh », il me plaqua contre le lit et je pus comprendre qu’il venait de finir. Il se retira, et me dit « A ton tour », il attrapa ma queue et la prit en bouche, en moins d’une minute, je sentis que j’allais cracher, il enleva sa bouche et mon foutre jaillit sur mon torse. Après cet ébat, on se mit à rigoler bêtement, puis on alla se doucher ensemble, il été quand même 3 heures du matin. Il m’embrassa longuement et quitta ma chambre, en me faisant promettre de ne jamais raconter ce qui c’était passé.

Le lendemain, on se sentait très gênés et on s’évita même toute la journée. Le soir suivant, on en parla tous les deux sur le chemin du retour, et il m’avoua  « j’ai bien aimé et toi ? » Je lui répondis que moi aussi, et alors on remit çà le soir même sur le lit, dans la douche, et  on l’a refait plusieurs fois.

Voilà ma première fois…

nico du 37

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.