Page précédente

Un beau routier.

C’était il y a 2 ans. Je rentrais chez moi en vélo passant par une route départementale. Celle-ci coupait les bois. A bout de force, je descendis de mon vélo et continuai à pieds. C'est alors que j'aperçu un poids lourd sur le côté de la route. Dans ce temps là je faisais beaucoup de "rentre dedans" sans m'en rendre compte ! Mais ce jour là, j'en étais conscient !

Accoudé a la fenêtre je pouvais voir un superbe mâle torse nu presque imberbe, et pour une première approche je lui demanda l’heure.
Après sa réponse je lui expliquais que je venais de faire 5 km en vélo et que j'aimerai bien me reposer dans son camion, ce qu'il accepta et me fit monter. A mon avis, ou bien il savait ce que je préparais ou bien, il était vraiment simple d'esprit ! Je montai.

Nous commencions à parler de chose et d'autres et de son métier de routier loin de sa famille. Puis je lui posai la question : " et votre femme ? Elle vit bien cette séparation durant les longues routes ?" il me répondit que non et que ce fut la raison de leur séparation. Ce qui m'arrangeait !

Il voyait que je regardais son corps de rêve et je ne pu m'empêcher de lui dire qu'il était bien bâti .Il me répondit qu'il me trouvait pas mal et qu'il ne fallait pas mourir idiot ! (Ce qu'il a dit là n'est pas tombé dans l'oreille d'un sourd !) Tout de suite je lui proposais de passer sur le coin couchette mais il me dit que le mieux était de passer à l'arrière du camion.
Ce que je n'avais pas remarqué c'est qu'il transportait des matelas !

Et là je ne pu me contenir plus longtemps.
Je le poussai sur un de ses matelas et l'embrassai sur tout le corps.
Il me dit que je lui plaisais et que j’étais une belle petite salope.
Je lui léchais les tétons et descendis vers son bas ventre pour engloutir son énorme queue qui gonflait dans ma bouche. Je la sentais chaude et douce au contact de mes lèvres ! Je lui massais le gland avec ma langue et je sentis une petite goutte chaude sortir de son pieu. (Ce qui m'excita d'avantage !) Je le dévorai des yeux tout en pompant ce chibre énorme !

Il m'attrapa par les cheveux, se releva et a genoux devant moi, il me colla sa queue sur le visage et ses couilles contre la bouche tout en me disant que je n'étais bonne qu'à ça.

Il me lécha la rosette et me bouffa les couilles, tout en me branlant, et là je lui dis : " vas-y, baise-moi" (ce qu'il fit aussitôt)
Je sentis son énorme puissance me labourer le cul, je sentais ses couilles frapper contre mes fesses, il m'embrassait, criait de plaisir et se fit plus rapide sur mon petit trou, je sentais son corps dur sur moi et le serrai plus fort contre ma peau, je l'écoutai souffler tout en mourrant de plaisir !

Je ne contenais plus la rage de désir qu'il me provoquait !
Et je criais :" plus fort ! Baise moi plus fort !» et là il se retire, enlève la capote et se branla sur ma joue. Il juta et je senti sa semence chaude et épaisse sur mon visage. Il vint et me lécha toute la figure et avala tout ce qu'il m'avait craché au nez.

A mon tour je me branlai sur lui et jouis sur son torse qu'il caressa avec mon foutre.

Après un long baisé, je suis redescendu du camion, pris mon vélo et rentrai chez moi. Je n'ai jamais revu mon beau routier mais ce n'est pas le dernier que j'ai dragué !

À bientôt pour une autre escapade, bisous partout !

Jarrypetit.chat@noos.fr

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.