Best Of Cyrillo

Page précédente

Le bel hidalgo

Histoire vraie...

Cette année, je pars en voyage Erasmus. Bientôt, il est temps de faire les valises, les papiers sont remplis, les formalités sont expédiées, bref... tout est prêt.
C'est parti pour 5 mois à Salamanque, en Espagne. Je suis enthousiaste, mais d'un autre côté, j'ai peur de mourir de chaud en mai-juin... J'aurais préféré un climat moins... excessif. Comme la Grande-Bretagne. Mais bon, c'est toujours 5 mois de vacances, parce que je sais que je ne serai pas submergé de travail.

Les premiers jours, tout se passe bien : beau temps, mais frais (on est encore en février) et gens sympas. Surtout qu'il y a des étudiants de tous horizons ou presque : je parle avec des mexicains, des américains, des canadiens, des tchèques, des hongrois, des russes ! Une vraie auberge espagnole !

La semaine suivant mon arrivée, la fac organise plusieurs trips et événements d'intégration : sorties en ville, soirées en boîte, shopping pour les demoiselles, paint-ball pour les mecs... plutôt sympa, même si je ne suis pas vraiment un fêtard... Quand je disais que l'Espagne n'était pas faite pour moi !

Dans les organisateurs, des étudiants de master ou de doctorat, certains en dernière année de fac... Et tous super agréables, accueillants, et toujours là pour nous aider et nous guider dans ces couloirs immenses.
L'un d'entre eux en particulier semble faire craquer toutes les moules en chaleur à 100 lieues à la ronde. Lorsqu'une de mes potes erasmus m'en parle, je détaille le gars.
Il est grand, un bon mètre quatre-vingt, cheveux très courts, favoris jusqu'à la mâchoire, yeux gris-verts très grands et dotés de longs cils qui lui donnent un regard charmeur... Et il est baraqué. Hyper bien gaulé. Grandes épaules larges, dos musclé, l'ébauche de pecs d'acier avec de beaux têtons qui pointent un peu sous son pull à col en v, des bras puissants... Il ne me faut pas grand-chose pour m'imaginer que ce mec est monté comme un poney ! Déjà, je me sens mouiller et bander dans mon jean.
- Il est pas mal, c'est vrai, dis-je à ma pote en ayant l'air moitié blasé.

Il est beau comme un dieu, oui ! Je comprends que toutes les filles craquent sur le mec !
Le seul défaut qu'il a, c'est d'être roux. Et encore, pas vraiment roux... légèrement. Rien à voir avec un poil de carotte aux taches de rousseur par paquet sur une peau blafarde.
Non, il est parfait. Mais sa peau est bien blanche, pourtant... Etrange pour un espagnol. M'enfin, c'est pas moi qui vais m'en plaindre : j'adore les peaux claires.
Et son sourire... Un vrai délice. Je n'ai qu'une envie, me coller à lui, me frotter contre son corps d'Apollon, me mettre à genoux, m'offrir à lui...
Mais je suis en Erasmus, personne ne me connaît, je vais éviter de me plaquer une étiquette "petite lope" sur la tronche.
Et de toute façon, j'apprends vite que le gars est hétéro.

Je passe des heures sur facebook à parcourir son profil. On est devenus amis facilement, il acceptait tous les erasmus pour les aider et les avertir des événements organisés par le bureau des étudiants.
Il y a un nombre incalculable de photos. Mais une seule attire mon attention : un portrait avec un de ses potes sur la plage... torse nu.
J'avais vu juste.
Torse imberbe à la peau blanche, des bras comme mes cuisses, des pectoraux à mourir, des abdos de rêve... une légère toison qui remonte de son intimité.
J'ai dû me branler plusieurs nuits d'affilée avec cette photo devant les yeux.

Au début, j'évitais les soirées : déjà je ne sais pas danser, en plus je ne bois presque pas d'alcool. Autant dire que je risquais pas de m'y éclater. Et puis je savais que j'allais tomber sur lui.
Puis, sous la pression des autres, je commence à y aller. On discute plusieurs fois, il est vraiment trop sympa. Facile d'approche, en plus. Je suis souvent troublé, mais il n'en voit rien.
Les semaines passent. Je viens à discuter de lui avec une compatriote française en cours. De fil en aiguille, j'apprends qu'elle a couché avec lui. Et pas qu'elle : la plupart des étudiantes erasmus. D'ailleurs, elle-même n'était pas seule avec lui dans son lit.
Je suis légèrement jaloux, mais après tout je le savais. Elle me décrit succinctement ses ébats, et parle de la puissance de ses coups de boutoir. Je bande dur, mais ça s'arrête là.

Un jour, il organise un truc en petit comité, pendant le séjour à Ibiza. Tout le monde ou presque s'est barré là-bas, et je suis resté sur place par manque d'argent. Pas donnée, la semaine de folie. Lui a dû rester pour ses examens.
Il m'invite donc avec quelques rescapés d'Ibiza à faire une petite soirée chez lui. J'hésite, j'appréhende un peu... puis je me dis que ce serait dommage de passer à côté.
Le soir venu, j'arrive un peu tard, je me suis paumé dans les rues avant de trouver sa piaule.
Il m'accueille avec un air confus : apparemment, la plupart des autres invités se sont décommandés, et ceux qui restaient habitaient loin et l'ont donc prévenu qu'ils ne viendraient pas non plus. Il avait prévu de reporter, mais n'a pas trouvé mon numéro pour me prévenir.
Je suis embêté.
Il me rassure, je peux entrer, de toute façon il n'a rien prévu d'autre pour la soirée.

C'était un vrai rêve éveillé, cette soirée. On a passé des heures à boire et à discuter. Comme d'habitude, je n'ai pas trop bu d'alcool, mais comme il m'encourageait, j'ai tout de même dépassé mon quota normal.
Légèrement éméché, je me suis enhardi, et je me suis rapproché de lui dans son canapé. On a continué à discuter. Plusieurs fois, je l'ai effleuré, ou j'ai tapé sur sa cuisse en riant à ses blagues.
Finalement, il m'a raccompagné, et on s'est dit à plus tard devant mon studio.

Le lendemain, je me réveille en état de choc. Pas de gueule de bois, je n'ai pas assez picolé pour ça... mais je me souviens l'avoir approché de près. Trop près. Je panique un peu... et s'il avait compris ? Puis je me rassure. Après tout, je n'ai fait que le tapoter de temps en temps sur la cuisse..
Je glande toute la matinée, et dans l'aprem je me rends compte que j'ai oublié mon tel chez lui.

- Et merde !

Je fouille partout pour être sûr. Pas de doute, je me revois clairement le poser sur la table près de ma veste la veille. Mais je ne l'ai pas repris. Bon, tant pis... Il s'en sera rendu compte, et il me le donnera quand on se verra à la fac. Ou je lui en parlerai s'il n'a pas fait gaffe.

Une demi-heure plus tard, on sonne à la porte. J'ouvre : c'est lui, et il me tend le portable avec un sourire.

- Tu as oublié ça hier soir, dit-il.
- Ah merci, je viens de m'en apercevoir, ça m'emmerdait...
- Boh, t'inquiète, je suis pas si loin que ça. Ca me dérangeait pas, alors je suis passé. Les autres m'ont dit où tu logeais.
- Ah... Ba cool, merci, vraiment... Euh, tu veux entrer ?
- Pourquoi pas ? T'as de la bière ?
- Nan désolé, je dis en rigolant. Du soda.
- Ca ira.

Il rentre, et je lui apporte un coca. On parle un peu. Puis vient un moment où il se tait pendant trente secondes, et où il me fixe comme pour se décider.

- Je peux te poser une question ? dit-il.
- Ouais, bien sûr.

Je comprends pas ce qu'il a.
Il hésite encore une fraction de seconde, puis, d'un coup, il se penche vers moi et plaque ses lèvres contre les miennes.
Je sursaute, puis mon coeur s'emballe et je m'abandonne complètement à ce baiser spontané. Il embrasse comme un dieu.

Finalement, après un long patin, il se décolle de ma bouche.

- C'est bien ce que je pensais, dit-il.
- Quoi ?
- Je pensais bien que tu flashais sur moi. Je l'ai bien vu, hier soir.

Je ne sais pas quoi dire. J'ai chaud, je bande à mort, je mouille.... Le gars idéal vient de me rouler une pelle mémorable, et il semble pas se foutre de moi. J'en crois pas mes yeux : un dieu grec comme lui, avec un nain comme moi ?

- Ba alors, tu dis rien ? demande-t-il.
- C'est que... tu m'as pris par surprise...
- Déshabille-toi, me dit-il.

Je m'exécute, et presque aussitôt, j'ai honte de mon corps banal et sans muscle devant le sien. Il retire son t-shirt, et je peux admirer son torse si musclé, ses pecs, ses abdos... Il a même les "rides" de l'ange, au niveau du bassin...

- J'aime les petites crevettes comme toi, dit-il. J'aime ça parce que ce sont toujours des petites lopes qui aiment la bite.

Je fonds littéralement. Il a vu juste. Et là, il enlève le reste. Sa bite est à moitié bandée, de belle taille déjà, peut-être 16 cm. Et épaisse. Au maximum, elle doit faire dans les 20 cm. Tout chez ce mec me surclasse. Et j'adore ça, car ça veut dire que je vais m'employer à vénérer son corps et sa queue... je serai soumis à sa volonté.
Il lit mon regard et le comprend tout de suite.

- Suce-moi.

Je ne me fais pas prier davantage. Je gobe sa bite turgescente, et je la sens grandir dans ma bouche sous mes coups de langue. Elle devient énorme, à tel point que je me demande si elle n'était pas complètement au repos, quand il l'a sortie. Je le pompe avec un plaisir indescriptible. Je l'entends soupirer d'aise et sortir des trucs en espagnol que je ne capte pas... sans doute des trucs cochons...
Je descends sur ses couilles, que je lèche langoureusement... Puis je me mets à cheval sur lui et je lui mordille les têtons... je l'embrasse à pleine bouche, il me rend la pareille... J'ai très chaud, je bande, je me frotte contre lui comme une chienne en chaleur... Il a pris ma bite en main et nous nous branlons tous les deux... Puis nos bites l'une contre l'autre... La mienne fait 5 cm de moins que la sienne !
Puis je remonte légèrement, et il frotte sa queue sur ma raie... J'en peux plus, j'ai trop envie qu'il me défonce, je suis sur le point de m'empaler sur lui...
Alors il me porte (carrément, avec ses bras de camionneur !) et me jette sur mon lit comme une petite pute. Il me dit quelque chose que je ne capte pas tout de suite, puis en réflexe, je me mets à quatre pattes et lui offre mon cul. Il a l'air satisfait.
Je le vois fouiller dans la poche de son jean, il en sort une capote et du gel... Ouf, j'allais déguster, sinon.
Il en étale sur ma rosette, et commence à me triturer le cul. Il met un, puis deux doigts, il me dilate... Je l'entends toujours marmonner des trucs cochons tandis que je tortille du cul sous son traitement...
Il enfile la capote, et s'applique du gel sur la queue. Il fait bien durer le plaisir : il me frotte sa pine contre la raie et la rosette, sans jamais me pénétrer... et ce pendant un bon quart d'heure.
Je n'y tiens plus, et je recule violemment pour le prendre en moi. Il est surpris, et je l'entends pousser des jurons et des exclamations diverses, dans lesquelles je perçois les mots "pute", "trou" et "remplir".
Il retire sa queue, et vient me coller une baigne.
- C'est moi qui te défonce, pas l'inverse. Tu vas être obéissante, salope !
Alors il retourne derrière moi, et là il me perfore littéralement d'un puissant coup de rein. Je pousse un cri, puis des gémissements et des couinements de chienne alors qu'il me laboure le cul. Ma pote n'avait pas menti : ses coups de boutoir me déchirent et m'envoient des décharges de plaisir. J'ai le cul en feu, et lui est infatigable ! Il me baise, encore et encore, sans relâche. Je ne sais pas combien de temps ça dure. Je commence à me palucher, et je mets quelques minutes à jouir. Mon anus se contracte et je l'entends pousser des râles rauques de plaisir bestial. Il ne jouit pourtant toujours pas ! Endurant, l'espagnol.
Je le sens ralentir.
Il décule, me flanque une bonne claque sur la croupe, et me dit de me mettre sur le dos pour mieux me baiser. Je me retourne.
Il renfile sa queue dans mon ventre, et recommence à me sauter. Il pousse de vrais cris en me baisant ainsi, comme un animal en rut insatiable. Je ne compte plus les minutes... J'ai le cul en chou-fleur, mais je l'avais bien cherché !
Il continue de me perforer en se penchant sur moi. Ses coups de reins se font moins violents, plus sensuels... Il ondule du bassin pour me baiser, et il a passé sa main dans ma nuque... Il me tient, me fixe droit dans les yeux, et me fait l'amour tendrement. C'est si intense, que je me remets à bander et à jouir du cul. Je pousse des râles de plaisir... Il attendait ce moment, et c'est pour ça qu'il avait ralenti... Il recommence alors à me pilonner le fion, et de plaisir, je passe à l'extase... l'extase d'être possédé par un tel mâle... infatigable...
Il est ruisselant de sueur, à présent, et je m'enivre de son odeur de musc viril... Je tends la bouche et l'embrasse ; il me roule une pelle phénoménale, tout en continuant de me baiser.
Il bascule en arrière, et me redresse sur lui... C'est comme s'il me portait pour m'enfiler, mais nous sommes tous deux assis. Je suis empalé sur son chibre, et j'ondule du cul pour accompagner ses mouvements. Une vraie balançoire...
Enfin, il me dit de me remettre à quatre pattes... je sais ce qui m'attend ! Il va me finir en levrette, dans la position où il peut totalement me posséder et me défoncer le plus énergiquement... la boucle est bouclée.
Je me prépare à prendre sévère, mais je suis excité à mort. Ma bite est à nouveau bandée au maximum, et j'ai tout le bas ventre en feu.
Dans un espagnol approximatif, je lui dis :
- Termine-moi !
Il pousse un cri rauque en s'enfonçant d'un coup jusqu'aux couilles, et moi un cri de plaisir/douleur...
Puis il se déchaîne littéralement : il alterne les coups de bite à une vitesse folle, et mon anus chauffe un max ! C'est tellement bon que je sens venir l'orgasme anal sans même me toucher !
Mes contractions ont finalement raison de lui, et il beugle comme un taureau en déversant son foutre dans la capote. Je l'entends pousser trois, quatre, cinq... six cris d'affilée, et il finit par s'écrouler derrière moi, complètement vidé.
J'ai de nouveau éjaculé, cette fois sans même me branler, et mes draps sont maculés de foutre et de sueur...
Je mets plusieurs minutes à revenir à moi ... Je viens de faire l'amour avec un espagnol de rêve, qui m'a donné deux orgasmes en une seule partie de baise !
Plus tard, lorsqu'on s'est reposés et douchés, il m'a dit qu'il préférait aussi baiser les meufs par derrière, parce que les sensations sont bien meilleures. Je lui ai demandé s'il faisait souvent ça avec des mecs. Il m'a répondu qu'il était bi occasionnel, et qu'il aimait bien décoincer des mecs comme moi...
- Il était temps que tu t'amuses ! a-t-il ajouté. Même en soirées, on te sent un peu à part, tu n'as pas l'air de t'éclater...
Il n'avait pas tout à fait tort... Mais on ne se refait pas si facilement.
- Au moins, tu auras un souvenir fun de ton séjour ici !

Tu m'étonnes ! Je suis pas près de l'oublier...

Alex

kuja364@gmail.com

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'information : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.