Best Of Cyrillo

Page précédente

BEST FRIEND 4

La fin des exams de juin venait de sonner, entre nous nous avions décider de partir une semaine en vacances, avant de revenir chercher nos points dans notre cher école que nous allions tous quitter (nous l'espérions). Un de nous était d'origine croate, et avait une maison de compagne là-bas.

Elle était située à 200mettre de la mer et à 500 mettre de tout autre maison. Un petit chemin situer au bout du jardin permettait d'accéder à une petite crique border de sable et de galet. Pour être sur de pouvoir passé le plus de temps possible sur place, nous sommes partit au milieu de l'après midi. Nous étions 6 donc nous avons décidé de nous repartir dans deux voitures. 4 dans une avec une partie des bagages dans le coffre et 2 dans l'autre avec le reste des bagages dans le coffre et sur le siège arrière. Je me suis bien sur arrangé pour me retrouver avec Adrien dans la voiture. J'avais commencé la tournée de conduite et il m'avait suivit. Nous étions bien tombé car il faisait claire !

Quand nous roulions, alors que 20minutes après le changement de pilotes la nuit est tombée nous plongeant dans le noir des autoroutes allemandes. Comme par hasard Adrien et moi étions tout deux sur la banquette arrière. La fatigue d'une longue session d'examen me pesait dans la tête, et la monotonie du paysage faisait que mes paupières se refermaient et je me sentais partir dans les bras de Morphée quand je sentis quelque chose se déposer sur ma cuisse et une tête se coller contre mon épaule. Adrien c'était rapproché de moi. Ca main me caressai la cuisse et se rapprochait de mon paquet qui s'était déjà bien gonfler par la surprise et par le faite de savoir qu'il y avait des gens autour de nous.

J'ouvris les yeux et vis que le co-pilote dormait et j'entendais les booms booms du lecteur mp3 du conducteur qui lui permettaient de ne pas s'endormir. Je passai ma main autour de sa tête et le rapprochais de moi en la déposant sur son épaule. Avec sa main il me malaxait les couilles et la bite qui commençait à être à l'étroite. Mon autre main essaya de déboutonner mon pantalon et il fit de même avec ça main libre. Mon pantalon desserrer, ma bite se déplaça dans le boxer afin de se mettre dans un position qu'elle trouvait plus confortable et qui bien sur montrait une certaine rigidité.

Il m'embrassa discrètement dans le coup et sur la bouche tout en effectuant des petits mouvements à travers mon boxer. Il sait combien je raffole du contact avec le lycra. Il souleva le boxer et y glissa une main et attrapa mes couilles qu il pressa bien fort avec l'autre main il commença a me branler vigoureusement. Il arrêta d'un coup et je me fus surpris car je cru que un des deux nous avais vu. Mais non, il bougea et se plaça autrement. Il commença par défaire les boutons de son pantalon puis il plia les jambes et les appuya contre le dossier et se coucha sur le coter sur la banquette, il plaça sa tête entre mes hanches et mes genoux tout en regardant vers ma queue.

De devant on aurai compris qu il dormait la tête reposée sur mes genoux, mais non il avait ma bite en bouche. Il fit quelque mouvement d'aller et retour, puis reposa sa tête sur mes cuisses et commença à jouer avec sa langue. Avec sa bouche il me serra le sexe un peu comme un pirate qui tient un couteau, avec délicatesses il me serra le plus qu il pouvait mais sans utilisé les dents et effectua des allers et retours tout en jouant avec sa langue contre la peau de ma bite. Il titilla mon frein et il compris que avec ça je ne tiendrai pas longtemps alors il recouvrit mon gland para sa bouche et recommença son titillement. Cela m'acheva et je lui envoyai tout mon sperme en bouche et il le but comme un élixir. Il s'empressa de me nettoyer la bite qui commençait à ramollir. Pendant ce temps ma main avait réussi à se faufiler dans son boxer et lui massai la queue qui était déjà bien dure. Après ce qu'il venait de me donner, je ne pouvais que lui rendre la pareil et nous échangèrent nos positions. Il fut beaucoup plus rapide que moi à venir.

Le stress de se faire repérer et l'excitation de la pipe qu il venait de me
faire sûrement. A peine avion nous rattacher nos pantalons que nous la voiture sortit de l'autoroute sur une aire de repos afin de changer de conducteur. Adrien et moi en avons profiter pour aller pisser dans le sous bois. Nous avons tout les deux détacher notre pantalon et baiser notre boxer afin de sortir notre bite pour pisser. C'est a ce moment la qu il me la prit en main et qu il me dit va y tient la moi on va pisser.

On s'était déjà branler plusieurs fois ensemble mais pisser ensemble jamais. Mais pourquoi pas. Durant notre vidange, il me glissa a l'oreille qu il aimait ma bite et mon jus. Il avait fini de pisser alors je la lui secouais un petit peu et lui décalottait deux trois fois afin de faire tomber la dernière goûte. Je vous laisse imaginer la difficulté de l'affaire. Pendant se temps la il n'avait pas bouger. Au lieu de me la secouer il me tourna vers lui et me la nettoya avec la langue. Je n'étais pas trop pour l'uro, mais si il le voulait je n'allais pas l'en empêcher.

Il me remit ma queue dans mon froc et le referma, il m'embrassa dans le coup, il savait bien que je ne demandais pas mieux de l'embrasser avec mon sperme en bouche, mais que ma pisse ça ne me tentait pas. Il me glissa a l'oreille, mais je compris que ce n'était pas pour moi mais pour mon membre «vivement notre prochaine rencontre » il me dit ça en me serrant le paquet. Nous sommes retourner vers les voitures et tout en lui massant le cul je lui ai dit tu sais bien qu'elle est a toi quand tu veux. C'était mon tour de reprendre le volant, il se plaça derrière moi sur la banquette arrière. Je mit le mp3 en route, et suivit la première voiture qui nous précédait. Approximativement 30 minutes après, je jetais un coup d'oeil au mec placé à coter de moi, il dormait. Je saisi le rétroviseur central et le fit bouger pour voir si les deux passagers a l'arrière dormaient. Mais il faisait trop sombre et je ne pus rien voir d'assez net que pour confirmer mes pensées.

Je me sentis alors partir en arrière et deux grosse lèvres vinrent se poser dans mon coup et me firent un baiser langoureux. Il arrêta. Et je sentis deux main me serrer, mais malheureusement une seul pouvais arriver a ce qu elle convoitait, et oui Adrien n'avais pas les bras assez long que pour faire le tour de moi et du siège. Sa main gauche se glissa dans la poche de mon pantalon. Et alla jusqu'au fond, je ne sais comment il le savait mais j avais pour habitude de couper le fond de ma poche gauche afin de pouvoir me gratter les couilles allaise et de me toucher la queue quand je voyais quelqu'un qui m'excitait. Il arriva donc à mon boxer et le fit glisser comme il peut afin de pouvoir toucher ma bite et mes couilles.

Et il les malaxa comme il pouvait, mais la position dans laquelle il était n'était pas très agréable pour lui. Il changea de main et me défit mon pantalon et me branla comme il pouvait, quand j ai sentis que j'allais venir je lui fis comprendre et il serra mon prépuce au dessus de mon gland, afin de m'empêcher de gicler et d'en mettre partout sur moi. Je sentis le sperme sortir et buter contre mon prépuce et s'écouler dans sa main. Quand il sentit que je n'avais plus rien pour lui. Il prit sa main et la lécha, afin de récolter tout mon jus.

Il sortit son mouchoir en tissus de sa poche et m essuya la bite. Comme je pu je remis tout en place et continuais ma route comme si de rien était. Je l'entendis lécher le mouchoir (qui entre nous devait avoir été prévu rien que pour ça puisqu'il venait de le déplier) et le sentir. Je compris alors qu il se branlait. Même en jouant avec le rétroviseur je ne le voyais pas se branler, et cela valait mieux car j aurai perdu la route des yeux. Mais je savais qu il se branlait car j entendais sa montre faire du bruit a chaque aller et retour.

Quelque minute après je vis sa main et son mouchoir arriver devant moi pleine de son sperme. Il me les fourra en bouche et je lui léchais le tout jusqu à le dernière goûte. Au changement suivant de pilots, deux bonne heures plus tard, c'est lui qui prit le volant et moi qui me mit du coter passager. Attendant que les autres se soit endormis, et pour ne pas que notre pilotes s'endorme, je fis causette avec lui, quand les deux autres furent endormi je commençais a lui caresser la cuisse et le paquet et je le gratifiait d'un pipe. Il éjacula dans ma bouche, j avalai une partie directement et recachait l'autre dans ma main afin de lui donner. Il me suça les doigts comme si c'était ma bite. Le jour commençais a se lever et nos jeux devenaient un peu plus risquer alors nous arrêtâmes.

Arriver sur place, la première chose que nous avons fait, c'est aller faire des course. Certain s'occupait de la bouffe et d'autre des boissons. Bien sur nous primes quelque bouteille d'alcool dont de la vodka. Apres nous sommes aller nous prélasser sur la plage et nager un petit peu dans l'eau qui avait une température idéal. La maison était bien aménagée, elle disposait de trois grande chambre à coucher avec salle de bain. Adrien et moi avons prit une d'entre elle avec une porte donnant dans le jardin. Bien sur les chambres était sensée accueillir des couples donc elles disposaient d'un seul grand lit, ce qui ne nous dérangea nullement.

La soirée débutait, après avoir, regarder la bête film qui passait sur le seul chaîne francophone. Nous nous décidâmes à jouer à un jeu. N'ayant qu'un jeu de carte, nous avons décidé de faire un strip-poker à notre façon. Celui qui perdait avait le choix entre enlever un vêtement, faire un gage, boire un bon verre de vodka pure. C'était la première fois que je jouais a se jeux, qui me plaisais bien car c'était l'occasion de voir mes meilleurs potes a poil. C'est aussi moi qui perdis le plus et le plus vite, ayant déjà bu quelque verre, je me décidais à enlever un vêtements, j'enlevais donc mon t-shirt (je vous rappelle que nous somme en juin).

Mais bien vite d'autre ami se retrouvèrent bien plus déshabillé que moi, Adrien était parmi eux. Tout le monde voulais bien boire et se déshabiller mais redoutaient un peu les gages. Mais chacun voulais être joyeux mais pas mort plein donc n'exagérai pas trop sur la vodka. Mais personne ne voulais se retrouver a poil en premier. Nous étions tous en boxer. Nous changèrent de jeu, nous firent tourner une bouteille sur la table et celui qu'elle indiquait en premier montrait la personne qui donnais le gage. Il l'énonçait tout haut et relançais la bouteille afin de déterminer la personne qui aurait le gage.

Tout le monde redoutait les gages, et imaginait les pires gages pour les autres. L'homme est ainsi fait, cruel avec les autres. Le premier gage fut de coller un mickey à un autre mec au choix pendant 30secondes. Alcool aidant se gage se fit facilement. Durant ce temps quelqu'un avait pris la télécommande de la télévision et tomba sur un film porno. Étant tous des mecs, nos bites se gonflèrent et commençaient à prendre du volume dans nos sous-vêtements. Nous continuâmes le jeu, mais les gages devinrent de plus en plus sexuelles, car chacun était excité par le film. Certain dure se rouler des pèles, se faire faire des suçons, manger de la crème fraîche sur les tétons. La bouteille fut relancée et tomba sur moi, chacun savait que j'aimais autant les hommes que les femmes, ils s'attendaient tous a un gage plus hot.

Je lançais alors « branler un autre mec pendants 3 minutes », je relançais la bouteille afin de voir qui allait tomber sur ce gage, ce fut Adrien. Il me choisi, mais bizarrement il enleva son boxer lui aussi, mon gage était de branler quelqu'un et pas de se branler réciproquement, mais il savait que c'était impossible de résister pour moi. Nous nous sommes donc branler tout les deux pendants trois minutes, les autres nous regardaient, la bouche ouverte car ils ne savaient pas qu'Adrien était comme moi.

Une fois le gage terminer, certains me posèrent des questions car ils étaient étonnés que je n'aie aucun poil pubien. Je leur répondis que je les rasais souvent, que c'était plus agréable de sucer une bite rasée mais qu'ils ne pourraient pas comprendre si ils n'essayaient pas.

Nous reprîmes le jeu et la bouteille tomba sur Adrien. Il réfléchit un petit peu et puis dit « se faire raser les poils ». Tout le monde frissonna sauf moi qui n'en avais aucun à raser. Le hasard tomba sur celui qui s'était le plus intéressé au faite que je me rase les couilles. Il était prêt à le faire mais pas devant tout le monde. Mais bon un gage c'est un gage et tout ce qui est fait entre nous ne sort pas du groupe. Je partis chercher des essuies et le rasoir et la mousse pendant que les autres préparaient de l'eau afin de rincer le rasoir.

Je déposais un essuie sur la table et il s'assit dessus. Je du lui enlever son boxer, mais dieu sais comme j aime ça, découvrir le sexe cacher derrière. Je me mis de la mousse sur les mains et commença à lui en mettre partout. Je pris le rasoir et commençais à couper en prenant bien soin de ne couper que les poils. Tout était partit, il n'y avait plus un poil, la peau était maintenant toute douce. Je pris un gant de toilette et enleva tout ce qu'il y avait autour de sa bite et ses couilles. Je pris un essuie pour essuyer et tout en me penchant je dit « voila un bonne grosse bite prête à être sucée » et je l'engloutis d'un coup.

Je me retirais mais il me dit, non va y continuer, au point ou on en est, je ne me suis jamais fait sucer, c'est l'occasion, et puis je suis trop exciter que pour finir tout seul. Je ne me fit pas prier et commença à le pomper du mieux que je pouvais, j'avais aussi bien bu et cela n'était pas facile. Adrien était sur exciter, il me voyait sucer un autre mec que lui, sa queue était raide comme un pieu. Tout le monde était à poil et jouait d'un manière ou d'une autre avec sa queue. Moi je suçais toujours ma grosse queue dépourvue de poils. Je sentis la sève monter dans la tige et je la prit toute dans ma bouche sans en perdre une goûte.

J'avais tout son sperme en bouche quand je vit Adrien a genoux entourer par les trois autres. Je m'approchais de lui et lui donna une partie du sperme que j'avais récolté cher le rasé. Nous étions tout deux a genoux entrain de sucer nos quatre copains.

Soudain je me suis levé et j ai été dans la cuisine pour chercher une biscote. J'avais vu sur un site porno des gens jouer au jeu de la biscotte. Au lieu de gicler dans nos bouches il devait déposer leur sperme sur la biscotte. Avec deux as de la pipe comme nous ils ne tardèrent pas à éjaculer l'un après l'autre. Adrien et moi nous somme partager la biscote pleine de foutre. Adrien le lécha alors pour récupérer la moindre goûte de sperme.

Etant les seuls à ne pas avoir jouis nous sommes partit en 69. Nous avons éjaculer en même temps et nous sommes échanger notre sperme en un baiser langoureux. A notre grand étonnement les autres n'était pas rester inactif et nous avais plus ou moins imiter. Certain en suçais d'autre, certain se laissai sucer. Aucun d'entre eux ne pris le jus de l'autre en bouche et Adrien et moi nous sommes chargé du grand nettoyage. Nous avons alors été nous laver dans la mer qui avait toujours une température agréable. Nous n'avons bien sur rien mit sur nous pour aller dans l'eau, et une fois dans celle-ci, nous nous sommes battu a la lumière de la lune. N'hésitant pas a chopé les couilles et les queues qui passait près de nos mains. J'en sentis une qui était tendue a fond.

Je regardais le visage de la personne et qui elle appartenait, et c'était à Adrien. Il avait pied alors je mit mes jambes autour de lui et le sera contre moi et l'embrassa. Je lui dis alors « tu es prêt à passer une nuit blanche », il me répondit « oui, rase moi et suce moi, et suce moi encore ». Petit à petit nous reprîmes le chemin de la maison. Adrien et moi marchions vers la maison l'un contre l'autre la main sur la fesse de l'autre.

Arrivés dans la chambre, nous nous précipitâmes dans la salle de bain ou je lui rasais les couilles tout en lui donnant un petit coup de langue sur le gland quand je savais. Ses couilles toutes propres, je ne pu m'empêcher de les gober tout en le branlant. Je remontait a lui et lui donna ma bouche, je fis des tours de sa bouche avec ma langue, la guidant sur ses lèvres, puis je collais mes lèvres aux siennes. Et cherchais sa langue avec la mienne. Il avait toujours un goût de sperme. Nous nous déplaçâmes jusqu au lit ou je lui taillais une pipe dont il se souvient. Pour une fois nous avions le temps de faire durer le plaisir, et chaque fois que je le sentais monter en lui je changeais de mouvements ou allais embrasser ses tétons, lui léchais les couilles. Mais j avais trop envie de son jus au fond de moi, alors j y mit fin.

Il se leva et alla à sa valise, il en sortit un bidon d'huile de massage. Il m'en enduit le ventre et fit glisser ses doigts sur mon corps, mes pectoraux, mes abdos, mes cuisses, ma queue, entre mes couilles,. C'était divin, j'étais au ange. Il en enduit ma queue et commença à la masser, tout en me titillant le bout du gland avec sa langue. Apres de longue minute de massage, je lui giclais tout mon foutre dessus, comme si je n'avais pas su me contrôler tellement le plaisir était intense.

Il en avait partout sur le visage et j'en profitais pour le nettoyer entièrement. Nous nous couchâmes l'un contre l'autre, s'embrassant et laissant nos mains parcourir nos corps. C'est le moment que je choisi pour le lui dire « de toute les bites que j'ai sucer aujourd'hui c'est la tienne la meilleur, de tout les spermes que j'ai goûter c'est le tient le meilleur, de tout les mecs qui m'on sucer c'est toi qui suce le mieux, tu es l'homme de ma vie »

Nous nous sommes endormit l'un contre l'autre. C'est moi qui me suis réveiller le premiers. Un furtif coup d'oeil sur ma montre qui indiquait midi moins dix. Je déposais un petit baiser dans son coup. Ceci le réveilla, et il regarda sa montre aussi. Apres quelque petit bisous et quelque petite caresse échangée, nous nous sommes levé, avons enfiler un boxer et nous sommes dirigé vers la cuisine et le salon. Deux autres était déjà lever, quand nous sommes entré dans la pièce ils nous ont regardé, et ont eux un petit sourire. Je regardais Adrien qui lui en fit autant. C'est alors que je compris que nos boxers avaient du mal à cacher notre trique du matin.

Nous nous assyirent avec les autres et commencèrent à discuter de la soirée d'hier et du programme d'aujourd'hui. Tout le monde était fatigué, alors nous avons décidé d'aller nous prélasser sur petite plage qui bordait la crique. Mais avant tout ça il fallait réveiller les deux qui dormaient toujours. Nous nous sommes précipité vers la chambre sans faire trop de bruit. Nous sommes rentré dans la porte qu'il n'avait pas fermé a clef. Ils dormaient tout les deux, nu comme des vers et sans couverture vu la chaleur qu'il faisait. Nous restâmes debout à regarder ces deux bites moles et ces couilles qui pendaient entre les jambes a peine écartées.

Notre trique du matin recommença de plus belle. Nous décidâmes de les réveiller a notre façon, nous leur fîmes des baisers tout le long du corps partant des pectoraux en allant jusqu a la bite. Les yeux s'ouvrirent petit a petit mais aucun son ne sortit des deux bouches, en effet nous avions tout deux une bite en bouche, bite qui était molle mais qui prenait de l'ampleur et oui aucun mec ne résiste a la trique du matin et a une sucions buccale de la queue. Nous n'avions pas encore déjeuné et une bonne bite et bonne quantité de sperme nous suffisait pour ce repas. Il ne devait pas avoir l'habitude de se genre de pratique car ils vinrent en nous peu de temps. Ils se levèrent enfilèrent un boxer et vinrent dans la cuisine, ou les deux autres nous attendais. A table nous ne mangèrent rien, je n'avais pas l'habitude de déjeuner, et le reste de sperme que je pouvais trouver dans la bouche d'Adrien me suffisait. Nous nous roulions des pèles pendant que les autres mangeais.

Chacun retourna dans sa chambre afin d'enfiler un maillot et de prendre nos affaires de plage. Nous nous retrouvâmes tous en moule bite sur la plage. J étendit ma serviette de bain à coter de celle d'Adrien. Le soleil tapait, et il fallait se mettre de la crème solaire. J'étais couché sur le ventre et Adrien m'enjamba et m'en mit sur le dos. Il en profita pour me faire un massage. Sentir ces mains se promener sur ma peau, fit monter le sang dans mon membre. Il me signala que c'était fini par un doux baiser poser dans le bas de mon dos, a la limite de l'élastique de mon moule bite. Il se coucha sur sa serviette, je me redressai afin de lui mettre de la crème aussi.

Il vit la bosse de mon maillot et me dit « je suis content de voir que je te fait toujours de l'effet », je lui répondit « tu me feras toujours de l'effet tant que tu me sucera comme un dieu a n'importe quel moment et surtout quand je m'y attend le moins ». Je le massai donc à mon tour avec la crème solaire. N'oubliant pas ses épaules et ses omoplates. Puis je descendis et j arrivais à son bassin. Je passai par au-dessus de son maillot et arrivais a ses jambes. Et je remontais vers ses fesses et glissais mes mains sous son maillot pour lui malaxer les fesses. Je descendit une main entre ces jambes et lui chatouilla les couilles.

Il me dit d'arrêter. Et se retourna sur le dos. Je sentais sa bite dure contre mes couilles. Je repris de la crème et lui en mit sur les pectoraux, au faite j ai recouvert ses deux tétons de crème et je l'ai étendue sur tout son ventre. Nous nous regardions dans les yeux et il me faisait tout le temps des petits signes avec sa bouche, faisant passer sa langue sur ses lèvres. Un fois la crème bien étendue partout, je me jetais dessus et l'embrassa langoureusement fouillant sa bouche après la langue qui me provoquais quelque instant au pars avant. Nous tournèrent alors sur nous même et sortirent des serviettes, la crème n'étant pas très sèche, nous nous retrouvâmes vite avec plein de grain de sable coller partout sur le corps. Comme il était plus fort que moi il me prit dans ses bras et me souleva et m emmena dans l'eau. Nous nous embrassions, ma main parcourait ses cheveux, son corps, ses fesses, a force de jouer avec ses fesses, son maillot glissât et lui arriva au cheville.

Il fit le pas de trop et nous somme tomber tout les deux a l'eau complètement. Je plongeais alors a la recherche du fautif et je sortit et tombais nez a nez, enfin plutôt nez a bite avec la sienne. Je la pris en bouche. Elle avait ce goût salé et je trouvais ça divin. Nous retournèrent sur la plage car boire la tasse à chaque petit léchage ne me plaisait guerre. Nous avons donc couru vers la plage et il s'est couché sur sa serviette et je me suis penché sur sa bite, je me chargeais d'enlever tout le sel qui y était collé. Il gémissait de plaisir. C'est a ce moment la que notre voisin de serviette ouvrit les yeux. Il commença à se branler a travers son maillot. Des que je l'aperçu, je tendis la main et remplaça la sienne, il descendit son moule bite afin de libérer son membre bien gonfler. C'était celui que j'avais rasé la veille. Il se leva et vint se placer au dessus de la tête d'Adrien. Il se mit à quatre pattes. Je voyais ces couilles et sa bite pendre.

Il bougea un peu les fesses de gauche a droite. Ces couilles suivirent le mouvement, on aurai dit le marteau d'une cloche qui allait taper contre la cloche formée par ces jambes. Adrien lui essayait d'attraper ses couilles ou sa bite, mais il n'arrivait qu à y déposer des coups de langue. Il se baisa et lui plaqua les couilles sur la figure, il lui massa la figure avec ces couilles, les manants sur chaque partie de son visage avant de se faire engloutir par une bouche. Je décidais de faire la même chose que lui, il gobait les couilles alors je lui gobais les couilles, je jouais avec les siennes comme lui le faisait. Il ne lui fallut pas longtemps pour comprendre cela et il a l'autre ce qu il voulais que je lui fasse. Il vinrent tout les deux en même temps, moi je avalais tout mais l'autre se retira de la bouche d'Adrien et lui gicla sur le visage et sur le corps. Je choisi donc de récolter tout ce précieux liquide. Nous sommes rester assis le reste du temps l'un contre l'autre a s'embrasser et se caresser.

Après le dîner, nous avons tous décidé de dormir sur la plage. Nous nous sommes donc aménagé des places en cercle. Avons pris nos coussins. Adrien et moi avons fait une petite bute juste derrière l'endroit ou nous allions dormir afin de pouvoir s'appuyer comme dans un fauteuil. Nous avions amener des bouteilles d'alcool et de bière. Que nous avions disposer au milieu. Je m'étais appuyer contre la bute de sable et avais écarté les jambes. Adrien vint se placer entre celle-ci en appuyant sa tête entre mes pectoraux. Nous avons longuement discuté de tout et de rien, de filles, de mec, de musique, du programme de demain. Mes mains, quand elles n'étaient pas occupées par une bouteille étaient sur le cops d'Adrien. La soirée tira en longueur et au fur et a mesure certain s'endormir. On entendais plus un bruit a part le clapotis de l'eau a chaque aller et venue.

J'avais ma tête en arrière et regardais les étoiles, j'adore regarder les étoiles, je trouve cela magnifique. Adrien c'était endormit dans mes bras. Je lui fit un petit bisous dans le coup et lui dit « bonne nuit mon cour ». C'est alors que j'entendis « elle ne sera bonne que si je rêve de toi », il ne dormait pas il faisait semblant, il me dit que c'était pour voir ce que j allais faire. Je lui demandais en lui léchant l'oreille si il préférait le rêve ou la réalité. Il me dit que les deux était magnifique. Je plongeais alors ma main vers sa queue elle était moles mais prit bien vite de la vigueur. Il sentit que ma bite aussi commençait à gonfler et il fit des petits mouvements de dos afin de jouer avec ma queue, je sentais chacune de ses vertèbres contre mon membre. Il se retourna et me suça. Ma tête était plongée dans les étoiles et ma bite au septième ciel.

Je vins dans sa bouche et il me montra qu'il jouait avec sa langue et mon foutre. Je le suçais à mon tour et vis qu il gardait mon sperme en bouche. A cause de l'excitation et du foutre qu il avait dans sa bouche, il vint assez vite. Et nous avons échangé notre foutre dans un bon baiser. Nous échangèrent
nos place et je m'endormis dans ses bras, je me souvient qu il me caressai le corps du bout de doigt, cela me donnait des frisson. Le réveille fut doux, il glissa sa main dans mon boxer mais ne fit rien, laissant ça main comme un gardien qui surveillait mais couilles et ma queue, cela me montre qu'elles sont si précieuse à ces yeux.

La fin du séjour fut semblable aux autres jours, partie de plaisir, sautages sur la plage, beuverie de boissons.

Le retour au pays et à la réalité de la vie revint trop vite. Le retour fut fort pareil à l'aller, en tout cas pour nous deux.

Depuis nous ne nous cachons plus de notre groupe d'ami et il n'est pas rare que nos soirées entre copain finissent en partie de plaisir.
Adrien et moi vivons dans le même appartement car il est plus facile pour nous deux d'aller a la fac depuis l'appart, je vous laisse imaginer comment finisse les longues soirées.

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay d'internautes