Page précédente

Un bi et un minet

A mon retour de vacances, j’ai raconté mon aventure à un ami homo, qui m’a incité à la publier.
J’ai 50 ans, vis avec ma compagne et suis bisexuel depuis toujours. Mon phantasme et la rencontre de minet afin de partager un moment de plaisir avec eux . Comme les homos je suppose, je suis toujours attentif à chaque situation qui me permet de vivre une nouvelle expérience lorsqu’elle se présente.
En Juillet, j’ai avec mon camping car, effectuer un périple dans les alpes avec à la clé, baignade dans les lacs, VTT, randonnées et repos.
Vers le 14 juillet nous nous sommes posé pour une semaine sur une aire aménagée ou l’activité principale était la baignade. Je me suis installé juste à coté d’un autre camping car occupé par un couple de cinquantenaire accompagné par un beau jeune homme d’une vingtaine d’années. Vous vous doutez bien que mon choix d’emplacement était prémonitoire.

Chaque matin, le couple partait en randonnée vers 8 h 30 et ne revenait que vers 14 h pour manger et repartir avec le minou à la baignade vers 16 h.
Le petit mec, lui, n’était jamais levé lorsque je partais faire mon tour de VTT vers 7 h et je ne l’apercevais qu’a mon retour vers 11 h allongé sur son relax en slip de bain à se bronzer au soleil. Un véritable lézard, qui par conséquence avait un superbe teint halé par les expositions prolongés.

A chacun de mes retours, je mâtais ce corps longiligne, mince, avec une petite pilosité uniquement sur les mollets, le reste du corps était une peau au grain fin, lisse et dorée à point.
Il avait un visage régulier, un sourire facile découvrant une dentition éclatante sur le visage bronzé . Son visage était mangé par des ray ban fortement teintées qui cachait ses yeux noirs profond. Sa chevelure abondante et brune était scotchée par une tonne de gel qui lui permettait d’avoir une forme en pétard comme s’il sortait du lit.
Souvent je le détaillais, un nez droit et mince, ce visage sans aucune barbe naissante, son torse imberbe avec deux petits tétons presque sans rondelles autour, et, à travers son maillot de bain bleu clair, on devinait un paquet moyen que je ne rêvais que de découvrir.

L’occasion se présenta le jour du 14 juillet, ma compagne était partie pour la journée visiter le village voisin ou une foire se tenait. Connaissant mon aversion pour cette activité elle n’avais pas insistée pour me traîner et je me préparais à passer une journée relax au camping car à terminer un roman que j’avais commencé depuis bientôt une semaine.
Comme à l’habitude, mes voisins, vers 8h30 partaient en rando. Nous échangeâmes quelques mots. Jean et Christine m’apprirent qu’ils allaient marcher pour la journée au pic du lièvre et qu’ils ne seraient de retour qu’en fin d’après midi.
- Et votre fils alors ? il ne vous accompagne pas ?
- -ce n’est pas notre fils, mais notre neveux , il est étudiant en gestion il devait faire un stage en juillet. Mais l’entreprise n’a pas respectée ses engagements, aussi, nous lui avons proposer de nous accompagner.
Nous n’avons pas le même rythme de vie . Ce n’est pas important, il est vraiment très gentil et le principal est qu’il se repose me dit sa tante.

Après leur départ, je me replongeais dans ma lecture à la table de mon camping car. Vers 10 h j’entendis remuer chez les voisins ; le minou devait se lever.
Quelle ne fut pas ma surprise de voir par la fenêtre, le beau jeune homme qui me tournait le dos et ne se doutait pas de ma présence.
Mon sang ne fit qu’un tour, le minou était nu, je voyais ce corps mince bronzé à souhait barré par une bande de peau blanche habituellement cachée par le maillot de bain. Merveilleux !
Je me poussais au fond de mon siége pour le voir en évitant qu’il me repère. Après quelque instants qui me parures interminables, il se tournait sur le coté offrant, de profil, à mon regard, un sexe en érection fin et court entouré d’une toute petite couronne de poils noirs. Une merveille la gaule du matin que beaucoup de mec connaisse !
Puis lentement, à ma stupeur, il se caressait, décalottait son prépuce, passait son doigt sur le gland, visiblement, il mouillait. Je compris rapidement qu’il devait se regarder dans la glace fixée au fond du camion.
Le plaisir chez moi était intense et je vous laisse à deviner que ma queue de 19 cm avait depuis longtemps pris tout son volume et tendait mon short comme un chapiteau.
Je passais ma main sur mon engin d’ou perlait des gouttes de spermes prémices à la projection totale.
Tout à coup, mon petit voisin baissa la tête pour regarder par la fenêtre et planta son regard dans le mien. J’étais rouge de honte et ne savais comment me contenir. Le minou contrairement à ce que craignais, me dévisagea puis avec un sourire en coin tira le rideau de sa fenêtre.
Je n’osais plus bouger de ma place en attendant la suite.

Ce n’est qu’une bonne ½ heure plus tard que vis mon voisin installer sous ma fenêtre son relax.
ses lunettes sur le nez lui cachaient les yeux. Il s’installa comme à l’accoutumé simplement vêtu de son maillot bleu pour prendre son bain de soleil.
C’était de la provocation ! il était la à 2 mètres de moi, offrant à mon regard ce corps à la musculature fine et ce sexe contenu dans ce petit bout de tissus. Je me projetais l’image de cette petite bite entrevue ce matin et mon érection repris de plus belle.

Vers 11 h je me décidais tout de même à sortir pour acheter mon pain. Je passais devant le relax, le minou me congratula d’un merveilleux sourire.
- « salut vous n’êtes pas a votre jogging aujourd’hui » me dit il en glissant ses lunettes sur son front m’offrant son regard profond qu’il plantait dns mes yeux me troublant au plus haut point.
- « Non pas aujourd’hui ma compagne est partie à la foire …et votre oncle et tante sont en rando de journée m’ont ils dit.
- « Tu peux m’appeler Cédric me répondit il Est toi ?
- « Yann » répondis je « mais au fait tu veux que je te prennes du pain à la boulangerie ? »
Une demi heure plus tard j’étais de retour et livra la commande.
Il s’extirpa du relax pour me régler le montant du pain et j’admirais ce corps qui s’étirait sous mes yeux.
A son retour il arborait un sourire resplendissant et me dit « au fait si nous sommes seul veux tu partager le repas avec moi ma tante à cuit un poisson je n’en mangerais même pas le quart. Si tu m’aide elle sera contente »
« pourquoi pas si tu veux j’ai pour ma part des haricots »
Nous nous installâmes sur la table extérieure et après trois tournées de pastis nous commençâmes à manger
Cédric était un garçon très décontracté, charmant et il me fit rire aux éclats quant il se mit à imiter son oncle avec ses travers de prof de français qu’il était.

Nous avions ensemble une complicité naissance et je profitais de la situation pour lui proposer une activité d’après midi « J’ai vu que tu avais aussi un VTT et que tu ne t’en sers pas souvent, cet après midi je voulais monter au fort pour prendre des photos, il y a 1 h de route tout au plus, si tu veux tu peux m’accompagner ? »
Le projet fut conclu et moins d’une demi heure après nous partîmes.
J’avais enfilé mon short de running en nylon qui laissait mon sexe libre de ses mouvements et mon tee shirt sans manche qui moulait mes pectoraux dont, il faut le dire, je suis assez fier «
Cédric sortie avec son éternel maillot de bain bleu et lui aussi un tee shirt sans manche mais à mailles ajourées, laissant voir sa peau bronzée au travers.
Nous roulions cote à cote et pendant toute la montée, je ne pouvais m’empêcher de regarder son corps, ses jambes fines sa musculature d’ados, la sueurs qui faisait luire sa peau.
Au sommet essoufflés nous nous assîmes sur le parapet.
« Et bien, je ne pensais pas que tu transpire autant » lui dis je, en posant amicalement ma main au milieu de son dos ruisselant
il n’eut aucun geste de recule à mon contact ce qui m’encouragea pour la suite.
Après les prises de vue du paysage et de nombreux blagues houleuses partagées c’est dans un climat euphorique que nous entamions la descente.

A notre retour au campement nous nous accordons pour nous diriger illico presto vers les douches pour nous rafraîchir.
C’est torses nus et en short que nous nous dirigeâmes vers les sanitaires.
Mais l’après midi, nous ne le savions pas, c’était le grand nettoyage par le personnel de maintenance et juste une seule douche était disponible. Nous avions devant nous un vieux monsieur et une jeune fille qui attendait aussi. Nous nous sommes assis, a contre cœur, pour attendre. Le temps nous paressait long et nous commencions à discuter avec Cédric qui allait passer le premier. Nous tirons à la courte paille et le sort me désigna.
Lorsque ce fut enfin mon tour je tentais ma chance « Bon Cédric, je ne suis pas mauvais bougre, dis je, puisque nous avons attendu aussi longtemps ensemble, nous n’avons qu’a rentrer ensemble ,comme cela nous irons plus vite ! »
A ma satisfaction sa réponse positive fusa sans attente.
D és la porte refermée , comme j’étais devant, je tombai le short et tournant le dos à Cédric je commençais à m’asperger »
Heureusement que je tournais le dos car j’avais une trique d’enfer et quoi que je fasse le phantasme de voir bientôt mon minou nu aussi sous le douche ne me quittait pas la tête.
Je n’ai pas eu à attendre longtemps je sentis sa hanche frôler la mienne pour se placer sous l’eau..
Je lui tournais toujours le dos et me savonnais le torse tentant de garder une posture la plus naturelle possible malgré mon émois.
Il rompit le silence « Yann s’il te plait, peux tu me passer le gant dans le dos ? avec le soleil je pèle un peut et je ne peux me nettoyer seul, ça ne te déranges pas ? »

Je n’en pouvais plus, moi qui tentait de résister à mon phantasme, voilà que mon bel oiseau me provoquait sans le savoir. du moins le croyais je.
Je profitais de la situation pour m’enhardir et peut être précipiter les choses «Mais sans soucis mon petit ! je peux te frotter le dos, le cul, la queue ce que tu veux tu n’a qu’a demander. »
Il éclata de rire « Ne soit pas graveleux, tu serais bien incapable de ce que tu dis ! »
« ne me provoque pas Cédric tu ne me connais pas » et joignant le geste à la parole, je lui posais la main délicatement sur les fesses ce qui le fit légèrement tressaillire.

Je du me poster derrière Cédric le gant à la main pour frotter ce dos bronzé barré par la trace blanche du maillot de bain.
Mon érection était toujours aussi forte et je devais me tenir légèrement penché en avant pour que ma bite ne touche pas le corps de mon minou.
Mais j’étais acculé contre le mur de la douche et étais à la merci du moindre mouvement de mon compagnon.
Plus je frottais le dos, plus Cédric reculais vers moi., A un moment sa fesse gauche entra inévitablement en contact avec ma bite enflée.
Sans rien dire mon minou se dandinait de gauche à droite de façon à ce que mon sexe balaya son cul.

Je ne pouvais plus me retenir, j’avais envie de prendre cet éphèbe dans mes bras, l’embrasser, le caresser, en un mot me le faire. C’est encore lui qui pris l’initiative en passant sa main derrière son dos et me saisissant le sexe.
« Hé Bien, quel monstre tu as entre les cuisses, fais voir ? »
en se retournant il me dévisagea, admira mon corps soupesa mes burnes en sifflant d’admiration.

« Quelle bête ! je peux ? « me dit il « j’ai envie de toi » répondis je « Moi aussi, ça tombe bien non ? »me répondit il en riant.
Doucement il s’approcha et se mit à me sucer les tétons puis descendit en embrassant sans cesse jusqu’au pubis et se mit à genoux ;
Son visage était face à ma bite en feu ;Il commença à passer de petits coups de langue sur ma hampe puis doucement commença à prendre le prépuce dans sa bouche et par petit mouvement de tête avala doucement ma bite entière ; C’était divin.
Je lui caressais la tête puis le relevais pour l’embrasser. Sa langue était fraîche sa bouche gourmande ? Ce baisé n’en finissait plus. Je caressais ce corps dont j’avais tant rêvé.
A un moment, il me repoussa doucement fouilla dans les poches de son short en extirpant trois présentatifs. Il m’en tendit un et me dit »Met le » ce que je fit immédiatement.
Dés que je fus prêt Cédric posait sa rondelle sur ma bite et commençait lascivement à se frotter. Au début lentement ; puis de plus en plus vite jusqu’au moment ou je sentis qu’il était en position et que je n’avais qu’a pousser la porte pour rentrer.
Ma bite pénétrait ce petit cul sans effort. Il était complètement dilaté et avait certainement l’habitude de servir. »

Mon vas et viens lui tirait de petit feulements qu’il retenait. Notre plaisir était partagé cela se voyait. Au bout d’un moment, je sentais la sève monter et je l’en informa.
« Attend » me dit il il se retourna enleva le préservatif et se mit à genoux devant moi « Jouis moi sur le visage » me dit il Prenant ma bite à la main je poursuivis le mouvement jusqu'à qu’une explosion de sperme lui inonda le visage voir une giclée lui atterrit dans les cheveux.

Il se releva et en se masturbant propulsa aussi un flot de foutre qui se projeta sur mes abdos.

Dans les bras l’un de l’autre nous nous embrassâmes goulûment puis après avoir nettoyé à l’eau le résultat de nos exploits, que nos bite redevinrent à leu état de repos nous sortîmes de la douche ayant la conscience que nous venions l’un et l’autre vivre un grand moment de plaisir.

Lul

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay d'internautes