Page précédente

Bien démontée

Il est 8h du matin à Londres. J'attends le bus d'Eurolines pour Paris qui ne doit pas tarder. Puis le voici qui apparaît. Après avoir déposé mes bagages, je monte dans le bus et m'assoit à une place qui me semble intéressante. Jamais je n'aurais pu croire qu'elle le serait autant ! Quelques instants plus tard, un magnifique black baraqué vient s'asseoir sur le siège en face du mien. Il est beau, sexy, il porte un magnifique jean avec une ceinture de cuir, un beau cardigan bleu et blanc à manches courtes qui met bien en valeur ses biceps impressionnants ! De quoi me faire littéralement fondre.

Ça y est, le bus part. On échange un regard par hasard. Il me sourit. Il est vraiment trop craquant ! Plusieurs minutes se passent, puis des heures. Je le regarde discrètement de mon poste d'observation autant que je le peux. Je tente de lui faire comprendre ce que j'attends de lui en reluquant sa queue qui me fait déjà rêver. Je suis en plein rêve ! Je suis en train de m'imaginer avec lui dans les toilettes du bus, une bosse commence à se dessiner lentement sous mon pantalon. Je n'en peux plus ! Je le veux là et tout de suite ! Seulement, rien ne semble le faire sortir de ses pensées.

Au bout d'un moment, il se penche vers mon siège pour jeter ses déchets car la poubelle se trouve de mon côté de l'allée. Il me sourit sournoisement et me regarde quelques instants. Je détourne le regard. Après quelques instants, il m'appelle. Je me retourne et le voit en train de tripoter son paquet à travers son pantalon.

" - Eh toi, c'est ça que tu veux non ?
- Je... non pas du tout ! " je ne sais plus où me mettre et il doit sans doute s'en apercevoir.

" - Mais si tu la veux, t'arrêtes pas de la reluquer depuis tout à l'heure. Dis-le que t'as envie de ma queue, c'est pas une honte.
- Euh, oui je la veux. dis-je finalement timidement.
- Ben viens, on peut arranger ça. "

Il me tire violemment par le col de ma chemise et m'amène jusqu'aux toilettes du bus, qui sont très exigus.
" - Deshabille-toi !
- Quoi ? Là maintenant ?
- Fais ce que je te dis salope, et obéis ! "
Ni une ni deux je m'exécuta et déposa mes vêtements sur le minuscule lavabo qui trônait là. Il m'ordonna ensuite de m'agenouiller sur le sol, tout ruisselant de pisse. Je m'exécuta à nouveau. J'avais trop envie de cette bite !
Il me plaqua la tête fermement contre son paquet qui grossissait sous son jean et je sentis les première odeurs de mâle se dégager. J'étais heureux. Au bout d'un moment il décida de desserrer sa ceinture et ouvrit son jean puis son boxer derrière lequel trônait une merveille de 23cm ! Je la regarda ébahi.

" - Allez chienne, tu la voulais alors, bouge-toi ! "
D'une bouche que je voulais experte, je lui lécha le gland avec délicatesse et remonta gentiment le long de ce gros engin jusqu'à ce qu'il décide que c'était loin de lui suffire. Il détacha alors sa ceinture de cuir et m'en donna un violent coup sur les fesses qui me fit sursauter.
" - Salope, tu peux faire mieux que ça ! Alors remue-toi. "
Il m'agrippa alors les cheveux que j'avais mi-longs et entreprit de me ramoner le fond de la gorge avec son impressionnant engin. Il me mit sa bite en gorge profonde pendant plusieurs minutes. A chaque fois, je réprimais un haut-le-cœur et manquait de vomir.
" - Salope, t'es qu'une petite nature ! Allez avale moi ça et ferme ta grosse gueule de pute ! Tu mérites que ça salope alors bouffe et ferme ta grosse gueule !"
Je ne me fis pas prier et tenta de réfréner autant que possible mes haut-le-cœur. Il sembla apprécier.
" - Hum salope oui comme ça c'est parfait ! Quelle bonne bouche à pipe tu as ! Et tu ne demandes qu'à apprendre ! Oh oui vas-y comme ça, comme ça oui !"
Il était en extase et m'enfonçait son pieu toujours plus profond au fur et à mesure que son excitation montait.
" - Oh oui comme ça salope ! T'aimes ça salope ?
- Oui monsieur !
- C'est bien. T'en veux encore salope ?
- Oui monsieur ! "

A ces mots, il me retourna brutalement et m’enfourna ses 23cm sans aucun avertissement. Je hurla à la mort tellement cela me fit mal ! Jamais un tel engin ne m’avait ainsi défoncé.
Il sourit en m’entendant hurler et je sentis qu’il se sentait bien. Il m’agrippa par les cheveux comme précédemment et tira dessus fermement, comme s’il montait un cheval. Il se servait même de sa ceinture comme d’une cravache et me fouettait le croupion avec. Il était en pleine extase.
«  - Oh ouiiiii salope ! Sale chienne que tu es, tu aimes ça. Tu aimes ça ! Tu vas en bouffer ! Oh ouii oh ouiiiii ohhhhhh ! »

A ce cri je sentis quelque chose de chaud se déverser dans mon croupion. La quantité était impressionnante. Il resta une bonne minute dedans, le liquide magique continuant de se déverser en continu. Une fois que ce fut terminé, il me retourna brutalement et me présenta son engin devant la bouche. Je n’en avais plus vraiment envie mais il essayait de forcer le passage de mes dents que je gardait fermées.
«  - Ouvre ta grande gueule salope ! Joues pas à ça avec moi ! Tu vas le regretter. » A peine l’avait il qu’il passa à l’action. Il devint soudain beaucoup plus violent. De ses bras musclés, il m’écrasa sur le sol, mon ventre et tout mon corps baignant dans la pisse qui s’était répandue dans les toilettes puis de son coude me martela le dos sauvagement. Il appuyait très fort, il voulait me faire comprendre.
«  - Tu as compris salope ?
- Oui monsieur ! Arrêtez je vous en prie !
- Bien retourne-toi ! »

M’agrippant par les cheveux, il me retourna violemment et représenta son pieu devant ma bouche qui, docilement, était grande ouverte pour le laisser passer.
«  - Nettoie-moi ça ! Il est hors de question que ma femme voit ça quand je vais rentrer ce soir ! Lustre bien tout ça et que ça brille ! » Je m’attela à lui faire briller son engin du mieux que je pus. Je savais ce que je risquais dans le cas contraire. Je m’acharna à le rendre beau à nouveau, comme au début.
« - Oui c’est bien salope, c’est bien ! Continue comme ça !
- Oui monsieur !
- Ferme ta gueule et suce sale chienne ! Quand on m’allume, on va jusqu’au bout t’as compris ?
- Oui monsieur !
- Ta gueule ! »
Je préféra ne pas répondre. Je savais à nouveau ce que je risquais dans le cas contraire. Je continua à lui astiquer sa queue jusqu’à ce qu’elle resplendisse de mille feux. Et à cet instant, impressionné par la quantité de liquide que ses deux magnifiques boules pouvaient contenir, il se mit à me gicler dans la bouche et gicla en continu pendant plus de 30 secondes.
«  - Avale salope !
- Non monsieur je ne…
- Avale je te dis ou tu sais ce qui t’attends ! Tu m’as allumé, tu assumes sale pute ! » Alors je décida d’avaler ce liquide miracle que je n’avais encore jamais accepté d’avaler. Il me regarda satisfait.
«  - C’est bien salope, t’es une bonne chienne toi ! Pense à obéir quand on te demande quelque chose.
- Oui monsieur.
- Tiens je te donne ma carte de visite, préviens-moi quand tu passes dans le coin, je te ferais ton éducation salope !
- Oui monsieur. Merci monsieur. »

Il se rhabilla, remit son jean et sa ceinture avant de s’en aller avec mes vêtements sous le bras. Je tenta de protester mais… «  - Ta gueule salope, apprends ! Tu auras tes fringues seulement quand tu viendras me les réclamer à genoux. Grosse pute ! » Avant de sortir, il me cracha un gros mollard sur la figure qu’il me força à avaler.

Mais soudainement, quelqu’un essaya d’ouvrir la porte.
Je ne le vis pas mais mon maître oui.
Je crois qu’il m’avait vu.

Qu’allait-il se passer ?

A SUIVRE …

chiennedu69

youngrestless@hotmail.com

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.