Page précédente

mon ''boy'' de San-Paulo.

Bientôt une semaine que je suis ici à San-Paulo sans mon mec à mes côtés. C'est peu de dire qu'il me manque terriblement. Seul dans mon lit, les nuits me semblent plus longues. Je n'ai pas pu m'empêcher de me branler plusieurs fois en m'imaginant que j'étais entrain de l'attraper par les hanches, plaçant ma bite contre son petit trou chaud, humide et serré, commençant doucement mais fermement à m'y introduire. Il me semble l'entendre gémir tellement il aime cela. Accoutumé à ma tige bien dure - il a été bien entraîné - je pouvais pousser à fond, mes boules collées contre ses fesses et alors lentement je commençais à le baiser méthodiquement...

Mais ces jours ci, ce n'était qu'un rêve !
Hier samedi, je suis allé faire une grande boucle dans le centre-ville. Dur Dur ! Avec la chaleur qui commence à monter - c'est le printemps, il fait plus de 30°C - les rues sont pleines de jeunes mecs torse nu, le pantalon au ras des fesses. Cela tourne carrément à l'exposition de chair fraîche, au sens noble du terme. Silhouettes plaisantes à regarder. Un régal. On a envie, j'ai envie de toucher !

Comme je disposais du guide gay de la ville que mon mec m'avait enjoint de ne pas oublier de glisser dans ma valise, aujourd'hui dimanche, je me suis décidé à aller faire un tour dans un endroit où l'on se retrouve entre mecs qui aiment les mecs.

J'ai jeté mon dévolu sur le "Labirinttu's Club", c'est un bain qui ne se trouve pas trop loin de ma résidence. Aidé d'une carte précise, je décide d'y aller à pied. Une heure plus tard, je me retrouve devant une entrée discrète, un grand noir assez baraqué faisant probablement office de vigile me laisse entrer sans aucune difficulté. Sans parler un mot de portugais, j'arrive à me faire comprendre du petit gars qui est à l'entrée, je récupère deux serviettes et une paire de sandales, et me dirige vers le vestiaire en me demandant s'il y a d'autres clients.
Je fais un premier tour des étages, il y en a trois. Bassin d'eau froide au rez de chaussée, une salle de musculation et un bar au premier étage et les sauna et hammam avec un salon vidéo au deuxième. Je croise plusieurs mecs, tous jeunes et beaux. Deux d'entre eux sont en pleine érection, se branlant activement sans aucune gêne, ils soutiennent fièrement mon regard.

Je vais d'abord au sauna sec. J'y suis seul, pour quelques instants seulement, car un garçon, que je suppose brésilien, entre à son tour et vient s'asseoir juste à côté de moi. Au début, j'ai un peu de peine à le discerner, ma vue n'étant pas encore habituée à la pénombre. Et ce que je finis par vraiment voir est de toute beauté. Il semble avoir une vingtaine d'années, de grande taille avec un corps imberbe, très fin et d'une belle couleur brune.
Il a retiré sa serviette et ne cherche pas à cacher un membre de belle taille, bien qu'à moitié bandé. Reposant sur sa cuisse gauche, il semble pointé vers moi. Une belle paire de couilles rasées pend très bas, bien détachées de sa bite.
Ce mec me fait de l'effet. Rien que d'être là assis à côté de lui, je commence bientôt à bander, ma queue se dresse inexorablement, ce qui ne doit probablement pas lui échapper car moi aussi, j'avais retiré ma serviette.

Après quelques minutes passées côte à côte, je sens sa main gauche venir jouer avec le piercing de mon téton droit, puis descendre doucement le long de mon torse jusqu'à venir se poser sur ma cuisse. Quelques secondes plus tard, ses doigts flirtent avec mon gland déjà gonflé par l'excitation. Comme je ne le repousse pas, il s'enhardit et me prend carrément la bite en main, commençant à me branler.
J'y vois maintenant très clair. Sans aucune hésitation, je lui caresse ses tétons, son torse, ses jambes, ma main remonte vers ses testicules, puis je me penche et tends mes lèvres vers sa queue fièrement dressée sur son ventre. Du bout de ma langue, je lui titille doucement le gland, m'attardant sur le frein avant de le prendre partiellement en bouche. Il pose ses deux mains sur ma tête et commence à me guider pour l'avaler, centimètre par centimètre jusqu'à ce que je l'ai totalement avalé.

Après quelques minutes de ce délicieux traitement qui semble lui faire grand plaisir, je descends le long de la hampe pour aller délicatement lui lécher les couilles une à une avant de les prendre toutes les deux dans ma bouche. Il en gémit encore plus fort. Maintenant à genoux, je lui relève légèrement les jambes afin de pouvoir lui caresser son intimité, goûter son petit trou qui ne demande qu'à s'ouvrir.
Nous sommes tous les deux debout, nos corps ruisselants à nouveau plaqués l'un contre l'autre. Nos souffles s'accélèrent, nos verges se tendent, gonflées par les caresses. J'essaye de freiner son ardeur à me branler tant je suis excité, je sens que je suis sur le point de lâcher tout mon jus. Mais il m'a vraiment pris en main et au bout d'une ou deux minutes d'un traitement énergique je ne peux plus me retenir, ma semence fuse en longues saccades qui s'écrasent à nos pieds maculant les lattes du plancher.

Toujours collé contre moi, pendant que je recouvre mes esprits, il se prend la bite à pleine main, il ne lui faut que quelques secondes pour venir cracher sur mon bas ventre de lourdes gouttes d'un jus très limpide qui dévalent le long de ma cuisse.

Il commence à me parler un espèce de sabir où je n'y comprends pas grand chose hormis "boy" et "fifty reals".
Aie Aie Aie !!! Je suis tombé sur un professionnel. Peut-être n'est-il pas gay ou ne se considère pas gay tout en ayant des contacts avec des mecs. Il fait probablement cela pour arrondir le mois. Je n'ai vraiment aucune envie de payer pour avoir passé un peu de bon temps avec ce mec. Si encore, il m'avait prévenu avant. Du coup, je le plante là pour aller prendre une douche et ensuite me jeter dans le bassin d'eau froide où il finit par me retrouver. Mais l'eau semble bien trop froide pour lui. Il reste là sur la margelle, essayant de me convaincre, tout en se caressant le sexe sous sa serviette. Je ne comprends rien sauf les mêmes mots qui reviennent régulièrement "boy", "massage" et "50 reals". Son insistance me donne envie de partir, mais je décide de refaire un tour dans les étages, j'ai envie de passer quelques minutes dans le hammam.

En arrivant au deuxième étage, j'aperçois dans le salon vidéo l'un des deux garçons qui étaient en train de se branler lors de mon arrivée. Je matte pendant quelques instants la vidéo - hétéro - tout en jetant un regard sur ce garçon en discussion avec un autre mec, tout en branlant activement son beau sexe circoncis, sous le regard gourmand de l'autre. Comme mon "boy", il a un très beau corps, plutôt doré, imberbe, avec une musculature plus marquée. Il a une belle paire de pectoraux bien dessinés.
Je pense que lui aussi est un "boy" et que le mec avec qui il discute est un "client" potentiel. Au bout de quelques instants, ils se lèvent tous les deux pour se diriger vers un couloir avec des portes de chaque côté qui doivent probablement donner accès à des cabines où deux mecs peuvent s'isoler.

Je me dirige alors vers le hammam fermement décidé à partir très rapidement. Dès l'entrée, la chaleur et l'humidité me saisissent, semblent envahir mes poumons et cela me fait vraiment du bien. Une fois encore, je me retrouve seul. Mais cela ne dure pas très longtemps. Le deuxième garçon qui se branlait à mon arrivée, entre à son tour dans le hammam. Lui est un peu moins grand avec un corps un peu plus trapu, torse légèrement poilu. Je suis sur mes gardes. Est-il lui aussi un "boy" ou seulement un client comme moi? Il s'assoit à l'autre bout de la banquette. Malgré la vapeur, j'arrive à voir qu'il s'astique vigoureusement le manche. Ce face à face m'excite, j'éprouve une soudaine envie de jouer l'exhibitionniste sans forcément chercher le contact. Je me mets moi aussi à me caresser doucement la bite. Avec l'humidité ambiante, ma bite est complètement lubrifiée et ma main glisse sans difficulté sur toute la longueur de la hampe pour revenir me presser le gland maintenant gonflé à bloc. Cela dure plusieurs minutes, chacun se caressant tout en observant l'autre. Soudain, il se lève et sort du hammam.
Finalement, il était peut-être un client comme moi.

A peine trente secondes se sont écoulées qu'il est déjà de retour, la bite pas très longue mais assez massive toujours aussi raide, pointant droit devant lui. Mais cette fois-ci, il vient s'asseoir juste à côté de moi. Il se branle à nouveau ostensiblement, tout en matant mon sexe à demi bandé qui du coup se remet tout de suite au garde à vous. Sa main gauche vient enserrer ma tige et commence fermement à l'astiquer. J'hésite encore à me laisser totalement aller avec lui. J'ai l'impression de rejouer la scène d'avec mon "boy". Du coup, je m'abandonne lascivement à cette main qui va et vient sur ma bite, descend me caresser les couilles, allant même jusqu'à glisser un doigt dans mon intimité. Dans la moiteur du hammam, il n'a aucune difficulté à me pénétrer et je m'affale un peu plus sur la banquette pour lui faciliter l'intromission.

C'est alors que mon "boy" - celui-là, je l'avais oublié - pointe son nez à la porte du hammam. Du coup mon compagnon de jeu se retire précipitamment et se cache le sexe sous sa serviette, semblant gêné d'avoir été surpris dans cette position. Comme si des mecs venaient dans un sauna gay juste pour enfiler des perles.
Illico-presto, mon "boy" fait demi-tour, lui aussi semble gêné, là-dessus mon partenaire se lève, quitte le hammam me laissant seul avec ma trique toujours aussi vive.

Que ces mecs ont l'air difficile ! Qu'ils aillent tous les deux au diable ! Qu'à cela ne tienne, je peux très bien me finir tout seul. Dans cette chaude moiteur qui m'enveloppe tout le corps, j'ai envie de m'abandonner à un doux plaisir solitaire.

Mais je ne suis pas seul, mon mec est là avec moi, dans ma tête. Mes tétons se dressent sous ses caresses, ses mains courent le long de mon torse ruisselant, descendent sur mon ventre saisir ma bite fièrement dressée, le gland décalotté, rouge de désir, hyper gonflé par l'excitation. En quelques minutes, me touchant à peine la queue, je fais monter la pression, je sens le jus monter à l'assaut de ma tige, jaillissant en longues giclées blanches et épaisses qui me maculent le ventre. Je reste là un long moment à me caresser le torse, ma sueur et ma semence se mélangeant, jusqu'à ce que ma respiration reprenne un rythme apaisé.

En sortant, j'ai retrouvé mon "boy" qui m'a suivi jusqu'au vestiaire cherchant toujours le paiement de sa prestation. Je suis resté inflexible jusqu'au bout. Aujourd'hui, je ne vois déjà plus son visage, seulement un corps imberbe, un mince filet de poils qui descend vers un pubis au creux duquel se niche un membre magnifique. Et le balancier est reparti de l'autre côté, maintenant je me dis que j'aurais dû payer...

LouParis

http://www.louparis10.com/

 

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.