Best Of Cyrillo

Page précédente

Je suis étudiant dans le milieu du BTP...

J'ai trouvé au dernier moment un stage sur un chantier en tant qu'assistant de conducteur de travaux... En bref, je suis le déroulement des travaux et manage un peu les équipes d'ouvriers...

C'est dur, je fais des heures sup, je travaille le week-end et les ouvriers rigolent quand j'essaye de leur dire ce qu'ils doivent faire.

Il faut dire que je n'ai pas le physique pour : je suis un petit asiatique de 25 ans, 1m68, plutôt mince et musclé sec, les cheveux mi-longs tandis que les mecs qui m'entourent sont de gros machos qui aiment exhiber leurs biceps et veulent que je touche leurs muscles pour m'impressionner... On me dit souvent que je ressemble à une fille et certains ouvriers ne se gênent pas pour me mettre la main au cul ou a essayer de me titiller les tétons... Ce qui en soit n'est pas pour me déplaire mais bon, je suis quand même censé être leur chef...
Mais avec le temps, ça se calme, ils apprennent à obéir...

Il y a cependant le petit manoeuvre Turc de mon âge... Il est un peu plus grand que moi, vers les 1m72, très bronzé, des muscles entretenus par le travail physique des chantiers. Il n'arrête pas de me reluquer, dès qu'il me voit, il en profite pour me faire une petite bise sur la joue ou me prendre la main... Je trouve ça mignon et je le laisse faire.

Ce samedi, mes chefs me confient le chantier. Je suis seul avec une équipe d'électriciens... Ils connaissent leur boulot et je les laisse faire. Je suis au bureau devant l'ordi à travailler et je m'endors sur le clavier, je suis trop crevé...

J'entends la porte du bureau s'ouvrir... Vite il faut que je me lève, si les ouvriers voient que je dors, ça va pas le faire... Mais je suis toujours un peu dans les vapes. Je crois voir mon petit turc qui ferme la porte à clef... Il ne devrait pas être là...

Je me lève, je lui dis : "qu'est-ce que tu fous ici... "... Je n'ai pas le temps de finir ma phrase qu'il m'embrasse goulûment... Je me laisse faire... Il a la langue chaude et humide. Je ferme les yeux... Il me caresse avec ses mains d'ouvrier, fortes, puissantes mais douces... Il me lèche le cou, le lobe des oreilles, me prend les fesses et les malaxe violemment... J'ai une trique d'enfer. Je caresse sa bite bien dessinée à travers son jean. Il gémit. Je défait sa braguette et sort cette tige brune, longue de 18cm environ et assez large... Je commence à le branler doucement... Il enlève mon pull et appui fort sur mes épaules pour que je me mette à genoux. Je commence alors à prendre ce morceau de chair en bouche. Je titille le gland, remonte lentement le long de son chibre, englouti le tout, tourne ma langue autour de sa bite. Elle est exquise, elle a un gout de musc...

Je prends alors ses couilles les malaxe et les lèche... Pendant que je lui administre ce régime, il enlève son pull et me dévoile un corps musclé et bronzé, avec un filet de poils qui part du pubis pour remonter jusqu'à la poitrine...

Je continue ma fellation tout en caressant mon beau Turc... Il souffle de plus en plus fort... Puis décide de prendre la direction des opérations. Il me prend la tête entre ses deux mains et m'impose un rythme accéléré... Je fais de mon mieux mais au bout d'un moment, j'étouffe et j'ai des hauts le coeur... Il va trop vite. Il me baise carrément la gueule en me traitant de salope... Les petits gestes d'attention sont partis : il me coince la tête et me fourre sa pine jusqu'à la garde à un rythme fou... Mais j'aime ça. Il me traite de tous les noms... Je suis sa pute.

Puis, il me relève, me crache sur la gueule et me lèche le visage... Il enlève mon jean et mes chaussures. Lui garde son jean et ses baskets...

Il dégage le bureau en faisant tomber par terre la paperasse. Il me retourne brutalement, me prend par les cheveux et me force à me pencher sur la table... Il me fait un peu mal et je le lui dis... Il me tire encore plus les cheveux et me réponds : "ta gueule grosse pute". Puis il crache sur mon fion et j'entends qu il crache aussi sur son zob. Puis je sens qu'il force mon trou du cul... Je n'ai pas été préparé... Je m'affole car je suis serré naturellement et ça fait longtemps que je n'avais pas baisé. Il tente de rentrer.

Ca passe difficilement et je laisse échapper un cri quand le gland rentre. Il me tire alors par les cheveux et me donne une claque : "tais-toi connasse, on va nous entendre"... C'est une douleur aigue... Comme la première fois que j'ai été baisé... Mon fion est en feu. Il avance doucement jusqu'à la garde et me laisse respirer 3 secondes. J'ai toujours aussi mal et apparemment il aime ça. Il se retire presque entièrement et me plante son zob à fond. Je retiens un cri de douleur. Il me met une main sur la bouche pour étouffer mes cris. A partir de là, il me lime comme un malade. Il me prend par les hanches et me laboure à fond. J'ai mal mais j'aime ça. "oui, vas-y, encule moi bien... vas-y mets la moi bien profond" Il me traite de pute, de chienne, de salope "t'es qu'un trou à bites"...

Il me donne des claques sur mes fesses. Il me tire par les cheveux et me force à me cambrer. "aaaaaaaaaaaah oui, fais moi mal, défonce moi !"  Il se penche et me lèche les lobes des oreilles et me mords le cou. Il me titille les tétons... Je me mords les lèvres pour ne pas crier de plaisir... C'est l'extase. Pendant bien 15 minutes, il me baise comme un sauvage. L'odeur de la sueur emplit le bureau... Il va de plus en plus vite... Son souffle devient court. Il m'agrippe par les cheveux et me mets à genoux. Il me fourre sa pine dans la gueule et me la bourre. J'ai le goût de mon cul et l'odeur de son pubis...

J'adore... "Oui vas-y sale pute, lèche moi bien" Il me défonce la gueule et d'un dernier coup de rein, il jouit dans ma gorge dans un râle sourd. Il me tient la tête et me force à avaler... Son foutre chaud est un nectar sucré. Je me masturbe et jouis en même temps. Il ne débande pas tout de suite, laisse sa bite encore gonflée dans ma bouche et fais des vas et viens plus lents... J'en profite pour bien nettoyer sa queue. Puis nous nous rhabillons. Il m'embrasse et me prend dans ses bras. Il est revenu à ses gestes tendres et doux. Il dit qu'il m'aime. Il me prend la main et je l'emmène discrètement jusqu'à la sortie en prenant soin de ne pas nous faire remarquer...

Nous avons eu beaucoup d'autres aventures mais il a du partir sur d'autres chantiers... Cependant, il y a d'autres ouvriers qui l'ont remplacé et avec qui je sens que je vais aussi passer de bons moments... Je ne savais pas qu'on baisait aussi bien dans le milieu du BTP. ;)

Asya

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.