Page précédente

La cabane dans les arbres.

Comme chaque été, je retrouve avec plaisir mon cousin Mathieu dans la maison familiale des Cevennes, perdues dans les chataigniers, non loin d'une rivière de montagne, ressemblante en plus petit aux gorges de l'Ardèche.
C'est une région extrèmement sauvage mais que nous connaissons bien tous les deux pour y avoir pratiqué nombre de randonnées, de nuits sous la tente, de descentes en kayak.
Cette année nous venons tout deux d'avoir nos 18 ans, à 8 jours d'intervalle, comme chaque année...

Physiquement, nous divergeons quant à la couleur de nos yeux et cheveux. Si Mathieu a les cheveux presque noir et de grands yeux noisettes, je suis blond avec des yeux verts.
Physiquement nous sommes de même corpulence, minces, élancés, et si nos muscles ne sont pas saillants, ils existent et sont joliment dessinés sur nos corps encore totalement presques imberbes.
Les gens du coin nous connaissent bien.
Nous remisons toujours nos fringues "de ville" pour adopter une sorte d'uniforme parfait pour la région, un short de toile beige, un marcel blanc et une paire d'espadrilles.

Le premier jour consiste à réparer, renforcer la cabane construite il y a cinq ans, quelque part dans les arbres entre la rivière et la maison.
Là c'est chez nous, mais nous ne nous doutions pas que cette cabane serait cette année si accueillante ...

Puis nous nous rendîmes à la rivière tant il faisait chaud. A cette époque nous portions de grands slips blancs mais n'avions bas besoin de maillots de bains, car nous nous mettions nus, pour nager et pour bronzer. Aucune pudeur entre nous depuis si longtemps.

J'ai oublié de vous dire que mon prenom est Cédric et que ma verge semble toujours si petite en sortant de l'eau fraîche.
Mes testicules imberbes sont très gonflées.
Celles de Mathieu aussi mais celà se voit moins moins car sa bite, très bronzé a toujours été assez longue et fine.

Nous retrouvâmes facilement la petite grotte oû le sable sec et si doux et où nous embrassâmes longuement, retrouvant le corps de l'autre.

Lorsque Mathieu, approchant son nez de mon bas ventre souleva ma queue qui était au repos pour l'engloutir dans sa bouche, je su que cet été serait chaud et que nous irions plus loin que de simples jeux entre garçons.
En fait j'en révait, et ma bite se déplia rapidement dans la bouche de Mathieu.
Il était maintenant a genoux devant moi, je lui caressais les cheveux mais j'eu peur de jouir dans sa bouche. Je commençais alors a masturber doucement mathieu puis engloutit sa longue verge dans ma gorge.

J'adorais ce goût et savait déjà que j'étais prêt à gouter son nectar une prochaine fois.
Je ne savais pas ce qu'il en était pour lui. Nous en parlerions dans la cabane, lieu de grandes décisions.

Puis nous nous masturbâmes mutuellement jusqu'à explosion. Une de mes giclées ayant atteint la cuisse de Mathieu, je vis qu'il l'avalait discrètement.

Il faisait tard et nous regagnâmes la maison dans la chaleur du soir. Notre chambre ne comportait qu'un grand lit que nous partagions.

Ce soir là, dans nos chemises de nuits brodées parfumées à la lavande nous nous endormîmes rapidement l'un contre l'autre.

fin du premier épisode.

Demian007

mat00786@hotmail.fr

SUITE ICI

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.