Best Of Cyrillo

Page précédente

La cabine du Camionneur.

Salut, c'est Lyes jeune algérien de 21 ans, blanc, mignon, yeux verts, je travail comme agent commercial dans une petite agence touristique ou j'essaye de vendre des petits séjours.

Je me déplace souvent un peut partout dans la banlieue algéroise pur prospecter, et j'essaie d'économiser mon argent en faisant du Stop.

Cette histoire s'est passée il y a quelques mois, au début de Juin

Il faisait très très chaud et moi aussi...

C'était une fin de journée terrible, ou j'ai pratiquement rien vendu. Déçus et seul sur l'autoroute, lorsque un grand camion remorque s'est arrêté devant moi. Je ne savais pas si le conducteur s'est vraiment arrêté pour moi, ou juste pour faire ses besoins. L'endroit était désert, alors après quelques secondes de réflexion, je me suis rapproché du camion... Et j'ai ouvert sa portière :

«  Allez monte ! Tu te fait désiré ou quoi ! » une voix grave venait de l'intérieur , alors je suis vite monté ; c'était une des rares fois que je vois l'intérieur de ces engins, celui-ci était vraiment très décoré : sièges en cuire , photos de charme, poste radio et très spacieux toute au fond derrière, devant moi, sur le siège du conducteur de ce poids lourd, se tenais un homme noir dans la quarantaine ou plus, assez fort physiquement ( avec un gros ventre de camionneur) lunette de soleil , une grosse moustache, fumant un cigare, je lui ai dis alors :

«  MERCI , beaucoup monsieur pour ta gentillesse... une heure de plus et j'y passais la nuit »

Il ma fixé un moment, puis il a lancé un petit sourire vicieux. A ce moment là, j'ai deviné a quoi il pensait, inutile de le dire, il m'intéresse car se faire tirer par un gros camionneur, fait partie de mes phantasmes préfères, et plus avec ses airs de dominateur, il devait cacher vraiment un gros engin sous son pantalon.

Après quelques discussions, il a commencé à me parler de son travail, être tout le temps loin de sa femme. bla bla bla, il me dit alors que souvent il n'hésite pas à baiser lorsque il est loin de chez lui. Je lui répondais que je comprenais cela. Il a ajouté que lorsqu' il ne trouve pas de putes, il s'envoyait de jeunes minets qui prenait en stop. Et qu'ils le suçaient mieux que sa femme ! L'invitation était claire. Et je commençais a transpirer quand il frotta sa main contre son engin. hummmm je ne voulais pas rater ça !

Je commence alors de faire mon numéro de salope en chaleur en le regardant et en jouant avec la langue discrètement dans ma bouche... le gros vicieux a tout de suite compris le message. Et il s'est garé à l'écart de la route.

«  Ecoute ! .ça fait 2 jours que j'ai pas baisé.  Il faudrait bien j'enfile quelqu'un ce soir ! »  

Et moi pour le rendre plus fous je lui dis : «  ça dépend ! »

«  QUOI ? Ça dépend de quoi pouffiasse, c'est l'argent que tu veux hein ? »

«  Non !..., ça dépens la taille de ton engin mon chou ! »

Le mec était en furie ! Il n'en croyait pas ses oreilles !

Au summum de l'excitation, il me sort sa bite gonflé a bloc, très veineuse et extrêmement large et longue de25 cm minimum.

J'étais battu à mon propre jeu. Je suis resté bouche bé devant ce spectacle :

«  je savais depuis le début que tu étais une vraie salope. Allez suce ma queue maintenant. »

Je me suis vite exécuté. je voulais pas rater un centimètre de cette oeuvre d'art...j'arrivais a peine à la rentrer dans ma petite bouche...elle était vraiment grosse avec une paire de couilles majestueuse, je bouffais le tout avec sa sueur de male déchaîné et je mordais son ventre de black, lui il me doigtait le cul en me crachant dans le trou ; quelques minutes après il me déshabilla totalement et me mis a 4 pâtes , ma tête et une partie de mon torse sortait carrément de la fenêtre du conducteur, au moment ou lui m'enculait avec son gros engin.

Après la douleur du début de la pénétration, je commençais a avoir le cul vraiment dilaté, lui été vraiment dans un état second, il gémissais et rallait, des goûtes de sueurs chaudes tombées de son gros ventre sur mon corps. Il ma carrément déchiré ce salaud ; moi j'étais au anges, entrain de me faire enculer et me masturbais en regardant le paysage par la fenêtre ! Pendant une demi heure il ma pas laissé une seconde pour souffler, le pauvre ça faisait tellement longtemps. Après je le sentais venir quand il m'a tiré par les cheveux et me mordant au cou, je lui dis alors :

«  Au visage ! Mon salaud, je veux des tonnes de spermes au visage ! »

J'ai a peine terminé ma phrase, lorsque il sortait son engin de mon gros cul dilaté en se levant, je me tourne vite pour recevoir des giclés impressionnantes de sperme blanc et crémeux au plein visage. C'était un moment d'anthologie pornographique ! Je suis devenus le vide-couilles de ce gros camionneur vicieux, la cabine sentait la sueur de males, le sperme.

Lyes

hardteen@caramail.com

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.