Page précédente

Mon Capitaine hétéro. [3]

Première partie ici - Seconde partie ici

Je vous l'ai dit juste avant, après avoir été transporté au septième ciel, mon militaire marié et moi passions la nuit blottis dans les bras l'un de l'autre. Le sommeil léger et difficile dans ce lit trop petit faisait que nous ne cessions de nous réveiller pour nous embrasser et nous caresser tendrement.
Durant mon sommeil, j'ai cru entendre une sirène... Un rêve sans doute, je n'y faisais pas attention jusqu'à ce que mon capitaine se réveilla en sursaut hurlant : "Debout, réveilles toi vite !".
Je bondis hors de ce lit exiguë en m'apercevant que ce son de sirène strident était bel et bien réel.
"Mais qu'est ce que c'est que ça ?"
"Un exercice..."

Nous réalisions alors que nous étions dans sa chambre, dans un bâtiment réservé au logement des officiers... Je n'avais rien à faire là moi et lui n'avait pas à s'y trouver en compagnie d'un appelé, qui plus est complètement à poil. Nous étions plutôt mal lui et moi.
Soudain, la porte s'ouvrit brusquement en même temps que nous entendions hurler : "EXERCICE EXERCICE TOUT LE PERSONNEL DEHORS" Nous nous retrouvions mon pilote et moi complètement nu devant un sergent qui semblait avoir vu E.T. Si la situation me fait rire aujourd'hui, je peux vous assurer qu'a ce moment-là j'étais très mal à l'aise et aurais bien voulu êtes invisible.

Trop tard, le capitaine et moi étions désormais démasqués. Je m'en moquais bien pour moi-même, mais c'était pour mon bel officier que je m'inquiétais. Le sergent nous dit alors : "Restés là vous deux !" Et même si mon amant n'avait pas à obéir à un ordre d'un sergent, on ne comptait pas lui désobéir.

Quelques minutes plus tard, le sergent réapparu à la porte de notre chambre. "C'est bon tout le monde pense que le bâtiment est vide" nous dit-il avec un large sourire "vous pouvez baiser tranquille". Là je me rendis compte que nous étions mon capitaine et moi toujours à poil et cela paraissait ne pas déplaire au sergent compte tenu de la bosse sur le devant de son treillis... Je lui dis alors, "mais nous ne faisions encore rien, nous allions commencer au moment où la sirène à hurler" Mon capitaine a tout de suite vu où je voulais en venir...

Je me suis alors approché de mon amant en lui disant : "Vas-y pompe- moi ça va lui plaire, je crois de nous matter". Apres 2 secondes de bonne pipe, le sergent s'était déjà débarrassé de son treillis trop étroit et se retrouve désormais dans la même tenue que nous... Il se branlait laissant apparaître une bite pas longue mais d'un diamètre conséquent.
Imberbe, ni muscle, ni gras, la trentaine, je lui trouvais un certain charme.

Voulait-il seulement se branler en nous mattant ou bien participer un peu ? Une seule façon de le savoir : je délaissais mon capitaine et me dirigeai vers le sergent pour goûter cette queue nouvelle. À coup sûr il n'etait pas contre... Il se laissa pomper avec plaisir. Mon amant un peu timide décida de nous rejoindre enfin et commença à caresser son collègue. Je lui cédais la place et me délectais seul du spectacle de ces 2 militaires ensemble... Mais il me fallait plus qu'une petite pipe.

Je saisis mon capitaine, le mit à quatre pattes sur le lit et commença à lui travailler le fion avec ma langue, puis mes doigts comme il l'aimait tant. Je demandais au sergent de venir se faire pomper par cette bouche gourmande. Il ne se fit pas prier ! Je saisis une nouvelle capote et défonçai en levrette mon capitaine suçant le sergent. Quelques minutes plus tard personne n'avait joui encore. Je décidais d'inverser les rôles en demandant au sergent de mon prendre son pied avec le fion de mon capitaine. Moi, je voulais matter ça.
Alors il déroula sur sa queue épaisse une capote, lubrifia tendrement ce Q d'officier qui s'offrait à lui puis commença timidement à le pénétrer. Quel plaisir de voir ça...

Très rapidement la queue épaisse avait été engloutie par le Q gourmand de mon amant. Voir les vas et viens de cette queue me plaisait et je décidais alors de ma faire pomper par mon capitaine qui, toujours en levrette, se branlait en ce faisant défoncer et en pompant. Le 1er à éjaculer fut le sergent, puis moi, au fond de la gorge de mon amant. Mon capitaine se branlait encore alors je me glissai sous lui, le visage au niveau de ses couilles pendantes et il me cracha sur le visage ses jets chauds et puissants. Ma langue ne pouvait s'empêcher de lécher se foutre onctueux. Mais je sentis rapidement une seconde langue, j'ouvris les yeux et appercu le sergent léchant lui aussi, le sperme du capitaine sur mon visage puis mélangeant enfin sa langue à la mienne et puis celle du capitaine...

DIVIN : mon premier plan a 3 ! Depuis je me suis rattrapé je vous rassure !!!!
Beaucoup d'ente vous me demande si cette histoire est réelle. Hormis quelques détails de Q dont je ne me souviens pas à 100%, oui ces histoires sont réelles... Il ne m'est rien arrivé de si excitant que tous ses plans avec le capitaine hétéro....

J'aurais peut-être pu avoir plus que 7 mois avec lui... mais là aussi, je vous raconterais ça plus tard.

Florent

Flo

flostcyr@msn.com

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.