Best Of Cyrillo

Page précédente

Changement de cap

[Première partie ici - Seconde partie ici - Troisième partie ici]

4 – Mathieu

Avec Luc on se retrouve régulièrement on se fait une séance de muscu, on rentre ensemble on se fait une petite bouffe et on fait l'amour. Mes collègues ont vu mon changement d'attitude et s'en réjouissent, je suis de nouveau disponible et j'ai recommencé à rire. Ils n'osent pas me demander qui est l'heureuse élue mais ils sont heureux pour moi.
Hier soir en rentrant de la salle de musculation, il n'y avait rien dans le frigo, j'ai commandé des pizzas à une boîte pas loin de chez moi. En attendant j'ai pris une douche, Luc avait servi un whisky, il était en caleçon quand je suis sorti de la salle de bain avec une serviette de bain autour des hanches, on a commencé à boire, Luc a fait tomber ma serviette pour me sucer, je m'abandonnais à ses caresses quand on a sonné à l'interphone, c'était le livreur de pizzas. J'ai rapidement passé ma serviette pour ouvrir au livreur. Un jeune mec en combinaison venait livrer les pizzas, mignon, bien foutu, dans les 20 ans.

Il a été surpris de me voir vêtu seulement d'une serviette et Luc sur le canapé en caleçon avec une érection bien visible. Du coup, il a bandé immédiatement en rougissant, j'ai fait semblant de ne rien voir, mais Luc en chaleur s'est levé et est venu lui parler pendant que je cherchais la monnaie pour le payer. Quand je suis venu pour le payer le mec avait une barre bien visible sous sa combinaison. Luc sans se démonter lui a mis la main au paquet en lui disant t'as l'air en forme mec. Le pauvre type ne savait plus où se mettre, je lui ai donné son argent et au moment où il allait partir Luc lui a demandé :
- À quelle heure tu finis ton service ?
- À 22 heures monsieur.
- Bon ben si tu veux tu viens après, on passera un bon moment.

Le pauvre type a filé sans demander son reste. Une fois parti j'ai dit à Luc, tu y vas fort le pauvre gamin, j'ai cru qu'il allait tomber raide.
Luc a éclaté de rire en me disant, t'as vu, il était bandé raide en nous voyant, de toute façon, il ne reviendra pas.
Nous avons mangé notre pizza et nous avons commencé à faire l'amour. Tout à coup l'interphone.
- OUI ?
- Heu… c'est le livreur de pizza.
- Bon monte tu sais où nous trouver.
Luc m'a regardé tout sourire ne me disant :
-Je ne croyais pas qu'il reviendrait.

On a frappé à la porte, et là le choc, le petit s'était changé, il avait troqué sa combinaison de livreur pour un jeans hyper moulant et un débardeur blanc hyper moulant lui aussi.
Luc s'est levé et est venu nous rejoindre à poil dans l'entrée. Il s'est placé à côté du petit livreur et lui a mis directement la main sur la braguette.
- Ben dit donc Jean il est bandé raide, regarde. Tu t'appelles comment ?
- Mathieu.
- Bon Mathieu entre on va passer un bon moment.

On s'est retrouvé tous les trois dans le salon et en moins de deux le petit Mathieu s'est retrouvé à poil. La soirée a été torride, et vers les deux heures du matin j'ai proposé à Mathieu de dormir avec nous ce qu'il a accepté. Au petit matin nous avons pris un petit-déjeuner dans le silence puis chacun est parti vers son travail. Mathieu nous a donné son emploi du temps.
Par la suite nous avons commandé des pizzas quand on savait que Mathieu était de service.
Avec Luc on baisait régulièrement, mais comme je lui avais dit il n'y avait pas d'amour, mais Luc s'en contentait. Je sortais à nouveau avec mes collègues et j'avais repris goût à la vie. Nous avons refait l'amour de temps en temps avec Mathieu. Luc sembla avoir un petit faible pour Mathieu, c'est toujours lui qui demande si on mangeait une pizza avec un petit air vicieux dans les yeux, ces soirs je sais que nous serons trois à passer la soirée ensemble.
Tout allait bien.

 

5 – Marc

Un soir en rentrant du travail, je croise un type qui sort du cabinet médical qui est au rez-de-chaussée de mon immeuble sans y apporter d'attention. J'appuie sur le bouton de l'ascenseur le type me regarde et m'interpelle.
Jean !
Je sursaute, un mec que je ne connais pas qui m'appelle par mon prénom, je le regarde, son visage me dit quelque chose, mais quoi. Il s'avance vers moi avec un grand sourire en écartant les bras.
Tu ne me reconnais pas ? C'est moi Marc on était au collège ensemble.
A ce moment là, j'ai eu un flash, c'était Marc un copain de collège que je n'avais pas vu depuis au moins 10 ans.
Marc ça fait une paye, pardon je ne t'ai pas reconnu, je suis heureux de te retrouver, tu viens prendre un verre j'habite au dernier étage ?
Avec joie.

Nous sommes montés à mon appartement, j'ai posé mes affaires, j'ai proposé à Marc de nous servir un verre pendant que je me changeais. J'ai passé un pantalon de toile légère et un Tshirt, puis j'ai retrouvé Marc au salon.
Il était assis sur le canapé, les verres posés sur la table basse et attendait sagement.
Nous avons échangé nos histoires, ce qu'il avait fait de son côté et moi du mien, pendant ces longues années, nous avons retrouvé notre complicité très rapidement comme si nous nous étions quittés la veille.
Après le repas nous nous sommes installés dans le salon et avons parlé de tout et de rien comme de vieux amis.

Vers les 23 heures Marc a pris congé et je lui ai fait promettre de revenir très vite, il m'a répondu que ce serait avec joie.
Cela fait deux semaines qu'il est passé et plus de nouvelles. Luc a continué de passer chez moi, quand un soir je venais juste de rentrer du travail, quand Marc a sonné, je lui ai ouvert la porte. Quand il est entré, j'ai senti quelque chose d'indéfinissable, je ne savais quoi mais il y avait une gêne.
Jean excuse-moi pour ce silence, mais j'ai beaucoup réfléchi depuis nos retrouvailles et je veux te dire une chose, mais il faut me promettre de ne pas te fâcher et de me garder ton amitié.

Qu'est ce que cela peut bien être pour mériter cette entrée en matière ?
Voilà, je voulais te dire mais je n'ai pas osé l'autre jour, je t'aime depuis que je t'ai rencontré la première fois au collège, je suis fou de toi depuis ce temps-là. Non ne me coupe pas la parole, j'ai rêvé des nuits entières en pensant à toi, puis quand toi tu es parti pour Sup et Spé et moi pour la fac j'ai pensé t'oublier. J'ai fréquenté des filles, mais c'était toujours ton image qui revenait. J'ai fréquenté des mecs, mais c'était toujours ton visage qui se substituait aux leurs. J'ai volontairement coupé les ponts pour ne pas t'ennuyer. Je n'ai pas réussi à chasser ton image de ma mémoire. Je t'aime Jean, c'est idiot, mais je n'y peux rien.

C'est comme si le ciel m'était tombé sur la tête. Marc mon meilleur copain m'aime depuis nos 15 ans et je ne m'étais rendu compte de rien.
Marc.
Non Jean je n'ai pas fini, il faut que je te dise….
On a sonné, je me lève pour répondre, c'est Luc, je l'invite à monter.
Quand il entre, il trouve Marc assis sur le canapé, je le lui présente comme mon copain de collège retrouvé par hasard au bas de l'immeuble. Nos prenons un pot et Luc nous dit, je vous laisse, vous devez avoir beaucoup de choses à vous dire. Il se lève, me fait un clin d'œil et s'en va.

Marc est figé sur le canapé nous marquons un temps de silence. Je vais pour reprendre la parole, quand Marc attaque de nouveau.
Jean quand je t'ai vu il y a deux semaines, j'ai cru tomber raide comme si mon cœur s'était arrêté de battre. Quand je me suis retrouvé avec toi je n'avais qu'une envie, c'était de me jeter sur toi pour te couvrir de baisers, quand je suis rentré chez moi j'étais comme fou. Je n'ai pas dormi pendant deux jours. Je ne suis pas allé bosser ces deux jours-là, j'ai pris une semaine de congés pour me remettre. Voilà où j'en suis, je ne suis qu'un petit con de pédé, amoureux d'un beau mec hétéro. C'est une histoire impossible qui ne mènera nulle part et que ne pourra que nous rendre malheureux. Je te demande pardon Jean, je vais te quitter et ne plus jamais te revoir, je ne veux pas souffrir plus et je ne veux pas te perturber. Il s'est levé en tremblant et s'est dirigé vers la porte.
J'ai crié pour ne pas dire hurler son prénom.

Marc s'est figé s'est retourné, des larmes coulaient sur ses joues.
Viens t'assoire et maintenant écoute moi.
J'étais hétéro jusqu'il y a peu. J'ai largué une nana qui me rendait la vie impossible, j'ai cru devenir fou avec elle, j'étais au bord de l'homicide. J'ai rencontré Luc à la salle de gym, nous avons sympathisé et Luc m'a fait découvrir l'amour entre hommes. Marc a sursauté, mais j'ai continué. Depuis nous nous retrouvons régulièrement pour baiser, mais comme je le lui ai dit, j'ai de l'amitié pour lui mais pas d'amour. Il l'accepte même si lui m'aime mais il est prévenu et il ne cherche pas à me faire changer d'avis. Et puis tu es revenu dans mes souvenirs, je ne savais quoi penser en te revoyant, j'ai failli te dire que je n'étais plus hétéro, mais j'ai eu peur de ta réaction.
Et là, maintenant, que tu viens de me faire cet aveu, j'ai compris une chose importante, la plus importante même.
Quoi ? Qu'est ce que c'est Jean ?
J'ai compris que je ne pouvais aimer Luc, parce que c'est toi que j'aime et tu viens de m'ouvrir les yeux.

Marc est devenu tout blanc, je me suis précipité sur lui il allait tomber dans les pommes.
Je l'ai allongé sur le canapé, il me regardait muet des larmes coulait sur son visage, il était beau et touchant. Il s'est redressé et s'est jeté dans mes bras, il était secoué de sanglots.
Marc si tu veux bien de moi je propose de venir habiter avec moi l'appartement est grand nous pourrons y vivre sans problème, qu'en penses-tu ?
Jean je suis heureux au-delà de tout ce que tu peux imaginer, je te remercie, j'accepte avec joie, je vais larguer mon appartement et venir vivre avec toi, c'est mon vœu le plus cher. Il faut que je te laisse mais je vais revenir, je t'aime.
Nous avons échangé un long baiser puis il est sorti.

Mon cœur battait à cent à l'heure, j'étais heureux, je ne savais que faire, j'ai décidé de prendre un long bain, et ensuite je me suis allongé sur mon lit pour repenser à tout ce qui venait d'arriver. Comme mon bain était très chaud, je me suis endormi rapidement, ma nuit a été peuplée de rêves érotiques et le lendemain matin je me suis réveillé avec les poils de mon ventre englués comme un gamin dont la sève bouillonne.

Marc m'a rappelé le lendemain, il venait passer la nuit avec moi, il avait averti son propriétaire qu'il rendait son appartement, celui-ci n'a pas fait de difficultés, il comptait y loger son fils. Marc avait juste un sac de sport avec le strict nécessaire pour passe la nuit.
Jean j'ai rencontré Luc en venant, il m'a dit qu'en nous voyant tous les deux il a dit qu'il avait compris que nous étions faits l'un pour l'autre et qu'il nous souhaitait tous les bonheurs possibles.

J'ai répondu :
- Luc est un type bien, je ne suis pas surpris de sa réaction, j'espère qu'il ne souffrira pas de cette situation.

JOAO

SUITE ICI

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

Best Of Cyrillo www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay d'internautes