Page précédente

La chasse aux trésors

J'étais loin de connaitre tous les recoins de cette demeure immense. Lui même avait mis quelques années à en faire le tour. Ses grand parents avaient entassés là un nombre incroyable de bouquins, de revues, de meubles, de vêtements... un incroyable capharnaum.

Le grenier était certainement la plus grande et la plus mal rangée des pièces. Nous adorions y passer du temps à la recherche d'un hypothétique trésor. Ce jour là, au détour d'une pile de livres, nous avions découvert de vieilles revues érotiques des années 70 certainement abandonnées par un oncle un peu coquin.  C'était en quelque sorte un trésor gardé secret depuis quelques dizaines d'années. Elles étaient encore bien conservés et nous entreprimes d'en faire une lecture attentive.

Avant cela il nous fallait trouver un endroit éclairé et avec peu de passage,
car dans cette maison qui aurait pu s'apparenter à un chateau, beaucoup de monde
circulait.
Il me montrait alors une pièce dans les combles. C'était une vieille chambre à laquelle on ne pouvait accéder qu'au moyen d'une échelle de bois. En m'accrochant aux barreaux je découvrais une petite pièce ronde encombrée d'un matelas avec des fenêtres donnant sur le toit. C'était une sorte de cabane.

Je m'allongeais immédiatement sur le matelas, la tête soutenue par un coussin et commençait à lire ces incroyables revues. Mon guide monta ensuite par l'échelle pour s'allonger aussi et profiter de la lecture d'une revue similaire.

Après quelques minutes de consultation les photos et les textes firent leur effet et un renflement notable apparu sous mon short. Je n'osais pas le regarder de peur d'attirer l'attention de mon
compagnon de lecture. J'avais un peu honte d'être excité par des revues somme toute très soft. C'était peine perdue puisque je me rendis compte qu'il plus attentif à l'effet du magazine sur mon anatomie qu'a sa propre revue.

Le nez dans les pages, je continuais a apprécier les photos qui m'excitaient de plus en plus.
Je ne tardais pas a sentir un poids sur mon sexe. C'était la main de mon voisin qui prenait quelques libertés et me caressait à travers le short. A vrai dire, ce n'était pas pour me déplaire car cela me permettait de tenir correctement ma revue tout en ajoutant une sensation physique à la lecture...

Peu après la main était passée sous le short et précisait son mouvement. De  très légères caresses sur toutes les parties de mon sexe poussait l'excitation à son paroxisme. Plus les mouvements étaient lents, plus j'avais l'impression de gonfler. L'impression d'avoir un sexe dur et des bourses gonflées à bloc. J'allais éclater. Mon bout s'humidifiait autant qu'il le pouvait, c'était presque en vein puisqu'a chaque poussée de liquide transparent, la main délicate se rapprochait de la bouche de son propriétaire pour lui faire gouter le délicieux liquide presque sucré. Il aimait ça au point de ne plus y tenir et alla se servir directement à la source.

Lentement, pour ne pas me déranger, il approcha sa bouche et je sentais son souffle chaud s'approcher du but. Le premier coup de langue sur mes testicules fut incroyable... J'aurais presque pu jouir a cette instant mais cela eut été dommage... Le deuxième fut également très bien, le troisième et les dizaines qui suivirent me comblèrent.

Il décida ensuite de récolter le liquide transparent qui s'était a nouveau écoulé et aspira mon bout et une bonne partie de ma verge pendant de longues minutes tout en continuant de me caresser les parties. Les allers et venus étaient très lents, presque irréels.

J'avais l'impression d'avoir un sexe énorme tant toutes les sensations de mon corps semblaient se concentrer sur un seul endroit.

J'avoue que je ne lisais plus vraiment tant l'excitation me submergeais. J'étais allongé, le short sur les genoux, les jambes légèrement écartées avec une langue insatiable parcourant mon sexe chaud, large et extrèmement tendu. Sa bave glissait entre mes fesses, le long de ma raie jusqu'a mon anus. Cela lui permis de glisser, assez brusquement d'ailleurs, un doigt, le plus long, dans mon petit trou relativement détendu. Je ne connaissais pas cette sensation mais je m'y habituais très vite...

Les mouvements réguliers et profonds de ce fameux doigt, ajouté à la sensation de toucher le fond de sa gorge avec mon bout,... c'était presque insuportable ! Je ne tardais pas à jouir fortement dans sa bouche en me tordant de plaisirs et serrant son doigt encore profondément enfoncé dans mon anus.

Il fit de son mieux pour ne pas gaspiller ma semence et avala la quasi totalité de mon sperme chaud. Une partie s'écoula sur mon ventre recouvert de sueur.

Ce qui m'étonna c'est qu'il se mit immédiatement à genoux devant moi pour éjaculer à cet endroit. Je ne m'y attendais pas et fus un peu surpris de le voir si fébrile en train de mélanger nos spermes.

Mon sexe lui faisait de l'effet. Il n'en finissais plus de se vider sur mon nombril. Manifestement cela devait faire quelques jours qu'il n'était pas passé par cet état.

Les dernières gouttes encore au bout de son sexe il se pencha rapidement pour lécher nos liquides blanchatre de sorte qu'il nettoya presque totalement mon ventre-réceptacle.
...

Tous les deux un peu étourdis et les membres pas totalement relachés, nous retournâmes rechercher d'autres trésors inconnus.

boboysexy

zeqman@worldonline.fr

Rêve ou réalité, ces histoires ne doivent pas vous faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection. METTEZ DES CAPOTES
Pour plus d'info : www.sida-info-service.org

www.cyrillo.biz site gay gratuit. Textes et histoires gay.